Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 3983

1 Le mercredi 22 août 2007

2 [Audience publique]

3 [Les accusés sont introduits dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 14 heures 20.

5 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Bonjour.

6 On nous a dit qu'il y a une question que l'on souhaite soulever avant

7 que nous ne poursuivions.

8 Monsieur Saxon.

9 M. SAXON : [interprétation] Merci, Votre Honneur.

10 Je voudrais informer la Chambre concernant une erreur se rapportant

11 au témoin et que j'ai découverte hier au soir. Au cours de la déposition du

12 témoin, ce dernier a dit qu'il avait eu des entretiens avec un enquêteur du

13 bureau du Procureur, notamment ce tête-à-tête qu'il a mentionné, réunion,

14 entretien au cours duquel il a dit qu'une partie de la déclaration faite au

15 bureau du Procureur en 2004 n'était pas exacte ou ne correspondait pas à la

16 vérité.

17 Suite à la déposition du témoin hier, j'ai donné des instructions par

18 courrier électronique à mon équipe pour qu'elle se mette à la recherche de

19 ce genre d'information. Hier après-midi, l'équipe du Procureur a trouvé des

20 informations confirmant ce qu'a dit le témoin, tout de moins en ce qui

21 concerne ce tête-à-tête qui a eu lieu en février 2007 à Skopje. Ceci a été

22 consigné dans ce qu'on appelle le formulaire réservé aux renseignements

23 concernant le témoin, ce qui, en général, n'est vu que la Section des

24 Victimes et des Témoins et le bureau du Procureur. C'est la raison pour

25 laquelle je n'avais pas communiqué ceci précédemment à la Défense. Et ce

26 qui a été consigné par l'enquêteur dit qu'au cours de cet entretien qu'il a

27 eu en février 2007 avec le témoin en vue de confirmer que ce témoin serait

28 bien un témoin à charge, le témoin a dit à l'enquêteur qu'une grande partie

Page 3984

1 de ce qui se trouvait dans sa déclaration de 2004 était soit incorrecte

2 soit non conforme à la vérité et il a, en partie, motivé sa déclaration.

3 Lorsque j'ai découvert ces informations hier, celles qui n'ont pas

4 été communiquées à la Défense, je suis allé dans la salle des avocats de la

5 Défense et j'ai fourni exemplaire à Me Residovic; et j'ai aussi veillé à ce

6 que ceci soit communiqué par courrier électronique à Me Tarculovski.

7 C'était une erreur que j'ai personnellement commise. L'enquêteur qui

8 avait consigné ceci avait essayé de me dire par courrier électronique le 2

9 mars 2007, courrier que je n'ai pas lu et je n'étais donc pas au courant et

10 je m'en excuse.

11 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Je vous remercie, Monsieur Saxon.

12 Merci d'avoir informé les conseils de la Défense. Nous sommes toujours en

13 train d'interroger le témoin. Il n'a pas arrêté sa déposition.

14 Y a-t-il d'autres questions ?

15 Maître Mettraux, apparemment c'est le cas.

16 M. METTRAUX : [interprétation] Merci beaucoup. Je tiens simplement à

17 manifester ma gratitude envers M. Saxon, qui nous a fourni cette

18 déclaration dès hier soir. Nous avons envoyé une autre demande à M. Saxon

19 afin qu'il effectue une recherche pour savoir s'il y a peut-être des

20 renseignements analogues qui auraient concerné des témoins déjà entendus ou

21 à entendre.

22 Nous pourrions peut-être évoquer deux sujets à ce stade, si vous

23 voulez bien les considérer. Tout d'abord, il y a la question du retour d'un

24 témoin à charge, M. Hutsch. Quand va-t-il revenir ? Nous avons eu un

25 échange de courrier avec M. Saxon. Apparemment, ce dernier a cherché à

26 obtenir un complément d'information et la Défense aimerait vivement

27 recevoir des instructions et des informations pour savoir quand M. Hutsch

28 et terminer sa déposition. Vous aviez donné des instructions, me semble-t-

Page 3985

1 il, avant les vacances judiciaires pour dire que ce témoin devrait venir à

2 la dernière quinzaine d'août, mais ça semble assez compromis, si nous avons

3 compris ce que nous a dit le bureau du Procureur.

4 Autre sujet, autre interrogation, peut-être la Chambre pourra-t-elle

5 demander à l'Accusation combien de temps elle entend utiliser pour le reste

6 du témoin à charge. Nous pouvons déjà vous dire que l'Accusation, dis-je, a

7 été très honnête et nous a dit hier qu'il y a un témoin prévu qui ne sera

8 sans doute pas cité.

9 Une dernière chose, il y a un bon nombre de sujets dont nous avons

10 déjà discutés avec l'Accusation, notamment en matière de communication, et

11 nous espérons à ce stade que ceci pourra être réglé directement avec le

12 bureau du Procureur sans passer par la Chambre.

13 Merci.

14 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Merci, Maître Mettraux.

15 Monsieur Saxon.

16 M. SAXON : [interprétation] Monsieur le Président, avant les vacances

17 judiciaires, par le truchement de la Section des Victimes et des Témoins,

18 l'Accusation a essayé de prendre langue avec M. Hutsch pour savoir s'il

19 serait disponible au cours de la dernière quinzaine d'août. Toujours en

20 passant par la Section des Victimes et des Témoins, nous avons reçu une

21 réponse. Il ne pourrait venir que pour deux jours au cours de cette

22 quinzaine, car il a d'autres engagements professionnels. Il ne peut pas

23 promettre de venir quatre jours, ce qu'on avait attendu de lui. Ceci ne

24 serait possible -- je me reprends, ce que la Section des Victimes et des

25 Témoins a appris, c'est que M. Hutsch ne peut pas s'engager à venir quatre

26 jours. C'est seulement fin octobre qu'il pourrait le faire.

27 Lorsque j'ai appris cela, j'ai parlé avec des membres de la Section

28 des Victimes et des Témoins à qui j'ai demandé de reprendre contact avec M.

Page 3986

1 Hutsch pour qu'il s'engage à venir le lundi 15 octobre pour rester quatre

2 jours, jusqu'au jeudi 18. Cette Section a envoyé des courriers

3 électroniques, a laissé des messages téléphoniques. Tout ceci est à jour

4 resté sans réponse.

5 Mais je ne pouvais pas promettre qu'il ne viendrait que pour deux

6 jours, parce que je me disais qu'on aurait de mêmes problèmes. En effet, la

7 Défense nous a dit qu'elle avait besoin de trois jours de plus pour le

8 contre-interrogatoire, et je ne voulais pas qu'on se retrouve dans une

9 situation où une fois de plus le contre-interrogatoire serait interrompu.

10 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] [hors micro] Vous ne savez pas quand

11 il conviendrait que le témoin revienne ?

12 M. SAXON : [interprétation] Je ne saurais vous le confirmer ici même.

13 J'espère qu'il pourra revenir lundi le 15 octobre, mais nous attendons

14 toujours une confirmation.

15 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Merci. Maintenant --

16 M. SAXON : [interprétation] Je réponds aux autres questions, si vous me le

17 permettez.

18 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Oui.

19 M. SAXON : [interprétation] S'agissant de la durée des représentations des

20 moyens à charge. Effectivement, Me Mettraux a raison; nous allons retirer

21 un témoin de plus de la liste prévue. Nous allons vous le dire sous peu par

22 écrit.

23 Compte tenu de l'élimination d'un témoin, si nous avons la même

24 cadence pour ce qui est de la comparution des témoins, en tout cas la

25 cadence qu'il y avait avant les vacances judiciaires, d'après les calculs

26 que j'ai faits, notamment dans les écritures de l'Accusation déposées le 12

27 juillet, il faudrait 11 semaines encore, ce qui fait qu'on terminerait au

28 cours de la première semaine de novembre.

Page 3987

1 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Sur quoi vous êtes-vous appuyé -- en

2 tout cas, quel est le temps que vous avez réservé au contre-interrogatoire

3 pour établir ce calcul ?

4 M. SAXON : [interprétation] Je m'en suis tenu à quelque chose de tout à

5 fait restreint, en tout cas, pas très optimiste. C'était les calculs que

6 vous aviez déjà reçus le 12 juillet. Ce qui veut dire que je maintiens ces

7 mêmes prévisions, le même nombre d'heures prévues pour le contre-

8 interrogatoire.

9 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Mais la Chambre de première instance a

10 vu que jusqu'aux vacances judiciaires, au cours des semaines qui ont

11 précédé, nous n'avons pas progressé comme nous l'avions espéré. La cadence

12 ne s'était pas maintenue. Est-ce que vous en avez tenu compte ?

13 M. SAXON : [interprétation] Non, je n'en ai pas tenu compte.

14 Cette semaine, d'après la Défense, on va aller plus vite que prévu.

15 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Ce qui me préoccupe tout

16 particulièrement, c'est de voir ce qu'on prévoit pour un témoin la semaine

17 prochaine. On prévoit presque 12 heures de contre-interrogatoire, alors que

18 c'est un témoin, ma foi, assez habituel.

19 M. SAXON : [interprétation] Il y a eu des échanges entre la Défense et

20 l'Accusation tout récemment. L'Accusation a demandé aux avocats de la

21 Défense que ceux-ci lui disent s'ils pensent utiliser moins de temps que

22 prévu pour le contre-interrogatoire, moins que ce qui est prévu par

23 l'Accusation. Tout ce que nous avons reçu de la Défense, en tout cas

24 lorsqu'elle a dit qu'il faudrait moins de temps, c'est pour le témoin

25 actuel.

26 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] La Chambre s'inquiète de la

27 progression très lente. On en arrive à un point où la Chambre pense à ne

28 plus laisser au conseil le soin de veiller à la bonne économie judiciaire.

Page 3988

1 Nous en sommes pratiquement arrivés à un stade où il faudra que la Chambre

2 de première instance impose des délais pour veiller à ce que le procès dans

3 sa globalité se termine dans des délais raisonnables.

4 Je le dis haut et clair maintenant. Pourquoi ? Parce qu'au cours des deux

5 semaines à venir, si les choses ne changent pas clairement, si, dans les

6 faits, il n'y a pas d'amélioration, à savoir que ce serait les parties qui

7 ont le contrôle du temps consacré à un témoin, il faut que les parties

8 sachent que des délais seront imposés. Vous avez encore cette semaine-ci et

9 la prochaine pour voir s'il est possible de faire preuve d'une bien plus

10 grande discipline en matière d'utilisation du temps; à défaut, il faudra

11 prendre des mesures, il faudra notamment imposer des délais arbitraires

12 pour veiller à ce que ce procès se termine dans des délais un peu plus

13 raisonnables.

14 J'espère que c'est une indication suffisamment claire à l'intention des

15 parties, et nous allons veiller au grain.

16 [La Chambre de première instance se concerte]

17 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Je suppose que le moment n'est pas

18 venu pour entendre les avocats de la Défense pour ce qui est de

19 l'amélioration de l'utilisation du temps, ceci étant, nous allons

20 simplement reprendre la déposition du témoin, mais j'exhorte les avocats de

21 la Défense à faire très attention à ce que je viens de dire.

22 [La Chambre de première instance se concerte]

23 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

24 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Bonjour, Monsieur. Je vous rappelle

25 que vous avez prononcé une déclaration solennelle et qu'elle est toujours

26 de vigueur.

27 LE TÉMOIN: BLAGOJA JAKOVOSKI [Reprise]

28 [Le témoin répond par l'interprète]

Page 3989

1 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Désolé de vous avoir fait attendre.

2 Nous avions à régler quelques questions.

3 Maître Residovic, vous avez la parole.

4 Mme RESIDOVIC : [interprétation] Merci beaucoup, Madame et Messieurs les

5 Juges.

6 Contre-interrogatoire par Mme Residovic : [Suite]

7 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur Jakovoski.

8 R. Bonjour.

9 Q. Hier, alors que vous répondiez à mes questions, vous avez dit que vous

10 étiez allé avec M. Boskoski à Ljubanci, et selon vos souvenirs, il y avait

11 un policier, un Albanais, qui vous avait amenés à l'endroit où vous êtes

12 descendus du véhicule. Est-ce que vous vous souvenez d'avoir déclaré ceci

13 hier ?

14 R. Oui.

15 Q. Ensuite, aux pages 3 938, 3 939 du compte rendu d'audience, vous avez

16 dit que vous souveniez du chef d'une municipalité avec qui le ministre

17 s'était entretenu, et maintenant 3 940 et 3 941, ligne 19 pour cette

18 dernière page. Je vous avais demandé une précision.

19 Vous avez répondu que c'était le chef de la municipalité où vous vous

20 trouviez. Si je vous disais qu'il s'agit de la municipalité de Cair à

21 Skopje, est-ce que ceci vous permettrait de vous souvenir que c'était bien

22 la municipalité de Cair ?

23 R. Oui. Oui, c'est cela. C'était bien la municipalité de Cair. C'est là

24 que se trouvait le village.

25 Q. Vous avez dit que son maire ou son chef était là. Est-ce que vous

26 vouliez dire, est-ce que je vous ai bien compris ? Est-ce que vous vouliez

27 dire qu'en fait c'était le chef de l'unité de l'intérieur de cette

28 municipalité, que c'était un homme politique de la municipalité et pas le

Page 3990

1 maire; est-ce exact ?

2 R. Oui.

3 Q. Le ministre Boskoski a rencontré une certaine personne, lui a parlé,

4 laquelle lui a donné certaines explications sur certains sujets. En fait,

5 c'était le chef de la municipalité de Cair; est-ce que c'est bien cela ?

6 R. Oui.

7 Q. Dans votre déclaration préalable, vous ne donnez pas le nom de cette

8 personne.

9 Peut-on maintenant montrer la pièce 1D499 de la liste 65 ter ? Page

10 1D4519. Ceci n'existe qu'en anglais, et ceci vous montre un extrait de la

11 déclaration préalable de Pejcinovski.

12 Voici ce qui est dit ici : "Lorsque nous sommes arrivés, il y avait

13 beaucoup de monde. C'est seulement au moment où nous sommes descendus que

14 le ministre a rencontré le commandant du OVR, Ljube Krstevski. Je ne sais

15 pas de quoi ils ont parlé."

16 Cette déclaration préalable de Branko Pejcinovski, est-ce qu'elle

17 vous permet de vous souvenir que le chef de la police de la municipalité de

18 Cair, c'était bien Ljube Krstevski, le chef de cette OVR de Cair ?

19 R. C'est exact. C'est bien lui. C'était Krstevski à qu'il a parlé,

20 le ministre.

21 Q. En fait, cet homme, c'est celui qui pendant toute la durée du

22 temps que vous avez passé dans la cour où vous étiez entrés, était à

23 proximité du ministre. C'est la seule personne qui d'après vos souvenirs a

24 donné des explications au ministre ?

25 R. C'est exact.

26 Q. Si je vous disais qu'il était manifeste à votre arrivée, comme à

27 votre départ, que le ministre ne savait pas ce qui se passait, si je vous

28 disais que Ljube Krstevski m'a donné des explications; est-ce que ce serait

Page 3991

1 exact ?

2 R. Excusez-moi, mais je n'ai pas compris la question.

3 Q. Je m'excuse, je l'ai peut-être mal posée, ou peut-être était-elle

4 compliquée.

5 Voici ce que j'aimerais savoir : Vous vous êtes trouvé dans une certaine

6 situation. Est-ce que vous avez pensé de cette situation, ou est-ce que

7 vous avez conclu qu'en fait le ministre Boskoski, avant d'arriver là où il

8 est arrivé, ne savait pas ce qui se passait à cet endroit ? Cette

9 conclusion que je tire, est-elle la bonne ?

10 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Oui, Monsieur Saxon.

11 M. SAXON : [interprétation] L'Accusation a le sentiment qu'on demande des

12 conjectures au témoin. On lui demande de savoir ce que savait l'accusé

13 Boskoski à l'époque. Peut-il le faire ? J'en doute.

14 L'INTERPRÈTE : Les interprètes n'ont pas entendu la réponse du témoin, qui

15 s'est faite en même temps que l'intervention de l'Accusation.

16 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Maître Residovic, M. Saxon s'inquiète

17 d'une chose. Vous demandez des conjectures, des hypothèses au témoin.

18 Qu'avez-vous à dire ?

19 Mme RESIDOVIC : [interprétation] Tout ce que je lui demande, c'est qu'il

20 nous fasse part de son expérience, je ne lui demande pas ce que savait le

21 ministre à ce moment-là. Je lui ai demandé si le témoin a pu conclure que

22 le ministre ne savait pas ce qui se passait.

23 Le témoin a déjà répondu à ma question. Cependant, si vous estimez que je

24 dois reformuler ma question --

25 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] En tout cas, nous n'avons pas entendu

26 la réponse du témoin, puisque les voix se sont chevauchées. Mais j'ai

27 toujours du mal à accepter ce que vous me dites vous.

28 Mme RESIDOVIC : [interprétation]

Page 3992

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer líéquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 3993

1 Q. Monsieur, lorsque vous êtes allé à Ljubanci, est-ce que vous saviez ce

2 qui se passait à Ljubanci ?

3 R. Non.

4 Q. Au cours du voyage en voiture, est-ce que le ministre savait ce qui se

5 passait là-bas ?

6 R. Non, il ne savait pas non plus.

7 Q. A votre arrivée à Ljubanci, est-ce que Krstevski lui a expliqué quelque

8 chose ? Est-ce qu'il était clair que c'était la première fois que le

9 ministre apprenait ce qui se passait à cet endroit ?

10 R. Oui, c'est exact.

11 Q. Merci. Mais vous, vous n'aviez jamais été à Ljubanci auparavant ?

12 R. Exact.

13 Q. Jamais vous n'aviez été à cet endroit seul ni avec le ministre, n'est-

14 ce pas ?

15 R. Non. Non, non, je n'avais jamais été là avant.

16 Q. Le Procureur vous a posé une question. Vous avez répondu que vous

17 n'aviez pas fait attention à ce que ce chef de la police et le ministre se

18 disaient, car vous aviez l'habitude d'uniquement veiller à la sécurité des

19 ministres, n'est-ce pas ?

20 R. Oui.

21 Q. Vous avez ajouté que lorsque vous étiez arrivés, vous aviez entendu des

22 coups de feu tirés dans le village, n'est-ce pas ?

23 R. Oui.

24 Q. Hier, le Procureur vous a montré une séquence vidéo. Sur les images que

25 vous avez vues, vous vous êtes reconnu vous-même, et vous avez reconnu le

26 ministre; vous vous en souvenez ?

27 R. Oui, oui, je m'en souviens.

28 Q. L'Accusation vous a posé une question et en y répondant vous avez

Page 3994

1 confirmé que vous avez trouvé à cet endroit beaucoup de monde, vous ne

2 savez pas combien. Une vingtaine, peut-être, ou 100 avez-vous dit. C'est ce

3 qui se trouve à la page 3 938 du compte rendu d'audience. Vous vous en

4 souvenez ?

5 R. Oui.

6 Q. Nous avons la cote 65 ter 1D498, page 1D4527 en anglais et la page

7 1D4541, point 17 en macédonien.

8 Est-ce que vous voyez le point 17 ?

9 "Lorsque nous sommes arrivés, j'ai vu des réservistes de l'armée et de la

10 police. L'un d'entre eux, un réserviste de l'armée, s'est approché du

11 ministre et pleurait parce que son meilleur ami avait été tué. Je ne

12 connais pas les détails. Je pense que ce réserviste me parlait de son ami à

13 l'arrivée. J'ai vu deux civils."

14 Est-il exact qu'en sus des réservistes de la police, vous avez

15 également vu là-bas un certain nombre de réservistes de l'armée ?

16 R. Oui, c'est exact.

17 Q. Vous avez également vu des civils; est-ce exact également ?

18 R. Oui, il y avait de nombreux civils sur place, oui.

19 Q. Néanmoins, comme vous l'avez dit, lorsque l'Accusation vous a posé une

20 question sur le nombre, vous aviez dit que vous ne pouviez pas être sûr du

21 nombre, c'est-à-dire, du nombre de réservistes de l'armée et des civils;

22 est-ce exact ?

23 R. Oui. Je ne peux pas le dire avec précision.

24 Q. Je demanderais maintenant à ce qu'on vous montre le document 1D497,

25 page 1D4519, points 27, 28 et 29. C'est la déclaration de Branko

26 Pejcinovski, c'est-à-dire, le chef adjoint de la sécurité dont nous avons

27 parlé hier. Comme nous avons déjà pu le voir, lorsque vous êtes arrivés, il

28 y avait beaucoup de personnes sur place, au point 26, c'est ce qui est dit.

Page 3995

1 Néanmoins, au point 27, voilà ce qu'il dit : "Dans le jardin, il y avait

2 également des villageois et nous leur avons demandé de ne pas aller dans le

3 village de Ljuboten. Il y avait beaucoup de gens en civil avec des femmes,

4 des enfants et des hommes. J'ai vu une centaine ou plus de villageois à ce

5 moment-là."

6 La question que je vous poserai est la suivante : Etant donné la

7 déclaration faite par Branko Pejcinovski et votre déclaration préalable

8 dans laquelle vous disiez n'avoir vu que deux civils, serait-il exact que

9 vous ayez vu des civils, mais que vous ne pouvez pas pour l'instant et en

10 ce moment donner le nombre exact de civils qui étaient présents pour les

11 mêmes raisons qui ne vous permettent de vous souvenir d'autres événements

12 également ?

13 R. Oui, je suis d'accord avec vous. Je ne peux pas vous donner le nombre

14 exact de civils.

15 Q. Merci. Mon éminent confrère de l'Accusation vous a montré un clip vidéo

16 hier, comme je l'ai dit, dans lequel vous vous êtes reconnu ainsi que le

17 ministre. Dans le compte rendu d'audience il s'agit du moyen à charge DMFI

18 et, si vous vous souvenez, vous étiez dans ce vidéoclip, debout à côté d'un

19 mur; est-ce exact ? Est-ce que vous vous en souvenez ?

20 R. Oui, je m'en souviens.

21 Q. Dans ce vidéoclip vous avez pu voir, je vous demande si vous vous en

22 souvenez, que la cour de cette maison était entourée de murs relativement

23 élevés ?

24 R. Oui, c'est exact.

25 Q. Dans cette cour, vous n'avez pas pu voir d'autres fortifications ou

26 d'autres sacs de sable ou autre chose de similaire ?

27 R. Oui, c'est exact.

28 Q. Ce mur était la seule protection; est-ce exact ?

Page 3996

1 R. Oui, c'est exact.

2 Q. Si vous vous souvenez de ce vidéoclip que vous avez pu voir hier, est-

3 il exact qu'un certain nombre de fois on a pu voir qu'il y avait des tirs,

4 que l'on pouvait entendre les tirs et que les gens se protégeaient derrière

5 les murs ? Est-ce que vous vous souvenez avoir vu cela sur le clip vidéo ?

6 R. Oui, je m'en souviens puisque j'y étais, et il y avait des tirs qui

7 venaient du village et qui étaient dirigés contre la maison.

8 Q. C'est la raison pour laquelle que vous-même et peut-être d'autres

9 personnes sur place avez essayé de vous protéger derrière les murs, puisque

10 les tirs venaient du village en direction de la maison; est-ce exact ?

11 R. Oui, c'est exact.

12 Q. D'une façon générale, du fait qu'avec le ministre vous étiez

13 quelquefois présent sur le champ de bataille, est-il exact de dire que les

14 murs des maisons étaient souvent utilisés comme protection ?

15 R. Oui, c'est exact.

16 Q. L'Accusation vous a montré un clip vidéo sur le village de Matejce, et

17 vous avez pu voir le ministre qui portait un casque sur la tête. Est-ce que

18 vous vous en souvenez ?

19 R. Oui, je m'en souviens.

20 Q. A ma question vous avez répondu que très souvent vous demandiez au

21 ministre de porter une protection lorsque vous étiez proches d'endroits où

22 il y avait des tirs."

23 R. Oui, c'est exact.

24 Q. A l'époque, lorsque vous étiez à Ljubanci dans cette maison, le

25 ministre était en civil, en tenue civile ?

26 R. Oui, c'est exact.

27 Q. Il ne portait donc pas de casque sur la tête ?

28 R. Oui, c'est exact.

Page 3997

1 Q. Vous ne lui avez pas suggéré cela parce que vous ne vous attendiez pas

2 à ce qu'il y ait une bataille en cours; est-ce exact ?

3 R. Oui, c'est exact.

4 Q. Lorsque vous avez entendu les tirs, en tant que garde du corps, le

5 stress était chez vous très important en raison de l'état de la sécurité du

6 ministre ?

7 R. Oui.

8 Q. Dites-moi, vous avez regardé, comme on a pu le voir sur le clip vidéo,

9 vous regardiez en direction du village. Est-ce que vous avez pu voir

10 beaucoup de choses ? Est-ce qu'il y avait beaucoup de choses à voir ?

11 R. On ne pouvait rien voir. On ne pouvait pas voir le village, et on ne

12 voyait pas la bataille qui se déroulait.

13 Q. Dites-moi, lorsque vous avez vu, on a pu voir cela d'ailleurs sur le

14 clip vidéo, est-ce que vous avez pu voir quelques maisons, simplement d'où

15 sortait de la fumée ? --

16 Si vous ne vous souvenez pas, ce n'est pas important. Nous avons vu

17 le clip vidéo hier.

18 R. Je ne peux pas me souvenir pour le moment.

19 Q. A la question de mon éminent confrère de l'Accusation, vous avez dit

20 que vous êtes resté environ une heure et demie dans la cour de cette

21 maison. Ceci est également une évaluation de la situation, une évaluation

22 que vous pouvez faire aujourd'hui; est-ce exact ?

23 R. Oui, c'est exact.

24 Q. Lorsque vous étiez dans la cour de cette maison, vous n'avez jamais

25 remarqué que Boskoski a donné des ordres, que ce soit à Ljube Krstevski ou

26 à qui que ce soit d'autre ?

27 R. Oui, c'est exact.

28 Q. Monsieur Jakovoski, hier vous avez dit devant ce Tribunal qu'à de

Page 3998

1 nombreuses reprises, vous avez parlé au bureau du Procureur, en fait à

2 l'enquêteur du bureau du Procureur par téléphone, et vous avez également

3 rencontré l'enquêteur personnellement dans un hôtel à Skopje. A la page,

4 dans le compte rendu d'audience, 3 967, lignes 9 à 11, vous avez dit que

5 vous lui avez parlé au téléphone à cinq ou six reprises et que pour vous

6 cela représentait un problème sur le plan psychologique. Vous souvenez-vous

7 de cela ?

8 R. Oui.

9 Q. Nous avons reçu les notes de l'enquêteur, et l'enquêteur dit que depuis

10 2004, jusqu'en février 2007, il vous a appelé au téléphone 15 fois. Vous

11 pouvez confirmer que cela est vrai, mais vous ne vous souvenez pas du

12 nombre exact de fois ?

13 R. Je ne m'en souviens pas, mais ce pourrait être une quinzaine de fois --

14 quinze fois.

15 Q. Lorsque vous avez dit que cela vous posait un problème psychologique,

16 est-ce que je peux supposer que vous vous sentiez mis sous pression

17 concernant votre témoignage ?

18 R. Oui, énormément.

19 Q. Je vous demanderais maintenant de répondre à certaines questions

20 d'ordre personnel, et si vous pensez que vous n'avez pas à répondre, je

21 n'insisterai pas pour que vous répondiez.

22 Nous avons parlé de votre carrière professionnelle, de votre

23 évolution de carrière et de votre emploi au poste de police en tant

24 qu'officier en uniforme. Pouvez-vous me dire s'il est exact qu'avant de

25 travailler pour le département de sécurité, vous travailliez comme

26 inspecteur dans le département chargé du trafic de la drogue ?

27 R. C'est exact.

28 Q. Est-il également exact qu'après avoir quitté la sécurité de M.

Page 3999

1 Boskoski, vous êtes retourné travailler dans ce département de répression

2 de la drogue ?

3 R. Exact.

4 Q. Est-il exact que ce soit un travail extrêmement difficile et qu'il vous

5 fallait souvent travailler la nuit ?

6 R. Oui, c'est exact.

7 Q. Est-il exact qu'au ministère de l'Intérieur, pour la sécurité des

8 inspecteurs eux-mêmes, mais également en guise de protection pour éviter

9 qu'il y ait des abus, il y a des tests qui sont effectués sur les

10 inspecteurs chargés de ces fonctions pour éviter toute possibilité de voir

11 les inspecteurs tomber dans la drogue ?

12 R. Oui, c'est exact.

13 Q. Et vous avez très souvent passé ces tests. Les tests étaient négatifs,

14 et vous n'avez jamais eu de problème avec la drogue au cours de votre vie;

15 est-ce exact ?

16 R. C'est exact.

17 Q. Vous n'avez jamais eu de problème avec l'alcool non plus ?

18 R. Exact.

19 Q. Donc, si quelqu'un laissait entendre que vous avez eu des problèmes de

20 cet ordre, ces suppositions seraient incorrectes.

21 R. Exact.

22 Q. Lorsque vous avez répondu à la question de l'Accusation hier en disant

23 que vous ne direz que la vérité et que le changement de pouvoir n'a pas eu

24 d'impact en ce qui vous concerne, est-il exact que tout ce que vous avez

25 dit au Procureur depuis le début de votre entretien était un souhait

26 personnel pour indiquer au Procureur que certaines des choses que vous avez

27 dites auparavant n'étaient pas correctes, et pour certaines, même, étaient

28 fausses ?

Page 4000

1 R. Oui, c'est exact.

2 Q. Est-ce votre décision, votre honnêteté pour vous être ouvert de cela au

3 Procureur n'étaient pas le résultat d'une pression qu'exercerait quelqu'un

4 sur vous; est-ce exact ?

5 R. Oui, c'est exact.

6 Q. Ceci n'était pas non plus dû au fait que les Albanais n'étaient pas mis

7 en accusation devant ce Tribunal. Simplement que vous aviez décidé de dire

8 la vérité et que le Procureur devait le savoir en temps; est-ce exact ?

9 R. Oui, c'est tout à fait correct.

10 Q. Donc, si quelqu'un laissait entendre que vous avez dit cela pour

11 d'autres raisons et non pour les raisons que vous venez de confirmer devant

12 ce Tribunal, cela serait incorrect ?

13 R. Oui, c'est exact.

14 Q. Je voudrais maintenant vous poser une autre question.

15 Hier, le Procureur vous a posé des questions sur des lieux dits

16 privés et les restaurants, Del Fufo, Galija, et un autre restaurant --

17 Dzino, oui, il s'agit du restaurant Dzino.

18 Pouvez-vous me dire si ces restaurants sont des lieux publics ?

19 R. Oui, c'est exact.

20 Q. Ces restaurants, Del Fufo, Galija et Dzino, qui sont mentionnés dans le

21 compte rendu d'audience, dans la 3 926, lignes 1 à 7, sont des restaurants

22 assez populaires à Skopje, qui sont situés au centre de Skopje; est-ce

23 exact ?

24 R. Oui, c'est exact

25 Q. Ils sont fréquentés au quotidien par des personnes connues ?

26 R. Oui, c'est exact.

27 Q. Mais ils sont également fréquentés par des citoyens ordinaires,

28 nombreux, quelle que soit d'ailleurs la nationalité ou le penchant

Page 4001

1 politique de ces personnes; est-ce exact ?

2 R. Oui, c'est exact

3 Q. Dans la pratique, chacun de ces restaurants est fréquenté tous les

4 jours par plusieurs centaines de personnes; est-ce exact ?

5 R. Oui, c'est exact.

6 Q. Donc, ce que vous avez dit, les restaurants dont a parlé le Procureur

7 ne sont pas des lieux privés, mais des lieux publics; est-ce exact ?

8 R. Oui, c'est exact.

9 Q. Si je vous ai bien compris, le ministre Boskoski y est allé à plusieurs

10 reprises en certains de ces restaurants de façon dans un cadre privé; est-

11 ce exact ?

12 R. Oui, c'est exact.

13 Q. Pour vous, en tant que gardes du corps, c'était toujours un problème

14 lorsque le ministre se rendait dans ces lieux où il y avait des dizaines ou

15 des centaines de personnes présentes à tout moment; est-ce exact ?

16 R. Oui, c'est exact.

17 Q. En fait, il s'agissait de votre fonction principale; vous deviez vous

18 occuper de la sécurité du ministre, et si je vous ai bien compris, si je

19 vous ai bien compris, il y avait beaucoup de personnes qui venaient dire

20 bonjour au ministre; est-ce exact ?

21 R. Oui, c'est exact. Tout un chacun voulait à ce moment-là dire bonjour au

22 ministre.

23 Q. Cela se produisait également lorsque le ministre marchait dans la rue.

24 Les gens venaient lui dire bonjour et c'était toujours une situation un peu

25 difficile pour vous en tant que gardes du corps; est-ce exact ?

26 R. Oui, c'est exact.

27 Q. Cela était particulièrement stressant et difficile, parce que c'était

28 au moment de la crise, et vous ne saviez jamais qui était la personne qui

Page 4002

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer líéquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 4003

1 venait voir le ministre; est-ce exact ?

2 R. Oui, c'est exact.

3 Q. J'aimerais vous demander de confirmer si je vous ai bien compris

4 lorsque vous avez dit que peut-être lors de sorties dans un cadre privé, le

5 ministre a rencontré Bucuk. Ceci pourrait être compris comme n'importe qui

6 venait voir le ministre.

7 R. Oui, c'est exact.

8 Q. Mais vous n'avez pas pu confirmer cela avec certitude; est-ce exact ?

9 R. Oui, c'est exact.

10 Q. Vous-même, vous n'avez pas pu en fait confirmer si Bucuk était une

11 connaissance du ministre ou pas; est-ce exact ?

12 R. Oui, c'est exact.

13 Q. Mais ce que vous pouvez dire avec certitude, c'est que vous ne l'avez

14 jamais vu s'asseoir en compagnie de Bucuk ou de Johan, et avoir une

15 conversation avec eux sur un point quelconque. C'est une chose que vous

16 n'avez jamais pu voir; est-ce exact ?

17 R. Oui, c'est exact.

18 Q. Merci.

19 Mme RESIDOVIC : [interprétation] Merci. Votre Honneur, je n'ai pas d'autres

20 questions à poser à ce témoin.

21 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Merci, Maître Residovic.

22 Monsieur Apostolski.

23 M. APOSTOLSKI : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président.

24 Ce n'est pas parce que la Cour nous l'a rappelé, mais je n'ai pas de

25 questions à poser à ce témoin.

26 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] C'était très rapide, Maître

27 Apostolski.

28 Monsieur Saxon.

Page 4004

1 Nouvel interrogatoire par M. Saxon:

2 Q. [interprétation] Inspecteur, mon confrère vous a lu quelques lignes

3 d'un extrait de la déposition faite auprès du bureau du Procureur par M.

4 Branko Pejcinovski. Plus particulièrement, au début de cet après-midi, Me

5 Residovic vous a lu certaines lignes extraites du paragraphe 13 [comme

6 interprété] de cette déposition concernant des événements qui sont déroulés

7 à Ljubanci le 12 août, et la personne avec laquelle le ministre Boskoski

8 avait discuté dans le jardin, à la cour. Le paragraphe 13 [comme

9 interprété] commence ainsi : "Dans ce jardin" --

10 Mme RESIDOVIC : [interprétation] Président, je n'ai pas cité le point 13,

11 mais plutôt le 27, 28 et 29. Mais j'ai effectivement mentionné cette

12 déclaration pour établir l'exactitude, mais je voulais simplement dire que

13 je n'ai pas fait de citation prise dans ce paragraphe.

14 M. SAXON : [interprétation] Merci pour cette correction.

15 Q. Vous avez dit à mon éminent confrère que le ministre Boskoski a parlé à

16 des gens dans le jardin et les a calmés. Vous avez ensuite dit que

17 certaines personnes dans le jardin auraient pu être des civils.

18 Au paragraphe 30 de la déposition de ce témoin, et je lis le

19 paragraphe qui commence ainsi : "Dans ce jardin, il a parlé avec des

20 civils. Il y avait également des personnes du ministère en uniforme, en

21 tenue de camouflage. Je ne les connais que de vue; je ne connais pas leurs

22 noms."

23 Hier vous nous avez dit que lorsque le ministre est entré dans ce

24 jardin, des officiers de police en uniforme étaient au garde-à-vous. Vous

25 en souvenez-vous ?

26 R. Oui, je m'en souviens.

27 Q. Pourriez-vous clarifier les choses. Ces personnes au garde-à-vous,

28 s'agissait-il de personnes du ministère en tenue en camouflage, mentionnées

Page 4005

1 par votre collègue, M. Pejcinovski ?

2 R. Oui.

3 Q. Un peu plus tôt aujourd'hui, mon confrère vous a parlé de conversations

4 téléphoniques et de conversations que vous avez eues avec un enquêteur du

5 bureau du Procureur, et vous avez dit que l'enquêteur vous a appelé environ

6 une quinzaine de fois après que vous ayez fait votre déclaration préalable.

7 Vous souvenez-vous qu'au cours de ces conversations téléphoniques

8 l'enquêteur vous ait demandé de vous rencontrer personnellement ?

9 R. Oui, il a demandé à me rencontrer.

10 Q. Ensuite, après la mise en accusation faite par ce Tribunal contre M.

11 Boskoski et M. Tarculovski, vous souvenez-vous avoir refusé de le

12 rencontrer parce que vous pensiez que le Tribunal avait un parti pris et

13 était injuste, car il n'avait pas mis en accusation des suspects d'origine

14 albanaise. Vous souvenez-vous avoir déclaré cela à l'enquêteur ?

15 R. Non, je ne m'en souviens pas.

16 Q. Vous souvenez-vous, lors d'une conversation téléphonique, avoir dit à

17 l'enquêteur que vous vouliez maintenant devenir le meilleur témoin pour

18 Frère Ljube puisque le Tribunal de La Haye ne mettaient pas en accusation

19 d'Albanais. Vous en souvenez-vous ?

20 R. Non, je ne m'en souviens pas. Ce n'est pas exact.

21 Q. En 2001, saviez-vous qu'un homme surnommé Bucuk et d'autres membres de

22 l'agence de sécurité Kometa avaient la réputation d'être des criminels; le

23 saviez-vous ?

24 R. Non, je ne le sais pas.

25 Q. Monsieur l'Inspecteur, hier, à la page 3 956 du compte rendu

26 d'audience, vous avez été d'accord avec ma consoeur pour dire qu'en 2001 le

27 message principal de M. Boskoski était qu'il fallait se préoccuper de tous

28 les êtres humains, de tous les citoyens quelles que soient leurs

Page 4006

1 affiliations religieuses et leurs origines. Il faut se préoccuper de toutes

2 personnes qui aiment leur pays, la Macédoine. Vous souvenez-vous l'avoir

3 dit ?

4 R. Oui, je m'en souviens.

5 Q. En 2001, quelle était l'attitude du ministre Boskoski vis-à-vis des

6 citoyens de Macédoine qui critiquaient les actes des forces de sécurité

7 contre l'UCK ?

8 R. Pouvez-vous répéter la question ? Elle ne me semble pas très claire.

9 Q. Le ministre Boskoski estimait-il également que les droits des

10 Macédoniens à critiquer les forces de sécurité macédonienne dans leur lutte

11 contre l'UCK devaient également être protégés ?

12 R. Je ne suis pas une personne compétente pour répondre à une telle

13 question.

14 Q. En 2001, le ministre Boskoski a-t-il jamais qualifié les personnes qui

15 critiquaient les forces de la sécurité de Macédoine de traîtres ?

16 R. Non, il ne l'a jamais dit.

17 Q. En 2001, le ministre Boskoski pensait-il qu'il fallait octroyer

18 davantage de droits aux personnes d'origine albanaise en Macédoine ?

19 Mme RESIDOVIC : [interprétation] Objection, Monsieur le Président.

20 Dès à présent, l'Accusation a posé un certain nombre de questions qui

21 demandent au témoin de faire part des opinions et des sentiments du

22 ministre. Très récemment M. Saxon a fait objection à des questions très

23 similaires que j'ai posées.

24 Je ne pense pas qu'il devrait poser de telles questions au témoin.

25 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Saxon.

26 M. SAXON : [interprétation] Mes questions ont commencé par des commentaires

27 faits par le témoin hier, quand il parlait du "message principal du

28 ministre Boskoski." Et je voudrais me pencher sur cette question. Quel est

Page 4007

1 le message du ministre Boskoski, et qu'est-ce qu'il pensait des droits des

2 personnes d'origine albanaise ?

3 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Comment se fait-il que vous ne

4 l'abordiez que dans les questions supplémentaires ?

5 M. SAXON : [interprétation] Lors du contre-interrogatoire hier, il a été

6 dit que le message principal du ministre est qu'il fallait se préoccuper de

7 la même manière de toute personne, de tout citoyen quelles que soient leurs

8 affiliations ethniques ou religieuses, se préoccuper de toutes les

9 personnes qui aiment leur pays, la Macédoine. Cela se trouve à la page 3

10 956, donc je voudrais me pencher sur la question du message du ministre et

11 demander en quoi cela implique les droits des personnes d'origine

12 albanaise.

13 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Maître Residovic.

14 Mme RESIDOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, mon éminent

15 confrère ne cite qu'un passage d'une situation, un passage d'un livre que

16 le Procureur a lu lui-même et dont il a lu certains extraits. Mais il a

17 fait des commentaires que sur la première phrase où il est dit que le

18 ministre travaillait jour et nuit et à la fin de son paragraphe, il dit :

19 "Le ministre Boskoski a écrit dans son livre qu'il exprime ses sentiments

20 vis-à-vis de tous les citoyens de Macédoine, quelles que soient leurs

21 affiliations ethniques ou religieuses." Je ne pense pas que l'Accusation a

22 le droit de revenir sur une question qu'il a posée lui-même.

23 M. SAXON : [interprétation] On a demandé au témoin de commenter ce passage

24 pendant le contre-interrogatoire.

25 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Oui, Monsieur Saxon.

26 M. SAXON : [interprétation]

27 Q. Monsieur l'Inspecteur, je vais vous reposer la question.

28 En 2001, pour reprendre le même terme, quel était le message du

Page 4008

1 ministre Boskoski au sujet des personnes d'origine albanaise qui

2 souhaitaient avoir davantage de droits en Macédoine ?

3 R. Bien. Le ministre vient du village de Celopek qui est un village mixte

4 où habitent Albanais et Macédoniens, où ils cohabitent. Dans cet endroit et

5 dans la Macédoine en général, il a lutté pour l'égalité de tous les

6 citoyens de Macédoine.

7 Q. Est-ce que le ministre Boskoski était d'accord avec les efforts de

8 certaines personnes d'origine albanaise qui souhaitaient accroître leurs

9 droits constitutionnels en 2001 ?

10 Mme RESIDOVIC : [interprétation] Madame et Messieurs les Juges, encore une

11 fois j'objecte à cette question, parce que ce n'est pas une question à

12 poser à ce témoin. Il est garde du corps.

13 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Bien. Nous allons pouvoir poursuivre,

14 Maître Residovic, pour les mêmes raisons que pour la question précédente.

15 Veuillez poursuivre, Monsieur Saxon.

16 M. SAXON : [interprétation]

17 Q. Monsieur l'Inspecteur, en 2001, le ministre Boskoski était-il d'accord

18 avec les efforts de certaines personnes d'origine albanaise de Macédoine

19 qui souhaitaient accroître leurs droits constitutionnels ?

20 L'INTERPRÈTE : Les interprètes n'ont pas pu entendre la réponse du témoin.

21 M. SAXON : [interprétation]

22 Q. Pouvez-vous répondre un peu plus fort ?

23 R. Oui.

24 Q. Il était donc d'accord. C'est là votre réponse ? La réponse est donc

25 bien, oui ?

26 R. Oui.

27 Q. Vous a-t-il fait part de son accord ?

28 R. Non, pas à moi personnellement.

Page 4009

1 Q. Alors, comment savez-vous qu'il était d'accord avec ces efforts de

2 personnes d'origine albanaise qui souhaitaient accroître leurs droits ?

3 R. Je l'ai vu à la télévision.

4 Q. Hier, à la page 3 959 du compte rendu d'audience, vous étiez d'accord

5 avec mon éminente consoeur pour dire qu'en 2001 lorsque le ministre

6 Boskoski avait vent de ce que des policiers avaient été blessés ou tués, il

7 le prenait de manière très personnelle ? Vous souvenez-vous l'avoir dit ou

8 avoir été d'accord avec ce fait ?

9 R. Oui, c'est exact.

10 Q. A la même page du compte rendu d'audience, vous avez été d'accord avec

11 ma consoeur pour dire que le ministre Boskoski disait toujours que la

12 police ne devait pas réagir de la même manière et que le ministre Boskoski

13 ne recherchait pas la vengeance. Est-ce que vous vous souvenez avoir été

14 d'accord avec cette déclaration ?

15 R. Oui, c'est exact. Je suis d'accord.

16 M. SAXON : [interprétation] J'aimerais maintenant montrer au témoin ce qui

17 est maintenant la pièce P402. Peut-on rendre le classeur au témoin afin

18 qu'il puisse regarder cette pièce et cette version papier. Et sur le

19 prétoire électronique, il s'agit de la page 31 dans la version anglaise et

20 de la page 64 dans la version macédonienne.

21 M. l'Huissier peut-il aider le témoin en prenant l'intercalaire numéro 1

22 dans la version macédonienne et aller jusqu'à la page 64 de la version

23 macédonienne.

24 Q. Monsieur l'Inspecteur, pouvez-vous consulter le haut de la page 64 dans

25 la version macédonienne.

26 M. SAXON : [interprétation] Pour ceux d'entre nous qui suivent en anglais,

27 il s'agit du bas de la page 31.

28 Q. Monsieur l'Inspecteur, en haut de la page, vous voyez une phrase qui

Page 4010

1 commence par la suivante : "Nous ne devons pas permettre aux terroristes de

2 nous mener à la table des négociations."

3 Voyez-vous ce passage ?

4 R. Oui.

5 Q. C'est une citation d'une déclaration du ministre Boskoski aux

6 journalistes, le 6 juin 2001.

7 Monsieur l'Inspecteur, si vous allez un peu plus loin dans ce

8 paragraphe, vous verrez une phrase qui commence de la manière suivante :

9 "Nous devons réagir vis-à-vis des terroristes."

10 Voyez-vous ce passage, quelques lignes plus bas ? Il s'agit du même

11 paragraphe. "Nous devons réagir vis-à-vis des terroristes."

12 M. SAXON : [interprétation] Puis-je demander à Monsieur l'Huissier de venir

13 aider le témoin et de trouver le passage dans sa version linguistique.

14 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, je vois la phrase.

15 M. SAXON : [interprétation] La phrase en question est la suivante : "Nous

16 devons réagir vis-à-vis des terroristes en utilisant les mêmes manières,

17 les mêmes méthodes dont ils font usage."

18 Voyez-vous cette phrase ?

19 R. Oui, je la vois.

20 Q. Monsieur l'Inspecteur, est-ce que cela ne ressemble pas, pour vous, à

21 un appel à la vengeance ?

22 R. Je n'ai pas de commentaire.

23 Q. Mais j'aimerais que vous fassiez un commentaire. J'aimerais que vous

24 répondiez à la question.

25 R. Pour moi, il ne s'agit pas de vengeance.

26 Q. Je vois. Très bien.

27 Monsieur l'Inspecteur, avant votre déposition ici à La Haye, est-ce

28 que quelqu'un vous a demandé de dire que vous ne vous souvenez pas des

Page 4011

1 détails des événements de Ljuboten d'août 2001 ?

2 R. Non. C'est inexact. Personne ne m'a dit de le faire.

3 [Le conseil de l'Accusation se concerte]

4 M. SAXON : [interprétation] Madame et Messieurs les Juges, je n'ai pas

5 d'autres questions.

6 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Merci.

7 [La Chambre de première instance se concerte]

8 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Vous serez heureux d'apprendre que

9 cela marque la fin des questions qui vous auront été posées. Nous vous

10 remercions d'être venu à La Haye et de nous avoir fourni votre assistance.

11 Vous avez maintenant le plaisir de retourner à vos autres activités, et M.

12 l'Huissier va vous reconduire à la sortie.

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci beaucoup.

14 [Le témoin se retire]

15 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Monsieur Saxon.

16 M. SAXON : [interprétation] Monsieur le Président, l'Accusation a été

17 informée hier que la Défense aurait besoin de moins de temps avec ce

18 témoin. Hier, nous avons fait de notre mieux pour avancer les autres

19 témoins, ainsi le témoin qui devait témoigner vendredi va déposer demain.

20 Nous avons également pris nos dispositions pour faire venir un autre témoin

21 d'origine albanaise qui n'était pas prévu pour déposer à La Haye cette

22 semaine. Il arrivera demain et pourra déposer vendredi.

23 Nous n'avons pas d'autre témoin disponible à l'heure actuelle.

24 M. LE JUGE PARKER : [interprétation] Il y a une conséquence très claire à

25 ce que vous nous dites, Monsieur Saxon.

26 Je crois que vu les circonstances et étant donné le fait que nous

27 avançons de manière très encourageante, nous devons lever la séance pour

28 aujourd'hui, et nous reprendrons demain à 14 heures 15. Nous espérons que

Page 4012

1 nous aurons suffisamment de temps jeudi et vendredi pour interroger ces

2 deux témoins.

3 Je vais demander à la Greffière d'audience de se renseigner auprès du

4 service technique au sujet de ces problèmes récurrents de l'effet Larsen

5 qui sont dus aux problèmes de micros.

6 --- L'audience est levée à 15 heures 35 et reprendra le jeudi 23 août 2007,

7 à 14 heures 15.

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28