Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 1619

1 Le mardi 6 février 2007

2 [Audience publique]

3 [L'accusé est introduit dans le prétoire]

4 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

5 --- L'audience est ouverte à 9 heures 01.

6 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] En l'absence de M. le Juge Mindua

7 pendant la première séance de ce matin, M. le Juge Harhoff et moi-même,

8 nous allons siéger aujourd'hui conformément à l'article 15 bis.

9 Hier, la question s'est posée sur un différend entre les parties à propos

10 d'un témoin pour lequel on a demandé des mesures de protection. Le 19

11 janvier une décision avait été prise par la Chambre. La Chambre s'est

12 renseignée et ceci portait sur le Témoin

13 W-54 à qui on a accordé une distorsion des traits du visage, de la voix

14 ainsi qu'un pseudonyme.

15 Nous allons poursuivre maintenant, Madame Marcus.

16 Mme MARCUS : [interprétation] Merci, Messieurs les Juges.

17 LE TÉMOIN: TÉMOIN W-118 [Reprise]

18 [Le témoin répond par l'interprète]

19 Interrogatoire principal par Mme Marcus : [Suite]

20 Q. [interprétation] Bonjour, Madame le Témoin.

21 R. Bonjour.

22 Mme MARCUS : [interprétation] Avant de commencer, puis-je demander au

23 greffier d'afficher le numéro 2872, un document qui figure sur la liste 65

24 ter. Dans l'intervalle, je vais poser quelques questions.

25 Q. Madame le Témoin, hier, avant la levée de l'audience, vous nous disiez

26 - et je cite le compte rendu d'hier. Je vous ai demandé si vous vous

27 souveniez de quel quartier de la ville le tramway venait et vous avez dit

28 que le tram allait du centre en direction d'Ilidza. Ensuite, je vous ai

Page 1620

1 demandé où se trouvait le tramway au moment où on vous a touchée, vous avez

2 répondu en disant : "La caserne du maréchal Tito, à une vingtaine de

3 mètres, et que la fusillade a commencé à ce moment-là."

4 Vous souvenez-vous d'avoir dit cela ?

5 R. Oui, effectivement.

6 Q. Pourriez-vous dire aux Juges de la Chambre, si vous vous en souvenez,

7 de quelle direction venaient les tirs ?

8 R. Ils venaient de la gauche.

9 Q. Pour les besoins des Juges, pourriez-vous nous dire ce qui se trouvait

10 sur votre gauche ?

11 R. Sur ma gauche, il y avait l'armée serbe. C'est dans un quartier de

12 Grbavica, les tirs venaient de là.

13 Q. Une fois que les tirs ont commencé, est-ce que vous avez arrêté le tram

14 tout de suite ou est-ce que vous avez poursuivi votre route ?

15 R. J'ai poursuivi notre route.

16 Q. Vous souvenez-vous de la distance que vous avez parcourue après cela

17 avant de vous être arrêtée ?

18 R. A une cinquantaine de mètres environ. J'essayais de me protéger ainsi

19 que les passagers du tram. Je me suis arrêtée à côté de la faculté des

20 sciences naturelles, car là le bâtiment permet de se mettre à l'abri à cet

21 endroit-là.

22 Q. Madame le Témoin, voyez-vous le plan de la ville qui se trouve sous vos

23 yeux ?

24 R. Oui.

25 Mme MARCUS : [interprétation] Est-ce que je peux demander un agrandissement

26 de ce plan, s'il vous plaît. Merci. Je vais également demander à M.

27 l'Huissier d'aider le témoin à annoter cette carte.

28 Q. Madame le Témoin, sur votre écran, là où il y a la carte, est-ce que

Page 1621

1 vous voyez l'endroit où se trouvait le tram lorsqu'on vous a tiré dessus ?

2 R. Oui.

3 Q. Seriez-vous en mesure d'indiquer par la lettre X l'endroit où se

4 trouvait le tram lorsque la fusillade a éclaté ?

5 R. Ici.

6 Q. Merci. Pourriez-vous maintenant dessiner une ligne droite pour indiquer

7 le chemin que le tram a parcouru jusqu'au moment où vous vous êtes arrêtée.

8 R. [Le témoin s'exécute]

9 Q. Est-ce que cette ligne indique bien le chemin que vous avez parcouru

10 jusqu'à l'arrêt du tram ?

11 R. Je crois que oui. Juste ici.

12 Q. Très bien. Madame le Témoin, simplement pour préciser ce point, est-ce

13 que ce que vous avez dessiné vous satisfait ? Est-ce que ceci correspond

14 bien à vos souvenirs ? Est-ce que vous voulez redessiner la ligne ?

15 R. En tout cas, de la manière dont je lis cette carte cela devrait être

16 bon.

17 Q. Merci. Pourriez-vous également préciser pour les Juges de la Chambre

18 l'endroit d'où provenaient les tirs. Vous pourriez dessiner un cercle pour

19 nous indiquer l'endroit approximativement.

20 R. Cela venait de cet endroit-ci, grosso modo.

21 Mme MARCUS : [interprétation] Je souhaite verser au dossier cette carte

22 annotée, s'il vous plaît.

23 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, le versement est accepté.

24 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce P176, Messieurs les

25 Juges.

26 Mme MARCUS : [interprétation] Puis-je maintenant demander au greffier de

27 présenter la pièce 2914. C'est également un document qui figure sur la

28 liste 65 ter. Je vais également demander au témoin d'annoter ce document.

Page 1622

1 Q. Madame le Témoin, voyez-vous une photographie devant vous ?

2 R. Oui.

3 Q. Pensez-vous être en mesure de pouvoir annoter cette photo et d'indiquer

4 par la lettre X l'endroit où se trouvait le tram d'après vos souvenirs

5 lorsqu'on a commencé à tirer ?

6 R. Bien sûr.

7 Q. Pourriez-vous indiquer ceci avec la lettre X, s'il vous plaît,

8 l'endroit où se trouvait le tram lorsqu'on a commencé à tirer.

9 R. [Le témoin s'exécute]

10 Q. Comme nous l'avons fait sur la carte, pourriez-vous indiquer par une

11 ligne droite le parcours du tram jusqu'au moment de l'arrêt de celui-ci.

12 R. [Le témoin s'exécute]

13 Q. Pourriez-vous également indiquer sur la photographie l'endroit d'où

14 vous pensez qu'on a tiré. Veuillez indiquer ceci par un cercle.

15 R. [Le témoin s'exécute]

16 Q. Merci.

17 Mme MARCUS : [interprétation] Je souhaite demander le versement de cette

18 photographie au dossier, s'il vous plaît.

19 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Avant de faire cela, pouvez-vous

20 demander au témoin, s'il vous plaît, pourquoi elle pensait que les tirs

21 venaient de cet endroit-là en particulier ?

22 Mme MARCUS : [interprétation] Oui, Monsieur le Président.

23 Q. Madame le Témoin, pourriez-vous dire aux Juges de la Chambre ce qui

24 vous fait croire que les tirs provenaient de cet endroit-là ?

25 R. Parce que les tirs venaient de ma gauche. Il y avait des positions de

26 l'armée serbe qui s'y trouvaient sur ma gauche. Cela ne pouvait absolument

27 pas être quelqu'un d'autre. Les tirs venaient de cette partie-là de la

28 ville.

Page 1623

1 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Fort bien.

2 Nous admettons le versement de ce document.

3 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce P177.

4 Mme MARCUS : [interprétation]

5 Q. Madame le Témoin, pourriez-vous expliquer aux Juges de la Chambre

6 pourquoi vous vous êtes arrêtée à cet endroit-là ?

7 R. Vous voulez dire quand les tirs ont cessé ?

8 Q. Oui.

9 R. Je me suis arrêtée à côté de la faculté de sciences naturelles, parce

10 que cela me semblait être un endroit assez sûr pour nous mettre à l'abri.

11 Je ne pouvais pas poursuivre ma route, car les gens voulaient absolument

12 sortir et essayer à tout prix d'ouvrir les portes. On ne peut pas continuer

13 à circuler quand les gens veulent descendre comme cela.

14 Q. Madame le Témoin, y avait-il des soldats de l'ABiH à bord de votre tram

15 ce jour-là ?

16 R. Oui, il y en avait un. Il était debout à côté de moi. C'est la seule

17 raison pour laquelle je l'ai remarqué.

18 Q. Avez-vous vu d'autres soldats de l'ABiH à bord de votre tram ce jour-

19 là ?

20 R. Je ne m'en souviens pas.

21 Q. Avez-vous vu des soldats de l'ABiH près du tram, à l'extérieur du tram

22 ce jour-là ?

23 R. Je ne m'en souviens pas non plus. Je n'ai pas remarqué

24 particulièrement.

25 Q. Avez-vous vu des véhicules de l'ABiH près du tram ce jour-là ou à

26 proximité du tram ?

27 R. Non, je ne m'en souviens pas. Je ne me souviens pas d'en avoir vu.

28 Q. Y avait-il des activités de combat à proximité du tram ou près de

Page 1624

1 l'endroit où il y a eu l'incident ce jour-là ?

2 R. Non, il n'y en avait pas. Il y avait une trêve à ce moment-là.

3 Q. Vous souvenez-vous du temps qu'il faisait ?

4 R. Non, pas vraiment.

5 Q. Est-ce que vous souvenez de ceci : y avait-il beaucoup de monde dans le

6 tram ?

7 R. Oui, pas mal.

8 Q. Vous souvenez-vous des vêtements que vous portiez ce jour-là ?

9 R. Oui, je me souviens de cela. Je portais une veste noire en cuir, qui

10 souvent m'a porté chance et qui m'a sauvé la vie à deux reprises pendant la

11 guerre. C'est la raison pour laquelle je m'en souviens.

12 Q. L'endroit d'où on vous a tiré dessus, était-ce un endroit qui était

13 réputé pour être dangereux ?

14 R. Oui.

15 Q. Pourquoi était-ce un endroit qui était réputé pour être dangereux ?

16 R. Parce que c'était un espace ouvert, et c'est là que la plupart des gens

17 avaient un problème.

18 Q. Cet itinéraire que vous avez emprunté ce jour-là, est-ce que vous vous

19 êtes arrêtée à chaque arrêt ?

20 R. Oui, nous nous sommes arrêtés à tous les arrêts. Il y avait un arrêt

21 qui était juste avant, devant l'école de technologie. C'est un arrêt où on

22 ne s'arrêtait pas pendant la guerre. En revanche, l'arrêt où je me suis

23 arrêtée était obligatoire. Je n'avais pas le choix.

24 Q. En tant que conducteur de tramway, comment preniez-vous votre décision,

25 à savoir si vous deviez conduire le tram ou pas ? --

26 R. Cette décision ne me revenait pas. C'était les autorités qui ont

27 décidé, à savoir s'il y avait une trêve ou un cessez-le-feu ou non, à ce

28 moment-là, nous pouvions sortir. Si cela n'était pas le cas, s'il y avait

Page 1625

1 un problème, à ce moment-là, ils nous en informaient. Nous ne savions

2 jamais quand la fusillade allait éclater. Nous n'étions pas en sécurité.

3 Pendant les cessez-le-feu et en dehors des cessez-le-feu, l'armée serbe

4 nous tirait toujours dessus, ils ne respectaient absolument pas ces choses-

5 là.

6 Q. Madame le Témoin, pourriez-vous nous décrire ces tirs qui ont touché le

7 tram le 27 février 1995 ?

8 R. Je ne pouvais même pas croire qu'il s'agissait de tirs. Croyez-moi.

9 J'ai simplement entendu les câbles au-dessus du tram qui étaient en train

10 de se rompre. Tout d'abord, l'impression que j'avais c'était que ces câbles

11 étaient en train de se rompre. Il y a eu un bruit très fort, un bruit

12 assourdissant, et j'avais l'impression que les vitres étaient en train de

13 se briser. Je ne me suis même pas retournée pour regarder. J'ai simplement

14 regardé sur la droite et j'ai vu que tous les passagers s'étaient accroupis

15 par terre lorsque je me suis retournée pour les regarder.

16 Q. A quel moment vous êtes-vous rendu compte que l'on tirait, qu'il ne

17 s'agissait pas simplement des câbles qui s'étaient cassés ?

18 R. Parce que les gens étaient en train de hurler. Je me suis retournée, et

19 j'ai vu du sang. C'est à ce moment-là que je suis rendu compte pour la

20 première fois qu'il y avait des tirs et que quelqu'un qui avait tiré.

21 Q. Savez-vous combien de fois on a tiré sur votre tram ?

22 R. Pas précisément, non. L'impression que j'avais, c'est que toute la

23 longueur du tramway avait été prise pour cible. J'avais l'impression que

24 c'était plutôt toute une série, toute une rafale de coups qui avaient

25 touché le tram.

26 Q. Madame le Témoin, avez-vous eu l'occasion de constater les dégâts qui

27 avaient été provoqués au niveau de votre tram ?

28 R. Oui. Quelques minutes plus tard, au dépôt, à la remise, là où nous

Page 1626

1 laissons le tramway à la fin de la journée, je suis descendue, j'ai regardé

2 et j'ai vu qu'il y avait comme des traces de zigzags sur le tram. Je ne

3 suis pas restée très longtemps, je voulais partir le plus rapidement

4 possible, je voulais aller pouvoir me reposer.

5 Q. Sur quelle partie du tram il y avait ces zigzags, ces traces laissées

6 par les balles ?

7 R. A gauche du tram, à ma gauche, par rapport à l'endroit où j'étais

8 assise. Il y avait cette balle. Mon supérieur m'a amenée pour voir cet

9 endroit, et la balle a touché le tramway sur ma gauche. Il y a toute une

10 série de câbles à cet endroit. Si la balle avait pu traverser, elle

11 m'aurait touchée ici et j'aurais été handicapée. Le simple fait d'y penser

12 me rendait folle, donc j'ai décidé de ne plus regarder du tout.

13 Q. En vous fondant sur vos souvenirs personnels, à votre avis, combien de

14 passagers ont été blessés ce jour-là à bord de votre tramway ?

15 R. J'ai vu une femme. Je ne sais pas exactement combien ont été blessés,

16 combien de personnes. Nous sommes descendus pour venir en aide aux gens.

17 Nous avons arrêté quelques voitures qui passaient. A un moment donné je me

18 suis retournée, et je ne pouvais pas quitter l'endroit, il fallait attendre

19 que tout cela soit terminé.

20 Q. Madame le Témoin, pourriez-vous dire aux Juges de la Chambre comment

21 cet incident a eu des conséquences sur votre vie ?

22 R. Ce n'était pas simplement l'incident en tant que tel, la vie à Sarajevo

23 était très difficile, en règle générale. Pour ce qui est de l'incident en

24 question, je dois dire que ceci a eu une incidence psychologique et

25 physique sur ma vie et mon travail.

26 Q. Pardon, vouliez-vous dire autre chose ?

27 R. Non, pas vraiment. J'essaie d'expliquer aux Juges de la Chambre ce que

28 l'on peut ressentir. Mais c'est très difficile, car ce n'est que quand on a

Page 1627

1 été présent physiquement et qu'on a assisté à cela que l'on sait exactement

2 ce que cela signifie.

3 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je ne sais pas si exactement vous

4 lui avez demandé quel métier elle exerçait actuellement. Je vais lui poser

5 la question.

6 Madame le Témoin, est-ce que vous avez un métier, et si oui, quel est ce

7 métier que vous exercez ?

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Je travaille toujours pour la même

9 société, mais je vends des billets maintenant. Je ne conduis plus. C'est

10 toujours la même société, mais je ne conduis plus. C'est tout.

11 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] C'est vous qui avez pris cette

12 décision de ne plus conduire de tram ?

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui. Oui, oui. Je suis allée voir un

14 neuropsychiatre à un moment donné, et on m'a dit que j'étais handicapée.

15 C'est la raison pour laquelle j'ai changé de métier.

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Au niveau de votre salaire, est-ce

17 que cela a changé quelque chose ?

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Non. Le salaire est resté le même. Dans ce

19 type de société, le salaire de conducteur de tram est un bon salaire. Mon

20 salaire n'a pas changé, c'est simplement que je ne conduis plus de tram.

21 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Merci, Madame le Témoin.

22 Madame Marcus, c'est à vous.

23 Contre-interrogatoire par Mme Isailovic :

24 Q. Bonjour. Je m'appelle Branislava Isailovic. Je suis avocate et membre

25 de l'Association du barreau de Paris.

26 Je voudrais vous demander quelques questions concernant les déclarations

27 que vous avez faites au bureau du Procureur à diverses occasions. Vous

28 rappelez-vous ces déclarations ?

Page 1628

1 R. Oui.

2 Q. Les données que j'ai, vous avez donné trois déclarations au bureau du

3 Procureur. On a fait état de deux d'entre elles. Vous avez donné une

4 déclaration les 15 et 16 novembre 1995, une autre le 2 mai 1996 et la

5 troisième fois le 19 avril 2006; est-ce vrai ?

6 R. Je ne me souviens pas de la date, mais je crois que c'est cela. Oui, si

7 vous voyez ma signature, cela signifie sans doute que c'est moi qui ai fait

8 cette déclaration.

9 Q. De cet accident qui s'est passé le 27 février 1995, c'est la date du 1er

10 mars 1995 où vous avez donné une déclaration à la police bosniaque. Est-ce

11 que vous vous souvenez de cela aussi ?

12 R. La déclaration peut-être, mais l'incident a eu lieu en février pas au

13 mois de mars. Pour autant que je m'en souvienne, je ne me souviens pas de

14 la date exacte, mais l'incident qui s'est produit au moment où je

15 conduisais le tram s'est produit à la fin du mois de février 1995 et pas au

16 mois de mars.

17 Q. C'est cela donc, l'accident. Mais j'ai parlé de la déclaration que vous

18 avez donnée à la police, le 1er mars 1995.

19 Mme ISAILOVIC : Maintenant, je vais demander à mon assistant d'afficher --

20 R. Cela c'est autre chose. La déclaration c'est bien, mais l'incident lui-

21 même, la déclaration a été faite au mois de mars. Je ne sais pas

22 exactement, c'était quelques jours après l'incident. Je ne me souviens pas

23 de la date exacte.

24 Q. Merci. C'est clair maintenant.

25 Mme ISAILOVIC : Je demande à mon assistant d'afficher le document 65 ter

26 2883. On va à la page 6, ligne 2886.

27 Excusez-moi. On a un problème de trouver cette déclaration, mais on

28 va aller alors sous la photo qu'on a vue tout à l'heure, et après on doit

Page 1629

1 revenir sur cette déclaration.

2 C'est 65 ter 2914. Est-ce qu'on peut avoir un agrandissement.

3 Q. Madame le Témoin, c'est la photo que Mme le Procureur vous a montrée

4 tout à l'heure. Je vous demande seulement, quand vous voyez mon micro

5 allumé de ne pas parler parce que je l'éteins tout le temps. Il ne faut pas

6 que votre voix ressorte de cette salle. D'accord.

7 Mme ISAILOVIC : Est-ce que sur cette photo, je voudrais avoir l'assistance

8 de M. l'Huissier pour le stylet.

9 Q. Montrer exactement la trace empruntée par votre tramway ce jour-là, le

10 27 février 1995.

11 R. L'itinéraire suivi par le tram, le tram allait du centre-ville en

12 direction d'Ilidza.

13 Q. Vous êtes passée aussi près du Holiday Inn ce jour-là ?

14 R. Oui. Je suis passée devant ce quartier-là en direction de cet endroit-

15 là, par là.

16 Q. Est-ce que, Madame le Témoin, vous pourriez placer une ligne droite

17 tout au long de la trace que vous voyez sur cette photo, s'il vous plaît.

18 R. [aucune interprétation]

19 Q. Sur la trace du tramway vous conduisez ce jour-là, est-ce que vous

20 pouvez faire une ligne droite. Faites-le, s'il vous plaît, avec le stylet.

21 R. Vous voulez que je le fasse sur toute la carte ? Par là, où il est

22 passé, donc le tram a passé par là.

23 Q. Madame le Témoin, est-ce que, parce que vous parliez tout à l'heure des

24 différents bruits que vous avez entendus ce jour-là, que vous n'étiez pas

25 sûre qu'on tirait, mais que vous croyiez avoir entendu autre chose. Est-ce

26 que vous êtes vraiment sûre concernant ce moment où vous avez commencé à

27 entendre la fusillade ?

28 R. Bien sûr que j'ai senti ces tirs mais pas du premier coup. Je n'ai pas

Page 1630

1 tout de suite compris que c'étaient des tirs.

2 Q. Justement. Je vous ai posé la question où avez-vous, à peu près, sur

3 cette trace, où avez-vous compris qu'il s'agissait des tirs ?

4 R. A quel niveau à propos par rapport des rails ? J'ai quitté la station,

5 et au bout d'une cinquantaine de mètres j'ai entendu des tirs par rapport à

6 cet itinéraire que j'ai emprunté.

7 Q. Où se situe l'arrêt, s'il vous plaît ? Mettez un X sur l'endroit où

8 vous avez ouvert la porte pour que les passagers sortent.

9 R. C'était ici, à peu près ici.

10 Q. Vous avez parlé plus tôt de la caserne de maréchal Tito. Est-ce que la

11 caserne ne se situait pas un petit peu à l'avant, vers le centre-ville ?

12 R. La caserne devrait être à peu près ici. Et ici, se trouve la faculté

13 des mathématiques et des sciences naturelles pour autant que je puisse les

14 voir sur la carte, sur les plans. Je pense que l'arrêt est à peu près ici.

15 Voilà.

16 Q. Est-ce que vous pouvez prendre votre stylet, s'il vous plaît, et

17 marquer avec le stylet ce que vous venez de montrer, où se situait - parce

18 que là on ne voit pas la caserne du maréchal Tito, parce qu'on voit un

19 chantier de construction. Est-ce que c'était à la place de ce chantier, la

20 caserne ?

21 R. La caserne, normalement, aurait dû être par là, dans la mesure où je

22 puisse me retrouver sur ce plan. Vous savez, j'ai un peu du mal. C'est à

23 peu près ici. Ici, je vois plus clair. Je pense que l'arrêt du tram est à

24 peu près ici et la caserne aussi, mais j'ai du mal avec ce site-là.

25 Q. Madame le Témoin --

26 Mme ISAILOVIC : Je demande à M.l'Huissier peut-être qu'il s'approche de Mme

27 le Témoin pour lui aider d'utiliser le stylet, s'il vous plaît.

28 Q. Il faut - parce qu'on ne peut pas voir sans que vous marquiez cela avec

Page 1631

1 votre stylet. Donc, d'après vous, la caserne était où, s'il vous plaît ?

2 Mettez un point et la lettre C, s'il vous plaît.

3 R. Où se trouvait la caserne ? Je sais qu'elle était à peu près par là, à

4 peu près à ce niveau-là. C'est à peu près là. J'en suis persuadée.

5 Q. L'arrêt près de la caserne, est-ce que vous pouvez maintenant, une fois

6 qu'on voit la caserne, où se situait l'arrêt qui s'appelait, je suppose,

7 caserne maréchal Tito, quelque chose comme cela.

8 R. Oui. C'était au début de l'endroit où se trouvait la caserne maréchal

9 Tito se trouvait aussi l'arrêt. D'ailleurs, l'arrêt y est toujours.

10 Q. Madame le Témoin, cela se situe plus au carrefour, là où, par exemple,

11 la ligne 4 tourne vers la gare ? Est-ce que c'est là l'arrêt de la caserne

12 maréchal Tito.

13 R. Il y avait un autre arrêt de tram; c'est là que le tram numéro 4

14 tourne. D'ailleurs, cet arrêt s'appelle l'arrêt l'école technique. C'est un

15 autre arrêt de tram. Après celui-ci, se trouve l'arrêt de la caserne

16 maréchal Tito. On ne s'arrêtait même pas au niveau de cet arrêt-là, l'arrêt

17 auquel vous faites référence, puisque le tram numéro 4 ne fonctionnait pas

18 à l'époque.

19 Q. Ce que vous dites là, c'est que si la croix au bout de cette photo à

20 gauche représente l'arrêt caserne maréchal Tito, il se situait un petit peu

21 plus loin de la caserne; est-ce vrai ?

22 R. Non, là où vous m'avez demandé de mettre un cercle, c'est l'endroit où

23 j'ai arrêté le tram pour laisser sortir les passagers. Vous ne m'avez pas

24 demandé où se trouvait l'arrêt. L'arrêt est un petit peu plus en amont,

25 plus loin. Le cercle correspond à l'endroit où je me suis arrêtée pour

26 laisser descendre les passagers.

27 Q. Je vois maintenant. Est-ce que vous pouvez mettre une autre croix sur

28 cette ligne qui représente la trace du tramway où se situe l'arrêt caserne

Page 1632

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 1633

1 maréchal Tito ?

2 R. L'arrêt de tram ou la caserne ? Parce que tout à l'heure je vous ai

3 montré l'endroit où se trouve la caserne. Est-ce que là vous me demandez de

4 noter l'endroit où se trouvait la caserne ou bien l'endroit où se trouvait

5 l'arrêt ?

6 Q. Je vous demande l'endroit où se trouvait l'arrêt.

7 R. L'arrêt de la caserne, je dirais qu'il est à peu près là, à cet

8 endroit-là, au début.

9 Q. Vous pourriez mettre la lettre A à l'endroit où se trouve l'arrêt où

10 les passagers sont sortis.

11 R. Là où ils sont sortis ? Je viens de vous montrer l'endroit où ils sont

12 sortis. Je ne peux pas en être sûre, vous savez.

13 Q. De mettre juste pour notre transcript, et après pour qu'on puisse

14 regarder cela, une lettre A sur cet endroit.

15 R. L'endroit où j'ai fait sortir les passagers ?

16 Q. Oui.

17 R. Attendez, je ne comprends pas très bien. Est-ce que vous voulez dire

18 l'endroit où j'ai fait sortir les passagers au moment où les tirs se sont

19 arrêtés ou bien là où j'ai fait sortir les passagers au niveau de l'arrêt

20 de tram avant que les tirs ne commencent ?

21 Q. Tout d'abord, vous mettez un A sur l'endroit où se situait à l'époque,

22 et vous dites aussi aujourd'hui, l'arrêt caserne maréchal Tito, un A. C'est

23 l'arrêt du tramway.

24 R. Cela devrait être à peu près ici, à peu près là. Vous voulez que je

25 mette la lettre A ? Bien.

26 Q. Une fois les passagers sortis, vous avez repris votre chemin, n'est-ce

27 pas, vers Ilidza. La deuxième croix correspondrait à l'endroit où vous vous

28 êtes abritée après les tirs; est-ce vrai ?

Page 1634

1 R. La première croix, c'est là que je me suis arrêtée. C'est un arrêt

2 normal. Je me suis arrêtée pour prendre d'autres voyageurs et pour laisser

3 sortir les voyageurs. Ensuite, les tirs ont commencé. C'est là qu'ils ont

4 commencé. Après cela, je me suis abritée avec mon tram. J'ai arrêté le tram

5 au niveau de la faculté de mathématiques et de sciences naturelles. Si

6 j'avais été sur place j'aurais pu vous le montrer vraiment, mais là, j'ai

7 du mal avec le plan.

8 Q. La deuxième croix --

9 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Madame le Témoin, pourriez-vous,

10 s'il vous plaît parler dans le micro parce que les interprètes ne vous

11 entendent pas, merci.

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Je m'excuse.

13 Mme ISAILOVIC :

14 Q. La deuxième croix, on peut mettre une lettre B qui correspondrait à

15 l'endroit où vous vous êtes abritée, approximativement.

16 R. Oui, après les tirs, quand les tirs se sont arrêtés, c'est à peu près

17 ici. C'était à peu près à cet endroit là que je me suis arrêtée. Voilà.

18 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Excusez-moi, je ne la vois pas.

19 LE TÉMOIN : [interprétation] La lettre B, je mets la lettre B.

20 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je la vois à présent. Merci.

21 Mme ISAILOVIC : Maintenant, Monsieur le Président, j'aurais aimé demander

22 au greffier de garder cette photo marquée de la part de Mme le Témoin en

23 tant que preuve. Je demande une cote, s'il vous plaît.

24 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Très bien. Ce document a été versé

25 au dossier.

26 M. LE GREFFIER : [interprétation] En tant que pièce D39, Monsieur le

27 Président.

28 Mme ISAILOVIC : Maintenant, je demande à mon assistant de mettre sur

Page 1635

1 l'écran "street map", 65 ter 2872.

2 Q. Madame le Témoin, c'est le plan des rues de Sarajevo que Mme le

3 Procureur vous avait montré tout à l'heure. Maintenant, on va voir peut-

4 être un petit peu mieux tout dont on a parlé.

5 Entre-temps, j'aurais aimé vous poser une question sur votre carrière en

6 tant que conductrice du tramway. D'après vos déclarations, vous vous êtes

7 inscrite à un concours publié par l'entreprise GRAS; c'est cela ?

8 R. Oui.

9 Q. Avant de commencer à conduire le tramway dans les rues, vous avez, je

10 suppose, eu un entraînement ?

11 R. Oui.

12 Q. Cela a duré à peu près combien de temps ?

13 R. C'était en 1994, cela a commencé au mois de septembre. Le concours a

14 été publié au mois de septembre. Je me suis présentée. Comme je conduis

15 très bien, j'ai tout de suite passé l'examen et j'ai réussi. J'ai commencé

16 à travailler immédiatement, si vous voulez. Déjà au mois de décembre j'ai

17 commencé à travailler. Je dirais que j'ai été formée pendant un mois ou

18 deux.

19 Q. Est-ce que déjà au mois de décembre le tramway fonctionnait

20 normalement ?

21 R. Non, pas normalement. On s'entraînait encore. On sortait de temps en

22 temps, on s'exerçait dans la remise. La situation n'était pas sûre, on ne

23 pouvait pas sortir comme cela.

24 Q. A peu près quand le tramway a commencé à fonctionner, s'il vous plaît ?

25 R. Je ne sais pas.

26 Mme ISAILOVIC : Maintenant on peut afficher un autre plan, et peut-être on

27 pourrait dire la partie droite, oui.

28 Q. Madame le Témoin, maintenant est-ce que vous pouvez mieux situer la

Page 1636

1 caserne ? Montrez-là, s'il vous plaît.

2 R. Je pense que c'est à peu près ici puisque là je vois Marindvor.

3 Q. Vous pouvez mettre un C.

4 R. [Le témoin s'exécute]

5 Q. C'est l'arrêt caserne maréchal Tito. Maintenant, quand on vous a posé

6 la question tout à l'heure sur l'origine des tirs, vous avez dit que de

7 votre gauche était le territoire tenu par les Serbes; est-ce vrai ?

8 R. Oui, c'est exact.

9 Q. Quand vous dites le territoire, ce territoire commençait à peu près où

10 sur ce plan, le territoire tenu par les Serbes ?

11 R. Je ne sais pas où cela commence exactement. On était séparé par la

12 rivière Miljacka. La rive droite était, on va dire, à nous, et la rive

13 gauche appartenait aux Serbes.

14 Q. Est-ce que vous pouvez nous montrer sur ce plan, Miljacka et tirer une

15 ligne, s'il vous plaît, au cours du lit de Miljacka.

16 R. [Le témoin s'exécute]

17 Q. Madame le Témoin, ce que je vois là, sur votre gauche se trouvait aussi

18 le territoire tenu par l'ABiH; est-ce vrai ?

19 R. Pourriez-vous répéter la question, s'il vous plaît.

20 Q. Bien sûr. Ce que je vois maintenant, quand vous avez tiré cette ligne

21 et on voit sur le plan Miljacka. Vous dites que Miljacka représentait à peu

22 près la ligne de séparation entre les deux parties belligérantes. J'en

23 conclus que si l'arrêt représente la lettre C, de votre gauche se situait

24 non seulement le territoire tenu par l'armée de Republika Srpska mais aussi

25 le territoire tenu par l'ABiH; est-ce vrai ?

26 R. Oui, c'est exact. Cependant, au niveau de Marindvor se trouvait aussi

27 la FORPRONU, pas notre armée. La rive droite nous appartenait, on va dire.

28 La FORPRONU y était quand même, et c'était une sorte de ligne de

Page 1637

1 démarcation. Est-ce qu'il y avait vraiment des soldats là-bas ? Je ne le

2 sais pas. J'imagine que non, mais je ne suis pas sûre de cela.

3 Q. Madame le Témoin, justement, je vous pose cette question pour cela.

4 Est-ce que vous pouvez me confirmer qu'entre les deux parties on a eu de

5 temps à autre des fusillades, des combats, ce qui est un petit peu normal

6 pour une guerre ?

7 R. Je n'étais pas sur la première ligne de front pour pouvoir vous

8 répondre. En ce qui concerne la ville là où j'ai été, depuis la ville,

9 l'armée ne tirait pas sur les Serbes alors que les Serbes nous pilonnaient

10 sans arrêt. Je ne vois pas pourquoi vous me posez cette question-là.

11 Qu'est-ce que vous voulez dire, que nous, les civils, tirions sur les

12 Serbes ? Je n'ai vu personne dans la ville tirer sur ceux qui étaient de

13 l'autre côté avec son fusil.

14 Q. Non, Madame le Témoin. Bien sûr, je n'avance pas que les civils ont

15 tiré sur quiconque. Je vous ai posé la question concernant les unités de

16 l'ABiH. On est d'accord que les unités étaient présentes partout dans la

17 ville.

18 R. Sans doute que oui, mais ces soldats étaient sur la première ligne de

19 front et pas dans le centre-ville. Là où j'ai circulé, c'était dans le

20 centre-ville. Dans le centre-ville, je ne voyais personne tirer sur qui que

21 ce soit. Vous savez que dans le centre-ville il y avait la FORPRONU, puis

22 il y avait des civils. Comment était la situation sur les frontières ou la

23 ligne de front ? Je ne saurais vous répondre.

24 Q. De toute façon, cette période représentait pour vous une période un

25 petit peu plus tranquille que les autres. Vous avez dit que c'était la

26 période de trêve.

27 R. Oui, c'est vrai, à l'époque, il y avait eu un cessez-le-feu. On ne

28 pouvait jamais savoir avec l'armée serbe parce que c'était une question de

Page 1638

1 chance. On ne savait jamais quand ils allaient commencer à tirer. Ils ne

2 respectaient pas le cessez-le-feu, ils ne respectaient rien. Quand on

3 sortait, c'était une question de chance de savoir si vous alliez rentrer ou

4 non.

5 Q. Madame le Témoin, vous n'êtes pas sûre si l'autre partie belligérante

6 respectait la trêve ou pas ?

7 R. Non, je ne le sais pas, c'est vrai.

8 Q. Pour cela, je vais montrer un document qui est --

9 Mme ISAILOVIC : Tout d'abord, je voudrais garder la photo qui est sur

10 l'écran. Je demanderais à M. le Greffier une cote pour ce document, s'il

11 vous plaît.

12 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Très bien. Ce document a été versé

13 au dossier.

14 M. LE GREFFIER : [interprétation] En tant que pièce D40, Monsieur le

15 Président.

16 Mme ISAILOVIC : Encore une chose avant de passer à ce document. Q. Vous

17 avez parlé de la procédure dans votre entreprise pour décider si un jour le

18 tramway circulerait ou pas. Est-ce que c'est votre directeur ou dispacheur

19 qui a décidé de cela ? Est-ce que vous pouvez expliquer un petit peu le

20 processus, s'il vous plaît ?

21 R. Oui, ce sont les directeurs et les dispacheurs sans doute, mais ils

22 recevaient des ordres de quelqu'un d'autre, du MUP, des gens d'un niveau

23 supérieur. Suite à ces accords ou permissions, ils nous ont laissé sortir.

24 Ils nous disaient que la situation était sûre ou non. Vous savez, jamais on

25 ne peut être vraiment sûr de la situation telle qu'elle était.

26 Q. Vous personnellement, vous receviez les lignes conductrices des

27 responsables immédiatement responsables à vous ? Comment cela se passait en

28 pratique ? Par exemple, vous vous rendiez sur le lieu de travail et comment

Page 1639

1 est-ce que vous saviez où cela roulait ou pas.

2 R. Doucement. Je vais tout d'abord vous répondre à la première question

3 posée. Vous m'avez demandé si je me rendais à mon travail. Oui,

4 quotidiennement, je me rendais à mon travail, on se réunissait le matin et

5 on voyait quelle était la situation. Est-ce que la situation était

6 suffisamment sûre pour circuler, oui ou non. Le directeur ou un supérieur

7 nous disait quelle était la situation, peu importe qui lui donnait l'ordre.

8 Tous les jours nous venions travailler et nous attendions dans le dépôt

9 avant de recevoir l'autorisation de quitter le garage, de quitter ce dépôt.

10 Ensuite, vous m'avez posé une deuxième question, mais maintenant je ne m'en

11 souviens plus.

12 Q. C'était cela ma question. Vous avez très bien répondu.

13 Ce qui m'intéresse, le jour précis du 27 février, vous êtes rendue à quelle

14 heure au travail ?

15 R. Ce jour-là je travaillais déjà. Puisqu'il y avait un cessez-le-feu, on

16 savait qui travaillait quand, et ce jour-là, je travaillais dans la

17 première relève qui commençait à peu près à

18 5 heures du matin, c'est-à-dire que je travaillais entre 5 heures du matin

19 et 1 heure de l'après-midi. C'était les horaires habituels pour cette

20 première équipe, première relève.

21 Q. Quelle était la trace, quelle était la ligne que vous conduisiez ce

22 jour-là, au premier tour, disons ?

23 R. Il n'y avait qu'une ligne de tram qui fonctionnait à l'époque. Tout ce

24 qu'on faisait c'était de conduire entre le dépôt et la Bascarsija. Il n'y

25 avait qu'une seule ligne. Aujourd'hui, il y en a d'autres, il y a le numéro

26 2, le numéro 3. A l'époque, l'on savait tous ce qui mène vers Ilidza, cela

27 ne fonctionnait, les rails ne fonctionnaient pas.

28 Q. On a entendu beaucoup parler ici de remise, du dépôt et on n'a jamais

Page 1640

1 posé, c'est vrai, même moi, la question où se trouvait exactement la

2 remise, le dépôt ?

3 R. Au niveau d'Alipasin Most, donc ce pont. C'est là que se trouve un

4 grand garage, un garage très spacieux, notre direction, nos locaux, si vous

5 voulez. Je peux essayer de vous le montrer, si vous voulez, sur la carte.

6 C'est l'arrêt après Otoka. Je ne sais pas comment être plus précise.

7 Q. On va le voir avec un autre témoin, mais justement c'est Alipasin,

8 Alipasin Most. Parce que l'accident s'est passé vers midi, 12 heures 15, et

9 vous me dites que vous avez déjà tourné un tour. Comment cela s'est passé,

10 est-ce que c'était calme, c'était normal ?

11 R. Oui, c'était calme pendant tout ce temps. J'étais pratiquement à la fin

12 de mon travail. Je devais remettre le volant à un collègue qui devait me

13 remplacer. C'était pratiquement la fin de ma journée de travail.

14 Q. Merci.

15 Mme ISAILOVIC : Maintenant je demande à mon assistant de montrer le

16 document 65 ter, 428. La deuxième page.

17 Q. Madame le Témoin, est-ce que vous lisez anglais ?

18 R. Juste un petit peu.

19 Mme ISAILOVIC : On a un document qui est - peut-être on peut voir la

20 première page tout d'abord. Excusez-moi. Si on peut agrandir un petit peu.

21 Q. Il s'agit, Madame le Témoin, d'un rapport. Parce que vous avez parlé de

22 la FORPRONU. Ils étaient présents sur les lieux et même tout près de

23 l'accident; est-ce vrai ?

24 R. Je ne sais pas.

25 Q. Tout à l'heure, Madame le Témoin, quand on a discuté, vous m'avez dit

26 vous ne saviez pas s'il y a des unités de l'ABiH. De toute façon, il y

27 avait des unités de la FORPRONU. Vous vous souvenez de cela, donc c'était

28 il y a 15 minutes à peu près on a parlé de cela ?

Page 1641

1 R. Je me souviens de ce que j'ai dit. J'ai essayé d'expliquer il y a

2 quelques instants que dans cette partie de Marindvor il y avait plusieurs

3 véhicules de la FORPRONU. Ils étaient garés là. Je ne dis pas qu'ils

4 avaient leur quartier général à cet endroit-là. Les véhicules étaient

5 simplement garés à cet endroit-là et c'était chacun son tour.

6 Q. Merci beaucoup. Donc là, on a la FORPRONU, on faisait tous les jours

7 les rapports sur la situation à Sarajevo. Justement, on a fait un rapport

8 sur ce qui s'est passé le jour du 27 février 1995, donc ce rapport a été

9 émis à 23 heures 30, après l'accident.

10 Mme ISAILOVIC : Justement, si on peut monter un petit peu l'image. Oui.

11 Q. Dans ce rapport, on parle de votre tramway et on dit qu'il y avait --

12 Mme ISAILOVIC : Je demande l'aide des interprètes - donc, la

13 phrase où on parle de quatre blessés dans le tramway à Sarajevo. C'est

14 inscrit sur l'écran là où vous voyez le chiffre 4.

15 On peut maintenant aller sur la page 2. Dans le paragraphe qui s'appelle

16 "Faction activity." On parle du secteur Sarajevo. Justement, on parle, oui,

17 on parle du chiffre 8.

18 Je demande aux interprètes de lire si vous êtes en mesure à partir du

19 chiffre 8 --

20 L'INTERPRÈTE : Les interprètes signalent ne pas avoir le document à

21 l'écran.

22 Mme ISAILOVIC : Je pose la question.

23 L'INTERPRÈTE : Ça y est, ça y est, Madame. Merci.

24 Mme ISAILOVIC : Oui, on peut monter juste, oui. Cela commence par "Eight --

25 " pas moi-même.

26 Donc, si on peut, Monsieur le Président, est-ce qu'on peut avoir

27 l'aide des interprètes qu'ils traduisent cette phrase. Oui.

28 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Est-ce que vous souhaitez que ce

Page 1642

1 soit lu à voix haute ? Veuillez le traduire.

2 L'INTERPRÈTE : "Huit SA tirs ont été tirés sur le tram à proximité du

3 Holiday Inn (BP 10593) en blessant quatre (on n'a pas confirmé ceci."

4 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Nous avons une traduction du B/C/S,

5 donc nous pouvons le remettre au témoin.

6 L'avez-vous lue ?

7 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui.

8 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Quelle est la question

9 maintenant ? Nous avons besoin d'avancer, Maître Isailovic.

10 Mme ISAILOVIC :

11 Q. Madame le Témoin, est-ce qu'il peut s'agir de votre tramway, là dans ce

12 rapport ?

13 R. Compte tenu de ce document, non, je n'ai pas l'impression que c'est mon

14 tramway. Car ici on peut lire - un instant, s'il vous plaît, il y avait

15 quelque chose ici qui n'était pas très clair à mes yeux - il y a eu une

16 fusillade entre les deux factions qui a eu lieu en même temps près de

17 l'hôtel Holiday Inn, simultanément. Le Holiday Inn est un peu avant le pont

18 de Vrbanja, donc cela ne peut pas être le cas. Vrbanja est là, le Holiday

19 Inn est là et l'incident qui me concerne était près de la caserne du

20 maréchal Tito. Je ne sais pas exactement comment tout ceci a été compilé.

21 Q. D'après vous, il ne s'agirait pas de ce tramway.

22 R. C'est exact. Cela ne peut pas être mon tram. Ceci est complètement

23 autre chose. Cela se trouve près de l'hôtel Holiday Inn. A moins qu'ils

24 n'englobent l'ensemble du secteur et qu'on parle du Holiday Inn. Mais il me

25 semble que cet incident-ci, celui qui s'est produit près de l'hôtel Holiday

26 Inn est un incident différent. Je ne sais pas si c'est vrai ou pas, mais ce

27 n'est certainement pas ce qui m'est arrivé, je sais ce qui m'est arrivé et

28 cela ne correspond pas à cela.

Page 1643

1 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Que s'est-il passé près de l'hôtel

2 Holiday Inn ?

3 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne sais pas, je ne sais pas ce qui s'y est

4 passé ce jour-là. La seule chose que je sais, c'est ce qui me concerne,

5 c'est l'incident qui me concerne. Avant cela, il y avait beaucoup de gens

6 qui étaient blessés régulièrement près de l'hôtel Holiday Inn. On savait

7 que c'était un quartier dangereux.

8 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] L'incident qui vous concerne s'est-

9 il produit près de l'hôtel Holiday Inn ?

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, assez près. Ceci pourrait concerner

11 l'incident qui me concerne, mon incident. Si vous voulez des informations

12 détaillées, cela ne correspond pas. Par exemple, ils disent ici que ceci

13 s'est passé près de l'hôtel Holiday Inn. On pourrait effectivement

14 interpréter ceci comme étant l'incident qui me concerne.

15 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Dans le texte anglais je ne vois pas

16 le mot Holiday Inn. Si, ça y est, il est là.

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, c'est cela. Je trouve qu'il prête à

18 confusion, car c'est cette phrase, "près de l'hôtel Holiday Inn," je crois,

19 qui prête à confusion. Bien sûr, c'est à proximité, dans le voisinage du

20 Holiday Inn. Si on prend l'ensemble du secteur, le quartier de Marindvor et

21 le Holiday Inn ensemble, lorsqu'il y a une fusillade entre les factions qui

22 se trouvaient sur la route simultanément, je ne sais pas, je ne sais pas

23 s'il y a eu des coups tirés entre différentes factions, je ne sais pas.

24 Mais je sais que de l'autre côté ils nous tiraient dessus. C'est tout ce

25 que je sais

26 Mme ISAILOVIC :

27 Q. Madame le Témoin, justement, là je vois, vous êtes quelque peu

28 surprise, mais est-ce que vous permettez quand même que vous ne pouvez pas

Page 1644

1 voir les tirs qui sont tirés vers le territoire tenu par les Serbes. Vous

2 ne pouvez pas être sûre si on a tiré ou pas. Vous ne pouvez pas exclure

3 cette possibilité qu'il s'agissait d'un échange de tirs entre les deux

4 factions.

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous avez tendance à poser beaucoup

6 de questions en même temps, Maître Isailovic. La première était celle-ci,

7 "Vous êtes quelque peu surprise parce que vous lisez ici."

8 Etes-vous surprise parce que vous lisez ici ?

9 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, cela ne me surprend pas. Pourquoi serais-

10 je surprise ? Ceci pourrait concerner mon incident s'ils pensent qu'on peut

11 en parler comme étant le quartier de Holiday Inn, parce que quelque fois on

12 parle de ce quartier-là, comme cela, c'est ainsi qu'on l'appelle. Mais

13 nous, les habitants de Sarajevo, on connaît le nom de tous les arrêts.

14 Donc, si vous voulez une explication plus détaillée, on dirait "près de

15 Marindvor, dans le quartier pris au sens large de l'hôtel Holiday Inn."

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je vous remercie.

17 Question suivante. Veuillez poser vos questions une à une, s'il vous plaît,

18 Maître Isailovic.

19 Mme ISAILOVIC :

20 Q. Est-ce que vous permettez qu'il serait possible que là il s'agissait

21 d'un échange de tirs entre les deux parties belligérantes.

22 R. Je ne peux pas être d'accord avec vous, parce que tout simplement parce

23 que je n'ai aucun moyen de le savoir.

24 Q. Etes-vous sûre du contraire ?

25 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Quelle est la réponse à cette

26 question, Madame ?

27 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, je n'en suis pas sûre.

28 Mme ISAILOVIC : Merci.

Page 1645

1 Maintenant, j'aimerais voir la page 9 de ce même document, s'il vous

2 plaît. Je vous demande d'agrandir un petit peu. Il m'intéresse, cinquième

3 paragraphe. Ils ne sont pas chiffrés, ils ne sont pas tous chiffrés. C'est

4 cela. La dernière phrase, si on peut la lire, c'est avec les abréviations.

5 Si les interprètes peuvent nous aider. CF 8, oui, en ce qui concerne le

6 cessez-le-feu. Cette phrase, si on peut la voir traduite, s'il vous plaît,

7 en B/C/S pour le témoin. C'est la dernière phrase.

8 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Quelle phrase --

9 Mme ISAILOVIC : C'est la dernière phrase, le paragraphe commence "[en

10 anglais] "The tram travelling between " [en français] c'est la dernière

11 phrase qui commence [en anglais] "EMG CF 8 has been attributed to the BSA -

12 -

13 M. LE JUGE ROBINSON : [aucune interprétation]

14 Mme ISAILOVIC : Si on a traduit, parce que je lisais en anglais, je suppose

15 qu'on avait traduit.

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] En effet, cela aurait dû être

17 traduit. Qu'est-ce que c'est ce document, Maître Isailovic ? Quelle est en

18 la source ?

19 Mme ISAILOVIC : Monsieur le Président, on a eu la première page de ce

20 document. C'est un rapport sur la situation du 27 février 1995, destiné à

21 la commande de la FORPRONU à Zagreb et envoyé par la commande de Bosnie-

22 Herzégovine.

23 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Pourrait-on monter à la phrase qui

24 vient d'être traduite qui commence par un "MGCFV." Comment savoir ce que

25 ces abréviations signifient ?

26 Mme ISAILOVIC : Monsieur le Président, si vous le voulez, on peut poser la

27 question parce qu'on aura M. Fraser avec nous. En lisant les documents, je

28 suis presque sûre que c'est CFV, "cease-fire violation." On peut garder

Page 1646

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 1647

1 cette question pour notre témoin qui va venir. Si vous préférez cela.

2 De toute façon, c'était ma dernière question avant de proposer ce

3 document en tant que moyen de preuve.

4 [La Chambre de première instance se concerte]

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je sais que nous allons entendre M.

6 Fraser, mais qu'est-ce veut dire "MG" ? Vous nous avez parlé de "CFV,"

7 "violation de cessez-le-feu," mais "MG" ?

8 Mme ISAILOVIC : Pour "MG," je n'étais pas aussi intelligente que cela,

9 peut-être on devra poser cette question.

10 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Au témoin ? Elle le saurait ?

11 Mme ISAILOVIC : -- préserve, je la garde pour le témoin qui vient dans les

12 jours prochains.

13 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Merci, Madame Isailovic. Y a-t-il

14 des questions supplémentaires ?

15 Mme ISAILOVIC : Monsieur le Président, juste ce document, je voudrais --

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, bien sûr, il est versé au

17 dossier.

18 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce D41.

19 Mme ISAILOVIC : Merci, Madame le Témoin.

20 Nouvel interrogatoire par Mme Marcus :

21 Q. [interprétation] Madame le Témoin, deux brèves questions pour finir.

22 Lorsque je vous ai posé un certain nombre de questions, vous avez entouré

23 un endroit sur le plan et la photo, dont vous nous avez dit qu'il

24 s'agissait de la zone dont vous pensiez qu'étaient originaire les tirs;

25 c'est exact ?

26 R. Oui.

27 Q. Mon éminente consoeur de la Défense vous a montré un document faisant

28 état de tirs qui venaient du pont Vrbanja et du bâtiment rouge. Ce pont

Page 1648

1 Vrbanja et le bâtiment rouge figurent-ils dans la zone que vous avez

2 entourée et que vous avez identifiée comme étant la source des tirs, dans

3 le cadre de votre incident ?

4 R. Non. Vrbanja est plus en aval en quelque sorte, vers cet endroit dont a

5 parlé la Défense. Vrbanja c'est plutôt par là, alors que l'endroit d'où

6 sont venus les tirs contre mon tram est plus vers le bas, Grbavica. Vrbanja

7 c'est un endroit complètement différent qui n'a rien à voir.

8 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Quelle est la distance alors ?

9 Quelle est la distance entre Vrbanja et l'endroit où l'incident qui vous

10 concerne a eu lieu ?

11 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est difficile à dire avec exactitude. Si

12 dans ce document, ils pensent que le Holiday Inn se situe au même endroit

13 que la caserne du maréchal Tito, et bien, peut-être qu'ils pensaient que

14 Vrbanja et Grbavica étaient au même endroit, alors qu'en fait, c'est deux

15 secteurs distincts, deux municipalités différentes.

16 Mme MARCUS : [interprétation]

17 Q. Madame le Témoin, avant le début des tirs qu'a essuyés votre tram,

18 avez-vous entendu des tirs quels qu'ils soient ce jour-là ?

19 R. Non, c'était assez paisible. J'étais heureuse, parce que la fin de mon

20 service approchait et que j'allais passer la main à l'un de mes collègues.

21 Je n'ai rien entendu du tout.

22 Mme MARCUS : [interprétation] Je n'ai plus de questions, Monsieur le

23 Président.

24 [La Chambre de première instance se concerte]

25 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Madame, vous avez dit que Vrbanja

26 était une autre municipalité que celle dans laquelle l'incident qui vous

27 concerne a eu lieu. Je vous ai demandé de nous donner une idée

28 approximative de la distance qui sépare ces deux endroits. Pouvez-vous

Page 1649

1 faire une tentative et nous donner une idée approximative de cette distance

2 entre Vrbanja et l'endroit où a eu lieu l'incident de votre tram ?

3 LE TÉMOIN : [interprétation] Ce n'est pas si loin que cela. Vrbanja n'est

4 pas très loin de Grbavica. Cela se trouve du même côté. Tant Vrbanja que

5 Grbavica étaient contrôlées par l'armée serbe. C'est juste avant Marindvor

6 et de l'autre côté de la Miljacka. Là-bas tout était contrôlé par l'armée

7 serbe, que ce soit Vrbanja ou Grbavica, il n'y a pas vraiment de

8 différence.

9 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Merci.

10 Madame, vous en avez terminé de votre déposition. Merci beaucoup de votre

11 présence, vous pouvez maintenant quitter le prétoire.

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci.

13 [Le témoin se retire]

14 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Témoin suivant, Madame Marcus.

15 Mme MARCUS : [interprétation] Ce sera le Témoin 26, Alma Mulosmanovic.

16 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

17 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Le témoin peut-elle prononcer la

18 déclaration solennelle.

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

20 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

21 LE TÉMOIN: ALMA MULOSMANOVIC [Assermentée]

22 [Le témoin répond par l'interprète]

23 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Veuillez vous asseoir.

24 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci.

25 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Madame Marcus, allez-y.

26 Interrogatoire principal par Mme Marcus :

27 Q. [interprétation] Bonjour.

28 R. Bonjour également.

Page 1650

1 Q. Pourriez-vous nous donner votre nom et votre date de naissance.

2 R. Je m'appelle Alma Mulosmanovic. Je suis née le 24 avril 1976 à

3 Sarajevo. J'ai oublié quelque chose ?

4 Q. Madame le Témoin, précisons votre nom de famille. Nous avons deux

5 déclarations de votre part. L'une datant de 1996 et l'on voit dans cette

6 déclaration un nom de famille "Cehagic" tandis que dans l'autre déclaration

7 votre nom de famille est "Cehajic-Mulosmanovic." Pourriez-vous nous dire

8 quel est votre véritable nom de famille, l'autre déclaration datant de

9 2006 ?

10 R. Je me suis mariée en 2002 et j'ai changé mon nom de famille qui est

11 devenu Mulosmanovic. Avant je m'appelais Cehajic. Dans la première

12 déclaration, c'est Cehajic et non pas Cehagic, d'ailleurs, c'est un J et

13 non un G.

14 Q. Merci, depuis combien de temps vivez-vous à Sarajevo ?

15 R. Depuis ma naissance, mes parents sont d'ailleurs aussi nés à Sarajevo.

16 Mme MARCUS : [interprétation] Monsieur le Président, je sais que l'heure de

17 la pause est proche. Peut-être qu'il serait opportun de nous interrompre

18 dès maintenant, mais je m'en remets à vous.

19 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, nous allons faire la pause tout

20 de suite.

21 --- L'audience est suspendue à 10 heures 30.

22 --- L'audience est reprise à 10 heures 51.

23 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Veuillez poursuivre, Madame Marcus.

24 Mme MARCUS : [interprétation]

25 Q. Madame le Témoin, avez-vous remis une déclaration aux enquêteurs du

26 TPY, le 22 février 1996 ?

27 R. Oui, effectivement.

28 Q. Dans quelle langue avez-vous fait cette déclaration ?

Page 1651

1 R. Surtout en B/C/S et quelques informations complémentaires ont été

2 fournies en anglais.

3 Q. Avez-vous relu cette déclaration avant de venir dans le prétoire

4 aujourd'hui ?

5 R. Oui, tout à fait.

6 Q. Avez-vous remis une autre déclaration aux enquêteurs du Tribunal, le 20

7 mars 2006 ?

8 R. Oui, mais je ne suis pas tout à fait sûre au niveau de la date. C'est

9 vrai que j'ai remis une déclaration.

10 Q. Dans quelle langue avez-vous fait cette déclaration ?

11 R. En B/C/S également et en anglais.

12 Q. Avez-vous relu cette déclaration avant de venir dans le prétoire

13 aujourd'hui ?

14 R. Oui, tout à fait.

15 Q. Y a-t-il un point que vous souhaitez préciser ou corriger dans l'une ou

16 l'autre de vos déclarations ?

17 R. Non, rien en particulier, si ce n'est que dans la déclaration j'ai dit

18 que j'étais allée voir un opticien et que j'ai assisté à mes cours à

19 l'université. Je suis également allée dans une clinique dentaire.

20 Mme MARCUS : [interprétation] Puis-je demander au greffier, s'il vous

21 plaît, d'afficher à l'écran le document 2897. C'est un document qui figure

22 sur la liste des documents 65 ter, la page 2, s'il vous plaît.

23 Q. Madame le Témoin, dans quelques instants, vous devriez voir afficher à

24 l'écran une page de votre déclaration qui est celle qui porte justement sur

25 le point que vous venez d'évoquer. Je crois qu'il y a quelque chose que

26 vous aimeriez modifier. Est-ce que vous avez le document sous les yeux ?

27 R. Oui, tout à fait. Veuillez m'accorder quelques instants, s'il vous

28 plaît.

Page 1652

1 Vous voulez parler de la deuxième phrase à partir du haut. Je rentrais de

2 l'école et de l'opticien et j'étais allée chez le dentiste et j'en

3 revenais.

4 Q. Merci. Avec cet ajout que vous venez de faire et après la correction

5 que vous venez d'apporter à votre nom il y a quelques instants, est-ce que

6 vous diriez que ces deux déclarations que vous avez faites sont des

7 illustrations fidèles et véridiques de ce que vous avez dit aux enquêteurs

8 le 22 février 1996 et le 20 mars 2006 ?

9 R. Oui, ces déclarations correspondent à la vérité.

10 Q. Si on devait vous poser les mêmes questions aujourd'hui, est-ce que

11 vous répondriez de la même manière ?

12 R. Oui.

13 Q. Je demande le versement au dossier de ces déclarations. Conformément à

14 l'article 92 ter, ces documents ont déjà été admis.

15 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, ces documents sont admis.

16 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce P18 pour la déclaration

17 du 22 février, et la pièce P179 pour la déclaration du 20 mars 2006.

18 Mme MARCUS : [interprétation] Merci. Puis-je maintenant demander au

19 greffier d'afficher, s'il vous plaît, le document 2872, c'est un document

20 65 ter.

21 Q. En attendant le chargement de ce document, je vais vous poser cette

22 question, Madame le Témoin. Le témoignage ou les éléments que vous indiquez

23 dans vos deux déclarations portent sur un incident au cours duquel un tram

24 à bord duquel vous étiez a été touché par balles. Pourriez-vous dire aux

25 Juges de la Chambre à quelle date a eu cet incident, s'il vous plaît.

26 R. Le 27 février 1995.

27 Q. Le tram venait de quel quartier de la ville ?

28 R. Il venait de Bascarsija.

Page 1653

1 Q. Dans quelle direction allait le tram ?

2 R. Cengic Vila, autrement dit il se dirigeait vers l'ouest.

3 Q. Où était le tram lorsque la fusillade a éclaté ?

4 R. A l'endroit de l'intersection où il y a le musée et la caserne du

5 maréchal Tito. Néanmoins, le tram était en mouvement, je ne peux pas vous

6 donner l'emplacement exact. C'est plus ou moins l'endroit où ceci s'est

7 passé.

8 Q. Vous étiez tournée de quel côté dans le tram au moment où ceci est

9 arrivé ?

10 R. J'étais tournée du côté de la caserne du maréchal Tito.

11 Q. Vous étiez debout ou vous étiez assise ?

12 R. J'étais debout.

13 Q. Vous souvenez-vous de quel endroit provenaient les tirs ?

14 R. Les tirs venaient de derrière l'endroit où je me trouvais.

15 Q. Pourriez-vous dire aux Juges de la Chambre à quel endroit c'était ?

16 R. Derrière moi, il y avait le fleuve, la Miljacka et Grbavica et Vraca,

17 ces deux quartiers.

18 Q. Le tram s'est-il arrêté tout de suite, dès les premiers coups de feu ou

19 est-ce que le tram a poursuivi sa route ?

20 R. Le tram a poursuivi son chemin jusqu'au premier abri, l'abri suivant.

21 Q. Lorsque vous dites "abri," vous vous êtes abritée par rapport à quoi ?

22 R. Nous nous sommes mis à l'abri et éloigner de ces quartiers, Grbavica et

23 Vraca. Nous étions davantage en sécurité --

24 Q. Madame le Témoin, avez-vous été blessée au cours de cet incident ?

25 R. Oui.

26 Mme MARCUS : [interprétation] Pourriez-vous agrandir un petit peu ce plan,

27 s'il vous plaît.

28 Q. Madame le Témoin, voyez-vous cette carte sous vos yeux ?

Page 1654

1 R. Oui.

2 Q. Seriez-vous en mesure d'apposer sur cette carte la lettre X pour nous

3 montrer l'endroit approximatif où se trouvait le tram au moment où les tirs

4 ont commencé ?

5 R. C'est à peu près ici. Vous voulez que je mette une croix, je vais la

6 mettre. Voilà.

7 Q. Pourriez-vous aussi inscrire une ligne qui suit l'itinéraire

8 qu'empruntait le tram, puisque vous avez dit que le tram a continué à

9 circuler un petit peu jusqu'au moment où il s'arrête.

10 R. Il s'est arrêté à peu près ici, au niveau du poste de police, là où se

11 trouve l'immeuble de la faculté de mathématiques et des sciences

12 naturelles.

13 Q. Pourriez-vous aussi montrer aux Juges où se trouve l'endroit de la

14 provenance de tirs, tout au moins ce que vous croyez être cet endroit.

15 R. Voilà. C'est à peu près cela, peut-être un petit peu plus en aval.

16 Q. Merci.

17 Mme MARCUS : [interprétation] Je voudrais demander le versement au dossier

18 de cette carte.

19 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Cette pièce a été versée au dossier.

20 Pourriez-vous nous dire sur quoi se fonde le témoin quand elle nous dit ce

21 qu'elle croit être l'endroit de la provenance de ces tirs.

22 Mme MARCUS : [interprétation]

23 Q. Madame le Témoin, pourriez-vous nous dire sur quelles informations vous

24 vous fondez pour nous dire quel est l'endroit de la provenance des tirs ?

25 R. Tout d'abord, j'ai une blessure d'entrée de la balle et de la sortie

26 puisque j'étais tournée de dos. Je pense que j'aurais mieux entendu les

27 tirs si ces tirs étaient venus d'un endroit plus proche.

28 Q. Savez-vous qui contrôlait cette région, ce quartier qui d'où, d'après

Page 1655

1 vous, provenaient les tirs ?

2 R. Les Chetniks ou plutôt l'armée serbe.

3 M. LE GREFFIER : [interprétation] Cette pièce sera versée au dossier en

4 tant que pièce P180.

5 Mme MARCUS : [interprétation] Je voudrais à présent demander au greffier de

6 nous présenter la pièce 65 ter 2914. Je voudrais aussi demander l'aide de

7 l'huissier pour aider le témoin à annoter cette pièce.

8 Q. Madame le Témoin, est-ce que vous voyez cette photo devant vous sur

9 l'écran ?

10 R. Oui.

11 Q. Pourriez-vous nous dire où se trouvait à peu près le tram au moment où

12 l'on a tiré le 27 février 1995 ? Vous pourriez peut-être nous montrer cela

13 sur la carte.

14 R. C'est à peu près ici au niveau de ce carrefour.

15 Q. Pourriez-vous dessiner le tracé du tram à partir de cet endroit jusqu'à

16 l'endroit où il s'est arrêté.

17 R. C'est à peu près ici.

18 Q. Pourriez-vous maintenant apposer un cercle au niveau du quartier pour

19 lequel vous pensez qu'il était à l'origine de ces tirs ?

20 R. [Le témoin s'exécute]

21 Mme MARCUS : [interprétation] Je voudrais aussi demander que cette pièce

22 soit versée au dossier.

23 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Cette pièce est versée au dossier.

24 LE TÉMOIN : [interprétation] Excusez-moi, je n'ai pas très bien vu la

25 ligne. En fait, je n'ai pas bien vu la rivière. Je me suis un peu trompée.

26 Je n'aurais peut-être pas dû encercler autant. Le cercle ne devait pas

27 passer au-dessus des immeubles. La rivière se trouve là, et je dirais que

28 les tirs venaient de cet endroit-là.

Page 1656

1 Mme MARCUS : [interprétation] Dans le compte rendu d'audience on pourra

2 lire que le témoin avait essayé d'entourer aussi les quatre tours.

3 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ceci deviendra la pièce D181.

4 Mme MARCUS : [interprétation] Je vous remercie.

5 Q. Madame, pourriez-vous nous dire quelle était la nature de vos

6 blessures ?

7 R. C'était une blessure qui a traversé mon muscle, frôlé l'os, ensuite la

8 balle est sortie de mon corps. C'était une blessure légère.

9 Q. Pourriez-vous nous montrer où se trouve la blessure d'entrée.

10 R. A peu près à ce niveau-là.

11 Mme MARCUS : [interprétation] Peut-on consigner au compte rendu d'audience

12 que le témoin est en train de montrer son coude gauche, plutôt l'avant bras

13 au niveau du coude.

14 Q. Pourriez-vous montrer aux Juges par où est sortie la balle.

15 R. A peu près par ici.

16 Mme MARCUS : [interprétation] Peut-on consigner au compte rendu d'audience

17 l'effet que le témoin a montré son avant-bras à un niveau plus bas que son

18 coude.

19 Q. Pourriez-vous nous dire s'il y avait des soldats dans le tram ce jour-

20 là, le jour de l'incident ?

21 R. Non, je ne souviens pas de les avoir vus.

22 Q. Est-ce que vous avez vu des soldats de l'ABiH où que ce soit autour du

23 tram le jour de l'accident ?

24 R. Non, je ne me souviens pas de les avoir vus.

25 Q. Vous souvenez-vous avoir vu des véhicules de l'ABiH autour de

26 l'itinéraire du tram ce jour-là ?

27 R. Non, je ne me souviens pas de les avoir vus.

28 Q. Est-ce que vous vous souvenez avez vu, remarqué des activités de combat

Page 1657

1 au moment de l'incident quel que soit le moment du jour, le jour de

2 l'incident ?

3 R. Non, je ne m'en souviens pas.

4 Q. Vous avez montré l'endroit pour lequel vous pensez être l'endroit d'où

5 sont venus les tirs. Ce quartier était placé sous le contrôle de l'armée

6 serbe. Pourriez-vous nous dire comment vous le savez ?

7 R. Tout le monde savait cela, mais ce sont surtout les témoignages des

8 gens chassés de ces quartiers qui nous ont informés de cela.

9 Q. Vous souvenez-vous du temps qu'il faisait le

10 27 février 1995 ?

11 R. Le temps était couvert, il ne pleuvait pas, il ne neigeait pas. Je me

12 souviens que le temps était couvert puisque j'avais un parapluie sur moi.

13 Q. Est-ce qu'il avait beaucoup de monde dans le tram ?

14 R. Oui, il y avait pas mal de monde dans le tram.

15 Q. Pouvez-vous nous dire ce que vous portiez ce jour-là ?

16 R. Je portais une veste lilas, un jean, des tennis de marque Adidas, puis

17 j'avais aussi une chemise violette.

18 Q. Ce quartier d'où sont venus les tirs, était-ce un quartier connu comme

19 un quartier dangereux ?

20 R. Si vous voulez, tous les quartiers étaient dangereux, chaque carrefour

21 était dangereux.

22 Q. Pourquoi ce carrefour était dangereux ?

23 R. Parce que c'était un endroit qui était ouvert, que l'on pouvait voir

24 clairement.

25 Q. Qui pouvait bien voir cet endroit, puisque vous dites que "c'était un

26 endroit dégagé" ?

27 R. On pouvait voir la colline de Vraca ainsi les gratte-ciels. Les

28 Chetniks avaient leurs positions là-bas. En général, pendant toute la

Page 1658

1 guerre, on ne se sentait pas bien quand on sortait de chez soi même dans la

2 maison d'ailleurs, puisqu'il y avait toujours la possibilité que l'on vous

3 tire dessus. Chaque fois qu'on était dans un endroit dégagé, on n'était pas

4 bien dans sa peau puisqu'il y avait la possibilité que l'on nous tire

5 dessus. On voyait de cet endroit-là bien Vraca ainsi que les bâtiments de

6 Grbavica.

7 Q. Pourriez-vous décrire ces tirs qui ont été tirés le 27 février 1995.

8 R. Tout d'abord, on a entendu quelques tirs. Ensuite, dès qu'on a entendu

9 le premier tir, tout le monde a essayé de se jeter par terre ou bien au

10 moins de s'agenouiller. Je ne pouvais pas me coucher, donc je me suis

11 agenouillée. Les gens qui étaient près de la porte, ils se mettaient dans

12 l'espace entre la porte et l'escalier. Puisque chez nous, il y a un

13 escalier quand on entrait dans le tram. Ils s'abritaient justement à ce

14 niveau-là.

15 Q. Pourriez-vous nous dire ce qui s'est passé par la suite ?

16 R. C'étaient des instants mais ils ont duré une éternité pour moi. J'étais

17 dans l'attente, moi comme les autres passagers, dans l'attente d'être

18 touchée éventuellement. J'étais agenouillée, enfin accroupie et je priais

19 le bon Dieu de ne pas être touchée au niveau de la colonne vertébrale ou à

20 un endroit où je pourrais éventuellement être paralysée. J'ai été touchée

21 au niveau du bras gauche. Ce n'est qu'en sortant que j'ai soulevé mes

22 manches pour voir en réalité que c'est au bras que j'ai été blessée.

23 Q. Est-ce que vous avez vu qui que ce soit d'autre blessé ce jour-là, dans

24 ce tram ?

25 R. Non, pas immédiatement, parce que j'étais tout près de la porte et que

26 je suis sortie immédiatement. Dès que le tram s'est arrêté, je suis sortie.

27 Un véhicule est venu me chercher. On m'a amené aux urgences. Deux autres

28 personnes ont été amenées, un homme âgé et une femme âgée.

Page 1659

1 Q. Madame, vous aviez quel âge au moment de l'incident ?

2 R. J'avais 18 presque 19 à l'époque.

3 Q. Comment cet incident de la guerre en général a influé sur votre vie ?

4 R. Cet événement au fond était comme toute la guerre. Vous étiez toujours

5 dans l'attente. On se demandait toujours si on allait être blessé ou non.

6 Si cette blessure allait être une blessure grave ou une blessure légère et

7 vous avez ce sentiment tout le temps. Chez vous, en circulant, pendant

8 toute la guerre, on entendait le bruit des tirs, leurs sifflements. On ne

9 savait jamais où est-ce qu'ils allaient tomber. A partir du moment où on

10 les attendait moins, et bien, on était toujours soulagé. Quand j'ai compris

11 que ma blessure n'était pas grave, j'ai été soulagée. Mais les tirs,

12 c'était cette attente, cette peur, cette peur qui était d'ailleurs une peur

13 permanente qui a existé pendant toute la guerre.

14 Ensuite, après la guerre, j'ai continué à être stressée. Je le suis

15 encore le jour d'aujourd'hui. Avant la guerre, je n'avais jamais peur des

16 foudres, par exemple, le tonnerre. Après la guerre, quand j'entendais des

17 foudres et des tonnerres, je me cachais derrière l'armoire pendant toute la

18 nuit. Quand cela m'est arrivé pour la première fois, je me suis retrouvée

19 derrière l'armoire et ce n'est qu'après avoir compris qu'en réalité il ne

20 s'agissait de rien d'autre que des tonnerres que je suis sortie de cette

21 cachette. J'avais aussi peur pendant que je conduisais, alors qu'avant la

22 guerre, je n'avais pas peur de conduire.

23 Mme MARCUS : [interprétation] Je n'ai pas d'autre questions, Monsieur le

24 Président.

25 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Si avez été soignée, est-ce que vous

26 avez vu un médecin à cause de ces problèmes que vous avez ?

27 LE TÉMOIN : [interprétation] On m'a soignée au niveau des urgences et

28 ensuite je suis allée pour changer les bandages plusieurs fois à l'hôpital.

Page 1660

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 1661

1 Il y a eu un suivi effectivement. Puis j'ai été vaccinée contre le tétanos

2 au niveau des urgences.

3 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Non, non, non, je parle de ces

4 problèmes psychologiques que vous auriez éprouvé la peur des foudres, des

5 tonnerres.

6 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, je ne suis pas allée voir des médecins.

7 Je me suis tournée vers Dieu, vers la foi et c'est cela qui m'a aidée à

8 avoir moins peur.

9 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je vous remercie.

10 LE TÉMOIN : [aucune interprétation]

11 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Isailovic.

12 Mme ISAILOVIC : Merci, Monsieur le Président.

13 Contre-interrogatoire par Mme Isailovic :

14 Q. Bonjour, Madame le Témoin. Je suis Maître Branislava Isailovic, avocat

15 au barreau de Paris.

16 Je vais maintenant vous poser quelques questions qui concernent vos

17 déclarations que vous avez données au bureau du Procureur. Vous vous

18 souvenez de ces déclarations, on les a abordées tout à l'heure.

19 R. Allez-y.

20 Q. On a parlé aussi de ce que vous avez dit tout à l'heure, on vous a

21 montré deux photos, c'est-à-dire une carte des rues de Sarajevo et une

22 photo.

23 Mme ISAILOVIC : J'aurais aimé avoir cette photo, je l'ai à l'écran, c'est

24 65 ter 2914.

25 Q. C'est la photo, vous êtes d'accord, qu'on vous a montrée tout à

26 l'heure. Vous avez fait certaines marques sur cette photo.

27 Mme ISAILOVIC : Si M. l'Huissier pourrait s'approcher au témoin pour

28 l'aider à continuer à faire quelques marques maintenant.

Page 1662

1 Q. Tout à l'heure vous avez fait une erreur en faisant un cercle un petit

2 peu plus grand que vous l'aviez souhaité. Maintenant, je souhaite revenir

3 sur cela. Tout d'abord si pouvez à nouveau montrer l'endroit où on a

4 commencé à tirer sur le tramway, s'il vous plaît, donc une croix.

5 R. Bien, le tram bougeait, c'est à peu près ici. Vous voulez que je mette

6 un X ? Bien.

7 Q. Est-ce que d'après vos souvenirs sur cet événement, le tramway s'est

8 arrêté avant près de l'école polytechnique ?

9 R. Comment vous voulez dire ? Vous voulez dire qu'il s'est arrêté avant

10 les tirs ? Je ne me souviens pas où il s'était arrêté avant cela.

11 Q. Alors, vous vous souvenez seulement du moment. Vous dites dans votre

12 déclaration qu'en face de vous était la caserne du maréchal Tito. Est-ce

13 vrai ?

14 R. La caserne du maréchal Tito s'étend sur un espace très important. Vous

15 savez, la caserne s'étendait même au-delà de cette photo. C'est sans doute

16 à ce niveau là qu'on a commencé à tirer et que les tirs se sont arrêtés,

17 alors qu'on était encore au niveau de la caserne. C'est un espace très

18 important, très, très grand qu'occupe la caserne.

19 Q. Madame le Témoin, peut-être qu'il faut que vous regardiez un petit peu

20 mieux. Vous avez ici un chantier, un emplacement vide juste au-dessus de

21 l'étoile que vous avez faite. Est-ce que vous êtes d'accord avec moi que

22 c'est l'endroit où se situait la caserne du maréchal Tito ?

23 R. Oui, cet endroit a été détruit puisque maintenant c'est un chantier de

24 construction.

25 Q. Alors, si l'on imagine votre tramway qui se trouvait à l'emplacement de

26 cette étoile, votre position, vous le dites dans votre déclaration du 22

27 février 2016 et après vous confirmez cela dans l'autre déclaration. Vous

28 étiez face à la caserne du maréchal Tito, dans le tramway.

Page 1663

1 R. Oui, c'est vrai. J'étais tournée vers la caserne, face à la caserne.

2 Q. Ma question était : au moment où on a commencé à tirer, vous voyez

3 toujours la caserne du maréchal Tito ? Non, c'était justement parce qu'on a

4 discuté de cet événement avec d'autres témoins et justement pour essayer de

5 marquer cet endroit où on a commencé à tirer sur le tramway.

6 Maintenant, J'aurais aimé que vous continuiez parce que Mme le Procureur

7 vous a posé la question sur les tirs que vous décriviez, les tirs. Vous

8 avez dit : "Tout d'abord, quelques tirs après les gens se sont agenouillés

9 dans le tram." Est-ce que c'est vrai ?

10 R. Oui, il est exact que nous avons entendu les tirs et dès que nous les

11 avons entendus, nous avons commencé à nous abriter.

12 Q. Qu'est-ce qui s'est passé après ? Est-ce qu'on a continué à tirer ?

13 R. Oui, il y a eu plusieurs tirs et on a commencé à tirer jusqu'à ce que

14 l'on arrive à un endroit plutôt abrité. Ensuite, je ne sais pas si cela a

15 continué ou non.

16 Q. Est-ce qu'en ce qui concerne ces premiers tirs, est-ce qu'ils ont aussi

17 touché le tramway, d'après vous ? Est-ce que vous avez en même temps

18 entendu le bruit de la balle qui touche le tramway ?

19 R. Avant que je ne sois blessée, j'ai entendu des balles percuter le tram,

20 oui.

21 Q. Justement parce que vous avez commencé par ces quelques tirs, est-ce

22 que tout de suite vous avez entendu que les balles touchent le tramway ?

23 R. Je pense qu'il y a eu des balles qui ont été tirées avant cela. Je n'en

24 suis pas sûre à 100 %.

25 Q. Merci, maintenant je voudrais revenir à la photo qu'on a sur l'écran où

26 vous avez marqué cette étoile plutôt. On peut mettre ici un numéro, par

27 exemple un chiffre 1, comme l'endroit où le tramway est entré dans cette

28 fusillade. Vous êtes d'accord pour que l'on mette un chiffre 1 ?

Page 1664

1 R. Je ne suis pas sûre si c'était là. Je pense que c'était derrière le

2 poste de police, mais je n'en suis pas sûre à 100 %. Vous savez il y a

3 plusieurs immeubles là et il y avait un immeuble très semblable à celui-ci

4 qui était ici et on ne le voit pas sur la photo. Je ne suis pas vraiment

5 sûre de l'endroit précis. Aujourd'hui, je pense que la police se trouve

6 dans les deux bâtiments.

7 Q. Parce que je n'ai pas vu ce que vous avez montré, est-ce que vous avez

8 montré maintenant l'emplacement du chantier ?

9 R. Non, ce n'est pas ce que j'ai montré. J'avais déjà dit que cela se

10 trouvait à peu près ici. Mais je ne sais pas si c'était derrière cet

11 immeuble-ci ou l'immeuble qui était très semblable à celui-ci qui est tout

12 près. Je ne suis pas sûre de cela.

13 Q. Pour qu'on soit d'accord là, la deuxième marque montre en effet

14 l'emplacement du tramway au moment où il s'est abrité de la fusillade ?

15 R. Environ, oui, je ne suis pas très sûre, en fait j'ai dit grosso modo.

16 Q. C'est déjà bon. Si vous pouvez maintenant mettre un chiffre 1, au-

17 dessus de l'étoile, comme endroit où vous avez commencé à entendre les

18 tirs, s'il vous plaît. Il y a une étoile parce que cela c'est une croix

19 manquée. Cela ressemble plutôt à une étoile. Après un 2, comme endroit où

20 le tramway s'est abrité, s'il vous plaît.

21 R. Oui, mais je ne suis plus sûre si c'est ce bâtiment-là ou l'autre. Il y

22 en a un derrière qu'on ne voit pas sur la photo.

23 Q. Oui, on a le transcript avec la photo. On peut remarquer après que vous

24 n'êtes pas sûre, mais approximativement c'est cela. Alors, mettez un

25 chiffre 2 au-dessus.

26 Maintenant, je reviens à cette erreur que vous avez faite il y a un

27 instant, vous vous souvenez de cela. Vous avez marqué un cercle un petit

28 peu plus grand, après vous l'avez effacé et vous êtes arrêtée au niveau de

Page 1665

1 Miljacka. Vous souvenez de cela ?

2 R. Oui.

3 Q. Maintenant, je vais vous poser une question un petit peu dans l'autre

4 sens. Là, la partie que vous avez rajoutée par inadvertance entre la trace

5 du tramway et Miljacka; est-ce bien une partie du territoire contrôlée par

6 l'ABiH ?

7 R. Bien, vous voyez ce qu'on voit sur cette photo, les arbres. Ces arbres

8 empêchent de voir la rivière ou la zone qui départageait les factions ou

9 les parties. Il y a de la végétation ici. Je ne sais pas si c'est au sud, à

10 l'ouest, ou à l'est. C'est probablement au nord en fait, mais c'est à peu

11 près là. La ligne devrait être ici, là où je l'ai dessinée, une fois la

12 correction apportée. Les bâtiments sont hauts et ils cachent la ligne. On

13 ne la voit pas parce que les bâtiments sont trop élevés.

14 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Madame le Témoin, la question qu'on

15 vous a posée n'est pas celle-là. On vous a demandé si la ligne que vous

16 aviez tracée par erreur, entre les voies du tram et Miljacka indiquait en

17 réalité une partie du territoire contrôlée par l'armée de l'ABiH. Quelle

18 est votre réponse ?

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Bien, si mon souvenir est bon, il y avait une

20 petite partie là mais les bâtiments étaient très élevés. Tout a l'air très

21 confus dans cette photo, si vous incluez les bâtiments.

22 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Mais vous n'avez pas répondu à la

23 question.

24 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, cette partie-là, oui, oui, effectivement.

25 Oui, elle était contrôlée par l'armée de l'ABiH.

26 Mme ISAILOVIC :

27 Q. Maintenant, je reviens sur ces arbres là qui cachent la vision, c'est

28 vrai. Est-ce que ce sont des arbres qui sont plutôt des conifères ? Est-ce

Page 1666

1 que c'est toujours comme cela ? Est-ce que c'est toujours vert ou cela

2 change d'après les saisons ?

3 R. Je ne sais pas s'il y a les deux types d'arbres. Je ne sais pas si ce

4 sont des arbres à feuilles persistantes ou pas. Je n'en suis pas certaine.

5 Je ne suis pas experte en la matière.

6 Q. Madame le Témoin, vous avez parlé aussi de votre vie à Sarajevo. Ce que

7 je crois comprendre de vos déclarations, entre 1994 et après 1994, vous

8 avez poursuivi des cours à la faculté d'économie à Sarajevo; est-ce vrai ?

9 R. [aucune interprétation]

10 Q. Vous, vous êtes déplacée pas mal dans la ville à cette époque-là ?

11 R. Oui à l'époque, en 1994.

12 Q. En 1995 ?

13 R. A l'époque, au moment où j'ai été blessée c'était les vacances et

14 c'était l'époque des examens à l'université également.

15 Q. Après cette date ?

16 R. Après quoi ?

17 Q. -- février 1995.

18 R. Oui, effectivement, je me déplaçais, oui. Si j'avais su que la guerre

19 durerait dix jours, je me serais cachée et je ne serais pas sortie de chez

20 moi. C'était peu sûr même à l'intérieur de l'appartement. Il fallait sortir

21 pour aller faire des courses. Certains sortaient, d'autres restaient chez

22 eux, cela dépendait de --

23 Q. Concernant le tramway parce que vous dites vous-même dans vos

24 déclarations, c'était très dangereux et vous l'avez emprunté quand même.

25 R. Oui, c'était dangereux partout. L'une de mes amies est morte sur son

26 balcon où il y avait un mur en béton juste devant, partout c'était

27 dangereux, il n'y avait pas d'endroit sûr.

28 Q. Est-ce qu'on peut se mettre d'accord qu'il y avait une guerre atroce à

Page 1667

1 Sarajevo ?

2 R. Oui.

3 Q. Est-ce qu'on peut se mettre d'accord qu'il y avait deux parties

4 belligérantes ?

5 R. Oui.

6 Q. Si on revient maintenant à ce que vous avez dit tout à l'heure

7 concernant les tirs, vous avez dit que pour les premiers tirs, vous pensez

8 qu'ils n'avaient pas touché le tramway. Est-ce que d'après vous, il est

9 possible que s'étaient des tirs tirés de la partie contrôlée par l'ABiH ?

10 R. J'ai dit que je n'en étais pas sûre à 100 %. Je ne pense pas que c'est

11 de là qu'ils venaient. C'était le même genre de son que l'on a entendu

12 lorsque les balles sont arrivées. Il n'y a pas eu de changement du tout

13 dans le son, en tout cas, pas dans la distance qu'elles avaient semblé

14 parcourir. Il y a eu ces quelques instants avant que le tram soit touché;

15 par conséquent, il est très difficile de dire. Le tram était en mouvement

16 et le temps qui a séparé les événements était très court. Il n'y a pas eu

17 de combat ni quoi que ce soit à ce moment-là.

18 Mme ISAILOVIC : Tout d'abord, je voudrais proposer cette photo que l'on a

19 marquée en tant que moyen de preuve. Je demanderais à

20 M. le Greffier une cote, s'il vous plaît.

21 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, cette pièce sera versée au

22 dossier.

23 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce D42, Monsieur le

24 Président.

25 Mme ISAILOVIC : Maintenant, je demande à mon assistante d'afficher le

26 document 65 ter 428 qui a été traité tout à l'heure, c'est D41.

27 Q. Madame le Témoin, maintenant, je vais vous montrer un document qui est

28 rédigé en anglais. Est-ce que vous lisez cette langue ?

Page 1668

1 R. J'aimerais bien une traduction. Je comprends l'anglais, mais je ne peux

2 pas témoigner en anglais.

3 Q. Justement. On va montrer la première page de ce document. C'est un

4 rapport rédigé à l'attention de la commande de la FORPRONU à Zagreb, le 27

5 février 1995. Dans ce rapport de la FORPRONU on parle de l'accident de

6 votre tramway. Justement, j'ai déjà proposé ce document en tant que - je

7 vois ma consoeur peut-être qu'il faut que je m'arrête.

8 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Mme Marcus s'est levée.

9 Mme MARCUS : [interprétation] Oui, merci, Monsieur le Président. C'est la

10 quatrième fois que mon éminente consoeur de la Défense fait référence à ces

11 incidents et qu'elle les appelle des accidents. Ce n'est pas ce que dit le

12 témoin dans ses déclarations, elle parle d'une attaque. Je fais donc

13 objection à l'utilisation du terme "accident" en l'occurrence.

14 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Peut-être qu'elle voulait dire

15 incident. Elle n'a pas dit que c'est un accident.

16 Avez-vous utilisé le terme accident, Madame ?

17 Mme ISAILOVIC : En français, oui, j'ai utilisé le mot "accident", mais

18 c'est tout à fait - peut-être il faut que je rapporte des repères pour la

19 prochaine audience. C'est tout à fait - c'est quelque chose qui est arrivé,

20 un événement avec les conséquences fâcheuses; c'était plutôt cela.

21 De toute façon là, devant vous, on discute de ce qui s'est passé, donc on

22 ne peut pas attribuer à l'avance une qualification de l'attaque ou de la

23 défense ou de l'incident ou de l'accident. C'est quelque chose qui s'est

24 produit et qui a u des --

25 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, quoi qu'il en soit, évitez

26 d'utiliser le terme "accident," parce que ceci sème un peu la confusion

27 dans la mesure où le témoin n'a pas fait état d'un accident.

28 Mme ISAILOVIC : Oui. Je vais me conformer à cela.

Page 1669

1 Q. Cela parle de l'événement qui s'est passé le

2 27 février 1995 dont a discuté tout à l'heure. Donc, les tirs essuyés par

3 le tram où au bord duquel vous étiez le passager. C'est bien cette date,

4 vous êtes d'accord ?

5 R. [aucune interprétation]

6 Q. Non, mais je vous demande c'était bien le 27 février 1995 ? L'incident

7 a eu lieu le 27 février 1995.

8 R. Oui, mais je ne sais pas où je suis censée voir la date. Ici il

9 n'y a que des chiffres, puis il y a la date du "D27" ou "23308," février 22

10 - je ne sais pas si c'est de cela dont vous parlez. Juste à côté de ce code

11 peut-être c'est sans doute la date.

12 Mme ISAILOVIC : Là, si on remonte un petit peu le document - tout à

13 l'heure on a eu la traduction, on a montré la traduction en B/C/S de ces

14 documents. Parce que malheureusement, nous, on ne l'a pas trouvé. Je

15 demande alors l'aide de nos interprètes, la phrase commençant par "4 tram,

16 shooting inside Sarajevo."

17 Q. Maintenant, Madame le Témoin, vous avez devant vous ce document

18 traduit en B/C/S ?

19 R. Oui.

20 Q. On mentionne : "Quatre blessés dans un tramway sur lequel on a tiré à

21 Sarajevo ?

22 Vous voyez cela ?

23 R. Où est-ce que je suis censée regarder ?

24 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Madame Marcus.

25 Mme MARCUS : [interprétation] Ma consoeur pourrait-elle nous dire

26 exactement de quelle page il s'agit, page que regarde le témoin, la ligne,

27 et cetera.

28 Mme ISAILOVIC : C'est la première page du document où il est inscrit.

Page 1670

1 Q. La FORPRONU et à la fin, et il y a, je suppose, "message."

2 R. Quelle ligne exactement ?

3 Q. Au bout de la page.

4 Q. C'est la page 3 ici. "Quatre blessés dans une fusillade." Est-ce que ce

5 document, ce rapport de la FORPRONU pourrait concerner cet événement, donc

6 cet incident dans lequel vous aviez été blessée, Madame le Témoin ?

7 R. C'est tout à fait possible. Je ne sais pas si le rapport porte sur

8 toute la journée ou pas, mais c'est tout à fait possible. Je ne l'ai pas

9 écrit de ma main.

10 Mme ISAILOVIC : Après, sur la deuxième page de ce même document que je

11 souhaite qu'on voie sur l'écran.

12 Q. Je suppose dans votre traduction cela commence par "[en anglais]

13 "Section activity." Il y a une lettre A, secteur Sarajevo. Après, il y a

14 une phrase qui commence par "8". Est-ce que vous pouvez lire cette phrase

15 dans votre langue, s'il vous plaît.

16 R. Qu'est-ce que vous avez dit, comment cela commence exactement ?

17 Q. Est-ce que --

18 R. "J'ai : "Huit fois tirs SA tiré sur un tram près du Holiday Inn."

19 Q. Oui, c'est cela. Est-ce que vous pouvez continuer la lecture, s'il vous

20 plaît.

21 R. "Huit tirs ont été tirés contre un tram, tirs SA contre un tram près du

22 Holiday Inn. (BP 910593), quatre blessés (non confirmé). On a évalué que

23 l'origine des tirs se situait au pont Vrbanja, bâtiment rouge, ce secteur

24 où un échange de feu entre les deux factions s'est produit au même moment."

25 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Madame Marcus.

26 Mme MARCUS : [interprétation] Excusez-moi. Ce document est un document très

27 volumineux. L'incident est décrit dans trois lieux différents de ce même

28 document, aux pages 2, en page 9 et à la

Page 1671

1 page 23. La partie utilisée par ma consoeur est, en fait, un reflet inexact

2 et incomplet de la totalité de ce que contient ce rapport, puisqu'il y a

3 d'autres paragraphes de ce rapport qui tirent au clair les circonstances de

4 cet incident.

5 Alors, j'objecte à ce que l'on utilise une partie très brève de la

6 description de cet incident et qu'on la présente au témoin, car il ne

7 s'agit pas là du reflet complet et exact de ce que dit le document sur ce

8 même incident.

9 [La Chambre de première instance se concerte]

10 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous pourrez faire cela au cours de

11 vos questions supplémentaires, Madame Marcus.

12 Mme ISAILOVIC : Juste pour qu'on ne blesse pas la vérité, j'utilisais la

13 page 9 aussi tout à l'heure, et la page 23, peut-être on va la voir, parce

14 que notre moyen de preuve D41, c'est le document qui en fait vraiment 23

15 pages. On a versé tout.

16 Monsieur le Président, est-ce que je suis en droit d'utiliser une partie du

17 document tant que vous avez à votre disposition la totalité ou est-ce que

18 j'ai fait une infraction aux Règles ?

19 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Non, non. C'est à vous de voir.

20 C'est vous qui présentez vos arguments, vous avez tout à fait le droit de

21 soumettre une partie du document. Mais si vous savez qu'il y a d'autres

22 parties d'un même document qui portent sur le même incident, à mon avis,

23 vous devriez - mais j'ai dit à Mme Marcus qu'elle pourra explorer la

24 question au cours de ses questions supplémentaires.

25 Mme ISAILOVIC : Merci, Monsieur le Président.

26 Q. Maintenant, on va finir avec ce document. Est-ce que vous êtes d'accord

27 que ce qui s'est passé ce jour-là peut être fruit d'un échange de tirs

28 entre les deux parties belligérantes dans le secteur justement indiqué ici

Page 1672

1 comme Vrbanja "bridge," Vrbanja Most et "red building" qui est Metalka,

2 donc c'est Grbavica.

3 R. Je n'ai pas assisté, je n'ai pas été témoin de cela et je n'en ai pas

4 le moindre souvenir.

5 Q. Est-ce qu'à votre avis, ce que rapporte la FORPRONU peut correspondre à

6 cette fusillade dans laquelle vous étiez victime et témoin ?

7 R. Je ne sais rien sur de potentiels échanges de tirs. Si eux ils ont des

8 informations, très bien. Mais je vous dis ce que je sais et ce dont je me

9 souviens.

10 Q. Merci. Maintenant, une dernière question concernant - vous avez parlé

11 tout à l'heure que de ce tramway vous avez été en mesure de voir Grbavica,

12 Vraca comme le territoire qui se trouvait sur votre gauche du tramway; est-

13 ce vrai ?

14 R. Je n'ai pas dit que je le voyais. J'ai dit de manière générale que je

15 ne me sentais pas très bien. Dès que je m'approchais de cet endroit et

16 qu'il entrait dans mon champ de vision, il aurait pu être dans mon champ de

17 vision mais je faisais face à la caserne.

18 Q. Madame le Témoin, là j'essayais de parler généralement, généralement

19 parlant. Quand vous regardez la trace du tramway qui se déplace depuis

20 Vraca, par exemple, Ilidza ou Alipasin Most, il y a tout un territoire

21 contrôlé par les Serbes, vous avez dit que c'était Grbavica et Vraca ?

22 R. Sarajevo était encerclée de toutes parts, des collines, partout où vous

23 vous tourniez. Je me sentais plus mal à l'aise encore dans cette zone-là en

24 particulier.

25 Q. Est-ce que c'est peut-être dû au fait que vous saviez que sur d'autres

26 monts se situaient les unités de l'ABiH ?

27 R. Je ne comprends pas votre question.

28 Q. Est-ce que vous avez, Madame le Témoin, entendu parler de Debelo Brdo ?

Page 1673

1 R. Oui, mais je ne sais plus où se trouvait exactement les lignes à cet

2 endroit, et je ne sais pas exactement non plus où se trouve Debelo Brdo.

3 Q. Vous ne savez pas où se trouve Debelo Brdo ?

4 R. Pas précisément, non.

5 Q. Est-ce que vous connaissez Zuc ?

6 R. Je sais que c'est au nord par rapport au tram, à la ligne, mais à

7 quelle distance exactement et quel est le secteur couvert par cette

8 dénomination, je n'en sais rien.

9 Q. Mojmilo, vous connaissez aussi ?

10 R. Je sais où se trouve le quartier de Mojmilo, mais je ne sais pas quelle

11 est la partie des collines occupées précisément par Mojmilo. Je ne peux pas

12 le dire avec exactitude.

13 Q. Je vous pose toutes ces questions parce que vous venez de dire que sur

14 tous les monts et sur toutes les hauteurs il y avait des soldats, comme

15 vous les appelez, là, dans votre déclaration "Chetniks."

16 R. Tout le monde savait que Sarajevo était encerclée. Est-ce que cette

17 colline était plus proche ou plus éloignée de la ville, je n'en sais rien.

18 Je ne connais pas les noms exactes des collines et la manière dont elles

19 sont distribuées, réparties, et à quelle distance elles sont. Mais tout ce

20 que je sais c'est que tout Sarajevo était encerclée et qu'elle était

21 assiégée.

22 Q. Vous pensez que tous les monts tout autour de Sarajevo étaient les

23 monts sur lesquels se trouvaient des Chetniks ? Est-ce que c'est cela quand

24 vous avez dit -- qu'on vous a dit, pardon ?

25 R. Je ne peux pas l'affirmer avec certitude pour toutes les collines. Où

26 étaient les positions précisément, je ne le sais pas.

27 Q. Vous avez eu peur d'eux quand vous passiez près de tous les monts à

28 Sarajevo. Est-ce que vous croyez que partout il y a les Chetniks ?

Page 1674

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 1675

1 R. Non, les collines entouraient la ville. Je me déplaçais en ville, mais

2 pas dans la région ou le secteur des collines. Mais je voyais des fenêtres

3 de mon appartement une partie de la colline Vraca, et j'avais peur parce

4 qu'une balle était arrivée dans mon appartement et elle venait à peu près

5 de cet endroit-là. J'avais peur d'être chez moi. S'agissant des autres

6 positions, je ne pourrais pas dire exactement où elles étaient.

7 Q. Mais alors, justement au-dessus de ce mont Vraca, il y avait Debelo

8 Brdo, vous savez cela ?

9 R. Je connais le nom, mais je ne me souviens plus. Je me souviens de

10 Vraca, et je sais que c'était dangereux là-bas, mais je ne peux rien vous

11 dire d'autre précisément sur Debelo Brdo. Où étaient les lignes exactement,

12 je ne saurais le dire. Je sais qu'en me déplaçant, j'étais exposée de

13 toutes parts et il y avait des bâtiments que l'on pouvait utiliser comme

14 abri des balles. Mais s'agissant des obus, par exemple, ils auraient pu

15 atterrir n'importe où, donc toute la zone était dangereuse. J'avais peur

16 chez moi, alors que finalement elle est dans une zone un peu mieux

17 protégée, donc chez moi dans mon appartement aussi.

18 Q. Où précisément se trouvait votre appartement ?

19 R. Branka Blazek, c'est la rue en question, dans le Novo Sarajevo,

20 municipalité de Novo Sarajevo.

21 Q. Comment appelle-t-on le quartier où se trouve cette rue, parce qu'à

22 Sarajevo on a plusieurs quartiers comme Bistrik, Vratnik, Blace ?

23 R. Malta, près de la boulangerie.

24 Q. Madame le Témoin, est-ce qu'on peut se mettre d'accord que vraiment il

25 y avait beaucoup de tirs, beaucoup de batailles entre les deux parties

26 belligérantes qui se sont passés à Sarajevo ?

27 R. Oui. Oui, dans tout Sarajevo, oui.

28 Q. Merci, Madame le Témoin.

Page 1676

1 Mme ISAILOVIC : C'était ma dernière question.

2 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Madame Marcus.

3 Mme MARCUS : [interprétation] Merci.

4 J'aimerais demander au greffier de bien vouloir afficher la page 9. Je vois

5 que la pièce D41 est toujours à l'écran. J'aimerais que l'on voie plus

6 précisément la page 9.

7 Nouvel interrogatoire par Mme Marcus :

8 Q. [interprétation] Madame le Témoin, avez-vous la page 9 de ce document

9 en B/C/S ?

10 Mme MARCUS : [interprétation] Est-il possible tout d'abord d'avoir la

11 version en B/C/S, s'il vous plaît.

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Ecoutez, j'ai quatre pages en tout, donc

13 quatre pages sur quatre pages.

14 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Est-ce qu'il y a une page 9 en

15 B/C/S ?

16 [La Chambre de première instance et le Greffier se concertent]

17 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] J'ai compris que le Procureur a

18 fourni uniquement une traduction de trois ou quatre pages dans la version

19 e-court du document. Donc nous n'avons pas l'intégralité de ce document.

20 Mme MARCUS : [interprétation]

21 Q. Madame le Témoin, je vais vous donner lecture de quelques lignes qui

22 figurent sur ces pages, et avec l'aide des interprètes, nous allons vous

23 traduire cela :

24 "Un tramway qui voyageait entre BP 910593 et BP 907592 a fait l'objet des

25 tirs qui ont provoqué une victime civile et peut être confirmé et peut-être

26 trois autres victimes. Le cas qui a été confirmé a été blessé au niveau de

27 la jambe. L'origine des tirs se trouvait à la cote BP 907589. Le tram s'est

28 arrêté suite à cet incident. Pendant la même période, les deux côtés ont

Page 1677

1 participé à l'échange des tirs à 300 mètres de là dans la région du pont de

2 Vrbanja, la cote BP 912589."

3 Madame le Témoin, vous avez encerclé un endroit tout à l'heure sur la

4 carte.

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Le conseil de la Défense peut-il

6 éteindre son micro, s'il vous plaît.

7 Mme MARCUS : [interprétation]

8 Q. Madame, tout à l'heure, vous avez encerclé un endroit aussi bien sur le

9 plan, sur la carte, que sur la photo et vous avez dit que les tirs venaient

10 de cet endroit-là. Est-ce que vous vous souvenez avoir fait cela ?

11 R. Oui.

12 Q. Savez-vous si le pont de Vrbanja fait partie de ces quartiers, cet

13 endroit que vous avez encerclé ?

14 R. Il est tout près, je ne sais pas si je l'ai encerclé.

15 Mme MARCUS : [aucune interprétation]

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Attendez. Je voudrais savoir ce

17 qu'elle veut dire par "tout près" ? Je voudrais savoir où, quelle est la

18 distance qui sépare ces deux endroits ?

19 Mme MARCUS : [interprétation]

20 Q. Madame, pourriez-vous répondre à la question posée par les Juges. Est-

21 ce que vous savez quelle est la distance entre le pont de Vrbanja et

22 l'endroit où vous avez été blessée ?

23 R. Le pont Vrbanja sépare une partie du quartier Grbavica, enfin le

24 quartier se termine là-bas. Donc moi-même j'avais encerclé ce quartier, le

25 quartier de Grbavica. J'ai dit que c'était, que j'ai entouré ce qui

26 correspondait à peu près à ce quartier. Donc si vous voulez, ce pont de

27 Vrbanja, c'est un peu comme une frontière de ce quartier, du quartier de

28 Grbavica.

Page 1678

1 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Donc vous n'êtes pas en mesure de

2 nous indiquer la distance. S'agit-il de 1 kilomètre, de 2, de 3

3 kilomètres ?

4 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne saurais vous répondre précisément, je

5 suis désolée.

6 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, Madame Marcus.

7 Mme MARCUS : [interprétation] Je voudrais demander que l'on place à nouveau

8 la photo que nous avons déjà marquée, notée. C'est la photo 65 ter 2914. Je

9 voudrais essayer de demander au témoin si elle peut nous montrer où se

10 trouve le pont Vrbanja sur cette photo-là.

11 Q. Madame le Témoin, êtes-vous en mesure de nous montrer sur cette carte

12 le pont Vrbanja ?

13 R. Je pense que c'est ici.

14 Q. Pourriez-vous écrire la lettre V qui correspond à "Vrbanja" à côté de

15 cet endroit-là.

16 R. [Le témoin s'exécute]

17 Q. Je vous remercie.

18 Mme MARCUS : [interprétation] Je voudrais demander le versement au dossier

19 de cette pièce.

20 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

21 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agit de la pièce P182, Monsieur le

22 Président.

23 Mme MARCUS : [interprétation] Je voudrais aussi demander au greffier de

24 revenir sur la pièce D41 et de se référer à la page 23 de ce document.

25 [La Chambre de première instance se concerte]

26 Mme MARCUS : [interprétation] Monsieur le Président, j'ai la version en

27 langue B/C/S de cette page-là, la page 23 que l'on peut montrer au témoin.

28 Q. Je vous demande de vous référer au paragraphe (h) de cette même page.

Page 1679

1 Etes-vous en mesure de lire cela, s'il vous plaît, Madame le Témoin, donc

2 le paragraphe (h) ?

3 R. Oui. "Suite aux informations reçues par l'officier de liaison de l'ABiH

4 venant du quartier général de l'ONU, indiquant qu'un tram a été touché, que

5 trois civils ont été blessés, la patrouille des observateurs des Nations

6 Unies ont fait leur enquête par rapport aux tirs des tireurs embusqués

7 dirigés vers un tram à Sarajevo à 271220A, février 1995. La patrouille des

8 observateurs de l'ONU ont confirmé que ce tram numéro 257, qui se dirigeait

9 vers l'ouest, a été touché à neuf reprises par les armes d'infanterie au

10 niveau de la BP 910993. La patrouille des observateurs n'a remarqué qu'une

11 tache de sang sur le tram. L'origine des tirs était indiquée comme venant

12 du sud. Après avoir visité l'hôpital de l'Etat, BP 917596, et l'hôpital de

13 Kosevo, BP 9223606, et après avoir visité les postes de police, une victime

14 a été établie, une femme civile qui a été touchée à sa jambe gauche et dont

15 la jambe a été fracturée. Ensuite, au cours des patrouilles des

16 observateurs de l'ONU au niveau de l'hôpital, il a été établi qu'elle a

17 subi une opération et qu'elle ne pouvait pas être visitée avant le

18 lendemain matin. Il a été dit qu'un véhicule civil a été touché par ces

19 feux d'infanterie au même endroit mais cette information n'a pas été

20 confirmée."

21 Q. Madame le Témoin, j'attire votre attention sur cet endroit que vous

22 avez lu et où l'on dit que les tirs venaient du sud, du côté sud. Est-ce

23 que c'est ceci confirme ce que vous avez entouré sur le plan ?

24 R. Oui, oui. Cela vient du sud, c'est bien le sud.

25 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous posez une question beaucoup

26 trop directrice. Vous ne pouvez pas faire cela au cours des questions

27 supplémentaires, Madame le Procureur.

28 Mme MARCUS : [interprétation]

Page 1680

1 Q. Pourriez-vous dire aux Juges si vous avez entendu avant le début des

2 tirs, des bruits correspondants aux activités de combat ce jour-là au

3 niveau du parcours pris par le tram ?

4 R. Pendant ce jour-là, je vous ai dit ce que j'ai entendu. Il y a eu des

5 tirs, je ne me souviens pas avoir entendu les tirs avant alors que j'étais

6 dans la ville. Est-ce que je peux continuer ?

7 Donc ici il est dit qu'à l'hôpital de Sarajevo il y avait une victime, mais

8 j'étais là ainsi que deux autres civils. Nous avons été admis au niveau des

9 urgences. Donc nous avons été trois à avoir été soignés aux urgences. C'est

10 vrai que l'hôpital de l'Etat est tout près de là, mais il existe aussi un

11 poste des urgences où j'ai été admise.

12 Q. Je vous remercie, Madame le Témoin. Je n'ai pas d'autres questions à

13 vous poser.

14 Questions de la Cour :

15 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Est-ce que je peux poser une question

16 au témoin, je voudrais éclaircir un point. Je voudrais à cet effet,

17 demander à l'huissier de présenter au témoin à nouveau cette photo, le

18 numéro 65 ter 2894. Est-ce possible ?

19 Mme MARCUS : [interprétation] Excusez-moi, Monsieur le Président, il y a

20 une erreur au compte rendu d'audience, je pense qu'il s'agit de la photo

21 2914.

22 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Je vous ai cité, j'ai cité ce que

23 vous avez dit dans le compte rendu d'audience.

24 Effectivement, je voudrais voir cette même photo de vue aérienne qui

25 vous a été présentée à plusieurs reprises. Je vous remercie.

26 Est-ce que vous voyez la photo, Madame le Témoin ?

27 R. Oui.

28 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Voici la question que je vous pose,

Page 1681

1 il s'agit d'une question qui fait suite à une question posée par le

2 Président, le Juge Robinson il y a quelques instants. Il s'agit de ce

3 morceau de terre au nord de la rivière jusqu'à la caserne maréchal Tito.

4 Sur la photo, vous pouvez voir qu'il y a quelques bâtiments qui se trouvent

5 sur cette bande de terre. C'est vraiment juste de l'autre côté de la

6 rivière, au nord des quatre gratte-ciels, donc de l'autre côté de la rive,

7 sur l'autre rive. Le Président vous a demandé il y a quelques instants si

8 cette bande de terre était contrôlée par l'ABiH, et vous avez dit que

9 c'était bien le cas.

10 R. Que je sache, de l'autre côté de la rivière, enfin sur l'autre rive,

11 c'était le côté bosniaque qui tenait cette rive-là.

12 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Bien. Je vous pose la question

13 suivante : est-ce que vous savez, ou bien est-ce que vous avez pu remarquer

14 une quelconque présence militaire sur cette bande de terre ? Est-ce que

15 vous avez vu des soldats, des équipements militaires justement à ce niveau-

16 là ?

17 R. Je ne m'en souviens pas. Vous savez, il y avait un poste de police là-

18 bas. C'est vrai que je n'ai pas prêté attention à cela, je n'ai pas

19 regardé. Le poste de police y est toujours d'ailleurs.

20 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Je vous remercie.

21 R. Je vous en prie.

22 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Madame le Témoin, avec ceci se

23 termine votre déposition, je vous remercie d'être venue. Vous pouvez partir

24 à présent.

25 Nous allons prendre une pause.

26 [Le témoin se retire]

27 --- L'audience est suspendue à 12 heures 20.

28 --- L'audience est reprise à 12 heures 45.

Page 1682

1 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Whiting, si j'ai bien

2 compris, il y a eu un petit problème avec le témoin.

3 M. WHITING : [interprétation] Oui, effectivement, Monsieur le Président.

4 J'en présente mes excuses, c'est de notre faute. Pour différentes raisons

5 qui relèvent surtout de l'aide prodiguée au témoin, mais c'est la santé du

6 témoin. Pour d'autres raisons également nous avons changé l'ordre de

7 comparution des témoins, et nous ne vous avons pas dit cela.

8 Donc là, nous revenons sur l'ordre prévu par vous, Monsieur le

9 Président, prévu par les Juges, mais qui n'a pas été connu du conseil de la

10 Défense, donc le prochain témoin, c'est le Témoin 54.

11 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Très bien. Je vous remercie.

12 M. WHITING : [interprétation] C'est M. Sachdeva qui va en parler, qui va

13 s'occuper de ce témoin. Juste avant cela, je voudrais soulever quelques

14 points. Ce témoin a fait l'objet de mesures de protection. J'ai besoin de

15 passer à huis clos partiel pour cela, Monsieur le Président.

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Très bien. Passons à huis clos

17 partiel.

18 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous sommes à huis clos partiel, Monsieur

19 le Président.

20 [Audience à huis clos partiel]

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 1683

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page 1683 expurgée. Audience à huis clos partiel.

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 1684

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 [Audience publique]

27 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je n'aurais rien

28 contre de présenter ce témoin, j'étais tout à fait prêt à l'interroger. Si

Page 1685

1 le témoin est vraiment dans l'état décrit par le Procureur, je n'ai rien

2 contre la non-comparution de ce témoin non plus. On peut présenter

3 également le témoin suivant. Mais s'il est malade jusqu'à demain matin, et

4 que demain matin il va se porter mieux, je vous souhaite toute la santé du

5 monde. Mais pour des raisons de principe je considère que nous ne pouvons

6 pas accepter un tel changement à midi moins cinq. Si son état de santé est

7 tel qu'il ne peut pas déposer aujourd'hui, il ne pourra pas déposer demain

8 non plus.

9 Parce que si nous nous retrouvons dans la situation où on nous met de

10 cette façon-là devant un fait accompli, je pense que nous allons nous

11 trouver dans des situations tout à fait incorrectes et que ceci va arriver

12 souvent. Donc, s'il ne peut pas déposer, je veux bien que quelqu'un d'autre

13 soit présenté. Il s'agit là d'une question de principe. Je ne vais pas vous

14 donner toutes mes raisons, vous évoquer toutes mes raisons, toutes mes

15 explications aujourd'hui, je vais le faire un jour. Mais là, il s'agit

16 d'une question de principe. Je ne vais pas vous donner les détails de ma

17 position. Si vous le voulez, je peux le faire.

18 [La Chambre de première instance se concerte]

19 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic, les Juges ne sont

20 pas tout à fait au clair. Est-ce que vous avez dit que vous étiez en mesure

21 de contre-interroger le témoin qui est censé déposer maintenant présent ?

22 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Nous étions prêts à contre-interroger le

23 témoin qui était prévu, nous sommes prêts aussi pour tous les autres

24 témoins à venir, les cinq autres témoin à venir. Ce n'est pas cela la

25 question. Le problème c'est qu'on a changé l'ordre de comparution des

26 témoins à moins une, et c'est cela le problème.

27 S'il est malade je veux bien, mais --

28 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Est-ce que vous êtes prêt à contre-

Page 1686

1 interroger ce témoin, le témoin 54; oui ou non. Le témoin qui va être

2 présenté par le Procureur au dernier moment, si vous voulez.

3 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Nous ne nous sommes pas très bien compris,

4 Monsieur le Président. Nous ne nous sommes pas très bien compris. Le Témoin

5 54 était prévu et nous étions tout à fait prêts à l'interroger. Ensuite, le

6 Témoin 144 devait venir témoigner après ce témoin. C'est cela le problème.

7 C'est pour cela que nous étions contre.

8 Je pense, et je peux vous le dire ouvertement, puisque vous me posez

9 la question, qu'on ait fait cela pour des raisons stratégiques pour mieux

10 préparer le témoin pour son interrogatoire principal après ce qu'on a

11 entendu du témoin précédent.

12 C'est pour cela que je suis contre. C'est une question de principe.

13 Je suis tout à fait prêt à contre-interrogatoire le Témoin 144, alors que

14 ma consoeur, et bien, il y a belle lurette, elle est prête aussi à

15 interroger l'autre témoin, le Témoin 54.

16 M. WHITING : [interprétation] Peut-être que je n'étais pas très clair. Le

17 Témoin 54 est le témoin qui devait normalement déposer. Tout le monde

18 s'attendait qu'il dépose aujourd'hui. Il a été prévu pour venir

19 aujourd'hui. Nous avons essayé de faire un changement hier, nous n'avons

20 pas pu le faire et c'est pour cela que le témoin 54 est toujours là, prêt à

21 déposer. Nous sommes revenus à l'ordre prévu au début. L'ordre qui était

22 présenté à tout le monde. Nous sommes revenus sur ce vieux calendrier, si

23 vous voulez.

24 Dire que nous faisons cela pour des obscures raisons stratégiques,

25 non, ce n'est absolument pas fondé. Ce n'est pas quelque chose qu'il est

26 convenable de dire ici. J'ai tout simplement dit que nous avons fait une

27 erreur. Nous l'avons signalée et nous sommes tout à fait prêts à procéder.

28 Je pense que cette objection n'est pas raisonnable tout simplement. Elle

Page 1687

1 n'est pas justifiée.

2 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic, est-ce que vous

3 êtes prêt à contre-interroger le témoin d'hier, le Témoin 54 ?

4 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, nous nous efforçons

5 toujours être prêts pour le témoin qui est prévu. Quand le Procureur a dit

6 un autre témoin allait venir, il a dit cela vraiment une minute avant que

7 le témoin n'entre. En tant que conseil de la Défense, j'avais du mal à

8 accepter cela. Je ne pouvais pas être d'accord, c'est une question de

9 principe.

10 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Très bien. Je vous remercie,

11 Monsieur Tapuskovic. Maintenant, nous allons entendre le Témoin 54.

12 Je voudrais dire que l'audience qui a été prévue demain pour débattre

13 de la requête du Procureur demandant un conseil judiciaire sur les points

14 qui sont admis, elle va avoir lieu lundi matin et pas demain matin.

15 Maintenant nous allons entendre l'interrogatoire principal du Témoin

16 54. Je demanderais qu'on l'introduise.

17 [La Chambre de première instance et le Greffier se concertent]

18 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] M.le Greffier vient de m'informer du

19 fait qu'il y avait une demande, une demande que vous auriez dû formuler, à

20 savoir si le fils de ce témoin soit présent pendant sa déposition vu son

21 état de santé. Est-ce que vous êtes au courant de cela ?

22 M. WHITING : [interprétation] Non, Monsieur le Président. Je n'ai pas

23 assisté à la session de préparation de ce témoin.

24 M. Sachdeva, apparemment, était au courant de cela. Son fils est ici, il

25 est avec lui. Je ne me suis jamais trouvé dans une situation semblable

26 auparavant. Je ne vois pas où est le problème. Pour moi, cela me semble

27 faisable, si cela ne vous pose pas de problème, à vous, Monsieur le

28 Président, Messieurs les Juges.

Page 1688

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 1689

1 [La Chambre de première instance se concerte]

2 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] La Défense a-t-elle des commentaires

3 à faire sur cette question.

4 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Non, aucun commentaire. Monsieur le

5 Président, je pense qu'après tout, ceci serait peut-être utile.

6 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] C'est tout à fait inhabituel. Nous

7 allons l'autoriser. Mais son fils ne doit pas être assis exactement à côté

8 du témoin. Il peut s'asseoir quelque part dans le prétoire, peut-être à

9 droite dans le prolongement de l'endroit où sont assis les Juges. Peut-être

10 qu'il sera content d'être assis aussi près de vous, Maître Tapuskovic.

11 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] J'aime bien avoir tout le monde à côté de

12 moi. Ma seule préoccupation, c'est que s'il est assis là, une des caméras

13 pourra peut-être le filmer. Par voie de conséquence, comprendre qui est le

14 témoin à la barre et par conséquent, reconnaître le témoin protégé. C'est

15 ma seule inquiétude.

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je crois que c'est très pertinent.

17 M. WHITING : [interprétation] Je crois que l'on peut demander à la régie de

18 ne pas montrer son visage. C'est à eux de choisir ce qui est diffusé. Je

19 crois qu'ils pourront faire la sélection.

20 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, je crois que ceci a été

21 communiqué à la régie. Faites entrer le témoin, s'il vous plaît.

22 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

23 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic, vous avez de la

24 chance. Il semble que j'ai dit, non pas "un point très pertinent", mais

25 c'est "une remarque qui vient de Dieu." C'est une question secondaire.

26 Voilà.

27 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Je vous remercie en tout cas beaucoup.

28 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Veuillez demander au témoin de lire

Page 1690

1 la déclaration, s'il vous plaît. S'il préfère s'asseoir pour faire sa

2 déclaration, cela ne pose aucun problème.

3 M. SACHDEVA : [interprétation] Excusez-moi, Monsieur le Président.

4 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

5 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, Messieurs les Juges,

6 je veux tout simplement m'assurer que nous sommes à huis clos partiel.

7 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Veuillez passer à huis clos partiel,

8 s'il vous plaît.

9 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous sommes à huis clos partiel,

10 Messieurs les Juges.

11 [Audience à huis clos partiel]

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 1691

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page 1691 expurgée. Audience à huis clos partiel.

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 1692

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 [Audience publique]

28 M. SACHDEVA : [interprétation]

Page 1693

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Pages 1693-1698 expurgées.

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 1699

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 R. Si vous me le permettez, j'aimerais prendre une brève pause.

17 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, bien sûr, nous allons faire une

18 brève pause.

19 Oui, je vois qu'il est 13 heures 30, et nous sommes sur le point de lever

20 la séance. Alors, nous allons lever la séance. Il est 13 heures 32.

21 Nous allons lever la séance jusqu'à demain matin, 9 heures.

22 --- L'audience est levée à 13 heures 32 et reprendra le mercredi 7 février

23 2007, à 9 heures 00.

24

25

26

27

28