Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 2863

1 Le mercredi 28 février 2007

2 [Audience publique]

3 [L'accusé est introduit dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 14 heures 18.

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous pouvez poursuivre. Le témoin

6 est-il ici ?

7 M. SACHDEVA : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Président et Messieurs

8 les Juges.

9 Avant de poursuivre, j'ai deux ou trois aspects que je voudrais aborder,

10 cela prendra quatre ou cinq minutes.

11 La première question dont je voulais parler porte sur une demande au

12 titre de l'article 73 pour modifier la liste des pièces de l'Accusation. Le

13 témoin qui déposera cet après-midi, je l'ai rencontrée lors d'une réunion

14 hier, a apporté avec elle deux DVD avec des extraits de programme

15 d'information de la télévision allemande et de la télévision de Bosnie. Je

16 les ai communiqués à la Défense hier et j'ai demandé à la Défense -- enfin,

17 j'ai expliqué à la Défense que je les utiliserais lors de l'interrogatoire

18 du témoin et la Défense qui n'y voit pas d'objection. Officiellement, j'ai

19 besoin de votre autorisation pour modifier la liste des pièces à

20 conviction, pour intégrer ces pièces ou ces DVD à la liste des pièces.

21 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je pense qu'officiellement il faut

22 motiver une telle demande, mais nous allons la prendre en considération.

23 [La Chambre de première instance se concerte]

24 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Nous faisons droit à votre requête.

25 M. SACHDEVA : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. La deuxième

26 question a trait au Témoin 66 qui va déposer demain, et c'est une petite

27 demande au titre de l'article 75; lorsque je lui ai posé une question au

28 sujet de son emploi actuel, il m'a demandé que cette réponse se fasse à

Page 2864

1 huis clos partiel, parce que le problème c'est que son employeur actuel le

2 fait voyager en Republika Srpska et pour cette question, il voudrait que

3 l'on passe au huis clos partiel. Pour le moment, j'ai posé la question au

4 conseil de la Défense qui n'y voit aucune objection.

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Nous faisons droit à votre requête

6 également.

7 M. SACHDEVA : [interprétation] Le troisième point mineur a trait à la pièce

8 à conviction numéro P00256. Apparemment, elle avait une cote provisoire en

9 attendant la traduction. Apparemment, la traduction est terminée, et je

10 voudrais que ce document qui a une cote provisoire se voie attribuer une

11 cote définitive.

12 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Est-ce qu'on a vu la traduction ?

13 C'est la pièce P00256. Oui, nous pouvons verser ce document au dossier.

14 M. SACHDEVA : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

15 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous avez la parole maintenant,

16 Monsieur Waespi, pour poursuivre l'interrogatoire principal du témoin.

17 M. WAESPI : [interprétation] Merci, Monsieur le Président. C'est un nouveau

18 témoin. Suite à votre décision orale d'hier, la personne aura une

19 déformation des traits du visage à l'écran ainsi que se verra attribuer un

20 pseudonyme.

21 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Faites entrer le témoin.

22 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

23 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Demandons au témoin de prononcer la

24 déclaration solennelle.

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

26 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

27 LE TÉMOIN: TÉMOIN W-50 [Assermentée]

28 [Le témoin répond par l'interprète]

Page 2865

1 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous pouvez vous asseoir.

2 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci.

3 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Waespi, vous pouvez

4 commencer.

5 M. WAESPI : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

6 Interrogatoire principal par M. Waespi :

7 Q. [interprétation] Bonjour, Madame le Témoin.

8 R. Bonjour.

9 Q. Est-ce que vous vous sentez à l'aise ?

10 R. Très bien.

11 Q. Merci, Madame le Témoin.

12 M. WAESPI : [interprétation] Est-ce que l'on pourrait soumettre au témoin

13 cette feuille de papier qui porte son nom.

14 Q. Madame le Témoin, pouvez-vous nous confirmer qu'il s'agit là de votre

15 nom ?

16 R. Oui.

17 M. WAESPI : [interprétation] Est-ce que l'on pourrait verser cette feuille

18 au dossier, sous pli scellé, Monsieur le Président.

19 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

20 M. LE GREFFIER : [interprétation] Pièce 289, sous pli scellé.

21 M. WAESPI : [interprétation] Si la pièce portant la cote 02988 pouvait être

22 montrée à l'écran, s'il vous plaît.

23 Q. Maintenant, Madame le Témoin, je vais me référer à un numéro de témoin

24 cet après-midi. Je ne vais pas dire votre nom et vous serez le Témoin W-50.

25 R. Oui.

26 Q. Si vous voyez cet écran, il ne faut pas télédiffusé cet extrait. Est-ce

27 que vous vous souvenez que vous avez fait une déclaration écrite aux

28 enquêteurs du Tribunal le 16 novembre 1995 ?

Page 2866

1 R. Le 16 ? Oui, je me souviens de cela.

2 Q. Est-ce que vous vous souvenez que je vous ai montré cette déclaration

3 hier dans mon bureau ?

4 R. Oui, je me souviens de cela.

5 Q. Vous m'avez dit vouloir apporter deux rectifications à cette

6 déclaration.

7 R. Oui, je m'en souviens.

8 Q. La première rectification a trait à la deuxième page. Je pense que

9 c'est la seule page importante du rapport. Deuxième ligne de la deuxième

10 page où il est indiqué, je cite : "Je proviens de Foca à l'origine."

11 Pourriez-vous vous dire aux Juges d'où vous êtes originaire ?

12 R. Je suis originaire du village de Maslina, et ce village appartenait à

13 la municipalité de Foca.

14 Q. Je vous remercie de cette précision.

15 La deuxième précision que vous vouliez apporter a trait à une phrase

16 figurant au troisième paragraphe. Je cite la version anglaise : (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 Quelle précision ou quelle rectification vouliez-vous apporter à cette

21 phrase ?

22 R. Je ne m'y connais pas bien. Est-ce que c'est à droite, à gauche, de

23 l'ouest ou de l'est. Je sais que cela est arrivé de Zecija Glava, de cette

24 direction-là.

25 Q. Je pense que vous pourrez nous montrer sur une photo la direction de

26 laquelle venaient les tirs dans votre perception.

27 R. Je pourrais le faire.

28 Q. Je vous remercie. Après cette rectification, est-ce que l'on peut dire

Page 2867

1 que cette déclaration rapporte fidèlement et correctement ce qui s'est

2 produit ce jour-là ?

3 R. Oui.

4 Q. Si vous deviez répondre aux mêmes questions aujourd'hui, est-ce que vos

5 réponses seraient les mêmes que celles qui sont consignées dans votre

6 déclaration de novembre 1995 ?

7 R. Oui.

8 Q. Merci, Madame le Témoin.

9 M. WAESPI : [interprétation] Monsieur le Président, je voudrais demander

10 l'admission au dossier de cette déclaration.

11 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] D'accord.

12 M. LE GREFFIER : [interprétation] Pièce à conviction P290.

13 M. WAESPI : [interprétation]

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 R. (expurgé)

17 (expurgé)

18 Q. Quel temps faisait-il ce jour-là ?

19 R. Je ne me souviens pas de cela, du temps qu'il faisait parce qu'il y a

20 beaucoup de temps qui est passé.

21 Q. Que faisiez-vous cette matinée, ce jour-là ? (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 Q. Est-ce que vous portiez des jerrycans ?

28 R. Oui.

Page 2868

1 Q. Comment les portiez-vous ?

2 R. Nous les portions en utilisant une sorte de cordes.

3 Q. Les portiez-vous à la main ou sur l'épaule ou d'une autre manière ?

4 R. Nous les portions sur nos épaules.

5 Q. Aviez-vous les mains libres ou est-ce que vous teniez quelque chose

6 d'autre en mains ?

7 R. Nos mains étaient vides.

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 Q. Comment ?

12 R. La balle est arrivée de Zecija Glava, et elle a été touchée au bras

13 gauche.

14 Q. Qu'avez-vous fait après cela ?

15 R. Je l'ai appelée à aller dans une résidence secondaire, dans une cabane

16 où elle a reçu les premiers soins. C'est moi qui lui ai apporté les

17 premiers soins.

18 Q. Quelle était la nature de ses blessures ?

19 R. La blessure était sérieuse. Elle saignait beaucoup et je lui ai apporté

20 les premiers soins.

21 Q. Où était-elle blessée ?

22 R. Au bras, à la main.

23 Q. De quel bras s'agissait-il ? S'agissait-il du bras droit ou du bras

24 gauche ?

25 R. Du bras gauche.

26 Q. Etait-ce là le résultat d'une seule balle ou de plusieurs tirs ?

27 R. Il y avait deux tirs à l'époque, c'est-à-dire au moment où elle a été

28 touchée.

Page 2869

1 Q. A qui étaient destinées ces balles, si vous le savez ?

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 R. Non, aucune.

6 Q. Merci, Madame le Témoin.

7 M. WAESPI : [interprétation] Je voudrais à présent que l'on projette une

8 vidéo. Il s'agit de la vidéo ter numéro 02717, et cette dernière pièce doit

9 également être versée au dossier sous pli scellé car elle porte le nom du

10 témoin.

11 Il faudrait que l'on visionne cette vidéo à huis clos partiel, Monsieur le

12 Président.

13 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Nous sommes à huis clos partiel.

14 M. LE GREFFIER : [interprétation] Huis clos partiel, et la dernière pièce,

15 la déclaration du témoin, P290, sera sous pli scellé.

16 [Audience à huis clos partiel]

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 2870

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 [Audience publique]

9 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Monsieur le Procureur, pourriez-vous

10 demander au témoin de remontrer quel est le point qui a été touché parce

11 que sur la vidéo j'avais l'impression qu'elle montrait la main droite alors

12 que maintenant ici elle a dit que c'était la main gauche. De quelle main

13 s'agissait-il ?

14 M. WAESPI : [interprétation]

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 R. Il s'agissait du bras gauche, et ce que j'ai montré dans la vidéo j'ai

18 montré cela à sa place et j'ai montré de quelle direction la balle a été

19 tirée. C'est ce que j'ai montré en utilisant ce bras blessé. J'ai montré

20 cela sur mon bras droit et elle, elle a été touchée au bras gauche.

21 Q. Merci, Madame le Témoin.

22 M. WAESPI : [interprétation] Merci, Messieurs les Juges.

23 Q. Je voudrais à présent vous montrer deux photos extraites de cette

24 vidéo.

25 M. WAESPI : [interprétation] Je voulais d'abord verser au dossier cette

26 vidéo sous pli scellé, s'il vous plaît.

27 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] D'accord. Nous pouvons l'admettre.

28 M. LE GREFFIER : [interprétation] P291, sous pli scellé.

Page 2871

1 M. WAESPI : [interprétation] Est-ce que l'on pourrait montrer au témoin la

2 pièce 02993.

3 Q. Est-ce que vous voyez une photo à l'écran, Madame le Témoin ?

4 R. Oui.

5 Q. Pourriez-vous nous dire dans quelle direction se trouvait la maison que

6 vous quittiez ce matin-là ? Je vous prierais peut-être d'indiquer sur la

7 photo cette direction avec l'aide de l'huissier.

8 R. Oui. Je n'ai pas compris votre question. Pourriez-vous la répéter.

9 Q. D'accord. Est-ce qu'on voit la maison sur cette photo que vous étiez en

10 train de quitter ?

11 R. Oui. C'est derrière cette maison-là. On ne peut pas voir la maison à

12 cause de cette maison-là au premier plan.

13 Q. Merci d'avoir apposé cette marque. Est-ce que vous pourriez ajouter un

14 A à côté de la marque ?

15 R. Bien sûr.

16 Q. Merci. Ce matin-là, vous empruntiez ce sentier pour vous diriger vers

17 la grand-route, n'est-ce pas ?

18 R. Oui. Jusqu'à la route.

19 Q. Merci.

20 M. WAESPI : [interprétation] Photo suivante, qui porte la cote 02990, et

21 cette photo doit être versée au dossier.

22 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, la photo est admise.

23 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce P292.

24 M. WAESPI : [interprétation]

25 Q. Pouvez-vous voir une nouvelle photo à l'écran, Madame le Témoin ?

26 R. Oui.

27 (expurgé)

28 R. [Le témoin s'exécute]

Page 2872

1 Q. Pourriez-vous indiquer, si vous marquez cet endroit à l'aide d'un A

2 également.

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 Q. Pourriez-vous également nous indiquer la direction que vous comptiez

5 emprunter pour aller chercher de l'eau ?

6 R. Oui. Est-ce que je devrais -- avant, nous devions traverser cette

7 route, de l'endroit où elle a été blessée.

8 Q. Est-ce que vous deviez tourner à gauche ou à droite, du côté de la

9 voiture rouge ou à droite ?

10 R. A gauche, où se trouve le policier et la voiture rouge. C'était à côté

11 de ce policier, un peu plus loin, en contrebas en traversant la rue.

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 2873

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 2874

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 Q. L'avez-vous emmenée ensuite voir un médecin ou l'avez-vous emmenée à

9 l'hôpital ?

10 R. Je l'ai emmenée d'abord chez un médecin qui lui a donné les premiers

11 soins.

12 Q. A quelle distance se trouvait le médecin le plus proche ?

13 R. Je ne serais être précise par rapport à cela, mais c'était assez loin,

14 mais je n'ai pas mesuré la distance.

15 Q. Est-ce que c'était à gauche ou à droite de la maison que l'on voit ici

16 à l'écran ?

17 R. Je n'ai pas compris votre question. Vous avez pensé à quoi exactement ?

18 Q. Toutes mes excuses. Vous dites que vous êtes allée chez un médecin et

19 que c'était assez loin. Dans quelle direction était-ce; à gauche ou à

20 droite ?

21 R. A gauche, dans cette direction-là.

22 Q. Est-ce que vous pourriez indiquer à l'aide d'une croix la direction que

23 vous avez suivie ?

24 R. [Le témoin s'exécute]

25 Q. Merci. Est-ce que vous pourriez ajouter un D à cette croix.

26 R. [Le témoin s'exécute]

27 Q. Merci, Madame le Témoin.

28 M. WAESPI : [interprétation] Je voudrais que cette photo soit versée au

Page 2875

1 dossier.

2 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

3 M. LE GREFFIER : [interprétation] P293.

4 M. LE JUGE MINDUA : Monsieur le Procureur, excusez-moi, avant qu'on lève la

5 photo du système électronique.

6 Madame le Témoin, vous nous avez indiqué que le tir venait de la

7 direction spécifiée avec la lettre C sur la photographie; c'est bien cela ?

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, c'est exact.

9 M. LE JUGE MINDUA : Ma question, c'est de savoir comment vous êtes arrivée

10 à cette conclusion ? Est-ce que c'est parce que vous avez entendu les tirs,

11 ou vous avez entendu les balles siffler dans une direction donnée, ou c'est

12 parce que la police vous l'a dit par après l'incident, ou des enquêteurs

13 vous l'ont dit après l'incident ?

14 LE TÉMOIN : [interprétation] La balle est arrivée et nous avons entendu

15 clairement le bruit provoqué par la balle.

16 M. LE JUGE MINDUA : Vous voulez dire les détonations ou les sifflements de

17 la balle ?

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Je pensais au sifflement de la balle.

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Je le sais, parce que quand je l'ai emmenée

23 chez le médecin par cette route à partir de la maison de campagne, nous

24 nous déplacions ensemble, mais je ne suis pas experte en armes, mais je

25 sais qu'ils tiraient parce qu'on pouvait entendre le bruit des tirs.

26 M. LE JUGE MINDUA : Merci beaucoup.

27 M. WAESPI : [interprétation] Merci, Monsieur le Juge Mindua.

28 Je sais que j'ai dépassé les 15 minutes. Avec votre permission, je

Page 2876

1 voudrais encore soumettre un document au témoin. Cela ne prendra pas plus

2 de deux ou trois minutes.

3 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous pouvez y aller, Monsieur

4 Waespi.

5 M. WAESPI : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

6 Est-ce que l'on pourrait à présent montrer la pièce 65 ter 00894, un

7 dossier d'enquête.

8 Q. Madame le Témoin, est-ce que vous souvenez que je vous ai montré ce

9 document dans mon bureau ?

10 R. Je me souviens.

11 Q. Avez-vous eu la possibilité d'en prendre connaissance ?

12 R. Oui.

13 Q. Pourriez-vous reporter à la page 5, s'il vous plaît.

14 M. WAESPI : [interprétation] Je pense que la page B/C/S est la bonne page,

15 mais pour l'autre page il faudrait remonter de deux pages pour la

16 traduction anglaise. Non, c'est la page suivante. Voilà, cela c'est la

17 traduction.

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 2877

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page 2877 expurgée.

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 2878

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Combien de pages y a-t-il ?

14 M. WAESPI : [interprétation] Sept pages.

15 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Nous allons verser ce document au

16 dossier.

17 M. LE GREFFIER : [interprétation] 294, Messieurs les Juges.

18 M. WAESPI : [interprétation] Merci, Monsieur le Président, et excusez-moi

19 d'avoir abuser ainsi quelque peu de votre temps. J'ai terminé.

20 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Madame Isailovic.

21 Mme ISAILOVIC : Merci, Monsieur le Président.

22 Contre-interrogatoire par Mme Isailovic :

23 Q. Bonjour, (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 2879

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Excusez-moi, Madame, ou Maître

7 Isailovic, les interprètes vous demanderaient de répéter les cotes des

8 documents, s'il vous plaît, plus lentement.

9 Mme ISAILOVIC : C'est admis tout à l'heure en tant que P294, sinon c'est le

10 document 65 ter 894.

11 En attendant le document, juste pour pouvoir orienter mon contre-

12 interrogatoire.

13 Q. Est-ce que vous vous y connaissez aux cartes ?

14 Est-ce que vous pouvez regarder une carte, s'orienter sur un plan des rues

15 de Sarajevo, Madame le Témoin ? Excusez-moi, est-ce que vous m'entendez ?

16 R. Est-ce que vous pouvez répéter votre question.

17 Q. Pour pouvoir organiser mon contre-interrogatoire aujourd'hui, je vous

18 demande est-ce que vous êtes en mesure de commenter une carte avec les rues

19 de Sarajevo, avec votre quartier sur un plan ? Vous savez, les plans pour

20 les touristes ? Est-ce que cela vous paraît faisable ou pas ? On va essayer

21 tout à l'heure.

22 M. LE JUGE ROBINSON : [aucune interprétation]

23 Mme ISAILOVIC : -- si on peut aller sur la page 10.

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 2880

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 Q. Est-ce que c'était bien le 11 mars 1995, quand vous vous êtes rendue à

7 la police ?

8 R. Oui.

9 Q. Madame le Témoin, est-ce que vous pouvez lire la signature qui se

10 trouve à gauche ?

11 (expurgé)

12 Q. C'est ce qui est écrit, pas imprimé, mais écrit avec un stylo; c'est

13 cela ?

14 R. Oui, mais c'est quelqu'un d'autre qui a signé à sa place parce qu'elle

15 ne sait pas écrire, elle est analphabète. Il n'y a pas non plus l'empreinte

16 de doigt ici.

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Voilà M.Waespi qui est debout.

20 M. WAESPI : [interprétation] Est-ce que je peux - je demande qu'on expurge

21 au compte rendu à la ligne 18 - aux lignes 14 et 15, à la page 18 avant que

22 cela ne soit diffusé parce qu'il s'agit du témoin protégé et nous devons

23 s'assurer que cela ne sera pas diffusé. Je vous remercie.

24 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui. Cette partie du compte rendu

25 sera expurgée.

26 Mme ISAILOVIC :

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 2881

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je pense que vous avez eu la réponse

5 que vous avez méritée.

6 Mme ISAILOVIC :

7 Q. Madame le Président - Madame le Témoin, excusez-moi, je suis perturbée

8 - est-ce que vous avez vu la personne qui avait signé ?

9 R. Non, je ne l'ai pas vue.

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 Q. Est-ce que quelqu'un d'autre, des civils, hormis les policiers, étaient

20 présent avec vous ?

21 R. Non.

22 Q. Maintenant, Madame le Témoin, je vais vous poser quelques questions

23 concernant votre déclaration. Vous vous souvenez, vous avez abordé tout à

24 l'heure avec M. le Procureur, c'est une déclaration consignée le 16

25 novembre 1995. Vous souvenez de cela ?

26 R. Oui, je m'en souviens.

27 Q. Est-ce que, Madame le Témoin, vous vous souvenez d'une autre

28 déclaration, c'est-à-dire d'un autre entretien avec les gens travaillant

Page 2882

1 pour le bureau du Procureur le 4 octobre 2002 ?

2 R. En 2002 ? Non, je ne me souviens pas de cet entretien.

3 Q. Tout à l'heure, vous avez apporté deux rectifications à votre

4 déclaration, notamment c'était la deuxième rectification. Vous souvenez-

5 vous de cela ou on a besoin de voir à nouveau sur l'écran votre

6 déclaration, Madame le Témoin ?

7 R. J'aimerais voir cela à nouveau.

8 Mme ISAILOVIC : On peut voir la déclaration, la deuxième page. On va passer

9 directement sur la deuxième page pour éviter de -- c'est-à-dire on ne voit,

10 non, non, non, il ne faut pas, oui. Est-ce que ce n'est pas sur les écrans

11 publics ? C'est bon.

12 Q. Maintenant vous voyez, vous avez apporté la deuxième rectification qui

13 concernait la direction du tir. Vous vous souvenez de cela ? Dans votre

14 déclaration, il est écrit : (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 Vous vous souvenez de cela ?

18 R. Je me souviens de cela mais par rapport à cette modification, comme je

19 ne savais pas, je ne connaissais pas cette région, je n'y habitais pas et

20 j'avais peur. Mais je sais exactement d'où la balle est arrivée et je sais

21 que la balle est arrivée de Zecija Glava, mais je ne suis pas expert pour

22 ce qui est de ce domaine.

23 Q. Ce que je voudrais vérifier avec vous : est-ce bien vos dires cette

24 direction de l'ouest. Est-ce que vous avez bien dit cela le 16 novembre

25 1995 ?

26 R. Oui.

27 [La Chambre de première instance se concerte]

28 Mme ISAILOVIC :

Page 2883

1 Q. Madame le Témoin, à cette époque et lors de cette déclaration, est-ce

2 que quelqu'un vous avait suggéré cette direction de l'ouest ?

3 R. Non, personne parce que personne n'était présent à cet endroit-là.

4 Q. Vous l'avez indiqué alors ?

5 R. J'ai dit cela parce que je ne connaissais pas cela.

6 Q. Pourquoi vous n'avez pas dit que vous ne le savez pas.

7 R. Je ne sais pas. J'étais perturbée.

8 Q. Maintenant, Madame le Témoin, c'est la vérité : ce n'est pas la

9 direction de l'ouest ?

10 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, Monsieur Waespi.

11 M. WAESPI : [interprétation] Je pense que ce n'est pas honnête pour ce qui

12 est du témoin, parce que je pense qu'elle a indiqué clairement à

13 l'interrogatoire principal qu'elle n'était pas sûre que c'était l'est ou

14 l'ouest, mais elle a dit que la balle est arrivée de Zecija Glava,

15 indépendamment du fait s'il s'agissait de l'est ou de l'ouest. Elle a

16 expliqué cela de façon adéquate.

17 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je ne vois pas les choses

18 raisonnables qui ne sont pas raisonnables dans cette question.

19 Mme ISAILOVIC :

20 Q. -- Zecija Glava; est-ce vrai ?

21 R. Oui, je suis sûre à 100 % par rapport à la direction de la balle.

22 Q. -- la distance entre Zecija Glava et la position que vous venez de

23 montrer sur la photo qu'on va voir encore une fois.

24 R. Je n'ai pas mesuré cette distance. Je ne suis pas experte en la

25 question.

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 2884

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 2885

1 (expurgé)

2 Q. Quand vous dites "la première ligne," à quoi pensez-vous, s'il vous

3 plaît ?

4 R. Je pense aux positions serbes d'où la balle a été tirée.

5 Q. Et quand vous dites "la première ligne," c'est par rapport à quoi ?

6 R. Je n'ai pas compris votre question. A quoi vous référez-vous ?

7 Q. La question de savoir s'il existait une autre ligne qui était tenue par

8 l'ABiH.

9 R. Il y avait là-bas l'armée serbe et l'autre armée aux mêmes positions.

10 Ils se défendaient les uns contre les autres.

11 Q. Vous pensez à deux armées qui se sont opposées à cette époque autour du

12 centre-ville de Sarajevo et dans les banlieues de Sarajevo; est-ce que

13 c'est vrai ?

14 R. D'abord, il y avait l'armée serbe à cette position d'où la balle a été

15 tirée. J'ai pensé à cet endroit-là. Je n'ai pas pensé à d'autres endroits.

16 Q. Comment est-ce que vous saviez à l'époque où se trouvaient les soldats

17 de l'ABiH ?

18 R. Je n'étais pas soldat; j'étais un civil tout simplement, et je ne

19 savais pas où ils étaient.

20 Q. Comment avez-vous su que les soldats de l'armée de Republika Srpska

21 étaient sur Zecija Glava ?

22 R. Je le savais parce qu'ils tiraient tous les jours et ils lançaient des

23 obus et d'autres projectiles, d'autres armes, sur les civils.

24 Q. Est-ce que vous étiez sûre que c'était l'armée de Republika Srpska à

25 l'époque ?

26 R. Tout à l'heure, je vous ai répété que j'étais sûre et encore une fois,

27 je vous répète que je suis sûre que de cette direction la balle est

28 arrivée.

Page 2886

1 Q. Madame le Témoin, là, il ne s'agit pas de la direction. On va y

2 revenir, mais je vous pose justement la question : est-ce que là, sur

3 Zecija Glava, vous avez eu l'occasion de voir les soldats de l'armée de

4 Republika Srpska ? C'était cela ma question.

5 R. Non, parce que je ne pouvais pas voir. Je ne me suis pas rendue aux

6 lignes. Je n'habitais pas là-bas. Je sais que l'armée serbe se trouvait sur

7 ces positions.

8 Q. Est-ce que tout le monde, tout le monde parlait ?

9 R. Je ne comprends pas. A qui vous pensez ?

10 Q. Madame le Témoin, si vous n'avez pas vu les soldats et vous saviez

11 quand même qu'ils étaient là-bas, ma question est quelle est la source de

12 votre information, de votre savoir ?

13 R. Comment pouvais-je voir ? Je sais qu'autour de Sarajevo se trouvait

14 l'armée serbe, autour de Sarajevo. Comment pouvais-je savoir parce que je

15 ne pouvais pas me rendre là-bas pour voir cela de mes propres yeux. Je

16 savais que Sarajevo avait été encerclée par l'armée serbe.

17 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, Monsieur Waespi.

18 M. WAESPI : [interprétation] En fait, le témoin a répondu à la question au

19 moment où on lui a posé la question pour savoir : "Comment vous saviez ?"

20 Elle a répondu : "Parce qu'ils nous tiraient dessus."

21 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

22 S'il vous plaît, posez d'autres questions, Maître Isailovic.

23 Mme ISAILOVIC : Document DD00-0948.

24 Q. Madame le Témoin, je vous ai posé la question tout à l'heure de savoir

25 si vous vous souveniez d'un entretien avec le Procureur, le 4 octobre 2002.

26 Vous m'avez dit que non, mais là, je vous pose la question : est-ce que

27 vous vous souvenez après votre déclaration donnée au Procureur en 1997,

28 qu'on a abordée tout à l'heure -- 1995, pardon, qu'on a abordée tout à

Page 2887

1 l'heure, vous vous êtes entretenue encore une fois avec quelqu'un du bureau

2 du Procureur, il me semble, à Sarajevo, avec votre mère aussi, qui était

3 présente.

4 R. Oui, je me souviens.

5 Q. On a uniquement la version anglaise sur l'écran, mais peut-être à

6 l'aide des interprètes qu'ils peuvent voir aussi, il me semble, sur les

7 écrans. Il y a le deuxième paragraphe ou peut-être la -- (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé), et peut-être je pourrais le lire justement pour

10 qu'on ait la traduction.

11 [interprétation] "La fille a coopéré, la fille numéro 2 qui était

12 l'information [comme interprété] et qui avance que le QG ou le siège de

13 l'ABiH se trouvait à 300 mètres par rapport à cela, mais elle n'a pas vu de

14 soldats à proximité."

15 R. Oui, je m'en souviens.

16 Q. [en français] Quand vous dites "quartier général," à quoi précisément

17 pensez-vous ?

18 R. Parce que, par exemple, lorsque nous sommes rentrées du médecin, nous

19 avons dû emprunter une autre route pour rentrer chez nous. Pour rentrer

20 chez nous, c'est là où se trouvait le quartier général de l'ABiH, mais il

21 n'y avait personne dans ce QG.

22 Q. Madame le Témoin, comment est-ce que vous avez su que c'était un

23 quartier général s'il n'y avait personne ? Comment avez-vous deviné cela ?

24 R. J'ai pu en tirer une conclusion, parce que c'était le quartier général

25 de l'ABiH, mais il n'y avait pas de soldats. Ce n'était pas très loin de ma

26 maison et du médecin, et je connaissais cet endroit.

27 Q. Il y avait précisément quoi pour vous indiquer qu'il s'agissait d'un

28 quartier général de l'ABiH ?

Page 2888

1 R. Je ne comprends pas votre question. Pourriez-vous répéter votre

2 question, être un peu plus précise ?

3 Q. Je vais essayer. Vous avez déclaré tout à l'heure aussi qu'il y avait

4 un quartier général mais qu'il n'y avait pas de soldats. Ma question est :

5 comment avez-vous deviné qu'il s'agissait bien d'un quartier général ? Par

6 quel indice, disons, qu'est-ce qui se trouvait là ? Est-ce qu'il y avait,

7 je ne sais pas, des armes, de la munition, un drapeau ou quelque chose

8 comme cela ?

9 R. Comment un drapeau, parce que c'étaient sur les positions serbes.

10 (expurgé) Mais en

11 rentrant, en empruntant une autre route là-bas se trouvait le QG de l'ABiH,

12 mais il n'y avait pas d'armes. Il n'y avait que des civils. Je pense aux

13 civils qui s'y trouvaient, mais qui s'occupaient de cela, mais il n'y avait

14 pas d'armes. Cela se trouvait à côté de la route même.

15 Q. Est-ce que ces soldats dans le quartier général protégeaient des

16 Serbes, donc votre quartier peut-être ?

17 R. Il y avait ceux qui allaient pour nous défendre des Serbes.

18 Q. Est-ce qu'ils tiraient sur les Serbes ?

19 R. Comment pourrais-je le savoir ? Je n'étais pas soldat. J'étais civile,

20 et cela ne m'intéressait jamais.

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 Q. Vous êtes en mesure, parce que vous n'êtes pas militaire, comme vous le

26 dites, de deviner la direction d'où le tir vient ?

27 R. Tout à l'heure je vous ai dit, tout à l'heure j'ai répondu à votre

28 question que les balles sont arrivées de Zecija Glava et qu'elles tiraient

Page 2889

1 le long de la route (expurgé).

2 Egalement, quand on rentrait chez nous, je sais exactement d'où la balle

3 est arrivée.

4 Q. Comment s'appelle votre quartier ?

5 R. Vous pensez au quartier où nous étions blessées ou aujourd'hui ?

6 Q. Le quartier où vous avez vécu lors de cet incident ?

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 Q. Madame le Témoin --

10 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Il y a une autre partie du compte

11 rendu qui devrait être expurgée.

12 Mme ISAILOVIC : Je m'excuse.

13 Q. Est-ce que vous pouvez dire maintenant, ce Zecija Glava, c'est un

14 mont ?

15 R. Il y a des collines tout autour de Sarajevo. Il s'agit d'une élévation

16 ou d'une colline.

17 Q. Est-ce que Zecija Glava fait partie d'un autre mont plus élevé ?

18 R. Je ne comprends pas votre question. Je ne peux pas répondre à cette

19 question, parce que je ne connais pas cela.

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 2890

1 (expurgé)

2 Q. Etes-vous en train de dire que vous, à l'époque, vous veniez d'arriver

3 à ce quartier et l'incident s'est passé juste quelques jours après, à peu

4 près ?

5 R. Oui, oui. Je ne peux pas vous dire, vous indiquez la date et quel est

6 le nombre de jours exacts. Je ne sais pas combien de jours. Je ne peux pas

7 vous répondre.

8 Q. Madame le Témoin, cela, on peut compter cela en semaines, ou en mois,

9 ou en journées, parce que vous dites : on est juste arrivée. Pour vous,

10 c'est quelle période de temps ?

11 R. Je ne sais pas. Je n'ai pas retenu cela. Je n'ai pas fait de notes là-

12 dessus. Je ne peux pas vous répondre.

13 (expurgé)

14 R. Non.

15 Mme ISAILOVIC : Maintenant, je demande à mon assistante d'afficher la photo

16 qu'on vient d'analyser avec M. le Procureur; 65 ter 2990.

17 Q. Madame le Témoin, c'est la photo qu'on vient de voir. Vous voyez ? Vous

18 vous souvenez, maintenant, au début de votre déposition ici, on a vu une

19 vidéo. Vous vous souvenez de cela ?

20 R. Vous pensez à quelle vidéo ? Pourriez-vous répéter votre question.

21 Q. Tout à l'heure, quand vous êtes entrée ici, on a commencé votre

22 interrogatoire avec le Procureur, et après peut-être cinq minutes on a

23 diffusé une vidéo sur laquelle on vous voit, vous, avec un monsieur. Il

24 parle de quelque chose et vous montrez quelque chose. Est-ce que vous vous

25 souvenez de cela ?

26 R. Il s'agit d'une vidéo ? Oui, je me souviens de cela. Vidéo, ou plutôt

27 des photographies. Vous pensez aux photographies qu'on regarde maintenant ?

28 Q. Est-ce qu'on peut aller tout d'abord sur la vidéo pour que vous voyiez

Page 2891

1 et il faut aller à huis clos partiel, il me semble, parce que cela dépend

2 de Procureur.

3 Mme ISAILOVIC : Je vous demande de diffuser encore une fois la vidéo.

4 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Est-ce qu'on peut passer à huis clos

5 partiel.

6 M. LE GREFFIER : [interprétation] Nous sommes en audience à huis clos

7 partiel.

8 [Audience à huis clos partiel]

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 2892

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Pages 2892-2897 expurgées. Audience à huis clos partiel.

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 2898

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 [Audience publique]

27 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Isailovic, vous devriez en

28 finir avec votre contre-interrogatoire, parce que vous avez utilisé plus de

Page 2899

1 temps qu'accordé et vous n'avez pas demandé un délai, une prolongation,

2 prolongation du délai, parce que vous auriez dû le faire si vous avez

3 besoin de plus de temps.

4 Mme ISAILOVIC : Monsieur le Président, est-ce que j'ai perdu le droit de le

5 faire ou est-ce que je peux le faire maintenant, une petite addition de

6 temps ?

7 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] De combien de temps avez-vous

8 besoin ?

9 Mme ISAILOVIC : A peu près dix minutes, pour montrer le "street map".

10 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Très bien. D'accord.

11 Mme ISAILOVIC : Si tout d'abord, on peut, Monsieur l'Huissier, si on peut

12 marquer, parce qu'on a perdu tout à l'heure la marque sur la photo qui est

13 sur l'écran, que le témoin marque au même endroit où elle a marqué tout à

14 l'heure, et je propose de garder cela.

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 Mme ISAILOVIC : Monsieur le Président, si je peux avoir une cote pour cette

20 photo marquée, s'il vous plaît.

21 M. LE GREFFIER : [interprétation] Oui. D89.

22 Mme ISAILOVIC : Maintenant, je demande à mon assistante l'affichage de la

23 carte de Sarajevo qui est 65 ter 2 872. Je signale à la technique que j'ai

24 un problème avec mon ordinateur. Là, je n'arrive plus à suivre le

25 transcript en direct, LiveNote.

26 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Est-ce qu'on s'en occupe ?

27 Mme ISAILOVIC : Oui, bien sûr, Monsieur le Président. Cela va prendre un

28 moment, mais -- oui. Non, non, non. Le problème est résolu. Oui. C'est

Page 2900

1 résolu pour LiveNote.

2 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Votre question suivante.

3 Mme ISAILOVIC :

4 Q. Madame le Témoin, maintenant, vous voyez une carte des rues de

5 Sarajevo. Est-ce que vous arrivez à vous référez sur cette carte, s'il vous

6 plaît.

7 R. Je ne peux pas. Je ne vois pas très bien.

8 Mme ISAILOVIC : Je demande à M. l'Huissier qu'on approche un petit peu la

9 carte, et surtout la partie haute à droite.

10 Q. Est-ce que maintenant c'est plus visible pour vous ?

11 R. Oui, maintenant je vois un peu mieux.

12 Q. Maintenant - et je demande à M. l'Huissier de vous aider - avec le même

13 stylet électronique (expurgé).

14 R. Je ne vois que Novo Sarajevo, la vieille ville ou Stari Grad, Alipasin

15 Most. Je ne vois pas, parce que les lettres sont petites, trop petites.

16 Mme ISAILOVIC : Est-ce qu'on peut augmenter encore un petit peu ? C'est la

17 partie droite qui m'intéresse. Si on peut la mettre et l'augmenter, s'il

18 vous plaît. C'est bon.

19 Q. Est-ce que là, cela vous dit plus ?

20 R. Oui. Je peux voir mieux.

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Waespi.

Page 2901

1 M. WAESPI : [interprétation] Oui. Il faudrait éviter que cet extrait soit

2 diffusé et si le document est versé au dossier, que ce soit sous pli

3 scellé.

4 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui. Nous allons y veiller.

5 Mme ISAILOVIC :

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 Q. On ne peut plus manipuler la carte. Est-ce que vous vous souvenez à ce

10 qui se trouvait à droite maintenant, si on prolongeait la carte. Est-ce que

11 c'est là-bas, Zecija Glava ?

12 R. Je ne peux pas vous dire, parce que je ne sais pas. Je ne peux pas

13 m'orienter sur la carte.

14 Q. Cela va suffire.

15 Mme ISAILOVIC : Je demande une cote pour cette carte marquée. L'adresse où

16 se trouvait la maison où habitait le témoin, (expurgé)

17 M. LE GREFFIER : [interprétation] D90.

18 Mme ISAILOVIC :

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 R. Oui. Elle est allée pour être pansée où se trouvait le premier médecin,

24 pas très loin de l'endroit où elle a été blessée.

25 Q. Est-ce que c'est le même endroit que vous avez montré tout à l'heure au

26 Procureur, le même médecin ?

27 R. Pour ce qui est du médecin, je n'en sais rien. Je ne connais pas le

28 prénom du médecin, parce que c'est pour la première fois qu'on est allé

Page 2902

1 chez ce médecin et je ne me souviens pas de son nom, du nom du médecin.

2 Q. Oui. Ma question, c'était plutôt la même ambulance, le même endroit où

3 vous êtes allée la première fois le jour où elle a été blessée ? Vous avez

4 continué à aller au même endroit ?

5 R. Nous avons emprunté une autre route. A partir du moment où elle a été

6 blessée, nous nous sommes rendues chez le médecin, et en rentrant, nous

7 avons emprunté une autre route pour arriver jusqu'à notre maison.

8 Q. Après les dix jours qui suivaient, vous avez emprunté cette autre

9 route ?

10 R. Cette autre route, on l'a empruntée de la maison jusqu'à l'infirmerie,

11 jusqu'au dispensaire, pour qu'elle soit pansée. C'était une autre route par

12 rapport à celle qu'on empruntait pour aller chercher de l'eau.

13 Q. Merci, Madame le Témoin.

14 Mme ISAILOVIC : Monsieur le Président, juste une demande à vous faire pour

15 la preuve D90. Je vous demande que cela soit sous pli scellé.

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] D'accord.

17 Mme ISAILOVIC : Merci.

18 Questions de la Cour :

19 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Madame le Témoin, vous pourrez peut-

20 être nous aider et indiquer l'endroit d'où vous pensez que venaient les

21 tirs. Je suppose que vous ne pouvez pas l'indiquer sur la carte, mais

22 j'aurais voulu que vous nous disiez dans quelle direction (expurgé)

23 (expurgé), où le quartier de Zecija Glava se

24 trouvait sur la carte ? Est-ce que c'est en dehors de la carte ou est-ce

25 que c'est sur la carte ?

26 R. Je peux montrer cela sur la photographie. Je n'ai pas compris votre

27 question. Vous pensez à l'adresse où nous habitions, à l'endroit où nous

28 habitions, où la direction d'où la balle est arrivée ?

Page 2903

1 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Non. Je parle de l'endroit d'où, à

2 votre avis, le tir venait. Est-ce que vous pourriez nous indiquer la

3 direction depuis Skaljin Sokak, où se trouvait cet endroit sur la carte ?

4 R. Non. Je ne peux pas le faire.

5 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Je vous remercie.

6 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Waespi, avez-vous des

7 questions supplémentaires ?

8 M. WAESPI : [interprétation] Non, Monsieur le Président.

9 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Madame le Témoin, ceci met un terme

10 à votre déposition. Nous vous remercions d'être venue et vous êtes à

11 présent libre de vous en aller.

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie également.

13 [Le témoin se retire]

14 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Prochain témoin, Monsieur Waespi.

15 M. WAESPI : [interprétation] Je voudrais faire une remarque à huis clos

16 partiel, s'il vous plaît.

17 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Huis clos partiel.

18 M. LE GREFFIER : [interprétation] Huis clos partiel.

19 [Audience à huis clos partiel]

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 2904

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 [Audience publique]

17 Interrogatoire principal par M. Sachdeva :

18 Q. [interprétation] Bonjour, Madame le Témoin.

19 R. Bonjour.

20 Q. Est-ce que vous pourriez décliner votre identité, votre date de

21 naissance ?

22 R. Je m'appelle Rialda Musaefendic. Je suis née à Belgrade le 4 mai 1964.

23 Q. Est-il exact que vous êtes coordonnatrice de programme à la télévision

24 de Sarajevo ?

25 R. Oui, c'est exact.

26 Q. Hier, nous nous sommes vus, et je vous ai montré une déclaration datée

27 du 17 mai 2006, déclaration que vous aviez faite devant un enquêteur du

28 TPIY ?

Page 2905

1 R. Oui, je me souviens de cela. Vous m'avez montré cette déclaration.

2 Q. Vous avez déclaré que vous vouliez apporter quelques rectifications ou

3 précisions ?

4 R. Oui, c'est exact. J'ai dit cela.

5 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, je voudrais demander

6 à ce que la pièce 02994, article 65 ter soit montré à l'écran.

7 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

8 M. SACHDEVA : [interprétation]

9 Q. Madame le Témoin, est-ce que vous pouvez voir la page de garde de votre

10 déclaration sur l'écran ?

11 R. Oui, je la vois.

12 Q. Voyez-vous votre signature au bas de la première page ?

13 R. Oui. A gauche sur l'écran.

14 M. SACHDEVA : [interprétation] Pouvons-nous passer à la page suivante.

15 Q. Je voudrais vous soumettre le paragraphe 4 des versions anglaise et

16 B/C/S et que vous examiniez ce paragraphe 4. Il y a une phrase qui commence

17 comme suit : "Plus tard, j'ai appris que la bombe est tombée sur le gravier

18 du toit du deuxième étage où elle a explosé et des éclats de bombes et des

19 débris ont été plus tard retrouvés dans la cour entre les bâtiments."

20 R. Oui, je le vois.

21 Q. Est-ce que vous voulez rectifier cette phrase ? Et si vous voulez la

22 rectifier, veuillez nous expliquer cela.

23 R. Pour ce qui est de cette phrase, non, mais pour ce qui est de la phrase

24 suivante, oui.

25 Q. Pouvez-vous expliquer le pourquoi de cette modification.

26 R. Dans cette déclaration, il est écrit : Par la suite j'ai appris que la

27 bombe est tombée sur le toit du deuxième étage d'où elle a explosé et les

28 éclats de bombes pouvaient être vus dans l'atrium du bâtiment. Je pense que

Page 2906

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 2907

1 ce n'est pas vrai parce que la bombe n'a pas explosé sur le toit; la bombe

2 a explosé, si je souviens bien, dans l'atrium, à l'endroit où se trouve le

3 studio C. La bombe a d'abord touché cet endroit et après elle a glissé, si

4 je peux m'exprimer ainsi.

5 Q. Merci. Je voudrais à présent attirer votre attention sur le paragraphe

6 7. Au paragraphe 7, il est indiqué la chose suivante : "Une autre employée,

7 Margaret, était près de moi et je me souviens qu'elle m'a appelée par mon

8 nom et a essayé de m'aider à me lever."

9 Est-ce que vous voyez cette phrase-là ?

10 R. Oui, je la vois.

11 Q. Y a-t-il une précision que vous voulez donner ou une modification de

12 cette phrase que vous voudriez apporter; si tel est le cas, pourriez-vous

13 expliquer pourquoi.

14 R. Oui, je voudrais -- tout est exact ici. La détonation qui a eu lieu m'a

15 projetée pour quelques mètres. Margaret n'a pas travaillé dans mon bureau

16 mais dans le bureau en face de mon bureau. Mais comme tout a été détruit,

17 elle s'est approchée de moi. Elle m'a aidée à sortir de tout cela.

18 Q. Merci.

19 M. SACHDEVA : [interprétation] Passons à présent à la page suivante.

20 Q. Pourriez-vous vous reporter au paragraphe 12. Ce paragraphe dit, à la

21 phrase suivante : "J'avais également un éclat planté dans ma joue droite."

22 Est-ce que vous pouvez voir cette phrase ?

23 R. Oui, je vois cela.

24 Q. Y a-t-il une modification ou une précision à apporter ? Veuillez le

25 dire aux Juges.

26 R. Je voudrais tirer un point au clair. Il est exact que j'avais des

27 blessures superficielles au-dessus des deux yeux et aux yeux, il y avait de

28 la poussière et d'éclat. Cet éclat d'obus ou de bombe, il ne m'est pas tout

Page 2908

1 à fait clair cela parce qu'il s'agissait, dans la deuxième phrase,

2 c'étaient des éclats de verre, de béton armé entre la fenêtre et le béton

3 de mur du bâtiment.

4 Tout a été détruit dans le bureau, les vitres aussi et tous ces

5 éclats qui volaient vers les gens qui se trouvaient au bureau s'enfonçaient

6 dans nos corps.

7 Q. Enfin, passons à la page suivante, au paragraphe 23.

8 Au paragraphe 23, vous parliez de la question du pain. Il y a une phrase

9 qui commence : "Alors je suis partie en compagnie d'un autre chauffeur et

10 nous avons essayé de distribuer une partie du pain."

11 Est-ce que vous voyez cette phrase-là ?

12 R. Oui, je la vois.

13 Q. Est-ce que vous voulez modifier cette phrase ou apporter une précision;

14 si tel est le cas, veuillez le dire aux Juges.

15 R. Je voulais tirer un point au clair. Le plus grand problème était du

16 pain parce que les gens à Sarajevo n'avaient ni de la farine, ni de

17 l'électricité, ni de l'eau. Si on avait du pain, c'était la petite

18 quantité. La boulangerie principale à Sarajevo avait une certaine quantité

19 de pain, mais à cause d'un grand nombre de gens qui se sont fait tuer,

20 parce que cette boulangerie a été pilonnée souvent de la place Pero

21 Kosoric, aujourd'hui c'est la place des Héros, les chauffeurs ont été

22 souvent blessés et tués. Pendant cette période-là, sur un autre terrain, à

23 savoir dans notre quartier, il y avait des réfugiés de Grbavica qui sont

24 arrivés de Grbavica. Il n'y avait pas assez de pain pour tout le monde.

25 Ici je voudrais dire et souligner que je n'étais pas chauffeur.

26 J'étais civile. Je me suis rendue à la boulangerie pour fournir du pain à

27 ma famille. Je ne sais pas si cela est suffisamment clair ou si je devrais

28 ajouter quelque chose ?

Page 2909

1 Q. Très bien, simplement la précision que vous vouliez apporter c'est que

2 ce n'était pas vous qui conduisiez; est-ce que c'est exact ?

3 R. Oui.

4 Q. Merci. Compte tenu de ces précisions et amendements apportés

5 aujourd'hui dans le prétoire, est-ce qu'à présent cette déclaration reflète

6 fidèlement ce qui s'est passé le 20 [comme interprété] juin 1995, ainsi que

7 votre expérience du conflit, compte tenu de ces précisions ?

8 R. Compte tenu du fait que tout cela est sur peu de pages, je peux dire

9 que tout est exact. Mais je pourrais ajouter encore beaucoup de choses.

10 Q. Très bien. Je voulais vous poser des questions pour obtenir des moyens

11 de preuve sur certains aspects.

12 M. SACHDEVA : [interprétation] En tout état de cause, je voudrais

13 verser cette déclaration au dossier.

14 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Cette déclaration est admise.

15 M. LE GREFFIER : [interprétation] P295.

16 M. SACHDEVA : [interprétation]

17 Q. Madame Musaefendic, vous avez brièvement parlé de votre blessure à la

18 joue. Je voulais vous demander si vous vous êtes rendue dans un hôpital

19 après cet incident ?

20 R. Tout le monde qui a été blessé a été emmené à l'hôpital Kosevo et c'est

21 à l'hôpital Kosevo qu'on nous a donné les premiers soins médicaux,

22 dépendant de nos blessures et moi aussi. Le plus gros problème, c'étaient

23 mes yeux, parce que je ne pouvais pas voir parce qu'il y avait du sang, des

24 morceaux de métal dans mes yeux, sur mon visage et dans mon corps.

25 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, je voudrais à présent

26 aborder l'article 65 ter 00185A.

27 Q. Madame le Témoin, est-ce que vous voyez le document sur votre écran ?

28 R. Oui. Je vois à droite, c'est en bosniaque et je suppose qu'à gauche

Page 2910

1 c'est la traduction.

2 Q. De quoi s'agit-il brièvement ?

3 R. Je suppose qu'il s'agit du document de l'hôpital que j'ai reçu après

4 avoir été accueillie le 28 juin à l'hôpital. On m'a donné les soins

5 médicaux, après quoi j'ai eu des pansements sur les yeux. Par la suite,

6 j'arrivais régulièrement à l'hôpital et compte tenu du fait qu'il y avait

7 beaucoup de blessés graves à l'hôpital, je devais venir à l'hôpital tous

8 les jours pour qu'ils me donnent des piqûres dans les yeux pour faire

9 baisser la tension oculaire.

10 Je pense qu'il s'agit ici du document concernant l'un des contrôles

11 médicaux. Je m'excuse si j'ai été longue dans ma réponse.

12 Q. Oui, je vous prierais de rester concise dans vos réponses, car le temps

13 est limité.

14 Je voulais vous poser la question : avec ce dossier médical, est-ce

15 que les blessures figurant dans ce dossier médical sont celles que vous

16 avez subies à l'occasion de cet incident ?

17 R. Oui, cela reflète exactement tout ce qui concerne les yeux.

18 Q. Très bien.

19 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, pour votre

20 information, ce dossier médical a déjà été versé au dossier.

21 Q. A présent --

22 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Avec quelle cote ?

23 [La Chambre de première instance et le Greffier se concertent]

24 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Tapuskovic.

25 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Je peux aider à la Chambre. 65 ter 00185,

26 à la page 39 dans le prétoire électronique.

27 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Merci.

28 M. SACHDEVA : [interprétation]

Page 2911

1 Q. Très bien. Maintenant, Madame le Témoin, je voulais vous interroger au

2 sujet de l'incident au bâtiment de la télévision.

3 Premièrement, à quel moment vous êtes-vous rendue au travail ce

4 matin-là, si vous en souvenez ?

5 R. Je me souviens de cela parce que c'était une journée particulière pour

6 moi. C'était l'anniversaire de ma mère. Vers 7 heures du matin, je me suis

7 rendue à pied jusqu'à télévision un peu plus tôt, parce que j'attendais

8 l'un de mes collègues qui devait conduire la nourriture pour notre équipe,

9 la nourriture de Split.

10 Q. Je me répète, mais je voudrais que vous soyez très succincte dans vos

11 réponses. Vous vous êtes rendue au bâtiment à 7 heures du matin. A quel

12 moment l'explosion a-t-elle eu lieu, si vous vous en souvenez ?

13 R. Vers 7 heures 30 je suis arrivée au travail. L'explosion a eu lieu à

14 peu près vers 9 heures 10, 9 heures 20. Je ne sais pas exactement.

15 Q. Et entre 7 heures 30 et 9 heures 20, étiez-vous présente dans le

16 bâtiment de la télévision ?

17 R. Oui, au bureau dans le bâtiment de la télévision.

18 Q. Pendant le temps que vous étiez là, avez-vous vu des armes lourdes ou

19 des mortiers appartenant aux forces de la Bosnie à l'intérieur ou autour du

20 bâtiment de la télévision ?

21 R. A ce moment-là, à l'intérieur ou autour, non, je n'ai vu aucune de ces

22 armes.

23 Q. Avez-vous vu du personnel militaire à ce moment-là ?

24 R. Non, je n'ai pas vu de personnel militaire. Simplement les gens de la

25 sécurité qui sont près du bâtiment de la télévision, juste les employés ou

26 des gardes qui assuraient la sécurité du bâtiment de la télévision.

27 Q. Après l'explosion, savez-vous si des personnes ont trouvé la mort des

28 suites de l'explosion ?

Page 2912

1 R. C'est à l'hôpital qu'on nous a dit qu'une personne avait été tuée et

2 qu'un nombre important de personnes avaient été blessées.

3 Q. Après l'explosion, vous avez quitté le bâtiment, avez-vous vu des corps

4 jonchant le sol à l'intérieur ou aux alentours du bâtiment au moment où

5 vous partiez ?

6 R. Après l'explosion, certains de nos collègues ont emmené ceux qui

7 avaient été blessés dans l'entrée du bâtiment. Devant l'entrée, il y avait

8 beaucoup de blessés. J'ai vu un corps qui jonchait le sol à droite en

9 quittant le bâtiment. Il y avait des gens qui essayaient d'aider, mais à ce

10 moment-là, je ne savais pas s'il y avait des morts. Les gens essayaient

11 simplement d'arriver à l'hôpital le plus rapidement possible.

12 Q. Et vous voyez un corps qui gisait à droite au moment de quitter le

13 bâtiment et vous dites : il y avait un homme par terre. Est-ce que vous

14 voulez dire que l'homme qui était par terre, est-ce que c'était le corps

15 qui se trouvait à la droite ?

16 R. Non, ce n'était pas simplement lui. Il y avait des gens autour de lui

17 qui l'aidaient. Il y avait d'autres collègues qui étaient blessés et il y

18 avait des gens debout, en fait. Ce n'était pas très net, tout cela. A ce

19 moment-là, je ne savais pas, et je ne savais pas qui était en vie, qui

20 était mort. Il y avait des gens qui étaient encore en vie aussi et qui

21 s'aidaient les uns les autres. Je ne sais pas comment je peux vous le dire.

22 Q. Veuillez m'excuser, ma question n'était pas suffisamment brève. Je

23 voulais établir un lien. Vous voyez un corps à votre droite, est-ce que

24 cela, lorsque vous parlez d'un homme qui gisait par terre, est-ce que c'est

25 la même chose ?

26 R. Oui, oui.

27 Q. Vous étiez au bureau entre 7 heures 30 et le moment de l'explosion.

28 Avez-vous vu qui que ce soit apporté un ou des corps au bureau de la

Page 2913

1 télévision ?

2 R. Là, à ce moment-là, je me trouvais à l'intérieur du bureau; je n'étais

3 pas à l'extérieur. Donc, je n'étais pas en mesure de voir ou d'entendre

4 quoi que ce soit. J'étais à l'intérieur du bureau à ce moment-là, et

5 c'était au deuxième étage.

6 Q. Combien de personnes travaillaient dans ce bureau à ce moment-là ?

7 R. Douze personnes, environ, je crois. Douze.

8 Q. Si un cadavre avait été introduit dans le bâtiment avant l'explosion,

9 est-ce que vos collègues l'auraient remarqué ?

10 R. Très honnêtement, cela eut été impossible de faire quelque chose comme

11 cela, pour la bonne et simple raison que c'est un bâtiment officiel. C'est

12 impossible de passer devant les gardes. C'est un édifice public. Il y a des

13 milliers de gardes, et de personnes et de journalistes, donc quelqu'un

14 aurait remarqué quelque chose d'anormal comme un cadavre, bien évidemment.

15 Q. Vous avez dit précédemment que vous êtes sortie par la seule sortie du

16 bâtiment après l'explosion. Si quelqu'un avait apporté un cadavre, là, à ce

17 moment-là, est-ce qu'il y aurait eu des témoins oculaires ou est-ce que

18 quelqu'un l'aurait remarqué ?

19 R. Oui. C'est certain. Sûr à 100 %.

20 Q. Lors de notre entretien hier, vous m'avez donné deux DVD. Est-ce que

21 vous vous en souvenez ?

22 R. Oui. Je me souviens parfaitement de cela. Je vous ai remis deux DVD.

23 Q. Que contenaient ces DVD ?

24 R. L'un d'entre eux est un reportage d'ARD TV, et l'autre, c'est un film

25 filmé par les journalistes de Bosnie-Herzégovine et SkyNews.

26 Q. De quelle agence de presse s'agit-il, et où est-elle implantée, cette

27 agence de presse ?

28 R. Pour autant que je sache, c'est une télévision allemande, ARD. Je crois

Page 2914

1 que c'est une télévision allemande qui est assez connue.

2 Q. Très bien. Qui vous a donné ces DVD ?

3 R. Le DVD de l'ARD, je leur avais demandé une copie. C'est un film de

4 guerre. Au moment où j'ai été blessée, Mladen Pehar, qui est un caméraman

5 qui travaillait pour ARD à l'époque, m'a remis une copie.

6 Q. Mladen Pehar, où travaillait-il ?

7 R. Il travaillait pour l'ARD et il était basé à Sarajevo.

8 Q. Où se situait son bureau ?

9 R. Deuxième étage. Il était dans le même couloir que moi, deux portes plus

10 loin.

11 Q. Dans le bâtiment de la télévision à Sarajevo, c'est cela ?

12 R. Oui, oui. Le bâtiment de la télévision, au deuxième étage.

13 Q. Je voudrais parler des DVD d'ARD que vous m'avez donnés, de l'agence de

14 presse allemande. Que contient ce DVD ?

15 R. A l'époque, Mladen Pehar était en train de nettoyer sa caméra, parce

16 qu'il allait filmer quelque chose ce jour-là, comme fait tout caméraman.

17 C'est la première chose que l'on fait le matin, chose que j'ai découverte

18 par la suite. Ce qu'on voit -- on entend le bruit d'une explosion et

19 ensuite, la totale. La caméra est sur le couloir et les bureaux qui ont été

20 détruits et les personnes qui étaient blessées. C'était dans ces premiers

21 instants. Il ne s'était pas rendu compte qu'il avait filmé cela. Ce n'est

22 qu'après, lorsqu'il a montré tout cela, qu'il s'est rendu compte que ces

23 tous premiers instants après la déflagration avaient été filmés. Cela,

24 c'est le premier DVD. C'est le premier DVD. S'il vous faut davantage

25 d'éléments d'information, je peux vous donner d'autres éléments si vous le

26 souhaitez.

27 Q. Oui, si j'en ai besoin, je vous en demanderai. Vous avez dit qu'à ce

28 moment-là Mladen Pehar était en train de nettoyer sa caméra pour se

Page 2915

1 préparer à des nouvelles prises de vue. Vous dites "à ce moment-là," est-ce

2 que c'est à sept à cinq ou dix minutes avant 9 heures 20, c'est-à-dire

3 quelques minutes avant l'explosion au bâtiment de la télévision, n'est-ce

4 pas ?

5 R. Oui. A l'époque, à ce moment-là, je n'étais pas dans le bureau de

6 Mladen Pehar, mais comme tout caméraman, il préparait son matériel avant de

7 filmer. Il préparait tout cela pour pouvoir filmer, et je suis sûre qu'il

8 avait passé les cinq ou dix minutes avant 9 heures à cela, car à 9 heures,

9 c'est l'heure à laquelle chacun se met au travail.

10 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, je voudrais à présent

11 passer un extrait de ce --

12 M. LE JUGE MINDUA : Monsieur le Procureur, avant de passer à l'extrait en

13 question, parce que le témoin vient de parler de l'explosion.

14 J'aimerais, Madame le Témoin, vous poser la question suivante : vous-

15 même, vous avez dit que vous aviez entendu du bruit par rapport à cet

16 incident. Ma question est celle de savoir de quel bruit s'agissait-il ?

17 Quel bruit avez-vous entendu ? Est-ce le bruit d'un engin en vol, le bruit

18 d'un moteur d'un engin qui vol, ou le bruit de l'explosion dont nous venons

19 de parler maintenant, avec le film vidéo qui va être présenté ?

20 LE TÉMOIN : [interprétation] Excusez-moi, c'est assez difficile de rester

21 concise.

22 Le premier son que j'ai entendu, c'était un impact très très

23 puissant. Je n'avais jamais entendu un son comme cela. J'avais entendu des

24 obus, des mortiers, des tirs de tireurs embusqués, et cetera, mais rien de

25 pareil. Au moment de l'impact, tout le monde a été complètement effrayé,

26 atterré au bureau et tout le monde s'est jeté sur le sol, se sont protégés.

27 Ce son a été suivi d'un autre son encore plus bizarre. La meilleure

28 description que je pourrais en faire, ce serait 1 000 petits pieds

Page 2916

1 minuscules qui marchent sur du gravier. C'est bizarre, mais je ne

2 l'oublierai jamais. C'est juste avant les éclairs, les éclairs énormes.

3 Ensuite, la détonation, et ensuite le chaos qui a suivi.

4 M. LE JUGE MINDUA : Merci beaucoup. Merci.

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous avez un talent littéraire,

6 Madame. Avez-vous, demandais-je, si vous avez un talent littéraire, parce

7 que ces "1 000 pieds minuscules piétinant le gravier," c'est une belle

8 image.

9 LE TÉMOIN : [interprétation] Je suis simplement en train de vous raconter

10 mon histoire qui vient du cur.

11 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous pouvez poursuivre, Monsieur

12 Sachdeva.

13 M. SACHDEVA : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

14 Q. Je voulais vous poser une question, Madame Musaefendic. Est-ce que vous

15 figurez sur ce DVD ? Est-ce que vous êtes vue sur ce DVD au moment qui a

16 suivi l'explosion ?

17 R. Oui, pour autant que je m'en souvienne.

18 M. SACHDEVA : [interprétation] Je voudrais demander à mon assistant à

19 présent de mettre en marche le DVD.

20 [Diffusion de la cassette vidéo]

21 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est moi.

22 M. SACHDEVA : [interprétation] Vous avez devancé ma question. Je vous

23 remercie.

24 [Diffusion de la cassette vidéo]

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Cela, c'est le bureau d'ARD.

26 [Diffusion de la cassette vidéo]

27 M. SACHDEVA : [interprétation]

28 Q. Cela, ce n'est pas le bâtiment de la télévision, n'est-ce pas ?

Page 2917

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 2918

1 R. Non. Ceci est un bâtiment résidentiel à Sarajevo, Alipasa. C'est un

2 quartier de Sarajevo.

3 Q. Les corps emmenés sur une civière que l'on voyait ne proviennent pas du

4 bâtiment de la télévision ?

5 R. Non, effectivement. Ces gens ont un lien avec l'autre bâtiment. C'était

6 les occupants de ce bâtiment-là. C'est ce que les équipes filment en

7 général, la souffrance humaine.

8 Q. Merci.

9 M. SACHDEVA : [interprétation] Je pense que nous pouvons en rester là.

10 [Diffusion de la cassette vidéo]

11 M. SACHDEVA : [interprétation]

12 Q. Madame Musaefendic, est-ce que ces images sont une reproduction fidèle

13 du reportage que vous avez reçu de votre collègue Mladen Pehar ?

14 R. Oui, tout à fait.

15 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, je voudrais verser ce

16 DVD au dossier.

17 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] D'accord.

18 M. LE GREFFIER : [interprétation] P296.

19 M. SACHDEVA : [interprétation] Cela conclut notre interrogatoire principal.

20 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Merci.

21 Monsieur Tapuskovic.

22 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Merci, Messieurs les Juges.

23 Contre-interrogatoire par M. Tapuskovic :

24 Q. [interprétation] Madame le Témoin, je suis le conseil de la Défense, et

25 je représente les intérêts de M. Dragomir Milosevic, et j'aimerais que vous

26 répondiez à mes questions, si cela est possible, et je souhaite que vos

27 réponses soient brèves. Je vais commencer par quelques questions ayant

28 trait à des questions qui vous ont déjà été posées par mon éminent

Page 2919

1 confrère, M. Sachdeva.

2 Pourriez-vous me dire ceci, s'il vous plaît, après combien de temps

3 lorsque vous avez entendu cet objet toucher le bâtiment, combien de temps

4 après y a-t-il eu l'explosion ?

5 R. Je ne comprends pas votre question lorsque vous dites "a touché le

6 bâtiment."

7 Q. Vous avez dit avoir d'abord entendu le bruit de l'impact sur le toit.

8 R. Oui, effectivement.

9 Q. Combien de secondes après cela avez-vous entendu l'explosion ?

10 R. A vrai dire, je n'ai pas mesuré ce temps. Le temps m'a paru très long,

11 mais ce temps n'était pas vraiment si long, en réalité.

12 Q. Deuxièmement, l'homme qui était par terre lorsque vous avez quitté le

13 bâtiment et les personnes qui l'entouraient, à ce moment-là vous ne saviez

14 pas ce qui était arrivé à cet homme ?

15 R. Pardonnez-moi, cet homme n'était pas seul. Il y avait beaucoup de gens

16 du bâtiment de la télévision qui étaient blessés à cet endroit-là

17 également. C'est là que se trouve quelque chose qui ressemble à un toit au-

18 dessus de l'entrée. C'est là que les gens attendaient pour que les

19 personnes soient emmenées à l'hôpital. Comme je vous l'ai dit, à ce moment-

20 là je ne savais pas combien de personnes avaient été blessées et je ne

21 savais pas s'il y avait des morts.

22 Q. Merci. Ensuite, vous êtes partie ?

23 R. Non. J'ai été emmenée.

24 Q. Donc, vous avez été emmenée, oui ?

25 R. Oui.

26 Q. Savez-vous ce qui est arrivé par la suite ? Est-ce que quelqu'un a été

27 emmené dans l'atrium après cela ?

28 R. Je ne comprends pas.

Page 2920

1 Q. Je vais être plus précis. Savez-vous ce qui est arrivé par la suite ?

2 R. Ce qui est arrivé après je ne sais pas, car à ce moment-là j'étais à

3 l'hôpital et je n'ai rien vu personnellement.

4 Q. Très bien. Donc, vous ne savez pas si quelqu'un était emmené dans

5 l'atrium du bâtiment de la télévision.

6 R. Etant donné que c'était un bâtiment de la télévision, il y avait

7 beaucoup de caméramans qui étaient en train de filmer. D'après ce que je

8 pouvais voir, on n'a emmené personne à l'intérieur.

9 Q. Très bien. Merci.

10 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Cette vidéo dont nous venons de voir un

11 extrait et ces deux DVD ont été remis à la Défense hier, seulement. Je ne

12 m'y oppose pas. J'ai réussi à voir une partie de ces images, mais je vais

13 maintenant demander à mon assistante de montrer deux extraits qui ont trait

14 à la déclaration de M. Silajdzic faite ce jour-là et la déclaration faite

15 par le représentant de la FORPRONU sur les lieux. Je souhaite que ceci vous

16 soit traduit.

17 [Diffusion de la cassette vidéo]

18 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Que venons-nous de voir, Maître

19 Tapuskovic ?

20 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Nous venons de voir un extrait de la même

21 vidéo. Une partie de cette vidéo a été montrée par M. Sachdeva et je montre

22 la partie que j'aimerais vous montrer. Ceci se trouve sur le même CD-ROM et

23 je souhaite que l'ensemble du DVD soit versé au dossier, pas seulement

24 l'extrait que nous avons vu, y compris ces deux déclarations. Je demande à

25 ce que ces documents soient admis. Je préfère que ces images ne soient pas

26 présentées en partie mais dans leur totalité, et je souhaite les présenter

27 comme pièces de la Défense.

28 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Qu'est-ce que nous avons déjà admis,

Page 2921

1 s'il vous plaît ?

2 M. SACHDEVA : [interprétation] Il s'agissait d'un extrait du DVD; en

3 d'autres termes, un extrait de l'intégralité du DVD.

4 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Il s'agit d'un autre extrait.

5 M. SACHDEVA : [interprétation] C'est toujours le même DVD.

6 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Nous allons admettre le versement

7 mais sous une autre cote.

8 [La Chambre de première instance se concerte]

9 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Nous admettons le versement de ce

10 DVD, mais veuillez lui donner un autre numéro, s'il vous plaît.

11 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce DVD est admis sous la cote D91,

12 Messieurs les Juges.

13 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

14 Q. Madame le Témoin, pourriez-vous me dire ceci : au moment où cet

15 incident a eu lieu, c'était véritablement un incident épouvantable. Y

16 avait-il des affrontements violents entre les parties belligérantes à

17 l'époque ?

18 R. Est-ce qu'il y avait un conflit entre deux parties belligérantes; c'est

19 cela votre question ?

20 Q. Oui.

21 R. Pour autant que je le sache, il s'agissait d'une agression contre la

22 Bosnie-Herzégovine. Il n'y avait pas deux parties belligérantes. Car d'un

23 côté, il y avait des gens ordinaires qui n'étaient pas armés et de l'autre

24 une force armée.

25 Q. J'entends bien. A cette époque-là, est-ce qu'on tirait de part et

26 d'autre et est-ce que les gens de Sarajevo tiraient davantage qui, d'après

27 vous, se défendaient ou est-ce qu'on tirait davantage de l'autre côté ?

28 R. A vrai dire, en allant au travail j'avais l'habitude de voir des

Page 2922

1 tireurs embusqués, mais ce jour-là, ce matin-là, c'était assez calme.

2 Q. Très bien. Nous allons y revenir.

3 J'ai sous les yeux la déclaration qui est datée du 17 mai 2006, qui a

4 déjà été versée au dossier par l'Accusation. Mais il y a une autre

5 déclaration qui a été faite le 28 juin 1995, ou plutôt, le 19 juillet et

6 évoque l'incident du 26 juin. Ceci a été remis au service de Sécurité de

7 Sarajevo ?

8 R. Je ne me souviens pas de la date exacte. Si vous me montrez le document

9 et si je vois ma signature, je m'en souviendrai. Je sais que j'ai fait une

10 déclaration au service de Sécurité de Bosnie-Herzégovine et aux enquêteurs,

11 mais je ne me souviens pas de la date.

12 Q. Vous avez également fait une déclaration recueillie par les enquêteurs

13 du TPIY le 11 mars 1997 ?

14 R. Comme je vous l'ai dit, je me souviens avoir fait ces deux

15 déclarations, celle auprès de la police de Sarajevo et celle auprès de

16 l'enquêteur du bureau du TPIY, mais je ne me souviens pas de la date et je

17 ne pourrais vous le dire que si vous me montrez les documents.

18 Q. Je souhaite d'abord que la déclaration que vous avez faite le 19

19 juillet 1995 au service de Sécurité de Sarajevo, c'est le document 65 ter

20 00185 et à la page 85 dans le système électronique et 00873890.

21 Vous voyez ici. Je ne vais pas lire toute la déclaration. Dans

22 l'introduction, on peut voir que vous travaillez en tant que technicien de

23 la circulation dans le WTN, une compagnie américaine ?

24 R. Est-ce qu'on peut agrandir un peu le document sur l'écran parce que les

25 lettres sont trop petites et je ne peux pas lire correctement cela.

26 Oui, il est écrit dans la traduction B/C/S que j'ai été technicien en

27 trafic. Oui, c'est vrai parce que j'ai fini cette école secondaire et il

28 est vrai que j'ai travaillé dans la compagnie américaine WTN.

Page 2923

1 Q. Il ne faut pas maintenant qu'on lise toute la déclaration. Si cela est

2 nécessaire, on peut le faire, mais dans votre déclaration, vous indiquez

3 l'heure à laquelle cela est arrivé. C'était 9 heures 10.

4 R. Oui. Il est écrit ici 9 heures 10.

5 Q. Je vais vous le lire : "A 9 heures 10, j'ai entendu un bruit inhabituel

6 que je ne connaissais pas. Après quoi, il y avait un bruit sourd. A ce

7 moment-là, je me suis accroupie et après j'ai protégé ma tête avec mes

8 mains."

9 Est-ce exact ?

10 R. Oui, c'est exact. C'est ce que j'ai dit tout à l'heure. Il y avait

11 d'abord l'impact, après un bruit inhabituel ou bizarre.

12 Q. Vous dites ensuite : "Pendant sept ou huit secondes qui ont suivi, rien

13 ne s'est passé. Je me suis levée et j'ai regardé dans la direction de la

14 fenêtre."

15 R. Oui, c'est ce qui est écrit dans la déclaration.

16 Q. Est-ce que vraiment sept, huit secondes se sont écoulées jusqu'au

17 moment où l'explosion a eu lieu ?

18 R. Oui. Je vois que cela est écrit dans cette déclaration mais votre

19 question ne m'est pas claire.

20 Q. Vous maintenez ce que vous avez dit à savoir que sept, huit secondes se

21 sont écoulées jusqu'au moment de l'explosion ?

22 R. Pour être franche, je ne me souviens pas de la période de temps qui

23 s'est écoulée. Tout à l'heure je vous ai dit que cela m'a paru très long,

24 mais peut-être que c'était une période très courte, mais je ne me souviens

25 pas.

26 Q. Je ne vais pas insister là-dessus. J'ai mon point de vue par rapport à

27 cela, mais je ne vais pas prononcer de commentaires là-dessus.

28 Ensuite, vous avez dit : "Il y avait eu une autre détonation que j'ai

Page 2924

1 entendue, après quoi il y avait le silence, parce que j'ai perdu conscience

2 à cause du choc que j'ai eu."

3 R. Oui.

4 Q. Je ne vais pas lire tout.

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic, où commence cette

6 phrase et il faut que vous sachiez que nous ne disposons pas de traduction

7 en anglais. Maintenant, nous avons la traduction en anglais, mais où

8 commence cette phrase ?

9 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Cette phrase commence : "Ensuite, j'ai

10 entendu une autre. A ce moment-là, j'ai entendu un impact. Après quoi, une

11 lumière non habituelle. Après quoi, une autre détonation et après le

12 silence a régné, parce que j'ai perdu conscience à cause du choc que j'ai

13 eu."

14 Q. Cela s'est produit ainsi ?

15 R. Oui. Oui. A peu près. C'était ainsi.

16 Q. Maintenant, j'aimerais lire encore une phrase, Messieurs les Juges. Ce

17 qui est expliqué par la suite. Il y a encore une autre phrase où il est dit

18 : "Je ne suis pas sûre lequel de mes collègues s'est approché de moi, m'a

19 tendu la main. Après quoi, je me suis levée. A ce moment-là, je suis

20 devenue consciente du fait que je ne voyais pas sur l'il droit."

21 R. Mais je vous ai dit. Mais après, j'ai indiqué la personne. J'ai dit le

22 nom de la personne qui m'a aidée.

23 Q. Vous n'avez pas mentionné ici cette personne. Vous avez seulement

24 indiqué qu'il s'agissait d'un homme, mais je vais continuer à vous poser

25 des questions concernant la déclaration que le collègue Sachdeva vous a

26 montré.

27 R. Je m'excuse. Est-ce que je peux dire quelque chose ?

28 Q. Avec l'autorisation de la Chambre ?

Page 2925

1 R. Est-ce que je peux dire quelque chose ?

2 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Non. Répondez à la question.

3 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] J'aimerais qu'on montre le document 65 ter

4 02994, qui a été admis au dossier en tant que pièce à conviction de

5 l'Accusation, sous la cote 295.

6 Est-ce qu'on peut afficher la deuxième page ?

7 Q. Je vous prie de regarder le paragraphe numéro 9, c'est le dernier

8 paragraphe dans la version en B/C/S où il est écrit : "Je ne pouvais pas

9 voir clairement. J'ai essayé de m'essuyer les yeux, et à ce moment-là, j'ai

10 réalisé que mon visage et mes yeux étaient couverts de sang," n'est-ce pas

11 ?

12 R. Oui.

13 Q. Pourquoi n'avez-vous pas mentionné cela, c'est-à-dire juste mentionner

14 le sang sur le visage au moment où vous avez fait la première déclaration

15 tout de suite après cet événement, mais vous avez dit ce que je vous ai lu

16 tout à l'heure que votre il droit était aveugle et vous n'avez pas

17 mentionné le sang. Comment expliquez-vous cela ?

18 R. Comment j'explique cela ? Si je me souviens bien, peu après

19 l'explosion, et après que j'aie été blessée et la police nous a demandé de

20 faire des déclarations et probablement, j'ai dit cela, mais je ne sais pas

21 pourquoi cela n'a pas été consigné dans la déclaration.

22 Q. Bien. Je comprends cela. Tout à l'heure, vous avez modifié quelque peu

23 votre déclaration par rapport aux éclats d'obus qui s'enfonçaient dans

24 votre joue droite et au paragraphe 12, dans la même déclaration, vous avez

25 dit que ces éclats s'enfonçaient dans la peau et pendant quelques semaines

26 qui ont suivies et ces éclats ont commencé à sortir de ma peau.

27 Est-ce que c'était vraiment comme cela ?

28 R. Mon dos -- La poitrine, ma poitrine, par exemple, le matin, les éclats

Page 2926

1 ont commencé à sortir de mon corps et j'ai eu des irritations et on m'a dit

2 après que c'était en fait ces éclats qui sortaient de mon corps.

3 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] J'aimerais maintenant qu'on affiche le

4 document présenté par le Procureur tout à l'heure, 65 ter 00185A. Il s'agit

5 du dossier médical qu'on a pu parcourir tout à l'heure.

6 C'est ce document-là. Je ne vois pas de traduction en anglais.

7 Maintenant, je la vois.

8 Q. Ici, il est écrit : "La clinique pour les maladies des yeux, Sarajevo,

9 le 17 juillet 1995" et après suit la constatation pour ce qui s'est passé

10 donc le 28 juin. "Le 28 juin 1995, Musaefendic Rialda a été admise dans le

11 dispensaire" et après, il y a le diagnostic. Est-ce que c'est la seule

12 chose par rapport à ce que vous avez vécu ? Est-ce que vous avez un autre

13 document qui dit que ces éclats de verre et d'autres choses se sont

14 enfoncées dans votre corps, parce que cette maladie des yeux est très

15 répandue ?

16 R. Personne ne m'a demandé d'autres dossiers médicaux pour les apporter

17 ici. Donc il faudrait peut-être les recueillir et pendant la guerre, les

18 gens recevaient des soins médicaux à l'hôpital et pour ce qui est de

19 dossiers médicaux, on ne faisait pas trop attention à cela.

20 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, il faut maintenant

21 que je passe à la déclaration qui a été faite le 11 mars 1997. Pour pouvoir

22 poser des questions au témoin, il s'agit de 65 ter 02 --

23 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Sachdeva, vous êtes debout.

24 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, je ne suis pas un

25 médecin, mais si mon éminent collègue est en train d'essayer de dire que le

26 témoin a souffert d'une maladie des yeux qui, à mon avis, diffère d'une

27 maladie des yeux provoquée par un choc, je pense que le mot "choc,"

28 "traumatisme" a une signification dans ce dossier médical. Il ne s'agit pas

Page 2927

1 tout simplement d'une maladie des yeux.

2 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Donc vous connaissez ce domaine,

3 parce que --

4 Maître Tapuskovic, qu'est-ce que vous essayez de savoir en posant ces

5 questions ?

6 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Puis-je poser encore une question par

7 rapport à ce document ? Après quoi, je vais vous expliquer. Parce que le

8 témoin a dit dans sa déclaration qu'un éclat d'obus s'est enfoncé dans le

9 sinus droit et la partie supérieure de l'il droit. Messieurs les Juges,

10 c'est ce que j'essaie de tirer au clair.

11 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Est-ce que vous pensez que son

12 histoire ou son témoignage est inventé, une fabulation ?

13 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Oui.

14 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous pensez vraiment cela ?

15 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Oui.

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Bon. Continuez à poser vos questions

17 pour voir si vous êtes en mesure de corroborer cela.

18 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

19 Q. Est-ce que la CNN, qui se trouvait sur place ce jour-là, a montré

20 cela ? Est-ce qu'il a demandé aux gens de dire ce qui s'est passé ? Est-ce

21 qu'il a montré cela comme étant le crime le plus grave des Serbes ? Est-ce

22 que le monde entier voit cela comme quelque chose qui a été fait par les

23 Serbes ?

24 R. Vous pensez ce jour-là, parce que ce jour-là, j'étais à l'hôpital et je

25 suis rentrée chez ma mère. Je n'ai pas compris votre question.

26 Q. Est-ce que la propagande dans le monde entier a utilisé cet incident

27 pour montrer que les Serbes ont commis encore un crime, c'est que tout à

28 l'heure M. Silajdzic a dit ?

Page 2928

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 2929

1 R. Pour autant que j'en sache, les télévisions et les agences de presse

2 ont ne dit que la vérité. Cela a été transmis dans le monde entier. C'est

3 mon opinion personnelle.

4 Q. Est-ce que vous pouvez admettre que l'ABiH a tiré sur le bâtiment de la

5 télévision pour montrer cela comme quelque chose qui a été fait par l'autre

6 partie ?

7 R. Je ne comprends pas votre question. Qu'est-ce que vous voulez que je

8 vous dise ? Est-ce que vous voudriez que je vous donne une réponse négative

9 ou positive ?

10 Q. Ma question était la suivante : est-ce que pour ce qui est d'autres

11 incidents, l'ABiH a tiré sur son propre peuple en essayant de montrer cela

12 comme quelque chose qui aurait été commis par la partie adversaire ?

13 R. Non, je ne le sais pas.

14 Q. Par rapport à ce cas particulier ?

15 R. Je sais d'où la bombe a été lancée parce qu'il s'agissait de la partie

16 la plus sûre de la télévision, le deuxième étage, la cour intérieure de la

17 télévision. Je ne comprends pas votre question.

18 Q. Pour aider la Chambre, pouvez-vous nous dire d'où la bombe a été lancée

19 le --

20 R. La bombe est tombée sur le toit et a glissé dans la cour intérieure.

21 Elle a explosé dans la cour intérieure.

22 Q. De quelle direction la bombe a été lancée ?

23 R. Je pense que c'était d'Ilidza. A l'époque, c'était contre la JNA et par

24 l'armée de la Republika Srpska.

25 Q. Savez-vous s'il y avait eu des observateurs internationaux qui ont dit

26 que cela a été lancé du territoire de la Bosnie-Herzégovine ?

27 R. S'ils le disent, il devrait le prouver.

28 Q. Le Procureur ne vous a pas montré ces documents ?

Page 2930

1 R. Non, aurait-il dû me les montrer ?

2 Q. Je pense qu'il aurait dû vous montrer le document dans lequel on peut

3 voir. Ce n'est pas encore la vérité absolue, c'est à la Chambre d'en

4 décider, le document d'où --

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic, ce n'est pas

6 permis, c'est un commentaire.

7 Je parle en mon propre nom ici. Il y a deux questions, Maître Tapuskovic et

8 je m'adresse également à d'autres membres de l'équipe de la Défense. La

9 première chose, à savoir de quelle direction les bombes ou les obus ont été

10 lancés, de quel côté, du côté serbe ou du côté des forces du gouvernement

11 bosnien ou à savoir les Musulmans. C'est la question principale. La

12 deuxième question est la responsabilité de l'accusé conformément à

13 l'article 7(3), c'est la responsabilité du commandement. Nous sommes encore

14 loin de cela. Je parle en mon nom.

15 La question sur laquelle la Défense devrait se concentrer c'est la première

16 question. Je ne vois pas comment vous avancez dans vos arguments pour

17 prouver comment le témoin n'a pas eu ces blessures. Vos questions devraient

18 se concentrer sur le fait concernant la direction d'où la bombe est

19 arrivée, à savoir que ce n'était pas du côté serbe, non pas d'essayer

20 d'avancer qu'elle ne dit pas la vérité par rapport aux blessures qu'elle a

21 eues.

22 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, en aucun cas je ne

23 contesterai les souffrances des victimes et je n'essaie pas de le faire.

24 Tous les témoins devraient être crédibles pour croire ce qu'ils disent. Je

25 n'essaierai à aucun moment de contester les souffrances de qui que ce soit.

26 Le septième paragraphe, le dernier paragraphe de sa déclaration du 17

27 mai. C'est la dernière page.

28 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Penchons-nous sur ce paragraphe

Page 2931

1 après la pause.

2 Maintenant on va faire la pause.

3 --- L'audience est suspendue à 17 heures 35.

4 --- L'audience est reprise à 17 heures 54.

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, Maître Tapuskovic, vous pouvez

6 continuer.

7 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

8 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous nous avez indiqué le paragraphe

9 27 de la déclaration du témoin.

10 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Je vais en arriver, mais il faut que je

11 procède par un certain ordre. Je vais en finir vite avec mon contre-

12 interrogatoire.

13 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, continuez selon votre ordre.

14 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] D'abord la déclaration 65 ter 00185 à la

15 page 85, dans le prétoire électronique. Est-ce qu'on peut verser cela au

16 dossier en tant que pièce à conviction de la Défense ? Il s'agit de la

17 traduction en anglais.

18 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] C'est où ?

19 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Peut-être que cela n'a pas été traduit.

20 [La Chambre de première instance se concerte]

21 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] C'est où ?

22 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Est-ce que cela peut être versé au dossier

23 en tant que --

24 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Où est le document qui va être versé

25 au dossier ? Il n'y a pas de document affiché sur l'écran. Ce n'est pas le

26 document qui est affiché sur l'écran. C'est sa déclaration.

27 [La Chambre de première instance se concerte]

28 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] C'est la déclaration à propos de laquelle

Page 2932

1 je lui ai posée des questions, en premier lieu, la déclaration du 19

2 juillet 1995.

3 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] La déclaration est admise au

4 dossier.

5 M. LE GREFFIER : [interprétation] Monsieur le Président, ce sera la pièce à

6 conviction D92.

7 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

8 Q. Madame le Témoin, j'aimerais savoir quelques précisions par rapport au

9 paragraphe 21.

10 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Avant cela, est-ce qu'on peut afficher le

11 document 65 ter 0294. Il s'agit de la pièce à conviction du Procureur

12 portant la cote 295, la déclaration du 17 mai. Le paragraphe 21.

13 Q. Le voyez-vous. Ici vous avez dit : "Les tireurs embusqués serbes se

14 trouvaient sur la colline au-dessus de Hrasno et au stade de Grbavica,

15 leurs cibles préférées étaient la rue qui était à côté de notre immeuble

16 qui s'appelait la rue Ive Kranjecevica. Aujourd'hui, elle s'appelle

17 Dzamijska. Les forces serbes se trouvaient au pied de la colline."

18 Est-ce que vous avez vu cela ?

19 R. Je vois mal parce que c'est petit. Je n'arrive pas à lire le document.

20 Q. Est-ce que maintenant c'est mieux ?

21 R. Oui.

22 Q. Il ne faut pas que je le relise.

23 R. Oui. Je vois maintenant le paragraphe 21 qui commence par : les tireurs

24 embusqués serbes se trouvaient sur les collines.

25 Q. Oui, c'est cela. Dites-moi d'abord : "Ils se trouvaient sur les

26 collines au-dessus de Hrasno." C'est quelle colline qui se trouve au-dessus

27 de Hrasno ?

28 R. Au-dessus de Hrasno, c'est la colline de Hrasno. C'est comme cela que

Page 2933

1 cela s'appelle.

2 Q. Qui se trouvait sur les positions au sommet de la colline de Hrasno, à

3 savoir sur la colline de Hrasno ?

4 R. Je ne sais pas quelles étaient les "positions principales." Je sais

5 que les rues qui se trouvent à côté du stade de Zeljeznicar, qui mène vers

6 la colline de Hrasno, étaient les rues qui ont été contrôlées par la

7 Republika Srpska et par la JNA pendant la période dont on parle. Si vous

8 aviez été Musulman, il n'aurait pas été possible de traverser ces rues.

9 Q. Je vous pose des questions pour ce qui est du 10 août 1994 jusqu'au 21

10 novembre 1995. Quelle JNA se trouvait là-bas pendant cette période-là ?

11 R. Pendant la période que vous venez d'indiquer, je suppose que cela finit

12 avec la date où l'accord de Dayton a été signé. Je ne sais pas de quelle

13 période exacte il s'agit.

14 Q. Tout ce que je vous ai posé comme question cela couvre la période du 10

15 août 1994 jusqu'au 21 novembre 1995.

16 R. Oui. Pendant cette période-là, ils étaient là-haut, ils tiraient et il

17 y avait des gens blessés. On ne pouvait pas traverser les rues.

18 Q. Bien. Vous dites un peu plus loin en bas : Les forces serbes se

19 trouvaient au pied de la colline. Vous dites cela dans ce document. Qui

20 était au pied de la colline et qui était au sommet de la colline ? Pouvez-

21 vous nous expliquer cela ?

22 R. Je vais essayer d'expliquer cela. Ce terrain, le stade du club de

23 football Zeljeznicar se trouve au pied de la colline. Ensuite il y a la

24 colline de Hrasno et le stade de Zeljeznicar relie Grbavica et la place de

25 Pero Kosoric qui s'appelle aujourd'hui la place des Héros.

26 Q. Qui tenaient les positions sur la colline de Hrasno ? Quelle armée

27 tenait ces positions-là ?

28 R. Pendant cette période-là que vous avez indiquée, au sommet des collines

Page 2934

1 se trouvaient les membres de l'armée serbe.

2 Q. Merci. Ensuite vous dites dans la déclaration un peu plus bas : "Nous

3 étions près des lignes du front." Qu'est-ce que vous avez entendu par

4 cela ? Quelles étaient les lignes de front dans cette partie de Sarajevo ?

5 R. Hrasno. Je vais vous dire pour ce qui est de mon quartier. C'était

6 seulement une rue qui nous séparait, c'était la ligne de front cette rue-

7 là. Une rue par laquelle aujourd'hui il y a une ligne de trolleybus qui

8 passe.

9 Q. Est-ce que parfois la ligne de front passait par une maison ?

10 R. Comment cela ?

11 Q. Qu'une partie de la maison appartient aux uns et l'autre partie aux

12 autres ?

13 R. Dans le quartier où j'habitais ce n'était pas vrai.

14 Q. En tout cas, vous dites catégoriquement qu'au sommet de la colline de

15 Hrasno se trouvaient les membres de l'armée de la Republika Srpska.

16 R. Au sommet de la colline, oui, et au stade de Zeljeznicar, comme je l'ai

17 déjà indiqué.

18 Q. Mais le stade de Zeljeznicar ne se trouve-t-il pas à Grbavica ?

19 R. Excusez-moi, vous m'avez demandé de répéter et de vous dire comment

20 c'était "au pied de la colline." Je vous ai dit qu'au sommet de la colline,

21 ils se trouvaient au sommet de la colline.

22 Q. J'aimerais que cela soit clair à la Chambre. Grbavica et la colline de

23 Hrasno ont été contrôlées par l'armée de la Republika Srpska ?

24 R. Oui, le sommet de la colline de Hranso et Grbavica étaient entre les

25 mains de l'armée de la Republika Srpska, oui.

26 Q. Je vous remercie. Je n'ai pas encore beaucoup de questions à vous

27 poser.

28 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Ensuite vous dites au paragraphe 27, c'est

Page 2935

1 le dernier paragraphe de cette déclaration. C'est le paragraphe 27.

2 Q. Si j'ai bien compris, vous étiez journaliste pendant une période de

3 temps dans cette agence de presse des Etats-Unis à l'époque ?

4 R. Maintenant je vois le paragraphe 27. Dans cette agence, j'ai commencé à

5 travailler et j'ai travaillé dans la cuisine d'abord. Ensuite, je suis

6 devenue assistante du chef et ensuite j'ai gravé des échelons dans cette

7 agence de presse.

8 Q. La période de temps dont j'ai parlé tout à l'heure, la fin de l'année

9 1994 jusqu'au mois de novembre 1995, pendant cette période-là, vous aviez

10 des informations sur les événements survenus à Sarajevo ?

11 R. Comment j'ai été "bien informée," qu'est-ce que vous aviez entendu par

12 là ?

13 Q. Vous saviez, par exemple, qui tirait sur qui pendant cette période de

14 temps ?

15 R. Si vous avez besoin de savoir mon opinion, je peux vous dire oui que je

16 savais qui tirait et je savais où je vivais.

17 Q. Pouvez-vous m'expliquer - tout à l'heure vous avez mentionné à

18 plusieurs reprises le mot agresseur. Pouvez-vous m'expliquer ce que cela

19 signifie pour vous, le mot agresseur ?

20 R. Cela veut dire qu'un jour je vivais de façon normale sans aucun

21 problème et que l'autre jour ou deux jours après, un obus tombe et blesse

22 mon voisin qui a perdu un doigt et la guerre a commencé. Voilà j'ai vu cela

23 comme cela.

24 Q. Ce qui s'est passé quand il s'agit du peuple de l'autre côté du front ?

25 R. De quel front vous parlez ? De quel autre peuple vous parlez ? Je ne

26 comprends pas votre question.

27 Q. Je vous remercie.

28 R. Je vous remercie également.

Page 2936

1 Q. Au paragraphe 27, vous dites : "J'ai été triste au moment où l'accord

2 de paix a été signé et au moment où la guerre est finie parce que j'ai

3 compris que cela aurait pu se produire et que la guerre aurait pu être

4 finie beaucoup de temps avant et que beaucoup de vies humaines auraient pu

5 être sauvées."

6 N'est-ce pas ?

7 R. Oui.

8 Q. Est-ce que vous savez quoi que ce soit pour ce qui est du fait qu'en

9 1993 qui n'a pas voulu établir la paix ?

10 R. Tout ce que je sais c'est que j'ai voulu que la guerre n'éclate pas du

11 tout.

12 Q. Personne ne veut que la guerre éclate dans ce pays, toute personne

13 normale. Mais ma question est la suivante : comme vous travailliez dans

14 cette agence de presse, savez-vous qui était contre l'accord de paix pour

15 éviter d'autres pertes humaines ?

16 R. Tout ce que je sais c'est qui a continué à pilonner la ville de

17 Sarajevo, c'était le côté serbe.

18 Q. J'ai encore une question. Pour en finir avec mon contre-interrogatoire,

19 mais je dois proposer ce document.

20 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] C'est le document 65 ter 02995, du 11 mars

21 1997. Il s'agit de la déclaration de ce Témoin Rialda. J'aimerais que ce

22 document soit affiché sur l'écran.

23 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic, est-ce que vous

24 demandez le versement au dossier de ce document ?

25 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Oui, mais il faut d'abord que je présente

26 au témoin une partie de ce document et après, je vais proposer le versement

27 au dossier de ce document. Il y a beaucoup de questions que j'aimerais

28 poser, mais je vais poser qu'une seule question par rapport à ce document.

Page 2937

1 Est-ce qu'on peut afficher à la deuxième page le paragraphe numéro 5. Je

2 pense qu'il n'est pas difficile de le situer dans la version en anglais non

3 plus.

4 Q. Maintenant, je reviens sur ce que vous avez dit dans cette déclaration

5 par rapport à la conjonctivite, cette maladie des yeux, qui a été

6 mentionnée, et par rapport au fait qu'il n'y a pas d'autre information

7 concernant vos blessures. Vous avez déclaré ici : "Un obus s'est enfoncé

8 dans mon sinus droit," et c'est votre dernière déclaration que vous avez

9 faite, "ainsi que la partie au-dessus de l'il droit. J'avais des éclats de

10 métal dans le visage et dans le dos et dans d'autres parties de mon corps."

11 C'est votre dernière déclaration. Est-ce que vous avez dit cela ? Est-ce

12 vrai ?

13 R. Si cela est écrit dans cette déclaration, c'est vrai. J'aimerais dire

14 qu'au début j'ai demandé la précision de cela. Je sais ce que j'ai survécu,

15 et je sais que j'ai été blessée par des éclats de métal, de béton armé.

16 C'est ce que j'ai dit, je pense, au début. Pour ce qui est des dossiers

17 médicaux, je vous ai dit que personne ne me les avait demandés. Si

18 quelqu'un me les avait demandés, peut-être que je les aurais présentés.

19 Q. Par rapport à ce que vous avez dit le 17 mai, vous avez apporté des

20 modifications, mais ce que je viens de vous lire, c'est tout à fait autre

21 chose. Vous maintenez ce que vous avez dit, à savoir que ce que vous avez

22 vécu tout cela.

23 R. Oui, je maintiens ce que j'ai dit, à savoir que cette bombe aérienne

24 modifiée qui est tombée sur le bâtiment de la télévision m'a blessée et

25 j'ai eu un traumatisme à cause de cette explosion du 28 juin 1995.

26 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, avec votre

27 autorisation, ce document n'a pas encore été -- et avec votre autorisation,

28 c'est le document que j'ai présenté à plusieurs reprises. Cela porte D31,

Page 2938

1 le numéro D31, mais par le biais de ce témoin j'aimerais que ce document

2 soit versé au dossier en lui présentant des choses principales, à savoir il

3 y a le rapport de la FORPRONU dans lequel on peut voir que sur le bâtiment

4 de la télévision de Sarajevo, selon le rapport de la FORPRONU, a tiré

5 l'ABiH. Est-ce que le témoin peut nous dire quelque chose là-dessus ?

6 C'est DD00-0463. C'est le nôtre, le numéro du document.

7 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Sachdeva.

8 M. SACHDEVA : [interprétation] Le document est à l'écran maintenant, mais

9 je demanderais au conseil de formuler ces remarques [imperceptible] --

10 contenu de ce document de manière correcte. C'est un rapport reprenant les

11 propos d'une autre personne qui déclare que c'est l'ABiH qui a lancé cette

12 bombe. A mon sens, c'est une affirmation qui repose sur les propos de

13 quelqu'un d'autre, mais ce n'est pas un fait ni une conclusion bien

14 établie.

15 [La Chambre de première instance se concerte]

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Madame le Témoin, avez-vous

17 connaissance de ce rapport de la FORPRONU selon lequel de la main d'un

18 certain capitaine Hansen, selon lequel il lui aurait été rapporté que c'est

19 l'ABiH qui avait bombardé le bâtiment de la télévision ?

20 Premièrement, avez-vous connaissance de ce rapport, de l'existence de

21 ce rapport ?

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Non.

23 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Que pensez-vous de l'affirmation

24 selon laquelle le bâtiment de la télévision a été bombardé par l'ABiH ?

25 LE TÉMOIN : [interprétation] Je pense que l'ABiH n'a pas bombardé le

26 bâtiment de la télévision.

27 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Avez-vous des motifs particuliers

28 qui vous portent à penser cela ?

Page 2939

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 2940

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Non, je ne suis pas capable de vous avancer

2 des preuves, mais si l'on regarde la situation de l'ABiH à Sarajevo et son

3 organisation, compte tenu du fait que c'étaient des gens qui défendaient

4 leur vie, et cetera, je n'ai pas eu connaissance de l'existence de ce type

5 d'arme. Je n'ai jamais entendu parler de ce type d'arme.

6 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Merci.

7 Elle ne peut pas vous aider davantage sur ce document, Monsieur

8 Tapuskovic. Quoi qu'il en soit, ce document a reçu une cote provisoire, et

9 j'ai invité l'Accusation à citer à comparaître le capitaine Hansen. En

10 début de la semaine prochaine, je recevrais un rapport à ce sujet de

11 l'Accusation. Si ce rapport ne me satisfait pas, la Chambre décidera de

12 convoquer le capitaine Hansen.

13 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Je vais terminer, Messieurs les Juges,

14 mais je voulais avoir l'autorisation d'interroger le témoin à ce sujet, et

15 je l'ai dit d'emblée. Je ne comprends pas l'attitude de M. Sachdeva, qui

16 dit que c'est une rumeur plutôt qu'un rapport officiel de la FORPRONU, des

17 rapports qui ont toujours été tenus à haute estime par ce Tribunal.

18 C'est tout ce que j'avais à dire, et sur ce je termine mon contre-

19 interrogatoire.

20 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Sachdeva.

21 M. SACHDEVA : [interprétation] Est-ce que vous voulez, Monsieur le

22 Président, que je réagisse ?

23 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Non, non. Est-ce que vous avez des

24 questions supplémentaires ?

25 M. SACHDEVA : [interprétation] Non, je n'ai pas de questions.

26 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Madame le Témoin, vous avez terminé

27 votre déposition et nous vous remercions de l'avoir faite. Vous êtes

28 maintenant libre de repartir.

Page 2941

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Merci.

2 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, je n'ai pas demandé

3 le versement au dossier de ce dernier document; 65 ter 02 995, du 11 mars,

4 dont j'ai présenté un extrait au témoin.

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je pense que vous en avez demandé le

6 versement et il a été versé au dossier. C'est D93. Je vais demander au

7 Greffier d'audience de confirmer.

8 M. LE GREFFIER : [interprétation] Oui, effectivement, c'est D93.

9 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Mes excuses.

10 M. SACHDEVA : [interprétation] Veuillez m'excuser un instant ? C'est M.

11 Waespi qui va interroger le témoin suivant.

12 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Bien entendu.

13 [Le témoin se retire]

14 M. WAESPI : [interprétation] Le témoin suivant est Dzemaludin Luinovic.

15 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Le témoin peut-il faire la

17 déclaration solennelle.

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

19 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

20 LE TÉMOIN: DZEMALUDIN LUINOVIC [Assermenté]

21 [Le témoin répond par l'interprète]

22 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Veuillez prendre place.

23 Vous pouvez commencer, Monsieur Waespi.

24 M. WAESPI : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

25 Je voudrais que l'on présente la pièce 65 ter, 02 996, la déclaration

26 de témoin du 10 mars 1997.

27 Interrogatoire principal par M. Waespi :

28 Q. [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin.

Page 2942

1 R. Bonjour.

2 Q. Pourriez-vous décliner votre identité ?

3 R. Dzemaludin Luinovic.

4 Q. Merci. Pourriez-vous vous pencher sur le document qui est à présent

5 paru à votre écran et prévenez-nous si vous n'arrivez pas à lire car si les

6 caractères sont trop petits.

7 Reconnaissez-vous ce document ?

8 R. Je reconnais ma signature, mais je ne peux pas lire. J'ai oublié mes

9 lunettes à Sarajevo, donc cela va être difficile.

10 Q. Merci de nous le dire. J'espère que nous arriverons à nous débrouiller

11 sans vos lunettes. En tout cas, je l'espère. Mais, êtes-vous en mesure de

12 nous dire que c'est la déclaration que vous avez faite aux enquêteurs du

13 Tribunal le 10 mars 1997 ?

14 R. Oui.

15 Q. Avez-vous eu la possibilité de relire cette déclaration ce matin dans

16 mon bureau ? Je pense que certaines parties vous ont même été lues; est-ce

17 que vous vous en souvenez ?

18 R. Oui. Je m'en souviens.

19 Q. Pouvons-nous passer à la page 2 de ce document, paragraphe 3, dernière

20 ligne, dont je vais vous donner lecture.

21 R. Très bien.

22 Q. Dans ce paragraphe, on dit que vous êtes policier de réserve à Sarajevo

23 depuis le 15 mai 1995 et jusqu'à 1996. Et, je

24 cite : "Pendant la période de la guerre, mon atelier privé était également

25 utilisé comme atelier de l'ABiH." Cet atelier privé, comme vous le voyez,

26 est un atelier de carrosserie privé.

27 Est-il vrai que c'était vous qui travailliez pour l'ABiH, ou était-ce

28 quelqu'un d'autre ?

Page 2943

1 R. Je vais vous dire la vérité. Avant la guerre, c'était mon atelier, mais

2 j'ai autorisé le commissariat de Novi Grad à l'utiliser, puisque j'étais

3 policier de réserve. Tant que j'avais du matériel, je pouvais travailler

4 sur de petites voitures, des Golf. Lorsque mon matériel s'est épuisé, on

5 m'a fait travailler comme policier pour assurer la sécurité de plusieurs

6 bâtiments, des rues, et cetera.

7 Q. Je vous remercie de cette précision. A présent, cette précision ayant

8 été apportée, est-ce que cette déclaration de témoin, telle qu'elle vous a

9 été lue dans mon bureau ce matin, est un reflet fidèle des propos que vous

10 avez tenus aux enquêteurs au sujet de votre expérience à Sarajevo ?

11 R. Oui.

12 Q. Si vous deviez répondre aux mêmes questions aujourd'hui, est-ce que

13 vous donneriez les mêmes réponses que celles qui sont consignées dans votre

14 déclaration du 10 mars 1997 ?

15 R. Je n'ai rien à changer. Je décrirais ce que j'ai vu et je décrirais

16 également mes souffrances.

17 Q. Merci, Monsieur Luinovic.

18 M. WAESPI : [interprétation] Je voulais verser ce document au dossier.

19 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] D'accord.

20 M. LE GREFFIER : [interprétation] P297.

21 M. WAESPI : [interprétation] Je voudrais à présent que l'on fasse

22 apparaître un deuxième document, document 65 ter, 02 997, deuxième

23 déclaration faite devant le bureau du Procureur par le témoin. Est-ce que

24 l'on pourrait faire apparaître le bas de la page en faisant défiler le

25 texte de manière à ce que les signatures soient visibles. Voilà.

26 Q. Monsieur Luinovic, est-ce qu'il s'agit d'une deuxième déclaration que

27 vous avez faite aux enquêteurs du Tribunal ?

28 R. Oui. C'est ma signature et je confirme de cela. Cela allait,

Page 2944

1 probablement.

2 Q. Probablement, ou vous en êtes sûr ?

3 R. C'est ma déclaration. C'est ma signature; donc

4 Q. Avez-vous eu la possibilité de lire votre déclaration, ou est-ce qu'il

5 vous en a été donné lecture ce matin dans mon bureau ?

6 R. On m'en a donné lecture, complètement, avec une petite rectification,

7 rectification dont nous avons parlée il y a un instant.

8 Q. En ce qui concerne ce deuxième document daté du 26 avril 2006, si vous

9 étiez appelé à répondre aux mêmes questions aujourd'hui, les réponses

10 seraient-elles identiques à celles qui sont consignées dans votre

11 déclaration ?

12 R. Même si de nombreuses années se sont écoulées depuis lors, cette

13 déclaration et celle que j'ai faite il y a un an seraient identiques à 90

14 %, voire 100 %.

15 Q. Merci, Monsieur Luinovic.

16 M. WAESPI : [interprétation] Je voudrais que cette pièce soit également

17 versée au dossier.

18 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] D'accord.

19 M. LE GREFFIER : [interprétation] P298.

20 M. WAESPI : [interprétation] Je n'ai qu'une seule pièce supplémentaire

21 concernant ce témoin, à savoir la photo numéro ter 02 998. Est-ce que l'on

22 peut la faire apparaître.

23 Q. En attendant, Monsieur Luinovic, j'ai plusieurs questions à vous poser

24 sans que cela ne prenne trop longtemps. Vous souvenez-vous du 26 mai 1995,

25 jour où votre quartier a été bombardé ?

26 R. Oui, je m'en souviens très clairement, comme si j'y étais.

27 Le 26 mai 1995, j'étais, comme vous l'avez entendu, réserviste de la

28 police. A mon arrivée au commissariat ce jour-là, on m'a assigné à ma tâche

Page 2945

1 et donné l'ordre de me rendre à la municipalité de Novi Grad, à Sarajevo.

2 Je m'y suis rendu et j'y ai assuré la sécurité des bâtiments de la

3 municipalité. C'était une garde de huit heures. J'étais un petit peu

4 fatigué d'avoir fait la ronde autour du bâtiment et je me suis appuyé

5 contre le bâtiment. Je ne l'ai jamais mesuré, mais je pense qu'à vol

6 d'oiseau il devait y avoir une distance de cinq kilomètres jusqu'à Ilidza.

7 Tout d'un coup, j'ai vu quelque chose de grand venir d'Ilidza, et

8 comme cela s'approchait, je pensais que c'était un avion. Je me suis dit :

9 C'est impossible qu'un avion vole si bas. Il va heurter l'un des bâtiments

10 à coup sûr.

11 Quelques secondes plus tard, cet objet a touché un bâtiment situé

12 près de chez moi, car mon domicile se trouve juste à face, à 20 ou 25

13 mètres.

14 Q. Merci, Monsieur Luinovic.

15 A ce stade, est-ce que je pourrais vous montrer la photo, photo qui

16 doit apparaître sur votre écran. Est-ce que vous la voyez ?

17 R. Oui, oui, je la vois. Je la vois très bien. Cela fait très longtemps

18 que je n'ai plus vu de photo comme cela. Je n'ai jamais vu mon quartier

19 photographié de cette manière. Je reconnais chaque brin d'herbe.

20 Q. Oui.

21 R. Je peux vous montrer mon domicile, si vous le souhaitez.

22 Q. Avec l'aide de l'Huissier, je vous prierais de vous munir de l'un de

23 ces stylos magiques et d'indiquer l'endroit où se trouve votre domicile.

24 R. Voilà mon domicile, ma maison. Ici, c'est ma maison.

25 Q. Pourriez-vous apposer la lettre A à côté.

26 R. Le bâtiment qui a été bombardé par l'obus ?

27 Q. Non, non. Un A à côté du cercle que vous avez utilisé pour entourer

28 votre maison.

Page 2946

1 R. D'accord. Voilà.

2 Q. Merci. Pourriez-vous nous indiquer où se situe le bâtiment municipal

3 dont vous assuriez la garde ce matin-là ?

4 R. Le bâtiment municipal part de ce carrefour et part par là. Il s'agit du

5 bâtiment qui avait des transformateurs, le bâtiment haute tension,

6 l'électricité, vous savez. C'est à côté, juste à côté, tout près du

7 bâtiment municipal. Cela, c'est la station d'eau. C'est de l'eau potable.

8 Q. Oui. Il y a plusieurs marques maintenant. Pourriez-vous indiquer à

9 l'aide de la lettre B l'endroit où se situe le bâtiment municipal.

10 R. Ce bâtiment de la mairie n'est pas pris. On ne le voit pas tout à fait.

11 Voilà. Ensuite, vous voyez tout ceci. Cela conduit vers le bâtiment de la

12 municipalité. C'est la lettre D, là.

13 Q. Est-ce que vous pourriez -- vous avez apposé plusieurs cercles au-

14 dessus de cette route à quatre voies. Cela, si vous voulez -- est-ce que

15 c'est la direction pour vous du bâtiment municipal ?

16 R. Oui.

17 Q. En mètres, à quelle distance le bâtiment municipal se situait-il de

18 votre domicile, que vous avez indiqué à l'aide de la lettre A ? Quelle

19 était la distance ?

20 R. Je ne l'ai jamais vraiment mesurée. Si vous voulez, c'est un petit peu

21 une estimation grossière. Il faudrait un géomètre pour vous dire cela, mais

22 je dirais 250 mètres.

23 Q. Merci. Lorsque vous étiez de garde et en fonction pour garder le

24 bâtiment de la municipalité, est-ce que vous étiez en uniforme et armé ?

25 R. Oui, j'étais en uniforme, uniforme de camouflage, et je portais un

26 fusil semi-automatique, un pistolet et une matraque.

27 Q. Merci, Monsieur Luinovic. Pour revenir à ce projectile que vous avez vu

28 et qui venait d'Ilidza, à quelle distance vous situiez-vous de ce

Page 2947

1 projectile ? Il est difficile à estimer, je le reconnais, mais avez-vous un

2 avis sur la distance qui vous séparait de ce projectile au moment où vous

3 l'avez vu pour la première fois ?

4 R. La première fois que je l'ai aperçu, je pense qu'il se situait à deux

5 kilomètres, c'est-à-dire, 2 000 mètres.

6 Q. Avez-vous vu l'endroit où il a abouti ?

7 R. Oui.

8 Q. Pourriez-vous nous indiquer sur cette photo le point d'impact.

9 R. Tout juste ici.

10 Q. Pourriez-vous écrire un C à côté de cette dernière marque.

11 R. Bien sûr.

12 Q. En ce qui concerne ce projectile, de quoi s'agissait-il ? Est-ce que

13 vous le savez ? Est-ce que c'était un obus de mortier, une grenade

14 d'artillerie ou quelque chose d'autre ?

15 R. C'était un obus missile tiré par un lance-missiles. Ce n'était pas une

16 pièce d'artillerie. C'était impossible. Comment dire ? Je ne suis pas un

17 expert militaire, mais je m'y connais un petit peu. C'était un très gros

18 obus et vous avez besoin d'un dispositif de lancement. Je suppose que la

19 JNA devait en avoir. Je n'ai pas vu, mais c'est ce que je suppose.

20 Q. Vous avez parlé de l'impact. Vous dites l'avoir vu. Est-ce que vous

21 pourriez nous le décrire ?

22 R. Oui. Je l'ai vu arriver. Je pensais que c'était un avion volant à basse

23 altitude qui allait s'écraser. Ensuite, ce n'est qu'au moment où il a

24 touché le bâtiment que je me suis rendu que c'était un obus muni de

25 plusieurs moteurs. Enfin, c'est ce que je suppose, parce que je ne suis pas

26 un expert. Cela devait être un obus muni de dispositifs de propulsion. J'ai

27 vu d'autres obus, mais je ne peux pas le dire parce que je n'ai pas

28 toujours vu des obus.

Page 2948

1 Lorsque je me suis rendu compte que l'obus a touché ce bâtiment qui

2 était proche de chez moi - ce bâtiment en face de chez moi - il y avait

3 tellement de poussière dans l'air; avec des morceaux de béton projetés en

4 l'air; du ciment arraché des murs; des fenêtres éclatées, des éclats

5 projetés en l'air, avec des débris jonchant le sol. Je me suis rendu là-bas

6 en courant, espérant que personne de ma famille n'ait été touché.

7 C'était difficile à voir. La poussière était si épaisse que je ne voyais

8 pas le bâtiment. Il y avait tellement de poussière en projection dans

9 l'air. Lorsque je me suis rendu compte que l'obus avait touche à ce

10 bâtiment, je me suis rendu chez moi. J'ai vu ma fille qui était en larmes.

11 Je l'ai prise dans mes bras et je l'ai emmenée chez nos voisins. Je suis

12 resté devant chez moi, avec mon père, pour observer. Je me suis rendu

13 compte qu'il n'y avait pas de corps qui était évacué.

14 Deux, trois voitures sont arrivées. La FORPRONU, le HCR, je ne sais

15 pas.

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Veuillez essayer d'obtenir du témoin

17 les moyens de preuves morceau par morceau.

18 M. WAESPI : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

19 Q. Vous avez dit que des obus avaient abouti près de chez vous. Pourriez-

20 vous nous dire où les autres obus se sont écrasés près de chez vous ?

21 R. Oui, bien entendu. J'ai dit à mon père tout de suite : "Je sais ce

22 qu'ils font. Ils commencent par un obus de grande taille, suivi par de

23 petits obus pour toucher davantage de personnes." Parce qu'à Sarajevo, des

24 gens trouvaient la mort parce qu'ils s'attroupaient pour voir le point

25 d'impact d'un obus. Ensuite, d'autres obus étaient tirés. Il y avait plus

26 de morts que ce qui était nécessaire. Et j'ai dit que -- ensuite j'ai --

27 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] La question est, est-ce que vous

28 savez exactement où les obus ont abouti ?

Page 2949

1 LE TÉMOIN : [interprétation] Le premier obus qui a atterri, est-ce que je

2 peux l'indiquer ?

3 M. WAESPI : [interprétation]

4 Q. Oui, s'il vous plaît.

5 R. Le premier obus est tombé ici, précisément. Il venait d'Ilidza. Il a

6 touché la surface goudronnée, a ricoché et s'est écrasé sur mon bâtiment en

7 faisant un trou de deux centimètres de diamètre.

8 Q. Nous venons d'indiquer deux choses sur la photographie par la lettre A

9 et la lettre C. Au milieu d'une route à quatre voies, pourriez-vous s'il

10 vous plaît apposer la lettre D ?

11 M. LE JUGE MINDUA : Monsieur le Procureur, le témoin a dit plusieurs fois

12 que l'obus venait d'Ilidza. Est-ce que sur cette photo aérienne il peut

13 nous désigner la direction ? Comme cela, on comprend mieux. Monsieur le

14 Témoin, la direction de l'obus, d'où venait-elle ? D'Ilidza, sur la carte

15 on peut voir cela.

16 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, bien sûr. C'est ce que je regarde. Voici

17 l'obus qui venait d'Ilidza, ici. Ilidza se trouve là-bas, donc grosso modo,

18 un peu plus haut --

19 M. WAESPI : [interprétation]

20 Q. Monsieur Luinovic, c'est très difficile de vous suivre. Il faut

21 consigner ce que vous indiquez au niveau de la photographie.

22 Vous avez fait des annotations en partant de la lettre C sur la

23 gauche. Est-ce que ces annotations indiquent la direction de ces obus ?

24 C'est cela ? D'où elles arrivaient en volant au-dessus de vos têtes ?

25 R. Oui, oui.

26 Q. Monsieur Luinovic, vous dites qu'Ilidza se trouve à gauche de cette

27 photographie ou à droite de cette photographie ?

28 R. Non, à gauche.

Page 2950

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 2951

1 Q. Merci, Monsieur Luinovic. Je vais vous poser encore deux questions. En

2 regardant ces photographies, y avait-il des cibles militaires dans ce

3 quartier d'après vous ?

4 R. Ecoutez, je suis contre les cibles militaires dans ce secteur. Vous

5 voyez ce quartier. On aurait tous disparu. Il n'y avait pas de formation

6 militaire. Il y avait simplement des civils et des gens qui avaient été

7 mobilisés et qui à ce moment-là, avaient rejoint les rangs de l'armée ou de

8 la police.

9 Q. Ce matin-là, y avait-il des soldats qui marchaient ou se promenaient

10 près de ce bâtiment de la municipalité ?

11 R. Non, je n'ai remarqué personne. Je n'ai vu personne se déplacer. Peut-

12 être que certains d'entre eux allaient à leur travail puisqu'il y avait des

13 roulements par équipe. Deux ou trois personnes qui se retrouvent. On

14 entendait des obus tomber partout. On n'était pas censé être pris comme

15 cela à l'extérieur.

16 Q. Ma dernière question est celle-ci. En 1994 et 1995, n'avez-vous jamais

17 vu un mortier ou toute autre forme d'armes utilisées par les forces de

18 l'ABiH dans ce secteur que l'on voit sur cette photographie ?

19 R. Je ne suis jamais allée au front. Je vivais ma vie sur les routes

20 goudronnées de Sarajevo. J'avais un fusil, mais il était tellement rouillé,

21 je ne m'en servais jamais. J'ai demandé à quelqu'un d'autre de le nettoyer.

22 Il pleuvait et des parties étaient rouillées. Je n'ai jamais tiré une seule

23 balle.

24 Q. Je vais répéter ma question, un instant, s'il vous plaît. Avez-vous vu

25 des mortiers de l'ABiH quelque part dans ce quartier qui auraient été tirés

26 ou qui auraient été placés quelque part dans ce quartier ? Pourriez-vous

27 répondre à cette question, s'il vous plaît ?

28 R. Non, non, non. Pas ici. Il n'y avait aucune formation militaire. Pas

Page 2952

1 dans ce quartier-là. Je ne parle pas d'autres endroits, mais mon quartier,

2 il n'y avait pas de militaire. Pourquoi aurions-nous eu des soldats à cet

3 endroit-là, ce n'était nullement nécessaire.

4 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Peut-être que vous pourriez nous

5 expliquer cela. "Pourquoi est-ce que nous aurions des soldats à cet

6 endroit-là ?" Est-ce que vous laissez entendre que c'était inutile que des

7 soldats de l'ABiH se trouvent à cet endroit-là ?

8 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est une ville et les lignes de front se

9 trouvaient à l'extérieur de la ville.

10 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Où se serait trouvé le premier

11 groupe de soldats de l'ABiH ?

12 LE TÉMOIN : [interprétation] Loin, à trois ou quatre kilomètres de ce

13 quartier, pas plus près.

14 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Trois à quatre kilomètres. Je vous

15 remercie.

16 LE TÉMOIN : [interprétation] Oui, à peu près.

17 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Dans quelle direction ?

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Pardon ?

19 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Dans quelle direction trouverait-on

20 ces soldats de l'ABiH qui étaient à trois ou quatre kilomètres ? Plus

21 précisément, pourriez-vous nous dire exactement où c'était ?

22 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vais vous dire quelque chose. Il y avait

23 cette ceinture autour de Sarajevo. La ligne de front était autour de

24 Sarajevo. Il n'y avait pas de ligne de front à l'intérieur de la ville.

25 C'était la ville. On défend une ville de l'extérieur et autour, mais on ne

26 défend pas de la ville de l'intérieur. Si on avait autorisé les Serbes à

27 rentrer, ils nous auraient tous égorgés. Nous l'avons défendue de

28 l'extérieur. Je ne me suis jamais rendu sur le front, car j'étais policier.

Page 2953

1 J'assurais la sécurité de certains bâtiments, et cetera. Voilà.

2 M. LE JUGE MINDUA : -- étaient les lignes serbes de l'armée de la Republika

3 Srpska.

4 LE TÉMOIN : [interprétation] Depuis l'endroit où se trouvait ma maison, la

5 première ligne était à Nedjarici, à quatre ou cinq kilomètres peut-être de

6 ma maison. C'est difficile à dire, à peu près.

7 M. WAESPI : [interprétation]

8 Q. Pour conclure, pour que chacun puisse bien comprendre. Je vois quelques

9 bâtiments importants sur cette photographie. Le bâtiment jaunâtre,

10 pourriez-vous nous dire ce qu'était ce bâtiment ?

11 R. Vous voulez dire sur la droite ?

12 Q. Non, si vous regardez cette ligne en pointillé que vous venez

13 d'indiquer. Vous avez indiqué la direction des obus avec cette ligne

14 pointillée, Ilidza. Juste au-dessus, on voit un bâtiment plus important.

15 R. [aucune interprétation]

16 Q. Est-ce que vous pourriez l'indiquer à l'aide d'un cercle ?

17 R. [aucune interprétation]

18 Q. Oui précisément, ajoutez la lettre E, s'il vous plaît, à côté.

19 R. [Le témoin s'exécute]

20 Q. Merci, Monsieur Luinovic. Ce bâtiment, qu'est-ce que c'était ?

21 R. C'était une école. Vous voyez, il n'y a pas de portes, pas de fenêtres.

22 Les gens s'étaient servis de cela pour faire du feu, car ils devaient

23 préparer leurs repas. Pour ce qui est du reste, il s'agissait d'une crèche.

24 C'était une crèche pour les petits.

25 Q. Les autres éléments qui m'intéressent se trouvent en bas de la photo.

26 En bas à gauche, on voit une série de bâtiments. A quoi servaient ces

27 bâtiments pendant la guerre ?

28 R. Ce bâtiment celui-ci, le bâtiment qui n'est pas très haut, qui ne

Page 2954

1 comporte qu'un seul étage ?

2 Q. Pourriez-vous l'entourer d'un cercle encore une fois, s'il vous plaît ?

3 R. Faisons comme ceci. Peut-être que vous aimeriez savoir quelque chose à

4 propos de l'autre bâtiment.

5 Q. Pourriez-vous y apposer la lettre F, s'il vous plaît ?

6 R. F ?

7 Q. Oui, cela ressemble à un F. Pourriez-vous nous dire à quoi servait ce

8 bâtiment ?

9 R. Ce bâtiment n'a pas changé. C'est la même chose aujourd'hui que pendant

10 la guerre. C'était une station thermique. C'est là qu'on entreposait le

11 charbon pour chauffer les maisons.

12 Est-ce que d'autres bâtiments vous intéressent ?

13 Q. Le bâtiment qui se trouve juste en dessous de cette station thermique.

14 R. Vous voulez dire ce bâtiment-ci ? Je ne sais pas comment on l'appelait.

15 C'était des magasins, des confiseries ou des magasins qui vendaient des

16 glaces. Là, il y avait un centre médical et l'autre ici --

17 Q. Pourriez-vous entourer d'un cercle l'endroit où se trouvait le magasin

18 de bonbons ?

19 R. C'était précisément ici.

20 Q. Apposez la lettre G à côté. Ma dernière question, quels sont les autres

21 bâtiments importants qui devraient être portés à notre connaissance ?

22 R. Oui, bien sûr. Vous voyez ce bâtiment-ci ? Le bâtiment jaune. C'était

23 le bâtiment de la commune. Il servait à cela pendant la guerre également.

24 Q. Veuillez l'entourer d'un cercle et apposer la lettre H, s'il vous

25 plaît.

26 R. Je l'entoure d'un cercle.

27 Q. Merci beaucoup, Monsieur Luinovic.

28 R. Bien.

Page 2955

1 M. WAESPI : [interprétation] J'ai terminé mon interrogatoire, Monsieur le

2 Président. Je souhaite verser ces photographies au dossier, s'il vous

3 plaît.

4 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, ces photographies sont admises.

5 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ce sera la pièce P299, Messieurs les

6 Juges.

7 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic, vous avez cinq

8 minutes pour votre contre-interrogatoire ?

9 Est-ce que vous avez terminé ?

10 M. WAESPI : [interprétation] Oui, pardonnez-moi. Je m'assois tout de suite.

11 [La Chambre de première instance se concerte]

12 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic.

13 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Merci, Messieurs les Juges.

14 Contre-interrogatoire par M. Tapuskovic :

15 Q. [interprétation] Témoin, je représente les intérêts de Dragomir

16 Milosevic. Non seulement parce que j'ai l'obligation de le faire, mais

17 parce que je ressens le besoin de vous poser des questions par rapport aux

18 réponses que vous avez fournies pendant l'interrogatoire principal.

19 R. Je vous en prie, allez-y.

20 Q. La première chose que j'ai entendue, c'est que vous avez été officier

21 de police de réserve pendant toute la durée de la guerre.

22 R. Oui.

23 Q. Pendant toute la durée de la guerre, vous étiez armé, comme vous nous

24 l'avez dit. Vous disposiez d'un fusil et d'un pistolet, c'est exact ?

25 R. Oui.

26 Q. Vous ne vous êtes jamais servi ni de l'un ni de l'autre, pour tirer ?

27 R. J'avais un permis de port de pistolet avant la guerre. A la maison où

28 je vivais près de l'aéroport à Akifa Seremeta numéro 14, dans le quartier

Page 2956

1 de l'aérodrome, c'est là que j'avais mon appartement.

2 Q. Veuillez fournir des réponses courtes.

3 R. Les Serbes sont arrivés et ils m'ont retiré mon permis de port de

4 pistolet. On ne m'a jamais redonné mon pistolet. Le pistolet dont je

5 disposais, m'avait été remis au poste de police. Je n'ai pas demandé à

6 quelqu'un de me remettre une arme. J'étais officier de police et j'étais

7 censé porter une arme. En ville, il faut une arme et on ne peut pas

8 simplement se promener comme cela.

9 Q. A un moment donné pendant la guerre, on vous a forcé la main. Vous avez

10 été obligé d'utiliser votre arme ?

11 R. Je travaillais avec des civils. Je n'avais pas besoin de faire cela,

12 mais je portais simplement cette arme.

13 Q. Je souhaite maintenant me concentrer - et ceci s'applique à demain

14 également dans mon contre-interrogatoire - à la période qui va du 10 août

15 au mois de novembre, au moment où les accords de Dayton ont été signés. Je

16 souhaite savoir quelque chose à propos de ce moment-là.

17 R. Je vous en prie.

18 Q. Au cours de cette période-là, y a-t-il eu des tirs lancés à partir de

19 Sarajevo ? Peut-être que vous pourrez nous parler de ce que les citoyens de

20 Sarajevo ont vécu à ce moment-là.

21 R. Vous avez regardé cela à la télévision, je suppose. Il y avait toutes

22 sortes de choses qui se passaient. Il y avait des gens qui étaient tués. Il

23 y avait des gens qui étaient blessés. Il y avait des gens qui avaient faim.

24 Surtout, des gens qui avaient faim.

25 Q. De l'autre côté de la ligne de front ?

26 R. Qu'est-ce que vous voulez dire, de l'autre côté de la ligne de front ?

27 Qui tirait ? C'est cela, la question que vous me posez ?

28 Q. Tout d'abord, la question que je vous pose, c'est est-ce que l'on

Page 2957

1 tirait à l'intérieur de Sarajevo ? Est-ce que l'on tirait de l'autre côté

2 de la ligne de front, de la ligne de confrontation, j'entends ?

3 R. Je vais vous répondre de cette manière. Je n'étais pas un commandant.

4 J'étais officier de police. Je n'avais aucune raison d'être sur la ligne de

5 front en train de tirer des balles.

6 Q. Cela n'était pas ma question.

7 R. Bien, bien. Je vous dis simplement cela.

8 Q. Je vous demandais si les gens à l'intérieur de Sarajevo tiraient sur

9 les Serbes, pour ainsi dire.

10 R. J'ai déjà répondu. J'ai dit que je n'étais pas commandant. Je n'ai

11 donné l'ordre à personne de tirer. Je portais ce fusil, mais quelqu'un

12 d'autre le nettoyait pour moi, car il pleuvait souvent et le fusil est

13 parti en fer, avait commencé à rouiller. Donc, je ne peux pas répondre à

14 cette question.

15 Q. En somme, vous dites que personne à Sarajevo n'a jamais tiré sur les

16 Serbes.

17 R. Je n'en ai aucune idée, très honnêtement.

18 Q. Il y a quelques instants, lorsque vous avez répondu aux questions qui

19 vous ont été posées par le Procureur, vous avez dit que dans ce quartier

20 vous n'avez jamais vu d'armes lourdes ou de mortiers. Rien de ce genre.

21 R. Je serais le tout premier à ne pas être d'accord avec cela. On n'a

22 jamais rien vu de la sorte.

23 Q. Qu'est-ce que vous entendez "ne pas être d'accord avec cela" ?

24 R. Je faisais tout ce qui était en mon pouvoir. Je leur parlais de partir.

25 Je souhaite qu'on laisse mon enfant tranquille. Je vais vous dire quelque

26 chose. L'armée serbe disposait de toutes sortes d'armes, d'armes lourdes,

27 et ils savaient d'où provenaient les tirs. Ils étaient en mesure de savoir

28 d'où provenaient les tirs. Ils étaient en mesure de le dire. Quelquefois,

Page 2958

1 ils affirmaient que les tirs venaient d'un quartier en particulier, et à ce

2 moment-là ils les inondaient d'obus.

3 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Merci.

4 Nous allons faire la pause et reprendre demain à 14 heures 15.

5 --- L'audience est levée à 19 heures 02 et reprendra le jeudi 1er mars

6 2007, à 14 heures 15.

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28