Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 8486

1 Le mercredi 18 juillet 2007

2 [Audience publique]

3 [L'accusé est introduit dans le prétoire]

4 [Le témoin est introduit dans le prétoire]

5 --- L'audience est ouverte à 14 heures 27.

6 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Cet après-midi, nous devons

7 commencer un petit peu en retard parce que, bien entendu, le procès

8 précédent a duré un peu plus longtemps que prévu.

9 Il faudrait que le témoin fasse la déclaration solennelle.

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Je déclare solennellement que je dirai la

11 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

12 LE TÉMOIN: TÉMOIN T-41 [Assermenté]

13 [Le témoin répond par l'interprète]

14 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous pouvez vous asseoir.

15 Maître Tapuskovic, vous pouvez commencer votre interrogatoire.

16 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je vous remercie,

17 et Messieurs les Juges. Ce témoin bénéficie de toutes les mesures de

18 protection disponibles, et il faudrait lui montrer ce document afin de

19 procéder à son identification.

20 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est bien moi.

21 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Je suis désolé d'avoir besoin de quelques

22 minutes, mais je peux commencer maintenant.

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 8487

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 [Audience à huis clos partiel]

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 (expurgé)

26 (expurgé)

27 (expurgé)

28 (expurgé)

Page 8488

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page 8488 expurgée. Audience à huis clos partiel.

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 8489

1 (expurgé)

2 (expurgé)

3 (expurgé)

4 (expurgé)

5 (expurgé)

6 (expurgé)

7 (expurgé)

8 (expurgé)

9 (expurgé)

10 (expurgé)

11 (expurgé)

12 (expurgé)

13 (expurgé)

14 (expurgé)

15 (expurgé)

16 (expurgé)

17 (expurgé)

18 (expurgé)

19 (expurgé)

20 (expurgé)

21 (expurgé)

22 (expurgé)

23 (expurgé)

24 (expurgé)

25 [Audience publique]

26 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

27 Q. S'il vous plaît, Témoin, pourriez-vous nous dire quel était votre

28 poste, ce que vous faisiez en 1992 jusqu'à la fin 1995 ?

Page 8490

1 R. J'étais photographe et caméraman. Les conditions étaient difficiles,

2 stressantes. Je prenais les photos et des films de ce qui se passait, et je

3 me suis parfois retrouvé dans des situations très dangereuses. J'ai même

4 été blessé à un moment. C'était une tâche difficile à accomplir. Mais j'ai

5 fait tout ce que j'ai pu pour ne pas avoir à porter de fusil. Parfois, je

6 ne mettais même pas d'uniforme, à moins qu'il y ait une réunion.

7 Q. J'ai oublié de vous remercier, car vous êtes venu alors que vous avez

8 la jambe cassée. Vous êtes venu pour prêter votre assistance. Nous vous

9 remercions.

10 Vous avez parlé de situations difficiles et stressantes. Avant de

11 passer aux photographies que vous avez prises, pouvez-vous nous dire

12 lesquelles sont les plus frappantes ? Quelles sont ces situations

13 stressantes qui sont encore gravées dans votre esprit ?

14 R. Il y en a eu beaucoup. D'ailleurs, j'ai pris beaucoup de clichés. J'ai

15 12 000 photographies en tout, qui ont été prises à l'époque. Lorsque je me

16 suis entretenu avec l'avocat pour la première fois, on m'a dit qu'est-ce

17 qui les intéressait. C'était la période à partir du mois d'août 1994

18 jusqu'à la fin du conflit, donc j'ai choisi les photographies qui

19 paraissaient les plus frappantes. Mais pour moi, la situation la pire que

20 j'ai vécue, c'est quand les deux petites filles ont été tuées à Grbavica.

21 Il y avait aussi deux jeunes à un moment, Boro et Admira, qui ont été tués

22 alors qu'ils essayaient de traverser le pont. J'étais à leurs obsèques,

23 d'ailleurs. Il y avait leurs mères qui s'y trouvaient.

24 J'avais des problèmes parfois. Je dois dire que j'ai eu parfois des

25 problèmes personnels. En tant que photographe, j'ai dû prendre des

26 photographies des personnes qui avaient été exhumées, de civils ou de

27 soldats exhumés. C'est difficile, parce que je devais prendre des photos de

28 cadavres pour permettre qu'on les identifie. Parfois, par un moment,

Page 8491

1 d'ailleurs, à une occasion j'ai dû photographier 40 cadavres exhumés.

2 Pendant dix ans, je n'ai pas pu revoir mes photographies. Je trouvais

3 que c'était trop dur de se rappeler de tout ce qui s'était passé.

4 Q. Très bien. Commençons par les photographies, tout d'abord. A propos de

5 ces photographies que vous avez prises, les photographies que nous avons

6 examinées ici, j'aimerais savoir si vous les avez prises vous-même et si

7 tout ce que l'on voit sur les photographies sont des choses auxquelles vous

8 avez assisté vous-même ?

9 R. Oui. Il s'agit de mes photographies.

10 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Sachdeva.

11 M. SACHDEVA : [interprétation] La question a trouvé sa réponse, mais je

12 voulais soulever une objection parce que je trouvais qu'elle était trop

13 directrice.

14 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je n'en suis pas du tout aussi sûr

15 que vous. Monsieur Tapuskovic, vous pouvez poursuivre.

16 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

17 Q. Nous allons regarder les photographies dans ce cas-là, et je vais vous

18 demander si vous avez pris toutes ces photos vous-même, mais j'ai une

19 question préliminaire à vous poser auparavant : savez-vous à quelle date

20 Dragomir Milosevic, l'accusé en l'espèce, a pris ses fonctions en tant que

21 commandant du Corps de Romanija-Sarajevo ?

22 R. Début août 1994. C'est au début du mois que j'ai appris que Dragomir

23 Milosevic avait été nommé commandant du corps. Je ne sais pas exactement

24 quelle était la procédure qui lui était appliquée, mais je sais que cela

25 s'est passé à peu près à ce moment-là.

26 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Pourrions-nous, s'il vous plaît, voir la

27 photographie DD004229. Messieurs les Juges, ce sont les photographies qui

28 proviennent du dossier de photographies extrêmement important qui a déjà

Page 8492

1 été montré à certains témoins. Etant donné qu'il s'agit maintenant de

2 l'auteur de toutes ces photographies que nous avons sous les mains, il va

3 pouvoir commenter certaines des photographies que j'ai choisies. Il pourra

4 vous faire part de ses remarques et de ses commentaires à propos des photos

5 qu'il a prises à l'époque. Si nous pouvions avoir la première, c'est-à-dire

6 la pièce D004229. Je n'ai fourni à l'Accusation qu'une sélection de ces

7 photographies. Je ne vous les ai pas toutes montrées.

8 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic, quelle va être la

9 valeur en termes de moyens de preuve de ces photographies ?

10 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, je ne peux pas vous

11 dire avant que vous les voyez vous-mêmes. Elles traitent de points de tir

12 de tireurs embusqués, on voit les collines auxquelles on a fait référence,

13 les positions qui se trouvent en dessus des hauteurs, en contrebas. On y

14 voit des civils qui ont été blessés ou tués et qui sont allongés. On voit

15 tout ce que l'on a évoqué au cours de ces dernières semaines. On voit les

16 résultats de l'activité intense de l'ABiH au cours de la période de

17 référence. Il y a certains sites qui étaient exposés au tir des snipers.

18 Vous les verrez pour la première fois. Debelo Brdo, par exemple, est pris

19 d'un autre angle. Il y a la route qui va à Zlatiste.

20 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Bien. Voyons la première de ces

21 photos.

22 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Il semble qu'il y ait un petit problème

23 technique. Elles étaient téléchargées dans le système électronique, mais

24 visiblement on a du mal à les afficher. Peut-être faudrait-il utiliser le

25 rétroprojecteur. Ce serait plus simple.

26 Q. Avant de regarder la photographie, pourriez-vous nous dire si vous avez

27 assisté de vos yeux à des tirs de tireurs embusqués ou des tirs d'obus sur

28 certains sites ? Est-ce que vous avez photographié ces événements ?

Page 8493

1 R. Oui, j'ai vu tout ce que j'ai photographié. J'étais sur place quand

2 j'ai pris les photos.

3 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Malheureusement, les photos ne semblent

4 pas s'afficher sur l'écran.

5 Q. Vous voyez cette photographie sur le rétroprojecteur. Vous avez dit que

6 vous étiez témoin oculaire et que vous avez assisté à des tirs de snipers,

7 à des tirs d'obus. Pouvez-vous nous dire ce que l'on voit sur cette photo ?

8 R. Ce sont des photographies que j'ai prises dans le quartier de Dobrinja.

9 En haut, on voit un homme qui entre dans un bâtiment, et à droite de cet

10 homme, on voit qu'il y a une barrière en parpaings qui a été érigée pour

11 protéger la personne des tirs de tireurs embusqués.

12 En bas, on voit le bâtiment qui est en face du bâtiment que l'on voit

13 sur la photographie du haut, et on voit tous les impacts de balles

14 provenant des tirs embusqués. Or, je ne sais pas si on les voit bien.

15 Q. Monsieur le Témoin, pourriez-vous encercler les impacts.

16 R. [Le témoin s'exécute]

17 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Les photos sont maintenant affichées

18 sur le système électronique.

19 LE TÉMOIN : [interprétation] On voit un trou qui se trouve sous le balcon,

20 un autre près de l'escalier [inaudible] de faire un petit trou, et par ce

21 trou on pouvait tirer de façon embusquée. C'est très difficile de se

22 protéger de ce type de tirs. Il faut ériger des barricades, il faut

23 obstruer le champ de vision si je peux dire.

24 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

25 Q. Mais où se trouve ce bâtiment ?

26 R. Duquel parlez-vous ?

27 Q. Où se trouve ce bâtiment, s'il vous plaît ?

28 R. C'est un bâtiment qui se trouve à Dobrinja. C'est un bâtiment qui est

Page 8494

1 presque sur la ligne de séparation. Il y avait une route qui séparait deux

2 bâtiments, et dans un bâtiment, il y avait les forces de l'ABiH, et dans

3 l'autre, les forces de la VRS. Je crois que c'est la rue Indira Ghandhi. Je

4 n'en suis pas certain à 100 %.

5 Ces orifices apparaissaient tout d'un coup pendant la nuit dans les cages

6 d'escalier, près des balcons. Ils apparaissaient tout d'un coup, alors il

7 fallait faire très attention quand on se promenait parce qu'on ne savait

8 jamais d'où allait venir le prochain tir embusqué.

9 Q. Comment les citoyens se protégeaient-ils des tirs embusqués ?

10 R. La seule façon de se protéger, c'était de faire un écran avec tout ce

11 qu'on avait sous la main, pour que les tireurs embusqués ne vous voient pas

12 lorsque vous vous déplaciez.

13 Q. Est-ce que vous avez vu des tireurs embusqués prêts à tirer ?

14 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Monsieur le Témoin, avez-vous assisté

15 à des tirs embusqués ?

16 LE TÉMOIN : [interprétation] Chaque fois que j'allais dans ce quartier, on

17 m'avertissait, les gens disaient, il y a un ou deux jours on a tiré de ce

18 bâtiment-là, et quelqu'un a été atteint.

19 Dans un quartier à Grbavica, j'étais là quand une jeune fille de 15

20 ans a été atteinte à la jambe par un tir embusqué venant d'un de ces

21 orifices.

22 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Mais, je vous pose cette

23 question parce que j'ai besoin de savoir comment la Chambre va pouvoir être

24 convaincue que ces impacts de balles étaient bien des impacts de tireurs

25 embusqués, et non pas des impacts de balles dû à des échanges de tirs entre

26 les deux factions lors de combats.

27 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, je ne veux pas

28 insister sur les tireurs embusqués, tout ce je voulais vous faire

Page 8495

1 remarquer, c'est qu'au travers de ces orifices qui avaient été faits

2 pendant la nuit, on tirait, et c'est pour ça que le témoin a pris ces

3 photos. D'ailleurs, c'est pour ça qu'il y avait tous ces écrans qui avaient

4 été érigés afin de protéger les personnes se déplaçant dans les endroits où

5 il y avait ces orifices dans les bâtiments. Et vous verrez d'ailleurs la

6 photo d'un autre bâtiment que vous avez visité lors de votre visite sur les

7 lieux, d'où des tirs embusqués ont été lancés, exactement cela.

8 J'aimerais quand même verser cette photographie en tant que pièce de la

9 Défense, et je n'ai plus qu'une autre photo de ce type à vous montrer. Mais

10 j'en ai d'autres.

11 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Ce n'est pas très important quand

12 même, je ne vois pas --

13 M. LE JUGE MINDUA : Monsieur le Témoin, la première photo, vous rappelez-

14 vous en quelle année vous l'aviez prise, et qui est la personne qui est

15 représentée là-bas. Il ne faut pas donner le nom, mais dire seulement si

16 vous connaissez cette personne, et pourquoi avez-vous pris ces photos ?

17 Quel était le but de cette photo ?

18 LE TÉMOIN : [interprétation] Cette photographie a été prise en hiver 1994.

19 J'ai été envoyé là-bas. L'armée avait invité quelqu'un pour prendre des

20 photos de ces orifices de manière que quelqu'un puisse voir qu'il

21 s'agissait de petits orifices qui étaient utilisés pour des tirs embusqués.

22 Pour ce qui est de cette personne, je connais cette personne. C'était

23 quelqu'un qui servait de coursier, qui apportait la nourriture aux soldats.

24 Je n'ai pas osé m'approcher du bâtiment, seul. J'ai eu besoin de quelqu'un

25 qui me servait d'escorte, et donc ce monsieur m'a amené là-bas et a dit :

26 "Nous n'allons pas rester très longtemps." J'ai pris la photographie très

27 vite. Et vous voyez que cette photo a été prise depuis une fenêtre. Cet

28 autre homme m'a accompagné, et j'ai amené la photo au centre de presse.

Page 8496

1 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] Monsieur le Témoin, peut être y a-t-

2 il une légère imprécision dans l'interprétation, car si nous revenons à la

3 deuxième photographie qui se trouve en dessous, votre témoignage dans la

4 version anglaise nous dit qu'il s'agissait d'impacts réalisés par des tirs

5 embusqués, mais maintenant j'ai des doutes, je me demande si ce sont des

6 trous au travers desquels des tireurs embusqués ont tiré. Est-ce que ce

7 sont des trous qui ont été faits depuis l'extérieur ou depuis l'intérieur ?

8 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Monsieur le Juge, est-ce que l'on peut

9 laisser le témoin expliquer. C'est peut-être ce que dit le compte rendu,

10 mais ce n'est pas vraiment ce qu'a dit le témoin. Le témoin, je crois, doit

11 expliciter la chose. Je ne veux pas l'influencer.

12 M. LE JUGE HARHOFF : [interprétation] C'était justement la question que je

13 posais au témoin.

14 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Néanmoins, je m'objecte, car c'est ce qu'a

15 dit le témoin. C'était une interprétation erronée. Le témoin a dit qu'il

16 s'agissait de trous qui avaient été pratiqués de manière à ce que les gens

17 puissent tirer au travers de ces trous, alors je suis très surpris de voir

18 ce que dit le compte rendu, parce qu'en B/C/S, le témoin a dit très

19 clairement qu'il s'agissait de trous qui ont été faits de manière à ce que

20 l'on puisse tirer au travers. Ils n'ont pas été faits par des impacts de

21 tirs embusqués. Donc --

22 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Ce n'est pas à vous de donner une

23 objection à la question du Juge. On va laisser le témoin s'expliquer.

24 Monsieur le Témoin, qu'avez-vous vu ?

25 LE TÉMOIN : [interprétation] J'ai dit que ces trous ont été faits par

26 quelqu'un qui creusait depuis l'intérieur du mur. On peut voir que le trou

27 a été pratiqué depuis l'intérieur du bâtiment de telle manière qu'on

28 pouvait mettre le canon d'un fusil à lunette ou d'un fusil de sniper, et

Page 8497

1 que l'on puisse tirer sur des soldats ou des civils. Et la seule

2 protection, c'était de faire des écrans de manière à ne pas être vu depuis

3 ce trou.

4 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Puis-je poursuivre ?

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, poursuivez.

6 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

7 Q. Concernant le monsieur qui entre dans ce bâtiment que l'on voit ici --

8 R. Oui.

9 Q. -- quelle était la position du bâtiment où est entrée cette personne

10 par rapport à ce que l'on voit ici avec les trous ?

11 R. Les bâtiments étaient en face les uns des autres, cet homme entrait

12 dans le bâtiment sur la droite, et l'on voit qu'il était possible de tirer

13 depuis Mojmilo sur la zone entre les deux murs, donc il a fallu construire

14 un mur. Le bâtiment qui était du côté bosnien, depuis ce bâtiment, on

15 pouvait tirer sur ce bâtiment. Si les gens ne faisaient pas attention

16 lorsqu'ils se déplaçaient, ils risquaient d'être touchés par un tir de

17 tireur embusqué qui aurait tiré depuis ces orifices.

18 Q. Mais peut-être qu'un autre type d'arme aurait pu être utilisé. Je vous

19 prie de bien vouloir nous dire la chose suivante, je vais vous le demander

20 directement, ce bâtiment appartenait à quelle armée, celle qui était en

21 face du bâtiment où est entrée cette personne ?

22 R. Elle appartenait à l'ABiH. Ces bâtiments sont toujours là, ils ont été

23 réparés. C'est tout.

24 Q. Je vous remercie.

25 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Je souhaite que l'on verse cette

26 photographie au dossier et, bien sûr, il convient à la Chambre de décider

27 si cette photo a du poids ou non, mais à mon avis, elle en a.

28 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui. Nous versons cette pièce au

Page 8498

1 dossier.

2 M. LE GREFFIER : [interprétation] Elle porte la cote D323, Messieurs les

3 Juges.

4 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Merci. Avant de vous montrer d'autres

5 photographies qui montrent des personnes qui ont été touchées par quelque

6 chose dans la rue, je voudrais vous montrer une photographie d'un bâtiment

7 qui présente des caractéristiques semblables à celui-là, mais qui est l'un

8 des bâtiments les plus connus de Sarajevo. Il s'agit du D004228.

9 Q. Monsieur le Témoin, de quel bâtiment s'agit-il ? Est-ce que ce bâtiment

10 porte un nom ?

11 R. Il s'agit d'un bâtiment de Sarajevo sur la rive droite de la Miljacka,

12 de l'autre côté de Grbavica. C'est le bâtiment de la faculté des

13 mathématiques et des sciences naturelles. Il n'y avait pas de fenêtres sur

14 le côté. Pendant la guerre, tous ceux qui passaient du côté de Grbavica,

15 moi-même y compris, avions peur des trous qui avaient été pratiqués dans ce

16 bâtiment, qui surgissaient dans la nuit. Le lendemain, on passait et il y

17 avait des tirs de snipers dans tout Grbavica. Il fallait comprendre d'où

18 tiraient les tireurs embusqués de manière à pouvoir construire ou ériger un

19 écran, un mur, parce que c'était la seule solution pour se protéger des

20 tirs de tireurs embusqués venant de ce bâtiment.

21 Un grand nombre de personnes sont tombées ici, et en particulier tant

22 qu'on ne savait pas d'où tiraient les tireurs embusqués sur Grbavica.

23 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, on dit que c'est le

24 côté qui fait face à la Miljacka et non pas à la Bosna, comme le dit le

25 compte rendu.

26 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Merci de cette précision.

27 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

28 Q. Ces points que l'on voit autour de ces trous et de ces orifices, à quoi

Page 8499

1 correspondent-ils ? Est-ce que vous savez ce qui se passait lorsque l'on

2 tirait depuis ces endroits-là ? Mais avant de dire ça, est-ce que vous

3 pouvez nous dire quand cette photo a été prise ?

4 R. Elle a été prise en septembre 1994, je crois. Même s'il y avait

5 quelques trous dans ce bâtiment qui dataient depuis plus longtemps, il y

6 avait toujours de nouveaux orifices qui apparaissaient, et le trou du

7 milieu, c'est là où se trouvait la cage d'escalier. C'était le premier

8 orifice qui avait été pratiqué. Ensuite, ils tiraient depuis Grbavica, du

9 côté serbe. On peut voir un grand nombre de petits impacts, parce qu'ils

10 essayaient de neutraliser les tirs qui arrivaient depuis cet orifice. Donc,

11 il n'y avait pas d'autre solution que celle d'ériger des écrans, des murs

12 pour empêcher d'être vu. Il n'y avait pas d'autre solution pour se protéger

13 des tireurs embusqués. Il convient de noter que lorsque nous avions protégé

14 une zone, lorsque nous savions qu'il y avait un trou depuis lequel les

15 snipers tiraient, ils creusaient un nouvel orifice ailleurs, de manière à

16 pouvoir toucher une autre zone, laquelle devait à son tour être à nouveau

17 protégée au moyen de nouveaux écrans faits de matériaux divers et variés.

18 J'étais tout à fait terrifié par ce bâtiment, parce que je n'étais

19 pas en contact avec ces gens tous les jours, et je pensais que peut-être un

20 nouvel orifice allait être creusé pour contrôler une nouvelle zone dont je

21 n'avais pas connaissance, et qu'il aurait fallu que je doive courir pour me

22 protéger. J'avais peur d'être vu.

23 Q. Merci.

24 M. LE JUGE MINDUA : Dans le transcript, page 14, ligne 13, il est dit que

25 les tirs venaient de Grbavica, "from the Serb side", à partir du côté

26 serbe. C'est bien ce que le témoin voulait dire ? Page 14, ligne 13.

27 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Ces petits trous sont des impacts de fusil

28 qui ont été tirés pour neutraliser ce trou, parce qu'en fait, les tirs

Page 8500

1 venaient du côté serbe, c'est bien ce qu'a dit le témoin. Les tirs visaient

2 ce trou qui était apparu de manière à neutraliser ces tirs, ensuite des

3 nouveaux trous étaient pratiqués.

4 M. LE JUGE MINDUA : Mais ce "building" lui-même, il était du côté, dans la

5 partie contrôlée par la RSK ou dans la partie contrôlée par l'ABiH ?

6 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

7 Q. C'était en face de Miljacka, mais sur quel territoire se situait ce

8 bâtiment, pouvez-vous répondre ?

9 R. Ce bâtiment se trouvait du côté bosnien. Il était à droite de la

10 rivière Miljacka, sur la rive droite. A gauche, il y avait Grbavica, la

11 zone contrôlée par les Serbes.

12 Q. Pourriez-vous nous dire une fois de plus quel était le nom de ce

13 bâtiment ? De quel bâtiment s'agissait-il ?

14 R. Il s'agit du bâtiment de la faculté de mathématiques et des sciences

15 naturelles de Sarajevo. Je crois que c'était rue Vojvoda Putnika. Je ne me

16 souviens plus du numéro de la -- le nom de la rue aujourd'hui -- mais le

17 numéro -- c'était Vojvoda Putnika.

18 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Avez-vous vu les tirs qui ont eu

19 lieu au moment où vous y étiez et qui ont donné lieu à ces trous dans le

20 bâtiment ?

21 LE TÉMOIN : [interprétation] Ces trous dans le bâtiment ont été creusés

22 depuis l'intérieur du bâtiment. On voit qu'ils ont appuyé, poussé sur la

23 brique du bâtiment, ensuite, ils ont tiré sur les positions serbes, aussi

24 bien des soldats et des civils, à partir de ces trous.

25 Le premier trou lorsqu'il est apparu, du côté serbe ils ont été

26 tentés de le neutraliser en tirant avec des fusils. Donc on voit ici que la

27 façade a subi des dégâts, qu'elle est criblée de balles.

28 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Mais est-ce qu'il y a des orifices

Page 8501

1 ou des trous qui montrent que les tirs du côté serbe sont des tirs du côté

2 serbe qui ont touché le bâtiment, n'avez-vous pas d'élément pour le prouver

3 ?

4 LE TÉMOIN : [interprétation] C'est évident, ici, que l'ouverture a été

5 réalisée depuis l'intérieur. Les seuls trous faits du côté serbe, ce sont

6 les petits points qui criblent la façade, qui sont le fruit de tirs de

7 fusil.

8 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Est-ce que vous pouvez nous dire

9 exactement quand vous avez pris ces photographies, et si possible, combien

10 de temps après, A, les trous ont été faits, et qui auraient permis à l'ABiH

11 de tirer par ces trous, ou de combien de temps après ces trous ont été

12 réalisés suite à des tirs de la SRK ?

13 LE TÉMOIN : [interprétation] Cette photographie a été réalisée vers la fin

14 de la guerre. C'est là que j'ai photographié le bâtiment. Mais j'ai

15 photographié ce bâtiment aussi plus tôt. Ce trou au milieu du bâtiment est

16 apparu, je crois, dans l'été 1993. A partir du moment où il n'y avait plus

17 de brouillard, l'hiver était fini, on voyait ces trous proliférer. Je crois

18 que ces ouvertures ont été pratiquées vers mai 1995. Mais j'ai aussi des

19 photographies qui montrent uniquement deux ou trois ouvertures. Au fur et à

20 mesure que je voyais ces trous apparaître depuis l'intérieur, je faisais

21 des photos.

22 On voit que la photographie est un petit peu inversée parce que je

23 l'ai prise très rapidement, parce que je me dépêchais, alors c'est pour

24 cela que c'est un petit peu penché. Je ne voulais pas rester dans la zone

25 trop longtemps.

26 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, le compte rendu n'est

27 pas fidèle à ce qui a été dit.

28 [La Chambre de première instance se concerte]

Page 8502

1 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, Maître Tapuskovic. Poursuivez.

2 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, en réponse à votre

3 question, à la fin, il a dit : "Vous voyez, la photo est un petit peu

4 penchée. J'ai dû me protéger parce que j'avais peur qu'on me tire dessus,"

5 et c'est une partie qui ne figure pas dans le compte rendu d'audience. Je

6 pense ce que ce sont des points importants et qu'il convient qu'ils soient

7 bien consignés au procès-verbal. Je ne suis pas l'anglais assez bien, mais

8 c'est vraiment ce qu'a dit le témoin, et cela ne figure pas au compte rendu

9 d'audience.

10 Est-ce que je peux demander au témoin la chose suivante ?

11 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, je vous ai compris. C'est vrai

12 qu'il aurait fallu que cela figure au procès-verbal. Poursuivons, je vous

13 prie.

14 M. LE JUGE MINDUA : [chevauchement] -- figure dans le procès-verbal. Mais

15 vraiment, la phrase est difficile à lire. Page 17, lignes 5 et 6.

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, et il est dit : "Vous voyez que

17 la photo est un petit peu penchée, puisque je l'ai prise en me dépêchant,

18 puisque j'essayais de ne pas traîner dans la zone, d'y rester trop

19 longtemps." Ensuite, je pense que ce qui ne figurait pas c'est : "Il

20 fallait que je me protège, que je m'abrite parce que j'avais peur que l'on

21 me tire dessus." C'est la partie qui ne figure pas au compte rendu

22 d'audience.

23 Poursuivons, je vous prie.

24 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

25 Q. Est-ce que vous pouvez dire à la Chambre quel est le bâtiment qui se

26 trouve derrière ce bâtiment très haut, bâtiment de plusieurs étages ?

27 R. Il s'agit de Tito Brg [phon], bâtiment qui a été abandonné, et l'armée

28 populaire de Yougoslavie avait abandonné le bâtiment en 1992. Je sais qu'il

Page 8503

1 a été rénové depuis, dans une certaine mesure. Quoi qu'il en soit, il

2 s'agissait de l'ancienne caserne du maréchal Tito.

3 Q. Merci. Pouvez-vous nous dire si c'est là où passait la ligne des

4 tramways, n'est-ce pas, quelque part dans la région ?

5 R. Du côté opposé, en face de ce bâtiment, un peu plus loin, c'est là que

6 passait le tramway. C'est là qu'il y a la ligne de tramway. Je crois que

7 c'est l'arrêt entre Pofalici et le musée. Il y a un arrêt de tramway à cet

8 endroit-là.

9 Q. Je ne voudrais pas corriger le compte rendu, mais je voudrais vous

10 demander, vous avez dit à quoi ressemblait ce bâtiment qui était en face ?

11 R. Je sais quand le bâtiment a été construit. Sur le côté, il y avait des

12 fenêtres, et sur le côté que nous voyons, il y a une façade identique du

13 côté opposé. C'est cela l'architecture du bâtiment.

14 Q. Vous n'avez pas pu prendre de photographies de cet autre côté du

15 bâtiment ?

16 R. Non, ce n'était pas du tout possible. Il aurait fallu que je traverse

17 et prenne une photographie du bâtiment en étant sur les voies du tramway

18 pour obtenir exactement la photographie que j'ai réalisée.

19 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, est-ce que l'on peut

20 admettre cette pièce au dossier, je vous prie.

21 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

22 M. LE GREFFIER : [interprétation] Elle porte la cote D324.

23 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Pouvons-nous maintenant nous reporter à la

24 page 91, le DD003335. Page 91.

25 Q. Monsieur le Témoin, voulez-vous bien regarder la photo 131 -- ou plutôt

26 181. Il y a un moment, vous nous avez dit que vous avez vu des civils qui

27 avaient été touchés. Est-ce que c'est une photographie qui correspond à ce

28 que vous décriviez tout à l'heure ? Que pouvez-vous nous dire au sujet de

Page 8504

1 cette photo ? L'avez-vous prise vous-même ?

2 R. Oui, c'est moi qui ai pris cette photographie. Il s'agit d'une femme qui

3 a été touchée par un tir embusqué, elle a la jambe blessée, on voit qu'elle

4 saigne. Néanmoins personne n'a osé l'approcher avant qu'une fourgonnette

5 n'arrive, parce que c'est une zone où il y avait toujours des feux de

6 snipers, et personne n'a osé s'approcher de cette dame tant qu'il n'y a pas

7 eu un véhicule qui s'approchait pour l'amener à l'hôpital. Et là une

8 fourgonnette est arrivée, et on a pu emmener la dame à l'hôpital.

9 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, est-ce que l'on peut

10 verser cette photographie au dossier ?

11 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] D'abord, nous voudrions entendre M.

12 Sachdeva.

13 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, bien sûr, je n'ai pas

14 d'objection sur le principe. Néanmoins la qualité, à mon sens, est très

15 mauvaise de cette photographie, et je ne vois pas quelle est la valeur

16 probante de cette photo, à moins qu'il y ait, bien sûr, des négatifs ou une

17 photographie couleur. Puis, peut-être si cela n'a pas été déjà dit, il

18 serait bon d'avoir la date de la photographie, savoir quand elle a été

19 prise.

20 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui. Je suis d'accord avec vous pour

21 dire que la qualité de la photo est très mauvaise et déforme pratiquement

22 l'image que l'on a de cette dame.

23 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, j'ai réussi à montrer

24 un grand nombre de photographies de bonne qualité, et je vais vous fournir

25 une photographie d'ici un jour ou deux, et si l'on peut marquer celle-ci

26 aux fins d'identification pour l'instant.

27 Q. J'ai aussi oublié de demander quand cette photo a été prise, quelle en

28 était la date, quel mois et quelle année ?

Page 8505

1 R. Cette photographie a été prise en août 1994. Je ne me souviens pas de

2 la date exacte. Je sais néanmoins que je me trouvais par là ce jour-là et

3 que j'ai vu qu'il y avait un incident, et j'ai pris la photo.

4 Dans cette zone de la ville, ce quartier-là, un grand nombre de

5 personnes ont été victimes de tirs embusqués.

6 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Est-ce que l'on peut au moins marquer

7 cette photographie aux fins d'identification ? Car j'en ai une autre un

8 petit peu du même genre pour laquelle je fournirai à Messieurs les Juges,

9 une copie d'une bonne qualité ce soir ou demain, conformément à ce que me

10 diront les membres de la Chambre.

11 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Sachdeva.

12 M. SACHDEVA : [interprétation] Juste pour savoir exactement dans quel

13 quartier de la ville cette photo a été prise, je n'ai pas bien saisi

14 l'endroit où cette photo a été prise.

15 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur le Témoin, pouvez-vous nous

16 dire où cette photographie a été prise ?

17 LE TÉMOIN : [interprétation] Cette photo a été prise au début de la rue de

18 Zagrebacka à Grbavica. Je ne sais pas exactement le numéro de la rue. Quand

19 on va à Grbavica, c'est peut-être vers le numéro 40. C'est une femme qui

20 marchait sur le trottoir et qui sans doute n'avait pas conscience du fait

21 qu'il y avait des tireurs embusqués dans cette région-là.

22 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Nous marquons cette photo aux fins

23 d'identification en attendant un meilleur cliché.

24 M. LE GREFFIER : [interprétation] Monsieur le Président, elle porte la cote

25 d'identification D325.

26 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] J'aurais une demande similaire à faire

27 concernant la prochaine photographie pour laquelle je vous donnerai une

28 meilleure copie demain. Il s'agit du document DD3335, page 1.

Page 8506

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 8507

1 Q. Monsieur le Témoin, je ne veux pas répéter toutes les questions que je

2 vous ai posées tout à l'heure pour l'autre photo. Est-ce que vous pouvez

3 nous dire ce que nous montrent ces photographies ? Qui a pris ces photos,

4 et quand ? Cette première photographie. J'aurais des questions concernant

5 les autres photographies, mais il faudrait montrer cette photographie comme

6 elle était auparavant.

7 R. C'est une photographie qui a été prise en octobre 1994. Je sais qu'il

8 pleuvait et qu'il faisait assez froid. Une femme était partie chercher de

9 l'eau, et on lui a tirée dessus depuis le bâtiment qu'on a vu tout à

10 l'heure, la faculté de mathématiques. Je crois que c'est la rue Lenjinova.

11 Elle marchait entre deux bâtiments et ne faisait pas assez attention. Peut-

12 être qu'elle n'avait pas pris connaissance du fait qu'il y avait de

13 nouveaux orifices de tireurs embusqués. Elle a été tuée. Nous ne pouvions

14 pas l'approcher. Elle est restée peut-être là pendant deux jours. Ils l'ont

15 recouverte d'un grand nylon. J'ai pris d'autres photographies qui n'étaient

16 pas de bonne qualité. Je ne sais pas pourquoi celle-là n'est pas de bonne

17 qualité.

18 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Est-ce que l'on peut admettre cette

19 photographie en tant que pièce à verser au dossier ? Est-ce que l'on peut

20 lui donner un marquage provisoire, ensuite, je vous donnerai un cliché de

21 meilleure qualité.

22 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

23 M. LE GREFFIER : [interprétation] Cette photographie porte la cote D326,

24 cote provisoire.

25 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

26 Q. Vous avez parlé de tirs, de tirs de snipers. Les bâtiments de Grbavica

27 où vous vous trouviez à ce moment-là, est-ce qu'on pouvait leur tirer

28 dessus avec d'autres armes que des fusils, ou fusils à lunette, ou fusils

Page 8508

1 de sniper, ou avec d'autres projectiles tirés par d'autres armes ?

2 R. Pratiquement pendant toute cette période, même pendant les cessez-le-

3 feu, un certain nombre de grenades envoyées par fusils artisanaux étaient

4 tirées et l'objet était de casser les vitres, faire entrer la grenade et

5 mettre le feu au bâtiment. Elles étaient tirées principalement depuis

6 Sarajevo vers Grbavica.

7 On m'a montré à quoi cela ressemblait parce qu'ils avaient réussi à

8 en obtenir et qu'elles n'avaient pas explosé.

9 Q. Merci. Est-ce qu'on peut voir une autre photographie, DD3335, page 1,

10 la photographie numéro 3.

11 Qui a pris cette photographie ?

12 R. C'est moi. Les personnes, les jeunes, c'étaient des soldats, ils me les

13 ont apportées pour me les montrer afin que je voie comment ces projectiles

14 ont été faits. Ils m'ont dit qu'il s'agissait de grenades munies de charge

15 inflammable. L'objectif essentiel, c'était d'avoir une espèce de projectile

16 qui pouvait mettre le feu.

17 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Est-ce que nous pouvons admettre cette

18 photographie au dossier, parce que je vais montrer maintenant le bâtiment à

19 partir duquel ces projectiles ont été tirés.

20 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, maintenant, j'ai une

21 objection. Le témoin nous parle d'un groupe de jeunes soldats qui lui ont

22 apporté ces armes, on ne sait pas de qui il s'agit et, franchement, le

23 témoin nous dit que ces armes viennent de l'ABiH. Je ne vois pas -- enfin,

24 il s'agit de rumeurs, et pour moi ce n'est pas très bon.

25 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Ne sera pas admis, étant donné le

26 manque de fiabilité.

27 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Bien.

28 Q. Puisque vous avez dit que ces armes étaient utilisées pour tirer dans

Page 8509

1 des appartements et y mettre le feu, je vais montrer la photo DD003335,

2 photo qui porte le numéro 63.

3 Est-ce que vous pouvez me dire, les armes qu'on a vues il y a un

4 petit moment et les dégâts que nous avons vus sur les bâtiments, est-ce que

5 les dégâts ont pu être infligés par ce genre de projectiles, ces

6 projectiles que l'on voit sur la photo ?

7 L'INTERPRÈTE : Micro, s'il vous plaît, Monsieur le Conseil.

8 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, Monsieur Sachdeva.

9 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, je crois qu'il faut

10 qu'il y ait un fondement pour que le témoin puisse répondre à cette

11 question.

12 Est-ce que le témoin connaît bien le type de projectiles qui peut

13 occasionner des trous, des cratères. Il faut qu'il ait une connaissance en

14 matière de balistique ou d'arme, et le témoin, il a dit il n'a pas fait

15 partie de l'armée, il n'a jamais voulu être militaire, n'a pas voulu, il

16 n'a jamais porté une arme. Si Me Tapuskovic essaie d'établir une base

17 concernant la connaissance du témoin, peut-être, mais pour l'instant, avant

18 de répondre à la question, au moins je crois que ce n'est pas le moment.

19 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, Maître Tapuskovic. Essayez de

20 définir les connaissances du témoin afin qu'il puisse répondre à cette

21 question.

22 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Le témoin a dit, en parlant des

23 projectiles qui entraient dans des appartements qui étaient incendiés, je

24 lui ai posé des questions à ce que ces projectiles ont provoqué encore,

25 mais il a dit que ces projectiles ont incendié des appartements. Justement,

26 ces projectiles ont incendié des appartements, et c'était le seul objectif

27 de leur lancement. Ces photographies, il les a prises, et je peux peut-être

28 jeter des fondements pour ce qui est de cette photographie.

Page 8510

1 Q. De quel côté se trouvait ce bâtiment, Monsieur le Témoin ?

2 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic, vous n'avez pas

3 suivi mon instruction. Peut-être que vous n'avez pas entendu.

4 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Oui, oui.

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous devez ériger des bases pour

6 pouvoir poser ces questions.

7 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Vous avez raison.

8 Q. Comment savez-vous tout ce que vous venez de dire ? Comment avez-vous

9 appris cela ? Je ne sais pas comment vous posez cette question. Vous avez

10 dit que ces appartements ont été incendiés, que des projectiles de cette

11 forme qu'on a vus sur la photographie ont été lancés. Comment avez-vous

12 appris tout cela ?

13 R. Les soldats m'ont invité pour me montrer cela. Ils m'ont dit de prendre

14 des photographies. Ils ont dit également qu'il s'agissait de projectiles

15 qui ont été improvisés, des projectiles incendiaires.

16 Q. Vous avez déjà dit cela. Vous avez dit que des appartements ont été

17 incendiés. Avez-vous vu cela, c'est-à-dire est-ce que vous avez vu, vous en

18 personne, de vos propres yeux, des appartements en train d'être incendiés ?

19 R. J'ai vu cela de mes propres yeux, et peut-être que plus tard nous

20 pourrions voir des photographies qui montrent des appartements en flammes.

21 Une partie de ces projectiles qu'ils lançaient n'explosait pas, et ils

22 m'ont montré ces projectiles non explosés, parce qu'en fait ces projectiles

23 n'avaient pas d'explosion, mais tout simplement les appartements ont été

24 incendiés par ces projectiles, surtout des étages supérieurs des bâtiments.

25 Même si je ne suis pas un militaire, j'ai compris le fonctionnement de ces

26 projectiles. Les soldats m'ont dit que ces projectiles ont été des

27 projectiles incendiaires, qui ont été lancés pour provoquer des incendies

28 dans des bâtiments. Ces projectiles ont été lancés à Grbavica.

Page 8511

1 Q. Merci. Est-ce que c'est le bâtiment, l'immeuble dans lequel cela s'est

2 passé ?

3 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, Monsieur Sachdeva.

4 M. SACHDEVA : [interprétation] Je m'excuse, Monsieur le Président, mais

5 j'insiste maintenant, parce que le témoin vient de dire que les soldats lui

6 avaient dit qu'il s'agissait de projectiles lancés sur ces appartements. Le

7 témoin a dit que les soldats lui avaient dit ce que c'était l'objectif de

8 lancement de ces projectiles, à savoir d'incendier ces appartements. Il ne

9 s'agit pas seulement du témoignage de ouï-dire, mais ici il s'agit du

10 témoignage pour ce qui est de l'opinion de ces soldats, et c'est le témoin

11 qui en témoigne. Je pense que c'est un témoignage qui n'est pas un

12 témoignage fiable. Je ne vois pas comment le témoin pourrait répondre de

13 façon fiable. Ce ne sont pas des questions solides.

14 [La Chambre de première instance se concerte]

15 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Cela ne sera pas versé au

16 dossier, Maître Tapuskovic. A moins que vous ayez de meilleures pièces à

17 conviction par rapport à ce témoin; sinon, arrêtez de lui poser de telles

18 questions.

19 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Est-ce que je pourrais lui demander s'il

20 avait vu cet immeuble en flammes ?

21 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Nous avons déjà rendu notre décision

22 là-dessus. Donc, vous pouvez passer à la pièce à conviction suivante.

23 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

24 Q. Nous allons parler d'autres immeubles plus tard, mais maintenant

25 j'aimerais savoir quelle était la protection contre les tirs embusqués.

26 Vous venez de dire que vous deviez établir des écrans de protection. Vous

27 deviez avoir de protection.

28 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Il s'agit maintenant du document DD004233.

Page 8512

1 Il s'agit d'une photographie de bonne qualité.

2 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic, pourquoi vous

3 avez demandé l'affichage de cette photographie, parce que nous avons déjà

4 vu cela, ces écrans de protection qui ont été utilisés des deux côtés.

5 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Je pourrais m'arrêter de poser ces

6 questions, mais il y a quelques photographies qui montrent ce que les gens

7 devaient faire pour se protéger des tirs, des balles, et j'aimerais que le

8 témoin nous dise où se trouvaient exactement ces écrans de protection, à

9 quel endroit exact, et tout cela --

10 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] C'est seulement si on peut avancer

11 dans le témoignage du témoin, et non seulement pour montrer ces écrans de

12 protection que les gens utilisaient pour se protéger, parce qu'on ne peut

13 pas avancer comme cela.

14 L'Accusation ne doute pas du fait que les Serbes devaient se protéger

15 en érigeant ces écrans de protection. Il n'y a aucun doute par rapport à

16 cela.

17 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

18 Q. Je vais poser une question directe. Vous avez montré ces immeubles,

19 deux femmes qui ont été tuées, à savoir une femme qui a été tuée et l'autre

20 qui a été blessée. Quel était le nombre approximatif de personnes qui ont

21 été tuées par balle d'arme d'infanterie ou de tireurs embusqués, et combien

22 de photographies auriez-vous pu apporter ici si je vous avais demandé de

23 faire cela ?

24 R. J'ai beaucoup de photographies dans mes archives. J'ai choisi ces

25 photographies, je vous ai montré ces photographies, vous m'avez dit que

26 c'était bien. A partir de 1992 jusqu'en 1995, j'ai pris beaucoup de

27 photographies avec beaucoup de victimes pendant cette période-là. Je sais

28 qu'en un jour à Grbavica, huit personnes ont été tuées par balles de

Page 8513

1 tireurs embusqués et encore quatre ont été blessées, et c'était en une

2 seule journée que ces gens ont été tués et blessés. Ces personnes ont été

3 transportées à l'hôpital à Kasindol. Je sais que ces personnes ont été

4 transportées dans cet hôpital.

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je ne doute pas que toutes ces

6 photographies soient appropriées en tant qu'objets pour un musée, mais la

7 valeur probante de ces photographies, Maître Tapuskovic, est mise en doute,

8 en fait.

9 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] J'essayais de prouver que beaucoup de

10 civils ont été tués. J'ai quelques photographies qui montrent dans quelles

11 conditions les gens se trouvaient. Je vous prie de m'accorder la

12 possibilité de montrer une photographie sur laquelle on peut voir ce qu'un

13 homme a dû faire pour survivre. Il travaille dans son jardin.

14 Est-ce qu'avec votre autorisation, est-ce que je pourrais montrer une

15 seule photographie, parmi toutes les photographies que j'ai préparées, sur

16 laquelle on peut voir à ce qu'un homme, dans de telles conditions, dans de

17 telles circonstances, a dû faire pour travailler dans son jardin, pour

18 cultiver son petit jardin. Ici, on insiste tout le temps sur le fait que

19 les tireurs embusqués tiraient sur les gens aux enterrements à Sarajevo,

20 que les Serbes tiraient sur les gens qui travaillaient dans leurs jardins,

21 et cetera. J'aimerais montrer quelle était la vie, à quoi ressemblait la

22 vie des gens de l'autre côté. Si le Président et les Juges considèrent cela

23 comme quelque chose qui n'est pas pertinent, je vais m'arrêter là, mais

24 j'aimerais que vous m'accordiez la possibilité de montrer la photographie

25 DD004273.

26 Je ne sais pas pourquoi cette photographie est de mauvaise qualité.

27 Pourrait-on placer la photographie sur le rétroprojecteur, parce que je

28 vois que la photographie est de bonne qualité, et je ne comprends pas

Page 8514

1 pourquoi sur l'écran la photographie apparaît comme une photographie de

2 mauvaise qualité. J'aimerais qu'on la place sur le rétroprojecteur.

3 Le témoin pourrait nous dire quand et comment il a pris cette photographie.

4 Il ne faut pas que je vous explique cela moi-même.

5 Est-ce que le témoin peut nous expliquer cela ?

6 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, expliquez-nous cela, Monsieur

7 le Témoin.

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Cette photographie a été prise au printemps

9 1995. C'était dans le quartier de Nedzarici. Je ne connais pas la rue, mais

10 j'ai remarqué un homme qui utilisait une sorte de bêche pour travailler

11 dans son jardin, mais pour pouvoir le faire il devait ériger des plaques de

12 toile pour se protéger des tireurs embusqués. Les gens se débrouillaient

13 comme ils pouvaient. Il avait une petite parcelle de terre devant sa maison

14 qu'il cultivait pour produire un peu de nourriture pour se nourrir.

15 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

16 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Est-ce que cette photographie peut être

17 versée au dossier en tant que pièce à conviction de la Défense. Est-ce

18 qu'on peut lui accorder une cote.

19 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

20 M. LE GREFFIER : [interprétation] Ça sera le D327.

21 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Est-ce que vous avez d'autres

22 questions à lui poser, Maître Tapuskovic, parce qu'il est venu le moment

23 propice à faire une pause.

24 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] J'ai une vidéo qui dure deux minutes, qui

25 a été tournée par le témoin.

26 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Nous allons faire la pause

27 maintenant.

28 --- L'audience est suspendue à 15 heures 46.

Page 8515

1 --- L'audience est reprise à 16 heures 09.

2 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] En l'absence du Juge Harhoff, le

3 Juge Mindua et moi-même allons travailler conformément à l'article 15 bis.

4 Maître Tapuskovic, vous avez la parole.

5 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Je vous remercie.

6 Q. Monsieur le Témoin, est-ce qu'on peut expliquer à la Chambre, parce que

7 l'on insiste ici sur le fait que vous ne connaissez pas les armes, n'est-ce

8 pas ? Pouvez-vous expliquer à la Chambre la chose suivante, vous occupiez

9 certaines fonctions dans une unité, pouvez-vous nous dire dans quelle unité

10 et est-ce que c'était des fonctions militaires ?

11 R. Je me trouvais dans le centre de presse au sein du commandement du

12 corps. Je n'ai pas participé aux combats, mais j'ai mon obligation

13 militaire.

14 Q. Dites-nous de quoi vous vous êtes occupé ?

15 R. Je devais aller sur place pour prendre des photographies. Je devais

16 conduire des équipes de journalistes étrangers. On m'a expliqué beaucoup de

17 chose sur place pour ce qui est des types d'armes.

18 Q. Avez-vous réussi à transmettre ces informations, ces clichés aux médias

19 qui n'avaient pas de liens avec la Republika Srpska ?

20 R. Oui, cela arrivait. Nous permettions que ces informations soient

21 transmises. Il y avait des équipes de médias qui venaient. Il y en avait

22 qui prenaient cela, il y en avait qui ne s'intéressaient pas à ces

23 informations.

24 Q. Est-ce que les journalistes des agences de presse étrangères

25 s'intéressaient à ces informations ? Est-ce que ces informations ont été

26 publiées à l'étranger ?

27 R. En suivant les informations diffusées dans les médias, souvent j'ai pu

28 remarquer que certains équipes de journalistes utilisaient ces

Page 8516

1 informations. Encore une fois, je dis qu'il y avait des équipes de

2 journalistes qui ne s'intéressaient pas du tout à ces informations. Parfois

3 il ne s'agissait pas d'informations que l'on voulait voir diffuser. Mais

4 nous mettions ces informations à la disposition de toute équipe intéressée.

5 Q. Compte tenu du fait que vous vous rendiez sur le terrain, saviez-vous

6 où se trouvaient les lignes de séparation ?

7 R. Je savais où se trouvaient les lignes de séparation. Mais souvent je

8 devais demander que quelqu'un m'amène sur la ligne de séparation, quelqu'un

9 qui connaissait mieux que moi la situation, pour ne pas m'exposer au danger

10 sur la ligne de séparation.

11 Q. Vous avez vécu à Grbavica, est-ce que vous pourriez nous dire quelle

12 était la situation à Grbavica qui prévalait à l'époque ?

13 R. Je peux vous décrire la situation à Grbavica. Lorsque je me déplaçais,

14 je devais me protéger des tireurs embusqués. Je devais demander à des gens

15 si un passage était à l'abri ou pas des tireurs embusqués. J'ai vu beaucoup

16 de victimes de tireurs embusqués. Cela se passait quotidiennement.

17 Q. Dites-moi quelle était la position géographique de Grbavica ?

18 R. C'est un quartier urbain de Sarajevo sur la rive est de la Miljacka.

19 Sur la rive droite, se trouvaient les tours contrôlées par l'ABiH. D'un

20 côté, Grbavica était menacé de Mojmilo, ou plutôt de la colline d'Asimovo

21 Brdo, et du stade du club de football Jeleznica. Ils étaient sur cette

22 colline. Nous avions peur de cette colline. Nous étions prudents.

23 Q. Est-ce qu'il y avait une autre colline ?

24 R. Nous l'appelions Debelo Brdo. En automne 1994, l'ABiH a creusé une

25 tranchée pour monter au sommet de la colline, qui se trouve au-dessus de

26 Grbavica même. Depuis le sommet de cette colline, on peut voir la route

27 entre Lukavica et Pale. En fait, une branche de cette route descendait vers

28 Grbavica. A proximité de cela se trouvait un point de contrôle de la

Page 8517

1 FORPRONU, et ils ont --

2 Q. Maintenant, je vais vous montrer la photographie DD004226.

3 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, malheureusement la

4 photographie n'est pas de très bonne qualité. Il faudrait peut-être plutôt

5 la mettre sur le rétroprojecteur. Sinon, je suis certain que mon éminent

6 confrère, Me Sachdeva, va se plaindre de cette médiocre qualité.

7 Q. Monsieur le Témoin, qui a pris cette photo ?

8 R. C'est moi qui ai pris la photo. C'était à l'automne 1994, si je ne

9 m'abuse. J'ai pris cette photo en direction de Grbavica, depuis un bâtiment

10 qui donne ce point de vue. Sur la photo, si vous voulez, je peux faire

11 quelques annotations.

12 Q. Mais tout d'abord, dites-nous exactement ce que l'on voit ?

13 R. Il s'agit de que l'on appelle Debelo Brdo.

14 Q. Où se trouvaient les positions de l'armée de la Republika Srpska ?

15 R. Mais je peux peut-être tout simplement les indiquer sur la

16 photographie.

17 Q. Allez-y.

18 R. Ce que vous voyez ici, c'est la fin ou plutôt le haut du cimetière

19 juif, et voici à peu près où se trouve la ligne.

20 En bas, on voit le quartier de Kovacici ou Donje Kovacici qui était

21 contrôlée par --

22 Q. Merci. Pouvez-vous marquer cette ligne d'un "S" ?

23 R. [Le témoin s'exécute]

24 Q. Pouvez-vous mettre un "K" aussi sur ce quartier de Kovacici ?

25 R. [Le témoin s'exécute]

26 Q. Et le cercle, qu'est-ce exactement ?

27 R. C'est la ligne de séparation avec le cimetière juif. Il s'agit de

28 l'extrémité du cimetière juif qui était pratiquement contrôlée par l'ABiH.

Page 8518

1 Q. Qui tenait la colline lorsque vous avez pris la photo ?

2 R. Vous voyez une tranchée ici qui a été creusée par les membres de

3 l'ABiH. Vous voyez que cela va jusqu'en haut de cette colline, jusqu'à cet

4 endroit où l'on a une vue parfaite de la route Lukavica-Pale ou Grbavica-

5 Pale. Ça permet de contrôler, bien sûr, cette route.

6 Q. Très bien. Pouvez-vous nous dessiner une flèche qui montrerait cette

7 direction ?

8 R. [Le témoin s'exécute]

9 Q. Et la marquer à l'aide de la lettre "M" ?

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 Q. Où se trouve Zlatiste ? S'il vous plaît, pourriez-vous nous expliquer

12 un petit peu où se trouve Zlatiste ?

13 R. On en voit une partie dans cette zone que j'entoure, ça fait partie du

14 fort de Zlatiste.

15 Q. Très bien. Pouvez-vous, s'il vous plaît, marquer ce cercle que vous

16 venez de dessiner à l'aide d'un "Z" ?

17 R. [Le témoin s'exécute]

18 Q. Y avait-il des soldats qui s'y trouvaient, et si oui, de quel camp

19 étaient-ils ?

20 R. Il n'y avait pas de soldats. C'est une ruine, c'était difficile d'accès

21 et c'était très dangereux de s'y rendre. Il y avait énormément de

22 broussailles sur la route, il y avait des arbres dans la forêt.

23 Q. Nous parlons de Zlatiste, pouvez-vous nous dessiner la ligne qui

24 indique la route ?

25 R. C'est là, derrière cette ligne de forêt.

26 Q. Très bien. Pourriez-vous repérer cette ligne d'un "O" ?

27 R. [Le témoin s'exécute]

28 Q. Ensuite, la route allait jusqu'à Pale ?

Page 8519

1 R. Oui, à gauche vers Pale, à droite vers Lukavica -- ou plutôt Grbavica.

2 A un moment, dans cet endroit que j'ai marqué d'un "M", on pouvait très

3 bien voir la route depuis cet endroit que j'ai marqué.

4 Q. Avez-vous vu l'ABiH en train de tirer de cette colline de Debelo Brdo

5 vers Zlatiste ?

6 R. Oui, à plusieurs reprises j'ai assisté à des activités en cours, si je

7 puis dire. La première fois, on m'a dit qu'ils tiraient sur Vrace, et

8 qu'une maison avait été incendiée là-bas. D'ailleurs j'ai une photo qui le

9 prouve.

10 Q. Merci. Pourriez-vous dessiner une flèche qui indiquerait la direction

11 des combats ?

12 R. Vers Grbavica et Vrace.

13 Q. Oui, et qu'en est-il de Zlatiste ? Pour ce qui est de la route à

14 Zlatiste, dans quelle direction étaient les activités de combat ?

15 R. Vous voyez cette flèche où il y a un "M", la route tournait, on voyait

16 au moins 500 mètres de route.

17 Q. Est-ce qu'on tirait sur cette ligne ?

18 R. Oui, absolument. C'était très dangereux d'emprunter cette route.

19 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, dessiner une flèche qui nous

20 indiquerait la direction des tirs ?

21 R. Pas uniquement de cette zone mais de cette autre aussi.

22 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, marquer la flèche que vous avez faite à

23 gauche d'un "L", et la flèche que vous avez faite à droite, d'un "F" ?

24 R. [Le témoin s'exécute]

25 Q. Pouvons-nous, s'il vous plaît, verser cette pièce au dossier.

26 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

27 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] La pièce recevra la cote D328.

28 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

Page 8520

1 Q. Pourriez-vous maintenant regarder la photographie DD00-4230. Vous nous

2 avez parlé de la route qui mène sur Zlatiste. La première, s'il vous plaît.

3 Mais la photo n'est pas assez bonne sur le système électronique. Il

4 vaudrait mieux placer la photo papier sur le rétroprojecteur.

5 Il y a un petit moment, vous nous avez parlé de Zlatiste. Cette photo a-t-

6 elle quelque chose à voir avec Zlatiste ?

7 R. C'est une photo prise sur la route Lukavica-Pale juste au-dessus du

8 quartier résidentiel appelé Zlatiste. On voit ici que l'écran qui avait été

9 placé à gauche de la route avait été endommagé, souvent ils lançaient des

10 grenades à l'aide de fusil à grenades sur l'écran quand ils pensaient que

11 quelqu'un était en train d'emprunter la route.

12 Q. Pourriez-vous dessiner une flèche indiquant la direction d'où venaient

13 les grenades ?

14 R. [Le témoin s'exécute]

15 Q. Y avait-il eu des blessés ?

16 Q. Je sais que le 17 juin, un homme a été tué, juste avant que la photo

17 n'ait été prise. Il y a une grenade qui a explosé contre ce mur en béton et

18 cet homme a été tué.

19 Q. Et où se dirigeait cet homme ?

20 R. Il allait vers Pale.

21 Q. Est-ce qu'il marchait comme ces deux hommes que l'on voit sur la photo

22 ?

23 R. Oui. Quand on empruntait cette route, il fallait d'abord être

24 extrêmement prudent, ne pas faire de bruit. Dès qu'ils entendaient des voix

25 humaines, ils tiraient, ils lançaient des grenades ou d'autres types de

26 projectile.

27 On n'empruntait jamais cette route à moins d'en avoir absolument

28 besoin.

Page 8521

1 Q. Pouvez-vous dessiner une ligne -- vous nous dites que la personne

2 allait vers Pale. Pourriez-vous nous montrer la direction de Pale --

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 L'INTERPRÈTE : Le témoin marque un "P" au pied de la flèche qu'il a

5 dessinée.

6 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

7 Q. Qu'est-ce qu'il y a après le virage que l'on voit sur cette route ?

8 R. Il y avait un poste d'observation de l'ABiH. Il me semble que c'est à

9 la mi-mai que le général Milosevic a été blessé justement à cet endroit.

10 Q. Très bien.

11 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Pouvons-nous, s'il vous plaît, avoir une

12 cote pour ce document ?

13 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Très bien.

14 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Ce sera la pièce D329.

15 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

16 Q. Quand cette photographie a-t-elle été prise, Témoin ? Si je vous ai

17 bien compris -- non je ne vais rien vous dire, et je vais vous laisser nous

18 répondre.

19 R. Ça a été pris le 17 juin 1995. Juste avant cette date, je crois que

20 c'est la mi-mai, le général Milosevic a été blessé, exactement à cet

21 endroit sur le poste d'observation avancé qui se trouve à cet endroit.

22 Q. Vous ne savez pas à quelle date il a été blessé ?

23 R. Non. J'ai juste entendu dire qu'il avait été blessé, mais je n'ai pas

24 les détails concernant cet incident.

25 Q. Mais vous avez aussi dit -- non, tout d'abord avons-nous une cote ?

26 M. LE GREFFIER : [interprétation] Oui, il y a bien une cote, puisque la

27 pièce a été versée au dossier. C'est la cote D329.

28 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Merci.

Page 8522

1 Q. Y a-t-il eu des tirs depuis Mojmilo sur Grbavica ?

2 R. Un quartier de Grbavica se trouvait en contrebas de Mojmilo, ou plutôt

3 juste en dessous du stade de foot de Zeleznica. C'était un quartier qui

4 était tenu par l'ABiH. Nous étions constamment exposés à des dangers en

5 provenance de cette zone appelée Sanac mais qui, en fait, fait partie de

6 Mojmilo.

7 Q. Très bien. Maintenant, j'aimerais que l'on voie la pièce DD4240. C'est

8 encore une photographie.

9 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Malheureusement, l'exemplaire que nous

10 avons à l'écran dans le système électronique n'est pas très lisible. Nous

11 allons donc placer une copie papier sur le rétroprojecteur.

12 Q. Pourriez-vous nous dire exactement ce que l'on voit ? Vous avez dit

13 qu'il y avait Sanac et Mojmilo. Que voyons-nous ici à l'écran ?

14 R. Ici, on voit une partie de Mojmilo, alors que plus en bas, c'est Sanac.

15 Q. Pourriez-vous encercler Sanac ?

16 R. [Le témoin s'exécute]

17 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, mettre un "S" avec un signe diacritique

18 au centre de ce cercle et nous dire qui tenait ce territoire ?

19 R. [Le témoin s'exécute] C'était l'ABiH qui tenait ce territoire. En

20 dessous, il y a Grbavica. On voit l'un des lampadaires du terrain de foot

21 de Zeleznica. Juste en dessous, au pied de ce lampadaire, se trouve

22 Grbavica.

23 Q. Pourriez-vous marquer cela d'un "G", comme "Georges," s'il vous plaît.

24 R. [Le témoin s'exécute]

25 Q. Qui tenait ces positions qui se trouvent en haut de cette photographie

26 ?

27 R. Tout ce qui était en hauteur était détenu par l'ABiH.

28 Q. Pourriez-vous dessiner un trait pour délimiter les territoires ?

Page 8523

1 R. [Le témoin s'exécute]

2 Q. Et le marquer d'un "B" ?

3 R. [Le témoin s'exécute]

4 Q. Est-ce de là que l'on tirait sur Grbavica ?

5 R. Oui, c'est de là que l'on tirait sur Grbavica, et aussi de cette partie

6 de la colline on tirait sur Lukavica.

7 Q. Pourriez-vous marquer cet endroit d'une flèche repérée avec un "L" ?

8 R. [Le témoin s'exécute]

9 Q. Merci. J'aimerais que l'on verse cette pièce au dossier.

10 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Très bien.

11 M. LE GREFFIER : [interprétation] Cette pièce recevra la cote P330.

12 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

13 Q. Je vais vous montrer maintenant une photographie assez similaire, la

14 DD004241. Pourriez-vous nous dire ce qu'elle représente et quand elle a été

15 prise ? Pourrions-nous voir cette photographie à l'écran, s'il vous plaît.

16 Pourriez-vous nous dire à quelle date cette photo a été prise ?

17 R. Cette photographie a été prise en 1995. On voit une partie d'Asimovo

18 Brdo, la colline d'Asim.

19 Q. Quand vous nous indiquez quelque chose, veuillez l'encercler et le

20 repérer sur la photo, s'il vous plaît.

21 R. Merci. C'est Sanac, avec la colline d'Asim, Asimovo Brdo.

22 Q. Et que voit-on en flammes ?

23 R. C'est un bâtiment de Grbavica qui a été incendié depuis les hauteurs, à

24 l'aide de ces projectiles bricolés, si je puis dire. Je suis venu sur place

25 avec des soldats, et dans l'un des appartements, j'ai vu l'une de ces

26 grenades lancées par fusil et qui avaient été bricolées. Les soldats m'en

27 ont apporté d'autres et je les ai photographiées. C'est la photographie que

28 vous avez vue.

Page 8524

1 Q. Quand est-ce que cette photo a été prise ?

2 R. Vers juin ou juillet 1995. C'est difficile d'être précis parce que j'ai

3 un grand nombre de photos représentant tout cela.

4 Q. Merci. Mais qui tenait les positions en haut de la colline, si tant est

5 que vous soyez au courant, et si vous le savez, s'il vous plaît, veuillez

6 indiquer la ligne qui marquait les positions ?

7 R. Dans toute cette ligne, il y avait des positions de l'ABiH jusqu'au

8 bout de Mojmilo, jusqu'au centre de traitement des eaux.

9 Q. Très bien. Marquez-les d'un "B", s'il vous plaît.

10 R. [Le témoin s'exécute]

11 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] J'aimerais que nous versions cette

12 photographie au dossier en tant que pièce de la Défense.

13 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Très bien.

14 M. LE GREFFIER : [interprétation] Elle recevra la cote D331.

15 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

16 Q. Vous avez pris toutes ces photos vous-même, bien sûr, avec votre propre

17 appareil photo, n'est-ce pas ?

18 R. Oui. J'ai pris toutes ces photographies moi-même, je me souviens bien

19 de les avoir prises. J'ai dû travailler en noir et blanc parce que je

20 n'avais pas de films couleur. Il était très difficile d'obtenir des

21 fournitures photographiques. Certaines équipes étrangères de journalistes

22 me donnaient un ou deux rouleaux de pellicule.

23 Q. Merci. J'aimerais maintenant vous montrer la pièce DD4224.

24 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Là encore, la photo qui est dans le

25 système électronique n'est pas de bonne qualité. Il serait préférable de

26 mettre la copie papier sur le rétroprojecteur.

27 Q. Savez-vous ce que montre cette photographie ? De quelle colline s'agit-

28 il que l'on voit au loin ?

Page 8525

1 R. C'est Hum que l'on voit avec l'antenne tout en haut.

2 Q. Très bien, mais quand vous nous repérez quelque chose sur une photo,

3 s'il vous plaît, veuillez le repérer en faisant une annotation sur la

4 photographie --

5 R. [Le témoin s'exécute]

6 L'INTERPRÈTE : Le témoin marque Hum d'un "H".

7 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

8 Q. Mais que sont tous ces trous que l'on voit là ? Pouvez-vous nous

9 dire ce que c'est ?

10 R. Il s'agit du mémorial de Vrace. C'est là que des patriotes ont été

11 fusillés pendant la Deuxième Guerre mondiale; des Juifs, des Serbes, tous

12 les patriotes ont été fusillés là. On a tiré sur ce mémorial avec un canon

13 sans recul. On voit tous les débris qui se sont écroulés.

14 Q. Mais d'où a-t-on tiré ?

15 R. On a tiré de Hum. La clinique aussi à Vrace a été visée avec ce même

16 canon sans recul. Les soldats m'ont dit que ce type de dégâts est infligé

17 par un canon sans recul.

18 Q. Très bien. Pourriez-vous nous indiquer sur la photo d'où est venu le

19 tir ?

20 R. [Le témoin s'exécute]

21 Q. Pourriez-vous l'annoter d'un "A" ?

22 R. [Le témoin s'exécute]

23 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] J'aimerais que cette pièce soit versée au

24 dossier.

25 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Elle sera versée au dossier.

26 M. LE GREFFIER : [interprétation] Elle recevra la cote D332.

27 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

28 Q. Pour ce qui est du mont Igman, avez-vous entendu parler de tirs venant

Page 8526

1 de l'ABiH ?

2 R. Ils tiraient sans cesse d'Igman. Ilidza était menacé, ainsi qu'un autre

3 quartier appelé Vojkovici. L'ABiH tenait Igman, et les positions étaient

4 très proches des lignes de confrontation, et à plusieurs reprises j'ai vu

5 les conséquences des tirs depuis Igman sur Vojkovici et Ilidza.

6 Q. Très bien. J'aimerais maintenant que l'on voie la photographie

7 DD004244. Là encore, pourrions-nous mettre plutôt la photographie papier

8 sur le rétroprojecteur ?

9 Quand vous avez parlé des conséquences des tirs depuis le mont Igman, est-

10 ce que ce que l'on voit sur la photographie aurait trait à cela ?

11 R. Oui, cette photographie est complètement liée à cela. On voit les

12 restes d'une maison. C'est une vieille maison en briques. Ici vous avez le

13 haut du mont Igman. Quand j'y ai été, on m'a dit que cette maison avait été

14 détruite et deux personnes ont trouvé la mort. C'était un "fagot" [phon].

15 Je ne sais pas quelle arme a été employée, mais cette maison a été rasée

16 juste au pied d'Igman vers Stojcevac sur du territoire détenu par l'armée

17 de la Republika Srpska.

18 Q. Pourriez-vous marquer la première ligne d'un "I", puisque vous nous

19 dites qu'il s'agit de la crête du mont Igman ?

20 R. [Le témoin s'exécute]

21 Q. Et mettez un "S" sur les débris de la maison.

22 R. [Le témoin s'exécute]

23 Q. Ensuite, la direction éventuelle d'où venait le projectile ?

24 R. Ils sont venus par le flanc et de la source de la rivière Bosna, et je

25 sais qu'un véhicule blindé transport de troupes a été atteint au carrefour

26 -- pour la Drina.

27 Q. Oui. Et cet endroit, vous dites qu'il était détenu par le Corps de

28 Sarajevo-Romanija, c'est cela ?

Page 8527

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 8528

1 R. C'est juste en contrebas du mont Igman. Cela fait partie d'Ilidza. Je

2 ne connais pas exactement le nom du village ou du quartier, mais c'est près

3 de Hrasnica, et près de ces maisons, il y avait d'autres lignes qui s'y

4 trouvaient.

5 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] J'aimerais, s'il vous plaît, que l'on

6 verse cette photographie au dossier.

7 M. LE GREFFIER : [interprétation] La photographie recevra la cote D333.

8 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

9 Q. Monsieur le Témoin, vous nous avez parlé de tirs venant de l'ABiH. A

10 quoi ressemblaient les maisons à Grbavica, à Nedzarici, à Dobrinja, et

11 cetera ?

12 R. Un grand nombre des maisons ont été détruites ou endommagées au cours

13 de ces quatre années, surtout en 1994, 1995. Il y avait toujours des

14 combats. Bien sûr, parfois il y avait des accalmies, mais on entendait sans

15 cesse dire que le camp de l'ABiH était en train de creuser des tranchées

16 dans telle ou telle direction, d'arriver à percer dans les murs qui

17 séparaient les bâtiments, et cetera.

18 Q. J'aimerais vous montrer deux photographies. L'une est importante à

19 cause de ce qui s'est passé. Nous voyons d'abord la pièce DD004272.

20 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Là encore, je vous prie de m'excuser. Nous

21 avons le même problème, je vous demande de bien vouloir montrer cette

22 photographie sur le rétroprojecteur.

23 Q. Est-ce cela dont vous parliez ? Où se trouve cet endroit ?

24 R. Il s'agit des maisons à Nedzarici. L'armée de la Republika Srpska se

25 trouvait là. Au sous-sol de ces maisons, il y avait un homme âgé qui vivait

26 là.

27 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, je vous demande de

28 bien vouloir verser cette pièce au dossier.

Page 8529

1 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

2 M. LE GREFFIER : [interprétation] Elle porte la cote D334.

3 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Sachdeva.

4 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, peut-être le témoin

5 peut nous expliquer comment il sait qu'un homme assez âgé vivait à cet

6 endroit-là ?

7 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je ne pense pas que cela soit

8 nécessaire. Poursuivons.

9 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

10 Q. Regardons un autre bâtiment qui a été mentionné plusieurs fois, et il

11 s'agit du numéro DD004255.

12 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Là encore, le même problème.

13 Q. Monsieur le Témoin, de quel bâtiment s'agit-il ?

14 R. Il s'agit du bâtiment Metalka au bord de la Miljacka, près du pont de

15 Vrbanja. C'est le nom qu'il portait à l'époque. Je sais qu'en 1992 une

16 femme a été tuée dans ce bâtiment, et ce bâtiment était très dangereux

17 lorsque l'on s'en approchait, en particulier les entrées. Je pense qu'en

18 1994 et 1995, personne n'y vivait. Personne n'aurait pu s'approcher de ce

19 côté-là. A droite ici, il y avait un "check-point" des Nations Unies juste

20 à côté du bâtiment.

21 Q. De quel période parlez vous ?

22 R. En 1994, 1995. Cette photographie, je l'ai prise en fait en 1995.

23 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Tapuskovic, pourquoi est-ce

24 que cette photographie est intéressante dans notre affaire ?

25 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

26 Q. Que voyez-vous sur cette photographie, de quoi s'agit-il ?

27 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Tapuskovic.

28 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Le témoin nous a dit qu'en 1994, 1995 --

Page 8530

1 cela montre, tout d'abord, que les tirs étaient incessants et que

2 l'artillerie de l'ABiH tirait sur ce bâtiment. Il s'agit du bâtiment de

3 Metalka, et le témoin nous dit qu'à l'époque, il n'y avait personne dans ce

4 bâtiment, car personne n'aurait pu y vivre tout d'abord, en second lieu, à

5 côté, il y avait des "check- points" de la FORPRONU en 1994, 1995 et des

6 casemates. Tout d'abord, le témoin nous a dit cela. Tout cela s'inscrit

7 dans le cadre de combats incessants. Ce bâtiment était toujours sous le feu

8 nourri d'armes ainsi que d'autres bâtiments. Je peux vous montrer des

9 centaines de photographies qui le montrent. Je ne vous en ai montré que

10 quelques-unes uniquement et c'est important dans le cadre de cette affaire.

11 Je pourrais d'ailleurs vous montrer peut-être jusqu'à mille photos.

12 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, mais pour quoi faire ? C'est

13 cela la question.

14 Maître Sachdeva.

15 M. SACHDEVA : [interprétation] Tout d'abord, je ne vois pas comment une

16 photographie prise un jour donné montre que les tirs étaient nourris et que

17 ce bâtiment était constamment ciblé. Cette photographie ne le démontre pas

18 à mon sens. Le fait que l'avocat de la Défense le dise est incorrect pour

19 moi.

20 Une fois de plus, je ne vois pas quelle est la pertinence de cette

21 photographie dans l'affaire et dans les charges qui pèsent à l'encontre de

22 l'accusé. Donc, en ce qui me concerne, j'ai une objection à ce que cette

23 pièce soit versée au dossier.

24 [La Chambre de première instance se concerte]

25 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Sachdeva, nous avons un

26 certain nombre d'éléments dans cette affaire qui nous montrent que le

27 Metalka était important. Car on a tiré depuis ce bâtiment, on lui a tiré

28 dessus. Nous versons cette pièce au dossier.

Page 8531

1 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agit de la pièce D335.

2 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous avez épuisé le temps que vous

3 était imparti, Maître Tapuskovic. Le Greffier vient de m'en informer.

4 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Je vais essayer d'en terminer le plus

5 rapidement possible. Il est vrai qu'au départ, on a attiré notre attention

6 sur la pertinence de certains documents au témoin. Mais, la présentation

7 des photographies au témoin prend un certain temps. Est-ce que vous

8 m'accordez un temps supplémentaire ? J'aurai terminé très bientôt. J'ai une

9 vidéo de deux minutes que je voudrais montrer au témoin et je vais essayer

10 de passer tout cela très rapidement en revue.

11 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Allez-y mais rapidement, je vous

12 prie.

13 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

14 Q. Monsieur le Témoin, je dois revenir à d'autres questions dont nous

15 avons parlées, les photographies, et ce qu'elles montrent. Vous nous dites

16 que vous saviez que Dragomir Milosevic avait pris son rôle de commandant au

17 cours du mois d'août. Quelle était la situation dans les premiers jours de

18 son commandant, et avez-vous jamais rencontré le général Milosevic lorsque

19 vous travailliez au bureau de presse ?

20 R. Je le voyais souvent au bâtiment de presse lorsque je sortais ou

21 lorsque je revenais à ce bâtiment. A ce moment-là, il y avait un genre de

22 cessez-le-feu qui était en vigueur. Il y avait peu de tirs. J'ai répété que

23 le côté bosnien était en train de creuser des tranchées et avancer vers nos

24 forces, même vers la FORPRONU, et je pense que tout cela a été largement

25 documenté. Je me souviens que puisqu'il y avait un cessez-le-feu en

26 vigueur, et j'ai même été un peu désoeuvré pendant un certain temps,

27 j'avais un certain nombre d'affaires familiales dont je devais m'occuper.

28 Q. Avez-vous eu une mission au mois d'octobre ?

Page 8532

1 R. Oui, ma mission était d'aller à Cakle. Même le contingent français de

2 l'ONU m'a conduit à Cakle qui se trouve au-delà d'Igman et de Treskavica.

3 On m'a demandé d'y aller parce qu'il y avait eu un incident qui s'y était

4 produit. Je sais que c'était une zone protégée, qu'elle avait été

5 démilitarisée et il ne devait pas y avoir des activités de combat à cet

6 endroit-là. Il y avait le quartier général des corps médicaux, et la

7 logistique d'un bataillon de la 2e Brigade de Sarajevo.

8 Q. Que s'est-il produit dans la zone démilitarisée ?

9 R. C'est quelque chose qui a été un grand choc pour nous tous. Bien sûr,

10 il devait y avoir un cessez-le-feu, les soldats français étaient surpris,

11 ils avaient mis en place une équipe pour faire une enquête et prendre des

12 photographies. En fait, on a eu du mal à croire qu'un groupe de saboteurs

13 aurait pu lancer une attaque contre le quartier général.

14 J'ai pris des photographies. Il y avait 12 personnes qui ont trouvé

15 la mort. Je sais que Bjelica, une infirmière avait été tuée. Je me souviens

16 d'elle particulièrement parce que son frère avait été tué pendant la guerre

17 et son père est venu là un petit peu plus tard. Il s'agit là d'un certain

18 nombre d'incidents.

19 Les Français sont venus avec nous, ils nous ont conduits là-bas et

20 ont fait une enquête sur site qui montre qu'ils prenaient les choses très

21 au sérieux.

22 Q. Merci. Je pourrais aussi vous laisser voir une photographie de la

23 FORPRONU, mais je voudrais vous montrer le DD004261 tout d'abord.

24 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Je pense qu'il vaut mieux que l'on mette

25 cette photo sur le rétroprojecteur pour qu'on la voie mieux.

26 Q. Est-ce que ce sont là les corps des soldats qui ont été tués dans la

27 zone démilitarisée ?

28 R. Oui. Cette photo a été prise sur la scène. Rien n'avait été bougé pour

Page 8533

1 que les enquêteurs français puissent voir ces lieux. Il s'agit d'une partie

2 du complexe, et donc là où il y a la forêt, où l'attaque avait été lancée,

3 il y avait un certain nombre de corps, et ici, à peu près, on voit les

4 corps de personnes qui avaient essayé de fuir la zone, et parmi eux, on

5 voit l'infirmière qui a été tuée.

6 Q. Merci.

7 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Je demande que cette photographie soit

8 placée dans le dossier.

9 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Sachdeva.

10 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, une objection

11 concernant la pertinence de cette photographie. Cette photographie nous

12 montre des soldats décédés, et il y a des soldats qui meurent et qui sont

13 tués pendant les guerres, et je ne vois pas comment admettre cette pièce

14 dans le dossier pourrait faire avancer notre affaire.

15 [La Chambre de première instance se concerte]

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Tapuskovic, pouvez-vous

17 nous dire quelle est la pertinence de cette photo ? Vous avez entendu

18 l'objection de l'Accusation.

19 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Il s'agit d'un moment très important

20 pendant le conflit. Des témoins très importants de l'Accusation ont

21 témoigné à ce sujet. Entre un Témoin protégé, W-46, pour ne citer que lui.

22 Plusieurs témoins ont parlé de cet événement dans la zone démilitarisée, et

23 comment cela a eu une incidence sur l'ensemble de la situation et sur les

24 parties belligérantes. Il s'agit d'un événement très important qui s'est

25 produit dans la zone démilitarisée, et qui a été violée à ce moment-là, et

26 qui a suscité la perte d'un grand nombre de vies, y compris celles

27 d'infirmières. Une colonne avait été attaquée qui comprenait des

28 infirmières.

Page 8534

1 Il s'agit d'un événement important qui concerne plusieurs autres

2 choses, et parmi certains témoins, le W-46 a déposé à ce sujet, et cette

3 photographie est, entre autres, une confirmation du témoignage.

4 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Sachdeva.

5 M. SACHDEVA : [interprétation] Je ne suis pas sûr à 100 %, en fait, je le

6 suis dans une large mesure, ces éléments que mon éminent confrère évoque

7 sont sortis pendant le contre-interrogatoire, et ce n'était pas pendant

8 l'interrogatoire principal. De surcroît, cette photographie est une

9 photographie de soldats, qui montre des soldats, et non pas des

10 infirmières. Donc je persiste à penser que je ne vois pas comment cela

11 pourrait aider la Chambre.

12 [La Chambre de première instance se concerte]

13 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Cette pièce est versée au dossier.

14 M. LE GREFFIER : [interprétation] Elle porte la cote D336.

15 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Puisque mon éminent collègue, Maître

16 Sachdeva, a dit qu'il n'y avait pas d'infirmière sur la photographie, je

17 voudrais que l'on montre la photo DD004262, qui est une photographie qui

18 nous montre cette jeune femme qui a été tuée lors de cet incident.

19 Q. S'agit-il de l'infirmière en question ?

20 R. Oui. Il s'agit de l'infirmière. Je sais que son nom de famille, c'est

21 Bjelica. On l'a trouvée un petit peu en contrebas, un petit peu plus loin

22 par rapport aux soldats. Elle a été tuée pendant qu'elle essayait de se

23 sauver.

24 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Est-ce que cette pièce pourrait être

25 admise en tant que pièce de la Défense ? C'est une photo qui montre qu'une

26 infirmière a été tuée lors d'une action qui a été menée contre la zone

27 démilitarisée.

28 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

Page 8535

1 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agit du D337, Messieurs les Juges.

2 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Alors, j'en arrive à la conclusion de mes

3 questions.

4 Q. Monsieur le Témoin, vous nous dites que vous saviez que vers le milieu

5 du mois de juin 1995, le général Milosevic a été blessé.

6 R. Oui. Je sais qu'il a été blessé alors qu'il était à un poste

7 d'observation. Je n'ai pas vu ou rencontré le général à ce moment-là.

8 Q. Savez-vous quand il est parti en congé maladie ?

9 R. Je pense que c'est pendant le mois d'août 1995.

10 Q. Comment est-ce que vous pouvez nous dire cela ?

11 R. Je sais, je les ai entendus parler du fait que le général devait

12 prendre des jours de congé à cause de maladie, et il n'était pas là pendant

13 cette période.

14 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, j'ai une demande à

15 formuler. Lorsque le chauffeur a déposé, nous n'avions pas à l'époque la

16 traduction du dossier médical de l'hôpital où le général Dragomir Milosevic

17 avait été soigné. Ce témoin a confirmé qu'il avait été blessé et qu'il est

18 parti pendant un moment. Donc, ce document médical, qui n'avait pas été

19 traduit et qui montre qu'il avait été absent pendant un certain temps, ce

20 qui a été confirmé par d'autres témoins, il était loin des positions

21 puisqu'il était à l'hôpital. J'aimerais que ce document médical soit versé

22 au dossier. Il s'agit du DD00 -- pardon --

23 L'INTERPRÈTE : L'interprète n'a pas bien saisi le chiffre et pense que

24 c'est le 1089.

25 M. LE JUGE MINDUA : De quel document s'agit-il ?

26 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je ne sais pas si le témoin va nous

27 parler de ce document médical en question et va parler des informations

28 contenues dans ce document médical. Vous pouvez essayer. Voyons si le

Page 8536

1 témoin connaît quoi que ce soit au sujet de ce document.

2 Maître Sachdeva.

3 M. SACHDEVA : [interprétation] Bien, j'attendrai pour m'exprimer, Monsieur

4 le Président.

5 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, le témoin ici présent

6 nous a confirmé, et d'autres témoins, plusieurs témoins ont été interrogés

7 à ce sujet, y compris son chauffeur qui l'a emmené à l'hôpital au début du

8 mois d'août. Il est revenu, ainsi que d'autres témoins l'ont affirmé, au

9 début du mois de septembre. A ce moment où le témoin était interrogé, la

10 documentation médicale n'avait pas encore été traduite. C'est quelque chose

11 que vous-même avez observé.

12 Dans l'intervalle, le service a traduit ce document. Le témoin ici

13 présent sait que le général a été absent pendant le mois d'août et qu'il

14 était parti se faire soigner. Ce dossier médical -- ou plutôt, nous aurons

15 un témoin expert médical qui viendra déposer à ce sujet. Il s'agit de la

16 lettre qui montre qu'il était à l'hôpital entre le 9 août jusqu'au 1er

17 septembre, et qu'ensuite, il était en congé maladie chez lui.

18 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Pour l'admettre, il faut que vous

19 posiez des questions au témoin au sujet du document. Vous ne l'avez pas

20 encore fait. Il faut que l'on ait connaissance de la teneur de ce document.

21 Vous n'avez pas encore posé une seule question au témoin à ce sujet.

22 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] C'est exact. Je me suis un petit peu

23 laisser emporter. J'ai commencé par la fin plutôt que par le commencement,

24 mais au moins il s'agit du DD003189. A la page 3.

25 Q. Pendant que nous attendons que le document apparaisse à l'écran, vous

26 nous dites, Monsieur le Témoin, que vous le voyiez lorsque vous travailliez

27 au service de presse. Où vous trouviez-vous exactement dans le bâtiment par

28 rapport à se trouvait l'accusé ?

Page 8537

1 R. Le service de presse se trouvait au rez-de-chaussée du bâtiment, juste

2 à côté de l'entrée, et à l'étage se trouvaient les bureaux du général

3 Milosevic. Si je me trouvais au bureau du service de presse, et son

4 escorte, les personnes qui étaient avec lui venaient me voir, et nous nous

5 entretenions. Je sais qu'il m'avait dit que le général Milosevic devait

6 aller se faire soigner, qu'il serait absent parce qu'il avait des problèmes

7 de santé. Je pense que c'était là pendant le mois d'août 1995, au début du

8 mois d'août.

9 Q. Voici le document en question. Est-ce que l'on peut montrer la lettre

10 qui se trouve à la page 3, la lettre de sortie de l'hôpital ? Ou plutôt, la

11 page 5, 5 dans la version B/C/S. Prenez la page qui précède celle-ci, s'il

12 vous plaît.

13 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Sachdeva.

14 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, maintenant, avec

15 votre permission, je ne vois pas comment, particulièrement après ce que M.

16 Tapuskovic vient de dire, qu'il avait commencé par la fin et non pas au

17 commencement, et maintenant il demande au témoin, il pose au témoin des

18 questions qui, à mon sens, ont déjà été entendues dans le prétoire.

19 De plus, le témoin, si on regarde les éléments jusqu'à présent, même

20 le témoin a donné des dates contradictoires concernant la date où le

21 général Milosevic a été blessé, qui ressortiront pendant le contre-

22 interrogatoire, ou peut-être on n'a même pas besoin de le faire, mais

23 puisqu'on en parle, concernant ce document présenté au témoin, je ne vois

24 pas comment le document peut donner des réponses fiables à ce sujet.

25 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Poursuivez. Nous statuerons sur la

26 question de l'admissibilité de ce document, si vous demandez que cette

27 pièce soit versée au dossier à l'issue de la présentation de la réponse du

28 témoin.

Page 8538

1 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, est-ce que l'on peut

2 voir maintenant cette vidéo de deux minutes qui a trait à tout ce que le

3 témoin nous a dit jusqu'à présent ? C'est vraiment une vidéo qui fait pas

4 plus que deux minutes, ensuite vous verrez si cela est pertinent ou pas par

5 rapport à ce que le témoin a déjà dit. La Cour appréciera.

6 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Vous avez dit que ça ne dure pas

7 plus de deux minutes. Voyons cela.

8 [Diffusion de la cassette vidéo]

9 M. TAPUSKOVIC : [interprétation]

10 Q. Monsieur le Témoin, qui a réalisé ce film ? Qui a filmé ce document ?

11 R. C'est moi qui ai fait ce film dans le courant du mois de mai -- ou

12 plutôt, pendant le printemps, un jour de pluie en 1995. Je me trouvais à

13 Pale, et je suis parti depuis Pale avec une équipe, et j'ai fait la vidéo

14 pendant le voyage. Il s'agit de la route qui va de Pale à Grbavica. Dans

15 certains endroits l'on peut voir ces rideaux de protection qui sont faits

16 de carton de manière à pouvoir être protégé de tir de snipers et autres.

17 Lorsque l'on va de Grbavica à Vrace, l'on voit encore ce type de

18 protection, d'écrans de protection, pour éviter que les personnes ne soient

19 vues et aussi pour être en sécurité. Lorsque l'on va à Grbavica vers la

20 ville, vous avez vu tous ces rideaux qui pendaient et qui se trouvaient là,

21 parce que sans cela simplement vous ne pouviez même pas passer.

22 Q. Comment s'appelle cette rue, cette rue qui mène vers Grbavica ?

23 R. Ça s'appelait Zagrebacka. Ensuite, il y a la rue Rave Jankovica. Mais

24 ce qu'on a vu sur la vidéo, c'était la route de Pale à Grabovica.

25 Q. Partant de cette rue, dites-nous à quelle distance se trouvaient les

26 positions de l'ABiH ? Je pense à Mojmilo et à Debelo Brdo.

27 R. Je ne peux pas vous répondre avec précision. Pour ce qui est de Debelo

28 Brdo, ce n'était pas très éloigné. C'était peut-être 1 000 mètres à vol

Page 8539

1 d'oiseau, peut-être moins. De l'autre côté, des tours, du côté de la

2 Miljacka, des tours, on avait une vue dégagée sur les rues.

3 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, j'aimerais que

4 cette vidéo qui reflète fidèlement les propos du témoin quand il a parlé

5 des écrans de protection qui servaient à protéger des véhicules et des gens

6 -- il s'agit de la rue dont tous les témoins ont parlé. C'est la rue dans

7 laquelle il y avait le plus de victimes. Plusieurs témoins en ont parlé,

8 plusieurs témoins de la Défense --

9 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui. Cela sera versé au dossier.

10 M. LE GREFFIER : [interprétation] Cela recevra la cote D338, Monsieur le

11 Président.

12 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Il y avait un document je n'ai pas demandé

13 son versement au dossier parce que sur ce document figurent le nom et le

14 prénom du témoin, et notre numéro -- enfin, le numéro de cette pièce,

15 numéro de la Défense, était DD003984, et c'était sous pli scellé. Cette

16 pièce à conviction n'a pas été admise.

17 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, ce document sera admis.

18 M. LE GREFFIER : [interprétation] En tant que D339, sous pli scellé.

19 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Merci.

20 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Sachdeva, avez-vous des

21 questions à poser dans le contre-interrogatoire ?

22 M. SACHDEVA : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

23 Contre-interrogatoire par M. Sachdeva :

24 Q. [interprétation] Bonjour, le Témoin T-41. Je m'appelle Manoj Sachdeva.

25 Je suis conseil pour l'Accusation. Je vais vous poser quelques questions.

26 M. SACHDEVA : [interprétation] Je pris Mme l'Huissière de baisser le

27 rétroprojecteur.

28 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, Maître Tapuskovic.

Page 8540

1 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je m'excuse, mais

2 vous avez dit que vous alliez rendre une décision pour ce qui est de ce

3 dossier médical jusqu'à la fin de l'audience d'aujourd'hui.

4 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] A la fin du témoignage du témoin,

5 c'est-à-dire après le contre-interrogatoire et peut-être après les

6 questions supplémentaires.

7 M. SACHDEVA : [interprétation]

8 Q. Monsieur le Témoin, revenons à la vidéo que nous venons de voir.

9 Pendant qu'on regardait la vidéo, nous avons pu entendre une conversation

10 menée à bord du véhicule, n'est-ce pas ?

11 R. Oui. A bord du véhicule, une conversation était menée avec des

12 journalistes étrangers, ou au moins je le pense. Un jeune homme était leur

13 interprète. Il leur expliquait quelle route emprunter. Je ne parle pas

14 anglais. Il leur expliquait quelque chose, mais après on a pu voir dans la

15 vidéo que j'ai expliqué où menait la route.

16 Q. Plus tard, vous avez dit que vous avez vu la vidéo, mais pour être plus

17 précis, est-ce que vous pouvez nous dire si vous étiez à bord du véhicule

18 au moment où vous avez filmé cela ?

19 R. Oui, j'étais derrière le chauffeur. Je sais qu'il pleuvait. C'était au

20 printemps.

21 Q. Lorsque vous dites que c'était au printemps, est-ce que vous pensez au

22 printemps 1995 ? Pouvez-vous vous souvenir si cela s'est passé en avril ou

23 en mai 1995 ?

24 R. C'était en mai, fin mai 1995. Je n'ai pas pensé à retenir la date

25 exacte. Donc, je leur ai demandé de monter à bord du véhicule pour aller à

26 Lukavica. Je pense que c'était à la fin du mois de mai 1995.

27 Q. Lorsque vous dites que c'était à la fin du mois de mai, c'était en été

28 1995 ?

Page 8541

1 R. Je sais qu'à Sarajevo, c'est au mois de mai que les arbres commencent à

2 avoir des feuilles.

3 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, Maître Tapuskovic.

4 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Je ne comprends pas cela. Comment peut-on

5 dire qu'au mois de mai on est en été ? Je ne comprends pas cette question.

6 M. SACHDEVA : [interprétation] Je vais continuer. Ce n'est pas très

7 important.

8 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, continuez.

9 M. SACHDEVA : [interprétation]

10 Q. Monsieur, ce trajet, vous avez dit que vous êtes allé de Pale à

11 Grbavica à bord de ce véhicule, n'est-ce pas ?

12 R. Oui.

13 Q. Est-ce que ces journalistes qui étaient à bord du véhicule, est-ce

14 qu'ils étaient avec vous pendant tout le trajet de Pale à Grbavica ?

15 R. Je ne sais pas comment s'appelle cet endroit. C'est à cet endroit-là

16 que je suis monté à bord de leur voiture, et c'est comme ça que je suis

17 arrivé à Grbavica. Je pense que pendant tout le trajet ma caméra

18 fonctionnait.

19 Q. Cette vidéo que nous avons vue et qui dure à peu près deux minutes,

20 vous seriez d'accord avec moi pour dire que dans cette vidéo on ne peut pas

21 entendre le bruit de balles qui sifflent ou d'obus, n'est-ce pas, ou de tir

22 ?

23 R. Je ne me souviens pas d'avoir entendu cela, mais je sais que cette

24 route est dangereuse et qu'on s'exposait au danger. Il fallait conduire un

25 peu vite sur cette route. S'ils nous avaient vus, ils auraient tiré sur

26 nous, certainement.

27 Q. Dans cette vidéo, on peut se mettre d'accord pour dire que dans cette

28 vidéo on peut voir que vous conduisiez tranquillement ?

Page 8542

1 R. Peut-être que pour ceux qui étaient dans la voiture, c'était une

2 situation relaxe, mais moi, j'avais ma caméra et je savais que j'étais

3 constamment exposé au danger sur cette route.

4 Q. Durant ce trajet de Pale à Grbavica, on n'a pas tiré sur votre voiture,

5 n'est-ce pas, ou votre voiture n'a pas été touchée ?

6 R. Non, notre voiture n'a pas été touchée.

7 M. SACHDEVA : [interprétation] Est-ce que je peux demander --

8 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Combien de temps ce trajet a-t-il

9 duré, Monsieur le Témoin ?

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Je ne peux pas dire maintenant combien de

11 temps le trajet a duré. J'ai filmé pendant deux ou trois minutes. De

12 Trebevic, j'étais à triangle, où je suis arrivé à bord d'une autre voiture

13 à cet endroit-là, donc on m'a permis de monter dans leur voiture, la

14 voiture de ces journalistes. Je pense que cet endroit s'appelle Prvi Sumar,

15 jusqu'à Grbavica. Je ne peux pas vous dire combien de temps a duré le

16 trajet. Il était difficile, vraiment, de conduire sur cette route, parce

17 que ce n'était pas dans un bon état.

18 M. SACHDEVA : [interprétation]

19 Q. Monsieur le Témoin, est-ce qu'on peut admettre -- enfin, supposer, que

20 cela a duré plus d'une heure, ce trajet ?

21 R. Cela ne pouvait pas durer même une demi-heure. Ils avaient une bonne

22 voiture, ces étrangers. Nous sommes arrivés jusqu'à Prvi Sumar. Sur

23 certaines portions de la route on devait accélérer pour éviter les tirs.

24 Q. Vous vous souvenez d'où ils étaient, ces journalistes ? De quels

25 médias, parce que vous étiez à bord de leur voiture, avec eux ?

26 R. Je sais qu'il y avait une équipe de télévision de Belgrade qui a emmené

27 des Anglais, mais je ne sais pas à quelle agence ils appartenaient. Je ne

28 suis pas resté avec eux. Une demi-heure après être arrivé à Grbavica, je me

Page 8543

1 suis rendu chez moi pour déjeuner.

2 Q. Donc, ils étaient de Belgrade. Je suppose qu'ils étaient Serbes, n'est-

3 ce pas ?

4 R. Je sais que le chauffeur, il était probablement Serbe. Je n'ai pas posé

5 de questions. Nous étions quatre dans la voiture. Je suppose que les autres

6 étaient Anglais.

7 Q. Permettez-moi d'essayer de tirer un point au clair. Je vous ai posé la

8 question concernant les médias, et vous avez dit qu'il s'agissait d'une

9 équipe de télévision de Belgrade. Est-ce que j'ai bien compris que cette

10 télévision de Belgrade, c'est-à-dire l'équipe de télévision de Belgrade, a

11 emmené des journalistes anglais, est-ce que j'ai bien compris cela ?

12 R. Je n'ai pas vu une équipe de télévision de Belgrade, mais je pense que

13 c'étaient des Belgradois qui ont mené une équipe, une délégation

14 d'Angleterre, une équipe de télévision.

15 Q. Permettez-moi d'essayer de tirer cela au clair, parce que lorsque je

16 vous ai posé la question pour savoir si vous saviez d'où ces étrangers

17 venaient, vous avez répondu que c'était une équipe de télévision de

18 Belgrade qui a emmené avec eux des Anglais. Vous étiez avec eux dans la

19 voiture, pouvez-vous dire à la Chambre, si dans la voiture se trouvait une

20 équipe de télévision de Belgrade ?

21 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, Maître Tapuskovic.

22 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, je n'ai jamais

23 entendu parler d'une équipe de télévision de Belgrade. Il a été dit à un

24 moment donné qu'il y avait des gens dans cette voiture, mais il n'a pas dit

25 qu'il y avait une équipe de télévision de Belgrade. J'aimerais qu'il nous

26 montre cela, où cela a été dit.

27 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, à la page 57, à la ligne 12. Il

28 a dit qu'il y avait une équipe de télévision de Belgrade. Cela a été

Page 8544

1 consigné au compte rendu.

2 Continuez, Monsieur Sachdeva.

3 M. SACHDEVA : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

4 Q. Monsieur le Témoin, répondez à ma question. Y avait-il une équipe de

5 télévision de Belgrade avec vous dans la voiture durant ce trajet ? Ne vous

6 concentrez pas sur le fait qu'il y avait des journalistes anglais ou pas

7 là-bas.

8 R. Ce n'est pas une équipe de télévision de Belgrade. Les journalistes qui

9 venaient à Belgrade prenaient avec eux des gens pour les accompagner

10 jusqu'à nous, probablement, j'ai dit qu'il s'agissait d'une équipe de TV de

11 Belgrade, mais je pensais essentiellement aux Anglais, parce que pour moi,

12 les Belgradois et les Anglais faisaient partie d'une équipe que

13 j'accompagnais sur le front.

14 Q. Quel était le nom de cette agence ou de cette chaîne de télévision ?

15 R. Je ne sais pas exactement. Je ne peux pas vous dire maintenant. Je n'ai

16 pas fait attention à cela. Il m'importait de me déplacer à Lukavica, et je

17 ne suis pas resté avec eux. Il y avait un homme de Belgrade qui

18 accompagnait cette équipe, il y avait d'autres gens là-bas. Personne ne m'a

19 dit de les accompagner, j'ai profité de la situation pour être à bord de

20 leur voiture pour pouvoir me rendre à Grbavica.

21 Q. Comment s'appelait l'homme qui était à la tête de cette équipe de

22 Belgrade ?

23 R. Je ne connais pas son nom. Je connais le nom de l'homme qui a accueilli

24 cette équipe et qui accompagnait cette équipe à Grbavica. Je peux écrire

25 son nom si vous le voulez.

26 Q. Monsieur le Témoin --

27 M. SACHDEVA : [interprétation] Est-ce qu'on peut afficher la photographie

28 D328 ?

Page 8545

1 Q. T41, vous souvenez-vous d'avoir posé des annotations sur cette

2 photographie, n'est-ce pas ?

3 R. Oui, je m'en souviens.

4 Q. La région que vous avez marquée en apposant un "Z", se trouvait sous le

5 contrôle de la VRS, n'est-ce pas ?

6 R. Cette région a été sous le contrôle de la VRS, mais personne n'osait y

7 entrer et surtout pas y rester.

8 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, répondre à ma question pour que nous

9 puissions avancer plus vite.

10 Vous voyez les monts ou les montagnes qui sont juste au-dessus de la

11 lettre "Z" ? Vous voyez cette lettre, Monsieur ?

12 R. Oui, je vois cela. Si vous pensez à cette partie qui s'étend d'ici

13 jusque-là.

14 Q. Oui. Les collines que vous venez de montrer font partie du mont

15 Trebevic, n'est-ce pas ?

16 R. Oui. Ce sont des versants du mont Trebevic qui sont déboisés. Au pied

17 de ces collines passait la route qui reliait Lukavica et Pale, c'était la

18 route qui passait par Zlatiste, c'était un endroit qui a été tout le temps

19 menacé.

20 Q. Le mont Trebevic est plus haut que Debelo Brdo, n'est-ce pas ?

21 R. Oui. Mais des sommets du mont Trebevic, à cause de ces collines, on ne

22 peut pas voir facilement Debelo Brdo. Il y a une forêt également. Je ne

23 peux pas fournir une autre réponse.

24 Q. Je ne vous demande pas de me dire quelle était la visibilité. Je

25 voudrais que vous me confirmiez que le mont Trebevic est plus haut de

26 Debelo Brdo. Vous êtes d'accord avec moi ?

27 R. Oui.

28 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Juste un instant, Monsieur Sachdeva.

Page 8546

1 Maintenant il faut que nous fassions notre deuxième pause.

2 --- L'audience est suspendue à 17 heures 35.

3 --- L'audience est reprise à 17 heures 58.

4 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic, qu'en est-il de -

5 - nous en parlerons à la fin du témoignage de ce témoin.

6 Monsieur Sachdeva, c'est à vous.

7 M. SACHDEVA : [interprétation] Merci.

8 Q. Témoin T-41, juste avant la pause, je vous posais des questions à

9 propos des collines du mont Trebevic. Dans une de vos réponses, vous avez

10 dit, je cite : "Il s'agit pratiquement des collines au sommet du mont

11 Trebevic qui sont presque nues, et en dessous de cela il y avait la route

12 Lukavica-Pale, qui était sans cesse menacée." Vous souvenez-vous d'avoir

13 dit cela, Monsieur le Témoin ?

14 R. Je ne vois pas le texte sur l'écran, alors je ne sais pas si je dois

15 commencer à parler ou non.

16 Mais enfin, je sais que cette route était constamment menacée. Vous

17 voyez ici le drapeau des Nations Unies. On tirait sur cette route Lukavica-

18 Pale. Je sais qu'à plusieurs fois lorsque j'empruntais la route --

19 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Mais si j'ai bien compris, on vous

20 demande uniquement de confirmer que vous avez bel et bien dit qu'il s'agit

21 pratiquement du sommet du mont Trebevic, et que ces sommets sont assez nus

22 et déboisés, et qu'en contrebas il y a la route Lukavica-Pale, qui était

23 constamment menacée. C'est tout ce que l'on vous demande. On vous demande

24 si vous avez bel et bien dit cela. On ne vous demande pas de reprendre

25 votre déposition en nous donnant des explications.

26 LE TÉMOIN : [interprétation] J'ai bien compris.

27 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

28 M. SACHDEVA : [interprétation]

Page 8547

1 Q. Cette route, c'est celle que vous empruntiez dans la vidéo que nous

2 avons vue il y a une minute; c'est cela ?

3 R. Oui. Un passage uniquement a été filmé. Je n'ai pas filmé toute la

4 route.

5 Q. Très bien. Sur cette photographie qui est encore sur le

6 rétroprojecteur, pourriez-vous, s'il vous plaît, marquer d'un "T" -- je

7 pense qu'il risque quand même d'y avoir un problème.

8 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Monsieur Sachdeva, poursuivez.

9 M. SACHDEVA : [interprétation]

10 Q. Pourriez-vous, s'il vous plaît, mettre un "T" pour indiquer les flancs

11 du mont Trebevic sur cette photographie.

12 R. [Le témoin s'exécute]

13 Q. Pourriez-vous faire la même chose sur le flanc droit du mont Trebevic ?

14 R. [Le témoin s'exécute]

15 Q. Là, dans l'endroit où vous nous avez indiqué un "Z", pourriez-vous

16 aussi annoter la photo des lettres "VRS" à cet endroit-là.

17 R. [Le témoin s'exécute]

18 Q. Merci. Vous nous avez dit que la route Lukavica-Pale essuyait souvent

19 des tirs venant de Mojmilo. Vous vous en souvenez, n'est-ce pas ?

20 R. Je ne me souviens pas avoir dit que l'on tirait sur cet endroit depuis

21 Mojmilo, mais en tout cas en ce qui concerne l'endroit qui était en dessous

22 de Vrace, quand on descend dans la vallée, il y avait différents passages

23 de la route qui étaient visibles depuis Mojmilo. J'ai même amené des photos

24 pour le prouver. Ces endroits étaient ciblés. Il y avait là des bunkers de

25 la FORPRONU, des postes d'observation, et quand il y avait des combats on

26 n'osait pas s'y aventurer. Elles n'étaient pas sûres. Même les ambulances

27 n'étaient pas en sécurité sur cette route. On devait placer des tuyaux à

28 cet endroit-là pour protéger les véhicules.

Page 8548

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14 Page intercalée pour assurer léquivalence de pagination des

15 versions anglaise et française

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

Page 8549

1 Q. Comment savez-vous que les tirs venaient bel et bien de cette direction

2 ?

3 R. Parce qu'une partie de Grbavica -- ou, de Vrace, la rue Gornja

4 Petrovacka, dans cet endroit-là, il y a eu des appartements qui ont été

5 incendiés. Quand on passait le portail et le parc vers Zlatiste, on voyait

6 cette nouvelle casemate qui venait juste d'être creusée et qui était

7 employée pour tirer.

8 Q. Vous êtes en train de nous dire que c'est parce qu'il y avait des

9 positions tenues par l'ABiH que vous en avez conclu que les tirs venaient

10 de cette direction ? C'est ce que vous venez de nous dire ?

11 R. Oui, c'est ce que je vous dis et j'en suis absolument certain. Je suis

12 sûr que l'on tirait depuis cet endroit-là sur Vrace, la rue Gornja

13 Petrovacka, sur la route allant du mémorial de Vrace vers Zlatiste.

14 Q. Vous le dites parce c'était de notoriété publique et rien de plus ?

15 R. Non pas uniquement pour cette raison. A plusieurs reprises, j'étais

16 censé aller à Pale, enfin vers Trebevic, et la circulation avait été

17 arrêtée. Ils avaient même retiré un vieux véhicule endommagé qui avait

18 justement été attaqué à cet endroit-là.

19 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, j'aimerais verser la

20 pièce, mais j'ai encore une question à poser au témoin avant de procéder à

21 cela.

22 Q. En haut à gauche sur la photo, on voit un bâtiment avec un drapeau.

23 Vous le voyez ?

24 R. Oui, tout à fait. Je vois le drapeau.

25 Q. Il s'agit de la position de la FORPRONU, n'est-ce pas ?

26 R. Oui. C'est l'endroit où, à partir de 1993, les forces des Nations Unies

27 se sont cantonnées, même avant que l'on ne creuse les tranchées. Même avant

28 la présence de la FORPRONU, des tirs ont été dirigés sur les zones que j'ai

Page 8550

1 indiquées.

2 Je crois que cela a même fait l'objet d'un rapport des Nations Unies.

3 Q. Monsieur, répondez, s'il vous plaît, uniquement à mes questions; sinon,

4 nous n'en aurons jamais terminé à 19 heures. Si j'ai besoin d'obtenir de

5 vous d'autres observations, je vous poserais des questions dans ce sens.

6 Pourriez-vous, s'il vous plaît, maintenant sur cette photographie

7 apposer les lettres "UN" près du bâtiment sur lequel se trouve un drapeau ?

8 R. [Le témoin s'exécute]

9 Q. Merci.

10 M. SACHDEVA : [interprétation] J'aimerais que l'on verse cette photographie

11 au dossier.

12 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Très bien.

13 M. LE GREFFIER : [interprétation] Cette pièce recevra la cote P908.

14 M. SACHDEVA : [interprétation] Maintenant, si je pouvais avoir la

15 photographie annotée par le témoin, 329. Pourriez-vous, s'il vous plaît,

16 utiliser la copie papier, parce que la copie papier est beaucoup plus

17 claire que l'autre document électronique.

18 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic, vous avez quelque

19 chose à dire ?

20 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Non.

21 M. SACHDEVA : [interprétation]

22 Q. Il s'agit bien de la route Lukavica-Pale, n'est-ce pas ?

23 R. Oui, c'est la route de Lukavica à Pale.

24 Q. Si on regarde extrêmement de près les hommes qui sont sur cette route,

25 on voit en scrutant bien la photographie qu'ils portent des fusils, n'est-

26 ce pas ?

27 R. J'ai l'impression en effet qu'ils portent des fusils, puisque le jour

28 où j'y étais, il y avait des soldats qui se dirigeaient de je ne sais où,

Page 8551

1 mais il fallait qu'on soit extrêmement silencieux dans nos déplacements

2 pour éviter de se faire repérer et qu'on nous tire dessus.

3 Q. Tout ce que je vous demande, c'est s'ils portaient des fusils. Je ne

4 vous demandais rien d'autre. Vous l'avez confirmé.

5 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic.

6 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, j'ai consulté ma

7 collègue. Je voudrais vous parler de la photographie précédente. Nous ne

8 sommes pas certains si notre photographie, telle qu'elle était avant d'être

9 annotée par l'Accusation, a été bel et bien sauvegardée. Donc, la

10 photographie portant uniquement les marques que j'ai demandé au témoin

11 d'apposer lors de mon interrogatoire n'existe plus, j'imagine. Il aurait

12 fallu que le Procureur emploie une photographie différente.

13 M. LE GREFFIER : [interprétation] Oui. Enfin, normalement, ce serait plus

14 pratique si chacun avait ses propres photographies pour apporter des

15 annotations. Cela dit, aujourd'hui, pour trouver une solution, nous avons

16 décidé d'employer des marqueurs de couleurs différentes, donc les marques

17 apposées par la Défense sont en bleu et les marques apposées par le bureau

18 du Procureur sont en rouge, et ceci se reflète aussi dans le compte rendu.

19 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Très bien.

20 Monsieur Sachdeva, poursuivez.

21 M. SACHDEVA : [interprétation]

22 Q. Bien. Vous nous avez dit que pour ce qui est de cette photographie, que

23 juste avant que vous ne l'ayez prise, un homme a été tué sur cette route.

24 Vous vous en souvenez ?

25 R. Oui.

26 Q. Vous avez dit que cet homme avait été tué sur cette route le 17 juin

27 1995; c'est bien cela ?

28 R. Je pense que c'est ce que j'ai dit.

Page 8552

1 Q. Vous avez aussi dit que cette photographie avait été prise le 17 juin.

2 Pouvez-vous nous dire si vous avez pris cette photo le jour où cet homme

3 est mort ?

4 R. Oui. J'ai pris cette photographie ce jour-là. L'homme venait juste

5 d'être tué. Je ne l'ai pas vu. On nous a dit qu'un homme avait été tué là

6 et qu'il fallait être extrêmement prudent lors de notre déplacement sur

7 cette route.

8 Q. Savez-vous de qui il s'agissait ? Qui avait trouvé la mort ?

9 R. Non, je ne sais pas, mais je sais qu'il venait du quartier près de

10 Petrovic, d'un village qui était proche de cet endroit, et il a été enterré

11 par là.

12 Q. Mais vous n'étiez pas là quand il a été tué ? Vous n'avez pas assisté à

13 sa mort ?

14 R. Non, je n'étais pas là à ce moment-là.

15 Q. Vous dites qu'une grenade a explosé sur le mur en béton. Pourriez-vous

16 nous dire exactement où se trouve l'impact de la grenade sur ce mur en

17 béton ?

18 R. Je ne sais pas exactement. A peu près où se trouve la flèche. C'était

19 une grenade lancée par fusil. Normalement, elle se fragmente lors de

20 l'explosion, et c'est ainsi que l'homme a trouvé la mort.

21 Q. Mais dans ce mur, on ne voit aucun impact, n'est-ce pas ?

22 R. Je ne sais pas pourquoi vous ne le voyez pas. Derrière ce rocher, on

23 voit que le mur a été endommagé. Ce type de grenade, lancée par fusil, ne

24 va pas faire un trou énorme dans un mur, parce que c'est une grenade qui

25 explose en fragments. Peut-être que les dégâts sur ce mur en béton viennent

26 en effet d'un projectile, mais je ne sais pas, je n'y ai pas vraiment

27 accordé beaucoup d'importance. Je n'ai pas essayé d'observer ce qui s'est

28 passé au niveau de ce mur.

Page 8553

1 Q. Oui, en fait, vous n'étiez pas là quand l'homme a été tué. En fait,

2 vous ne savez absolument rien. Vous ne savez absolument pas si c'était bel

3 et bien une grenade lancée par fusil, vous ne savez pas d'où elle venait,

4 vous ne savez rien de tout ça; n'est-ce pas ?

5 R. Je n'ai pas vu le vol de la grenade. Je n'étais pas en mesure de le

6 faire. Puisque je montais vers Trebevic avec ces hommes, on nous a avertis

7 de faire très attention, de ne faire aucun bruit, parce qu'une demi-heure

8 avant, un homme de Petrovic avait été tué à cet endroit-là. Je sais que le

9 lendemain cet homme de Petrovic a été enterré. Mais je n'ai pas assisté de

10 mes yeux à cet événement. Ce sont juste des personnes qui passaient par là

11 qui m'en ont averti.

12 Q. Quand vous nous dites que cet homme avait été tué par un lance-

13 grenades, c'est uniquement une conjecture et rien de plus de votre part,

14 n'est-ce pas ?

15 R. Je ne sais pas ce que vous voulez dire. Si une personne, un soldat qui

16 passe vous dit et me dit ils tirent avec des lance-grenades, il ne faut pas

17 qu'on nous entende, et il faut faire très attention pour ne pas se faire

18 repérer

19 Q. Vous dites donc que le lance-grenades a lancé la grenade selon l'arc

20 que vous venez de nous dessiner sur la photo, que c'était le trajet du

21 projectile ?

22 R. Je ne sais pas quel arc ce projectile a décrit, mais je sais que les

23 positions de l'ABiH sont assez proches en contrebas, et je sais que si on

24 repère quelqu'un qui se déplace sur cette route, à cet endroit-là, on tire

25 sur eux à l'aide de lance-grenades.

26 Q. Mais vous dites que les positions de l'ABiH sont assez proches en

27 contrebas, n'est-ce pas ? Donc, j'imagine que vous êtes en train de dire --

28 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic.

Page 8554

1 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] A plusieurs reprises, le témoin a répété

2 qu'il avait été averti d'être prudent, qu'on lui avait dit que l'ennemi

3 écoutait pour savoir si quelqu'un passait sur la route, et que de ce fait,

4 pour emprunter ce passage, il fallait être extrêmement silencieux. Or, ceci

5 n'a pas été noté ni consigné au compte rendu. On leur a dit on entend les

6 mouvements quand il y a mouvements sur la route, et de ce fait, il y a

7 réaction. Tout ceci n'a pas été consigné au compte rendu.

8 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Je me souviens pourtant d'avoir

9 entendu quelque chose dans ce sens. Je ne sais pas si c'était exactement

10 libellé dans les termes que vous avez employés, cela dit. Mais passons à

11 autre chose.

12 M. SACHDEVA : [interprétation]

13 Q. Monsieur, vous avez dit quand même que les positions de l'ABiH étaient

14 assez proches en contrebas. Vous dites, vous avez bien prononcé le mot

15 "contrebas", "down," en anglais, "dole" [phon] en B/C/S ?

16 R. Les positions de l'ABiH étaient en effet en contrebas derrière le mur.

17 A Trebevic, à cet endroit-là, il y a une espèce de plateau, et c'est un

18 endroit boisé. Etant donné la portée d'un lance-grenades, ce n'est pas si

19 loin, finalement, et c'est pour ça qu'il était très dangereux d'emprunter

20 la route à cet endroit-là.

21 Q. Mais j'essaie d'établir les faits. Vous êtes en train de nous dire que

22 les positions de l'ABiH étaient en contrebas. C'est ça qui m'intéresse, le

23 contrebas. Ils étaient plus bas que la route, n'est-ce pas ?

24 R. De ce côté-là, derrière la barrière, il y a une légère pente et ensuite

25 un plateau et c'est ce plateau qu'occupait l'ABiH.

26 Q. Ils étaient donc en contrebas par rapport à la route ?

27 R. Oui, ils étaient en contrebas, mais le dénivelé n'était pas important,

28 parce que la pente est assez douce.

Page 8555

1 Q. Oui, mais un lance-grenades, c'est une arme à tir direct, n'est-ce pas,

2 à tir tendu ?

3 R. Ça, je n'en sais rien. Tout ce que je sais, c'est que dès qu'ils

4 entendaient quelqu'un passer, ils tiraient avec un lance-grenades au

5 travers cette barrière de protection.

6 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui.

7 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Quand j'ai demandé au témoin ce qu'il en

8 était à propos de différentes armes, mon éminent confrère M. Sachdeva a

9 soulevé une objection en déclarant que le témoin avait dit ne rien savoir à

10 propos des armes. Et maintenant, il est train de lui poser des questions à

11 propos d'un lance-grenades. Je n'ai pas le droit d'obtenir des

12 clarifications auprès du témoin à propos des photographies qu'il avait

13 prises. Donc, je pense qu'il ne faut pas qu'il y ait deux poids, deux

14 mesures, il faut que la règle s'applique dans les deux cas.

15 M. SACHDEVA : [interprétation] Puis-je répondre ?

16 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Allez-y.

17 M. SACHDEVA : [interprétation] Au cours de son interrogatoire principal et

18 de son contre-interrogatoire, le témoin a répété qu'il y avait des tirs

19 avec les lance-grenades, et je considère que j'ai tout à fait le droit de

20 lui poser des questions dans le cadre du contre-interrogatoire sur cette

21 déclaration qu'il a faite.

22 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] En effet.

23 M. SACHDEVA : [interprétation]

24 Q. Monsieur le Témoin, passons à la photographie suivante, la D332.

25 Monsieur le Témoin, avant que je ne vous pose des questions sur cette

26 photo, j'aimerais que l'on revienne au 17 juin, le jour où vous avez pris

27 cette photo et où vous avez dit qu'un homme aurait été tué sur cette route.

28 Vous êtes d'accord avec moi ?

Page 8556

1 R. Oui.

2 Q. Donc, j'imagine que vous êtes allé prendre cette photo -- je reformule.

3 Combien de temps avez-vous passé sur cette route à cet endroit-là pour

4 prendre la photo ?

5 R. Je suis arrivé presque à l'endroit où j'ai pris la photo en voiture.

6 Les hommes qui se trouvaient là nous ont dit qu'il ne fallait pas rester là

7 longtemps, et qu'il fallait s'assurer d'être extrêmement silencieux et

8 éviter dans la mesure du possible ce passage, donc essayer de passer sur le

9 côté de la route, si possible.

10 Q. J'imagine que pour prendre la photo vous avez dû sortir de la voiture.

11 R. Oui. La voiture est restée derrière nous plus bas sur la route. On a dû

12 presque courir le long de ce passage de la route que vous avez vue sur la

13 photo, et le chauffeur de la voiture nous a rejoint. En accélérant à toute

14 vitesse sur ce passage, il nous a ramassé de l'autre côté. Nous ne voulions

15 pas traverser cet endroit en voiture, parce qu'on entendrait le moteur bien

16 sûr. On ne voulait pas que les bruits de moteur soient entendus.

17 Q. Combien avait-il de voitures dans ce convoi ou y avait-il une seule

18 voiture ?

19 R. Oui, il y avait juste notre voiture. A l'époque, on n'empruntait pas

20 cette route à moins que cela soit expressément nécessaire, et on savait

21 bien dans ce cas-là qu'il y avait des risques.

22 Q. Oui. Répondez à la question, s'il vous plaît. Vous avez décidé de

23 prendre la photo. Pouvez-vous nous dire, entre le moment où vous avez

24 essayé de prendre la photo et le moment où vous avez quitté cet endroit, la

25 photo prise, combien de temps s'est écoulé, s'il vous plaît ?

26 R. Je suis passé, j'ai pris mon appareil photo, j'ai pris des clichés. Une

27 minute ou deux, pas plus. Il n'y pas pu s'écouler plus d'une ou deux

28 minutes avant que je n'atteigne le passage de la route qui était plus sûr.

Page 8557

1 Mais pas deux minutes d'ailleurs, puisque je mitraillais avec mon appareil

2 photo pendant que je marchais.

3 Q. Et toutes ces photos, vous les avez prises alors qu'il y avait une

4 offensive de l'ABiH en cours, n'est-ce pas ?

5 R. Il me semble que l'offensive avait commencé la veille. On voit

6 d'ailleurs qu'il y avait déjà des dégâts. Le lendemain, je devais aller à

7 Pale, et il fallait bien que je trouve une façon de passer pour aller à

8 Pale.

9 Q. Donc tout ceci a eu lieu au cours de l'offensive de l'ABiH ?

10 R. Oui, c'était à ce moment, mais la situation était identique à d'autres

11 occasions.

12 Q. Très bien. Vous avez maintenant une autre photographie à l'écran, une

13 photographie que vous avez annotée vous-même. Voici ma première question.

14 Pouvez-vous nous dire d'où la photo a été prise exactement ?

15 R. Ce mémorial est en fait un fort qui a plusieurs niveaux. Je suis monté

16 en haut à côté d'un mur, j'ai pris ma photo, et ensuite je suis parti.

17 Q. Mais vous avez réussi à vous hisser en haut de ce mur pour prendre la

18 photo, cela signifie bien sûr que le fort était aux mains du RSK.

19 R. Oui, le fort se trouvait au sommet de Vrace et était contrôlé par le

20 RSK.

21 Q. Très bien. Vous êtes d'accord avec moi pour dire que de ce fort, on

22 voit plutôt bien une grande partie de la ville de Sarajevo, n'est-ce pas ?

23 Cette position offre un vaste panorama sur la ville ?

24 R. Oui, tout à fait. On voit une bonne partie de la ville. Mais il était

25 très difficile d'arriver sur cette forteresse. C'était très dangereux et

26 très risqué d'essayer de s'y rendre.

27 Q. Mais quand vous vous y êtes rendu, avez-vous été accompagné par des

28 soldats du RSK ?

Page 8558

1 R. Très près de là de ce côté-ci, derrière là-bas, il y a une route. Je ne

2 sais plus très bien qui m'a accompagné. Je ne me rappelle plus très bien.

3 J'ai escaladé, si je puis dire, pour arriver au fort par ce côté-là,

4 indiquant la gauche, et j'ai pris des photos. Je savais qu'il n'y avait des

5 personnes là, mais je voulais avoir des photographies pour ma

6 documentation. Le RSK n'avait pas de soldats sur place. Il n'y avait pas de

7 casemates ou de bunkers ou quoi que ce soit.

8 Q. Oui, mais alors, ce n'est pas du tout la question que je vous ai posée.

9 Je voulais savoir si vous étiez accompagné d'hommes en uniformes, de

10 soldats, lorsque vous vous êtes rendu sur ce fort.

11 R. Je n'ai pas été accompagné par qui que ce soit. J'ai escaladé le

12 versant pour arriver sur le fort, et j'ai pris ma photo là-bas.

13 Q. Donc, vous étiez seul, je me souviens que vous avez dit aux Juges que

14 vous ne portiez jamais d'arme, n'est-ce pas ?

15 R. Oui, je ne portais jamais d'arme, et je suis arrivé là tout seul.

16 Q. Mais étiez-vous en uniforme quand vous êtes arrivé sur ce fort ?

17 R. Je ne m'en souviens pas vraiment. Je ne portais pas très souvent mon

18 uniforme. Seulement quand il y avait des délégations ou quoi que ce soit.

19 Je n'aimais pas porter l'uniforme.

20 Q. Vous êtes allé là-bas sans uniforme, sans arme, dans une zone

21 dangereuse et vous y avez pris des photos; est-ce bien exact ? En tous cas,

22 vous ne vous souvenez pas d'avoir porté un uniforme ?

23 R. Oui, c'est exact.

24 Q. Vous voyez ces trous carrés que l'on voit dans le mur ? Est-ce que vous

25 les voyez, dans des casemates ?

26 R. Oui, en effet, je les vois et je les reconnais.

27 Q. Vous êtes d'accord pour dire qu'il s'agit de trous rectangulaires et

28 que ces trous n'ont pas été causés par des bombardements ou par des tirs de

Page 8559

1 mortiers, n'est-ce pas ?

2 R. Oui, c'est exact. Ces fenêtres auparavant faisaient partie du fort. Il

3 s'agit, comme je le disais, d'un mémorial, qui comprenait un parc avec le

4 nom des personnes qui étaient tombées pendant la Deuxième Guerre mondiale.

5 Q. Monsieur le Témoin, est-ce exact de dire qu'à l'occasion les soldats du

6 Corps de Romanija-Sarajevo auraient tiré de ces endroits par les trous

7 pratiqués, vers la ville ?

8 R. Je n'ai jamais vu qui que ce soit le faire. La photographie montre

9 qu'il n'y avait personne. Quant à savoir si des gens y venaient et tiraient

10 à partir de là, je ne peux pas le savoir.

11 Q. Combien de fois vous êtes-vous rendu à cet endroit ? Une fois

12 seulement, Monsieur le Témoin ?

13 R. J'y ai été pour la première fois à un moment donné en 1991. La deuxième

14 fois que je m'y suis rendu, c'est lorsque j'ai pris cette photo, mais je

15 passais à côté pratiquement tous les jours, de ce côté-là, à gauche. Je

16 devais passer à cet endroit pour aller de Lukavica à Grbavica, ou pour en

17 revenir. Il s'agit d'un point culminant sur lequel est construit ce fort,

18 et la route passe jute à côté.

19 Q. Vous vous souvenez que l'on vous a montré une de vos photographies, je

20 crois qu'il s'agissait de la faculté des sciences et des mathématiques.

21 Est-ce que vous vous souvenez de cette photographie, Monsieur ? La faculté

22 qui se trouve en territoire de l'ABiH se trouvait là ?

23 R. Oui, je m'en souviens.

24 Q. Et sur cette photographie, vous avez indiqué à la Chambre les trous qui

25 avaient été pratiqués et à partir desquels l'ABiH tirait, vous avez annoté

26 l'endroit d'où les forces de la RSK ripostaient à ces tirs. Est-ce que vous

27 vous souvenez avoir dit cela ?

28 R. Oui, je m'en souviens.

Page 8560

1 Q. Alors, essayons de nous concentrer sur la riposte. Vous avez dit dans

2 votre déposition que la riposte -- ou que les tirs venaient de Grbavica.

3 Vous souvenez-vous avoir dit cela ?

4 R. Oui, je m'en souviens.

5 Q. D'où, depuis Grbavica, émanaient ces tirs en riposte ?

6 R. Principalement la zone de Grbavica entre les bâtiments. Il s'agit de

7 munitions, de fusils, de petites armes qui étaient utilisées, par

8 lesquelles ils essayaient de neutraliser les endroits du bâtiment de la

9 faculté à partir desquels des tirs étaient lancés sur Grbavica.

10 Q. Entre quels bâtiments de Grbavica s'agit-il, Monsieur le Témoin ?

11 R. Il s'agit de bâtiments résidentiels que l'on appelait "paviljoni" ou

12 pavillons, où habitaient les habitants. Il s'agissait de bâtiments

13 d'habitation. Je n'ai vu personne tirer depuis ces bâtiments, mais je sais

14 qu'ils tiraient sur ces trous de manière à neutraliser les tirs des

15 snipers.

16 Q. Vous n'avez pas vu d'où venaient les tirs, mais j'imagine que vous le

17 savez parce que tout le monde le savait. On savait que des tirs venaient de

18 la RSK depuis ces positions de Grbavica; est-ce exact ?

19 R. Oui. Depuis Grbavica, depuis cet endroit où se trouvait l'armée serbe.

20 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, est-ce que vous

21 m'accordez un instant, je vous prie ?

22 [Le conseil de l'Accusation se concerte]

23 M. SACHDEVA : [interprétation]

24 Q. Maintenant, je souhaite pouvoir accélérer les questions, je voudrais

25 juste confirmer que vous vous souvenez de la photographie du bâtiment de la

26 faculté des mathématiques, et que vous vous souvenez de cette ouverture en

27 forme de carré, forme oblongue, et que vous vous souvenez de cela; n'est-ce

28 pas ? Vous en avez bien parlé ?

Page 8561

1 R. Je me souviens exactement à quoi ressemblait ce bâtiment, et on l'a vu

2 sur la photographie, depuis l'intérieur, des trous étaient creusés dans le

3 bâtiment à partir desquels les tireurs embusqués effectuaient leurs tirs.

4 C'est comme ça que j'ai bien compris votre question.

5 Q. Et bien sûr, vous n'avez jamais vu ces trous en train d'être creusés ?

6 R. On ne pouvait jamais les voir les faire, car ils faisaient cela la

7 nuit, et le lendemain, au matin, tout à coup, on voyait que des tireurs

8 embusqués tiraient sur une zone qui n'avait pas été protégée par des

9 écrans. Donc, il s'agissait de protéger la zone en question avec des écrans

10 de manière à ce que la zone ne puisse pas être vue des tireurs embusqués.

11 Q. Mais, Monsieur le Témoin, vous ne savez pas avec certitude que ces

12 ouvertures étaient pratiquées la nuit.

13 R. Je sais qu'ils étaient creusés pendant la nuit, parce que par exemple,

14 un jour, les soldats comptaient trois ouvertures, et le lendemain matin, il

15 y en avait une de plus, voire deux de plus. On pouvait le constater, il y

16 avait simplement plus de trous, de petites meurtrières, et on le voyait

17 d'autant mieux que les tireurs embusqués tiraient du bâtiment et que l'on

18 constatait alors, à ce moment-là, qu'ils tiraient sur une nouvelle

19 position. Mais il suffisait simplement de compter ces ouvertures. Le soir

20 il y en avait quatre, et le matin, le lendemain, il y en avait cinq. Et

21 c'est comme ça qu'on savait qu'un nouveau trou avait été creusé pendant la

22 nuit.

23 Q. C'est quelque chose que vous avez vu vous-même, de vos propres yeux ?

24 Autrement dit, un jour, vous passiez, vous en voyiez quatre, et le

25 lendemain vous en voyiez cinq, ou est-ce que c'est quelque chose qui vous

26 aurait été rapporté par des soldats ?

27 R. J'y étais, un jour donné, et j'ai vu quatre trous, et lorsque je suis

28 retourné, on m'a averti et j'ai recompté et j'ai vu qu'il y avait deux

Page 8562

1 nouveaux trous.

2 Q. Tout à l'heure vous avez déposé concernant Nedzarici. Vous souvenez-

3 vous de cela ?

4 R. Oui.

5 Q. J'imagine que vous connaissez bien la région étant donné le rôle que

6 vous avez joué au sein du Corps Romanija-Sarajevo, étant donné les

7 excursions entre les diverses lignes; est-ce bien le cas ?

8 R. Oui. Je connaissais bien ces lignes. Néanmoins un certain temps s'est

9 écoulé depuis, donc il faut que je me remette tout ça en mémoire.

10 Q. Et j'imagine que vous savez aussi qu'il y avait un bâtiment, comme on

11 dit, un complexe de bâtiment que l'on appelle l'école des enfants aveugles

12 à Nedzarici ?

13 R. Je sais que ce bâtiment se trouvait là. Je n'y étais pas allé souvent

14 avant la guerre. Lorsque je m'y suis rendu pendant la guerre, personne n'a

15 attiré mon attention sur ce bâtiment en particulier, mais lorsqu'un jour je

16 passais à côté, j'ai vu une scène intéressante, de bâtiments en ruine et

17 quelqu'un m'a dit que maintenant un homme âgé vivait dans la cave, et j'ai

18 pris la photographie.

19 Q. Oui. Je ne parle pas de la photographie au sujet de cet homme âgé.

20 Lorsque vous dites concernant cette école de jeunes aveugles, vous

21 avez dit que vous n'y étiez pas allé souvent pendant la guerre, mais est-ce

22 que vous avez visité l'école des jeunes aveugles pendant la guerre ?

23 R. Je n'ai pas vu cette école, car je n'y portais pas attention, je n'y

24 pensais pas tout simplement.

25 Q. Mais vous savez, Monsieur le Témoin, que cette école de jeunes aveugles

26 était placée sous le contrôle de la VRS, du Corps de Romanija de Sarajevo ?

27 R. J'imagine en effet que c'était le cas, mais je n'y pensais pas. Je ne

28 suis pas allé à cette école. Je sais plus ou moins où elle se trouve, mais

Page 8563

1 je n'en sais pas plus que cela.

2 M. SACHDEVA : [interprétation]

3 Q. Maintenant, Monsieur le Témoin, --

4 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, je voudrais vous

5 montrer juste un plan, un cadrage d'une vidéo, un cadrage fixe, un plan

6 fixe d'une vidéo. Et cela sera sur le e-court.

7 Q. Alors, sur l'écran vous voyez un bâtiment ?

8 R. En effet, je vois ce bâtiment.

9 Q. C'est l'un des bâtiments du complexe de l'école des jeunes aveugles,

10 n'est-ce pas ?

11 R. Je ne suis pas totalement sûr. Je sais qu'il y avait plusieurs

12 bâtiments d'école à cet endroit-là. Je n'ai pas particulièrement porté

13 attention à cela pendant la guerre, peut-être suis-je passé à côté, mais il

14 y avait beaucoup de bâtiments de ce genre-là à Sarajevo, un grand nombre

15 d'écoles, d'établissements scolaires, donc ce n'est pas quelque chose qui

16 m'a frappé et je ne suis pas sûr qu'il s'agisse de ce bâtiment-là.

17 Q. Mais vous acceptez la possibilité qu'il s'agisse en effet d'un des

18 bâtiments du complexe de l'école des jeunes aveugles, n'est-ce pas ?

19 R. Je ne le sais pas, à partir du moment où je ne suis jamais entré dans

20 ce bâtiment. Je suis passé peut-être devant, en allant vers Nedzarici. Mais

21 qu'il s'agisse de ce bâtiment ou non, je ne sais pas.

22 Q. Mais je voudrais attirer votre attention sur la droite de ce bâtiment,

23 vous voyez à droite du bâtiment, on voit la façade latérale qui est en

24 partie couverte par les arbres. Est-ce que vous voyez cette façade sur le

25 côté ?

26 R. Oui, je vois des choses noires sur cette façade.

27 Q. Alors soyons clairs. Sur le côté droit du bâtiment vous voyez la façade

28 droite qui est en gris, et vous voyez aussi qu'elle est en partie obturée,

Page 8564

1 enfin pardon, en partie cachée par les arbres. Je voulais juste attirer

2 votre attention sur cet endroit-là. Est-ce que nous parlons bien du même

3 endroit, Monsieur le Témoin ?

4 R. Oui. J'observe donc entre les branches des arbres qu'il y a quelque

5 chose de noir sur cette façade, sur ce plan du bâtiment.

6 Q. Oui.

7 M. SACHDEVA : [interprétation] Alors je me demande si l'on pourrait un

8 petit peu remonter la photographie, de manière à voir le haut du bâtiment

9 ou plutôt descendre la photographie pour voir le haut. Est-ce que c'est

10 possible ? Tant pis.

11 Q. Donc vous avez vu ces marques noires sur la façade. Vous voyez et vous

12 êtes d'accord avec moi pour dire qu'au milieu vous voyez trois marques

13 noires comme cela, n'est-ce pas ?

14 R. Oui, on voit quelque chose. Bon, ce n'est pas très clair, mais en effet

15 on voit quelque chose.

16 Q. Donc, si vous portez le regard en haut, vous voyez tout en haut le

17 début d'une autre marque qui ressemble aux autres toits qui est noire

18 également. Est-ce bien ça ?

19 R. Oui. Oui, c'est vrai. Je vois quelque chose. Je ne sais pas s'il s'agit

20 de feuilles, mais en effet, il y a une marque, c'est soit une marque sur la

21 façade, soit une branche. Quoi qu'il en soit, il y a quelque chose à cet

22 endroit-là.

23 Q. Alors, Monsieur le Témoin, ces marques dont nous parlions, pour moi

24 sont des trous. Qu'en dites-vous ?

25 R. Oui, c'est très possible, mais on n'y voit pas très clairement.

26 Q. Je voudrais dire aussi que les ouvertures dont vous parliez concernant

27 la faculté des mathématiques, que ces ouvertures ou ces trous sont

28 également le même type d'ouvertures que l'on voit dans ce bâtiment.

Page 8565

1 Qu'avez-vous à dire de cela ?

2 R. C'est possible, mais ces trous sont beaucoup plus grands et on ne voit

3 pas la chose très clairement. Si l'on compare ce cliché aux trous, je

4 n'exclus pas la possibilité de cela, mais c'est aussi assez différent.

5 C'est quelque chose qui est beaucoup plus grand. Aucun tireur embusqué ne

6 se tiendrait à côté d'un gros trou qui fait deux mètres par deux mètres et

7 tirer à partir de là. On ne voit pas très bien, je ne peux pas confirmer la

8 chose.

9 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic.

10 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Messieurs les Juges, à deux reprises le

11 témoin a dit quelque chose a été ouvert. Il a dit quelque chose avait été -

12 - en parlant de cela. Ces termes sont très clairs. Quelque chose a été

13 vraiment cassé pour être ouvert. Il a dit deux fois et ça n'a pas été

14 traduit au procès-verbal.

15 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Et bien, nous avons les mêmes

16 problèmes.

17 Monsieur le Témoin, est-ce que vous voulez bien répéter ce que vous avez

18 dit ?

19 LE TÉMOIN : [interprétation] Ce que vous voyez sur la photographie, je dis

20 que quelque chose avait été déchiré ou ouvert, comme s'il s'était produit

21 une sorte de détonation, enfin je ne sais pas très bien comment

22 l'expliquer. Ça été détruit, ça été cassé. Voilà ce que l'on peut dire.

23 M. SACHDEVA : [interprétation]

24 Q. Monsieur le Témoin, laissons de côté le fait qu'un tireur embusqué

25 puisse utiliser cette ouverture ou non. Vous acceptez la possibilité,

26 n'est-ce pas, du fait qu'il s'agisse de trous faits par l'homme et

27 pratiquer dans la façade de ce bâtiment ? Est-ce que vous acceptez cette

28 hypothèse ?

Page 8566

1 R. Je ne sais pas, c'est difficile de l'accepter dans la mesure où ce

2 n'est pas une bonne photographie. Peut-être y a-t-il une explosion ou

3 quelque chose de ce genre. Les choses ne sont vraiment pas claires. Je n'ai

4 jamais vu ce bâtiment. Il y a énormément d'établissements scolaires dans

5 cet endroit qui se ressemblent tous les uns les autres. Je ne sais pas où

6 est l'endroit exact où se trouve ce bâtiment. Donc, ça aurait pu être

7 n'importe quoi. Un trou pratiqué par l'homme aurait été plutôt rond. Alors

8 qu'ici, cela semble plutôt une sorte de tâche ?

9 Q. Donc, les ouvertures que vous avez montrées à la Cour sur la faculté de

10 mathématiques, ces trous-là n'étaient pas ronds, n'est-ce pas, Monsieur le

11 Témoin ?

12 R. Ils ne l'étaient pas tous, car lorsqu'ils creusaient ces trous, on

13 pouvait voir qu'une partie de la façade avait été abîmée. Ça dépendait à

14 quoi ressemblait la façade. Ces trous étaient beaucoup plus petits, et l'on

15 a pu constater qu'ils avaient été pratiqués de manière régulière. Or ici,

16 je ne peux pas dire la même chose concernant les trous sur cette

17 photographie, car je n'observe pas la même chose.

18 Q. Monsieur le Témoin, aucune des ouvertures sur la faculté de

19 mathématiques n'était ronde, n'est-ce pas ?

20 R. C'est vrai.

21 Q. Et ces ouvertures ou ces trous - je sais que la photo est un petit peu

22 floue - ces trous-là ne sont pas en rond non plus, n'est-ce pas ?

23 R. En effet, ils ne sont pas ronds. Ils ont une forme irrégulière que je

24 ne saurais définir.

25 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, je voudrais verser

26 cette pièce au dossier.

27 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] D'accord.

28 Maître Tapuskovic.

Page 8567

1 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Objection -- enfin, je n'ai pas vraiment

2 une objection, mais je voudrais dire quelque chose. Cette photographie a

3 été montrée ici pour la première fois, et n'a pas été montrée à d'autres

4 témoins jusqu'à présent. Le Procureur prétend que des tirs ont été tirés

5 depuis le toit, et tout à coup cette photo apparaît, qui change

6 complètement les lignes de feu concernant l'incident dont nous avons parlé

7 tellement. Alors, je n'ai pas d'objection à ce que cette pièce soit versée

8 au dossier, mais je souhaite néanmoins souligner ce fait.

9 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Oui, Monsieur Sachdeva.

10 M. SACHDEVA : [interprétation] Je voudrais répondre en disant que cela ne

11 change pas la théorie de l'Accusation, et en fait elle souligne notre

12 théorie, car j'attire l'attention sur la marque qui se trouve tout à fait

13 en haut du toit. C'est la raison qui fait que je verse cette pièce au

14 dossier.

15 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Alors, j'ai dit que cette pièce

16 était admise.

17 M. LE GREFFIER : [interprétation] Elle porte la cote P909, Messieurs les

18 Juges.

19 M. SACHDEVA : [interprétation]

20 Q. Monsieur le Témoin, vous connaissez très bien ou assez bien la route

21 qui va de Pale à Lukavica, n'est-ce pas ?

22 R. Pendant la guerre donc, je connaissais bien cette route.

23 Q. Et vous seriez d'accord avec moi pour dire que sur certaines portions

24 de cette route, certaines sections de cette route, il y avait des positions

25 depuis lesquelles on pouvait avoir une vue sur la ville de Sarajevo, d'où

26 on aurait pu commander ?

27 R. Je n'y ai pas réfléchi. Je passais par ce territoire, mais je n'y ai

28 pas réfléchi.

Page 8568

1 Q. Comme vous l'avez dit, lorsque vous étiez au commandement du Corps

2 Sarajevo-Romanija, lorsque vous vous êtes rendu là-bas, est-ce que vous

3 avez rendu visite à des positions de la RSK ?

4 R. Oui. Vous avez vu les immeubles dans lesquels je suis entré. Cela

5 dépendait des événements qui se sont produits, et dépendant de ces

6 événements, je me rendais sur ces endroits.

7 Q. Est-ce que vous vous êtes rendu à des positions sur le mont Trebevic ?

8 R. Je passais par cette route, mais je ne me suis jamais arrêté près de

9 cette position. J'ai vu des soldats, mais je ne les ai pas observés, et

10 cela n'était pas nécessaire.

11 Q. Pendant que vous conduisiez sur cette route, vous avez vu des soldats

12 du Corps Sarajevo-Romanija le long de la route, n'est-ce pas ?

13 R. Oui. Il y avait des soldats qui passaient par cette route.

14 Q. Je voudrais maintenant vous montrer un autre passage, un clip.

15 [Diffusion de la cassette vidéo]

16 M. SACHDEVA : [interprétation]

17 Q. Monsieur le Témoin, puisque vous avez pratiqué souvent cette route avec

18 le Corps Romanija de Sarajevo, vous êtes d'accord avec moi que cette

19 position que vous venez de voir sur le clip vidéo se trouve le long de

20 cette route à un endroit donné, à partir duquel on a une vue qui surplombe

21 la ville ?

22 R. C'est possible, mais je ne peux pas vous dire avec certitude que

23 c'était cela. Je ne suis jamais allé à cette position pour pouvoir avoir

24 une vue surplombant la ville. Je passais à côté de cet endroit. C'est tout.

25 Q. Je ne voulais pas dire que vous y étiez forcément rendu vous-même, mais

26 vous êtes d'accord pour dire qu'il est fort probable que ce soit une

27 position sur la route qui va de Lukavica à Pale; n'est-ce pas exact ?

28 R. C'est possible, mais je ne peux pas vous dire avec certitude que

Page 8569

1 c'était cette position-là.

2 Q. Et vous savez que cette route, s'il s'agit en effet de cette position

3 que je viens de vous suggérer, que cet endroit était sous le contrôle du

4 Corps Romanija de Sarajevo; n'est-ce pas exact ?

5 R. Oui, probablement. C'était cette position, mais je ne sais pas. Il est

6 possible que cela soit cette position, mais je vous dis encore une fois que

7 je ne suis pas à 100 % sûr que cela soit cette position. Je connais mal

8 cette partie de la ville, même si je connais bien la ville même, et c'est

9 probablement cela.

10 Q. Monsieur le Témoin, je vous demande de continuer la question avec

11 beaucoup d'attention. Je vous demande la chose suivante. Si l'on part du

12 principe qu'il s'agit de la position que je vous dis, sur la route

13 Lukavica-Pale, cette position aurait été sous le contrôle du Corps

14 Romanija-Sarajevo ?

15 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Maître Tapuskovic.

16 M. TAPUSKOVIC : [interprétation] Monsieur le Président, à la troisième

17 reprise, la même question a été posée. Donc, la même question a été posée

18 pour troisième fois. Je ne veux pas citer sa réponse, mais donc cette

19 question a été posée trois fois.

20 M. SACHDEVA : [interprétation] Monsieur le Président, il ne s'agit pas du

21 tout de la même question, mais je peux la poser de manière différente,

22 d'une manière qui soit moins compliquée.

23 M. LE JUGE ROBINSON : [interprétation] Pouvez-vous la poser demain ? Vous

24 la poserez demain. Nous ajournons la séance maintenant.

25 --- L'audience est levée à 18 heures 57 et reprendra le jeudi 19

26 juillet 2007, à 14 heures 15.

27

28