Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 1

1 Le mercredi 9 février 2005

2 [Audience publique]

3 [L'accusé est introduit dans le prétoire]

4 --- L'audience est ouverte à 9 heures 04.

5 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Veuillez citer le numéro de l'affaire,

6 s'il vous plaît.

7 M. LE GREFFIER : [interprétation] Bonjour. Il s'agit de l'affaire IT-01-48-

8 T. Le Procureur contre Sefer Halilovic.

9 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Merci beaucoup.

10 Avant d'entendre le témoin, est-ce que les parties souhaitent soulever un

11 point ?

12 Oui, Maître Morrissey.

13 M. MORRISSEY : [interprétation] Oui, Monsieur le Président, juste un point

14 à soulever.

15 Hier, le témoin Salko Gusic a dit publiquement, une fois répondant à une

16 question d'une manière pas directe et une autre fois, en répondant à la

17 question du Président, qu'il y a eu des violations, d'après lui, du

18 comportement en bonne et due forme de la part de notre collaborateur M.

19 Dzambasovic.

20 Le Procureur, à notre avis, n'était pas au courant du fait que le témoin

21 avait exprimé ces allégations. Donc, nous n'accusons pas du tout le bureau

22 du Procureur, Mme Chana, mais je pense d'une manière tout à fait

23 inappropriée d'aborder ce thème et d'attaquer la Défense qui ne pouvais pas

24 de défendre, à ce moment-là, publiquement.

25 En plus, je pense, en plus, que ceci est sans pertinence dans cette affaire

Page 2

1 et nous sommes préoccupés par ce genre de préoccupations.

2 Par le passé, M. Dzambasovic avait été abordé par le bureau du Procureur

3 afin de déposer comme témoin de l'Accusation. Nous sommes très préoccupés

4 par ce qui s'est passé. Ce qui me préoccupe, notamment, est le fait que la

5 Défense ne soit pas prolongée -- le procès et je n'ai pas l'intention de

6 répondre à ce genre d'allégations puisque ceci ne concerne pas du tout M.

7 Halilovic, mais puisque, publiquement M. Dzambasovic a été accusé par un

8 témoin qui a déposé ici, ceci a un certain impact. Donc, je ne souhaite pas

9 que la Chambre considère que si je ne demande pas immédiatement d'avoir une

10 audience au sujet de cela, que nous sommes en train d'accepter cela, c'est

11 bien le contraire. Nous les rejetons et nous allons montrer l'intégrité,

12 l'honneur de M. Dzambasovic le moment venu.

13 Mais, pour le moment, en termes généraux, je souhaite demander à la Chambre

14 de première instance et au Procureur de faire tous les efforts afin que les

15 dépositions et les éléments de preuve soient pertinents. Et je ne souhaite

16 pas, maintenant, lancer des attaques contre M. Gusic puisqu'il n'est pas

17 ici et les raisons pour lesquelles il a dit et fait ce qu'il a fait. Mais,

18 de toute façon, je répète que clairement, il a évité de répondre à ma

19 question lorsqu'il a traité de ce sujet.

20 De toute façon, je souhaite dire que je pense que nous ne devrions pas

21 traiter des sujets qui n'ont aucune pertinence pour cette affaire. Il est,

22 pour nous, premièrement nécessaire de traiter des questions relatives à M.

23 Halilovic, et non pas les questions qui se trouvent en marge de cette

24 affaire et nous proposons au bureau du Procureur de faire la même chose et

25 je m'adresse également à la Chambre demandant de bien vouloir tenir compte

Page 3

1 de mes propos car la presse en Bosnie a parlé depuis longtemps beaucoup de

2 cette affaire, de manière souvent contreversée et certainement, parfois, il

3 y a des contrevérités qui sont avancées même en bonne foi. Donc, je pense

4 qu'il est nécessaire de laisser un certain contrôle aussi sur ce genre de

5 situations qui risquent de porter préjudice à la vérité.

6 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Merci beaucoup de cette déclaration. Mais

7 au fond, en ce qui concerne le témoin d'hier, je pense que nous avons agi

8 d'une manière assez appropriée, car comme je l'ai dit, M. Gusic est un

9 témoin très important.

10 Et je donnerai suffisamment de temps aux parties de procéder à

11 l'interrogatoire principal et contre-interrogatoire. Et je pense que

12 l'interrogatoire principal de l'Accusation était pertinent et concis. En ce

13 qui concerne la déclaration que le témoin a faite, à la dernière minute,

14 pendant la déposition d'un témoin, il est très difficile pour nous de

15 savoir ce que le témoin va dire au cours de sa déposition. Par conséquent,

16 comme cette partie de sa déposition ne concernait pas directement votre

17 client, à l'avenir, à moins de trouver que ceci a une certaine pertinence à

18 l'avenir, nous n'allons pas nous appuyer sur cette partie de sa déposition

19 lorsque nous évaluerons la valeur des éléments de preuve et des

20 dépositions. Et j'espère, à l'avenir, si vous considérez que quelqu'un fait

21 des déclarations qui n'ont pas de pertinence à l'égard de l'affaire, à

22 votre avis, vous pouvez toujours soulever vos objections.

23 Merci beaucoup.

24 M. MORRISSEY : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

25 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Cela dit, peut-on entendre le témoin

Page 4

1 suivant.

2 [Le témoin dépose par vidéoconférence]

3 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Bonjour, Monsieur le Témoin.

4 LE TÉMOIN : [interprétation] Bonjour.

5 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Pourriez-vous lire la déclaration

6 solennelle à partir du papier que vous allez recevoir de notre Greffière.

7 Mme LA GREFFIÈRE [à Sarajevo] : [inaudible]

8 LE TÉMOIN : [interprétation] Dois-je faire une déclaration ?

9 Mme LA GREFFIÈRE : [interprétation] Peut-on avoir le texte en B/C/S ?

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Je jure que je dirai tout de la manière dont

11 il faut le dire.

12 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Merci beaucoup.

13 Monsieur Re, êtes-vous prêt pour l'interrogatoire principal ?

14 M. RE : Oui, Monsieur le Président.

15 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Allez-y.

16 LE TÉMOIN: KATICA MILETIC [Assermenté]

17 [Le témoin répond par l'interprète]

18 Interrogatoire principal par M. Re :

19 Q. Bonjour, Madame Miletic.

20 R. Bonjour.

21 Q. Vous appelez-vous Katica Miletic?

22 R. Kata Miletic, mais on peut dire Kata aussi.

23 [Le conseil de l'Accusation se concerte]

24 M. RE : [interprétation]

25 Q. Etes-vous née le 13 février 1937 ?

Page 5

1 R. Oui, c'est vrai.

2 Q. Quel est votre métier ?

3 R. Non, je reste à la maison. Avant --

4 M. RE : [interprétation] Est-ce que je suis le seul à ne pas recevoir

5 l'interprétation ou les autres aussi.

6 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Y a-t-il des problèmes ?

7 M. RE : [interprétation] Oui, j'entends le B/C/S sur deux chaînes. Je pense

8 que je me suis bien branché.

9 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, nous aussi, nous entendons en même

10 temps deux langues différentes, nous aussi.

11 Madame le Témoin, excusez-nous de ces problèmes techniques que nous avons

12 rencontrés.

13 M. RE : [interprétation] Je vais essayer l'autre paire.

14 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Est-ce que vous pouvez dire quelque

15 chose ?

16 M. RE : [interprétation] Il ne s'agit pas d'un problème lorsque je parle,

17 mais à l'écoute, car j'entends les deux langues à la fois.

18 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui.

19 M. RE : [interprétation] Je n'ai pas osé utiliser l'autre de peur de le

20 perdre.

21 [Difficultés techniques]

22 M. RE : [interprétation] Nous avons un problème technique avec l'une

23 des boîtes, mais je vais essayer d'utiliser l'autre.

24 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Nous entendons encore le B/C/S dans nos

25 écouteurs.

Page 6

1 L'INTERPRÈTE : Pouvez-vous entendre l'anglais maintenant ? Pouvez-vous

2 m'entendre ?

3 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui.

4 Monsieur Re, est-ce que vous pouvez réessayer ?

5 M. RE : [interprétation]

6 Q. Madame Miletic, vous venez de nous dire que vous restez à la maison.

7 Etes-vous une retraitée ?

8 R. Oui.

9 Q. Avez-vous vécu à Grabovica jusqu'en 1993 ?

10 R. Oui.

11 Q. Pendant combien de temps avez-vous vécu à Grabovica ?

12 R. Je suis née à Grabovica, et j'y ai résidé jusqu'en 1993. C'est là que

13 je suis née, c'est là que j'ai vécu.

14 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Peut-on continuer ?

15 M. RE : [interprétation]

16 Q. Avec qui avez-vous vécu à Grabovica jusqu'en 1993 ?

17 R. J'avais ma maison là-bas, mon frère et ma belle-sur dans mon

18 voisinage. On vivait les uns à côté des autres. J'avais ma propre maison.

19 Q. Votre frère et votre belle-sur, comment s'appelaient-ils ?

20 R. Pero et Ruza.

21 Q. Quel était leur nom de famille ?

22 R. Miletic.

23 Q. Qu'en est-il d'Ilka Miletic ? Est-ce quelqu'un avec qui vous avez des

24 liens de parenté ?

25 R. Oui.

Page 7

1 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Monsieur Re, vous pouvez continuer, car

2 c'est seulement lorsque vous dites quelque chose qu'il peut vérifier si le

3 système fonctionne ou pas. Il s'agit de quelque chose que l'on entend en

4 toile de fond de la déposition de ce témoin. Ce n'est pas si important que

5 cela. Je pense que la Défense sera également d'accord pour que l'on

6 continue.

7 M. RE : [interprétation] Très bien.

8 Q. Madame Miletic, est-ce que Ilka Miletic était une cousine ?

9 R. Oui, c'est vrai.

10 Q. Qu'en est-il de Ljubica Mandic ? Est-ce qu'elle était une de vos

11 cousines également, et Andrija Mandic ?

12 R. Oui. Ljubica était une cousine, mais Andrija ne l'était pas. Je le

13 connaissais.

14 Q. Ivan Mandic, qui est-il ?

15 R. Ivan Mandic était le beau-frère de Ljubica.

16 Q. Etiez-vous à Grabovica en mai 1993 lorsque les soldats sont venus au

17 village ?

18 R. Oui.

19 Q. A quelle armée appartenaient les soldats ?

20 R. Il s'agissait de l'ABiH; de l'armée de Sarajevo.

21 Q. Comment saviez-vous qu'ils appartenaient à l'ABiH ?

22 R. Je le sais car ils portaient l'uniforme militaire. Zuca, il était leur

23 général. Voilà.

24 Q. D'où était Zuka ?

25 R. Je ne sais pas, je suppose de Sarajevo. Vous savez, je ne sais pas qui

Page 8

1 venait de quel endroit. J'ai entendu des rumeurs au sujet de cela.

2 Q. Viviez-vous à Grabovica en septembre 1993 ?

3 R. Oui.

4 Q. Que s'est-il passé au début du mois de septembre 1993 par rapport aux

5 soldats ?

6 R. Entre le 8 et le 9 et un peu avant le 8, il y a eu de plus en plus de

7 soldats. Un grand nombre de soldats sont arrivés. Entre le 8 et le 9, un

8 massacre a été perpétré à Grabovica, et 33 Croates ont été tués.

9 Q. Quand avez-vous vu les soldats pour la première fois en septembre

10 1993 ? Je retiens cela. Quand avez-vous vu pour la première fois, ce nombre

11 important de soldats qui sont venus en septembre 1993 ?

12 R. Je ne saurais vous dire la date exacte. C'était une semaine avant le

13 massacre du 8 ou 9 mai. Je ne peux pas vous dire la date exacte, et je

14 n'aime pas dire les mensonges.

15 Q. Quel était l'uniforme que ces soldats portaient ?

16 R. L'uniforme militaire de camouflage.

17 Q. Est-ce que vous vous souvenez des insignes militaires sur l'uniforme ?

18 R. Oui, mais vous savez, il faisait nuit. Je ne regardais pas non plus

19 cela de près. Ils portaient des insignes, et je n'y prêtais pas

20 particulièrement attention.

21 Q. Est-ce que certains de ces soldats sont restés dans le village ? Est-ce

22 qu'ils étaient logés dans le village ?

23 R. Oui, ils étaient de l'autre côté de la rivière, côté droit. Ils y sont

24 arrivés environ une semaine avant le massacre. Nous, nous sommes du côté

25 gauche.

Page 9

1 Q. Est-ce que vous savez s'ils avaient des maisons du côté droit de

2 Grabovica ? Est-ce que ces soldats sont restés dans ces maisons-là ou

3 ailleurs ?

4 R. Il y avait des maisons et d'autres bâtiments.

5 Q. Les soldats étaient où ?

6 R. Dans des maisons ou des cabanes. Cela dépendait des personnes. Il y

7 avait les deux.

8 Q. Est-ce que ces soldats appartenaient à la même armée, l'ABiH, la même

9 armée que celle à laquelle appartenaient ceux qui sont venus en mai 1993 ?

10 R. Il s'agissait des soldats de la même armée que ceux qui étaient venus à

11 Grabovica en mai. Vous savez, je ne peux pas vous dire plus de précision,

12 vous savez.

13 Q. Vous avez mentionné déjà le nom de Zuka comme étant -- je crois que

14 vous aviez dit, que c'était le général chargé des soldats qui se trouvaient

15 là depuis le mois de mai 1993. Est-ce que vous savez, est-ce que vous avez

16 entendu dire quoi que ce soit sur le point de savoir si Zuka avait quoi que

17 ce soit à voir avec les nouveaux soldats qui se trouvaient là en septembre

18 1993 ?

19 R. Je ne sais pas s'il était là en 1993. Je ne sais pas qui était en

20 rapport avec qui, qui était relié à qui. Je ne peux pas le savoir.

21 Q. Est-ce que vous avez vu une différence entre le comportement des

22 soldats qui sont venus en mai 1993 par rapport aux civils à Grabovica et le

23 comportement de ceux qui sont venus en septembre 1993 par rapport aux

24 civils de -- à l'égard des civils de Grabovica ?

25 R. Je ne sais pas. Il n'y a pas eu de changement là. J'ai bien vu que

Page 10

1 quelque chose se passait. Il y avait davantage de soldats, mais je ne sais

2 rien en ce qui concerne d'autres changements.

3 Q. Où étiez-vous le 8 septembre 1993 ?

4 R. Chez moi, à la maison.

5 Q. Que faisaient les soldats ce jour-là ? Qu'est-ce que vous avez vu faire

6 par ces soldats ? Est-ce que vous avez vu les soldats faire quelque chose ?

7 R. Ils nous ont dit de partir. Nous nous trouvions sur la rive gauche, et

8 nous sommes partis en direction de Jablanica. Nous avons réussi à passer, à

9 rester en vie. Nous sommes restés au musée pendant six mois jusqu'à ce que

10 on procède à des échanges; ceci au bout de six mois.

11 Q. Le 8 septembre, vous étiez chez vous à la maison, et les soldats vous

12 ont dit de partir -- qu'il vous fallait partir.

13 R. Oui, le 9 nous sommes venus.

14 Q. Bien.

15 R. Dans la matinée du 9. Nous étions à domicile le 8. Est-ce que vous

16 m'avez compris ?

17 Q. Oui, j'ai compris. Je voulais simplement vous demander de préciser ou

18 de clarifier ce qui s'est passé, et ce que vous avez vu ou entendu à

19 Grabovica le 8 septembre. C'est le jour précédent celui où vous avez quitté

20 le village. Vous m'avez dit qu'il y avait des soldats qui vous ont dit

21 qu'il fallait que vous partiez. Où est-ce que ces soldats --

22 M. MORRISSEY : [interprétation] Excusez-moi. J'objecte à cette question.

23 Est-ce que le témoin pourrait juste m'excuser un instant parce que j'ai

24 cette objection à faire.

25 L'objection est la suivante : c'était une question directrice. Il s'agit de

Page 11

1 ce qui a été dit le 8. Maintenant, le témoin n'a pas dit qu'elle était

2 d'accord avec cela. J'objecte que cette question soit posée au témoin en

3 disant qu'elle avait vu quoi que ce soit les soldats, le 8.

4 M. RE : [interprétation] Je voudrais faire remarquer à mon confrère ce qui

5 est inscrit à la page [inaudible] ligne 17 : Qu'est-ce que les soldats --

6 est-ce vous avez vu ce que faisaient ou entendu ce que faisaient les

7 soldats ? Réponse : Ils nous ont dit de partir. J'étais juste en train de

8 continuer mon interrogatoire sur la base de cette phrase. Elle a dit : "Ils

9 nous ont dit de partir."

10 M. MORRISSEY : [interprétation] Oui, Monsieur le Président, c'est très

11 clair. Il est évident, d'après le contexte, qu'elle faisait une réponse qui

12 n'était pas limitée à la journée du 8. Elle a parlé des six mois dans sa

13 réponse.

14 Maintenant, Monsieur le Président, mon confrère a le droit de poser ses

15 questions s'il s'agit d'éléments de preuve mais il faut qu'il demande au

16 témoin ce qu'il va lui demander, et non pas qu'il lui dise qu'on lui a dit

17 quelque chose le 8, parce que cela est évidemment une question qui peut

18 avoir une importance certaine.

19 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je pense que le témoin nous a dit cela

20 savez-vous. On lui a demandé de partir, à ce moment-là, mais je vois que

21 cette question est une question composée.

22 Peut-être, Monsieur Re, pourriez-vous s'il vous plaît la démultiplier,

23 poser une autre question, plusieurs questions et finalement, présenter des

24 arguments pas à pas.

25 M. RE : [interprétation]

Page 12

1 Q. Madame Miletic, est-ce que les soldats qui vous ont dit de partir vous

2 l'ont dit le 8 ou le 9 ? Est-ce qu'il s'agissait des soldats qui se

3 trouvaient au poste de contrôle ?

4 R. Le 9, tous les soldats sont au poste de contrôle. Je ne sais pas qui

5 c'était. Le 9, pour être bien clair, nous avons quitté nos maisons, le 9,

6 nous sommes partis de chez nous. Le 9 septembre.

7 Q. Vous vous êtes mis en route le 9. Est-ce que les soldats qui se

8 trouvaient au poste de contrôle vous ont dit que vous deviez partir ? Ils

9 vous l'ont dit le 8 ou le 9 ?

10 R. Le 9. Le 9.

11 Q. Les soldats qui se trouvaient dans le village, le 8 et le 9, étaient-

12 ils armés ?

13 R. Oui, chaque soldat avait un fusil sur l'épaule; sinon, il n'y avait pas

14 de soldats -- il n'y a pas de soldats sans armes.

15 Q. Est-ce que vous avez entendu ou est-ce que vous avez vu les soldats

16 faisant usage de leurs armes, le 8 ? C'est bien le jour précédant votre

17 départ. Est-ce que vous avez entendu des tirs ?

18 Est-ce que vous avez entendu tirer ?

19 R. Je ne sais pas. C'étaient des opérations de combat, on pouvait tout le

20 temps entendre tirer. Je ne sais pas qui tirait, mais c'était la guerre.

21 Cela n'a pas vraiment d'importance.

22 Q. Alors, juste pour préciser ou clarifier votre dernière réponse, je vous

23 pose des questions concernant le 8 septembre, lorsque vous étiez chez vous,

24 vous rappelez-vous avoir entendu des tirs d'armes à feu ? Est-ce que vous

25 avez entendu tirer, je vous parle du village de Grabovica, d'un côté ou de

Page 13

1 l'autre de la rivière ou de l'autre côté de la rivière ?

2 R. Oui, j'ai entendu de l'autre côté, oui, on pouvait entendre.

3 Q. Est-ce que c'était de jour ou de nuit ou les deux ?

4 R. On pouvait entendre cela jour et nuit.

5 Q. Pourriez-vous décrire combien de temps cela durait, quelle était

6 l'intensité ? Par exemple, est-ce que c'était un coup de feu de temps en

7 temps ou est-ce que c'étaient des coups de feu tout le temps ou des

8 rafales, ici et là ou quoi ?

9 R. C'était à l'occasion. Parfois, on pouvait entendre un coup de fusil, de

10 temps à autre. Je peux affirmer cela très clairement, c'était de temps à

11 autre.

12 Q. Quels autres bruits avez-vous pu entendre de ces soldats indépendamment

13 des coups de feu de l'autre côté de la rivière, le 8 septembre ?

14 R. On pouvait les entendre chanter, la nuit on les entendait chanter,

15 c'est tout ce que j'entendais, je n'entendais rien d'autre. Il y avait des

16 soldats qui chantaient.

17 [Le conseil de l'Accusation se concerte]

18 M. RE : [interprétation]

19 Q. Vous dites que vous avez entendu les soldats qui chantaient. Est-ce que

20 vous avez entendu ou est-ce que vous avez pu entendre d'autres personnes,

21 indépendamment des soldats, faire du bruit dans la nuit du 8 septembre ?

22 R. Non, je n'ai pas entendu quoi que ce soit que l'on puisse différencier,

23 la différence entre les différents bruits. Je ne sais pas qui faisait quoi.

24 Je n'en ai aucune idée.

25 Q. Donc, est-ce que vous êtes restée dans votre maison ou est-ce que vous

Page 14

1 êtes resté dans cette maison, le 8 septembre ?

2 R. Oui, jusqu'au matin du 9. Dans la matinée du 9, nous avons quitté nos

3 maisons vers 15 heures.

4 Q. Avant de quitter votre domicile vers 15 heures, qu'avez-vous fait au

5 cours de la journée dans le village. Est-ce que vous étiez chez vous ? Est-

6 ce que vous vous êtes rendus quelque part ? Est-ce que vous avez vu

7 quelqu'un ?

8 R. Je suis allée voir ma sur. Je pouvais voir que quelque chose n'allait

9 pas bien, quelque chose que je sais. Donc, j'étais allée voir ce qui se

10 passait. Et puis, je suis rentrée chez moi et ensuite, nous nous sommes mis

11 en route pour Jablanica, par la route.

12 Q. A quelle distance se trouve la maison de votre sur par rapport à

13 l'endroit où vous vous trouviez ?

14 R. A peu près 900 mètres. Quelque chose comme cela.

15 Q. Votre sur, c'est Ljubica ?

16 R. Oui.

17 Q. Excusez-moi, mais votre sur, est-ce que c'était cette sur Ljubica

18 dont vous avez parlé un peu plus tôt ?

19 R. Oui, oui, c'est ma sur. Oui.

20 Q. Vous nous avez dit que vous aviez entendu tirer le jour précédent et au

21 cours de la nuit qui a précédé. Donc, il s'agit bien du 8 septembre. Est-ce

22 que vous avez entendu ou vu des soldats qui tiraient dans la matinée du 9

23 septembre ?

24 R. Oui, oui. Il y avait des tirs sporadiques.

25 Q. Est-ce que c'était de votre côté de la rivière ou est-ce que c'était de

Page 15

1 l'autre côté de la rivière ?

2 R. C'était sur la rive et nous nous trouvions sur la rive gauche et les

3 tirs étaient sur la rive droite de la rivière.

4 Q. Et les tirs étaient dirigés dans quelle direction ? Ils tiraient vers

5 où ?

6 R. A vrai dire, je ne le sais pas, je ne sais vraiment pas sur quoi ils

7 tiraient. Je n'ai même pas osé regarder, je n'en ai aucune idée.

8 Personnellement, je me précipitais dans la maison. Je ne sais rien à ce

9 sujet.

10 Q. Est-ce que vous avez entendu quoi que ce soit qui ait permis de penser

11 que l'on tirait au dessus de votre maison ?

12 R. Je ne sais pas si cela passait par-dessus la maison. Une balle est

13 passée au dessus de la maison mais je ne sais rien d'autre à ce sujet. Je

14 n'ai rien entendu.

15 Q. Cette balle qui a été tirée au dessus de votre maison, est-ce que

16 c'était dans la matinée ou dans l'après-midi ?

17 R. C'était dans la matinée, c'était le matin, vers 9 heures, la journée du

18 9.

19 Q. Vous êtes allée voir votre sur, Ljubica. Est-ce vous êtes également

20 allée voir Ilka Miletic, votre cousine, le 9 septembre ?

21 R. Je suis allée voir ma soeur vers 10 heures du matin. Oui, je suis

22 allée, j'ai pu voir, pu me rendre compte qu'elle n'était pas près de la

23 rivière et à ce moment-là, j'ai vu Ilka dont la maison est proche et puis,

24 ensuite, j'ai vu qu'elle allait bien et donc, je suis rentrée chez moi.

25 Q. Est-ce que la femme de votre frère, était chez elle lorsque vous êtes

Page 16

1 revenue ? Etait-elle à domicile, lorsque vous êtes revenue ?

2 R. Oui.

3 Q. Que faisait-elle ?

4 R. Elle se préparait à partir -- elle et mon frère se préparaient à

5 partir. J'ai demandé : "Mais qu'est-ce qui se passe ?" et elle m'a répondu

6 : "Et bien ces réfugiés nous ont dit de partir, si nous voulions rester en

7 vie."

8 Q. Vous avez décrit les soldats qui tiraient de l'autre côté de la

9 rivière. Est-ce que des soldats se sont approchés de votre maison, avant

10 que vous ne partiez, lorsque vous y étiez encore ?

11 R. Oui, ils l'ont fait. Ils sont venus à la maison, au moment où nous

12 partions. Oui, effectivement, ils sont venus.

13 Q. Est-ce que ces soldats appartenaient à la même armée ? Est-ce qu'ils

14 étaient de l'ABiH, comme les soldats qui se trouvaient de l'autre côté de

15 la rivière ?

16 R. Oui. Oui, exactement. Les soldats de l'ABiH.

17 Q. Qu'est-ce que les soldats vous ont dit ?

18 R. De partir. De quitter les lieux.

19 Q. Est-ce qu'ils vous ont dit pourquoi il fallait que vous partiez ?

20 R. Non, ils n'ont donné aucune raison. Ils ne nous ont pas dit pourquoi il

21 fallait partir. Ils nous ont simplement dit de partir.

22 Q. Est-ce que ces soldats, comme les autres soldats que vous avez vus,

23 étaient-ils armés ?

24 R. Ils étaient tous armés. Tous l'étaient.

25 Q. A peu près combien de soldats sont venus chez vous ?

Page 17

1 R. Un grand nombre, mais je ne sais pas le chiffre exact. Je ne voudrais

2 pas vous dire quelque chose de faux. Je ne suis pas une personne à dire

3 quelque chose de faux.

4 Q. Est-ce que vous pouviez dire quelque chose, concernant leur provenance,

5 d'après leurs accents ? Que pourriez-vous nous dire à ce sujet ?

6 R. Ils étaient de Sarajevo, mais je ne sais pas d'où ils venaient. C'était

7 des soldats qui venaient de Sarajevo, mais je ne sais pas quelle était leur

8 origine.

9 Q. Est-ce que vous leur avez donné quoi que ce soit ?

10 R. Ils ont pris ce qu'il y avait là. Ils l'ont fait, nous l'avons fait

11 aussi. Mais, ils ont pris ce dont ils avaient besoin. Tout ce qui leur

12 tombait sous la main.

13 Q. Est-ce que vous pourriez développer un peu ce point. Qu'est-ce que les

14 soldats ont fait, lorsqu'ils sont venus chez vous ? Ils vous ont dit de

15 partir, mais quoi d'autre ? Qu'ont-ils fait d'autre ?

16 R. Ils fouillaient la maison, ils cherchaient quelque chose, je ne sais

17 pas quoi. Ils cherchaient quelque chose. Ils étaient en train de chercher

18 quelque chose et je ne sais pas ce qu'ils cherchaient. Puis, nous sommes

19 partis.

20 Q. Il y a un instant, je vous ai demandé si vous leur avez donné quelque

21 chose et vous avez dit : "Ils ont pris ce qui se trouvait là, ils ont pris

22 ce dont ils avaient besoin." Ce que je vous demande c'est : Est-ce que vous

23 leur avez donné quelque chose --

24 R. Ce dont ils avaient besoin. Oui, je l'ai fait. J'avais de l'argent, ce

25 n'était pas beaucoup d'argent. Je leur ai donné, puis nous sommes partis.

Page 18

1 Q. Approximativement, combien d'argent leur avez-vous donné ?

2 R. 500 marks allemands.

3 Q. Vous avez dit : "Nous sommes partis." "Nous," c'était qui ?

4 R. Mon frère, ma belle-sur et moi-même, nous trois.

5 Q. Qu'est-ce que vous avez emporté avec vous ? Est-ce que vous portiez

6 quelque chose ?

7 R. Oui. Des manteaux, des vestes, un sac, des chaussures et ainsi de

8 suite. Un certain nombre de choses, des sous-vêtements et ainsi de suite.

9 Q. Est-ce que vous êtes partis à pied ?

10 R. Oui.

11 Q. Où êtes-vous allés ?

12 R. Nous avons pris la grand-route, conduisant à Jablanica.

13 Q. Est-ce que vous avez eu à passer devant la maison d'Ilka Miletic, pour

14 y aller ?

15 R. Oui, nous l'avons fait.

16 Q. Est-ce que vous avez vu Ilka, chez elle, au moment où vous êtes passés

17 devant sa maison, au moment où vous avez quitté le village ?

18 R. Non.

19 Q. Y avait-il d'autres personnes qui se trouvaient autour de sa maison ou

20 dans le voisinage, lorsque vous êtes passés par là -- vous êtes passés

21 devant ?

22 R. Oui. Oui, il y avait des réfugiés, des soldats aussi. Mais je ne sais

23 pas exactement qui était là. Mais, certainement, il y avait des gens qui

24 s'y trouvaient.

25 Q. Que faisaient ces personnes, ces réfugiés, ces soldats ?

Page 19

1 R. Je ne sais pas. Ils se tenaient là, assis. Ils parlaient. Nous sommes

2 passés en suivant le long de la route, en direction de Jablanica. Il y

3 avait aussi d'autres personnes, j'ai vu qu'il y avait des gens qui

4 enregistraient ou filmaient. Il y avait une caméra ou quelque chose de ce

5 genre. Je ne sais pas.

6 Q. Voulez-vous dire, une vidéo ? Madame Miletic, est-ce que vous voulez

7 dire une caméra vidéo qui enregistrait ?

8 R. Oui, probablement. Je ne sais pas ce que c'était, mais ils

9 enregistraient quelque chose avec -- c'était sur un petit camion TAM, mais

10 je ne sais pas ce qu'ils faisaient. Ils étaient en train d'enregistrer

11 quelque chose du côté droit et il y avait un petit camion TAM à cet

12 endroit-là.

13 Q. Et en disant, "ils," vous voulez parler de qui ? Des soldats ou des

14 réfugiés ?

15 R. Des soldats, c'était des soldats. Non, pas des réfugiés. C'étaient des

16 soldats.

17 Q. Ceux qui se trouvaient être avec ce camion, ce petit camion TAM, avez-

18 vous noté, remarqué quoi que ce soit concernant le numéro du camion ou d'où

19 ils venaient ?

20 R. Les plaques d'immatriculation étaient de Sarajevo, c'étaient des

21 plaques minéralogiques de Sarajevo. Cela, je peux vous le dire, mais, je ne

22 sais rien d'autre, en ce qui concerne le véhicule. Il avait des plaques

23 d'immatriculation de Sarajevo.

24 Q. Où donc vous êtes-vous déplacés, où vous êtes-vous rendus à pied ?

25 R. Suivant la grand-route, qui va de Grabovica, Mostar, Jablanica. Nous,

Page 20

1 nous allions en direction de Jablanica.

2 Q. Qu'est-ce que vous avez vu, tandis que vous marchiez vers Jablanica ?

3 R. Lorsque nous nous sommes trouvés à une certaine distance du village, je

4 ne sais pas exactement où, c'est là que se trouvait le barrage; et c'est là

5 que nous avons vu le cadavre de Ilka Miletic, mais, nous n'avons pas

6 vraiment osé aller regarder de trop près. Ivan Mandic aussi, nous sommes

7 passés, nous sommes allés à Jablanica. Nous avons passé notre chemin.

8 [Le conseil de l'Accusation se concerte]

9 M. RE : [interprétation]

10 Q. Vous dites que vous avez vu le cadavre d'Ilka -- le cadavre d'Ilka

11 Miletic, et vous avez dit aussi que vous aviez vu Ivan Mandic. Est-ce

12 qu'Ivan Mandic était vivant ou mort lorsque vous l'avez vu ?

13 R. Il était mort. Tous deux étaient morts.

14 Q. Où se trouvaient les corps l'un par rapport à l'autre ? A quelle

15 distance se trouvaient-ils ? Etaient-ils proches ?

16 R. Je n'ai pas vraiment remarqué cela. Ils étaient -- ils gisaient là, à

17 côté de la route, mais je ne sais pas à quelle distance l'un de l'autre. Je

18 ne sais vraiment pas. Nous étions en danger, donc je ne sais pas. Ils

19 étaient là tous les deux, mais je ne sais pas quelle était la distance

20 entre les deux corps. Je ne sais pas.

21 Q. Vous avez dit que vous n'avez pas osé regarder de trop près. Est-ce que

22 vous voulez dire que vous avez continué à marcher en direction de

23 Jablanica ?

24 R. Oui, c'est cela.

25 Q. Est-ce que vous êtes allés jusqu'à Jablanica à pied ?

Page 21

1 R. Oui, jusqu'à Donja Jablanica. Puis, une voiture s'est arrêtée et nous a

2 faits monter et nous avons été emmenés en voiture à Jablanica.

3 Q. Est-ce qu'Ilka Miletic ou Ivan Mandic ou est-ce que l'une ou l'autre de

4 ces deux, soldat -- est-ce que c'étaient des soldats ou est-ce que

5 c'étaient tous les deux des civils ?

6 R. C'étaient tous les deux des civils. Il était un homme relativement âgé,

7 qui souffrait d'asthme et elle était une femme relativement âgée,

8 passablement plus âgée, elle vivait seule, elle n'avait personne, elle

9 n'était pas mariée. Tous deux étaient âgés, ils n'étaient pas en bonne

10 santé. Ils n'avaient pas d'armes ni quoi que ce soit de ce genre.

11 Q. Est-ce que l'un ou l'autre avait pris part à des activités de combat, à

12 votre connaissance ?

13 R. Non. Elle était née en 1927. Il n'y avait vraiment -- elle n'aurait

14 absolument pas pu -- ils n'auraient absolument pas pu participer à des

15 combats, non.

16 M. RE : [interprétation] Pourrait-on montrer au témoin, une photographie

17 qui est la pièce à conviction portant les chiffres d'identification MFI162,

18 le numéro 04020972. Je ne suis pas sûr de la manière dont on peut montrer

19 cela au témoin et faire en sorte qu'elle puisse y apporter des marques,

20 puisse marquer cette photo, mais, ceci va être maintenant mis à l'écran. Je

21 crois qu'il faudra qu'on fasse quelque chose à ce sujet. Pour le moment, on

22 utilise le système ou le logiciel Sanction.

23 [La Chambre de première instance et le Greffier se concertent]

24 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je crains qu'il ne soit pas possible de

25 le faire par le lien vidéo. Je veux dire, demander au témoin d'apposer une

Page 22

1 marque sur cette photographie.

2 M. RE : [interprétation] Est-ce qu'une photographie pourrait être placée

3 sur le rétroprojecteur et on demanderait au témoin de pointer, d'indiquer

4 sur cet écran à Sarajevo -- indiquer sur son écran à Sarajevo ?

5 M. MORRISSEY : [interprétation] Nous n'avons pas d'objection à cela,

6 Monsieur le Président.

7 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie.

8 M. RE : [interprétation]

9 Q. Madame Miletic, je vais mettre une photographie sur l'écran, et je

10 voudrais que vous y jetiez un coup d'il. Je vais vous demander de désigner

11 certains points et de désigner certaines choses en particulier, sur cette

12 photo-ci, avec une plume ou un objet pointu.

13 R. Oui.

14 Q. Est-ce que vous pouvez voir la photographie ?

15 R. Oui.

16 Q. Pouvez-vous reconnaître - il s'agit d'une photographie aérienne de

17 Grabovica ?

18 R. C'est mon village.

19 Q. Je voudrais désigner -- est-ce que vous pouvez voir votre maison sur la

20 photographie ?

21 M. MORRISSEY : [interprétation] Monsieur le Président, voudriez-vous

22 m'excuser un instant, s'il vous plaît. Nous avons la photographie à

23 l'écran, mais nous n'avons pas de pointeur qui nous permette de désigner

24 les choses. Je ne suis pas sûr que nous voyions ce que voit le témoin ou ce

25 que le témoin est en train d'essayer de désigner en direct à partir de son

Page 23

1 écran.

2 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Vous avez beaucoup plus de chance parce

3 que moi-même, je ne vois pas d'image à l'écran.

4 M. MORRISSEY : [interprétation] Monsieur le Président, la photographie est

5 excellente.

6 M. LE GREFFIER : [interprétation] Excusez-moi, Monsieur le Président. Mais,

7 il est impossible pour le témoin de désigner un point quelconque sur la

8 carte étant donné la façon dont nous sommes situés ici à Sarajevo, l'écran

9 est loin du témoin de sorte qu'il est difficile pour elle, de pouvoir

10 désigner -- s'il y a là une image qu'elle pourrait obtenir, peut-être que

11 l'un des Juristes pourrait--

12 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui. Monsieur Re, pourriez-vous s'il vous

13 plaît demander au témoin de désigner avec un pointeur, sur cette image et

14 voir si nous pouvons la voir ou non.

15 M. RE : [interprétation]

16 Q. Madame Miletic, pouvez-vous voir votre maison sur cette photographie ?

17 R. Oui, je peux la voir. Je peux voir toutes les maisons. Hier, j'ai dit à

18 l'homme qui se trouvait à l'hôtel, je lui ai montré toutes les maisons et

19 qui avaient été tués. Je ne sais pas s'il est utile de le dire à nouveau.

20 Je l'ai montré. Je l'ai fait remarquer en désignant avec un crayon, c'était

21 ce juriste.

22 Q. Est-ce que vous avez une copie de cette photographie près de vous ?

23 R. Non. C'est le Juriste qui l'a à l'hôtel. Voici donc mon village.

24 Q. Est-ce que vous pourriez le décrire pour nous ? Si vous regardez la

25 photographie, la rivière traverse là au milieu de la photographie. Est-ce

Page 24

1 que votre maison se trouve bien, tout en haut de la photographie sur

2 l'écran ?

3 R. Non. Ma maison est au commencement et la maison de Ilka est près du

4 haut-là, Ilka Miletic et les autres Ljubica. Quant à la mienne, elle est

5 ici, là au début du village, je peux les voir toutes, les leurs sont là-

6 bas, environ 900 mètres de distance de ma maison.

7 Q. Donc, si vous partagez l'écran en quatre, il y a le haut à gauche, le

8 haut à droite, le bas à gauche, le bas à droite. Je voudrais que vous

9 essayiez donc d'imaginer cela. Où se trouve la maison où vous vous trouviez

10 en septembre 1993 ?

11 R. Ma maison est au beau milieu du village. Plutôt vers le bas du côté

12 gauche de l'écran.

13 Q. Lorsque vous partiez et lorsque vous vous dirigiez vers Jablanica --

14 R. Oui.

15 Q. Est-ce que vous vous dirigiez du côté gauche ou du côté droit ?

16 R. Non. C'est-à-dire que nous avons emprunté la route asphaltée, sur la

17 rive gauche et c'est le seul parcours, c'est la seule direction à

18 emprunter. C'est ce que vous pouvez voir à l'écran.

19 Q. Est-ce dire que ceci est en direction du barrage ?

20 R. Oui, en direction du barrage, le barrage se trouvant dans les hauteurs.

21 Il s'agit de la route principale et qui mène de Jablanica à Sarajevo. Il

22 s'agit de préciser que nous sommes sur la rive gauche.

23 Q. Est-ce bien la route que nous pouvons voir, qui court tout près de la

24 rivière que nous pouvons voir ici et qui mène vers le barrage. C'est cette

25 route-là que vous avez empruntée, n'est-ce pas ?

Page 25

1 R. Oui, oui. Oui, on peut le voir à l'écran, c'est exact.

2 Q. Toujours parlant de l'écran, vers le milieu de l'écran, sur la rive

3 gauche, on semble voir comme une espèce de banc de sable où la rivière

4 vire, tourne à gauche, n'est-ce pas ? Est-ce que vous voyez cela ?

5 R. Oui, oui, je le vois.

6 Q. Fort bien. Maintenant, reportez-vous à l'image sur l'écran. Dites à la

7 Chambre de première instance où vous avez remarqué ces deux corps morts

8 d'Ilka Miletic et d'Yvan Mandic ?

9 R. Justement, lorsqu'une fois que vous étiez passé à côté de cette digue,

10 comme je l'appellerais, se trouve là justement la maison d'Ilka. Comme

11 ceci, nous pouvons voir maintenant à l'écran, cela est marqué d'ailleurs et

12 à quelques mètres de là-bas, évidemment, se trouve le barrage.

13 Q. Vous parlez de la maison d'Ilka, pouvez-vous nous décrire cette

14 situation ? Il y a quatre ou cinq maisons, maintenant que nous avons fait

15 augmenter la photo.

16 M. MORRISSEY : [interprétation] Monsieur le Président, je ne sais pas ce

17 qu'il y a d'augmenté ou ce qu'il y a d'autre parce que je n'ai qu'une image

18 statique sous mes yeux.

19 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Pour des raisons d'ordre technique, étant

20 donné les problèmes techniques que nous avons, nous ne sommes pas en mesure

21 de procéder comme nous le faisons d'ordinaire dans le prétoire. Je crois

22 qu'il n'y a rien à contester pour dire que les deux corps de ces deux

23 personnes mortes ont été trouvées près du village ou tout près du village

24 ou dans le village. Par conséquent, nous n'avons guère besoin de localiser

25 très exactement, avec précision, l'emplacement où ont été trouvés ces deux

Page 26

1 corps.

2 Etes-vous d'accord, Monsieur Morrissey ?

3 M. MORRISSEY : [interprétation] Avec le respect que je vous porte,

4 Monsieur le Président, je ne suis pas d'accord. Le Procureur a tous les

5 droits de faire comme il le fait, il procède. Mais, lorsqu'il pose des

6 questions, lorsque le témoin nous en parle, je crois qu'on pourrait

7 procéder par écrit, également. Je ne disposais pas de cette photo, de la

8 même photo à laquelle fait référence M. Re, le Procureur. Par conséquent,

9 tant que j'aurai, sous mes yeux, la photo dont il est en train de parler,

10 alors je serai plutôt satisfait.

11 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Nous allons voir jusqu'où nous pouvons

12 aller de la sorte parce que j'ai l'image -- enfin, dans l'ensemble à

13 l'écran, il ne s'agit pas de dire que c'est un gros plan que j'ai pu

14 obtenir, moi-même, ici sur l'écran.

15 M. RE : [interprétation]

16 Q. Madame Miletic, pourriez-vous nous faire la description de la maison

17 d'Ilka Miletic, de l'emplacement de la maison d'Ilka Miletic par rapport

18 au barrage ? Est-ce que c'est en contrebas, au dessous, où par rapport au

19 barrage sur cette photographie ?

20 R. Là, où vous avez toutes ces cabanes, baraques plutôt, à droite se

21 trouve justement cette petite maison. Cette maison est à elle. Juste

22 derrière les baraques.

23 [La Chambre de première instance et le Greffier se concertent]

24 M. RE : [interprétation]

25 Q. S'agit-il de parler de 2 ou 3 ou 4 structures, maisons qui se trouvent

Page 27

1 là où le fleuve fait un virage, où il y a ce banc de sable ?

2 R. Ecoutez, il y a deux ou trois maisons. Est-ce que vous voyez ces

3 baraques, ces structures qui sont au nombre de 5, 6, 7, je ne sais pas,

4 tout de suite après les baraques, se trouve sa maison.

5 Q. Pour que cela soit clair, de quelles baraques vous parlez ? Est-ce que

6 ce sont ces structures en forme longue ?

7 R. Sur la rive gauche, tout près de la route asphaltée. On l'appelle chez

8 nous la route menant à Sarajevo.

9 Q. A quelle distance en mètres, approximativement,

10 pourrions-nous dire où se trouverait la maison d'Ilka Miletic par rapport

11 au barrage et par rapport aux baraques ?

12 R. Près de la digue, il y a un pont et la maison se trouve en plein

13 village. Vous savez ce que c'est qu'un village, au beau milieu du village.

14 C'est comme cela que vous allez vous retrouver le mieux. Mais je dis bien,

15 au bord de la route et c'est ce que je vous ai montré, c'est ce que j'ai

16 montré d'ailleurs à cet homme-là qui se trouvait à l'hôtel.

17 Q. Y a-t-il un emplacement sur cette photo que vous appellerez comme étant

18 un lac ?

19 R. Oui. Il s'agit de ce lac-là qui se trouve après les rives gauches et

20 droites de la rivière Neretva. Il y a d'abord la rivière Neretva et puis

21 après, ce lac. C'est tout.

22 Q. Lorsque vous partiez le 9 septembre, est-ce que vous avez pu observer

23 des soldats, près du lac ? Si oui, qu'est-ce qu'ils faisaient ?

24 R. Je ne sais pas. Ils plaisantaient là-bas, mais ils tiraient aussi dans

25 le lac. Est-ce qu'ils pêchaient, prenaient du poisson, qu'en sais-je.

Page 28

1 Q. Est-ce que vous savez si les corps d'Ilka Miletic ou d' Yvan Mandic ont

2 jamais pu être identifiés ou est-ce que quelqu'un les a déplacés, ces

3 corps ?

4 R. Non. Pour ce qui est du corps d'Ilka, je ne le dirais pas. Mais le

5 corps d'Ivan a été déplacé et il a été, d'ailleurs, enseveli à Mostar. Ils

6 ont, notamment, déplacé le corps pour le ramener à son épouse à Grabovica

7 où, définitivement, sa femme a été ensevelie également. Ce sont leurs

8 enfants qui ont tout fait cela. Mais le corps d'Ilka n'a jamais été trouvé.

9 Là, je suis certaine.

10 Q. Est-ce que vous pourriez nous dire quand le corps d'Ivan Mandic a été

11 identifié ?

12 R. Je ne sais pas, je ne peux pas vous préciser la date parce que moi, je

13 ne sais pas mentir. Je n'aime pas mentir, je ne peux pas vous dire la date.

14 Vous pouvez peut-être aller chercher ailleurs, auprès de quelqu'un qui

15 saurait tout cela mieux que moi.

16 M. RE : [interprétation] Monsieur le Président, Messieurs les Juges, ainsi

17 se conclurait l'interrogatoire principal si on ne peut pas présenter la

18 photo qui, de toute évidence, a été montrée hier. Peut-être pourrait-on

19 trouver cette photo à Sarajevo. Voilà, c'est à peu près tout en ce qui me

20 concerne.

21 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Est-il possible de faire voir cette

22 photo, quelques photos à ce témoin ?

23 M. RE : [interprétation] Vous voulez dire dans le prétoire de Sarajevo ?

24 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Dans les deux.

25 M. RE : [interprétation] Il est possible de lui faire voir ou d'avoir les

Page 29

1 photos à Sarajevo une fois qu'elle aurait fait des annotations, on pourrait

2 peut-être reprendre les photos pour les emmener ici.

3 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Est-ce qu'il y a des objections de la

4 part du Conseil de la Défense ?

5 M. MORRISSEY : [interprétation] En général, il n'y a pas d'objections. En

6 tout cas, ceci pourrait nous être utile, mais la seule chose c'est que

7 j'aimerais bien mener le témoin à la photo y aidant, pas à pas, pour

8 essayer d'obtenir quelque chose. Je lui montrerai certaines photos pour lui

9 demander d'identifier des faits, sans lui demander de faire des

10 annotations. Mais ma proposition serait, c'est qu'elle garde la photo à

11 Sarajevo pour y apporter toutes les annotations possibles. Après quoi, nous

12 pouvons nous en servir, évidemment, lorsque nous aurons une pièce

13 justificative, cette fois-ci en format papier.

14 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Essayons-le.

15 Mme LA GREFFIÈRE [à Sarajevo]: [interprétation] Monsieur le Président --

16 M. RE : [interprétation] Nous avons un téléphone, d'ailleurs, dont nous

17 pouvons nous servir pour être en contact avec le prétoire de Sarajevo et

18 peut-être nous pourrions procéder de la sorte.

19 Mme LA GREFFIÈRE: [à Sarajevo] [interprétation] Monsieur le Président, est-

20 ce que vous m'entendez ? Monsieur le Président, est-ce que vous

21 m'entendez ?

22 M. LE JUGE LIU : [interprétation] On vient de m'apprendre qu'il faut

23 procéder à certaines préparations en vue du contre-interrogatoire du

24 témoin. Par conséquent, serait-il bon de marquer une pause maintenant, et

25 reprendre le travail dans le prétoire en audience, à onze moins quart ?

Page 30

1 Veuillez vous lever.

2 --- L'audience est suspendue à 10 heures 15.

3 --- L'audience est reprise à 10 heures 49.

4 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Madame Chana ?

5 Mme CHANA : [interprétation] Oui, Monsieur le Président. Au sujet du témoin

6 prochain -- suivant, je ne dirai pas son nom. Le témoin a demandé certaines

7 mesures de protection, donc l'altération des traits du visage sur l'écran

8 et un code.

9 J'ai longuement parlé avec cette personne -- cet homme de Sarajevo, l'homme

10 [comme interprété] me disant qu'on voudrait des mesures de protection,

11 parce que leur maison se trouve toujours à Grabovica. De temps en temps,

12 elle et son mari y retournent à cette maison de Grabovica. La personne

13 considère qu'elle vivait se leurrant en quelque sorte, vivant de l'illusion

14 de pouvoir se voir délivrer des mesures de protection.

15 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Y a-t-il des commentaires ?

16 M. MORRISSEY : [interprétation] Monsieur le Président, comme nous l'avons

17 déjà indiqué, notre attitude à l'égard des victimes est un petit peu

18 différente. Il s'agit de dire que cette personne est dans cette catégorie

19 de gens qui nécessiterait des mesures de protection, on a qu'à soumettre

20 une requête, nous ne voyons pas d'objection.

21 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Merci.

22 Madame Chana, nous faisons droit à votre requête.

23 Mme CHANA : [interprétation] Merci, Monsieur le Président.

24 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Monsieur Re.

25 M. RE : [interprétation] Je crois que les photos sont dans l'ordre

Page 31

1 maintenant tel que nous le voulons. Est-ce que nous allons poursuivre ?

2 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Vous avez la parole.

3 M. RE : [interprétation] Merci.

4 Q. Madame Miletic, avez-vous la photo devant vous maintenant ?

5 R. Oui.

6 Q. S'agit-il de la même photo de tout à l'heure, c'est-à-dire, lorsque le

7 Juriste vous a fait voir et laquelle photo vous avez apposé des

8 annotations ? Cette fois-ci, il n'y a pas d'annotation ?

9 R. Oui, je vois tout cela ici, sur le papier.

10 Q. S'agit-il de dire que c'est la photo avec le numéro 02992354 ?

11 R. Oui.

12 M. RE : [interprétation] Pour le compte rendu d'audience, précisons qu'il

13 s'agit de la pièce à conviction MFI163.

14 Q. Je dirais tout d'abord qu'il s'agit d'une copie en noir et blanc.

15 R. Oui.

16 Q. Je voudrais bien que vous apportiez des annotations sur la photo en y

17 marquant des cercles assortis des chiffres, "1", "2", "3" et "4". D'abord,

18 sur la photo, indiquez l'emplacement de votre maison. Faites un cercle

19 autour de ce qui est votre maison, et inscrivez le chiffre "1". Dites-moi

20 lorsque vous aurez terminé la tâche.

21 R. [Le témoin s'exécute] Oui, je m'en suis occupé. Pour ce qui est de ma

22 maison, c'est terminé.

23 Q. Maintenant, par le chiffre "2", toujours le cercle dont il faut

24 contourner la maison. Encerclez la maison, puis le chiffre "2".

25 R. [Le témoin s'exécute] Je l'ai fait, c'est terminé.

Page 32

1 Q. Maintenant, pour la maison de Ivan Mandic, faites en sorte qu'il y ait

2 d'abord un cercle autour de la maison avec un chiffre "3" à l'intérieur du

3 cercle.

4 R. [Le témoin s'exécute] C'est fait.

5 Q. A la fin, maintenant, encore un autre cercle que vous mettrez à

6 l'emplacement où les corps ont été retrouvés, et au beau milieu du cercle,

7 inscrivez le chiffre "4".

8 R. [Le témoin s'exécute] Vous dites le chiffre "4" -- numéro "4". Très

9 bien, c'est fait.

10 Q. Pour que tout cela soit clair sur la photo, dites-nous, s'il vous

11 plaît, est-ce qu'en bas de la photo vous avez suffisamment d'espace où on

12 peut écrire ?

13 R. Oui, bien sûr. Comme un blanc dont se trouve encadrée la photo. Comment

14 dirais-je ?

15 Q. Je vous prie d'inscrire, "1", "2", "3", "4". Au numéro -- chiffre "1",

16 inscrivez votre nom, Katica Miletic.

17 R. Vous dites, "1", "2", "3", "4", l'un après l'autre ?

18 Q. Comme vous le voudrez, comme cela vous conviendra le mieux.

19 R. En précisant "1", "2", "3", "4" ? Fort bien. Vous dites qu'il faut que

20 je note également mon nom, Katica Miletic ?

21 Q. Oui, en effet.

22 R. C'est fait. Je l'ai terminé. J'ai inscrit mon nom et mon prénom, et les

23 chiffres que vous me demandez.

24 Q. Fort bien. Maintenant, au numéro 2, "Ilka Miletic"; et "Ivan Mandic."

25 R. Vous voulez que j'inscrive maintenant leurs noms ?

Page 33

1 Q. Oui, oui. Au numéro "2", "Ilka Miletic," et "Ivan Mandic."

2 R. [Le témoin s'exécute]

3 Je crois que je l'ai mal fait. Cela va mieux, oui.

4 Q. Fort bien.

5 R. J'ai terminé.

6 Q. Maintenant, voulez-vous s'il vous plaît mettre cette photo sur le

7 rétroprojecteur de sorte à nous permettre de le voir, nous aussi ?

8 R. Où faut-il placer la photo ?

9 Mme LA GREFFIÈRE [à Sarajevo] : [interprétation] En fait, vous ne serez pas

10 en mesure de voir cela. Je veux dire pour ce qui est des annotations faites

11 par le témoin.

12 M. RE : [interprétation] Pouvez-vous tout simplement déplacer vers le bas

13 du rétroprojecteur, pour que je puisse voir où se trouve le numéro 4, s'il

14 vous plaît ? Peut-être de l'autre côté, dans le sens inverse, oui.

15 Mme LA GREFFIÈRE [à Sarajevo] : [interprétation] Voulez-vous le gros plan

16 peut-être de la photo ?

17 M. RE : [interprétation] En fait, je n'étais pas en mesure de voir le

18 chiffre 4 sur la photo. Pouvez-vous me dire où il est sur la photo ?

19 Est-ce qu'il y a quelqu'un qui tient cette photo là-bas où se trouve

20 notamment le chiffre quatre pour qu'on puisse le voir ?

21 Merci.

22 Je voudrais proposer, Monsieur le Président, cette photo à titre de pièce à

23 conviction.

24 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Est-ce que nous allons accorder une

25 cote ?

Page 34

1 M. MORRISSEY : [interprétation] J'ai peut-être seulement une chose. Peut-

2 être M. Re pourrait le faire. J'aurais aimé pour ma part que l'on note

3 également l'emplacement de la maison de Ljubisa Mandic. Si nous ne le

4 faisons pas maintenant, je crois que nous devrions redemander peut-être

5 encore un autre exemplaire de cette photo. On pourrait peut-être le faire

6 maintenant, si ceci est opportun.

7 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, oui. Je crois qu'on pourrait le

8 faire.

9 M. RE : [interprétation]

10 Q. Madame Miletic, s'il vous plaît, est-ce que vous êtes capable de nous

11 montrer sur cette photo l'emplacement de la maison de Ljubisa Mandic ?

12 R. Oui, oui. Je peux le faire.

13 Q. Alors, si vous pouvez le faire, je vous prie d'y annoter encore un

14 cercle et le chiffre "5" au milieu du cercle.

15 R. [Le témoin s'exécute]

16 Q. Puis, enfin, au bas de la photo, inscrivez également sous "5" le nom de

17 "Ljubica Mandic," sous forme de légende.

18 R. [Le témoin s'exécute]

19 R. Quand vous l'aurez fait, je vous prie de placer une fois de plus la

20 photo avec les annotations sur le rétroprojecteur, sur l'écran, pour que

21 nous puissions le voir à l'écran, pour que quelqu'un nous montre ensuite

22 l'emplacement du chiffre "5".

23 R. [Le témoin s'exécute]

24 M. RE : [interprétation] Merci. J'en ai terminé, Monsieur le Président,

25 avec cette photo. Maintenant, je crois que cette pièce à conviction peut

Page 35

1 être versée au dossier.

2 M. MORRISSEY : [interprétation] Pas d'objection, Monsieur le Président.

3 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Merci.

4 De quelle cote il s'agira ?

5 M. LE GREFFIER : [interprétation] Il s'agira de la pièce à conviction du

6 Procureur P163.

7 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie.

8 Y a-t-il des questions à poser au témoin en contre-interrogatoire ?

9 M. MORRISSEY : [interprétation] Oui. Merci.

10 Contre-interrogatoire par M. Morrissey :

11 Q. [interprétation] Madame Miletic, je m'appelle Me Morrissey, je

12 représente M. Halilovic dans cette affaire. J'ai quelques questions à vous

13 poser dont la première est une question concernant le moment auquel vous

14 avez vu les cadavres des personnes décédées que vous avez remarquées sur la

15 route de Jablanica ?

16 Pendant que vous marchiez le long de cette route vers Jablanica, est-ce que

17 les cadavres étaient du côté gauche de la rivière ou du côté droit ?

18 R. Du côté gauche de la rivière en allant vers Jablanica.

19 Q. Est-ce que c'était sur la colline qui mène vers la rivière, ou bien

20 encore sur la route ?

21 R. C'était près de la route. La rivière était en bas de la route

22 goudronnée.

23 Q. Madame Miletic, je souhaite vous rappeler une déclaration que vous avez

24 faite au Procureur. Ensuite, je vais vous demander si ceci est conforme à

25 la vérité.

Page 36

1 M. MORRISSEY : [interprétation] Je suis en train de lire de la déclaration

2 que ce témoin a faite auprès du bureau du Procureur en date du 31 juillet

3 2003, et je lis le paragraphe 8 de la page 2 de cette déclaration.

4 Q. Merci. Maintenant, je vais vous lire cette partie de la déclaration, où

5 vous avez parlé de votre cousine Ilka. Vous avez dit la chose suivante :

6 "Je ne l'ai plus jamais revue vivante, mais je pense que j'ai vu son

7 cadavre pendant que j'ai marché sur la route principale vers Jablanica.

8 Vers 15 heures, j'ai vu deux cadavres le long de la route principale, du

9 côté gauche, près du barrage."

10 R. Oui.

11 Q. Excusez-moi. Je vais lire encore un peu. Je cite encore : "Je suppose

12 que ces cadavres appartenaient à Ilka Miletic et Ivan Mandic, car ils

13 portaient des vêtements civils, et leurs cheveux étaient gris. Je n'ai pas

14 osé regarder les cadavres de plus près, car à ce moment-là, il y avait des

15 soldats partout."

16 Madame Miletic, avez-vous dit cela aux enquêteurs, et est-ce conforme

17 à la vérité ?

18 R. Oui, je l'ai dit, et c'est vrai.

19 Q. Oui. Je vais vous poser quelques questions au sujet de cela. Lorsque

20 vous avez vu ces cadavres, vous ne vous êtes pas arrêtés afin de les

21 observer de près, et afin de les identifier; est-ce exact ?

22 R. Oui.

23 Q. Si j'ai bien compris, la raison en est le fait que vous étiez très

24 anxieuse et effrayée par rapport à ce qui risquait de vous arriver à vous;

25 est-ce exact ?

Page 37

1 R. Oui.

2 Q. Je suppose que vous n'avez pas arrêté de marcher, mais vous avez

3 poursuivi votre chemin aussi vite que possible vers Jablanica.

4 R. Oui.

5 Q. A l'époque au moment où vous êtes passés près de ces deux cadavres,

6 vous ne pouviez pas être sûre de leur identité; est-ce exact ?

7 R. Est-ce que vous pourriez me répéter la question, je n'ai pas compris

8 votre phrase ? Est-ce que vous pourriez me la répéter, s'il vous plaît ?

9 Q. Oui, je vais reformuler ma question quelque peu.

10 Aujourd'hui, devant la Chambre de première instance, vous avez exprimé

11 l'avis que les deux personnes, les deux cadavres que vous avez vus étaient

12 Ilka Miletic et Ivan Mandic. Je ne souhaite pas vous critiquer, à cause

13 d'avoir exprimé cette opinion, mais voici ma question : au moment où vous

14 avez marché à côté de ces deux cadavres que vous avez vus, à ce moment-là,

15 vous ne saviez pas avec exactitude qui étaient ces deux personnes. Etes-

16 vous d'accord avec cette affirmation ?

17 R. Je le savais, mais nous n'osions pas. Puis, je n'avais pas le temps, je

18 ne pouvais pas, nous n'avons pas fait que passer à côté, et eux, ils sont

19 restés. Qu'est-ce que j'ai pu faire ? Je n'ai rien pu faire.

20 Q. Je souhaite vous indiquer clairement que je ne vous critique nullement,

21 ce n'est pas le but de mes questions.

22 Mais je vais vous poser encore quelques questions. Lorsque vous avez

23 passé à côté de ces cadavres, vous n'avez pas examiné les visages de ces

24 deux cadavres ?

25 R. Oui, mais j'ai pu voir, que Ilka, elle avait un manteau en fourrure,

Page 38

1 ses cheveux étaient gris. J'ai pu voir cela, mais je n'ai pu rien faire ou

2 voir.

3 Q. Je ne suggérerais pas que vous alliez pu voir plus que cela, mais en

4 fait, c'est tout ce que vous avez vu et remarquer, n'est-ce pas ?

5 R. Oui.

6 Q. En ce qui concerne cette femme, je suppose que vous avez vu l'arrière

7 de sa tête; est-ce exact ?

8 R. Elle gisait par terre. Moi, je ne prêtais pas attention

9 particulièrement. Elle gisait par terre, morte. Moi, je suis passée. Elle,

10 c'était une femme âgée.

11 Q. Vous n'avez pas observé d'autres vêtements mis à part ce manteau en

12 fourrure ?

13 R. Non, après je ne regardais plus de près. Elle avait un manteau en

14 fourrure marron. Après, je ne regardais pas de plus près, vous savez,

15 c'était il y a 11 ans. Je ne sais pas quelles étaient les couleurs de ses

16 vêtements, et cetera, pour le reste.

17 Q. Bien sûr. Cependant, est-ce qu'il est exact de dire qu'en raison de

18 votre peur et du danger dans lequel vous étiez, vous n'avez pas passé plus

19 de deux secondes à examiner ces cadavres ?

20 R. Oui, certainement.

21 Q. Très bien. Je souhaite maintenant que l'on parle de l'homme que vous

22 avez vu. Est-ce que vous avez examiné cet homme pendant à peu près la même

23 durée, une seconde à deux ?

24 R. Oui, pareil. Lui, c'était un homme malade d'asthme. C'est tout ce que

25 je peux vous dire. Ils étaient là, tous les deux, ils étaient morts. Que

Page 39

1 voulez-vous que je vous dise ? Les cheveux gris, et après je n'ai pas

2 d'autre commentaire à faire.

3 Q. Madame Miletic, à ce moment-là, pendant que vous marchiez le long de

4 cette route, aviez-vous vos lunettes ou pas ?

5 R. Non. Vous savez, il y a 11 ans, j'étais plus jeune. Vraiment, je ne les

6 portais pas. Cela, je vous le dis avec certitude, à 100 %.

7 Q. Très bien. Je vais clarifier cette question, et je ne souhaite pas être

8 impoli. Est-ce qu'à l'époque, vous portiez des lunettes ou bien est-ce que

9 vous avez commencé à le faire plus récemment ?

10 R. A l'époque, je ne les portais pas encore, non pas encore. Maintenant,

11 cela fait quatre ans que je porte mes lunettes.

12 Q. Très bien, merci.

13 R. Je vous en prie.

14 Q. Lorsque vous êtes arrivés à Jablanica, avez-vous entendu des nouvelles

15 -- je retire cela.

16 Je souhaite simplement que l'on confirme la chose suivante. Vous avez déjà

17 répondu à cette question, mais je souhaite être sûr de votre réponse. En ce

18 qui concerne la femme que vous avez vue, vous n'avez pas vraiment vu son

19 visage, à ce moment-là, lorsque vous l'avez vue; est-ce exact ?

20 R. Si. Je sais avec exactitude que c'était elle. J'ai vu son visage, et

21 c'est une femme que je connaissais depuis longtemps. Il ne m'était pas

22 difficile de la reconnaître parce que nous avions passé beaucoup de temps

23 ensemble, c'était une cousine.

24 Q. Je comprends cela. Mais dans votre déclaration, vous avez dit : "Je

25 suppose que ces cadavres appartenaient à Ilka Miletic, et Ivan Mandic, car

Page 40

1 ils portaient des vêtements civils, et leurs cheveux étaient gris." Vous

2 vous souvenez que je vous ai lu cela, et vous avez dit que c'était exact ?

3 R. Oui.

4 Q. Oui, très bien. Le fait est, n'est-ce pas, que vous n'avez pas bien pu

5 observer le visage de cette femme, de la femme que vous avez vue ?

6 R. Mais si, je suis passée à côté d'elle, je l'ai regardée, et j'ai

7 poursuivi mon chemin. Que voulez-vous que je fasse d'autre ? Si je ne

8 l'avais pas vue, je ne l'aurais pas dit.

9 Q. Très bien. Les personnes que vous avez vues, qui marchaient le long de

10 la route, est-ce que vous avez fait un commentaire auprès d'eux, vous leur

11 avez dit: "Regardez c'est Ilka. Regardez, c'est Ivan." Est-ce que vous avez

12 fait ce commentaire ?

13 R. Non. Vous savez, nous avons poursuivi notre chemin sans commentaire,

14 sans parler.

15 Q. Dans votre déclaration, pourquoi avez-vous dit alors : "Je suppose que

16 ces cadavres étaient ceux de Ilka Miletic et Ivan Mandic."

17 R. Parce que je les ai vus, je suis passée à côté. Nous avons poursuivi

18 notre chemin dans la direction de Jablanica. Nous les avons vus, nous avons

19 poursuivi le chemin. C'est pour cela que je l'ai dit. Je ne l'ai pas

20 inventé.

21 Q. Madame Miletic, personne ne dit que vous mentez.

22 Je souhaite vous poser quelques questions générales concernant la situation

23 qui prévalait dans votre village avant les meurtres en question. Tout

24 d'abord, après que les soldats de l'armée de Bosnie-Herzégovine sont

25 arrivés à Grabovica le 9 mai, est-ce qu'un groupe de soldats appelés les

Page 41

1 Loups de Cedo ont été hébergés dans le village de Grabovica ?

2 R. Ils venaient, ils partaient sans cesse. Ils venaient dans notre

3 village. Lorsque l'ABiH a pris le contrôle du village, le 10 mai, ils ont

4 passé tout l'été là-bas. Il n'était jamais possible de savoir quand ils

5 partaient et quand ils venaient. Vous savez, ce n'était pas mon affaire.

6 Les soldats se déplaçaient, ils étaient là. Je n'ai pas d'autres

7 commentaires à ce sujet. Je m'occupais de mes propres affaires. C'est tout

8 que je peux dire.

9 Q. En termes généraux, est-ce que vous restiez plutôt à l'écart et vous ne

10 nous mêliez pas avec les soldats ?

11 R. S'ils nous posaient des questions, nous répondions à leurs questions,

12 si nous étions chez nous et qu'ils nous posaient certaines questions.

13 Q. Est-ce que vers la fin du mois d'août, un grand nombre de réfugiés a

14 commencé à traverser Grabovica ?

15 R. Oui.

16 Q. Très bien. Est-ce que certains de ces réfugiés sont restés au village ?

17 R. Oui.

18 Q. Et est-ce que vous et certains de ceux que vous connaissiez du village,

19 est-ce que vous étiez gentils avec eux ? Est-ce que vous les avez

20 accueillis ? Est-ce que vous leur donniez de la nourriture et des signes

21 d'amitié ?

22 R. Oui. Pendant une semaine, nous nous occupions vraiment bien d'eux. Et

23 puis parfois, il y en avait que l'on connaissait et nous les traitions

24 vraiment très bien. Au bout d'une semaine, après le massacre, nous sommes

25 partis. Après, je ne sais plus. Mais, ces personnes aussi qui sont venues

Page 42

1 dans notre village, ils nous traitaient de manière absolument magnifique.

2 Q. Très bien. Est-ce qu'à l'époque, l'armée de Bosnie-Herzégovine a mis à

3 votre disposition un médecin qui devait fournir les soins médicaux à la

4 population de Grabovica, dans la centrale électrique ?

5 R. Oui, c'est vrai, pendant l'été. A partir du mois de mai -- du 10 mai

6 jusqu'à pratiquement la date du massacre, le 9 septembre. Mais après, je ne

7 connais vraiment pas les détails. Cela, je vous le dis honnêtement.

8 Surtout, après que nous sommes partis.

9 Q. Très bien. Mais, mes questions concernent justement la période entre

10 l'été et votre départ. Est-ce que l'armée a également mis à votre

11 disposition un service de bus qui transportait la population du village

12 dans Jablanica, pour qu'ils puissent faire leurs courses et dans d'autres

13 bus ?

14 R. Je ne sais pas si eux, ils avaient organisé cela, mais vraiment, il y

15 avait des bus -- ils ont dit qu'ils allaient le faire, mais, je ne sais

16 vraiment pas si c'était le cas. Il n'y avait pas beaucoup de bus. Ils

17 avaient dit cela, mais il n'y avait pas beaucoup de bus. Peut-être il n'y

18 avait pas suffisamment de carburant. Je ne sais pas les raisons.

19 Q. D'accord, très bien. Et lorsque ces réfugiés sont venus au village,

20 est-ce que vous vous souvenez un homme âgé, parmi ces réfugiés qui

21 s'appelait Zulfo ?

22 R. Non. C'était un civil ? Je ne sais pas.

23 Q. De toute façon, si vous ne vous souvenez pas de cet homme, ce n'est pas

24 grave --

25 R. Je ne me souviens pas, non.

Page 43

1 Q. Est-ce que vous vous souvenez de certains des réfugiés qui étaient

2 hébergés avec Ivan et Stojan Pranjic, du côté droit de la rivière ?

3 R. Oui, mais je ne sais pas qui c'était, vraiment.

4 Q. Est-ce que vous vous souvenez que certains des réfugiés étaient

5 hébergés à la rive droite, mais vous ne vous souvenez pas dans les maisons

6 de qui ils étaient ?

7 R. Oui, vraiment. En ce qui concerne la rive droite, je ne sais pas. Vous

8 savez, la Neretva est entre nous. Et cette partie-là, je ne sais vraiment

9 pas à qui appartenait ces maisons. Croyez-moi que je ne savais pas, je ne

10 savais pas que les réfugiés y étaient. Tout simplement, je ne me souviens

11 pas de cela.

12 Q. Madame Miletic, vous avez déjà dit -- vous avez déjà déposé au sujet de

13 ce qui s'est passé le 8 septembre et pendant la première partie de la

14 journée du 9. Donc, je ne souhaite pas que l'on parle de cette partie de

15 votre déposition de nouveau.

16 R. Oui.

17 Q. Mais, je souhaite attirer votre attention sur ce que vous avez dit

18 concernant votre voyage. Et simplement, dites-moi quelle est la route que

19 vous avez prise ?

20 R. Depuis ma maison ?

21 Q. Oui. Donc, dites-moi tout d'abord si les faits suivants sont exacts.

22 Tout d'abord, vous êtes partis tous les trois de votre maison; est-ce

23 exact ?

24 R. Oui.

25 Q. Vers Jablanica ?

Page 44

1 R. Oui.

2 Q. Et au bout de 900 mètres, à peu près, vous êtes passés à côté de la

3 maison d'Ilka; est-ce exact ?

4 R. Oui.

5 Q. Et peu de temps après, vous êtes passés devant la maison de Ljubica

6 Mandic ?

7 R. Oui.

8 Q. Et en passant à côté de la maison de Ljubica Mandic, est-ce qu'elle

9 était chez elle, à ce moment-là ?

10 R. Je n'y prêtais pas attention. Nous sommes passés rapidement. Vraiment,

11 je ne sais pas. Nous étions pressés.

12 Q. Mais vous étiez proche de Ljubica Mandic, n'est-ce pas ?

13 R. Oui. Mais vous savez, nous étions vraiment pressés, vraiment pressés.

14 Je ne prêtais pas attention à cela. Vraiment, nous avons eu l'impression

15 qu'il fallait nous dépêcher, car un soldat nous a dit : "Dépêchez-vous."

16 Donc, effectivement, nous étions pressés.

17 Q. Je comprends que vous étiez pressés. Est-ce qu'il est exact, également,

18 de dire que lorsque vous passiez par la partie autour de la maison de

19 Ljubica, un soldat musulman [comme interprété] vous a dit : Ils sont déjà

20 partis ou quelque chose allant dans ce sens ?

21 R. Non. Personne ne m'a dit cela. Je ne veux pas mentir devant le

22 Tribunal. Vous savez, personne ne m'a dit qu'ils étaient partis.

23 Q. Très bien. La raison pour laquelle vous étiez pressés est, honnêtement

24 parlant, le fait que vous aviez peur d'être tués ou blessés; est-ce exact ?

25 R. Oui. Vous savez, on a peur. On dit chez nous, l'armée n'apporte jamais

Page 45

1 de la peur. Donc, nous, nous avions peur.

2 Q. A moment-là vous aviez peur de mourir ?

3 R. Bien sûr, ce qui est tout à fait normal d'ailleurs.

4 Q. Je vous demanderai la chose suivante : pourquoi n'avez-vous pas pris

5 les dix secondes dont vous aviez besoin pour frapper à la porte de Ljubnica

6 et voir si elle était là.

7 R. Je n'avais pas le temps, je n'osais pas. Voilà, c'est tout. Vraiment,

8 nous étions pressés. La femme qui était avec moi, elle était malade aussi.

9 Vraiment, nous étions pressés.

10 Q. Vous nous avez dit qu'aucun réfugié musulman ne vous a dit que toutes

11 ces personnes étaient parties déjà ?

12 R. Si. J'ai rencontré une femme, je lui ai dit : Où sont les autres ? Elle

13 m'a dit : Ils sont tous partis. C'était une femme. Je lui ai dit : Dites-

14 moi, s'il vous plaît, où sont nos femmes ? Elle, elle a dit : Tout le monde

15 est parti. C'était tout.

16 Q. Oui. C'est en raison de cela que vous n'avez pas perdu votre temps à

17 frapper sur les portes pour voir où étaient les gens ?

18 R. Oui, oui.

19 Q. Vous avez poursuivi votre chemin vers Jablanica croyant que Ljubica

20 était déjà partie.

21 R. Oui.

22 Q. Très bien merci.

23 Oui, excusez-moi.

24 Je souhaite vous poser une question concernant les soldats qui sont venus

25 dans votre maison et qui vous ont dit de partir. Avez-vous vu depuis quelle

Page 46

1 direction sont venus ces soldats, de Mostar ou de Jablanica par rapport à

2 votre maison ?

3 R. Depuis la direction de Jablanica, la rive droite. Non pas de la

4 direction de Mostar, certainement pas.

5 Q. D'accord. Je fais référence à leur approche, à la manière dont ils se

6 sont rapprochés de votre maison et non pas de la direction d'origine.

7 R. C'était du nord de Jablanica. Vous savez, il y a le nord et le sud.

8 Mostar est au sud, mais Jablanica et Sarajevo sont au nord. Eux, ils sont

9 venus du nord. Je ne sais comment vous expliquer cela de manière

10 différente. Je ne sais pas. Je ne saurais vous expliquer différemment.

11 Q. Vous m'avez expliqué cela d'une manière parfaite. Je vous en remercie.

12 A la sortie au sud du village de Grabovica, avant, il y avait un pont en

13 acier pour les piétons. Est-ce qu'il était encore là au moment de ces

14 incidents ?

15 R. Oui, mais les piétons n'osaient pas y passer. Parfois un jeune homme,

16 car le pont était dans un état piteux et tout rouillé. On ne l'empruntait

17 pas.

18 Q. Oui. Je souhaite vous demander d'examiner quelques photographies

19 maintenant.

20 M. MORRISSEY : [interprétation] Peut-on montrer au témoin - un instant,

21 s'il vous plaît. Je vous prie de m'excuser pour ceci, mais je n'ai pas le

22 numéro de marque aux fins d'identification, le MFI.

23 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, je suis désolé. Il faudra que

24 je donne les anciens numéros. Je pensais qu'ils avaient été numérotés mais

25 ce n'est pas le cas. Il s'agit de la photographie P81 présentée par

Page 47

1 l'Accusation. Les numéros sont 01494688.

2 [Le conseil de la Défense se concerte]

3 M. RE : C'est bien le P81, Monsieur le Président ?

4 M. MORRISSEY : [interprétation] Je vous remercie.

5 Oui, il a déjà été versé au dossier, excusez-moi. Je n'avais pas fait

6 confiance à mon système. Donc, il s'agit bien de la pièce P81. Je vous

7 remercie.

8 Q. Cette photographie va vous être montrée, Madame Miletic. C'est une vue

9 aérienne de certaines maisons. Je voudrais que vous y jetiez un coup d'il,

10 que vous les regardiez. Est-ce que vous avez maintenant la photographie

11 devant vous ?

12 Mme LA GREFFIÈRE : [à Sarajevo] [interprétation] Nous n'avons pas la

13 photographie. Maintenant elle apparaît.

14 M. MORRISSEY. Je vous remercie.

15 Q. Madame Miletic, est-ce vous voyez cette photographie ? Dans cette

16 photographie, en haut dans le coin gauche, il y a un bâtiment en forme de L

17 avec un toit gris.

18 R. Oui, je le vois.

19 Q. Est-ce que les soldats étaient cantonnés dans ce bâtiment ?

20 R. Oui, ce sont ces espèces de cabanes que vous pouvez voir en dessous des

21 bâtiments et qui appartenaient à l'usine hydroélectrique. C'est là qu'ils

22 étaient cantonnés.

23 Q. Est-ce que la maison qui se trouve sur la route principale à ma gauche

24 de l'image, est-ce que c'est la maison qui appartenait à Luca et Jozo

25 Mandix ?

Page 48

1 R. Oui, oui, on peut la voir. Je m'en souviens maintenant, Lorsque l'on

2 vient de Mostar, du côté gauche -- à ma gauche, il y cette petite cabane

3 qui est là pour traiter la viande. Je ne sais pas comment cela s'appelle.

4 Voilà, on peu la voir sur l'écran.

5 Q. Oui, très bien. Maintenant, à main droite, est-ce que vous pouvez voir

6 des maisons qui sont là au début d'une toute petite vallée très étroite; un

7 petit vallon ?

8 R. Oui, je le vois

9 Q. Dans ce vallon --

10 M. MORRISSEY : [interprétation] Je vous prie de m'excuser une seconde,

11 Monsieur le Président.

12 Q. Je crois que je vais retirer ma question.

13 En ce qui me concerne ce vallon, est-ce que vous pourriez expliquer où se

14 trouvaient les réfugiés que vous avez vus et qui vous ont dit : Ils sont

15 tous partis ?

16 R. Elle suivait la route vers le village une sorte de rue, Elle marchait

17 sur cette rue -- dans cette rue et moi aussi. Je ne sais pas comment je me

18 suis adressée à elle. J'ai demandé : Où sont-il tous ? Elle a répondu : Ils

19 sont partis. Il y a cette rue-là qui va dans le village. C'est là que nous

20 nous sommes rencontrées, et c'est là qu'elle m'a parlé.

21 Q. Est-ce que c'était à cet endroit où vous vous êtes rencontrées, ou

22 cette rue dans laquelle vous vous êtes rencontrées, apparaît-elle sur cette

23 photographie que vous regardez là maintenant ?

24 R. Non. Elle part de la maison de Jozo en direction du sud, à quelque 10

25 mètres vers le sud. On ne peut pas la voir; on ne voit pas cette partie.

Page 49

1 Q. Je vais vous montrer une autre photographie, et nous allons voir si

2 vous pouvez si vous pouvez la repérer et nous la désigner.

3 R. Bien,

4 Mme LA GREFFIÈRE : (à Sarajevo) [interprétation] Excusez-moi, Maître

5 Morrissey, je voudrais que vous sachiez que si vous voulez qu'elle désigne

6 certaines parties de l'image, elle peut le faire. Nous avons maintenant mis

7 en place un système pour lui permettre de le faire.

8 M. MORRISSEY : [interprétation] Très bien. En fait, peut-être que je ne

9 vais pas avoir besoin de vous montrer une autre photographie. Vous avez dit

10 que cela se trouve à environ 10 mètres du côté gauche au bord de cette

11 photographie que vous êtes en train de regarder, est-ce exact ?

12 R. Oui, mais en direction du sud, vers le sud, pas vers nord.

13 Q. Oui, vers Mostar.

14 R. Oui, c'est exact. C'est sot de ma part de ne pas d'avoir dit. C'est

15 dans la direction de Mostar, oui.

16 Q. Madame Miletic, je vous demande un instant de patience. Ce contre-

17 interrogatoire est presque terminé.

18 R. Je vous en prie, allez-y.

19 Q. Oui. Lorsque vous avez été -- lorsque vous êtes arrivée à Donja

20 Jablanica, un véhicule vous a prise, dans lequel il y avait des hommes, --

21 je voulais vous demander --

22 R. Oui.

23 Q. -- est-ce que vous savez si c'était des policiers ?

24 R. Je ne sais pas. Ils portaient des vêtements multicolores. Je ne vais

25 pas dire quelque chose de faux. Ils se sont arrêtés. Je leur suis

Page 50

1 reconnaissante. Nous sommes montés mon frère, mon beau-frère et moi-même

2 sur ce véhicule. Nous n'avons pas parlé du tout. Ils nous ont seulement

3 demandé où nous voulions aller. Je leur ai dit de bien vouloir nous mettre

4 au poste -- à la station de service. C'est cela qui a eu lieu. Qui étaient-

5 ils ? Je ne le sais pas. Ils se sont arrêtés à la station de service, et

6 ils nous ont laissés descendre.

7 Q. Près de l'endroit où vous avez vu les deux cadavres que vous avez

8 remarqués, est-ce qu'il y a un petit canal dans lequel coule de l'eau ?

9 R. Il y a un barrage. Ce barrage se trouve un tout petit peu en amont du

10 cours d'eau, à partir de cet endroit. C'est un peu plus en amont par

11 rapport à ma maison. Il y a des canaux à cet endroit-là. Il se peut qu'il y

12 ait une source, je ne sais pas. Je ne suis jamais vraiment allée beaucoup

13 de ce côté-là. Quelqu'un d'autre qui vivait plus près de là serait peut-

14 être en mesure de vous renseigner.

15 Q. Très bien. Ma dernière question a trait au véhicule que vous avez vu

16 lorsque vous avez vu les soldats qui avaient une caméra vidéo. Pouvez-vous

17 décrire ce véhicule, s'il vous plaît ?

18 R. C'était un camion TAM. Il était de couleur orange. Je ne sais pas très

19 bien, cela ressemblait à une orange. Je ne sais pas exactement le nom de

20 cette couleur. Nous appelons ce type de camion un Tamic. C'est tout ce que

21 je peux vous dire à ce sujet.

22 Q. Est-ce que vous avez vu utiliser ce camion, ou des camions comme cela

23 être conduits par des soldats au cours des mois qui précédaient ?

24 R. Oui, ils se déplaçaient dans ces camions. Ils n'avaient pas de nombreux

25 camions, mais effectivement, ils allaient et venaient dans ces camions. Je

Page 51

1 ne sais pas combien de plus, je ne sais pas vraiment, je n'ai pas regardé

2 avec attention. Je sais simplement que oui, ils conduisaient ces camions.

3 Q. Non. Tout ce que je vais vous demander, c'est si vous avez vu des

4 camions comme celui-ci, au cours des mois qui ont précédé l'utilisation,

5 que vous avez vu les soldats en faire; c'est bien cela ?

6 R. Oui.

7 Q. Très bien. Je vous remercie beaucoup de votre patience.

8 M. MORRISSEY : [interprétation] Voilà les questions que je voulais poser.

9 J'en ai terminé.

10 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie.

11 Y a-t-il des questions supplémentaires, Monsieur Re ?

12 M. RE : [interprétation] Oui.

13 Nouvel interrogatoire par M. Re :

14 Q. [interprétation] Madame Miletic, --

15 R. Merci aussi.

16 Q. Maître Morrissey vous a posé des questions concernant les vêtements que

17 portait Ilka Miletic au moment où vous avez vu son cadavre alors que vous

18 alliez en direction de Jablanica. Vous avez dit qu'elle portait un manteau

19 brun en peau de mouton. Est-ce que vous l'aviez vu porter ce manteau dans

20 le passé ?

21 R. Oui.

22 Q. Maître Morrissey vous a également posé des questions concernant les

23 réfugiés. Quelle était l'origine ethnique des réfugiés à Grabovica au mois

24 d'août et septembre 1993 ?

25 R. C'était des Musulmans. C'est tout ce que je peux vous dire.

Page 52

1 Q. Vous êtes une Croate de Bosnie; c'est cela ?

2 R. Oui, je suis cela et je suis une catholique. Je suis Croate.

3 Q. Vos parents, Ilka Miletic, votre parente était également une Croate de

4 Bosnie; c'est bien cela ainsi qu'Ivan Mandic ?

5 R. Oui, elle l'était.

6 M. RE : [interprétation] Rien d'autre, je n'ai pas d'autres questions à

7 poser.

8 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie.

9 Merci beaucoup, Madame, pour votre déposition.

10 LE TÉMOIN : [interprétation] Je vous remercie beaucoup. Vous avez été très

11 aimable avec moi. J'espère que je l'ai été moi aussi à votre égard.

12 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Les membres de la Chambre vous souhaitent

13 un bon retour -- un bon voyage de retour chez vous aujourd'hui. Je vous

14 remercie beaucoup.

15 LE TÉMOIN : [interprétation] A nouveau, merci beaucoup. J'espère que vos

16 efforts seront couronnés de succès. Je vous souhaite bonne chance et une

17 longue vie.

18 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie.

19 [La déposition par lien vidéo du témoin est achevée]

20 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Il semble que nous avons juste quelques

21 minutes qui restent pour cette audience. Y a-t-il des questions que les

22 parties souhaiteraient évoquer à ce stade ?

23 Oui, Maître Morrissey.

24 M. MORRISSEY : [interprétation] Monsieur le Président, la seule question

25 qui me vienne tout de suite à l'esprit, c'est la question de la liste des

Page 53

1 témoins pour la semaine prochaine. L'Accusation a fait savoir verbalement -

2 - à indiquer un certain nombre de questions ce matin. Je pense qu'il

3 faudrait dire très clairement maintenant qui vient et dans quel ordre, qui

4 va venir et dans quel ordre.

5 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, bien sûr. Parce que vous savez, nous

6 avons eu certains retards dans cette semaine -- au cours de cette semaine.

7 Les deux témoins, comme l'a demandé l'Accusation, ont été reportés à la

8 semaine prochaine. Peut-être que le moment serait venu pour que

9 l'Accusation nous fasse savoir quel est l'ordre de passage des témoins qui

10 suivent.

11 M. WEINER : [interprétation] Monsieur le Président, je déposerai cette

12 liste par écrit. L'ordre que nous pensons suivre, il faut évidemment que

13 nous nous mettions en rapport avec le service qui s'occupe des Victimes et

14 des Témoins pour contacter les personnes en question. D'après ce que je

15 vois, il y aurait le Dr [inaudible] qui serait le premier -- qui est le

16 premier prévu. Nous voulons également qu'elle puisse déposer, et de temps à

17 autre -- puis, il faudra également qu'il y ait une navette par rapport à

18 l'hôpital. Ensuite, nous aurions M. Arnautovic qui était initialement prévu

19 pour cette semaine. Puis, M. Mehinovic qui était censé être ici cette

20 semaine. Je voudrais vérifier les deux témoins suivants auprès du service

21 qui est chargé des Victimes et des Témoins. L'un de ces deux pourrait peut-

22 être -- aurait peut-être besoin de mesures de protection. En tous les cas,

23 on a demandé à l'origine, de sorte que je ne veux pas dire les noms en

24 audience publique. Mais il y aura une liste sous peu, qui permettra de

25 confirmer - j'aurai confirmation du service chargé des Victimes et des

Page 54

1 Témoins dans une heure environ.

2 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie beaucoup. Je pense que

3 nous allons recevoir cette liste très rapidement.

4 M. WEINER : [interprétation] Oui, je vous remercie.

5 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je pense qu'il reste quelques questions

6 dont il faut que je traite.

7 La première est celle-ci : je voudrais appeler l'attention des parties, sur

8 le fait que la Chambre de première instance a fait droit à la requête

9 présentée par l'Accusation pour ce qui est de modifier sa liste de témoins

10 au titre de l'Article 65 ter du règlement.

11 En se référant à l'ordonnance de la Chambre de première instance dans sa

12 décision pour les modifications de la liste des témoins, communiquant de la

13 documentation au titre de

14 l'Article 66(A)(ii), concernant les témoins qui ont été ajoutés à la liste

15 des témoins prévus par l'Accusation, la Chambre de première instance fait

16 droit à la requête ou à la demande présentée par l'Accusation pour

17 communiquer des documents au titre de

18 l'Article 66(A)(ii), conformément et en vertu de la décision prise par la

19 Chambre de première instance le 7 mai, déposée le

20 17 janvier 2005, concernant les quatre déclarations faites par Delalic et

21 la demande de l'Accusation pour être autorisé à communiquer la déclaration

22 faite à la suite de la décision du 7 mai 2004, l'ordonnance déposé par la

23 Chambre le 26 janvier 2005, et une déclaration concernant un témoin. Peut-

24 être pourrions-nous passer en audience à huis clos partiel si c'est ce que

25 souhaite les parties.

Page 55

1 Il y a une ordonnance pour que soit fourni une déclaration à la

2 Défense, une ordonnance qui s'adresse à l'Accusation, pour communiquer à la

3 Défense une traduction en anglais, si ce n'est pas encore fait.

4 Comme ceci est dit dans la décision, la Chambre de première instance

5 fera en sorte que la Défense dispose de suffisamment de temps pour se

6 préparer pour les contre-interrogatoires des témoins supplémentaires qui

7 ont été ajoutés à la liste.

8 Donc, je pense que c'est tout pour aujourd'hui. Demain, nous aurons

9 un autre témoin, également par vidéoconférence.

10 Oui, Maître Morrissey.

11 M. MORRISSEY : [interprétation] Je voulais seulement --

12 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Maître Morrissey.

13 M. MORRISSEY : [interprétation] Monsieur le Président, pourrais-je

14 simplement dire, pour aider le bureau du Procureur, je pense -- je ne sais

15 pas combien de temps l'Accusation a l'intention d'interroger le Dr

16 Gojanovic, mais je ne pense pas qu'il s'agira, pour nous, d'un contre-

17 interrogatoire très long. Donc, quel que soit l'endroit ou le moment où

18 l'Accusation prévoira de faire entendre ce témoin, je voulais simplement

19 dire qu'il est peu probable que je dépasserais une heure pour ce témoin.

20 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Je vous remercie beaucoup.

21 Monsieur Re.

22 M. RE : [interprétation] Pourrions-nous avoir quelque indication de la

23 durée dont aura besoin la Défense pour le contre-interrogatoire du témoin

24 de demain, celui pour lequel vous avez bien voulu accorder un pseudonyme,

25 ceci afin que nous puissions nous préparer ?

Page 56

1 M. MORRISSEY : [interprétation] Le témoin qu'on va entendre demain -- c'est

2 un peu incertain. Dans une question de vue incertaine, cela dépend vraiment

3 de savoir -- je suis assez réticent à vous donner une estimation. Excusez-

4 moi, je ferais mieux que pour M. Gusic; cela, je peux vous le dire.

5 M. LE JUGE LIU : [interprétation] Oui, bien sûr. Mais il faut que nous en

6 ayons fini demain --

7 M. MORRISSEY : [interprétation] Oui.

8 M. LE JUGE LIU : [interprétation] -- au témoin d'aujourd'hui.

9 M. MORRISSEY : [interprétation] Oui. Je pense que je suis sûr que nous en

10 aurons fini avec ce témoin demain. C'était juste une question de savoir si

11 cela allait être quelque chose de très court et s'il sera nécessaire

12 d'avoir un autre témoin pour demain. Mais je ne peux pas prendre

13 d'engagement et dire que ce sera moins d'une journée. Nous aurons

14 certainement terminé avec ce témoin, demain.

15 M. LE JUGE LIU : [interprétation] De façon à faciliter les procédures

16 demain, je demande que tous les documents, si besoin en est, soient fournis

17 au témoin à l'avance pour qu'on gagne du temps à l'audience.

18 Oui. Ceci étant dit, je pense que l'audience d'aujourd'hui est levée.

19 --- L'audience est levée à 11 heures 48 et reprendra le jeudi 10

20 février 2005, à 9 heures 00.

21

22

23

24

25