Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 11373

1 (Mercredi 9 mai 2001.)

2 (Audience publique.)

3 (L'audience est ouverte à 9 heures 25.)

4 (Les accusés sont introduits dans le prétoire.)

5 M. le Président: Bonjour veuillez vous asseoir.

6 Bonjour Mesdames, Messieurs, bonjour cabine technique, bonjour

7 interprètes, bonjour personnel du Greffe, bonjour conseils de l'accusation

8 et de la défense.

9 Nous allons continuer le témoignage de M. Ljubisa. Je vais donc demander à

10 l'huissier de faire entrer le témoin s'il vous plaît.

11 (Le témoin, M. Ljubisa Prcac, est introduit dans le prétoire.)

12 M. le Président: Bonjour Monsieur Prcac. M'entendez-vous maintenant?

13 M. L. Prcac (interprétation): Je vous entends.

14 M. le Président: Vous pouvez vous asseoir. Je vous rappelle que vous

15 continuez sous serment, nous allons continuer votre témoignage.

16 Vous vous sentez reposé, vous avez bien dormi?

17 M. L. Prcac (interprétation): Oui, oui.

18 M. le Président: Maître Jovan Simic, j'espère que vous avez bien dormi

19 aussi. Nous allons continuer notre travail.

20 (Interrogatoire principal du témoin, M. Ljubisa Prcac, par Me Jovan

21 Simic.)

22 M. J. Simic (interprétation): Monsieur Prcac pour vous rappeler brièvement

23 ce que nous avons fait hier, je dirais que nous avons terminé un segment

24 de l'interrogatoire et j'ai montré les félicitations, les louanges dont a

25 bénéficié votre père.

Page 11374

1 Pouvez-vous nous dire, je vous prie, quand est-ce que votre père est sorti

2 du centre d'instruction d'Omarska, ou plutôt quand est-ce qu'il a cessé de

3 travailler?

4 Réponse: Je crois qu'il s'agissait du 6 août 1992. Je le sais car mon père

5 est arrivé ce soir-là de très bonne humeur par rapport aux journées

6 précédentes et il nous a dit qu'un grand groupe de personnes avait quitté

7 Omarska pour se rendre à Manjaca.

8 Par la suite, dans les entretiens avec d'autres personnes après

9 l'arrestation de mon père, j'ai supposé qu'il s'agissait effectivement du

10 6 août suivant l'événement en question.

11 Question: Mais votre père a-t-il continué à travailler? Et si oui, où une

12 fois qu'il est sorti du centre d'instruction d'Omarska?

13 Réponse: Après être sorti du centre d'instruction d'Omarska, il est revenu

14 au poste de police ou département du poste de police et d'après ce que ses

15 collègues de travail lui ont dit, il a appris qu'il continuerait à

16 effectuer les tâches qu'il avait effectuées auparavant donc avant de se

17 rendre au centre d'instruction.

18 Question: Quand est-ce que votre père a été démobilisé?

19 Réponse: Cela s'est fait en 1995, après la signature des accords de

20 Dayton.

21 Question: Je vais demander maintenant à M. l'huissier de distribuer la

22 pièce à conviction D29/5A et B ainsi que la pièce à conviction D30/5A et

23 B.

24 (L'huissier s'exécute.)

25 Monsieur Prcac, je voudrais vous demander d'abord si ces deux documents, à

Page 11375

1 savoir le D29/5 et le D30/5, se trouvaient avec tous les autres documents

2 que votre père gardait dans une valise?

3 Réponse: Oui, oui, ils étaient ensemble, répartis par fascicule de la

4 façon dont il les avait rangés par date.

5 Question: Et vous avez remis ces documents à la défense de votre père en

6 même temps?

7 Réponse: C'est cela.

8 Question: Je vous prie de vous pencher maintenant sur le document qui

9 porte la désignation D29/5. Que constitue ce document?

10 Réponse: Il s'agit d'une décision pour ce qui est de son départ des

11 effectifs de réserve de la police de Prijedor.

12 Question: Quelle date cela porte-t-il?

13 Réponse: La décision entre en vigueur à la date du 1er novembre 1996.

14 Question: Je vous prie maintenant de vous pencher sur le document D30/5.

15 Réponse: Oui. Il s'agit d'une attestation qui dit que, pendant les temps

16 de danger, de guerre imminente ou temps de guerre, il était membre du MUP

17 de la Republika Srpska, à savoir depuis ou à compter du 29 avril 1992

18 jusqu'au 31 décembre 1995.

19 Question: Je vous remercie. Que faisait votre père après avoir été

20 démobilisé?

21 Réponse: Après avoir été démobilisé, il retourne à ses tâches d'antan, à

22 savoir au travail de la terre et il retourne à sa famille. C'est avec nous

23 notamment qu'il passe la majeure partie de son temps.

24 Question: Est-ce que cela signifie que votre situation financière ne s'est

25 pas améliorée de façon notable?

Page 11376

1 Réponse: Non, elle n'a pu s'améliorer car, en sus de ce qui a été mis de

2 côté comme dépense nécessaire pour soigner mon frère, le 21 août 1993,

3 j'ai moi-même été blessé, et pendant les deux années qui ont suivi, j'ai

4 également dû me soumettre à des traitements. Ce qui n'a fait que

5 constituer un problème de plus.

6 Question: Monsieur Prcac, je voudrais maintenant vous demander la chose

7 qui suit: vous êtes parti à l'école un an avant l'âge, d'après ce que j'ai

8 pu voir dans les renseignements personnels que vous nous avez soumis?

9 Réponse: Oui. J'ai entamé mes études primaires à 6 ans et demi, alors que

10 dans ma génération, les autres enfants avaient 7 ans, voire 7 ans et demi.

11 Question: Pourriez-vous nous dire quel âge vous aviez lorsque vous avez

12 achevé vos études secondaires?

13 Réponse: J'ai terminé mes études secondaires à l'âge de 18 ans.

14 Question: Pouvez-vous nous dire combien de temps il s'est écoulé depuis le

15 jour où vous avez terminé vos études secondaires à la date de votre

16 mobilisation? Il me semble que vous étiez parti à Banja Luka?

17 Réponse: Il s'était passé six jours.

18 Question: Je demanderai maintenant à M. l'huissier de bien vouloir

19 distribuer la pièce à conviction D31/5.

20 (L'huissier s'exécute.)

21 Monsieur Prcac, je suppose que malheureusement vous devez fort bien

22 connaître cette documentation qui est la vôtre.

23 Réponse: Oui.

24 Question: Pouvez-vous nous dire, dire à la Chambre, comment vous avez été

25 blessé, quelles ont été les conséquences de cette blessure et comment

Page 11377

1 s'est déroulé votre traitement?

2 Réponse: Ceci est la feuille de sortie du centre hospitalier de Banja Luka

3 où l'on voit que j'ai été admis le 21 août 1993 et que je suis ressorti le

4 3 septembre 1993. On voit le diagnostic plus bas qui indique qu'il

5 s'agissait d'une blessure au fémur. Lors de l'intervention opérationnel

6 qui a eu lieu à la même date de mon admission, on a placé un fixateur sur

7 ma jambe.

8 Question: Excusez-moi. Je voudrais que vous nous expliquiez comment vous

9 avez été blessé avant de passer à autre chose.

10 Réponse: Ce jour-là, moi-même et un autre soldat encore sommes tombés sur

11 une mine antipersonnel à Svilaj; c'est près de Odzak et de Modrica.

12 Question: Au moment où vous avez été blessé à proximité de Modrica, on

13 vous a transféré à Banja Luka?

14 Réponse: D'abord, on m'a transféré à Odzak puis à Modrica, et deux ou

15 trois heures plus tard à Banja Luka.

16 Question: Donc on vous a opéré à Banja Luka, chose qui se trouve confirmée

17 par la présence de documentation.

18 Réponse: C'est cela.

19 Question: Comment s'est déroulé le traitement et combien de temps cela a-

20 t-il duré?

21 Réponse: Après avoir été relâché de Banja Luka en raison de certaines

22 complications, il s'était avéré nécessaire pour moi de me rendre à

23 l'Académie médicale militaire à Belgrade, où l'on a constaté l'apparition

24 de nouveaux problèmes car l'on ne pouvait pas me procurer un moyen de

25 transport approprié, mais il a fallu que nous fassions le voyage à titre

Page 11378

1 privé.

2 Je vous dirai que le prix de l'essence à l'époque était trop élevé au

3 regard des conditions dans lesquelles nous vivions. Et c'est grâce à la

4 bonne volonté de certaines braves gens que l'on a rassemblé l'argent

5 nécessaire pour me permettre de partir à Belgrade. Et à Belgrade, on a

6 constaté que ma jambe se trouvait être raccourcie de 2 centimètres et

7 demi.

8 Par la suite, il y a eu trois séjours dans des stations thermales, et des

9 déplacements réguliers pour des contrôles médicaux à Banja Luka.

10 L'ensemble a certes nécessité des dépense supplémentaires.

11 Question: Monsieur Prcac, votre père et votre famille ont financé cela à

12 partir de quoi? Comment ont-ils fait?

13 Réponse: Tous ces déplacements vers les stations thermales ont été

14 financés à l'époque par l'armée.

15 Mais tous les autres déplacements pour contrôle à Banja Luka, le départ à

16 l'Académie médicale militaire, ont été aidés par la famille. Mon père a

17 emprunté de l'argent de ses parents, là, et s'est efforcé par la suite de

18 rembourser le tout. Pour moi, il importait donc de travailler afin de lui

19 permettre de s'extirper de cette situation.

20 Question: Monsieur, vous avez parlé de la maison familiale à Omarska. Je

21 voudrais que vous expliquiez à la Chambre de quoi a l'air cette maison.

22 Réponse: C'est une petite maison basse de construction ancienne, dont le

23 plafond ne dépasse pas 1,90 mètre. Au milieu, il y a une petite cuisine et

24 à gauche une petite pièce. Il n'y a pas de salle de bain. Je ne pourrais

25 pas dire que cette maison pourrait être considérée comme un endroit

Page 11379

1 approprié ou à même d'être habité.

2 Question: Et a-t-elle était rénovée, d'après vos souvenirs?

3 Réponse: Non, nous n'avons jamais eu l'argent nécessaire pour le faire.

4 Mais de temps à autre, mon père rafistolait les fissures qui

5 apparaissaient autant que les moyens disponibles le lui permettaient.

6 Question: En 1980, vous avez reçu un logement de la police?

7 Réponse: Oui.

8 Question: Comment vos parents ont-ils fait pour équiper cet appartement?

9 Réponse: Cet appartement a été équipé grâce à un crédit qu'ils ont

10 contracté. Je pense qu'à l'époque ils avaient en fait 6 crédits. Mais il

11 se peut qu'il y en ait eu davantage.

12 Question: Je demanderai à M. l'huissier de distribuer la pièce à

13 conviction D34/5A et B.

14 (L'huissier s'exécute.)

15 Monsieur Prcac, est-ce que cette documentation se trouvait avec les autres

16 documents?

17 Réponse: Oui, dans un fascicule qui portait l'intitulé documents affairant

18 au logement.

19 Question: Vous avez jeté un coup d'oeil sur les documents?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Il s'agit de documents qui se rapportent tous à l'achat de

22 meubles pour votre logement à Prijedor?

23 Réponse: C'est cela.

24 Question: C'est une documentation qui provient d'années différentes mais

25 je voudrais savoir si tous les meubles qui se trouvent dans votre

Page 11380

1 appartement ont été achetés grâce à ces crédits-là?

2 Réponse: Oui. Tous les meubles ont été achetés grâce à ces crédits et ces

3 mêmes meubles se trouvent encore dans l'appartement en question.

4 Question: Vous nous dites que vous n'avez jamais changé de meubles dans

5 votre appartement?

6 Réponse: Jamais.

7 Question: Vous connaissez Zlata Cikota?

8 Réponse: Oui. J'en ai parlé hier d'ailleurs.

9 Question: Est-ce que Zlata Cikota ou son mari, quand ils avaient quitté

10 Prijedor, avaient laissé certains meubles?

11 Réponse: Non, ils n'ont pas laissé de meubles et pour autant que je le

12 sache ils ont vendu la majeure partie de leurs meubles pour avoir de

13 l'argent, l'argent nécessaire pour le voyage.

14 Question: Est-ce que la famille Cikota vous a laissé quelque chose

15 d'autre, si elle ne vous a pas laissé de meubles?

16 Réponse: Oui. Après être sortis du centre d'instruction, nous avions eu

17 des contacts réguliers avec eux et le 1er janvier 1993, ils étaient les

18 gens à qui j'ai souhaité une bonne année en premier lieu et ils en ont

19 fait de même pour moi.

20 Par la suite, ils nous ont annoncé qu'ils allaient quitter Prijedor. Je ne

21 suis pas tout à fait sûr mais je crois qu'ils sont partis le 19 janvier.

22 Je les ai raccompagnés. Mais le problème le plus important avait été celui

23 de collecter la documentation nécessaire car ils avaient besoin de 500

24 marks allemands pour pouvoir quitter la ville. Or, ils n'avaient pas ce

25 montant-là, et je les ai persuadés d'accepter 500 marks de la part de ma

Page 11381

1 mère, argent qu'elle avait elle-même pris sur les moyens affectés par son

2 frère, mon oncle, à l'entretien de leur père. Et elle s'est exposée ainsi

3 au risque d'avoir un conflit avec son propre frère, rien que pour les

4 aider.

5 Ensuite, Zlata a dit qu'elle n'était pas sûre de la date à laquelle elle

6 pourrait revenir ni de la date à laquelle elle pourrait restituer cet

7 argent. Et c'est pourquoi elle a laissé chez nous son enregistreur vidéo

8 et sa télévision, son téléviseur.

9 Question: Excusez-moi je vous prie. Est-ce que, à ce moment-là, vous aviez

10 votre propre téléviseur et enregistreur vidéo?

11 Réponse: Oui, j'avais mon téléviseur et un enregistreur vidéo à moi. Mais

12 Zlata voulait de cette façon, en quelque sorte, compenser la valeur de

13 l'argent qu'elle a reçu.

14 Mais cela était plutôt symbolique car à l'époque le téléviseur et

15 l'enregistreur vidéo ne valaient pas plus de 100 ou 150 marks. Donc, si

16 j'avais voulu acheter ce type d'équipement, j'aurais pu le faire,

17 l'acheter de qui que ce soit d'autre. Mon objectif principal avait été

18 d'aider des gens qui se trouvaient dans un mauvais pas.

19 Question: La famille Cikota vous a-t-elle laissé autres choses encore?

20 Réponse: Zlata m'a laissé, pour être concret, un collier en perles, et

21 elle m'a dit de l'offrir à ma future femme en guise de cadeau de sa part.

22 Et aussi, nous avons fait un contrat car elle avait insisté pour offrir à

23 mon père un garage, une résidence secondaire et une voiture. Mon père,

24 lui, a insisté qu'un contrat soit fait de gardiennage de ses biens afin de

25 restituer ces biens-là à ces gens-là dans le cas où ils reviendraient.

Page 11382

1 Le tout, ils l'ont laissé pour une raison simple, à savoir qu'à l'époque,

2 dans la Republika Srpska, il y avait une loi en vigueur aux termes de

3 laquelle il ne leur était pas permis de sortir avec la voiture.

4 Quelques jours avant leur départ, la loi a été abrogée. Ils pouvaient

5 désormais quitter le pays avec la voiture et mon père est allé les voir

6 pour leur restituer les clefs de celle-ci.

7 Pour ce qui est de cette résidence secondaire, elle a brûlé et elle a été

8 pillée pendant que eux se trouvaient encore là-bas. Et pour ce qui

9 concerne le garage, ce garage abrite encore de vieux objets leur

10 appartenant et qu'ils avaient gardés là-bas, et en ce moment-ci personne

11 ne s'en sert.

12 C'est tout.

13 Question: Je demanderai à M. l'huissier de distribuer la pièce D35/5, puis

14 la pièce à conviction D36/5 et D37/5.

15 (L'huissier s'exécute.)

16 Question: Monsieur Prcac, dites-nous d'abord si ces documents se

17 trouvaient aussi dans un fascicule dans un dossier gardé par votre père?

18 Réponse: Oui, dans un dossier à part où il y avait un intitulé "La

19 documentation aux Cikota".

20 Question: S'agissait-il bien des documents dont vous avez parlé tout à

21 l'heure, à savoir un contrat de gardiennage d'un garage, d'une résidence

22 secondaire et d'une auto?

23 Réponse: Oui. Je crois d'ailleurs que le contrat en parle en termes

24 clairs: il s'agit bien d'un gardiennage et d'une obligation contractée par

25 mon père au moment où l'autre partie lui redemanderait de restituer ces

Page 11383

1 biens-là.

2 Question: Vous étiez en bons termes avec le fils de Zlata et Sead Cikota?

3 Réponse: Oui.

4 Question: Pouvez-vous nous dire quel type de relation était-ce et si vous

5 avez des contacts de nos jours encore et de quelle nature?

6 Réponse: Nous avons été en fort bons termes. Je puis dire qu'il s'agit de

7 quelque chose de plus grand encore qu'une amitié ordinaire. Nous faisions

8 confiance l'un à l'autre. Nous vivions ensemble depuis la première année

9 de notre école primaire jusqu'à son départ de Prijedor. Et je crois -je

10 n'en suis pas sûr- qu'il s'agissait du 19 janvier.

11 Je n'ai plus eu de contacts avec lui, mais pendant cette première année de

12 séparation nous avons eu des contacts réguliers. Par la suite, j'ai

13 demandé son numéro pour que je puisse, moi aussi, l'appeler, et il m'a dit

14 qu'il ne pouvait pas me le donner car sa mère était fort nerveuse et il

15 m'a relaté un incident vécu à Zagreb. Chose qui a dû constituer la raison

16 principale du fait de ne plus nous être entendus par la suite.

17 Question: Quel type d'incident? Que s'est-il passé au juste?

18 Réponse: Après avoir quitté Prijedor, le premier soir, on les a fait

19 retourner, rebrousser chemin de la frontière croate et ils ont dû passer

20 la nuit à Gradiska. Puis le deuxième jour, ils sont passés là-bas avec un

21 convoi tout entier organisé par la Croix-Rouge pour aller à Zagreb. Et au

22 moment où ils ont été installés à Zagreb, une équipe de journalistes

23 s'était approchée d'eux et avait demandé à les interviewer.

24 L'une des personnes du convoi, je ne sais qui, a commencé à parler de mon

25 père. Je ne sais pas du tout à quel sujet. Mais le jeune Sead, mon ami à

Page 11384

1 moi, a bondi en disant qu'il mentait. L'interview a été interrompue, et je

2 précise bien qu'il s'agit d'un récit qui m'a été relaté par Sead junior.

3 Par la suite, avec un autre ami, je ne sais plus s'il s'agissait d'un M.

4 Mesic ou Mesanovic, s'est promené dans la ville de Zagreb et ils ont été

5 interceptés par un groupe constitué de plusieurs personnes qui se sont

6 mises à les frapper l'un et l'autre. Et d'après ses dires, cela lui avait

7 semblait être une éternité.

8 Question: Et depuis lors, vous ne vous êtes plus parlés?

9 Réponse: On s'est parlés lorsqu'il est arrivé [expurgée]. Peut-être deux ou

10 trois fois ou davantage encore je ne sais plus. Mais lorsque j'ai demandé

11 de me donner le numéro où je pourrais le joindre, il m'a répondu qu'il ne

12 pouvait pas me le donner à cause de sa mère et il m'a raconté l'incident

13 que je vous ai relaté tout à l'heure.

14 Question: Merci. Vous nous avez dit dans votre témoignage que vous vous

15 étiez entretenu avec des collègues de travail à votre père.

16 Réponse: Oui.

17 Question: Pouvez-vous me dire avec qui vous vous êtes entretenu?

18 Réponse: Après son arrestation, mon seul objectif avait été d'apprendre de

19 la part de ses collègues de travail ce qui se passait effectivement là-

20 bas, car tout ce qui figure à l'Acte d'accusation m'a incité à en savoir

21 davantage sur la façon d'être de mon père en réalité.

22 Je suis donc allé voir ses collègues de travail pour lesquels je savais

23 qu'ils avaient travaillé avec lui pendant la guerre, et je leur ai demandé

24 s'ils avaient travaillé avec lui à l'époque de ce centre d'enquête ou

25 d'instruction également. Ils m'ont dirigé quant à eux vers les gens qui

Page 11385

1 ont eu quelques rapports avec ce centre d'instruction d'Omarska, et c'est

2 auprès d'eux que je me suis renseigné.

3 Je me suis entretenu avec Sikman Nevenka, je me suis entretenu avec

4 Grahovac Ljuban, avec Andzic Rade, avec Pusac Milorad, avec Prpus Ilija et

5 bon nombre d'autres encore qui se trouvaient là-bas à l'époque.

6 Ce qui m'intéressait le plus, c'était de savoir ce que mon père avait fait

7 là-bas. Et la dactylo Nevenka Sikman m'a dit que, pour l'essentiel, mon

8 père était dans la pièce qui se trouvait à l'étage, et qu'il faisait ce

9 que les inspecteurs et Mejakic lui disaient de faire, qu'il l'avait aidée,

10 elle aussi personnellement -et rien d'autre-, qu'il faisait des courses

11 pour les inspecteurs et Mejakic.

12 Question: Vous avez aussi filmé une vidéo, comment avez-vous décidé de le

13 faire et que désiriez-vous démontrer avec cette vidéo?

14 Je vous demande aussi avec qui vous l'avez filmé. Enfin, racontez-nous

15 l'ensemble de l'événement lié à cette vidéo?

16 Réponse: Ce que je voulais avant tout à partir du moment où j'ai fait la

17 connaissance des gens composant l'équipe de défenseurs de mon père,

18 c'était de travailler avec eux à l'endroit même où se trouvait le centre

19 d'enquête d'Omarska, tout cela en vue d'améliorer la qualité de la défense

20 de mon père.

21 Nous sommes donc allés ensemble sur les lieux pour voir l'endroit et

22 ensuite, compte tenu des circonstances au sujet desquels les témoins de

23 l'accusation avaient témoigné et du fait que je connaissais désormais

24 l'endroit, je me suis rendu compte moi-même que certaines choses étaient

25 impossibles, que certaines des choses qui avaient été dites n'avaient pas

Page 11386

1 pu se réaliser de cette façon. Donc, j'ai proposé de filmer les lieux.

2 J'ai pris une caméra et, avec MM. Simic et Zivanovic, je suis allé sur

3 place pour filmer les lieux. C'est tout.

4 Question: J'ai donc entre les mains cette vidéo, la pièce à conviction

5 D38/5 et je demanderai, Monsieur le Président, qu'on la diffuse cette

6 vidéo. Elle est courte, elle dure 6 minutes, mais elle nous permettra de

7 voir dans la réalité l'aspect de cet endroit.

8 Peut-on peut-être baisser un peu les lumières dans la salle?

9 Durant la diffusion de cette vidéo, Monsieur Prcac, je vous demanderai de

10 décrire un peu ce que l'on voit sur les images, si c'est possible.

11 Si cela va trop vite, nous y reviendrons plus tard. Mais j'aimerais que

12 vous expliquiez ce que vous souhaitiez faire avec cette vidéo, ce que nous

13 souhaitions faire, vous et moi, avec cette vidéo en fait.

14 (Diffusion de la vidéo.)

15 Réponse: Ici, on voit la porte d'entrée principale de la mine, le grand

16 portail d'entrée. A droite, les bâtiments du triage appelés Separacija et

17 en bas sur l'image, le poste de garde.

18 Ici, le portail.

19 Ici, nous voyons un endroit dont je ne peux pas apprécier la distance de

20 la porte principale. En fait voilà. Ici, c'est le chemin qui mène au

21 centre d'enquête, à partir du portail principal. Vous venez de voir

22 l'entrée du centre d'enquête. Ici, un arrêt de quelques instants sur

23 l'image du bâtiment administratif puis le hangar, qui servait aux

24 réparations des véhicules et des machines utilisées dans la mine.

25 Ici, on regarde le bâtiment principal à partir du garage. Et ce que l'on

Page 11387

1 voit…

2 Je demanderai qu'on arrête l'image si possible. On voit ici les toilettes

3 en haut. Mais il faudrait rembobiner un petit peu. Encore un peu, voilà.

4 On arrête l'image ici.

5 Une des histoires illogiques concerne précisément cette fenêtre à l'étage.

6 J'ai en effet entendu un témoin déclarer qu'il pouvait en regardant par

7 cette fenêtre voir ce qui se passait plus loin.

8 Mme Somers (interprétation): Objection, Monsieur le Président!

9 Le témoin s'apprête à donner sa version des conclusions tirées par

10 d'autres témoins. Or, il est ici pour raconter ce qu'il a vu et pas pour

11 faire ce genre de commentaires.

12 M. le Président: Maître Jovan Simic?

13 M. J. Simic (interprétation): Je suis entièrement d'accord, Monsieur le

14 Président, mais il peut expliquer ce qu'il voit sur l'image.

15 M. le Président: Expliquer mais ne pas contredire d'autres témoins!

16 Vous êtes donc ici pour nous donner des informations, pas pour contredire

17 ce que d'autres ont dit. C'est un travail réservé à votre avocat à la fin

18 du procès. D'accord? Continuez, s'il vous plaît.

19 M. L. Prcac (interprétation): Je vous prie de m'excuser, Monsieur le

20 Président, et je présente mes excuses au Procureur.

21 Ce qu'on voit à l'étage, c'est une fenêtre, la fenêtre des toilettes. On

22 peut maintenant diffuser le reste de la vidéo.

23 M. J. Simic (interprétation): Excusez-moi un instant. Pouvez-vous nous

24 montrer sur la vidéo de quelle fenêtre il est question exactement?

25 M. L. Prcac (interprétation): En haut, la fenêtre à l'étage.

Page 11388

1 Question: Au premier étage, vous avez, dans un premier groupe, 3 fenêtres

2 suivies de 2 fenêtres plus petites et ensuite 1, 2, 3, 5 grandes fenêtres?

3 Réponse: Oui.

4 Question: Alors, les 3 premières fenêtres sont suivies de 2 petites

5 fenêtres. Est-ce que ce sont les fenêtres des toilettes?

6 Réponse: Oui. Toutes ces fenêtres sont celles des sanitaires.

7 Question: Les fenêtres en question peuvent-elles s'ouvrir vers

8 l'extérieur, c'est-à-dire dans la direction du rebord en béton, ou ne

9 peuvent-elles s'ouvrir que vers l'intérieur, comme on le voit sur la

10 fenêtre ouverte à l'image?

11 Réponse: Elles ne peuvent s'ouvrir que vers l'intérieur.

12 Question: Toutes les fenêtres ne peuvent s'ouvrir que vers l'intérieur?

13 Réponse: Oui et encore pas complètement, seulement en partie, en biais, en

14 pan incliné.

15 Question: Et une fois ouvertes, jusqu'où peuvent-elles aller, jusqu'où

16 peut aller ce pan incliné?

17 Réponse: Jusqu'au mur, jusqu'aux cloisons qui séparent les deux parties de

18 mur.

19 Question: Merci. Nous allons continuer la diffusion de la vidéo.

20 Réponse: Nous voyons l'entrée du bâtiment. Voilà l'ouverture en biais de

21 la fenêtre.

22 (Diffusion de la vidéo.)

23 Ici, c'est donc l'intérieur des sanitaires.

24 Question: Ce sont les toilettes au premier étage?

25 Réponse: Oui, au premier étage.

Page 11389

1 Ici, la fenêtre que nous avons vu tout à l'heure de l'extérieur. Donc

2 fermeture manuelle de la fenêtre, voilà ce qu'on voit de la fenêtre.

3 Ici, c'est la fenêtre du milieu.

4 M. le Président: Peut-on arrêter un peu la vidéo, s'il vous plaît?

5 Excusez-moi, Maître Jovan Simic.

6 Vous avez mentionné, M. Ljubisa Prcac, maintenant la fenêtre du milieu. Si

7 j'ai bien observé: il y a 5 fenêtres. C'est vrai?

8 M. L. Prcac (interprétation): Oui.

9 M. le Président: Nous sommes à la troisième.

10 M. L. Prcac (interprétation): Excusez-moi mais quand on regarde d'en-bas,

11 on voit 3 fenêtres et on voit une fenêtre au milieu qui est ouverte. Et

12 c'est sur cette vue de la fenêtre ouverte qu'on voit à combien la fenêtre

13 peut s'ouvrir à l'intérieur.

14 M. le Président: Mais de l'extérieur nous en avons vu 5.

15 M. L. Prcac (interprétation): Mais moi, je vous parle de 3 sur la gauche.

16 M. le Président: Donc nous sommes au milieu des 3 premières de la gauche?

17 M. L. Prcac (interprétation): Oui.

18 M. le Président: Combien de ces 5 fenêtres ouvraient à l'intérieur?

19 Toutes? Ou il y en avait quelques-unes qui ne pouvaient pas s'ouvrir?

20 M. L. Prcac (interprétation): Je n'ai pas vérifié à cent pour cent mais je

21 crois que les 2 s'ouvrent vers l'intérieur, mais pour les 3 je ne suis pas

22 sûr. Je n'ai pas vérifié car j'ai consacré toute mon attention à cette

23 fenêtre-là qui est intéressante pour moi.

24 M. le Président: Excusez-moi de vous avoir interrompu, Maître Jovan Simic.

25 Nous pouvons continuer, s'il vous plaît.

Page 11390

1 (Reprise de la vidéo.)

2 M. L. Prcac (interprétation): Ici, c'est la deuxième entrée aux

3 sanitaires.

4 Il est question ici des 2 fenêtres du bout que nous avons vues tout à

5 l'heure de l'extérieur.

6 Cela, c'est une fenêtre qui s'ouvre, celle que l'on voit actuellement à

7 l'écran, et elle s'ouvre de la même façon que la fenêtre du milieu dont

8 nous avons parlé tout à l'heure et qui se trouve dans une autre pièce.

9 Ici, une vue de la pièce qui se trouve en face des sanitaires, et la vue

10 que l'on a à partir des fenêtres de cette pièce.

11 Et en bas, on voit la cantine.

12 Ici, on voit les coins de cette pièce.

13 M. J. Simic (interprétation): Peut-on voir la maison blanche à partir de

14 cette pièce?

15 M. L. Prcac (interprétation): Moi, je ne la vois pas.

16 Ici, la vue que l'on a de l'autre pièce, et toujours la vue de la cantine

17 en bas une partie de l'endroit situé devant les hangars, c'est le côté du

18 hangar.

19 Et ici, je crois que c'est le grand bâtiment à l'entrée. De cette fenêtre,

20 on ne voit pas la maison blanche.

21 Ici, l'entrée, l'entrée de la cantine. Une autre porte qui peut être

22 utilisée pour pénétrer depuis le côté opposé.

23 Question: Excusez-moi. Ce qu'on voit là, en-bas, c'est quoi?

24 Réponse: Quoi donc?

25 Question: Ce qui est à l'image maintenant.

Page 11391

1 Réponse: Cette fenêtre?

2 Question: Où mène-t-elle?

3 Réponse: A l'extérieur.

4 Question: La vidéo est terminée. Il n'y a plus rien.

5 Je demanderai à l'huissier de montrer la pièce à conviction de

6 l'accusation 3/77B, si je ne me trompe, 3/77B, et veuillez placer cela sur

7 le rétroprojecteur.

8 (L'huissier s'exécute.)

9 Afin de clarifier cette séquence vidéo, Monsieur le Président, Madame et

10 Monsieur les Juges, je souhaite demander au témoin d'expliquer une chose.

11 Ceci a été filmé depuis les toilettes et les deux pièces.

12 Veuillez nous montrer sur le plan du premier étage du bâtiment

13 administratif quelles sont les pièces dans lesquelles ces séquences ont

14 été filmées?

15 Réponse: Les premières toilettes.

16 Question: Excusez-moi mais vous avez les numéros, les endroits signés par

17 B1, 2, etc., donc identifiez cela comme cela pour le compte rendu

18 d'audience.

19 Réponse: B7 donc. B6.

20 Question: Il s'agissait là de…

21 Réponse: Il s'agissait de deux sanitaires.

22 Question: Des toilettes?

23 Réponse: Oui, des toilettes.

24 Question: Merci.

25 Réponse: B11 et B10, il s'agit de ces deux pièces.

Page 11392

1 (Le témoin montre à l'aide d'un pointeur.)

2 Question: Merci. Vous pouvez enlever cela du rétroprojecteur.

3 Monsieur Prcac, pour terminer, je souhaite vous demander une chose. Nous

4 avons mentionné à de nombreuses reprises ici sans effectivement raconter

5 en détail certaines choses: est-ce que vous pouvez nous dire quelque chose

6 sur la maladie de votre frère avec laquelle il est né? A quoi est-ce que

7 ceci ressemblait? Comment est-ce qu'il supporte tout cela?

8 Réponse: Il est né le 3 mars 1982, et au moment de l'accouchement, le nerf

9 de son bras droit a été tendu. Je pense que le terme médical approprié est

10 la parésie. C'est à ce moment-là que les complications les plus grandes

11 apparaissent dans la vie de mon père et de ma mère. Puisque l'enfant est

12 né en tant qu'invalide, il n'y a pas eu de grande chance pour qu'il

13 guérisse.

14 Cependant, les parents néanmoins ont tout essayé. Ils ont consacré toute

15 leur vie aux traitements médicaux fournis à mon frère, à moi-même, à nos

16 études. Puisque le père disait souvent qu'il n'avait rien à nous laisser

17 derrière lui mais qu'il pouvait nous aider à terminer nos études, à

18 trouver un emploi.

19 Le frère a encore aujourd'hui des problèmes avec son bras. Lorsque le père

20 n'y est pas, c'est moi qui essaie de l'aider pour que, enfin, l'on trouve

21 une solution pour lui. Puisque je sais que ceci signifierait beaucoup de

22 choses pour mon père qui se trouve momentanément ici.

23 Question: Je demanderai à M. l'huissier de distribuer encore deux pièce à

24 conviction, D32/5 et D33/5.

25 (L'huissier s'exécute.)

Page 11393

1 Monsieur Ljubisa Prcac, vous avez reçu le document, pourriez-vous nous

2 dire brièvement de quoi il s'agit dans le document D32/5?

3 Réponse: C'est la lettre de sortie de l'hôpital Dr Mladen Stojanovic, où

4 il a été hospitalisé à partir du 6 septembre jusqu'au, je crois, 6

5 décembre 1983. Il s'agit là d'une des nombreuses lettres de sortie et

6 parfois les périodes de son hospitalisation étaient plus longues que les 3

7 mois indiqués ici.

8 Question: Donc ces documents concernent, il s'agit là en fait d'une partie

9 des documents médicaux concernant votre frère Radisa Prcac?

10 Réponse: Oui. Ceci concerne uniquement une de ses hospitalisations d'une

11 durée de 3 mois.

12 Question: Le deuxième document, c'est D33/5, D33/5. Il s'agit là d'un

13 document médical qui fait partie des documents médicaux de votre mère qui

14 portent sur quoi?

15 Réponse: C'est la lettre de sortie de l'hôpital du département de la

16 maternité.

17 Question: Est-ce qu'il s'agit là du document qui concerne son accouchement

18 de Radisa Prcac?

19 Réponse: Oui.

20 Question: Merci, je n'ai plus de questions à poser Monsieur le Président.

21 M. le Président: Merci Maître Jovan Simic.

22 Peut-être pouvons-nous faire la pause ici avant de commencer le contre-

23 interrogatoire du Procureur? Avez-vous un contre-interrogatoire Madame

24 Somers pour ce témoin, ou je ne sais pas si c'est M. Waidyaratne?

25 Mme Somers (interprétation): C'est moi Monsieur le Président. Merci.

Page 11394

1 M. le Président: D'accord. Nous allons donc faire une pause.

2 Pardon Maître Jovan Simic?

3 M. J. Simic (interprétation): Excusez-moi, Monsieur le Président, nous

4 pouvons voir que les numéros des pièces à conviction sont erronés: au lieu

5 de 32, il a été marqué 35/5A et B.

6 Je ne sais pas s'il revient à nous de corriger cela par le biais des

7 questions, ou bien si c'est Mme Thompson qui va s'en occuper.

8 M. le Président: Nous avons tous les documents. Il s'agit vraiment des

9 documents 32/5 et 33/5.

10 Nous allons faire une pause d'une demi-heure.

11 (L'audience, suspendue à 10 heures 40, est reprise à 11 heures 15.)

12 (Les accusés sont introduits dans le prétoire.)

13 M. le Président: Veuillez vous asseoir.

14 (Le témoin, M. Ljubisa Prcac, est réintroduit dans le prétoire.)

15 M. le Président: Veuillez vous asseoir, Monsieur Ljubisa Prcac.

16 Donc maintenant vous allez répondre aux questions du Procureur. C'est Mme

17 Somers qui va vous poser ses questions.

18 Madame Somers, vous avez la parole.

19 (Contre-interrogatoire du témoin, M. Ljubisa Prcac, par Mme Somers.)

20 Mme Somers (interprétation): Merci Monsieur le Président.

21 Monsieur Prcac, entre le 1er avril et fin août 1992, où avez-vous vécu? Et

22 si vous avez changé d'endroit de résidence, dites-nous s'il vous plaît où

23 vous êtes allé et au cours de quelle période?

24 M. L. Ljubisa (interprétation): Moi-même, mon frère et ma mère, nous

25 étions à Prijedor.

Page 11395

1 Mme Somers (interprétation): Excusez-moi, apparemment, il n'y a pas

2 d'interprétation en anglais. Je ne sais pas si le problème persiste.

3 M. le Président: Je crois que pour un instant la sténotypiste n'a pas pu

4 suivre nos débats. Si vous avez une question, peut-être pouvez-vous la

5 répéter Madame Somers. Ce serait plus clair.

6 Mme Somers (interprétation): Merci. Pour le compte rendu, j'ai demandé la

7 chose suivante: entre le début du mois d'avril et la fin du mois d'août

8 1992, où avez-vous vécu? Et si vous avez résidé ailleurs pendant une

9 certaine période, veuillez nous dire où et au cours de quelle période?

10 Réponse: Moi-même, mon frère et ma mère, nous avons vécu à Prijedor et mon

11 père à Omarska, comme je l'ai dit, puisque sa mère était morte et, à

12 partir de ce jour-là, il était à Omarska sans cesse.

13 Quelques jours plus tard, après sa mutation au centre d'enquête, au moment

14 de l'incident concernant les personnes de Brdo, moi-même, mon frère et ma

15 mère, nous avons déménagé à Omarska.

16 Nous y sommes restés jusqu'au début de mon école, c'est-à-dire environ

17 jusqu'au 1er septembre, mais de temps en temps moi j'allais à Prijedor.

18 Question: Donc si j'ai bien compris, vous avez répondu à ma demande et

19 vous m'avez donné une réponse détaillée: vous avez passé la plupart du

20 temps à Omarska pas très loin de ce centre, n'est-ce pas?

21 Réponse: Je ne sais pas ce que vous voulez dire par "pas très loin". Par

22 rapport au centre d'enquête, ma maison se trouve à 5, 6 kilomètres, je ne

23 sais pas très exactement.

24 Question: Le 30 avril 1992, lorsque Prijedor, lorsque le contrôle de

25 Prijedor a été pris par les forces serbes, étiez-vous dans votre

Page 11396

1 appartement à Prijedor?

2 Réponse: J'étais dans mon appartement à Prijedor, je ne savais rien

3 concernant la prise du pouvoir. J'en ai tant entendu parler par le biais

4 des médias et lorsque je suis allé à l'école le 30 avril, les cours ont

5 été interrompus et nous avons été renvoyés chez nous. Donc moi j'ai

6 regagné mon appartement à Prijedor.

7 Question: Aviez-vous un poste de télévision dans votre appartement à

8 Prijedor le 30 avril? Vous avez mentionné au cours de votre déposition que

9 pour vous il n'y avait pas de problème pour posséder une télévision et un

10 magnétoscope. Est-ce que ceux-ci se trouvaient dans votre appartement à

11 Prijedor?

12 Réponse: Oui.

13 Question: Et est-ce que c'est par le biais de cette télévision que vous

14 avez entendu parler de cette prise de contrôle de Prijedor?

15 Réponse: J'en ai entendu parler à la radio.

16 Question: Est-ce qu'il y avait un poste de télévision à l'endroit où vous

17 avez vécu de temps en temps à Omarska?

18 Réponse: Non, nous n'avions pas d'endroit où placer cela. C'était une

19 toute petite maison.

20 Question: Et où était votre père, si vous vous en souvenez au moment de la

21 prise du pouvoir?

22 Réponse: Il était à Omarska et, comme je l'ai dit, il travaillait la

23 terre. Plutôt après la mort de ma grand-mère, il a continué à être là et à

24 travailler la terre.

25 Question: Est-ce que, dans la maison d'Omarska, il y avait une radio?

Page 11397

1 Réponse: Je pense que oui mais je pense qu'elle ne fonctionnait pas. Il

2 s'agissait d'une radio vieille d'une trentaine d'années, je n'ai pas

3 l'impression qu'elle fonctionnait encore.

4 Question: Votre père a dit dans la déclaration qu'il a donnée au Procureur

5 qui a été versée au dossier en tant que pièce à conviction 3/167 en

6 anglais -mais je ne vais pas vous demander de lire cette partie-, mais en

7 anglais il s'agit de la page 27, on lui a posé la question suivante:

8 "Qu'avez-vous appris sur les événements qui s'étaient déroulés?" Réponse

9 qu'il a donnée: "Je ne l'ai pas appris tout de suite, je l'ai appris par

10 le biais de la radio Omarska, radio Prijedor.

11 Je travaillais à Omarska, je l'ai entendu à la radio, je n'avais pas de

12 poste de télévision au moment de la prise de pouvoir par la police et les

13 militaires, la prise du pouvoir de Prijedor."

14 Avez-vous parlé avec votre père de la prise du pouvoir après cet

15 événement? Est-ce que vous pouvez nous dire comment vous avez réagi?

16 Réponse: Je ne comprends pas votre question. Comment j'ai réagi à quoi?

17 Question: Votre père se trouvait à un endroit, vous vous étiez ailleurs,

18 quelque chose de dramatique je suppose se passait.

19 Comment avez-vous, de quelle manière avez-vous discuté avec votre père des

20 événements, qu'avez-vous fait?

21 Réponse: Je ne sais pas comment vous décrire mon sentiment au moment où

22 ceci s'est produit. Je sais que j'ai été dans la maison et que je n'ai

23 fait qu'écouter les nouvelles et encore une fois j'écoutais les nouvelles.

24 Ce qui m'était surtout important, c'était de savoir quand j'allais

25 reprendre mes cours à l'école, parce qu'à ce moment-là c'était la chose la

Page 11398

1 plus importante dans la vie.

2 S'agissant de mon contact avec mon père, je l'ai eu lorsque j'allais là-

3 bas pour l'aider à travailler la terre, ou bien lorsqu'il venait nous

4 voir, si j'ai bien compris votre question. Je ne suis pas sûr.

5 Question: Donc le jour de la prise de pouvoir de la ville, vous n'aviez

6 aucun contact direct avec votre père, est-ce exact?

7 Réponse: Non, je pense que je ne l'ai pas eu effectivement, pas de contact

8 direct.

9 Question: Peut-être pourriez-vous nous clarifier quelque chose: il y avait

10 une pièce à conviction que Me J. Simic vous avait présentée concernant

11 l'ordre de la mobilisation générale -si je trouve ce document, je vais

12 vous poser quelques questions à ce sujet- je pense qu'il s'agissait de la

13 pièce à conviction D21/5.

14 Je vais simplement lire la partie pertinente mais, d'après la traduction,

15 il a été écrit: "Tous les hommes âgés entre 18 ans et 45 ans, qui servent

16 soit au sein de l'armée soit de la police, doivent contacter immédiatement

17 le poste de sécurité publique à Prijedor afin de recevoir leur

18 affectation, et les forces de police de réserve s'agissant des devoirs de

19 sécurité".

20 Est-ce que vous avez vu ce document? Est-ce que vous considérez qu'il

21 s'agit là d'un véritable ordre de mobilisation?

22 Réponse: A l'époque, j'étais âgé de 17 ans.

23 Question: Mais ce n'est pas la question que je vous pose. Je vous demande

24 s'il s'agit là d'un ordre de mobilisation. Est-ce que vous pensez que la

25 description des hommes est précise, est exacte, "entre 18 et 45 ans"?

Page 11399

1 Réponse: Non, puisque dans le Journal officiel nous voyons ce qui est

2 écrit ici. Mais d'après le Journal officiel, cette tranche d'âge a été

3 modifiée.

4 Question: Donc je ne vois pas pourquoi ceci a été versé au dossier.

5 Mais si nous supposons que ceci a une certaine valeur, est-ce que vous

6 pouvez nous dire quel était l'âge de votre père au moment de la prise de

7 contrôle de Prijedor?

8 Réponse: En 1992, il était âgé de 54 ans.

9 Question: Donc il n'était pas concerné par la tranche d'âge des hommes qui

10 devaient être mobilisés, oui ou non?

11 Réponse: Oui, mais puis-je…

12 Question: Je souhaite vous demander: votre père a fourni quelques

13 documents concernant une décoration, mais nous n'avons pas très bien pu

14 comprendre de quoi il s'agissait. Il s'agit là de la pièce à conviction

15 D26/5. Ceci lui a été remis le 21 juillet 1980. De quoi s'agit-il? Cette

16 décoration des palmes d'argent, qu'est-ce que cela signifie?

17 Réponse: C'est une sorte de félicitation pour le travail qu'il avait

18 accompli jusqu'à ce moment-là au sein des services de sécurité de la

19 Yougoslavie de l'époque, du travail bien accompli, du fait qu'il a rempli

20 tous ses devoirs.

21 Question: En effet, votre père a été vu par son entourage comme un

22 policier tout à fait vaillant, n'est-ce pas?

23 Réponse: Non, il ne s'agissait pas là d'une décoration qui était décernée

24 uniquement aux policiers exceptionnels, aux personnes exceptionnelles. Des

25 mineurs pouvaient recevoir cette décoration ou bien un cheminot également.

Page 11400

1 C'est pour cela que ceci s'appelle "une décoration de travail".

2 Question: Votre père a fait ses études pour devenir policier à un moment

3 plutôt atypique, c'est-à-dire il était déjà un adulte, il avait 30 ou

4 peut-être qu'il était âgé de plus de 30 ans.

5 Réponse: Oui.

6 Question: Et il a eu beaucoup de succès, n'est-ce pas? Pouvez-vous me

7 répondre par oui ou non?

8 Réponse: Je n'ai pas compris la question.

9 Question: En ce qui concerne ses examens, est-ce que ses résultats étaient

10 extrêmement bons? Avait-on l'impression qu'il était un policier qui

11 promettait?

12 Réponse: Je ne sais pas mais je sais à quel point il est méticuleux de

13 tout ce qui l'intéresse dans la vie, et personnellement je crois qu'il

14 avait ce même sens de responsabilité par rapport à son travail aussi.

15 Question: Méticuleux? Le type de travail qu'il devait accomplir, à savoir

16 technicien de la police scientifique, il s'agit là d'un domaine

17 scientifique, une science, n'est-ce pas?

18 Réponse: Je ne considère pas qu'il s'agisse là d'une science. Il s'agit

19 d'un travail comme tout autre travail. Si vous faites ce travail, vous

20 développez une sorte de routine. Et lorsque j'ai dit qu'il était

21 méticuleux, je veux dire qu'il avait une approche systématique par rapport

22 à son travail conformément aux demandes de son service.

23 M. le Président: Maître Jovan Simic?

24 M. J. Simic (interprétation): Je ne fais pas objection à mon éminente

25 collègue Somers mais, dans le compte rendu, on dit: "forensic", à savoir

Page 11401

1 médecine légale. Et d'après la législation yougoslave de l'époque, et

2 d'après la formation que l'on devait avoir, cela se distinguait nettement

3 de quelqu'un qui était technicien en police judiciaire alors que la

4 médecine légale c'est quelque chose qui nécessite une formation

5 universitaire.

6 M. le Président: Maître Jovan Simic?

7 Laissez Maître Jovan Simic terminer son intervention Madame Somers!

8 M. J. Simic (interprétation): Non, je n'ai pas terminé. Alors qu'un

9 technicien en police judiciaire ou en police scientifique, c'est quelqu'un

10 qui a fait des études secondaires et dans le compte rendu, on dit

11 "Forensic". Forensic en anglais j'imagine que cela signifie quelque chose

12 de tout à fait autre que ce dont nous sommes en train de parler.

13 Mme Somers (interprétation): Je vous remercie.

14 Monsieur le Président, je pense qu'il s'agit là d'un témoignage de la part

15 de Me Jovan Simic, mais s'il y a une divergence pour ce qui est de la

16 description de ce dont il s'agit on pourrait poser des questions

17 supplémentaires et non pas procéder, ou plutôt de procéder à des

18 corrections linguistiques et non pas témoigner pour ce qui est de M. Jovan

19 Simic.

20 M. le Président: Je crois qu'il faut laisser chaque partie faire son

21 travail et après Maître Jovan Simic, vous pouvez éclaircir cette question

22 dans les questions supplémentaires.

23 Mais de toute façon, je vous vous remercie d'avoir attiré notre attention,

24 nous suivons les débats, nous suivons les réponses du témoin, mais je vois

25 que vous voudriez ajouter quelque chose.

Page 11402

1 Excusez-moi Maître Deretic, je vous ai entendu parler. Vous pouvez rester

2 assis. Il faut savoir une chose, quand un avocat ici parle, le témoin peut

3 toujours entendre. Nous ne pouvons pas entendre. Or c'est une question

4 d'équité que l'on puisse tous comprendre. Si vous voulez faire un

5 commentaire ou l'un d'entre vous, vous devez le faire de façon à ce que

6 l'on puisse partager votre commentaire, sinon nous ne savons pas!

7 Vous pouvez comprendre l'objet de l'observation que je fais. Vous pouvez

8 comprendre pour cette raison que je ne suis pas en condition de savoir

9 quel est le commentaire que vous avez fait et que le témoin peut avoir

10 entendu. Je fais cette observation, je sais qu'il n'y a peut-être aucune

11 intention… Mais c'est seulement pour vous prévenir que c'est équitable

12 pour toutes les personnes qui sont ici dans le prétoire, pour les Juges,

13 pour le Procureur, que nous puissions suivre vos commentaires, surtout que

14 nous sommes dans une situation où, comme vous savez, le témoin comprend

15 votre langage et nous ne le comprenons pas.

16 Je sais donc qu'il n'y a aucune intention, et je vous donne la parole

17 Maître Deretic. Maître Jovan Simic, un moment s'il vous plaît.

18 M. Deretic (interprétation): Monsieur le Président, vous avez absolument

19 raison. Mon intention avait été de me tourner vers le collègue, Me Fila,

20 et j'ai fait remarquer que très peu de gens chez nous savait ce que

21 c'était qu'un expert en médecine légale. Et j'étais convaincu que le

22 témoin ici présent, compte tenu de ses qualifications, n'était pas

23 conscient du contexte de cette profession, c'est tout.

24 M. le Président: Très bien. Je savais qu'il n'y avait aucune intention

25 Maître Deretic, c'est seulement pour que nous puissions nous comprendre et

Page 11403

1 faire notre travail.

2 Maître Jovan Simic, je crois que vous allez ajouter quelque chose par

3 rapport à notre autre question.

4 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, je voulais m'excuser

5 car mon objection avait été plutôt à l'intention du service

6 d'interprétation plutôt qu'à l'attention du témoin. Je ne voudrais pas

7 être mal compris.

8 M. le Président: Je comprends, mais cet éclaircissement peut être fait

9 dans les questions supplémentaires. Comme je vous l'ai dit, si nous

10 faisons les interventions minimales, nous pouvons quand même respecter

11 l'information que le témoin doit nous communiquer. Même l'observation que

12 j'ai faite à Me Deretic est faite toujours dans la bonne intention d'avoir

13 une bonne justice.

14 Comme vous savez, c'est le rôle du Président et de la Chambre d'attirer

15 l'attention et de le faire. Je le fais comme bonus pater familias, c'est

16 toujours comme cela. Il n'y a aucune censure mais seulement faire noter

17 qu'il y a un petit problème. Merci de toute façon Maître Jovan Simic.

18 Madame Somers, vous pouvez continuer s'il vous plaît.

19 Mme Somers (interprétation): Merci Monsieur le Président.

20 Monsieur Prcac, quelques questions encore au sujet de quelques sujets

21 d'hier. Pour ce qui est du 24/5, il s'agissait de certaines louanges à

22 l'intention de votre père datées du 13 mai 1983, émanant du secrétariat de

23 l'intérieur de Prijedor.

24 Pour ce qui est de ses contributions exceptionnelles à l'accomplissement

25 des tâches de sécurité publique, y avait-il eu une cérémonie quelconque

Page 11404

1 accompagnant l'attribution de ce diplôme de louange à son intention et y

2 avait-il une cérémonie quelconque l'accompagnant?

3 M. L. Prcac (interprétation): Je ne sais pas. J'avais 8 ans à l'époque, ce

4 qui fait que je ne peux pas me souvenir d'une cérémonie quelconque.

5 Question: Quand ce document vous a été montré, ceci ne signifiait pas

6 grand-chose?

7 Réponse: J'ai découvert ce document avec les affaires de mon père et pour

8 que vous puissiez vous faire une idée de lui, de son travail dans cette

9 Yougoslavie de l'époque, je l'ai confié aux avocats de mon père.

10 Question: Vous nous avez montré, ou plutôt on vous a montré à vous un

11 document D28/5 qui ne porte pas de date et qui concerne le parc national

12 de Kozara; je ne vois pas de date sur ce document.

13 Je ne sais pas si vous vous souvenez d'une donation de 200 dinars que

14 votre famille aurait faite, mais pouvez-vous nous expliquer la

15 signification de ce document et peut-être nous donner l'équivalent en

16 marks de ces 200 dinars? Expliquez-moi la chose?

17 Réponse: Je ne sais pas vous dire l'équivalent après toutes ces périodes

18 d'inflation dans notre pays, notamment en raison du fait qu'il n'y a pas

19 de date ici, comme vous l'avez si bien remarqué, mais je crois que c'était

20 la somme minimum que l'on pouvait contribuer. Quoique n'ayant pas beaucoup

21 d'argent, mon père avait souhaité faire une petite contribution au parc

22 national de Kozara; contribution, ne serait-ce que le minimum pour ne pas

23 être peut-être la seule personne à n'avoir rien versé du tout à cette fin.

24 Question: Merci. J'ai remarqué sur plusieurs documents des noms, peut-être

25 ne connaissez-vous pas ces noms-là, mais le D9/5 et le D10/5 portent la

Page 11405

1 signature d'un homme s'appelant Rajko Zigic qui est secrétaire du

2 secrétariat municipal du SUP de Prijedor.

3 Connaissez-vous ou plutôt votre famille connaissait-elle ce M. Zigic?

4 Réponse: Moi non.

5 Question: Savez-vous ou pas, ou avez-vous entendu parler de cette

6 personne?

7 Réponse: Non, juste à partir de ce document-ci.

8 Question: Vous n'avez… excusez-moi, continuez.

9 Réponse: Je vous ai déjà dit que mon père parlait peu de son travail. Il

10 en a peut-être parlé avec des collègues avec qui je m'étais entretenu.

11 Mais encore étaient-ce des gens qui avaient travaillé dans le même domaine

12 que lui à savoir dans la police scientifique.

13 Maintenant, pour ce qui concerne la personne qui a signé ces documents-là,

14 je ne le connais pas du tout.

15 Question: Donc, vous ne savez pas s'il s'agit d'un Rajko Zigic qui serait

16 parent de l'accusé Zigic?

17 Réponse: Non, je viens de vous le dire.

18 Question: Vous nous avez mentionné, hier et aujourd'hui, le fait que son

19 (sic) père ne parlait pas beaucoup de son travail. Et vous nous avez

20 montré dans ces quelques heures de témoignage que vous saviez quelque

21 chose au sujet de son travail.

22 Pourriez-vous nous dire comment se fait-il que vous ayez eu vent de

23 certains détails que vous avez présentés, si ces détails ne vous ont pas

24 été communiqués par votre père? Avec qui vous êtes-vous entretenu avant de

25 venir témoigner ici au Tribunal, hier?

Page 11406

1 Réponse: De quels détails parlez-vous?

2 Question: Vous avez parlé d'un incident où avaient pris part deux jeunes

3 gens qui avaient été amenés et que votre père a voulu protéger, et a tiré

4 de sa gaine son revolver étant donné qu'il était surpris par le traitement

5 qu'on leur avait infligé. Comment avez-vous appris cela?

6 Réponse: Je vous ai dit qu'il avait eu peur pour la sécurité personnelle

7 de sa famille.

8 Question: Mais comment le savez-vous? Comment savez-vous que cet événement

9 a eu lieu? Comment l'avez-vous appris? Vous ne vous êtes pas entretenu?

10 Réponse: Je crois que j'en ai parlé hier. Je ne sais pas.

11 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, au cours de mon

12 interrogatoire principal, j'ai posé la question directe au témoin pour

13 savoir comment il l'avait appris. Maintenant, on est en train de répéter.

14 Ma collègue pourrait soit citer au témoin ce qu'il a dit exactement, soit

15 lui poser une question plus détaillée mais il n'est point nécessaire de

16 reposer la même question que celle qui a été posée à l'interrogatoire

17 principal.

18 M. le Président: Madame Somers?

19 Mme Somers (interprétation): Monsieur le Président, avec tout le respect

20 que je dois à mon collègue, je ne serai pas d'accord. Les faits concernant

21 l'incident ont peut-être été donnés mais les détails ont été quand même

22 assez abondants, et je voudrais savoir si son père lui a avancé un tel

23 nombre de détails, en parlant de cet incident, étant donné que l'incident

24 a été tout à fait détaillé.

25 M. le Président: Maître Jovan Simic?

Page 11407

1 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, je ne vais pas

2 reprendre ce qu'il a répondu. Il a dit que son père était rentré et leur a

3 raconté. C'est son témoignage.

4 Maintenant, mon éminente collègue pourrait dire, parler de l'entretien et

5 ne pas revenir sur le fait de savoir si c'est son père qui lui a dit ou

6 ainsi de suite.

7 M. le Président: Nous avons déjà l'information que son père a raconté

8 cette histoire, donc posez une question de détail où il n'est pas

9 nécessaire d'insister.

10 Mme Somers (interprétation): Avez-vous demandé à qui que ce soit d'autre

11 qui avait travaillé avec votre père, si vous vous étiez entretenu au sujet

12 de l'incident?

13 M. L. Prcac (interprétation): J'ai essayé de m'entretenir avec quelqu'un

14 d'autre concernant cet incident.

15 Question: Avec qui aviez-vous essayé?

16 Réponse: Avec ceux qui travaillaient dans les effectifs de sécurité. Mais

17 personne…

18 Question: Mais des noms, je vous prie?

19 [expurgée].

20 Question: Que vous ont-ils dit? Et s'ils vous ont dit quelque chose, quoi?

21 Réponse: Non, j'ai pratiquement tout appris concernant l'incident de la

22 part de mon père.

23 Question: La préoccupation de votre père se fondait sur la connaissance de

24 la famille. Connaissiez-vous aussi les membres de la famille qui avaient

25 été partie prenante à l'incident et quel était leur nom?

Page 11408

1 Réponse: Non.

2 Question: Donc votre père connaissait ces membres de la famille et vous ne

3 les connaissiez pas?

4 Réponse: Il m'avait dit que c'étaient les enfants de son ami originaire de

5 Tukovi. Il ne m'a pas mentionné leurs noms ni le nom de qui que ce soit à

6 avoir été là-bas, donc il ne m'a pas parlé de ces détails-là. Il avait

7 estimé que cet incident pouvait peut-être lui être fatal. Et lorsqu'il

8 avait eu peur pour sa propre vie, il était normal qu'en ma qualité de fils

9 aîné, il m'explique ce qui s'était passé et ce qu'il convenait de faire

10 avec notre famille s'il lui arrivait quelque chose.

11 Question: Mais vous nous avez dit qu'il ne lui était rien arrivé. Depuis

12 1992, vous vous êtes entretenu avec votre père, n'est-ce pas?

13 Réponse: Bien entendu.

14 Question: Depuis la première fois où il vous l'a mentionné, avez-vous

15 essayé d'apprendre ou d'établir qui avaient été les personnes qui avaient

16 pris part à l'incident? Avez-vous essayé d'apprendre leurs noms? Il

17 semblait que c'était un événement assez important et qu'il avait enfreint

18 une espèce de code du silence, et il vous en a parlé?

19 Réponse: Je vous ai dit que si quelque chose était directement lié à sa

20 propre famille, à savoir s'il s'agissait d'un incident qui pouvait avoir

21 des répercussions sur nous-mêmes, en personne, sa préoccupation avait été

22 de prendre soin de nous et non pas de parler de l'incident en tant que tel

23 mais des raisons pour lesquelles il s'agissait pour nous de passer à

24 Omarska et de rester là-bas ensemble.

25 Question: Vous avez avancé en guise de raison principale le fait que votre

Page 11409

1 père n'ait fait que cinq années de primaire, les raisons de pauvreté. Vous

2 avez également indiqué que vous ou votre famille avez vécu dans des

3 circonstances de non abondance. Mais vous avez tout de même fait plus de

4 cinq années d'école primaire.

5 Dites-nous ce que vous avez fait comme études?

6 Réponse: J'ai fait des études secondaires d'électrotechnique. Le fait que

7 mon père n'ait fait que cinq années de primaire a précisément été la

8 raison pour laquelle il avait tout investi dans notre éducation.

9 Question: En dépit du fait qu'il n'y avait pas eu beaucoup d'argent, vous

10 avez réussi à finir vos études?

11 Réponse: Les écoles n'étaient pas payantes. L'école, la formation

12 scolaire, de par la loi, avait été obligatoire.

13 Question: Mais vous-même ou votre frère cadet, avez-vous été privés de

14 traitements médicaux en raison de la situation financière?

15 Réponse: J'en ai été privé seulement à Belgrade pour ce qui est de

16 l'Académie médicale militaire. Mais lorsque mes parents n'avaient pas de

17 moyen pour envoyer mon frère se faire soigner là où ils avaient souhaité

18 l'envoyer, il n'y était pas allé, mais cette thérapeutique lui avait été

19 administrée par ma mère étant donné qu'on lui avait donné les conseils

20 nécessaires sur la façon de faire pour l'aider dans les exercices à

21 pratiquer.

22 Question: Je crois que votre père a dit aux enquêteurs que, tout de suite

23 après la naissance de votre frère cadet, dès l'hôpital, on lui avait

24 fourni certains soins.

25 Est-il arrivé qu'il y ait eu des cas d'urgence et que votre frère n'a pas

Page 11410

1 pu bénéficier de soins médicaux en raison de la situation financière,

2 pécuniaire?

3 Réponse: Non. Les soins médicaux et l'assurance médicale avaient été

4 puisés depuis l'assurance médicale de mon père et de ma mère.

5 Question: Je vous remercie. Votre père a mentionné en page 8 quelque

6 chose, dans son interview, quelque chose à votre sujet. Peut-être s'agit-

7 il d'une erreur. Il s'agit plutôt de la page 7. Il avait dit que vous

8 aviez fait votre service militaire à Banja Luka et à Manjaca?

9 Réponse: Oui, je suis d'abord allé à Banja Luka et certains ont été

10 transférés ensuite à Manjaca ou certains autres à Zaluzane, cela

11 dépendait.

12 Question: Quand avez-vous été à Manjaca, dans quelle période?

13 Réponse: Du 18 juin…

14 Question: De quelle année?

15 Réponse: 1993 jusqu'au 10 août. Je ne suis pas tout à fait sûr mais je

16 crois que c'était le 10 août.

17 Question: Etiez-vous chargé de monter la garde pour ce qui était des

18 prisonniers militaires, était-ce l'une de vos fonctions?

19 Réponse: Non. A Manjaca, j'avais suivi une formation militaire, et par la

20 suite, j'ai été transféré dans une zone de combat. Je n'ai jamais monté la

21 garde auprès des prisonniers.

22 Question: Contre qui vous êtes-vous battu à Modrica, car c'était bien la

23 ligne de front où vous étiez blessé?

24 Réponse: A Svilaj près de Modrica, nous ne nous battions contre personne.

25 Nous étions chargés de sécuriser la ligne, la frontière, et en cas

Page 11411

1 d'irruption en provenance de Croatie, nous étions censés être là pour

2 empêcher ce type de choses.

3 Question: Lorsque votre père a été repris dans la police de réserve, en

4 raison de la prise de Prijedor par les autorités serbes, s'est-il

5 entretenu avec vous concernant sa position au niveau du retour au travail?

6 Vous a-t-il dit comment il se sentait pour ce qui était d'avoir était

7 ramené à ces tâches?

8 Réponse: Ecoutez, comme je vous l'ai dit, le problème fondamental quand il

9 avait été convoqué à Prijedor, pour lui son problème principal avait été

10 de se trouver à l'extérieur d'Omarska et de ne pas pouvoir travailler la

11 terre. Et c'est de ce type de problème qu'il nous avait parlé.

12 Question: Quand votre grand-mère est-elle décédée ou plutôt la mère de

13 votre père?

14 Réponse: En mars 1994.

15 Question: Est-ce que votre père vous a mentionné ces affirmations aux

16 termes desquelles il aurait convaincu Simo Drljaca de lui permettre de

17 choisir son poste. Est-ce que comme il l'a dit en page 8 de l'interview en

18 anglais, il vous a parlé de cela?

19 Réponse: Je vous le redit comme pour ce qui est de l'incident, il n'a pas

20 mentionné de noms. Il avait parlé de la procédure et il avait indiqué

21 qu'il aurait préféré rester au département de poste de police à Omarska et

22 nous nous entretenions de choses qui étaient importantes pour nous.

23 Personnellement, pour la famille et comme je ne l'ai pas accompagné, je ne

24 sais pas qui l'avait reçu, qui lui avait confié telle ou telle tâche.

25 C'est à lui de le dire et de le savoir.

Page 11412

1 Question: Quel âge avait votre grand-mère ou quel était son état de santé?

2 Est-ce que cet état de santé avait été pris en considération pour ce qui

3 de l'affectation de votre père à Omarska ou était-ce seulement le fait de

4 travailler la terre?

5 Réponse: Eh bien, c'était une femme très âgée, cet élément était donc pris

6 en considération aussi. Elle avait 80 ans. C'est un âge assez avancé, et

7 lui était très attaché à elle.

8 Question: Comment entendez-vous ou pensez-vous que votre père a commencé

9 au département de poste de police à Omarska? Avez-vous une idée de la date

10 à laquelle il avait commencé à y travailler?

11 Réponse: En tout état de cause, il s'agissait du début du mois de mai,

12 date à laquelle il avait commencé à travailler au département de poste de

13 police à Omarska.

14 Question: Vous a-t-il dit ce qu'il allait faire dans ce poste d'Omarska?

15 Saviez-vous quelles étaient ses tâches?

16 Réponse: Je vous répète qu'il ne me parlait pas de ses tâches à lui. De là

17 à savoir donc quelles avaient été ses fonctions, j'ai appris la chose de

18 la part de ses collègues une fois qu'il a été arrêté. Mais à l'époque, il

19 allait tout simplement au travail.

20 Question: Comprenons-nous bien. Je parle du poste de police. Je ne parle

21 pas du centre d'instruction. Votre père vous a-t-il jamais dit qu'il avait

22 travaillé là-bas comme technicien en police scientifique ou la façon dont

23 on peut traduire son domaine d'intervention? Vous l'a-t-il dit?

24 Réponse: Non, il ne me l'a pas dit. Je pouvais seulement supposer ce qu'il

25 faisait comme type de travail.

Page 11413

1 Question: Mais vous a-t-il dit pourquoi? Il avait systématiquement rangé

2 dans une valise tous ses documents qui ont été confiés aux conseils de la

3 défense. Pourquoi avait-il gardé ces documents?

4 Réponse: Car c'est une personne comme cela. Il gardait toute documentation

5 pour le cas où cela s'avérerait nécessaire.

6 Question: Mais de quelle nécessité parlez-vous?

7 Réponse: Eh bien, je vais vous expliquer tout simplement.

8 J'ai de nos jours encore chez moi, à la maison, des factures d'électricité

9 et de téléphone depuis la date où nous avons emménagé dans cet

10 appartement, à nos jours. Et il s'agit tout simplement d'un homme qui

11 gardait tout simplement la totalité des papiers. Maintenant de là à savoir

12 pourquoi il le faisait, je dirais que cela était peut-être dû au fait de

13 ne pas avoir à répondre un jour ou l'autre d'avoir pris ceci ou fait cela.

14 Question: Vous avez mentionné à plusieurs reprises dans votre témoignage

15 le nom d'une certaine Zlata Cikota, et elle aussi s'était entretenue une

16 fois ou plusieurs fois avec les gens du Bureau du Procureur et son

17 évaluation au sujet de votre père nous dit qu'il avait été suffisamment

18 intelligent pour nous demander d'écrire un papier disant: "Nous avons été

19 bien traités. Ce papier ne porte pas de cachet, et nous avions signé ce

20 papier parce que nous estimions que les vies de nos enfants étaient en

21 question".

22 Croyez-vous qu'elle aurait pu considérer d'une autre façon les raisons

23 pour lesquelles votre père avait collecté tous ces documents?

24 Réponse: Bien sûr que oui.

25 Question: Connaissiez-vous un individu nommé Petar Josic?

Page 11414

1 Réponse: Oui.

2 Question: Connaissez-vous Mario Josic?

3 Réponse: Je ne sais qu'une chose, c'est que c'était son fils.

4 Question: Savez-vous que Petar Josic avait été interné à Omarska pendant

5 que votre père s'y trouvait?

6 Réponse: Je le sais mais je ne l'ai pas appris de la part de mon père,

7 mais je l'ai appris de la part d'un homme… Non, ma sœur! Je m'excuse. Ma

8 sœur qui avait été sous-locataire dans le logement de Petar Josic, avant

9 la guerre, avant tous ces événements-là, c'est elle qui m'a dit qu'il s'y

10 trouvait.

11 Question: Il est parvenu à l'intention du Bureau du Procureur que pendant

12 que votre père parlait avec Petar Josic, quand votre père travaillait au

13 camp d'Ormaska et que Josic y était détenu, votre père a exprimé des

14 inquiétudes au sujet de ce qui se passait, avant de faire un geste de ce

15 genre dans la direction de Josic.

16 A savoir ce que je suis en train de reproduire ici: les bras croisés,

17 comme ceux d'un prisonnier. Ce qui indiquait qu'il serait puni de ce qui

18 s'était passé.

19 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, je pense qu'il serait

20 juste, si nous parlons déjà d'une déclaration, de présenter cette

21 déclaration sans la paraphraser et encore moins en demandant à quelqu'un

22 de dire s'il sait ce qui s'est passé là-bas.

23 L'accusation pourrait remettre cette déclaration au témoin. Le témoin

24 pourrait la lire, et le témoin pourrait donner son point de vue. Moi, je

25 sais de quelle déclaration il est question; je pense que la paraphrase

Page 11415

1 n'est pas utile et Mme le Procureur est en train de laisser de côté une

2 partie de la déclaration qui est sans doute très importante.

3 Mme Somers (interprétation): Monsieur le Président, je ne suis pas

4 désireuse de soumettre au témoin cette déclaration; je parle d'un extrait

5 de cette déclaration. Ce qui m'intéresse, et je le dis pour le conseil de

6 la défense, c'est de savoir si cet incident a été mentionné au témoin. Et

7 si oui, quelle peut être son interprétation des émotions qui sont en cause

8 dans tout cela.

9 M. le Président: Maître Jovan Simic?

10 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, seule la collègue du

11 Bureau du Procureur et moi-même connaissons cette déclaration parmi toutes

12 les personnes qui se trouvent dans le prétoire. Et je dis que Mme le

13 Procureur fait une erreur d'interprétation, qu'elle sort une partie de la

14 déclaration dans un contexte.

15 Il s'agit d'une histoire beaucoup plus longue et la collègue du Bureau du

16 Procureur extrait une petite partie de cet ensemble en l'interprétant

17 d'une façon erronée. Je pense qu'il serait préférable de distribuer la

18 déclaration.

19 M. le Président: Madame Somers, est-il possible de poser une question

20 claire, concrète et concise sur cet événement et après Me Jovan Simic aura

21 l'opportunité?

22 Si le Procureur fait une mauvaise interprétation, vous aurez l'opportunité

23 de reprendre la déclaration et de dire: "Ma collègue a dit ceci, cela et

24 cela. Je vous dis que, et que, et que. Et maintenant quelle est votre

25 réponse?" Sinon, nous n'arriverons pas à finir.

Page 11416

1 Je vous demande, Madame Somers: posez une question claire, concrète et

2 concise, sinon le témoin et nous tous avons une capacité limitée de

3 mémoire. Si vous regardez l'extension de vos questions, elles sont très

4 longues. Posez donc une question ou divisez cela en plusieurs parties.

5 Maître Jovan Simic posera ensuite les questions qu'il aura à poser.

6 Continuer, s'il vous plaît, Madame Somers.

7 Mme Somers (interprétation): Votre père vous a-t-il jamais dit qu'il

8 aurait fait part de quelques inquiétudes à M. Josic au sujet des

9 conséquences du rôle joué par lui dans le camp d'Ormaska?

10 M. L. Prcac (interprétation): Je ne sais pas de quoi il est question. Je

11 ne sais pas de quel geste vous parlez. Que voulez-vous m'expliquer? Il

12 faut que vous me l'expliquiez plus en détail et je répondrai avec grand

13 plaisir. Mais si vous voulez que je parle à la place de mon père, il faut

14 au moins que vous me décriviez au moins l'incident. Je ne connais rien de

15 cet événement, alors comment voulez-vous que je vous fasse des

16 commentaires au sujet de cet événement!

17 Question: Votre père ne s'est pas rendu au Tribunal après sa mise en

18 accusation, n'est-ce pas? Il a fallu qu'il soit arrêté, c'est bien cela?

19 Réponse: Oui.

20 Question: Quand a-t-il été mis en accusation, le savez-vous?

21 Réponse: Je ne saurais pas vous le dire avec certitude.

22 Question: Depuis la date de sa mise en accusation, en tout cas depuis la

23 date où vous en avez eu connaissance, a-t-il continué à circuler en toute

24 liberté jusqu'au moment où il a été arrêté? Autrement dit, quelqu'un

25 aurait-il essayé de l'arrêter, si vous le savez?

Page 11417

1 Réponse: Pour autant que je le sache, il a passé tout son temps dans la

2 maison de la grand-mère, comme on l'appelait, où il travaillait la terre

3 et s'occupait de nous. Dans la dernière période, ma mère l'a beaucoup aidé

4 aussi. Et moi, j'ai passé aussi un certain temps à Omarska pour les aider

5 au labour puisque je n'avais pas de travail.

6 Question: Vous êtes-vous trouvé limité d'une certaine façon par le fait

7 que votre père était un individu qui faisait l'objet d'une mise en

8 accusation publique?

9 Réponse: Je ne sais pas ce que vous entendez par "limité"?

10 Question: Pouviez-vous travailler? Pouviez-vous circuler, jouir de la vie

11 comme tout le monde? Sa mise en accusation n'a-t-elle pas eu un effet

12 limitatif sur vos allers et venues, sur vos projets?

13 Réponse: Non, cela n'a pas…, cette situation n'a pas limité mes projets

14 mais plutôt ma situation matérielle. C'est plutôt ma situation matérielle

15 qui les limitait.

16 Question: Avez-vous rendu visite à votre père au camp d'Ormaska pendant

17 qu'il y a travaillé?

18 Réponse: Non.

19 Question: Avez-vous appris un jour ce qui s'était passé dans ce camp

20 pendant qu'il y a travaillé?

21 Réponse: Non. De sa bouche à lui, non.

22 Question: De qui l'avez-vous appris alors?

23 Réponse: Eh bien, écoutez, ce qui s'est passé, la majorité des choses qui

24 s'étaient passées à Omarska, j'ai pu les apprendre de la bouche de

25 personnes à qui j'ai parlé.

Page 11418

1 Question: Quelles sont les personnes qui vous ont parlé de ces choses-là?

2 Réponse: Eh bien, comme je vous l'ai dit, il y a quelques instants: des

3 voisins, des collègues de mon père, et je parlais de mon père aux gens. Je

4 ne parlais pas directement de ce qui s'était passé là-bas.

5 Question: Excusez-moi de vous interrompre, mais êtes-vous en train de dire

6 que vos voisins savaient ce qui s'était passé et que vous vous ne le

7 saviez pas? C'est cela que vous êtes en train d'essayer de m'expliquer?

8 Réponse: Non, non absolument pas. Ce que je veux dire, c'est que ce que

9 j'ai appris de ces événements, je l'ai appris principalement après son

10 arrestation. Parce qu'à partir de ce moment-là un certain nombre de choses

11 ont commencé à m'intéresser personnellement étant donné qu'il s'agissait

12 dans ce cas précis de mon père.

13 Question: Apprendre ces choses-là ne vous a donc pas intéressé après sa

14 mise en accusation, vous n'avez trouvé cela intéressant qu'à partir de son

15 arrestation?

16 Réponse: J'espérais sincèrement que le moment de son arrestation

17 n'arriverait jamais et je n'ai cessé de me persuader de cela. Je ne

18 pouvais pas réduire ma vie à me demander s'il allait être arrêté ou pas

19 mais je pouvais essayer de me persuader de certaines choses à savoir qu'il

20 passerait sa vie avec la famille.

21 Question: Comment avez-vous pu accéder à la zone minière d'Omarska pour y

22 tourner la vidéo que vous avez diffusée? Quelles ont été les étapes que

23 vous avez franchies pour pouvoir pénétrer dans la mine?

24 Réponse: Aucune étape particulière. Cette mine est désaffectée. Je ne

25 crois pas qu'il y ait qui que ce que soit qui s'en occupe, de sorte que

Page 11419

1 les choses sont très simples.

2 Vous arrivez au portail d'entrée, vous entrez, vous allez jusqu'au centre

3 d'enquête et vous voyez ce que vous voyez.

4 Question: La date indiquée sur la vidéo est celle de mars 2001. Cette date

5 correspond-elle à la réalité?

6 Réponse: Oui.

7 Question: Donc vous êtes en train de dire aux Juges de cette Chambre que

8 vous-même, accompagné peut-être d'un groupe d'avocat, avez pris le chemin

9 du camp d'Omarska, êtes entrés dans les bâtiments, avez tourné une vidéo

10 et être partis ensuite sans autorisation particulière? Ce n'était pas bien

11 difficile?

12 Réponse: Peut-être que cela a l'air bizarre pour vous, mais c'est

13 effectivement ce qui s'est passé. C'est une mine désaffectée dont personne

14 ne s'occupe.

15 Question: Y avait-il des gens qui travaillaient dans les bâtiments où vous

16 avez pénétré? Comment avez-vous eu l'accès au bâtiment car vous avez

17 tourné à l'intérieur des bâtiments? Qui vous a autorisé à y pénétrer?

18 Réponse: Eh bien, je suis entré simplement par la porte.

19 Question: Vous êtes en train de dire que vous avez pénétré dans le

20 bâtiment, vous êtes arrivé jusqu'au bâtiment administratif, vous avez

21 ouvert la porte, vous êtes entré et vous avez circulé à l'intérieur sans

22 rien demander à personne, vous avez tourné la vidéo et personne ne vous a

23 arrêté, ou ouvert la porte, c'est aussi facile que cela?

24 Réponse: Eh bien, voyez-vous, il y avait un homme présent sur les lieux

25 qui était sans doute un gardien. Je lui ai demandé si je pouvais entrer à

Page 11420

1 l'intérieur. Cet homme…

2 Question: Est-ce que la porte était fermée à clef, est-ce que cet homme a

3 dû utiliser une clef pour ouvrir la porte?

4 Réponse: Oui mais écoutez-moi, je n'ai pas fini. Cet homme est allé

5 jusqu'à une maison qu'il est convenu d'appeler la maison blanche et a

6 rapporté une clef de cette maison qu'il m'a remise.

7 Quand nous avons terminé de filmer, j'ai rendu la clef à cet homme mais je

8 n'ai pas eu besoin de lui donner la moindre explication particulière.

9 Question: Qui vous accompagnait quand vous avez tourné cette vidéo? Je

10 vous demande le nom de toutes les personnes qui vous accompagnaient.

11 Réponse: Maître Zivanovic, Me Simic, moi et mon ami qui m'avait prêté sa

12 caméra.

13 Question: Qui tenait le caméscope. Qui donc a tourné cette vidéo?

14 Réponse: C'est moi qui ai filmé, mais comme lui est plus informé que moi

15 de la façon dont on utilise le zoom et ce genre de chose, c'est lui qui a

16 tourné à ces moments-là.

17 Question: Quand vous dites "lui", vous parlez de qui?

18 Réponse: Mon ami.

19 Question: Et quel est le nom de cet ami?

20 Réponse: Eh bien, je ne sais pas s'il est convenable pour moi de donner

21 son nom ici maintenant.

22 Question: Nous devrons passer à huis clos partiel dans quelques instants

23 pour d'autres questions, donc nous attendrons ce moment-là pour reposer la

24 question.

25 Les images que vous avez tournées, qui est-ce qui vous a conseillé de les

Page 11421

1 tourner? Est-ce que quelqu'un vous disait: "Regarde par là, tourne cela,

2 filme cela!" Comment avez-vous tourné cette vidéo?

3 Réponse: Eh bien, c'était très simple, je vous ai dit que j'accompagnais

4 les conseils de la défense de mon père. Et eux savaient sans doute ce

5 qu'il était utile qu'ils vous montrent, parce que si j'avais été le seul à

6 filmer, il m'aurait peut-être fallu une heure pour le faire et j'aurais

7 risqué de tourner des images qui n'auraient pas été les plus intéressantes

8 pour vous.

9 Question: Qui vous conseillait les images qu'il convenait de filmer et

10 sous quel angle il fallait le faire etc.? Pouvez-vous nous le dire?

11 Réponse: C'est de moi que venaient ces indications. Je lui disais: "Fais

12 un zoom sur la fenêtre", il faisait un zoom sur la fenêtre. Je lui disais:

13 "Fais un zoom sur la vue extérieure", il le faisait.

14 Question: Donc cela s'est fait selon un scripte que vous avez peut-être

15 reçu et qui vous indiquait quelles étaient les choses qu'il était bon de

16 filmer ou pas.

17 Question: Dites-nous, je vous prie, comment cela s'est passé exactement?

18 Réponse: Eh bien, nous avions eu des conversations et, sur cette base, je

19 savais à peu près ce qu'il fallait faire.

20 Question: Comment saviez-vous ce qu'il était bon de filmer et ce qu'il

21 n'était pas utile de filmer sur votre vidéo?

22 Réponse: J'ai dit que ce qui a été filmé, c'était ce que je pensais utile

23 mais moi je ne savais rien de particulier.

24 Question: Nous avons une série de photographies, Monsieur le Président,

25 dont les originaux seront identifiés dans l'intérêt des Juges de la

Page 11422

1 Chambre et qui sont en couleur. Mais pour le moment les photographies que

2 nous pourrons distribuer ne sont pas en couleur.

3 Cela dit nous les remplacerons par des photographies en couleur un peu

4 plus tard quand les studios de photographies pourrons nous les préparer.

5 Je présente mes excuses à la Chambre pour l'absence de photographies en

6 couleur, de copies de photocopies en couleur à ce stade.

7 Monsieur le témoin, j'aimerais consacrer quelques instants à vous montrer

8 des photographies qui peut-être pourront faire l'objet de commentaires de

9 votre part.

10 Monsieur l'huissier, voici l'exemplaire que j'aimerais que vous placiez

11 sur le rétroprojecteur, c'est l'exemplaire en couleur. Après quoi, vous

12 pourrez distribuer aux parties intéressées les copies de photographies en

13 noir et blanc. Il s'agit de la pièce à conviction de l'accusation 3/277.

14 (L'huissier s'exécute.)

15 Excusez-moi, vous avez la photographie sous les yeux maintenant?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Très bien. Nous voyons ici le bâtiment administratif.

18 Quand on monte les marches d'escalier pour aller au premier étage -la

19 photographie est un peu sombre- mais en regardant tout droit sur la

20 droite, on a 2 portes qui mènent respectivement aux toilettes et aux

21 douches, ce sont les deux pièces que vous avez filmées en détail.

22 Monsieur l'huissier ne vous éloignez pas, je vais vous donner d'autres

23 photographies dans un instant.

24 Vous étiez dans le bâtiment à l'intérieur, n'est-ce pas, quand vous avez

25 filmé?

Page 11423

1 Réponse: Oui.

2 Question: Etes-vous d'accord pour dire que c'est bien dans ce même

3 bâtiment que vous avez filmé votre vidéo, oui ou non?

4 Réponse: Oui.

5 Question: La photographie suivante est également une photographie du

6 couloir sans doute de meilleure qualité que la précédente. Il s'agit de la

7 pièce à conviction de l'accusation 3/278. Toujours, la photographie en

8 couleur sur le rétroprojecteur, je vous prie, Monsieur l'huissier, et les

9 copies noir et blanc pour les distributions.

10 Est-ce que vous voyez bien, Monsieur Prcac?

11 Réponse: Oui.

12 Question: Donc c'est toujours le même couloir, qui semble un peu plus

13 large à cause de l'angle sous lequel il a été pris sans doute, cette fois-

14 ci, qui permet une photographie de meilleure qualité. Et sur la droite,

15 les deux portes qui mènent aux deux pièces dont vous avez filmé

16 l'intérieur, c'est bien cela?

17 Réponse: Oui.

18 Question: Merci. Est-ce que vous voyez bien, Monsieur Prcac?

19 Réponse: Oui. C'est la fenêtre des toilettes sur la gauche.

20 Mme Somers (interprétation): Je vous demanderai quelques instants.

21 M. le Président: C'est sûrement ma faute, mais quel est votre objectif,

22 pourquoi répétez-vous avec les photographies, les images de la vidéo?

23 Mme Somers (interprétation): Des photographies sélectives, une vidéo

24 sélective, la précision du processus; je teste la déposition, Monsieur le

25 Président.

Page 11424

1 M. le Président: Très bien.

2 Mme Somers (interprétation): Monsieur Prcac, ces portes, celles que l'on

3 voyait sur la droite dans le couloir dans lequel on débouche à partir des

4 escaliers…

5 M. L. Prcac (interprétation): Mais est-ce que vous pouvez me dire si ce

6 sont les toilettes de droite ou de gauche?

7 Question: Ces photographies représentent les pièces que vous avez filmées

8 en vidéo, et on les regarde de face et en plein jour, n'est-ce pas?

9 Réponse: Oui. Mais je sais comment, moi, j'ai filmé ma vidéo et je ne suis

10 pas tout à fait sûr de la manière dont vous avez pris vos photographies.

11 Mme Somers (interprétation): Ce sont des clichés, des photographies, pas

12 de clichés de vidéo.

13 La photographie suivante, pièce à conviction de l'accusation 3/280.

14 M. le Président: Si vous avez encore d'autres photographies, Madame

15 Somers, peut-être faudrait-il les donner en même temps pour éviter… Parce

16 ce qu'on doit quand même se concentrer sur notre travail.

17 Mme Somers (interprétation): J'ai l'impression que lorsqu'on a essayé de

18 travailler de cette façon, il y a eu quelques problèmes par le fait que

19 des documents n'avaient pas été enregistrés de façon systématique. Nous

20 essayons donc de nous assurer que les Juges savent bien quelle est la cote

21 de chacun des documents lorsque nous les distribuons. Si nous les

22 distribuons en pile, il risque d'y avoir des problèmes de ce point de vue.

23 M. le Président: Si nous les avons déjà notés, il n'y a pas de problème.

24 Si c'est la séquence, c'est la séquence.

25 Maître Fila?

Page 11425

1 M. Fila (interprétation): Excusez-moi, Monsieur le Président, de me mêler

2 à la conversation mais finalement tous les conseils sont concernés par

3 tout ceci. Car si vous lisez le compte-rendu d'audience en anglais, au

4 moment où on montre la photographie où l'on voit des carreaux blancs entre

5 les portes, ce n'est pas la même porte que celle où on voit des briques

6 rouges, au niveau intermédiaire. On a donc l'impression qu'à partir de

7 l'escalier, on débouche directement sur la porte.

8 M. le Président: Quel est le numéro de la pièce?

9 M. Fila (interprétation): 3/279. Sur cette pièce, on voit une porte, enfin

10 deux portes; et entre ces deux portes, des carreaux blancs, comme vous

11 pouvez le voir. Alors que sur les deux photographies précédentes, on

12 voyait des briques rouges ou des tuiles rouges. Donc moi, j'aimerais

13 savoir de quelle porte on est en train de parler.

14 Mme Somers (interprétation): Si vous pouvons être autorisés à

15 poursuivre...

16 M. Fila (interprétation): Et dans le compte-rendu d'audience, il est écrit

17 qu'à partir de l'escalier on débouche sur les deux portes séparées par des

18 carreaux blancs. C'est ce que l'on lit au compte rendu d'audience en

19 anglais alors que c'est tout simplement faux.

20 M. le Président: Très bien. Merci.

21 Madame Somers, c'est peut-être mieux. Parce que, voyez-vous, quand la

22 photographie nous arrive ici, Madame Somers, je crois qu'il faut… comment

23 dire -je ne veux pas juger maintenant-, mais vous faites d'une certaine

24 façon la présentation de votre formation d'une façon autiste, c'est-à-dire

25 que vous parlez entre vous et le témoin, nous sommes complètement en

Page 11426

1 dehors: vous finissez la description d'une photographie et la photographie

2 arrive sur notre table, et vous passez à une autre.

3 Seulement, nous ne pouvons pas vous suivre de cette façon.

4 Faites votre travail de façon que l'on ait la photographie dans nos mains.

5 On peut quand même avoir besoin de prendre des notes sur les

6 photographies, et après, vous, faites votre travail. Sinon, nous restons

7 en dehors et vous faites un travail autiste. Voilà.

8 Continuez, s'il vous plaît.

9 Mme Somers (interprétation): Je vous prie de m'excuser, Monsieur le

10 Président. Ce n'était pas notre intention. Si cela peut faciliter les

11 choses maintenant, il reste encore quelques photographies, et puisque leur

12 nombre est moins important, nous pouvons les donner ensemble en pile à

13 l'huissier.

14 Donc la pièce suivante sera la pièce 3/281, puis il y aura la pièce 3/282,

15 3/283, 3/284 et 3/285. Il est possible que tous les exemplaires ne soient

16 pas numérotés, donc nous donnerons aussi le numéro IRN qui peut-être va

17 vous aider à les reconnaître. Enfin, pour l'instant, Monsieur l'huissier,

18 cela devrait suffire. Merci.

19 (L'huissier s'exécute.)

20 Tout le monde a-t-il reçu la pièce 3/281? Bon, nous allons attendre un

21 peu.

22 Si tout le monde a sous les yeux la pièce 3/281, j'aimerais, Monsieur

23 Prcac, vous poser une question sur cette photographie: est-ce bien l'une

24 des deux pièces dans laquelle vous avez filmé? Vous rappelez-vous cette

25 pièce? L'une des deux pièces que vous avez filmées et qui comportait une

Page 11427

1 fenêtre et dont vous avez parlé dans votre déposition. Vous vous rappelez?

2 On voit une canalisation, une série de cabines. L'image est sur le

3 projecteur à côté de vous, et vous pouvez la voir à l'écran.

4 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, je vous prie de

5 m'excuser.

6 Moi, j'étais là-bas aussi et je ne peux pas dire avec certitude que c'est

7 bien la photographie de la pièce en question. Est-ce que la collègue de

8 l'accusation pourrait nous dire…

9 M. le Président: Quelle est votre objection, Monsieur Simic?

10 M. J. Simic (interprétation): L'authenticité.

11 M. le Président: D'accord. Vous dites donc que vous faites objection parce

12 que cette photographie n'est pas authentique. Quelle est la raison?

13 Pourquoi? Quelle est votre suspicion?

14 M. J. Simic (interprétation): Je ne sais pas si cette photographie

15 représente bien la pièce en question ou une autre. Je ne sais pas

16 d'ailleurs quelle est la pièce représentée ici. Je crois qu'il faudrait

17 tout de même préciser où nous sommes de façon que la défense puisse jouer

18 son rôle.

19 M. le Président: Madame Somers?

20 Mme Somers (interprétation): Monsieur Prcac, je vais essayer d'aider à

21 décrire ce qui semble être montré ici.

22 M. le Président: Demandez-lui: "Est-ce que vous reconnaissez cela ou

23 non?", et passez. S'il dit oui, d'accord. S'il dit non, passez. Sinon vous

24 témoignez aussi, parce que vous dites: "C'est la pièce où vous étiez. Il y

25 a une canalisation. Il y a une fenêtre, etc.", donc vous témoignez aussi.

Page 11428

1 Demandez: "Vous reconnaissez ou non?" et continuez.

2 Mme Somers (interprétation): Monsieur Prcac, pendant que vous filmiez,

3 avez-vous une pièce qui ressemble à celle qui est ici sur la photographie,

4 pendant que vous filmiez à Omarska au premier étage dans les toilettes et

5 les douches? Pouvez-vous répondre par oui ou par non? Cela nous aiderait,

6 je vous en prie.

7 M. L. Prcac (interprétation): Je ne sais pas exactement de quelle pièce il

8 est question sur cette photographie. Je l'ai déjà dit tout à l'heure. Il y

9 a deux entrées. L'intérieur des sanitaires est divisé en plusieurs

10 secteurs par des partitions, ce qui fait qu'en fait à l'intérieur il y a

11 cinq espaces. Alors, comment est-ce que je peux voir en regardant cette

12 photographie dans quel espace nous sommes exactement. Pour moi, ils

13 étaient tous identiques.

14 Question: Mais avez-vous vu une pièce qui ressemble à celle-ci?

15 Réponse: Non.

16 Question: Nous passons à autre chose. Photographie suivante.

17 Je vous prierai maintenant de regarder la pièce de l'accusation 3/282.

18 Reconnaissez-vous la pièce représentée sur cette photographie comme étant

19 semblable à l'une de celles que vous avez filmées à l'étage du bâtiment où

20 vous avez filmé?

21 Réponse: Toutes ces photographies se ressemblent, à mes yeux. Pourriez-

22 vous m'expliquer, davantage en détails, de quelle pièce vous parlez car je

23 ne peux pas le déterminer en regardant simplement cette photographie. Je

24 connais les endroits où j'ai pénétré pour filmer, alors pourriez-vous

25 m'expliquer plus en détail de quelle pièce vous parlez, si vous voulez que

Page 11429

1 je fasse un commentaire.

2 Question: Si vous montiez les escaliers et pénétriez dans la première

3 pièce sur la droite, quand on est en haut des escaliers est-ce qu'on y

4 trouvait des cabines carrelées qui pouvaient servir soit de toilettes,

5 soit de douches?

6 Réponse: Eh bien, je ne suis pas tout à fait sûr car je n'ai pas prêté

7 particulièrement attention aux détails dont vous venez de me parler. Ce

8 qui était important pour moi, c'était important de pénétrer dans la pièce

9 et de filmer un certain nombre de choses que j'avais l'intention et la

10 volonté de filmer.

11 Question: Il n'est pas nécessaire de prendre tous les détails afin de

12 représenter l'intégralité de la pièce. Vous vouliez vous attarder

13 seulement sur les détails qui vous intéressaient, vous?

14 Réponse: Ecoutez, une telle pièce peut se trouver au rez-de-chaussée mais

15 je ne peux pas l'affirmer avec exactitude. Il peut y avoir deux pièces

16 avec une même apparence. Je ne peux pas être sûr si c'est cette pièce-ci

17 ou une autre. Pour moi, toutes ces pièces se ressemblent.

18 Question: Au moment où vous avez filmé la vidéo, avez-vous pris le soin de

19 marquer la hauteur de la fenêtre par rapport au sol?

20 Réponse: J'ai essayé de montrer de quelle manière on pouvait ouvrir la

21 fenêtre.

22 Question: Ma question était de savoir si vous avez pris les mesures de la

23 hauteur de la fenêtre par rapport au sol.

24 Réponse: Non. Je m'y tenais debout.

25 Question: Avez-vous regardé par la fenêtre pour avoir la vue d'ensemble de

Page 11430

1 tout ce qui pouvait être vu à partir de ce point?

2 Réponse: Oui.

3 Question: Et où vous trouviez-vous?

4 Réponse: Nous pouvons voir cela même sur la base de cette photographie

5 3/281, et vous pouvez regarder par la fenêtre.

6 Question: Veuillez placer sur le rétroprojecteur la pièce à conviction

7 3/283.

8 (L'huissier s'exécute.)

9 Monsieur Prcac, pouvez-vous voir cette photographie?

10 Nous nous excusons à cause du reflet, mais vous souvenez-vous lorsque vous

11 êtes allé filmer les choses que vous avez vu une pièce qui ressemblait à

12 celle-ci? Et est-ce que vous avez pu voir quelle est l'étendue de l'espace

13 qui est visible depuis cet endroit? Est-ce que cette vue ressemble à la

14 vue prise d'une des pièces que vous avez filmées?

15 Réponse: Sur la base de cet endroit, il est possible de voir la mine,

16 l'exploitation en surface mais je ne suis pas sûr s'il s'agit vraiment de

17 cela car je ne vois pas bien.

18 Question: Je m'excuse puisque la qualité n'était pas la meilleure mais si

19 on regarde cela, directement, tout droit, nous pouvons voir la vue et est-

20 ce que c'est ainsi que vous avez procédé en prenant la vue tout droit

21 quand vous avez filmé la vidéo?

22 Réponse: Oui, je l'ai fait ainsi.

23 Question: La pièce 284, s'il vous plaît. Encore une fois, nous nous

24 excusons de la qualité.

25 Mais si vous regardez par la fenêtre semblable à celle que vous avez

Page 11431

1 décrite, est-ce que la vue à travers cette fenêtre vous l'aviez vous-même

2 depuis une quelconque des fenêtres dont vous avez filmé les choses?

3 Réponse: Excusez-moi mais vraiment je ne vois pas du tout de quoi il

4 s'agit. Ceci ne ressemble pas à un aéroport.

5 Question: Pouvez-vous voir une sorte de véhicule qui se trouve en bas à

6 gauche? Mais, de toutes façons, si c'est trop difficile de voir, je vais

7 passer à autre chose.

8 Réponse: Je vous prie de le faire.

9 Question: 285, encore une fois nous sommes obligés de nous excuser de la

10 qualité.

11 Tout d'abord, voyez-vous la photographie, est-ce que c'est visible?

12 Réponse: Oui.

13 Question: Veuillez focaliser votre attention sur quelque chose qui

14 ressemble à des tonneaux, plus loin derrière le véhicule de l'ONU?

15 Réponse: Non, je vois ce que vous montrez mais je ne trouve pas que ceci

16 ressemble à des tonneaux.

17 Question: Ce sont des objets circulaires, les voyez-vous?

18 M. L. Prcac (interprétation): Je trouve cette photographie beaucoup trop

19 floue. Tout ce que je peux voir clairement, c'est le signe "UN" sur le

20 véhicule.

21 M. le Président: Oui, je peux voir l'aéroport.

22 Mme Somers (interprétation): Monsieur le Président, nous avons un problème

23 alors.

24 M. le Président: Excusez-moi de vous dire cela. C'est ce qu'on dit les

25 photographies diffuses où l'on peut voir tout ce que l'on veut, alors

Page 11432

1 épargnez-nous. Continuez, s'il vous plaît. Passez à une autre photographie

2 plus nette au moins.

3 Mme Somers (interprétation): Je vais passer à autre chose. Je vais

4 essayer, Monsieur le Président, d'améliorer la qualité. Je m'excuse auprès

5 de la Chambre et des conseils de la défense à cause de cette qualité.

6 Je demanderai à monsieur l'huissier…

7 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, je demanderai que Mme

8 Somers, si elle le peut, nous explique quelque chose.

9 Est-ce que cette photographie a été prise par quelqu'un ou bien s'agit-il

10 là de clichés tirés depuis une vidéo? Nous voyons un véhicule de l'ONU.

11 Nous ne savons pas à quel moment ceci a été pris, donc est-ce que ce sont

12 des clichés tirés d'une vidéo ou tout simplement des photographies? Je

13 demande simplement cette clarification.

14 M. le Président: Quelle est la date des photos, Madame Somers?

15 Mme Somers (interprétation): Approximativement, octobre 2000. Si j'ai bien

16 compris, il s'agit des photographies non pas des clichés tirés sur la base

17 de la vidéo et je pense que c'est pour cela que nous avons ce reflet.

18 M. le Président: Ces clichés ont été tirés avant la date de vidéo?

19 Mme Somers (interprétation): Oui, Monsieur le Président.

20 Je demanderai à l'huissier de distribuer les deux documents suivants, à

21 savoir 3/286 et 3/287. Les copies n'ont pas reçu de cote, mais le premier

22 document est le 286, et le deuxième 287. Merci.

23 (L'huissier s'exécute.)

24 Mme Somers (interprétation): Est-ce que vous reconnaissez le bâtiment

25 administratif représenté sur cette photographie?

Page 11433

1 Réponse: Oui.

2 Question: A l'aide du pointeur ici, il s'agit de la pièce 3/286, est-ce

3 qu'à l'aide du pointeur, vous pourriez nous indiquer dans quelle pièce

4 vous avez filmé votre vidéo lorsque vous êtes allé à Omarska s'il vous

5 plaît? Veuillez le faire encore une fois pour le compte rendu aussi

6 précisément que possible. Si nous regardons la photographie, apparemment,

7 il s'agirait de l'endroit qui se trouve au-dessus du véhicule blanc, à

8 l'étage supérieur, combien de fenêtres avez-vous filmées dans votre vidéo?

9 Réponse: Cinq.

10 Question: Les cinq se trouvent à gauche. Le premier, le deuxième, le

11 troisième, quatrième et cinquième en partant du côté gauche, n'est-ce pas?

12 Merci.

13 Ensuite la pièce 3/287. Pardon. En guise de réponse à ma dernière

14 question, vous m'avez fait un signe approbateur de la tête, je le dis pour

15 le compte rendu. Si l'on examine la pièce 287, pouvons-nous nous voir les

16 mêmes cinq fenêtres dont vous avez parlé tout à l'heure?

17 Réponse: Un, deux, trois, quatre, cinq. Oui.

18 Question: Le témoin, à l'aide du pointeur, indique les cinq premières

19 fenêtres en partant du côté gauche. Dites-nous s'il vous plaît, par

20 rapport au véhicule de l'ONU, qui est visible et qui se trouve devant,

21 pouvez-vous nous dire ce qui se trouve dans cette partie-là?

22 Réponse: Je suppose que c'est une partie goudronnée.

23 Question: Et au moment où vous, vous y êtes allé afin de filmer les

24 choses, cette partie goudronnée y était?

25 Réponse: Oui.

Page 11434

1 Question: Et si nous regardons dans les photographies 286 et 287, l'angle

2 à droite, nous pouvons voir un objet circulaire, un tonneau peut-être?

3 Réponse: Vous parlez de cette partie-là?

4 Question: L'angle droit.

5 Réponse: Je ne sais pas du tout ce que c'est. Ce n'est pas clair. Je ne

6 vois qu'un bout de quelque chose.

7 Question: Donc, vous ne vous souvenez pas si vous avez vu ce genre

8 d'objet?

9 Réponse: Je sais qu'il y avait des bandes qui servaient à transporter le

10 minerai, mais ce que je vois ici, je ne reconnais pas.

11 Question: Est-ce qu'au moment où vous avez filmé votre vidéo, vous avez

12 apporté des instruments vous permettant de prendre des mesures, des

13 bornes, des règles, quoi que ce soit de semblable?

14 Réponse: Non, mon but lorsque j'y suis allé était de me placer dans la

15 position dont nous avons entendu parler, et de voir personnellement ce que

16 l'on pouvait voir depuis cet endroit. Et je n'y suis pas allé afin de

17 prendre des mesures.

18 Question: Donc, votre réponse à ma question est que non, vous n'avez pas

19 pris d'instruments permettant de prendre des mesures lorsque vous êtes

20 allé filmer la vidéo?

21 Réponse: Si l'on peut se baser sur ma taille comme point de référence,

22 nous pouvons dire que j'ai pu le faire mais je n'ai pas eu d'instrument

23 permettant de prendre des mesures. Ma taille est 1,80 mètre. Donc j'ai pu

24 comparer la hauteur des fenêtres par rapport à ma taille. J'ai pu savoir

25 ce qui peut être vu depuis la fenêtre.

Page 11435

1 Question: Est-ce qu'afin de prendre des prises, afin de filmer la vidéo,

2 vous avez dû appuyer sur quelque chose, vous mettre sur quelque chose pour

3 vous placer à un endroit plus élevé?

4 Réponse: Une fois je l'ai fait, à d'autres occasions je ne l'ai pas fait,

5 mais ma logique était d'essayer de montrer, de la manière la plus conforme

6 à la réalité, ce qui pouvait effectivement être vu à partir d'un certain

7 endroit.

8 Question: Et dans quelle pièce vous trouviez-vous lorsque vous vous êtes

9 mis sur quelque chose et dans quelle pièce n'avez-vous pas fait cela?

10 Réponse: Il m'est un peu difficile maintenant de savoir très exactement

11 car ma mémoire n'est pas tellement précise pour me permettre de connaître

12 par cœur toutes les parties de toutes les pièces.

13 Question: Donc, au moment où vous étiez dans ces cabines, dans ces parties

14 carrelés où se trouvaient les fenêtres, vous avez sans arrêt le camescope,

15 et vous étiez sans arrêt en train de faire quelque chose avec ce

16 camescope?

17 Réponse: Comme je l'ai déjà dit, c'est mon ami, mon collègue qui avait le

18 camescope, et il filmait certaines choses. Donc moi, j'allais à un certain

19 endroit, je voyais ce qui pouvait être vu et ensuite derrière moi, il

20 arrivait et filmait cette partie.

21 Question: Corrigez-moi si je me trompe, mais votre ami, je n'ai pas vu

22 qu'il a filmé vous-même.

23 Réponse: Je vais vous expliquer. Il s'agissait des petites pièces. Donc

24 d'abord moi j'y allais. Je m'élevais au niveau de la fenêtre pour voir ce

25 qui pouvait être vu de l'extérieur. Ensuite, je lui cédais la place, il

Page 11436

1 arrivait avec le camescope et filmait la chose.

2 Question: Mais vous ne lui avez pas demandé de vous filmer, vous, devant

3 la fenêtre?

4 Réponse: Mais si moi je me plaçais devant lui, dans ce cas-là j'aurais

5 bloqué sa vision et, à mon avis, il ne serait pas intéressant de voir mon

6 dos.

7 Question: Mais vous n'aviez pas le contrôle du camescope? Vous ne pouviez

8 pas établir les proportions par rapport à la hauteur?

9 Réponse: Cet ami portait le camescope au niveau de sa taille à lui. Il

10 filmait donc ainsi ce que je lui disais de filmer. Mais écoutez, je suis

11 un amateur et je ne peux pas vous parler en tant que professionnel de tout

12 ceci.

13 M. le Président: Peut-être, Mme Somers, serait-ce le bon moment pour faire

14 une interruption?

15 Mme Somers (interprétation): Oui, tout à fait.

16 M. le Président: Mais avant de faire la pause, Monsieur Ljubisa, tout le

17 film que vous avez fait ou que votre ami a fait, a été montré ici, il a eu

18 une certaine sélection d'images coupées pour faire cette vidéo? Vous avez

19 compris ma question?

20 M. L. Prcac (interprétation): Non, non. La manière dont il affirmait ceci,

21 lui pouvait voir ce qu'il filmait. Donc c'est ainsi que ceci a été remis.

22 M. le Président: Il a mis une cassette pour être enregistrée. Il a

23 commencé à enregistrer, il a fini d'enregistrer. C'est tout cela que nous

24 avons vu ici dans le prétoire, ou il y a eu un montage.

25 M. L. Prcac (interprétation): Non, tout ceci n'a pas été montré. C'est le

Page 11437

1 film qu'il a filmé sur place avec moi.

2 M. le Président: Le film qu'il a fait sur place a été montré ici, c'est

3 cela?

4 M. L. Prcac (interprétation): Exactement.

5 M. le Président: Très bien. Merci.

6 Je vais demander à M. l'huissier d'accompagner le témoin en dehors du

7 prétoire parce que nous allons faire une pause.

8 Nous allons faire une pause de 50 minutes.

9 (L'audience, suspendue à 12 heures 59, est reprise à 13 heures 40.)

10 M. le Président: Veuillez vous asseoir.

11 (Le témoin, M. Ljubisa Prcac, est introduit dans le prétoire.)

12 Vous pouvez vous asseoir s'il vous plaît.

13 Madame Somers, vous pouvez continuer.

14 Mme Somers (interprétation): Monsieur Prcac, vous avez précisé que vous

15 aviez un ami avec vous lorsque vous avez filmé cet enregistrement vidéo.

16 Monsieur Prcac, pouvez-vous nous dire, d'après ce que vous en savez,

17 quelle est la taille de votre ami?

18 M. L. Prcac (interprétation): A peu près comme moi, mais il est plus

19 costaud.

20 Question: Donc à peu près 1,80 mètre?

21 Réponse: Entre 1,75 mètre et 1,80 mètre. Il est difficile d'en juger parce

22 qu'il est beaucoup plus corpulent que moi.

23 Question: Et vous-même ou lui, pendant que vous enregistriez cette vidéo,

24 étiez-vous montés sur cette bordure de douche, de cabine de douche?

25 Réponse: Quand nécessaire, oui, nous l'avons fait.

Page 11438

1 Question: Qu'est-ce qui vous a incité à filmer cet enregistrement?

2 Qu'essayez-vous de nous montrer par cet enregistrement?

3 Réponse: J'ai essayé de le dire hier quand je me suis entretenu avec les

4 avocats, les déclarations de certains témoins m'ont semblé être

5 illogiques, pour ce qui était de ce qu'ils étaient en mesure de voir et de

6 ce qu'ils avaient véritablement pu voir.

7 Question: Vous a-t-on lu les déclarations des témoins et ce, par les soins

8 des avocats de la défense, chose qui vous a permis de savoir de quoi il a

9 été question ici?

10 Réponse: Je vous ai déjà dit que nous nous sommes entretenus à ce sujet.

11 Question: Bien, vous ont-ils lu quelque chose ou vous ont-ils relaté cela

12 de leurs souvenirs? Quel était le scénario de la chose?

13 Réponse: Nous nous sommes parlés?

14 Question: Je vais vous poser la question à nouveau: est-ce qu'ils vous ont

15 relu des documents des comptes rendus d'audience?

16 Réponse: Non, ils ne l'ont pas fait.

17 Question: Se sont-ils entretenus avec vous au sujet de témoins qui avaient

18 parlé de ces fenêtres que vous avez filmées?

19 Réponse: Lorsqu'ils m'ont relaté cela pour ce qui était de ce qui pouvait

20 être vu à partir des fenêtres, comme cela était affirmé par certaines

21 personnes, nous voulions nous rendre compte par nous-mêmes si

22 effectivement l'on pouvait ou ne pouvait pas voir.

23 Question: Est-ce qu'on vous a dit quelque chose? Vous êtes-vous entretenu

24 au sujet de votre père ou était-ce une question générale au sujet des

25 fenêtres?

Page 11439

1 Réponse: Je crois que tout cela se trouve en corrélation avec mon père,

2 tout ce qui se passait là-bas.

3 Question: Avez-vous donc pris sur vous la décision d'aller visiter

4 d'autres endroits qui sont en corrélation avec votre père ou avec certains

5 actes qu'il aurait commis.

6 Réponse: Je suis allé m'entretenir avec certains de ses collègues de

7 travail qui sont encore employés par le service, ce qui fait que j'ai

8 visité d'autres endroits également.

9 Question: Avez-vous demandé à ces personnes de vous accompagner pendant

10 que vous filmiez cet enregistrement vidéo?

11 Réponse: Non, pas du tout.

12 Question: Et avez-vous été à la maison blanche et avez-vous décidé de

13 filmer la maison blanche?

14 Réponse: Non.

15 Question: Y a-t-il eu d'autres zones que vous auriez peut-être, des

16 coupées de l'enregistrement vidéo, d'autres parties du complexe d'Omarska?

17 Réponse: Comment voulez-vous que j'ai pu. Qu'entendez-vous par coupées?

18 Question: En la possession de qui cet enregistrement vidéo avait-il été,

19 depuis le moment où il a été tourné jusqu'à ce qu'il soit montré ici?

20 Réponse: Mon ami l'a remis à la défense sur place.

21 Question: L'incident lié aux deux jeunes hommes que vous aviez mentionnés,

22 et nous avions dit que votre père avait rompu le code du silence qui

23 consistait à ne pas parler de son travail et vous a parlé, et vous l'avez

24 dit dans votre témoignage, page 79 du compte rendu d'hier, vous étiez en

25 train d'écrire le fait que personne ne prêtait attention à ce qu'il

Page 11440

1 disait, alors il a sorti son revolver et il a dit:

2 "Cela suffit. Arrêtez! Il est venu à Prijedor et a dit à mon frère et à

3 moi-même qu'il fallait partir à Omarska. Et quand nous avons demandé

4 pourquoi, il nous a relaté l'incident et transmis ses appréhensions disant

5 que Zeljko Mejakic était susceptible de le rapporter à Simo Drlajca."

6 Votre père dans le compte rendu de l'interview en version anglaise, page

7 66, qui est la pièce à conviction 3/167, et en BCS, il s'agit de la page

8 22A -étant donné que la numérotation est assez étrange- mais votre père a

9 parlé de cet incident et a dit ce qui suit, je cite: "Je ne leur ai pas

10 dit où ils devaient être emmenés", mais il a dit qu'il allait rapporter

11 cet événement au chef Simo parce que tel qu'il le connaissait, il était

12 susceptible, de par son tempérament, de le tuer. Il s'agit de la page 22A

13 en BCS et en anglais de la page 66, "Réponse: Heureusement rien de tout

14 cela n'est arrivé, j'ai senti que j'étais exposé à des risques. Je ne

15 pouvais pas regarder tout cela parce que je n'étais pas une personne de ce

16 genre."

17 Question: Vous nous avez dit hier que votre père vous avait dit de quitter

18 Prijedor pour aller à Omarska. Mais les dangers dont il avait parlé aux

19 enquêteurs indiquaient que le danger résidait plutôt à Omarska. Il y a là

20 une certaine inconsistance.

21 Alors dites-moi où il vous a dit d'aller? Où est-ce que cela était moins

22 dangereux pour vous?

23 Réponse: Eh bien, comme nous étions à Prijedor et que nous étions plus

24 près du centre de sécurité publique, et peut-être plus exposés aux

25 activités de ces gens, il avait estimé qu'il serait plus sûr pour nous

Page 11441

1 d'être ensemble à Omarska, avec lui, et de pas être séparés, car dans tout

2 événement malheureux dans la vie, il s'était efforcé que nous restions

3 ensemble.

4 Question: Peut-être n'avez-vous pas compris ma question?

5 S'il y avait une préoccupation au niveau de votre sécurité, votre père

6 avait dit aux enquêteurs notamment que le problème de sécurité se situait

7 au niveau d'Omarska, donc est-ce que vous êtes allé à Omarska et avez-vous

8 rencontré des problèmes là-bas?

9 Réponse: Je ne sais pas si vous comprenez. Lorsque je suis arrivé à

10 Omarska, un jour ou deux après, j'ai entendu des ragots, des rumeurs. Il

11 se peut que si nous étions restés à Prijedor, nous aurions entendu ce type

12 de ragots ou rumeurs également.

13 Donc l'essentiel n'était pas de savoir où nous nous trouvions -si

14 quelqu'un ne voulait pas tolérer un incident, on aurait pu me retrouver à

15 tel ou tel autre endroit-, je crois donc que l'objectif fondamental de mon

16 père avait été de tenir la famille rassemblée à un endroit, de ne pas

17 avoir une famille disséminée.

18 Mme Somers (interprétation): Merci. Je vais demander maintenant le passage

19 à un huis clos partiel pour quelques instants, je vous prie.

20 M. le Président: Nous allons passer à huis clos partiel.

21 (Audience à huis clos partiel.)

22 [expurgée]

23 [expurgée]

24 [expurgée]

25 [expurgée]

Page 11442

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Pages 11442 à 11445 expurgées audience à huis clos partiel.

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 11446

1 [expurgée]

2 [expurgée]

3 [expurgée]

4 [expurgée]

5 [expurgée]

6 [expurgée]

7 [expurgée]

8 [expurgée]

9 [expurgée]

10 [expurgée]

11 [expurgée]

12 [expurgée]

13 [expurgée]

14 (Audience publique.)

15 Nous sommes en session publique.

16 Mme Somers (interprétation): Hier, lors votre interrogatoire principal, on

17 vous a posé des questions au sujet de quelques documents et je voudrais

18 quelques clarifications. Il y a une pièce, le D16/5, document de la

19 défense, qui est en fait un courrier rédigé le 24 mars 2000 à l'intention

20 de l'avocat Dusan Masic, qui provient du SDS de la Republika Srpska.

21 M. le Président: Maître Jovan Simic?

22 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, je pense que le

23 document devrait être montré au témoin afin qu'il sache de quoi il s'agit.

24 M. le Président: Je crois que c'est cela qui est en train d'être fait.

25 Madame Somers, continuez s'il vous plaît.

Page 11447

1 Mme Somers (interprétation): Par conséquent, le document qui vient de vous

2 être montré est un courrier qui a apparemment été destiné à des fins liées

3 à ce procès qui émanent d'une personne, président du SDS en Republika

4 Srpska au niveau de la municipalité de Prijedor. C'est daté du 24 mars

5 2000, et la personne qui a signé s'appelle Dusan Beric.

6 On dit que votre père, Drago Prcac, n'a jamais été membre de ce parti

7 politique. Est-ce que, d'après ce que vous avez compris, on était censé

8 être membre d'un parti pour appuyer les positions adoptées par ce parti?

9 Est-ce que c'est ainsi que vous comprenez la chose?

10 Réponse: Non. S'agissant de ce document, c'est une chose que je me suis

11 procuré pour les besoins de la défense. De là à savoir pourquoi mes

12 avocats en avaient besoin, c'est à eux de vous l'expliquer, ou plutôt

13 quand je dis avocats, j'entends avocats de mon père.

14 Question: Vous avez fait votre service dans l'armée de Republika Srpska,

15 n'est-ce pas?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Est-ce que vous estimez que vous êtes un citoyen loyal de la

18 Republika Srpska?

19 Réponse: Maintenant ou alors?

20 Question: Maintenant et alors.

21 Réponse: Maintenant et alors, je m'estime et je m'estimais dévoué au

22 respect des lois, c'est-à-dire à la Constitution.

23 Question: De la Republika Srpska?

24 Réponse: Non, si la Constitution en vigueur est celle de la Bosnie-

25 Herzégovine et qu'elle est en vigueur pour tout l'Etat, l'Etat tout

Page 11448

1 entier, je respecte la Constitution de cet Etat. Si la Constitution en

2 vigueur est celle de la Republika Srpska, alors je m'estime dévoué à celle

3 de la Republika Srpska. Si je vivais aux Pays-Bas, je respecterai votre

4 Constitution à vous.

5 Question: Si vous dites "alors et maintenant", si nous nous référons à

6 "alors", en ligne 22, page 70, cela sous-entend l'année 1992, je parle du

7 mois d'avril jusqu'à la fin du mois d'août; la législation qui imposait ce

8 qui se passe, ce dont il est question dans ce procès.

9 Vous nous avez dit que vous étiez dévoué au respect des lois, avez-vous

10 appuyé ce qui se passait sous les lois de la Republika Srpska?

11 Réponse: Non. J'ai répondu à l'appel pour ce qui est de l'armée, pour

12 éviter d'assumer des responsabilités pénales prévues par la loi; la loi de

13 cet Etat et de cette Constitution.

14 Question: Avez-vous été membre du SDS ou de quelque parti que ce soit?

15 Réponse: Je n'ai jamais été membre d'un parti et je ne le suis pas à

16 présent non plus.

17 Question: Vous avez également fourni un document, le 17/5, il s'agit d'un

18 certificat qui concerne l'immatriculation d'un véhicule à moteur, à savoir

19 une attestation disant qu'il n'a pas été enregistré comme étant en

20 possession de quelque véhicule à moteur que ce soit?

21 Réponse: Oui.

22 Question: Est-ce que votre père avait un permis de conduire?

23 Réponse: Oui.

24 Mme Somers (interprétation): Et a-t-il jamais depuis 1992 eu un permis de

25 conduire, y compris jusqu'au mois de janvier 1992?

Page 11449

1 M. J. Simic (interprétation): Je m'excuse, Monsieur le Président, je

2 croyais que la question allait être dirigée dans une autre direction.

3 Mme Somers (interprétation): Est-ce qu'il avait un permis de conduire

4 depuis janvier 1992 et par la suite?

5 M. L. Prcac (interprétation): Oui.

6 Question: Merci. Vous avez dit hier qu'il y a eu un accident de la

7 circulation auquel il avait été partie…, puisqu'il avait emprunté une

8 voiture et que par la suite il n'avait plus jamais emprunté de voiture.

9 Donc le fait d'avoir un véhicule ou pas ne traduit pas la possibilité ou

10 l'impossibilité de conduire un véhicule, ceci n'est-il pas inhabituel?

11 Réponse: Je ne comprends pas votre question.

12 Question: Vous avez dit hier que suite à cet accident, votre père n'a plus

13 jamais voulu emprunter de voiture?

14 Réponse: Pour autant que je le sache.

15 Question: Avez-vous vu votre père conduire une voiture après cet accident?

16 Réponse: Non.

17 Question: Est-ce que le fait qu'il n'ait pas de voiture en sa possession

18 est une question de choix personnel?

19 Réponse: Non, il n'a pas les moyens d'en avoir une. Est-ce que vous le

20 comprenez?

21 Question: C'est à vous que je pose la question de savoir si c'est bien la

22 raison. Le fait qu'il n'ait pas de véhicule immatriculé à son nom, est-ce

23 que cela traduit une situation financière ou est-ce une préférence

24 personnelle de ne pas avoir de véhicule? C'est peut-être la chose qui

25 n'était pas claire.

Page 11450

1 Réponse: Sa situation financière.

2 Mme Somers (interprétation): Il y avait un autre document, le D22/51, il

3 s'agit d'une autorisation datée du 11 juillet 1992.

4 M. le Président: Excusez-moi mais, Madame Somers, peut-être pouvez-vous

5 dire quels sont les documents, et Mme Thompson et l'huissier donneront les

6 documents une seule fois au témoin? Nous pourrons voir.

7 Mme Somers (interprétation): C'est le dernier document, Monsieur le

8 Président. Ce sera le dernier document, Monsieur le Président, pour

9 clarifier la chose.

10 M. le Président: Vous savez qu'il faut toujours épargner du temps chaque

11 fois qu'on le peut.

12 Mme Somers (interprétation): Oui, bien entendu. Excusez-moi. Bien.

13 Ce document du 11 juillet 1992 qui est une procuration -il est difficile

14 de distinguer la signature qui y figure car c'est dans votre langue- on

15 voit que votre père, le titulaire, Dragoljub Prcac, est autorisé à

16 demander des papiers d'identité aux citoyens, à les emmener au poste de

17 police, à inspecter des logements sans décision des organes autorisés et à

18 porter des armes et utiliser des véhicules ou autres moyens de

19 communication dans les cas prévus par la loi. On dit aussi qu'il est

20 autorisé à porter une arme à feu.

21 Etaient-ce donc les attributions qu'avait votre père pendant qu'il était

22 policier actif?

23 Réponse: Ça, je ne le sais pas. C'est une question que vous devriez lui

24 poser, à lui.

25 Mme Somers (interprétation): Merci. Je n'ai plus de questions.

Page 11451

1 M. le Président: Merci beaucoup, Madame Somers. Je crois qu'aujourd'hui,

2 vous nous avez donné un cadeau de 20 minutes. Nous vous remercions

3 beaucoup.

4 Maître Jovan Simic, des questions supplémentaires?

5 (Interrogatoire principal supplémentaire du témoin, M. Ljubisa Prcac, par

6 Me Jovan Simic.)

7 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, très brièvement.

8 Monsieur Prcac, lorsque vous avez tourné ou lorsque nous avons tourné la

9 vidéo, est-ce que depuis la fenêtre d'une quelconque toilette l'on peut

10 voir la maison blanche?

11 M. L. Prcac (interprétation): Non.

12 Question: Est-ce que depuis une fenêtre, une quelconque fenêtre, on peut

13 voir la Pista, à savoir la partie entre le bâtiment administratif et le

14 hangar, ou plutôt le garage des dumpers?

15 Réponse: Non.

16 Question: Depuis la fenêtre des deux pièces que vous avez mentionnées, B11

17 et B12, est-ce que l'on peut voir la Pista?

18 Réponse: Juste une petite partie.

19 Question: Est-ce que depuis la même pièce il est possible de voir la

20 maison blanche?

21 Réponse: Non.

22 Question: Je vais vous poser simplement une autre question concernant les

23 documents. J'espère que nous n'aurons pas besoin du document; il s'agit du

24 premier document D21/5A et B, il s'agit du communiqué de presse. Je ne

25 sais pas si vous vous en souvenez ou si vous souhaitez que l'huissier vous

Page 11452

1 remette ce document.

2 (L'huissier s'exécute.)

3 Dans ce document D21/5, il est dit que toute la population masculine âgée

4 de 18 à 45 ans, à moins d'être engagés au sein des unités de l'armée ou de

5 la police, et ceux qui ne disposent pas d'un déploiement de guerre,

6 doivent immédiatement se présenter au poste de police, poste de sécurité

7 publique de Prijedor. Et la date est celle du 2 juin 1992. Est-ce exact?

8 Réponse: Oui.

9 Question: Comment se fait-il que votre père a été mobilisé alors que, au

10 moment où ce communiqué de presse a été rendu public, il était plus âgé

11 que l'âge mentionné dans ce document?

12 Réponse: Je ne peux qu'exprimer mon opinion personnelle, à savoir puisque

13 son travail était celui du technicien de la police scientifique alors qu'à

14 ce moment-là des opérations avaient commencé, des pillages avaient

15 commencé. Compte tenu du type de travail dont il était chargé en temps de

16 paix, je suppose que puisque les personnel de ce genre était insuffisant

17 il a fallu l'avoir pour mener des enquêtes?

18 Mme Somers (interprétation): Il s'agit ici d'une spéculation. A mon avis,

19 il faudrait rayer du compte-rendu d'audience parce que le témoin admet

20 qu'il ne le sait pas.

21 M. le Président: Vous avez posé toute une série de questions et le témoin

22 a aussi donné toute une série d'opinions. Le témoin a répondu selon sa

23 connaissance. Même si le témoin a dit qu'il s'agit de son opinion, il a

24 répondu d'après sa connaissance.

25 De toute façon, pour que les choses soient claires, Témoin, je vous

Page 11453

1 demande: comment êtes-vous arrivé à cette conclusion que vous nous avez

2 racontée?

3 M. L. Prcac (interprétation): C'est mon impression personnelle puisque la

4 situation ressemblait à cela.

5 M. le Président: Vous avez fondé cette impression personnelle sur la base

6 de quoi?

7 M. L. Prcac (interprétation): La base de mon opinion et de mes discussions

8 avec ses collègues.

9 M. le Président: Madame Somers?

10 Mme Somers (interprétation): Je pense encore qu'il s'agit là d'une réponse

11 non appropriée qui devrait être rayée du compte-rendu puisqu'il a dit

12 qu'il ne savait rien au sujet de travail de policier de son père.

13 M. le Président: La Chambre sait bien distinguer ce que sont ces

14 informations et nous avons un bon travail à faire dans ce domaine.

15 Merci beaucoup de votre attention, mais de toute façon la réponse va être

16 comme elle a été donnée.

17 Maître Jovan Simic, vous pouvez donc continuer, s'il vous plaît.

18 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, nous n'avons plus de

19 questions.

20 M. le Président: Bien. Merci beaucoup.

21 Monsieur le Juge Riad, s'il vous plaît

22 (Questions au témoin, M. Ljubisa Prcac, par M. le Juge Riad.)

23 M. Riad (interprétation): Bonjour, Monsieur Prcac. Vous m'entendez?

24 M. L. Prcac (interprétation): Très très bien.

25 Question: Merci. Je souhaite que vous nous apportiez quelques

Page 11454

1 clarifications concernant un certain nombre de points que vous avez

2 mentionnés hier et aujourd'hui.

3 Hier, au cours de l'interrogatoire mené par Me Jovan Simic, vous avez dit

4 que des rumeurs circulaient selon lesquelles votre père protégeait des

5 Musulmans. Est-ce que celles-ci s'accompagnaient d'une quelconque réaction

6 concrète soit des autorités soit du public, de la société, de la

7 communauté serbe?

8 Réponse: Oui, ceci en émanait directement. Mais il ne s'agissait que des

9 ragots, des rumeurs.

10 Question: Mais quelle était la réaction, est-ce qu'il a été muté,

11 transféré? Est-ce que quelqu'un a jeté des pierres sur votre maison, est-

12 ce que quoi que ce soit s'est produit?

13 Réponse: Non, il suffit de passer dans la rue pour entendre des

14 commentaires de gens pour que vous vous sentiez différemment. Les temps

15 étaient difficiles pour moi.

16 Question: Et sur le plan professionnel, il n'y a pas eu de réaction de la

17 part des autorités?

18 Réponse: Je pense que non.

19 Question: [expurgée]

20 [expurgée]

21 [expurgée]

22 Réponse: J'ai dit que je leur ai posé la question et qu'ils ne savaient

23 rien au sujet de cet incident.

24 Question: Qui vous a alors relaté cet incident?

25 Réponse: Je vous ai dit que personne d'autre ne m'a dit quoi que ce soit

Page 11455

1 de direct concernant cet incident. J'ai essayé d'apprendre cela de la part

2 de ces personnes. Donc, c'est mon père qui me l'a raconté ce soir-là

3 lorsqu'il est rentré.

4 Question: Très bien, donc seulement votre père, il n'y avait pas d'autre

5 source d'information. Est-ce qu'il vous a parlé d'autres incidents lors

6 desquels il a protégé des détenus, ou bien est-ce que c'était l'unique

7 incident qu'il vous a relaté?

8 Réponse: C'est l'incident qui a provoqué sa peur par rapport à la sécurité

9 de sa famille, et c'est le seul incident qui a déstabilisé la sécurité de

10 sa famille de manière directe, et il a considéré qu'il fallait prendre

11 certaines mesures afin de protéger la famille.

12 Question: Tout au long de son séjour dans le camp, est-ce que ses efforts

13 déployés afin de protéger les gens se répétaient à de nombreuses reprises?

14 Est-ce qu'il vous a raconté d'autres incidents lors desquels il a essayé

15 de protéger les détenus?

16 Réponse: Non.

17 Question: Je pense que vous avez également parlé aujourd'hui de la lettre

18 de Zlata Cikota. Je pense que vous l'avez mentionnée en répondant à une

19 question du Procureur, mais pourquoi, quel besoin l'a poussé à écrire

20 cette lettre?

21 Réponse: Eh bien, tout simplement, nous lui envoyions de la nourriture et

22 elle a envoyé une lettre afin de remercier ma mère.

23 Question: Donc, c'est une lettre de courtoisie?

24 Réponse: Et dans cette lettre, elle a demandé que l'on continue à l'aider

25 dans la mesure de nos possibilités. Sa lettre n'était pas la seule mais

Page 11456

1 c'est la seule lettre que j'ai gardée.

2 Question: Vous avez également mentionné le fait qu'elle vous avait fait

3 cadeau d'un collier à la naissance.

4 Réponse: Oui.

5 Question: Est-ce qu'elle a souhaité vous faire cadeau de cela, ou est-ce

6 qu'elle ne pouvait pas garder ses bijoux, ou bien est-ce que c'est pour

7 cela qu'elle sentait qu'elle devait s'en séparer.

8 Réponse: Elle pouvait garder ses bijoux mais souhaitait marquer un signe

9 de reconnaissance par rapport à moi puisque j'ai aidé ses enfants que je

10 connaissais très bien. Je les ai aidés pendant qu'elle était au centre

11 d'enquêtes, j'étais très proche et j'allais leur rendre visite.

12 Question: Mais faisaient-ils partie d'une famille aisée lorsqu'ils sont

13 partis? Est-ce qu'ils avaient suffisamment d'argent et tout le reste afin

14 de pouvoir offrir ce genre d'objets précieux?

15 Réponse: Il s'agissait d'une famille moyenne.

16 Question: Mais au moment où ils sont partis, est-ce qu'ils étaient

17 toujours en possession de suffisamment de richesse ou de suffisamment

18 d'argent afin de pouvoir donner des cadeaux aux gens?

19 Réponse: Son cadeau est tout simplement un signe d'attention par rapport à

20 moi et par rapport à moi personnellement. Je parle de ce collier. Elle a

21 considéré que nous l'avions beaucoup aidée et c'était un petit signe de

22 reconnaissance de sa part vis-à-vis de moi, et le collier n'est pas

23 destiné à moi, mais à ma future femme qu'elle ne connaît pas, mais moi non

24 plus je ne la connais pas.

25 Question: Merci beaucoup.

Page 11457

1 M. le Président: Merci beaucoup, Monsieur le Juge Riad.

2 (Questions au témoin, M. Ljubisa Prcac, par Mme la Juge Wald.)

3 Mme Wald (interprétation): Vous nous avez dit que votre père, très

4 rarement ou à une seule expression près, vous a parlé de son travail à la

5 maison. Mais vous avez dit également qu'après son arrestation, vous avez

6 commencé à vous intéresser au détail des chefs d'accusation des faits qui

7 lui sont reprochés et que vous avez parlé avec ses collègues de travail.

8 Vous avez dit concrètement que vous avez parlé avec l'une des

9 dactylographes à Omarska qui vous a dit qu'il allait se promener pour

10 chercher certaines choses pour Mejakic ou qu'il était chargé des

11 communications à la radio et qu'il s'acquittait de certaines autres tâches

12 administratives.

13 Vous pouvez clarifier tout cela dans votre réponse, mais voici ma

14 question. Lorsque vous discutiez avec les gens pour savoir à quoi

15 ressemblait le travail de votre père à Omarska, est-ce que vous avez, à un

16 certain moment, eu également des discussions avec votre père pour qu'il

17 vous clarifie quel était son travail à Omarska?

18 Réponse: Je vous ai dit que j'ai commencé à m'intéresser à son travail

19 seulement après son arrestation. Je ne sais pas si vous me comprenez.

20 Question: Je vous comprends mais, à ce moment-là, après son arrestation,

21 est-ce que par la suite parfois vous avez eu des discussions avec votre

22 père après avoir eu des discussions avec ses anciens collègues, pour avoir

23 plus de détails concernant son travail à Omarska?

24 Réponse: Non, lorsque je lui parlais, c'était tout simplement pour lui

25 transmettre des salutations.

Page 11458

1 Question: Très bien. Dans la valise dans laquelle se trouvait tout un tas

2 de documents que vous avez remis à la défense et à nous, est-ce qu'il y

3 avait des lettres de gratification ou de félicitation, ou d'autres

4 documents qui concernaient la période qu'il avait passée à Omarska?

5 Par exemple, d'autres témoins, pas votre père, mais d'autres témoins ou

6 d'autres accusés aussi, ont parfois des traces de documents d'une certaine

7 récompense ou félicitation, ou lettres de reconnaissance par rapport à la

8 période pendant laquelle ils travaillaient dans le camp, est-ce qu'il y

9 avait un tel document concernant la période que votre père a passée au

10 camp d'Ormaska?

11 Réponse: Non.

12 Question: Très bien. Vous nous avez dit que vous avez été motivé pour

13 aider à la réalisation du film qui nous a été montré puisque vous croyiez

14 que certaines dépositions n'étaient pas logiques par rapport à la question

15 de savoir ce que les gens pouvaient voir d'un certain endroit.

16 Je souhaite simplement que l'on clarifie cela. Je sais que vous n'avez pas

17 lu personnellement des parties de déclarations de témoins, n'est-ce pas,

18 mais au moment du tournage de la vidéo est-ce que vous aviez l'impression

19 que vous étiez en train de filmer des vues prises du point de vue d'un

20 certain nombre des fenêtres, afin de montrer que les témoins qui ont vu

21 que votre père était à un endroit ou à un autre du camp ne pouvaient pas

22 effectivement le voir depuis cet endroit, ou bien avez-vous souhaité

23 montrer que votre père, qui a travaillé dans ce même bâtiment, peut-être

24 ne pouvait pas voir ce qui se passait dans l'autre partie du camp?

25 Réponse: Je l'ai fait simplement sur la base de mes entretiens avec la

Page 11459

1 défense.

2 Question: Je comprends, mais je souhaitais savoir quelle était votre

3 impression à l'époque de l'utilité de cela.

4 Réponse: Nous n'avons pas parlé des circonstances dans lesquelles le

5 témoin a déposé. Nous n'avons pas parlé des personnes qui en étaient

6 concernées concrètement mais certains éléments étaient illogiques. Mais je

7 ne sais pas si ce témoin-là a déposé sur mon père ou pas.

8 Question: Je vois. Prenons donc ce que vous venez de dire: certains

9 éléments n'étaient pas logiques.

10 D'après vous, votre impression, quels étaient ces éléments illogiques pour

11 vous, à l'époque? Et logiquement, quelle serait l'utilité de ce film pour

12 montrer que quelque chose n'était pas logique?

13 Réponse: Par exemple lorsqu'on disait que la fenêtre pouvait être

14 complètement ouverte pour voir une partie de la Pista; là, je parle des

15 fenêtres des toilettes.

16 Question: Et vous croyez que peut-être ceci pourrait être utile pour la

17 présentation des moyens de preuve de votre père? Et si j'ai bien compris,

18 vous avez créé cette opinion exclusivement sur la base des conversations

19 avec la défense et non pas sur la base de vos propres recherches?

20 Réponse: C'est exact.

21 Question: Est-ce que c'est vous-même qui avez eu l'idée de réaliser ce

22 film ou bien est-ce que c'était la défense? A qui cette idée est-elle

23 venue à l'esprit?

24 Réponse: Eh bien, ceci s'est fait sur la base d'une conversation mutuelle.

25 Moi, j'ai proposé de filmer cela et eux, ils l'ont accepté.

Page 11460

1 Question: Et si j'ai bien compris votre déposition, c'est sur la base de

2 ces conversations que vous avez décidé quelles sont les pièces dans

3 lesquelles il fallait aller et quelles étaient les fenêtres sur lesquelles

4 il fallait focaliser votre attention, n'est-ce pas?

5 Réponse: Oui.

6 Mme Wald (interprétation): Très bien. Merci.

7 M. le Président: Merci beaucoup, Madame la Juge Wald.

8 (Questions au témoin, M. Ljubisa Prcac, par M. le Président.)

9 A la suite de ces questions, est-ce que je dois donc comprendre que votre

10 conclusion, que quelque chose illogique existait, a été obtenu avant la

11 vidéo et avant d'être allé à Omarska? C'est cela?

12 M. L. Prcac (interprétation): Avant cela, je suis allé à Omarska une fois

13 déjà.

14 Question: Avant votre conclusion, vous étiez déjà allé une fois à Omarska?

15 Réponse: Oui.

16 Question: Quel était l'objectif d'aller à Omarska avant la vidéo?

17 Réponse: Tout simplement, pour aller à l'endroit où tout ceci s'était

18 produit. Pour essayer d'accepter tout ce que l'on dit au sujet de mon père

19 et puis pour me satisfaire personnellement d'une certaine manière par

20 rapport à un certain nombre de questions.

21 Question: Cette première fois que vous êtes allé à Omarska, êtes-vous allé

22 aussi dans les toilettes, là-dedans?

23 Réponse: Oui, j'ai fait le tour de l'ensemble du bâtiment.

24 Question: Est-ce que pour cette première fois, il y avait un motif

25 spécifique ou une raison spéciale pour aller aux toilettes?

Page 11461

1 Réponse: Tout simplement pour voir à quoi ceci ressemblait, et pour

2 essayer de créer dans mon esprit l'image d'un certain nombre d'événements

3 dont j'ai entendu parler. Donc pour moi-même simplement parce que moi

4 aussi je souhaite connaître la vérité au sujet de mon père.

5 Question: Oui. Peut-être qu'il y a peut-être quelque opportunité de

6 répétition dans la question que je vais vous poser, mais je vais quand

7 même la poser: est-ce que vous pouvez nous dire d'une façon ouverte et

8 générale dans quelles circonstances vous êtes arrivé à cette conclusion

9 que c'était illogique, ce qui vous pouvait être vu par la fenêtre pourrait

10 être illogique? Quelles sont les circonstances dans lesquelles vous êtes

11 arrivé à cette conclusion? C'est-à-dire: où, quand, avec qui, pourquoi,

12 etc.?

13 Réponse: Pendant qu'on parlait.

14 Question: Vous dites: "Pendant qu'on parlait". Qui parlait?

15 Réponse: Moi et la défense de mon père.

16 Question: La défense, c'est-à-dire les trois avocats, c'est cela?

17 Réponse: Oui.

18 Question: D'accord. Continuez, s'il vous plaît.

19 Réponse: J'écoutais les récits concernant les événements, puisque je suis

20 intéressé au procès de mon père. Je ne sais pas exactement qui a eu l'idée

21 de parler de ce détail concernant la fenêtre mais ceci a surgi dans notre

22 conversation et afin de vérifier cela, nous sommes allés encore une fois à

23 Omarska. Lorsque nous avons vu qu'il y avait des décalages entre certains

24 points, nous avons filmé cela, donc nous avons filmé ce qui provoquait un

25 décalage à notre avis.

Page 11462

1 Question: Pour terminer cette question, l'illogique a été une raison pour

2 aller faire la vidéo ou a été une conclusion de votre visite?

3 Réponse: Je dirai plutôt que c'est une sorte de résumé des événements,

4 c'est-à-dire une image d'ensemble.

5 M. le Président: Très bien. Donc nous n'avons pas d'autres questions à

6 vous poser.

7 Monsieur Prcac, nous vous remercions beaucoup d'être venu ici et d'avoir

8 contribué de cette façon. Nous vous souhaitons un bon retour à votre

9 endroit de résidence. Je vais demander à M. l'huissier de vous

10 accompagner. Merci.

11 M. L. Prcac (interprétation): Je vous remercie aussi.

12 (Le témoin, M. Ljubisa Prcac, est reconduit hors du prétoire.)

13 (Questions relatives à la procédure.)

14 M. le Président: Maître Jovan Simic, je crois que nous pouvons maintenant

15 encore faire entrer l'autre témoin, car nous étions tout de même en train

16 de prolonger un peu au moins d'un quart d'heure ou quelque chose comme

17 cela, pour essayer de récupérer du temps; car selon le rythme que nous

18 allons prendre, je crains que nous ne puissions terminer dans les délais

19 que nous avons proposés. Etes-vous optimiste?

20 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, je suis toujours

21 optimiste.

22 Monsieur le Président, je pense qu'il faudrait plutôt nous consacrer aux

23 pièces à conviction. Je crois que cela nous prendra un certain temps

24 aussi. Mais si nous commençons maintenant à entendre un nouveau témoin

25 -commencer

Page 11463

1 pour 10 ou 15 minutes- qui se trouve dans un pays étranger et qui devrait

2 être par la suite isolé, je préférerais abréger l'interrogatoire principal

3 pour lui permettre de se reposer ou de souffler, étant donné qu'eux ici

4 vivent dans des conditions et une pression quand même importante.

5 Je préférerais que nous commencions son interrogatoire principal demain.

6 Je me propose aussi de vous promettre que pour demain, nous pourrions

7 finir les trois témoins que nous avions envisagés.

8 M. le Président: Très bien, donc nous n'allons pas faire entrer le témoin.

9 De toute façon, je partage votre caractère optimiste mais je dois être

10 aussi réaliste. C'est un peu pour cela que je pense à l'autre côté aussi.

11 Je vais accepter votre suggestion et nous allons traiter des pièces à

12 conviction. Voilà! Bonne proposition, donc.

13 M. J. Simic (interprétation): La défense de M. Prcac propose de verser au

14 dossier les pièces à conviction allant de D8/5, jusqu'à D38/5A et B.

15 Je m'excuse aussi mais je me dois de préciser que la pièce à conviction

16 présentées par cette défense en tant que D19/5A et B a déjà été versée par

17 le Bureau du Procureur et je m'excuse d'avoir fait cette petite omission.

18 C'est que l'on a versé au dossier sous la cote 2/29 et je crois que Mme

19 Thompson pourrait nous aider à savoir que la même pièce à conviction

20 pourrait porter la cote D19/5 bis, afin que nous sachions que c'est la

21 même pièce à conviction qui est la nôtre et celle de l'accusation.

22 M. le Président: Madame Thompson, est-ce que vous avez un commentaire à

23 propos de cela?

24 Mme Thompson (interprétation): Je crois qu'il ne serait pas bon de placer

25 un bis après ceci. Tout ce que nous pourrions noter, c'est qu'il s'agit

Page 11464

1 d'une pièce à conviction de l'accusation qui correspond au D19/5 et à

2 l'avenir nous tiendrons, nous ferons attention à ne pas accorder une

3 double numérotation.

4 M. le Président: Madame Somers, s'il vous plaît?

5 Mme Somers (interprétation): Monsieur le Président, je regrette d'apporter

6 de mauvaises nouvelles mais il me semble qu'il y a une autre pièce à

7 conviction de l'accusation qui porte la même cote que celle de la défense.

8 Il s'agit du D21/5. Il s'agit de l'annonce ou du communiqué public pour ce

9 qui est de l'âge de faire le service militaire et qui est présenté sous le

10 2/423. C'est donc le document qui correspond aux documents présentés par

11 la défense le D21/5.

12 M. le Président: Donc le compte rendu est correct par rapport aux

13 numérotations des pièces, Madame Somers?

14 Mme Somers (interprétation): Oui. 2/423, c'est ce qui correspond à la

15 pièce de la défense D21/5. Je ne sais pas si nous pouvons maintenant

16 placer nos objections?

17 (Signe affirmatif de M. le Président.)

18 Merci, il s'agit de la partie documentaire de la présentation des pièces à

19 conviction de la défense, ce qui signifie papier présenté par la défense.

20 Maintenant, quand il s'agit de l'enregistrement vidéo, nous pensons que la

21 façon de faire n'a pas été correcte, et que cela ne pourrait pas être

22 versé au dossier. D'abord, nous ne comprenons pas ce que l'on cherche à

23 présenter par cette vidéo.

24 Je pense que la façon de faire avait été inappropriée et qu'en fait la

25 façon dont cela a été fait n'a pas la pertinence de cette pièce à

Page 11465

1 conviction. Je crois que la méthodologie suivie a tellement mis en

2 question la fiabilité de cet enregistrement vidéo qu'au titre de l'Article

3 95, cette pièce à conviction ne devrait pas être versée au dossier.

4 M. le Président: Un moment s'il vous plaît.

5 (Les Juges se consultent sur le siège.)

6 Mme Wald (interprétation): Laissez-moi vous poser une question, Madame

7 Somers. Je n'ignore pas que les pièces à conviction que vous avez

8 utilisées ont déjà été versées au dossier et que vous nous avez montré des

9 groupes entiers de photographies lors de votre contre-interrogatoire.

10 Mme Somers (interprétation): Non, il s'agit de nouvelles pièces à

11 conviction.

12 Mme Wald (interprétation): S'agit-il de nouvelles pièces qui ont été

13 introduites?

14 Mme Somers (interprétation): Non.

15 Mme Wald (interprétation): Est-ce que vous envisagez de les verser?

16 Mme Somers (interprétation): Il faut que je révise le compte-rendu avant

17 de décider.

18 Mme Wald (interprétation): Il faut que nous sachions ce que vous avez

19 décidé avant de décider nous-mêmes. Je ne vois pas pourquoi vous

20 considérez qu'il y a une différence considérable entre les photographies

21 que vous avez proposées et l'enregistrement vidéo qui a été proposé par la

22 défense.

23 Tout cela nous semble être des photographies de toilettes et des fenêtres

24 et je ne comprends pas pourquoi vous estimez que votre pièce à conviction

25 n'est pas convenable et que la vôtre l'est.

Page 11466

1 Il faut nous expliquer en quoi réside la différence significative entre

2 vos groupes de pièces à conviction.

3 Mme Somers (interprétation): Ce qui rend les choses difficiles, c'est que

4 les photographies n'étaient pas claires.

5 Mme Wald (interprétation): Oui, vos photographies ne sont pas claires.

6 Mme Somers (interprétation): Et précisément, elles venaient d'être

7 développées et nous n'avions pas eu le temps de les examiner et de tirer

8 les choses au clair. Mais ce que je voulais dire, c'est que la vue que

9 l'on avait à partir d'un point n'est pas présentée de façon appropriée sur

10 l'enregistrement vidéo, il n'y a pas d'indication pour ce qui est de la

11 hauteur et ainsi de suite.

12 Mme Wald (interprétation): Mais cela n'a pas été indiqué sur vos

13 photographies non plus.

14 Mme Somers (interprétation): Je n'ai pas été en position de pouvoir poser

15 la question de savoir si cela a été présenté de façon adéquate. Nous avons

16 rarement l'opportunité de le faire, nous avons notamment rarement eu

17 l'occasion de le faire dans la phase finale de notre présentation des

18 éléments de preuve. Le témoin a en effet reconnu certaines photographies

19 et si vous pouviez l'examiner, je sais que cela n'est pas tout à fait

20 clair et que cela n'a pas été noté clairement au compte rendu d'audience.

21 Mais je crois que je pourrai vous informer demain matin pour ce qui

22 concerne de savoir si nous pouvions faire quelque chose à ce sujet ou pas.

23 Mme Wald (interprétation): Mais c'est une question différente. Votre

24 objection pour ce qui est de la vidéo, a consisté à dire que la

25 méthodologie d'enregistrement n'avait pas été appropriée quoique le témoin

Page 11467

1 nous ait dit qu'il avait été là-bas avec d'autres personnes et qu'ils ont

2 filmé cela, il a identifié toutes les zones qui ont été filmées au moyen

3 de la caméra.

4 Nous pourrions peut-être avoir des questions à nous poser pour ce qui est

5 des raisons pour lesquelles il avait filmé cela mais je ne vois pas de

6 différence entre le fait de l'entendre dire qu'il était là-bas et qu'il

7 avait pris des enregistrements vidéo à Omarska. Quelle est la différence

8 entre cela et ce que vous avez filmé ou vous avez juste montré des

9 photographies?

10 Mme Somers (interprétation): Madame la Juge, je crois que les

11 photographies de l'accusation montrent les sanitaires tout entier. Il n'y

12 a rien de coupé. On voit d'un point déterminé la fenêtre entière et on

13 voit ce que l'on voit à partir de la fenêtre.

14 Mme Wald (interprétation): Etant donné que nous traitons depuis pas mal de

15 temps cette question, nous pouvons lui consacrer encore quelques minutes.

16 Ils ont bien précisé qu'il s'est efforcé de montrer que les fenêtres

17 s'ouvraient vers l'intérieur et non pas vers l'extérieur. Nous pouvons

18 discuter de la pertinence de cette question mais si cela avait été la

19 finalité de la chose, ils ont normalement filmé la fenêtre avec un

20 objectif tout à fait différent du vôtre, à savoir la vue que l'on pouvait

21 avoir à partir de cette fenêtre.

22 Mme Somers (interprétation): C'était la seule finalité. Et je voudrais que

23 la Chambre se penche sur ces enregistrements vidéo en sachant que la

24 finalité ou plutôt leur objectif avait été d'indiquer telle chose sur le

25 cadre. Mais ce qui me préoccupe, c'est que l'on ne voit pas sur le film

Page 11468

1 s'ils sont montés sur un muret pour le faire; et le fait qui me limite,

2 c'est que je n'ai pas de témoin à moi qui pourrait confirmer tout ce que

3 je dis. Si tout cela est admis, je voudrais que ce soit admis à titre

4 limité.

5 M. le Président: Dans cette discussion, je ne résiste pas à faire un

6 commentaire. Nous tous, ici, je crois que nous oublions que le mécanisme

7 de la perception c'est une succession d'images. La mémoire, c'est une

8 association d'images. Je crois que cela différencie bien les choses. Sur

9 la vidéo nous avons une séquence d'images, dans les photographies on n'a

10 pas une séquence d'images.

11 Vous avez quand même remarqué que le témoin vous a posé la question de

12 l'intégralité des éléments. Je crois que pour nous, pour la Chambre, c'est

13 clair. Madame la Juge Wald a touché la question de la pertinence. Je ne

14 sais pas si vous étiez ici déjà, mais il y a eu des témoins qui ont

15 discuté beaucoup de cette question, si la fenêtre ouvrait vers l'intérieur

16 ou vers l'extérieur, et nous avons la possibilité d'observer et de juger.

17 C'est un peu ce que Mme la Juge Wald a dit; les raisons pour lesquelles

18 vous faites objection sont les mêmes raisons avec lesquelles la défense

19 peut vous faire objection aussi. Et donc j'allais discuter avec mes

20 collègues, mais peut-être avant de discuter, est-ce que vous allez

21 demander le versement au dossier de ces photographies ou non?

22 Mme Somers (interprétation): Puis-je répondre à votre commentaire,

23 Monsieur le Président? On a soulevé une autre question complémentaire,

24 lorsque j'ai moi-même posé des questions pour savoir ce que l'on pouvait

25 voir à travers cette fenêtre donc ils se sont efforcés de prouver si l'on

Page 11469

1 pouvait voir telle ou telle chose pour ce qui est de la Pista, donc les

2 questions ont été tendancieuses. On peut donc discuter, et je crois que

3 dans ce sens-là leur vidéo n'a pas de valeur probante.

4 Je comprends ce que vous voulez dire, je comprends votre position mais je

5 dois me rectifier, la vue que l'on avait et ce qui a été mis en question

6 lorsque des questions complémentaires ont été posées, je ne sais pas

7 comment la Chambre va résoudre et comment la Chambre va voir cela.

8 M. le Président: Excusez-moi. Mais de quelle fenêtre? Des toilettes ou des

9 bureaux? De quelle vue parlez-vous?

10 Mme Somers (interprétation): Je parle des fenêtres des toilettes Monsieur

11 le Président. Ce sont les fenêtres qui ont été filmées sur

12 l'enregistrement vidéo et il y a encore beaucoup de questions en suspens.

13 Le Bureau du Procureur doit traiter cela dans une phase ultérieure à ce

14 procès et avant la fin du procès.

15 Une autre question que je voulais poser, Monsieur le Président, pour ce

16 qui est des photographies que nous avions acceptées comme étant des

17 photographies représentant les vues et approuvées par le témoin I, qui ont

18 été reconnues comme étant 3/277, 3/278, 3/279, 3/286 et 3/287. Les autres

19 photographies n'ont pas été suffisamment claires pour faire des

20 commentaires.

21 M. le Président: Si le témoin a reconnu ou non, nous allons conclure cela,

22 c'est à la Chambre de conclure cela. C'est votre conclusion, mais c'est à

23 nous de conclure. Vous avez fini?

24 Mme Somers (interprétation): Oui, je vous remercie.

25 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, je serai très bref.

Page 11470

1 Pour ce qui est de l'enregistrement vidéo, la défense a présenté un

2 élément de preuve, l'accusation a des possibilités pour ce qui est de la

3 contestation de ces pièces à conviction dans la phase ultérieure et donc

4 la Chambre sait fort bien comment cet élément de preuve a été recueilli.

5 Je ne vois pas pourquoi l'on s'opposerait.

6 Maintenant, pour ce qui est des trois photographies, la défense s'y oppose

7 mais pour une seule raison. Ce qui nous préoccupe, c'est la position du

8 véhicule qui porte la marque "UN". Personne n'a déterminé à quelle

9 distance ce véhicule se trouvait, quelle est sa taille et si l'on pouvait

10 le voir à partir de la fenêtre; et en fait l'accusation essaie de

11 démontrer qu'à partir de cette fenêtre on pouvait voir quelque chose, or

12 ce n'était pas l'objectif de notre pièce à conviction.

13 Ce que nous voulions montrer, c'est que ces fenêtres ne s'ouvraient pas de

14 la façon dont cela avait été présenté ici. Ce que je crains, la défense

15 craint ici, c'est que cette photographie ne soit utilisée par la suite

16 comme étant un élément de preuve pour dire que l'on pouvait voir à partir

17 de cette fenêtre telle ou telle chose mais nous ignorions quelle avait été

18 la position de ce véhicule et de quel coin la photographie a été prise

19 pour permettre la vue de ce véhicule. C'est tout ce que je voulais dire.

20 Merci.

21 M. Fila (interprétation): Je serais très bref, Monsieur le Président.

22 Hier matin, lors du contre-interrogatoire de M. Radic, le Procureur, M.

23 Saxon, a montré des photographies que lui-même a tiré en personne, et

24 elles étaient censées nous montrer ce que l'on pouvait voir à partir de

25 l'endroit où il se trouvait.

Page 11471

1 Je n'ai pas demandé de déterminer la taille de M. Saxon ni sa largeur et

2 on nous a montré une photographie qui a été prise par le Procureur lui-

3 même, pour je ne sais quelle raison, pour que l'on voit ce que l'on voyait

4 de là et je n'ai pas fait objection.

5 Pourquoi maintenant le Procureur peut-il faire des photographies et la

6 défense ne peut-elle pas le faire? Nous sommes tous intéressés par le fait

7 de savoir ce que l'on pouvait voir à partir de cette fenêtre mais que M.

8 Saxon y aille avec tout son talent et fasse des photographies et l'on

9 verra l'un et l'autre. Merci.

10 M. le Président: C'est pour cela qu'il existe une Chambre et qu'il existe

11 des Juges. Et je crois que les personnes qui sont ici devant vous, elles

12 ont la possibilité d'observer, de comparer, de regarder, de voir et quand

13 même de questionner et d'interpréter.

14 Je viens de vous rappeler qu'il faut bien tenir compte que -je répète cela

15 car c'est important- nous l'oublions souvent. Quand nous discutons des

16 petites choses, des questions que nous posons, on peut se rendre compte

17 que l'on oublie.

18 La perception, c'est une séquence; la mémoire, c'est une association donc

19 pour les Juges qui sont ici, les Juges dissocient cela, j'en suis bien

20 conscient.

21 Je peux vous dire que même les photographies du Procureur qui ont

22 l'automobile "UN", la photographie de M. Saxon avait un autre autobus, un

23 autre véhicule qui était là et tout d'un coup j'ai pensé: "M. Saxon n'a

24 pas pu enlever la voiture, il n'y avait pas".

25 Si nous commençons à avoir des propos ici ou là, on ne va pas s'en sortir.

Page 11472

1 Ce véhicule est là et pour moi c'est simple, c'est l'expérience de la vie.

2 Les personnes étaient parquées là parce que c'était plus commode, parce

3 que c'était plus proche de l'entrée. Je ne sais pas si c'est une bonne

4 interprétation. C'était plus incommode de laisser à l'entrée de tout ce

5 complexe. Donc, les personnes devaient entrer par la porte, et on les

6 parquait là. Voilà, c'est la première…, l'expérience normale de la vie.

7 Après, s'il y a une autre raison, on doit essayer de la trouver. Et là, on

8 voit quand même que par rapport à la hauteur qu'il y a à avoir ou ne pas

9 avoir un mètre ou quelque chose pour faire des mesures. On voit clairement

10 que les fenêtres des toilettes sont plus courtes que les autres, mais

11 c'est tout de même normal. Tous les architectes pensent à cela: une

12 toilette a normalement besoin, une nécessité de privé, d'intimité; il y a

13 donc des choses qui ne se montrent pas en publique, etc. Voilà, c'est

14 l'expérience normale de la vie qui nous dit ces choses.

15 Mais pourquoi vous faites une question de cela? Donc ma question demeure.

16 Je crois, je ne sais pas, peut-être ai-je oublié, mais est-ce que, Madame

17 Somers, vous allez demander le versement des photographies, oui ou non?

18 Je crois qu'il faut le demander parce que vous avez utilisé ce matériel

19 comme il est, pour votre contre-interrogatoire.

20 Les réponses du témoin ont seulement du sens avec ces stimuli, si je peux

21 le dire ainsi, de perception de réponse.

22 Mme Somers (interprétation): Oui. Merci, Monsieur le Président. Rien que

23 celle que j'ai citée, et c'est celle-là que je voudrais demander pour le

24 versement au dossier.

25 M. le Président: Un moment, s'il vous plaît.

Page 11473

1 (Les Juges se concertent sur le siège.)

2 J'ai oublié de demander à Maître Jovan Simic si vous avez des objections

3 par rapport à ces photographies, et je crois que vous aviez déjà dit que

4 vous faisiez l'objection par rapport à 3/286 et 3/287, je crois. Non?

5 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, nous faisons

6 objection aux trois photographies.

7 3/285, c'est seulement le 3/285 qui nous préoccupe. Mais après ce que vous

8 nous avez dit, je n'ai plus d'appréhension, je crois que la Chambre sera à

9 même d'évaluer.

10 Maintenant, les autres conseils de la défense me soufflent que l'on n'a

11 pas demandé le versement du 3/285. Par contre, pour ce qui est du 3/286 et

12 3/287, je n'ai pas d'objection.

13 (Les Juges se concertent sur le siège.)

14 M. le Président: Nous allons donc verser au dossier les pièces à

15 conviction de la défense D8 jusqu'à 38/5 en tenant compte que D19/5

16 correspond déjà à la pièce du Procureur 2/29 et la pièce de la défense

17 21/5 correspond aussi à la pièce à conviction du Procureur 2/4.2/3.

18 Et nous ordonnons aussi le versement au dossier des pièces à conviction du

19 Procureur. Donc il s'agit des 33. Maintenant, je me suis perdu. Vous

20 pouvez me rappeler?

21 Il s'agit des pièces à conviction 3/211. Non, 277, 278, 279, 286 et 287.

22 C'est cela, Madame Somers?

23 Mme Somers (interprétation): Oui, Monsieur le Président.

24 M. le Président: Donc c'est tout de votre côté aussi, Maître Jovan Simic?

25 Après toute cette discussion, ça va?

Page 11474

1 M. J. Simic (interprétation): Oui, Monsieur le Président.

2 M. le Président: Très bien.

3 Oui, maintenant, nous allons faire la pause pour demain. Et demain nous

4 allons essayer de récupérer un peu.

5 Je dois dire aux parties que la Chambre avait essayé de travailler jusqu'à

6 5 heures 20 l'après-midi, mais nous avons fait une estimation avec Me

7 Jovan Simic, nous en sommes arrivés à ce que nous pourrons quand même

8 terminer avant mercredi de la semaine prochaine. Et nous devons vraiment

9 terminer, parce que la Chambre a d'autres engagements. Notamment, la

10 Chambre d'appel du côté de Mme la Juge Wald et nous ne pouvons donc pas

11 sortir de cela.

12 Par conséquent, je vous demande d'être le plus parcimonieux possible, le

13 plus efficient possible pour que l'on y arrive… Sinon, nous devrons

14 éventuellement prolonger les sessions pour que l'on puisse finir la

15 défense de M. Prcac.

16 Maître Jovan Simic, vous continuez à être optimiste?

17 M. J. Simic (interprétation): Monsieur le Président, nous finirons d'ici

18 mercredi au plus tard et j'espère même que nous finirons dans le courant

19 de la journée de mardi, car les témoins que nous présenterons maintenant

20 seront des gens qui témoigneront sur des sujets concrets.

21 M. le Président: Madame nous a fait a aussi fait un cadeau de 20 minutes.

22 Madame Somers?

23 Mme Somers (interprétation): Merci Monsieur le Président, nous avons reçu

24 hier une requête ou plutôt une objection de la part de la défense de

25 l'accusé Kos, concernant la vidéo conférence.

Page 11475

1 Je voudrais attirer l'attention de la Chambre pour qu'elle prenne cela en

2 considération en raison des préparatifs à ce sujet. Je crois que la

3 Chambre a déjà adopté une décision en date du 6 octobre 2000 et je crois

4 avoir une page de compte rendu d'audience qui concerne Emir Zjakic dont

5 l'état physique ne permettait pas de voyager pendant la présentation de

6 nos éléments de preuve.

7 Je crois que cela est précisé à la page 6449 et je voudrais que la Chambre

8 trouve une solution à ce sujet, et si la Chambre estime qu'une autre

9 argumentation s'avère nécessaire, nous pourrions l'avancer.

10 Ce que je voulais juste, c'est attirer votre attention sur la requête si

11 elle ne vous est pas encore parvenue.

12 M. le Président: Oui. Donc, ce témoin devait… Maintenant, ma mémoire n'est

13 pas rafraîchie et j'ai besoin d'éléments d'association: ce témoin devait

14 être présenté au moment de la présentation des moyens à charge, c'est

15 cela?

16 Mme Somers (interprétation): C'est exact, Monsieur le Président.

17 M. le Président: A-t-il été remplacé ou non par un autre témoin?

18 Mme Somers (interprétation): Non.

19 M. le Président: Vous aviez strictement besoin de ce témoin?

20 Mme Somers (interprétation): Oui Monsieur le Président, car il s'agit

21 d'une question ou de plusieurs questions qui sont contestées par la

22 défense de l'accusé Kvocka.

23 Comme je vous l'ai déjà précisé, la Chambre a indiqué à Mme Hollys qui m'a

24 précédée, il avait été question d'une déclaration sous serment puis de

25 vidéoconférence, et vous-même, Monsieur le Juge Rodrigues, qui avez parlé

Page 11476

1 de la chose: il s'agissait d'accélérer les témoignages pour en arriver,

2 avec Mme Hollys, à la conclusion, page 6449, le 6 octobre 2000, de

3 procéder ainsi.

4 M. le Président: Maintenant je me souviens. Voilà comment l'association a

5 fonctionné.

6 Merci donc, à demain, 9 heures 20, nous serons là.

7 (L'audience est levée à 15 heures 09.)

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25