Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 1870

1 (Jeudi 5 avril 2001.)

2 (L'audience est ouverte à 9 heures 40.)

3 (Audience publique avec mesures de protection.)

4 (Les accusés et le témoin sont dans le prétoire.)

5 (Questions relatives à la procédure.)

6 M. le Président (interprétation): Avant de poursuivre la déposition du

7 témoin qui est dans le prétoire, je voudrais avant tout excuser les Juges

8 qui viennent en retard: c'est parce que nous avons été dans l'obligation

9 de faire une petite réunion avant de venir ici, dans le prétoire.

10 Je vais par conséquent vous dire notre décision.

11 Premièrement, l'accusation nous a demandé d'autoriser leur enquêteur à

12 suivre le procès dans le prétoire grâce à des dispositifs audiovisuels.

13 Evidemment, avant d'être dans le prétoire, le témoin ne doit pas être dans

14 la salle et je me réfère à l'Article 90(D) où il est stipulé que le témoin

15 qui a entendu la déposition d'un autre témoin ne sera pas exclu de la

16 déposition.

17 C'est la raison pour laquelle la Chambre comprend le principe et la raison

18 pour laquelle l'accusation avait demandé la présence de l'enquêteur

19 réside, entre autres, dans le fait d'aider le Bureau du Procureur pour ses

20 conclusions. En examinant cette question, la Chambre a pris en

21 considération un certain nombre d'éléments et, notamment, le fait que, du

22 point de vue pratique -même si ce n'est pas parfaitement juridique-, la

23 défense ne puisse pas disposer de ce droit que l'enquêteur soit présent

24 dans le prétoire. Probablement qu'il s'agit d'une question financière.

25 Pour que l'enquêteur de l'accusation soit présent alors que la défense n'a

Page 1871

1 pas le même droit est, d'après nous, une violation de la règle de

2 l'égalité des armes.

3 C'est la raison pour laquelle la Chambre ne permettra pas et ne répondra

4 pas affirmativement à la requête du Procureur.

5 [expurgée]

6 [expurgée]

7 [expurgée]

8 [expurgée]. Il va sans dire

9 que, dans le cas concret, il s'agissait d'une personne qui avait écrit un

10 livre et que sa déposition pourrait être pertinente pour notre procès.

11 Même si la Chambre n'a pas encore pris la décision concernant le fait de

12 citer ce témoin dans une future étape, nous ne considérons pas qu'il

13 serait approprié qu'à cette étape-là, on examine cette question et que ce

14 témoin soit convoqué à la barre. C'est la raison pour laquelle c'est une

15 décision qui sera prise ultérieurement, dans des étapes futures du procès

16 en question.

17 Enfin, en ce qui concerne l'avancement de notre affaire et de tout ce qui

18 a été fait jusqu'à maintenant, il me semble qu'il faudrait que nous

19 accélérions quelque peu nos travaux. Mais la Chambre souhaiterait que l'on

20 puisse véritablement tous agir dans le sens à faire passer un témoin par

21 jour. J'aimerais bien que les deux parties en tiennent compte et qu'elles

22 coopèrent dans ce sens-là.

23 Maintenant, nous allons poursuivre la déposition du témoin.

24 Maître Petrovic a la parole.

25 (Contre interrogatoire du témoin H par Me Petrovic.)

Page 1872

1 M. Petrovic (interprétation): Merci, Monsieur le Président, Messieurs les

2 Juges.

3 Témoin H, je voudrais conclure une partie de ce que vous avez déjà déposé

4 hier, et ceci, le plus vite possible. Vous nous avez dit que vous avez

5 donné une déclaration aux enquêteurs du Tribunal; nous avons constaté

6 également qu'il y a aussi une déclaration avec votre nom, prénom, votre

7 signature pour laquelle vous affirmez qu'il ne s'agit pas de votre

8 déclaration. Est-ce que je vous ai bien compris?

9 Témoin H (interprétation): Je vous ai dit que j'ai donné une déclaration

10 aux enquêteurs du Tribunal. Je vous ai dit également qu'il y avait une

11 possibilité qu'il y ait eu quelqu'un de ces gens-là qui était sur place et

12 que moi, je n'étais pas au courant.

13 Question: Est-ce que éventuellement, le 8 décembre 1994, vous avez eu

14 l'occasion de rencontrer un monsieur répondant au nom de Zijad Ibric?

15 Réponse: Oui, cette possibilité existe.

16 Question: Est-ce que vous avez donné une déclaration à ce monsieur-là, à

17 cette occasion-là?

18 Réponse: Comme je l'ai dit, il y a une possibilité que j'ai donné une

19 déclaration; moi, je ne connaissais pas les gens. Et puis, j'ai dit par

20 ailleurs qu'au moment où je suis arrivé à Travnik il y a eu un certain

21 nombre de déclarations que j'ai données aux autorités de Bosnie. On m'a

22 posé des questions: où j'étais, dans quel camp, etc.

23 Question: Mais moi, je vous ai compris que vous avez donné une seule

24 déclaration et cette seule déclaration aux enquêteurs du Tribunal.

25 Est-ce que, le 8 décembre 1994, vous avez donné une déclaration au

Page 1873

1 ministère des Affaires intérieures de Banja Luka?

2 Réponse: Oui, j'ai dit que j'avais donné une déclaration aussi bien aux

3 autorités de Bosnie, une fois que j'étais à Travnik. Et j'ai dit ce que

4 j'ai fait, où j'étais auparavant, mais je ne connaissais pas les gens.

5 Question: Est-ce que c'était le moment où les enquêteurs du Tribunal

6 étaient sur place?

7 Réponse: Je ne sais pas, je ne me souviens pas.

8 Question: Monsieur l'huissier, est-ce que vous voulez, s'il vous plaît,

9 montrer ce document au témoin?

10 Je vais demander au témoin de bien vouloir nous dire, sans lire le nom et

11 le prénom de la personne de la liste, si c'était la déclaration qu'il

12 avait donnée à cette époque-là et à la personne en question.

13 (L'huissier s'exécute.)

14 Pourriez-vous nous dire, s'il vous plaît, s'il s'agit bien de votre

15 signature?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Est-ce que c'était bien la seule déclaration que vous avez

18 donnée ce jour-là?

19 Réponse: Je ne sais pas. Mais je vous l'ai dit déjà clairement. Moi, j'ai

20 donné des déclarations à ces autorités: j'ai dit où j'étais, qui j'ai vu

21 dans les camps.

22 Question: Mais pourquoi vous ne l'avez pas dit hier? On a perdu beaucoup

23 de temps parce qu'on a essayé de constater à qui vous avez donné les

24 déclarations hier.

25 Réponse: J'ai également précisé que j'avais donné des déclarations aux

Page 1874

1 autorités à Travnik.

2 Question: Mais hier, quand je vous ai montré une déclaration, vous avez

3 dit que ce n'était pas votre déclaration.

4 Réponse: Non, j'ai dit que mon nom y figurait, mais que je ne me souvenais

5 pas de ma signature.

6 Question: Est-ce que vous avez donné une autre déclaration ce jour-là?

7 Réponse: Je ne me souviens pas, faites-moi confiance.

8 Question: Je vais demander à l'huissier une fois de plus de soumettre au

9 témoin ce document et le témoin voudra bien nous dire si éventuellement sa

10 signature figure sur le document.

11 (L'huissier s'exécute.).

12 Réponse: Oui.

13 Question: Je vais demander à l'huissier maintenant de bien vouloir me

14 ramener les documents que j'ai demandé à soumettre au témoin.

15 (L'huissier s'exécute.)

16 Quand est-ce que vous êtes arrivé à Travnik, s'il vous plaît?

17 Réponse: C'est en 1994 que je suis arrivé à Travnik, c'était le mois de

18 septembre.

19 Question: Est-ce que vous vous souvenez que, quand l'enquêteur du Tribunal

20 s'est rendu chez vous, il a parlé avec vous en novembre et décembre 1994

21 et en janvier 1995. La première chose que vous lui avez dite -je cite-:

22 "J'ai donné les trois déclarations précédemment sur mes expériences au

23 sujet des opérations qui ont eu lieu en ex-Yougoslavie?

24 Réponse: Oui, il y a une possibilité que je l'ai fait.

25 Question: Pourquoi aujourd'hui et hier, vous avez parlé différemment?

Page 1875

1 [expurgée]

2 [expurgée]

3 M. le Président (interprétation): Maître Petrovic, je pense que vous

4 pouvez poursuivre. Vous avez suffisamment insisté sur les questions des

5 déclarations. Vous pouvez poursuivre, s'il vous plaît.

6 M. Petrovic (interprétation): Merci, je me conforme à votre décision,

7 Monsieur le Président. J'aimerais, comme vous l'avez précisé hier,

8 distribuer les déclarations de ce témoin en langue anglaise et bosnienne.

9 Nous allons assurer très rapidement également la traduction en langue

10 française. Il y a donc cinq déclarations au total. Maître Greaves avait

11 proposé que les trois soient versées au dossier.

12 Je vais vous demander, Monsieur le Président, de bien vouloir accepter que

13 toutes les cinq soient versées au dossier.

14 Par conséquent, je vais demander à l'huissier de bien vouloir vous

15 distribuer les déclarations. Les déclarations sont déjà mises à la

16 disposition de l'accusation.

17 (L'huissier s'exécute.).

18 M. le Président (interprétation): Oui, c'est la Greffière qui va donner

19 les cotes à ces documents.

20 M. Petrovic (interprétation): C'est grâce à l'accusation que nous avons pu

21 faire des photocopies de ces déclarations et on a fait des jeux de

22 documents. Donc il s'agit de cinq déclarations et chacune en langue

23 bosnienne et anglaise, respectivement.

24 M. le Président (interprétation): Afin de pouvoir accélérer nos travaux,

25 nous allons demander à la Greffière de s'occuper des cotes qui vont être

Page 1876

1 attribuées à ces documents, de distribuer les documents, bien évidemment,

2 il faut le savoir et par la suite elle nous les donnera.

3 M. Petrovic (interprétation): Je vais demander également qu'on verse au

4 dossier un autre document. L'original est déjà à la disposition du Greffe.

5 Je vais demander à l'huissier de maintenant vous apporter ce document et

6 c'est l'huissier qui voudra bien vous les apporter.

7 M. le Président (interprétation): Oui, je vous en prie.

8 (L'huissier s'exécute.).

9 Je vous en prie, vous pouvez poursuivre, Maître Petrovic.

10 M. Petrovic (interprétation): Vous avez dit que vous étiez à Trnopolje?

11 Témoin H (interprétation): Oui.

12 Question: Je vais vous demander, s'il vous plaît, de m'attendre et surtout

13 d'observer des pauses entre les questions et les réponses.

14 Je renouvelle. Vous avez dit comment vous vous êtes déplacé dans cette

15 ruelle en direction de Trnopolje. Pourriez-vous nous dire comment? Et

16 comment ça s'est passé? Combien d'hommes ont été des victimes à ce moment-

17 là?

18 Réponse: Jusqu'au 9 juillet, une trentaine de personnes ont été tuées. Le

19 9 juillet.

20 Question: Pourquoi lors de l'interrogatoire principal et lors du contre

21 interrogatoire, vous avez dit qu'il y en avait 26 qui ont été tuées?

22 Réponse: Mais j'ai dit que 26 personnes de ma rue, la rue qui était longue

23 d'un kilomètre à peu près.

24 Question: Et les 30 personnes ça concerne qui?

25 Réponse: Comme je vous ai dit, quand nous sommes sortis sur la route

Page 1877

1 Prijedor-Omarska, il y avait des gens de Matrici, de Duracak, et il y

2 avait également les personnes qui ont été tuées.

3 Question: Combien?

4 Réponse: Une trentaine ont été tuées à l'entrée du camp. Il s'agissait de

5 Duracak et Matrici.

6 Question: Quand vous avez donné la déclaration au représentant du Bureau

7 du Procureur, vous avez dit que ce jour-là, il y avait 36 personnes qui

8 avaient été tuées?

9 Réponse: C'est possible. Comme je l'ai déjà dit, il y avait des gens de

10 Duracak, de Matrici, et je sais qu'en ce qui concerne ma rue il y avait 26

11 personnes qui ont été victimes ce jour-là, juste comme je l'avais dit.

12 Question: Pourquoi vous avez parlé de 36 personnes quand vous avez parlé

13 avec le représentant du Bureau du Procureur?

14 Réponse: 36 personnes. Mais je vous ai déjà dit: il y avait des gens de

15 Matrici, de Duracak, de Elezovici, etc., des gens que je ne connaissais

16 pas. Je sais que les 26 personnes, c'était tout à fait précis parce que ce

17 sont les gens de ma rue.

18 Question: Vous avez dit, par ailleurs, à l'enquêteur qu'il y avait un

19 groupe entre 5 et 6 soldats qui a tué 35 personnes devant la maison dont

20 le propriétaire était Redzic?

21 Réponse: Parmi les 35, il y avait 26 de ma rue qui ont été tués. C'est ce

22 que j'ai dit.

23 Question: Par conséquent, ils ont été tués où exactement?

24 Réponse: Ils ont été tués devant la maison de Esad, Mevla Redzic et de

25 Sejmenovic. Mevla Redzic, Esad Redzic.

Page 1878

1 Question: Pourquoi aux autorités de Bosnie, aujourd'hui également, vous

2 avez dit que 32 Bosniens ont été tués à ce moment-là très précis?

3 Réponse: Aujourd'hui également, je ne dis que je ne peux pas véritablement

4 préciser combien; il y a peut-être 50 personnes qui ont été tuées. Mais je

5 maintiens ce que j'ai dit: que 26 personnes de ma rue ont été tuées ce

6 jour-là. Car à ce moment-là, je ne pouvais pas, bien évidemment, vraiment

7 voir de mes propres yeux chaque meurtre.

8 Question: Mais est-ce que c'est vous qui avez compté?

9 Réponse: J'étais dans une lignée, moi j'ai vu 26 personnes de ma rue qui

10 ont été sur place et qui ont été des victimes. Ça, je l'ai déjà dit.

11 Question: Pourquoi citez-vous alors d'autres chiffres, si vous ne

12 connaissez pas ces personnes et si vous ne connaissez pas le nombre exact

13 de victimes?

14 Réponse: Parce qu'il y avait déjà un tas de victimes, un tas de personnes

15 qui avaient été abattues. Il y en avait environ dix mais je n'ai pas pu

16 savoir le chiffre exact. Il y en avait peut-être plus.

17 Question: Pourquoi n'essayez-vous pas de nous faciliter la tâche? Pourquoi

18 vous ne donnez pas le chiffre exact des victimes?

19 Réponse: De ma rue, très précisément 26 personnes ont été tuées.

20 Question: Dites-moi, s'il vous plaît, où ces personnes ont-elles été

21 inhumées?

22 Réponse: Devant la maison de Esad Redzic,de Mevla Redzic et de Sejmenovic

23 Mevludin.

24 (L'interprète demande que le témoin fasse une pause après avoir entendu la

25 question.)

Page 1879

1 Question: il y a eu combien de personnes qui ont été inhumées devant la

2 maison de Mevla Redzic?

3 Réponse: Je pense qu'il y avait environ 17 personnes.

4 Question: Dans votre déclaration, vous avez dit qu'on vous a forcé à

5 chanter des chansons chetniks à ce moment-là, pendant que vous étiez en

6 chemin sur cette route?

7 Réponse: Oui, on a chanté des chansons chetniks.

8 Question: Vous avez dit hier que vous avez chanté la chanson de Halid

9 Muslimovic?

10 Réponse: Oui.

11 Question: Halid Muslimovic est de quelle appartenance ethnique?

12 Réponse: Eh bien, il est Musulman.

13 Question: La chanson de Halid Muslimovic est-ce une chanson chetnik?

14 Réponse: Je n'ai pas dit "chanson chetnik", et je le répète à présent.

15 Question: Il y avait combien de bus, dans lesquels on vous a fait monter à

16 Trnopolje?

17 Réponse: Quatre ou cinq bus.

18 Question: Vous-même, vous étiez dans lequel de ces bus?

19 Réponse: Dans le premier. A l'arrivée au camp de Keraterm, j'étais dans le

20 premier autobus.

21 Question: Ces bus, où se sont-ils arrêtés à Keraterm, ces bus qui vous ont

22 amenés?

23 Réponse: Ils se sont arrêtés devant l'entrée, devant l'entrée même, devant

24 l'accueil. Ils constituaient une colonne, ils étaient alignés les uns

25 derrière les autres.

Page 1880

1 Question: Etaient-ils arrêtés à l'intérieur, dans l'enceinte de Keraterm

2 ou à l'extérieur de cette enceinte?

3 Réponse: Eh bien, ça dépend. En fait, le premier bus était à l'accueil, à

4 la porte, à l'entrée. Et les autres le suivaient.

5 Question: Donc ce bus n'a pas pénétré à l'intérieur de l'enceinte de

6 Keraterm?

7 Réponse: Ça je ne pourrai pas vous le dire avec certitude, mais je crois

8 que C'est ce que je crois.

9 Question: Je souhaite que l'huissier vous présente la pièce de

10 l'accusation n2.

11 (L'huissier s'exécute.)

12 Pouvez vous, s'il vous plaît, regarder cette photographie?

13 Et je demanderai à l'huissier de la placer sur le rétroprojecteur pour que

14 toutes les personnes présentes puissent la voir.

15 (L'huissier s'exécute.)

16 Vous-même, vous vous trouviez précisément à quel endroit à ce moment-là?

17 Pourriez-vous nous le montrer, s'il vous plaît?

18 (Le témoin montre l'endroit.)

19 Réponse: Si cela est l'entrée de Keraterm et que là, on a la route

20 principale Prijedor-Banja Luka, les bus arrivaient en provenance de Banja

21 Luka-Kozarac. Le premier bus, en passant par l'entrée, devait arriver

22 jusqu'à l'accueil. Et on voit très bien l'accueil ici. Et comme je l'ai

23 déjà dit, en descendant du bus, j'ai été passé à tabac, je suis arrivé à

24 l'accueil; donc le premier bus pouvait déjà être là. C'était à peu près à

25 dix mètres, donc ce bus où j'étais.

Page 1881

1 Question: A l'entrée que vous voyez ici, est-ce qu'il y avait un garde ou

2 plusieurs gardes?

3 Réponse: Croyez-moi, je ne pouvais pas le voir puisqu'il faisait déjà

4 nuit, c'était le soir. Je ne le voyais pas du bus mais, près de l'accueil,

5 oui.

6 Question: Dites-moi, s'il vous plaît, ce bus est entré à l'intérieur,

7 n'est-ce pas? Il est passé par cette porte glissante?

8 Réponse: Oui, et c'est là qu'il y avait des soldats.

9 Question: On ne voit peut-être pas cela sur la photographie mais, au

10 moment où vous êtes arrivé à Keraterm, où se trouvait cet amas de

11 détritus?

12 Réponse: Eh bien, là, on voit l'accueil, les halls n1 et 2: ce soir-là,

13 je ne pouvais pas le savoir. Il y avait l'accueil et cette zone de

14 réception, mais comme je l'ai déjà dit, ce tas de détritus était derrière

15 le n4; c'est là qu'il y avait un débarras.

16 Question: Donc c'était l'extrémité droite de cette photographie, de la

17 photographie que nous regardons? C'est là qu'il y avait ces détritus?

18 Réponse: Si l'on voit ici l'entrée, les halls 1 et 2, les toilettes 3 et

19 4, l'entrepôt et, à la fin, il y avait ces bennes à ordures. Mais ce soir-

20 là, je n'étais pas en mesure de le voir.

21 Question: Pourquoi avez-vous dit alors à l'enquêteur de l'OTP la chose

22 suivante -je cite-: "Les bus se sont arrêtés devant le tas de détritus,

23 après avoir franchi l'entrée même du camp"?

24 Réponse: Non, non. Cela a été mal traduit. On le voit ici: les bus se sont

25 arrêtés devant l'accueil; c'est là qu'on m'a frappé, qu'on m'a battu.

Page 1882

1 Question: J'essaie de vous poser une question précise, je vous demanderai

2 de me répondre de manière précise aussi. Vous avez dit au Procureur que

3 les bus se sont garés à côté d'un tas de détritus. Pourquoi l'avez-vous

4 dit puisqu'aujourd'hui, vous affirmez autre chose?

5 Réponse: Le tas de détritus? Il est possible que l'ai dit, mais c'était la

6 nuit, je ne l'ai pas bien vu. Mais ce que j'ai dit très clairement, c'est

7 qu'on m'a fait descendre du bus, qu'on m'a passé à tabac, qu'on m'a amené

8 à l'accueil, que c'est là qu'il y avait des soldats; ils m'ont pris mes

9 papiers, ils m'ont pris des objets de valeur, passé à tabac et c'est là

10 que j'ai franchi quelques mètres en direction de la pista

11 Question: Ce n'est pas ce que je vous ai demandé. Je vous ai demandé:

12 pourquoi avez-vous dit que ces bus se sont garés à côté du tas de

13 détritus, alors qu'à présent, on voit que ça se trouve à cent mètres au

14 moins de l'endroit où vous dites maintenant que vous vous êtes arrêtés?

15 Témoin H (interprétation): Mais peut-être que j'ai vu des détritus à

16 l'entrée. J'ai montré très clairement où je me trouvais et où je suis

17 descendu du bus.

18 M. le Président (interprétation): Maître Petrovic, le témoin vous a

19 proposé ses explications, il appartient à la Chambre d'évaluer le poids de

20 sa déposition.

21 Je vous prie de passer à autre chose.

22 M. Petrovic (interprétation): Vous avez dit hier qu'il y avait donc cet

23 accueil, cette zone de réception, cette maisonnette que l'on voit sur la

24 photographie, que c'est là qu'on vous prenait vos papiers, mais qu'on ne

25 vous a pas battu à ce moment-là, au moment où l'on vous enlevait vos

Page 1883

1 papiers?

2 Témoin H (interprétation): Mais quand je suis descendu du bus, oui. C'est

3 là qu'on m'a battu.

4 Question: Mais je vous pose une question précise; répondez-moi

5 précisément.

6 Réponse: Il me semble que ce n'est pas là qu'on m'a battu.

7 Question: Pourquoi avez-vous dit alors au Procureur la chose suivante -je

8 cite-: "On s'est arrêtés à l'accueil. C'est là qu'on a dû remettre tous

9 nos objets personnels et c'est là qu'on nous a battus"? Fin de citation.

10 Réponse: Oui

11 Question: Veuillez ménager une pause pour l'interprétation, s'il vous

12 plaît. Allez-y, je vous en prie.

13 Réponse: Oui, c'est ce j'ai dit: on a dû remettre nos objets personnels et

14 où on nous a battus, mais je n'ai pas dit, je n'ai dit nulle part que

15 c'est là qu'on m'a battu moi, personnellement.

16 Question: Vous venez de dire à l'instant que c'est là qu'on vous a battus.

17 Et quand vous dites "nous", cela sous-entend vous aussi personnellement?

18 Réponse: Cela concerne la plupart des gens qui sont arrivés. Mais quand je

19 dis "nous", je dois préciser qu'il s'agit de moi aussi.

20 Question: Quatre soldats

21 Je n'ai plus besoin de M. l'huissier, nous n'avons plus besoin de cette

22 photographie. Nous pouvons poursuivre sans photographie.

23 (L'huissier s'exécute.)

24 Vous avez dit que quatre soldats se sont emparés de vous. Sur quelles

25 parties du corps vous ont-ils frappé?

Page 1884

1 Réponse: Ces quatre soldats se tenaient derrière cet accueil. Ils étaient

2 peut-être à 5 ou 10 mètres de distance. Ils m'ont dit de m'arrêter.

3 Question: Pour économiser du temps, où vous ont-ils asséné des coups?

4 Réponse: Au niveau de la cage thoracique. C'est là que j'ai eu des bleus.

5 Ils m'ont battu à l'aide de la crosse du fusil.

6 Question: Il y avait combien de personnes dans cette pièce où on vous a

7 fait entrer?

8 Réponse: Ce soir-là, je n'avais pas une idée très précise de cela. Il y

9 avait peut-être jusqu'à 600 personnes.

10 Question: A un moment quelconque, avez-vous connu le chiffre exact du

11 nombre de personnes qui se tenaient à l'intérieur?

12 Réponse: Oui, justement, de la part de Krupic Fehim, il me semble qu'il a

13 dit qu'il y avait 562 personnes dedans. Il était le responsable de ce

14 hall.

15 Question: Faites-vous une distinction entre l'uniforme de la police et

16 celui de l'armée?

17 Réponse: Oui.

18 Question: Alors, quelle est la différence?

19 Réponse: Au moment du conflit, les uniformes, à la fois de la police et de

20 l'armée, étaient des uniformes de camouflage pendant mon séjour au camp.

21 Question: Et la différence réside en quoi?

22 Réponse: D'un côté on a la couleur bleue, et de l'autre côté la couleur

23 verte.

24 Question: Pourquoi avez-vous dit hier, alors, que l'un de ces hommes qui

25 vous ont interrogé portait des vêtements civils et qu'il y en avait deux

Page 1885

1 qui portaient des uniformes militaires de camouflage?

2 Réponse: Oui, il y avait un homme en civil, il y avait un homme en

3 uniforme militaire et M. Drljaca portait l'uniforme bleu de camouflage.

4 Question: Vous rendez-vous compte qu'entre ces deux déclarations il y a

5 une différence. Aujourd'hui, vous nous parlez de trois uniformes

6 différents, alors qu'hier, à 11 heures 41 minutes, vous avez dit: "Il y

7 avait un homme en civil et deux portaient des uniformes militaires de

8 camouflage".

9 Réponse: Pour moi, c'étaient des uniformes militaires.

10 Question: Dites-moi brièvement, s'il vous plaît, comment vous a-t-on battu

11 pendant l'interrogatoire?

12 Témoin H (interprétation): Comme je l'ai déjà dit, j'ai monté

13 l'escalier et là...

14 (Maître Petrovic s'interrompt).

15 M. May (interprétation): Mais il a donné les détails de cette

16 situation hier, nous n'avons pas besoin de reprendre tout cela, Maître

17 Petrovic.

18 M. Petrovic (interprétation): Merci, Monsieur le Juge.

19 Au moment de l'interrogatoire, avez-vous remarqué des mouvements de la

20 part de ces hommes, de la part de Simo Drljaca et de ses hommes qui vous

21 interrogeaient?

22 Témoin H (interprétation): Oui, c'est ce que j'ai dit. Quand je suis

23 entré, je me suis assis sur cette chaise qui s'y trouvait.

24 Question: Je vous ai posé une question précise. Avez-vous remarqué des

25 mouvements, des gestes, une gesticulation particulière?

Page 1886

1 Réponse: Oui, peut-être; ils bougeaient, ils se promenaient, quelque chose

2 comme ça.

3 Question: Vous avez vu quel genre de signes?

4 Réponse: Je ne peux pas le savoir; peut-être avec des mains, il faisaient

5 des mouvements, peut-être était-ce sa manière naturelle de bouger, ou bien

6 des signes qu'on peut donner avec le regard, les yeux.

7 Question: Pourquoi avez-vous dit à l'enquêteur des autorités bosniennes

8 que ces gens qui vous ont interrogé avaient des signaux et des mouvements

9 leur permettant d'indiquer quand il fallait battre et quand cela

10 suffisait?

11 Réponse: Comme je l'ai déjà dit, je n'ai pas été passé à tabac comme les

12 autres personnes. Les gens qui arrivaient complètement brisés, ils

13 racontaient. Et dans ma pièce, j'ai dit très clairement, on m'a fait

14 tomber de la chaise où j'étais installé, on m'a demandé où travaillait mon

15 père et ces gens...

16 (Maître Petrovic interrompt le témoin).

17 Question: Vous êtes en train de nous raconter ce qui vous est arrivé à

18 vous-même?

19 Réponse: Oui, ce qui m'est arrivé à moi.

20 Question: Ou bien vous nous racontez ce que vous avez entendu dire, ce que

21 vous avez entendu de seconde main ou ce qui vous a semblé qui s'était

22 passé?

23 Réponse: Ce qui m'est arrivé à moi.

24 Question: Est-ce que vous faites une différence très claire entre ce que

25 vous avez vécu et ce que vous avez entendu dire?

Page 1887

1 Réponse: Oui, je l'indique très clairement.

2 Question: Ma question était la suivante: quels étaient les signaux, les

3 mouvements de bras ou de mains, ce que vous indiquez au paragraphe 2 en

4 page 5 dans votre déclaration aux autorités bosniennes où vous dites

5 qu'ils avaient des signaux particuliers qui leur permettaient de

6 s'entendre entre eux quand il fallait battre?

7 Réponse: Oui, je l'ai dit clairement. Quand je suis entré dans cette

8 pièce, ils m'ont tout d'abord dévisagé. Personne ne m'a posé aucune

9 question, puis il y en a eu un qui s'est levé et qui donnait des signes

10 des yeux ou des mains.

11 Question: Et ce signe, il signifiait quoi?

12 Réponse: Eh bien, vraisemblablement, qu'il fallait me battre ou bien cela

13 signifiait que l'interrogatoire était terminé, que je pouvais sortir de la

14 pièce, que celui qui m'a accompagné pouvait me raccompagner à l'extérieur.

15 Question: Vous avez remarqué donc un signe. Il était comment ce signe?

16 Réponse: Eh bien, naturellement, à la fin de l'interrogatoire, il a fait

17 signe des yeux à l'autre qu'il pouvait me raccompagner. Il n'a rien dit.

18 Question: Vous avez dit qu'ils avaient des signes, des signaux, des

19 mouvements indiquant quand il fallait battre, quand il fallait frapper et

20 non pas quand il fallait sortir de la pièce. Quel était le signe indiquant

21 qu'il fallait donner des coups?

22 Témoin H (interprétation): J'ai dit très clairement comment on m'a

23 battu. J'ai dit qu'on m'a fait tomber, que cet homme m'a donné un coup de

24 pied qui m'a fait tomber de la chaise parce que j'ai dit que mon père

25 travaillait au centre culturel de Trnopolje, centre culturel "Bratstvo",

Page 1888

1 "Fraternité", et il m'a dit: "Ça n'existe plus la fraternité" et il m'a

2 fait tomber.

3 M. Petrovic (interprétation): Monsieur le Président, il me semble que je

4 pose des questions claires à ce témoin. Pourriez-vous, s'il vous plaît,

5 utiliser votre autorité et lui indiquer qu'il convient de me répondre

6 clairement à mes questions? Donc, je lui ai demandé quel était le signal

7 indiquant qu'il fallait donner des coups et à quel signal faisait-il

8 allusion dans sa déclaration aux autorités bosniennes?

9 M. le Président (interprétation): Témoin, êtes-vous en mesure de répondre

10 à cette question, à savoir: quel était le signal qui était donné pour

11 indiquer qu'il fallait commencer à asséner des coups?

12 Témoin H (interprétation): Mais je l'ai déjà dit clairement,

13 c'étaient des signes des yeux ou de la main.

14 M. le Président (interprétation): Vous avez eu votre réponse. Passez à

15 autre chose s'il vous plaît.

16 M. Petrovic (interprétation): Vous avez dit que Kajin a été, pendant une

17 période courte, le chef du camp et qu'il a été remplacé parce qu'il a

18 emmené certains détenus à l'hôpital?

19 Témoin H (interprétation): Oui.

20 Question: Etiez-vous présent au moment où Kajin a emmené des détenus à

21 l'hôpital?

22 Réponse: Oui.

23 Question: C'était à quel moment?

24 Réponse: Mais, comme je l'ai déjà dit, il a emmené Saban Elezovic, je ne

25 peux pas vous préciser la date.

Page 1889

1 Question: C'était combien de jours après votre arrivée?

2 Réponse: Peut-être cinq à dix jours. Trois Je ne sais pas exactement. Ce

3 que je sais, c'est que M. Kajin emmenait des gens à l'hôpital et les

4 ramenait de là-bas. En fait, ces gens-là revenaient de là-bas.

5 Question: Est-ce ce que vous avez déclaré hier, à savoir que, pendant un

6 certain temps, un peu de temps, Kajin a été le chef du camp?

7 Réponse: Oui, deux ou trois jours, deux ou trois jours plus tard.

8 Question: Vous avez dit dans votre déclaration que Kajin était plutôt doux

9 à l'égard des détenus: qu'est-ce que cela signifie?

10 Réponse: Oui, je l'ai dit. Peut-être voulais-je dire par là qu'en fait,

11 précisément ces gens allaient à l'hôpital et qu'ils revenaient de

12 l'hôpital.

13 Question: Combien de fois Kajin a-t-il emmené des gens à l'hôpital?

14 Réponse: Je ne peux pas vous donner le chiffre exact.

15 Question: A peu près?

16 Réponse: A plusieurs reprises. Je ne connais pas le nombre de fois exact.

17 Question: Très brièvement, Monsieur le Président, je souhaite aborder un

18 sujet qu'on a déjà abordé, mais cela est très important pour mon client.

19 Je ne poserai que quelques questions.

20 Vous avez dit au Procureur que sept ou dix jours après votre arrivée,

21 Sikirica a remplacé Kajin.

22 Réponse: Oui, c'est ce que j'ai dit, mais il me semble que c'était trois

23 ou quatre jours après mon arrivée qu'il était le chef du camp.

24 Question: Vous venez de dire deux à trois jours, maintenant vous dites

25 trois à quatre: savez-vous combien de temps s'est passé?

Page 1890

1 Réponse: Je sais exactement combien de temps s'est passé mais, à l'époque,

2 quand j'étais dans le camp, je ne savais pas où je me trouvais exactement;

3 j'avais été passé à tabac. Je ne peux pas vous préciser les jours, les

4 dates. Peut-être, disons, quatre jours.

5 Question: A 14 heures 45, hier, vous avez dit: "Le 9 juillet, je suis

6 arrivé et Sikirica était déjà sur place". Fin de citation. Et vous l'avez

7 répété à 15 heures moins 13 minutes, hier.

8 Réponse: Oui, il était déjà sur place. Mais je n'ai pas dit qu'il était le

9 chef du camp. Ça, je ne l'ai pas dit non plus. J'ai dit clairement: à mon

10 arrivée, M. Kajin En fait, il est possible que j'ai cité dix jours; peut-

11 être était-il là de trois à quatre jours, et puis remplacé, pour autant

12 que je le sache.

13 Question: Est-il possible que Kajin ait été chef pendant deux jours?

14 Réponse: Ça, je ne peux pas le préciser.

15 Question: Est-ce que vous permettez que cela est possible?

16 Réponse: Mais je ne peux pas connaître le nombre de jours exact.

17 Question: Vous avez dit que Kajin avait une petite amie à Trnopolje? Quel

18 était son nom?

19 Réponse: Oui, c'était dans la jeunesse: Pavlovic Josipa Lula. C'était son

20 nom.

21 Question: Elle était de quelle appartenance ethnique?

22 Réponse: Je ne le sais pas précisément.

23 Question: Vous avez dit hier qu'un homme, Turkanovic, a été passé à tabac.

24 A combien de reprises?

25 Réponse: Je ne sais pas combien de coups il a reçu; il a reçu des coups

Page 1891

1 sur sa tête parce qu'il avait des cheveux roux, très typiques.

2 Question: Pourquoi avez-vous dit au Procureur, très précisément, qu'il a

3 reçu trois coups?

4 Réponse: Oui, il est possible qu'il ait reçu plusieurs coups, plus de

5 trois coups, mais je ne les ai pas comptés.

6 Question: En 1995, vous saviez précisément que c'étaient trois coups?

7 Réponse: Je n'en suis pas sûr.

8 Question: Pourquoi dites-vous des choses dont vous n'êtes pas sûr?

9 Réponse: Ce que je sais, c'est que cet homme a été tué et qu'on lui a

10 fracassé le crâne. Quant aux coups, je ne sais pas combien exactement il a

11 reçu.

12 Question: Vous l'avez entendu dire ou vous l'avez vu personnellement?

13 Réponse: Je l'ai vu personnellement.

14 Question: Cela s'est passé à quel endroit?

15 Réponse: Comme je l'ai déjà dit, cela s'est passé entre le hall n2 et le

16 hall n3, là où l'on coupait le pain, vers les toilettes, dans l'angle.

17 Question: Cet homme avait quel type de blessures?

18 Réponse: Des blessures au niveau de la tête.

19 Question: Précisément, pouvez-vous nous dire quel genre de blessures?

20 Réponse: Mais c'est son crâne qui a été fracturé.

21 Question: Il a reçu d'autres blessures?

22 Réponse: Il est possible qu'il ait reçu des blessures au niveau du corps,

23 peut-être des bras cassés. Quelque chose comme ça.

24 Question: Vous avez dit au Procureur qu'il a reçu des blessures au niveau

25 du cou?

Page 1892

1 Réponse: Oui, ça se sous-entend: la tête, le cou. C'est la partie

2 supérieure du corps.

3 Question: S'agissant de ces choses affreuses dont nous parlons, ces

4 détails, on a l'impression que cela vous est égal, que vous parlez de

5 manière extrêmement approximative des choses qui vous passent par la tête

6 à un moment donné?

7 Réponse: Mais cela ne m'est absolument pas égal.

8 Question: Oui, je vous crois.

9 Réponse: Parce que moi aussi, j'ai été passé à tabac, mais je ne connais

10 pas les dates exactes des moments où l'on m'a passé à tabac.

11 Question: S'agissant de Fikret Avdic, cet homme, où a-t-il été passé à

12 tabac précisément?

13 Réponse: Ce que je sais, c'est qu'on l'a appelé et on l'a fait sortir de

14 la pièce. C'était de nuit. Il me semble qu'on l'a emmené dans cette pièce

15 là-haut, qui était vers les n3 et 4, ou bien à l'extérieur. On a entendu

16 des pleurs et des cris. Il a été ramené, il a été jeté devant le hall. Les

17 détenus l'ont apporté à l'intérieur et il est décédé le lendemain matin.

18 Question: C'était quand?

19 Réponse: Je ne peux pas dire exactement, mais il me semble que c'était

20 vers le 17 août.

21 Question: Vous avez dit au Procureur que c'était entre le 24 et le 25

22 juillet 1992.

23 Réponse: Je ne sais pas exactement la date.

24 Question: Comment savez-vous que c'était le 17, puisque vous ne connaissez

25 pas la date?

Page 1893

1 Réponse: Comme je l'ai déjà dit, il est possible que c'était le 17 ou le

2 18, parce qu'on faisait sortir sans arrêt les gens, on les passait à

3 tabac. Moi, je ne peux pas connaître la date.

4 Question: Et c'était pendant quelle équipe?

5 Témoin H (interprétation): Il me semble que c'était l'équipe de M. Kajin,

6 pendant que Banovic était là. Mais je n'en suis pas sûr.

7 M. le Président (interprétation): Maître Petrovic, je ne sais pas si vous

8 l'avez entendu, mais les interprètes demandent qu'une pause soit ménagée

9 entre la question et la réponse. Cela concerne à la fois vous, Maître

10 Petrovic, et le témoin. Il faudrait que le témoin ménage une pause en

11 attendant que la question soit interprétée.

12 M. Petrovic (interprétation): Monsieur le Président, au moment où nous

13 avons eu des problèmes avec la traduction, le témoin disait qu'il n'était

14 pas sûr que tout ceci se passait du temps de l'équipe de Kajin.

15 Est-ce qu'on s'est bien compris?

16 Témoin H (interprétation): Oui, mais Banovic était là aussi.

17 Question: Est-ce que vous pouvez conclure par là que c'était l'équipe de

18 Kajin parce que Banovic était là, ou bien parce que vous savez que Kajin

19 était là?

20 Réponse: Je n'ai jamais dit nulle part que Kajin était là.

21 Question: Pourquoi avez vous dit hier que tout ceci se passait du temps de

22 l'équipe de Kajin, alors qu'aujourd'hui, vous soutenez que vous n'en êtes

23 plus sûr du tout? Savez-vous quelles sont les conséquences de ce que vous

24 êtes en train de faire et de dire devant ce prétoire?

25 Réponse: Oui. Vous m'avez demandé si Banovic était là et si c'était

Page 1894

1 pendant le temps de l'équipe de Kajin. Moi, j'ai dit oui mais que je n'en

2 étais pas tout à fait certain.

3 Question: Par conséquent, à cette occasion-là, vous n'avez pas vu Kajin?

4 Réponse: Non.

5 Question: Hier, lorsque nous avons parlé de la victime nommée Saban

6 Elezovic, parlant de cet homme-là, vous avez dit comme suit: "Je ne sais

7 pas très exactement à quel moment il a été tué, soit du temps de l'équipe

8 de Kajin, de Smole ou de Pustar. Mais je sais que les gens de Banovic

9 venaient quand ils voulaient pour exposer des gens à des sévices, les

10 maltraiter, peu importe de quelle équipe il s'agissait".

11 Réponse: Oui, je voulais dire que, eux, ils pouvaient pénétrer dans le

12 camp.

13 M. Petrovic (interprétation): Une seconde, Monsieur le Président, je vous

14 en prie.

15 (Consultation sur le banc.)

16 M. May (interprétation): Maître Petrovic, je ne peux pas ne pas

17 remarquer comme suit. Le témoin a témoigné pendant une heure et quart dans

18 le cadre de l'interrogatoire principal. Dans le contre-interrogatoire mené

19 par Me Greaves, on a passé un peu plus d'une heure. Maintenant, vous êtes

20 à plus d'une heure 10 minutes à le contre-interroger.

21 Viendra le moment où nous conclurons que nous avons passé beaucoup trop de

22 temps au contre-interrogatoire. Nous devons tout de même pouvoir avancer

23 dans cette affaire. Est-ce que vous pouvez mener à bien votre

24 interrogatoire, aussi vite que possible?

25 M. Petrovic (interprétation): Je tâche de faire de mon mieux pour

Page 1895

1 accélérer et je fais de mon mieux pour accélérer les réponses du témoin.

2 Mais il me semble qu'à mes questions tout à fait précises, il ne répond

3 qu'en termes généraux. Hier, tout à fait arbitrairement, il a évoqué des

4 faits. Par conséquent, je dois vérifier tout cela dans le contre-

5 interrogatoire.

6 Je ferai de mon mieux pour accélérer le travail et je vais omettre pas mal

7 de questions que je me proposais de poser. J'accepte votre suggestion, en

8 vous en remerciant, et je tâcherai de faire de mon mieux. Permettez,

9 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, que je continue.

10 (Signe approbatif de la tête de M. le Juge May.)

11 Par conséquent, d'après vous, les gens de Banovic pouvaient entrer quand

12 ils voulaient, comme ils voulaient et quand cela leur plaisait?

13 Témoin H (interprétation): Oui, ils pouvaient entrer dans le camp.

14 Question: Quelles étaient les blessures sur le corps de Fikret?

15 Réponse: Autant que je m'en souvienne, il avait une petite blessure au

16 niveau de la tête, mais il me semble que ses lésions étaient plutôt

17 d'ordre intérieur plutôt. Il avait l'air complètement fracturé. Je crois

18 qu'il a eu des vomissements. C'était comme de l'eau, quelque chose de

19 jaune. Et le lendemain, il est décédé devant le pavillon n2.

20 Question: Vous avez dit hier que vous l'avez enveloppé de couverture pour

21 le sortir devant l'entrée du pavillon n2?

22 Réponse: Oui, devant le pavillon n2.

23 Question: Vous avez dit qu'il est décédé devant?

24 Réponse: Oui.

25 Question: Est-ce que vous avez dit qu'il était mort dans vos bras?

Page 1896

1 Réponse: Non, il n'était pas dans mes bras.

2 Question: Pourquoi avez-vous dit dans votre déclaration auprès des

3 pouvoirs bosniens, page 3: "qu'il était tout fracturé et qu'il était mort

4 dans mes bras"?

5 Réponse: C'est qu'il est mort vraiment enveloppé de cette couverture, au

6 moyen de laquelle nous l'avons emporté dehors et, pratiquement, c'était

7 dans mes bras.

8 Question: Vous avez fait mention de Saban Elezovic?

9 Réponse: Oui.

10 Question: Cet homme a-t-il été tué?

11 Réponse: Oui.

12 Question: Depuis quand savez-vous que cet homme a été tué?

13 Réponse: Cet homme était de mes voisins.

14 Question: Est-ce possible que, hier pour la première fois, vous ayez dit

15 que cet homme avait été tué, alors que vous étiez à quatre reprises à

16 déposer, à parler avec les enquêteurs du Bureau du Procureur, y compris

17 cette rencontre en date du 13 mars de cette année?

18 Réponse: Cet homme a été tué.

19 Question: N'avez-vous pas considéré comme important lors de la déclaration

20 faite par vous en 1995, lors de la conversation avec notre collègue Mundis

21 l'autre jour, de dire que cet homme a été tué?

22 Réponse: Oui, mais j'avais à répondre, comme c'est le cas maintenant, à

23 des questions qui me sont posées.

24 Question: Voulez-vous dire par là, à nous tous ici devant ce prétoire,

25 qu'il est possible qu'à un haut professionnel qui vous a enquêté, que cet

Page 1897

1 homme n'a pas été tué et ce qu'il était advenu de lui?

2 Réponse: Non, mais cet homme a été bien tué.

3 Question: Dans votre déclaration, vous êtes très précis pour dire qu'il

4 avait une blessure au niveau de la main, qu'elle était plâtrée, et que

5 c'est Cupo qui lui a asséné un coup sur l'épaule à droite, tant que celle-

6 ci n'a pas été fracturée?

7 Réponse: Oui.

8 Question: Est-ce que c'est à ces blessures-là qu'il a succombé?

9 Réponse: Non. Comme je vous ai déjà dit, M. Kajin l'a pris en voiture pour

10 l'emmener à l'hôpital. Je ne sais pas à quel moment il était de retour

11 plus tard. Il était sorti de l'hôpital.

12 Question: Pourquoi ne l'avez-vous pas dit?

13 Réponse: Dans mes déclarations, j'ai dit que cet homme-là était tué et

14 comment il a été tué.

15 Question: Cela veut-il dire que tous ceux qui vous ont interrogé jusqu'à

16 maintenant n'étaient pas en mesure d'entendre ou n'ont pas voulu entendre

17 ce que vous venez de dire?

18 Réponse: Je ne peux pas le dire. Mais en tout cas, je vous dis maintenant

19 que cet homme Elezovic a été tué.

20 Question: L'homme nommé Mesic a été battu par qui?

21 Réponse: J'ai été clair dans ma déclaration. Il était battu par Cupo.

22 Peut-être que cet homme était un petit peu derrière nous.

23 Question: Je vous en prie, je vous ai demandé par qui il a été battu. Il

24 ne faut pas s'étendre trop dans les détails dans toute cette histoire.

25 Réponse: Il a été battu par Cupo.

Page 1898

1 Question: Pourquoi, dans votre déclaration donnée au Bureau du Procureur

2 en 1995, vous avez dit qu'il a été battu par Faca et vous n'avez pas fait

3 mention de Cupo?

4 Réponse: Oui, parce que Faca, lui aussi, c'était un des visiteurs

5 permanents.

6 Question: Savez-vous que l'homme a été frappé par Faca ou savez-vous

7 seulement et uniquement que Faca était un des visiteurs permanents et que

8 tout ce qui s'était passé peut être dû à Faca, à Banovic, à Kondic? Ou

9 est-ce que, avec précision, vous savez qui l'a frappé, quand et comment?

10 Réponse: Oui, il y avait Faca, il y avait Banovic là aussi.

11 Question: Vous avez fait mention hier du nom de Zigic?

12 Réponse: Oui, lui aussi, il venait.

13 Question: Où se trouvait Duca à ce moment-là?

14 Réponse: Je ne peux pas le savoir avec précision.

15 Question: Quelles étaient les blessures de Mesic?

16 Réponse: Il avait les blessures au niveau de la tête.

17 Question: Lorsque Zigic a donné des coups de tir sur le toit du pavillon,

18 qui a été touché?

19 Réponse: Un homme a été touché par ces tirs. Je crois que son nom de

20 famille était Jakupovic, je ne suis pas sûr, mais je sais que cette balle

21 l'a atteint à la jambe.

22 Question: Pourquoi avez-vous dit aux autorités bosniennes que cet homme

23 était Hodzic et qu'il était de Kelja(?)?

24 Réponse: Je ne me souviens pas l'avoir dit ainsi parce que, de toute

25 façon, je ne pouvais pas connaître tous ces gens-là, si nombreux qu'ils

Page 1899

1 étaient.

2 Question: Le jour après le massacre devant la pièce n3, vous avez dit

3 qu'on vous a autorisé à aller aux toilettes ce matin? Est-ce vrai?

4 Réponse: Oui.

5 Question: Qu'avez-vous vu en sortant de la pièce?

6 Réponse: Vous vous référez à ce soir-là, le soir du massacre?

7 Question: Oui, bien sûr, c'est à cela que je me réfère.

8 Réponse: J'ai vu, devant la salle, des gens morts. Parce que j'ai dû faire

9 vite pour aller aux toilettes, pour être de retour.

10 Question: Vous n'avez peut-être pas pu compter combien de gens il y avait?

11 Réponse: De cinq à six.

12 Question: Vous avez dit avoir vu Kajin ce matin également?

13 Réponse: Oui, M. Kajin.

14 Question: Je vous demande si oui ou non?

15 Réponse: Si.

16 Question: Vous avez dit au Bureau du Procureur qu'il était venu, qu'il

17 savait qu'il y avait un massacre et qu'il demandait si quelqu'un voulait

18 aider un petit peu à s'occuper de ce qui s'était passé. Et qu'il ne

19 forçait personne?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Combien d'hommes ont été tués ce jour-là, c'est-à-dire cette

22 nuit-là?

23 Réponse: Comme je l'ai dit: on a fait sortir deux hommes de ma pièce, qui

24 devaient charger ces corps. Et ces deux-là m'ont dit qu'il devait y avoir

25 de 160 à 200 personnes.

Page 1900

1 Question: Pourquoi avez-vous dit au Bureau du Procureur qu'il y avait

2 exactement 186 corps?

3 Réponse: Oui, je l'ai dit. Mais j'ai dit clairement que j'avais entendu

4 dire par ces gens-là qui les ont chargés qu'il s'agissait de ce chiffre-

5 là. Mais je n'ai pas dit que ce chiffre devait être exact. Ce n'est pas

6 moi qui les ai chargés.

7 Question: Est-ce que vous les avez comptés, les corps de ces hommes

8 malheureux?

9 Réponse: Non, pas moi. Mais ces deux autres hommes-là, qui étaient obligés

10 de charger leurs corps, ils les ont comptés.

11 Question: Pourquoi vous nous donnez toujours, toutes les fois où l'on vous

12 interroge, vous donnez toujours des chiffres différents?

13 Témoin H (interprétation): J'ai été tout à fait clair pour dire que j'ai

14 vu devant la salle de cinq à six corps lorsque je me précipitai vers les

15 lavabos. Je ne disais pas évidemment avoir vu le reste. Il s'agit de Sivac

16 Bahrija et Sivac Hazim qui ont chargé ces corps, et qui ont dit qu'il

17 s'agissait d'autant de corps. Si le chiffre est exact, ça je ne peux pas

18 le savoir.

19 M. le Président (interprétation): Maître Petrovic, à ce sujet, son

20 témoignage est clair parce que son témoignage est basé sur ce qu'on lui a

21 dit. Et n'insistez plus.

22 M. Petrovic (interprétation): Je suis tout à fait d'accord et vous en

23 remercie, Monsieur le Président.

24 Au sujet de l'homme qui a été liquidé par "Faca", dites-nous comment tout

25 cela s'est passé?

Page 1901

1 Témoin H (interprétation): A l'entrée même de la salle 2, il y avait un

2 grand tonneau qui nous servait pour que nous puissions évidemment faire

3 nos besoins. Le soir, cet homme-là était sur ce tonneau. Et "Faca" était

4 venu. Et, à une distance d'un mètre et demi d'eux, il m'a dit: "Ecoute,

5 toi, policier de Kozarac, de Brdjanin, etc." Je ne sais pas. Il a proféré

6 des mots comme ça, il a tiré tout sèchement et il l'a tué.

7 Question: Combien de fois a-t-il tiré?

8 Réponse: Une fois, je pense.

9 Question: Où l'a-t-il touché?

10 Réponse: Il faisait nuit. Mais je crois qu'il l'a touché au niveau, enfin,

11 de la cage thoracique.

12 Question: Lorsque vous dites "qu'il faisait nuit", est-ce que cela veut

13 dire que vous ne pouviez pas voir clairement?

14 Réponse: Je l'ai vu clairement parce que c'était à une distance de trois

15 ou quatre mètres de moi.

16 Question: Pourquoi avez-vous dit que tout ceci se passait de nuit?

17 Réponse: Je vous ai dit aussi qu'il faisait nuit. Aujourd'hui même, je le

18 dis. Mais c'était à une distance de deux ou trois mètres par rapport à

19 moi.

20 Question: Connaissez-vous l'homme qui s'appelle Sakib Sivac?

21 Réponse: Oui, de vue. Peut-être, oui. Vaguement.

22 Question: Etait-il lui aussi dans la même pièce que vous?

23 Réponse: Oui, les gens de Sivci, de Trnopolje, ils y étaient tous. Par

24 conséquent, il se peut qu'il y ait été lui aussi.

25 Question: Est-ce que, à en juger d'après le fait que les habitants du

Page 1902

1 village Sivci étaient là, l'homme qui s'appelle Sivac était là, lui aussi?

2 Réponse: Non.

3 Question: Hier, vous avez dit: "Je pense qu'il s'agissait de l'équipe de

4 Kajin". Cela veut-il dire qu'encore aujourd'hui, vous n'en êtes pas encore

5 tout à fait certain?

6 Réponse: Vous vous référez à cet épisode-là où les gens ont été emmenés,

7 charriés?

8 Question: Non, non, non. Je pense au meurtre de cet homme-là, sur le

9 tonneau.

10 Réponse: Je sais que c'est "Faca" qui l'a liquidé.

11 Question: Mais je pense que vous n'êtes pas tout à fait sûr que tout ceci

12 se passait du temps de l'équipe de Kajin?

13 Réponse: Si je l'avais dit ainsi, je sais également que l'autre a été

14 liquidé par "Faca".

15 Question: Par conséquent, vous n'êtes pas tout à fait certain que tout

16 ceci s'est passé du temps de l'équipe des gardes de Kajin?

17 Réponse: Peut-être que oui.

18 Question: Peut-être oui ou peut-être non?

19 Réponse: Vous m'avez demandé clairement de vous dire si "Faca" avait

20 liquidé cet homme en question. J'ai dit que oui, mais je ne peux pas être

21 sûr pour savoir dire, maintenant surtout, s'il s'agissait de l'équipe de

22 Kajin, maintenant.

23 Question: Vous avez dit que tout ceci a eu lieu, vous l'avez dit devant le

24 Bureau du Procureur, que cela a eu lieu, ce meurtre a eu lieu, à la suite

25 du massacre devant la pièce n3?

Page 1903

1 Réponse: Oui.

2 Question: Pourquoi dans votre déclaration aux autorités bosniennes, vous

3 avez dit que cela s'est produit le même soir où Sikirica a tué un homme, à

4 savoir un jour avant le massacre de la pièce n3?

5 Réponse: Je vous ai dit clairement, je peux vous dire quand j'ai été

6 tabassé moi. Mais si je ne vous dis pas très exactement si l'homme a été

7 liquidé ce jour-là ou le jour de la veille, est-ce que cela veut dire

8 quelque chose pour vous?

9 M. Petrovic (interprétation): Je suis tout à fait d'accord avec vous pour

10 savoir que ceci peut être important ou pas important. Mais cette Chambre

11 d'instance doit être en mesure de constater avec précision quoi s'est

12 passé dans cette pièce-là et en quel moment. Voilà ce que je vous demande.

13 M. le Président (interprétation): Est-ce que vous comptez terminer le

14 contre-interrogatoire avant la suspension d'audience?

15 M. Petrovic (interprétation): Je ferai de mon mieux pour terminer mon

16 contre-interrogatoire avant la suspension d'audience. Je n'ai que trois ou

17 quatre questions. Je vous prie de patienter encore un peu.

18 Je voudrais vous poser quelques questions liées à la situation où vous

19 avez été mis aux sévices. Vous avez dit hier que, lorsque Banovic vous a

20 tabassé, vous avez eu une fracture du nez. Est-ce que c'est exact?

21 Témoin H (interprétation): Non. J'ai dit qu'une dent m'a été cassée de ma

22 mandibule. Et c'était tout.

23 Question: Vous avez dit que c'était une fracture du nez?

24 Réponse: Non, non, non. J'étais clair pour dire qu'il s'agissait d'une

25 dent cassée. Ce dont on peut se rendre compte en regardant encore la

Page 1904

1 cicatrice aujourd'hui.

2 Question: Vous avez dit à l'enquêteur du Bureau du Procureur que vous avez

3 compris que Banovic voulait vous porter un coup de couteau dans le thorax

4 et que vous avez essayé de vous protéger moyennant vos mains?

5 Réponse: Oui, par instinct, par ma main gauche que j'ai portée sur mon

6 thorax.

7 Question: Pourquoi est-ce que vous avez dit devant les autorités

8 bosniennes que vous avez soulevé les bras pour protéger votre tête?

9 Réponse: Mais cela me semble logique qu'on veuille se protéger la tête

10 d'abord.

11 Question: A quel moment Kajin était-il venu: avant que vous avez été

12 poignardé par Banovic ou après?

13 Réponse: Lorsque Kajin est arrivé au portail. Mais il n'était pas encore

14 entré dans l'enceinte. Je ne sais plus pour quelle raison. Est-ce qu'il a

15 eu peur, Banovic, ou pas? Mais en tout cas, lorsqu'il a vu Kajin arriver,

16 il m'a poignardé, il m'a fait une entaille sur le bras et, évidemment, il

17 m'a donné l'ordre de regagner ma pièce.

18 Question: Vous avez dit dans la déposition que c'est l'arrivée de Kajin

19 qui vous a sauvé?

20 Réponse: Oui, je crois que l'arrivée de Kajin m'a sauvé la vie.

21 Question: Encore une question seulement au sujet de la personne qui

22 s'appelle Emsud Bahonjic: êtes-vous certain d'avoir été au moment où, à

23 Keraterm, cet homme a été tué?

24 Réponse: Oui.

25 Question: Etes-vous sûr avoir vu personnellement que cet homme a été passé

Page 1905

1 à tabac?

2 Réponse: Oui. Et tué.

3 Question: Savez-vous qu'il existe des hommes, des preuves du fait que cet

4 homme a perdu la vie par accident, vingt jours avant que vous ne veniez à

5 Keraterm?

6 Réponse: Non.

7 Question: Combien de fois a-t-il été passé à tabac?

8 Réponse: A plusieurs reprises.

9 Question: Combien de fois exactement?

10 Réponse: Trois ou quatre fois.

11 Question: Pourquoi avez-vous dit au Bureau du Procureur qu'il a été passé

12 à tabac à cinq reprises?

13 Réponse: Cela se peut. J'ai déjà dit que je n'étais quelquefois même pas

14 en mesure de préciser à quel moment j'ai été passé à tabac moi-même.

15 Question: Vous avez dit qu'à cette époque-là, le chef des gardes était

16 Kajin. Comment le saviez-vous?

17 Réponse: J'ai dit qu'au moment où je suis venu au camp -je ne sais plus

18 combien de jours se sont écoulés-, M. Kajin était le chef des gardes,

19 qu'il a été démis de ses fonctions -il me semble, d'après moi-, du fait

20 qu'il a tout simplement emmené les gens à l'hôpital.

21 Question: Comment savez-vous que le soir où Emsud a été passé à tabac, que

22 le chef des gardes était Kajin?

23 Réponse: Parce que c'étaient les gens de Kajin qui montaient la garde à

24 cette époque-là.

25 Question: Quels étaient ces hommes-là?

Page 1906

1 Réponse: On sait bien qui étaient les hommes de la relève de Kajin,

2 c'étaient les Banovic, les gens que je connais.

3 Question: Vous avez dit tout à l'heure que les gens de Banovic venaient

4 tout le temps. Peu importe quel était le temps de leur tour de garde?

5 Réponse: Oui, ils pouvaient venir quand ils voulaient.

6 Question: Comment savez-vous qu'ils étaient, enfin, de garde cette nuit-

7 là, ce soir-là?

8 Réponse: Mais ils pouvaient venir quand ils voulaient. Par conséquent, ce

9 soir-là aussi.

10 Question: Mais comment savez-vous que, lorsque Emsud Bahonjic a été

11 tabassé, les gens de Banovic étaient venus?

12 Réponse: Parce que c'était justement leur ronde.

13 Question: Et sur la base de quoi vous vous en souvenez?

14 Réponse: Ecoutez, si vous avez deux frères jumeaux, l'un qui pouvait

15 venir, enfin quand cela leur plaisait, je sais que l'un d'eux était dans

16 les gardes de Banovic. L'un d'eux se trouvait à la réception, c'est-à-dire

17 principale, au portail; l'autre, à l'autre point d'accueil qui se trouvait

18 à Livade.

19 Question: Je vous ai demandé comment vous saviez avec précision qu'il

20 s'agissait de la relève et de la ronde des gens de Kajin?

21 Réponse: J'ai dit que ces gens-là, quand ils venaient pour tabasser les

22 gens, n'étaient pas de garde; tout simplement ils venaient dans le camp,

23 sélectionnaient les gens, leur ordonnant de sortir pour les tabasser tout

24 simplement.

25 Question: Mais vous avez dit que "Cupo" a été battu par Duca et Zigic?

Page 1907

1 Réponse: Oui.

2 Question: Cela veut dire qu'ils n'étaient pas de garde, qu'ils n'étaient

3 là que pour passer à tabac tous ces gens-là?

4 Réponse: Mais je vous ai dit que je les ai vus monter la garde!

5 Question: Comment avez-vous pu voir qu'ils étaient des gardes?

6 Réponse: Ecoutez, ici, ma salle est n2, une grande salle, et

7 puis il y avait une porte qui n'est pas vraiment une porte: c'est une

8 porte grillagée et, à travers les barreaux, on pouvait tout voir.

9 Question: Mais je vous demande justement ce qui s'est passé ce soir-là.

10 Réponse: C'est de cela que je vous parle dans mes réponses.

11 Question: Connaissez-vous un homme qui s'appelle Adnan Bahonjic?

12 Réponse: Comment?

13 Question: Adnan Bahonjic: ce nom vous est-il familier?

14 Réponse: Non.

15 Question: Dans une déclaration faite par cet homme au Bureau du Procureur,

16 à ses enquêteurs, il dit entre autres: "En date des 7, 8 et 9 juillet,

17 quatre personnes ont été emmenées au camp. Entre autres, mon neveu Emsud

18 Bahonjic, né en 1962. On l'a emmené dans la pièce n2."

19 Puis après, il continue dans sa déclaration pour relater comment Emsud a

20 été hospitalisé, que là-bas on a juste jeté un regard distrait sur lui,

21 puis a été ramené. Deux ou trois jours plus tard, après avoir été ramené

22 de l'hôpital, Emsud était décédé. Avez-vous un commentaire à faire là-

23 dessus?

24 Réponse: Oui. Je sais qu'Emsud était au camp au moment où j'y étais moi.

25 Question: Savez-vous qu'il y a une preuve du fait qu'Emsud Bahonjic a été

Page 1908

1 hospitalisé et emmené à l'hôpital en date du 15 juin?

2 Témoin H (interprétation): Non, je ne le sais pas.

3 M. le Président (interprétation): Je vous en prie, faites en sorte que

4 votre contre-interrogatoire soit achevé, présentation de cette pièce à

5 conviction.

6 M. Petrovic (interprétation): Vous dites que vous n'étiez pas dans le camp

7 de Keraterm lorsque Emsud Bahonjic a été tué?

8 Témoin H (interprétation): C'est, me semble-t-il, votre opinion à vous.

9 M. Petrovic (interprétation): Je n'ai plus de question pour ce témoin,

10 Monsieur le Président.

11 M. le Président (interprétation): Merci, Monsieur Petrovic.

12 Je crois que nous nous approchons de l'heure de la suspension d'audience.

13 C'est ce que nous allons faire maintenant.

14 Maître Vucicevic procédera au contre-interrogatoire après la suspension

15 d'audience.

16 Monsieur le Témoin H, nous allons faire une suspension d'audience jusqu'à

17 11 heures 30. Je vous prie de ne parler avec personne au sujet de ce que

18 vous faites ici, non plus qu'aux conseils de la défense.

19 (L'audience, suspendue à 11 heures, est reprise à 11 heures 37.)

20 M. le Président (interprétation): Maître Vucicevic, vous avez la parole.

21 Excusez-moi, avant de poursuivre, j'ai omis de dire que le Greffe donnera

22 les cotes pour les pièces qui ont été présentées par Me Petrovic.

23 M. Petrovic (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

24 Mlle Ameerali (interprétation): La déclaration du témoin en date du 15 et

25 du 16 janvier 1995 sera la pièce D3/2.

Page 1909

1 M. le Président (interprétation): Nous entendons l'interprétation en BCS,

2 me semble-t-il.

3 M. Rodic (interprétation): Monsieur le Président, il me semble que le BCS

4 s'est déplacé du sixième canal au quatrième.

5 M. le Président (interprétation): Est-ce que cela marche bien à présent?

6 Mlle Ameerali (interprétation): Je reprends alors. La déclaration du

7 témoin du 15 et du 16 janvier 1995 portera la pièce D3/2. La déclaration

8 du témoin en date du 3 novembre 1994 sera la pièce à conviction de la

9 défense D4/2. La déclaration du témoin qui porte le n023/2, en date du 8

10 décembre 1994, sera la pièce de la défense D5/2. La pièce suivante est la

11 déclaration du témoin portant le n0123/3 sera la pièce D6/2. La

12 déclaration du témoin sans date, dont l'angle supérieur droit porte le

13 n0068 de la version anglaise, portera la cote D7/2. Le document qui

14 contient cinq signatures du témoin H portera la cote D8/2.

15 M. le Président (interprétation): Merci.

16 Monsieur Mundis?

17 M. Mundis (interprétation): [expurgée]

18 [expurgée]

19 [expurgée]. Donc il s'agit d'une déclaration qui a été préparée

20 par l'enquêteur du Bureau du Procureur. Je ne pense pas qu'il y a eu des

21 dépositions données par ce témoin confirmant ses propos figurant dans ces

22 déclarations, d'une manière ou d'une autre.

23 Nous avons donc une objection à ce sujet, au sujet de la pièce D7/2.

24 M. le Président (interprétation): Monsieur Mundis, nous allons nous

25 pencher sur cette question à un autre moment.

Page 1910

1 Maître Vucicevic, vous avez la parole.

2 (Contre-interrogatoire du témoin H par Me Vucicevic.)

3 M. Vucicevic (interprétation): Monsieur le Témoin H, je m'appelle Dusan

4 Vucicevic. Je suis avocat de Chicago et je représente Dragan Kolundzija.

5 Je sais que vous avez déposé pendant longtemps et vous avez dit ce matin

6 -je vous cite en langue bosnienne-: "Je sais que j'ai été passé à tabac

7 mais je ne me rappelle pas les jours exacts où j'ai été passé à tabac."

8 Cependant, puisque près de neuf ans se sont passés depuis, il est donc

9 difficile de vous rappeler les jours où vous avez été passé à tabac. Il

10 est vraisemblable que nombre d'autres faits ne sont pas des choses dont

11 vous pouvez être sûr. Etes-vous d'accord avec ce que je viens de dire?

12 Témoin H (interprétation): (Hors micro.)

13 Question: Très brièvement, permettez-moi de vous dire quelque chose. Pour

14 chacune des réponses au sujets desquelles vous n'êtes pas sûr, dites-le

15 puisqu'il est inutile de vous étendre, d'ajouter quoi que ce soit. Et si

16 l'on peut procéder ainsi, on en aura terminé en quinze ou vingt minutes.

17 Réponse: Oui.

18 Question: Monsieur le Président, puisque la réponse à la question

19 précédente, à la question disant qu'il a été battu, que le témoin a été

20 battu par les Banovic n'a pas été consignée au compte rendu d'audience. Je

21 demanderai au témoin de répondre encore une fois à cette question.

22 Réponse: Oui, les Banovic m'ont battu. Banovic Cupo m'a battu et je

23 connais cette date: c'était le 30 juillet. On m'a fait sortir également en

24 d'autres occasions, mais je ne me souviens pas de dates. C'est ce que j'ai

25 dit hier.

Page 1911

1 Question: Est-il exact que vous ne vous rappelez pas à combien de reprises

2 on vous a battu. Puisque si vous aviez su ces dates, vous les auriez

3 données avant?

4 Réponse: Je me rappelle donc le 30. On m'a fait sortir également une autre

5 fois. J'ai dit que j'ai été battu pendant l'interrogatoire quand je suis

6 arrivé, donc cela fait plusieurs fois.

7 Question: Pouvez-vous dire à la Chambre, s'il vous plaît, où vous avez

8 travaillé et quels ont été vos emplois après votre service militaire?

9 Réponse: Ce que j'ai dit clairement, c'est que j'étais rattaché à l'armée.

10 Question: Vous voulez dire à la JNA?

11 Réponse: Oui.

12 Question: Quand vous avez terminé votre service militaire au sein de la

13 JNA?

14 Réponse: Oui.

15 Question: Qu'avez-vous fait jusqu'au 10 juillet 1992, dans quelles

16 sociétés avez-vous travaillé et quels étaient vos emplois?

17 Réponse: J'ai travaillé à Sanicani au "Riboprodukt", puis j'ai travaillé à

18 la sécurité de Zagreb, puis "Jugolinija" de Rijeka. J'ai travaillé chez un

19 particulier à Prijedor. J'ai travaillé dans une boutique où on vendait des

20 boulettes de viande. J'ai travaillé aussi à Ljubljana en Slovénie.

21 Question: Avez-vous travaillé à d'autres endroits, mis à part ceux que

22 vous venez de dire?

23 Réponse: Oui, j'ai travaillé au poste militaire Precko(?) de Zagreb et

24 puis chez d'autres particuliers qui avaient des établissements de

25 restauration.

Page 1912

1 Question: Avez-vous travaillé dans d'autre sociétés appartenant à l'Etat

2 ou en propriété sociale et que vous ne l'auriez pas encore cité?

3 Réponse: A Sisak, à Graditelj, une entreprise de bâtiment.

4 Question: Et puis une autre entreprise de Prijedor, n'est-ce pas?

5 Réponse: Oui, "Riboprodukt" de Sanicani.

6 Question: Autrement dit, vous n'avez jamais travaillé dans un atelier de

7 charrettes de Prijedor?

8 Réponse: Non.

9 Question: Vous est-il arrivé de vous y rendre?

10 Réponse: Non.

11 Question: Hier, quand vous avez déposé, le Procureur vous a posé la

12 question suivante, je cite depuis le compte rendu d'audience, je donnerai

13 lecture en anglais:

14 "-Question: Témoin, vous rappelez-vous l'une quelconque des odeurs qu'on

15 pouvait sentir dans le camp ce soir-là?

16 -Réponse: Oui, on a pu sentir l'odeur du gaz lacrymogène. Le gaz

17 lacrymogène a été balancé sur eux et il a une odeur spécifique. Cela vous

18 pique les yeux et la muqueuse et les nerfs."

19 Monsieur l'huissier, pourriez-vous présenter l'album de photographies au

20 témoin, s'il vous plaît?

21 (L'huissier s'exécute.)

22 Monsieur le Témoin H, vous avez une photographie sous vos yeux. Choisissez

23 la photographie où l'on voit le mieux la pièce n2 et la pièce n3, s'il

24 vous plaît?

25 Réponse: Oui, je le montrerai, mais avant tout, ce camp...

Page 1913

1 (Maître Vucicevic interrompt le témoin.)

2 Question: Excusez-moi, telle n'était pas ma question. Veuillez répondre à

3 mes questions et on en aura terminé plus rapidement.

4 Réponse: La pièce n1, ici il y avait la pièce n2, la pièce où on

5 distribuait le pain. Puis, c'est ici que devrait se trouver la pièce n3,

6 derrière la pièce n2 et derrière les WC.

7 Question: D'après vos souvenirs, quelle est la distance entre les pièces 2

8 et 3?

9 Réponse: Oui, 20 à 30 mètres à peu près.

10 Question: 40 mètres peut-être?

11 Réponse: Je pense une trentaine de mètres.

12 Question: Est-il exact que la pièce n3 et la pièce n4 se jouxtaient? Il

13 n'y avait qu'un mur entre les deux?

14 Réponse: Oui. Je ne suis pas rentré dans la pièce n3, pas plus que dans

15 la pièce n4, donc je ne peux pas vous donner de réponse exacte.

16 Question: Nous n'avons plus besoin de cette pièce sur le rétroprojecteur,

17 merci.

18 (L'huissier s'exécute.)

19 Quand vous avez déposé hier, en répondant aux questions du Procureur, vous

20 ne nous avez pas dit ce qui vous a permis de reconnaître l'odeur du gaz

21 lacrymogène?

22 Réponse: Ce que j'ai dit, c'est qu'on pouvait sentir l'odeur du gaz

23 lacrymogène.

24 Question: S'il vous plaît, pourriez-vous répondre directement à mes

25 questions? Je vous pose des questions sur la base de ce qui est consigné

Page 1914

1 au compte rendu d'audience, c'est tout.

2 Réponse: Oui, j'ai senti l'odeur du gaz lacrymogène.

3 Question: Ma question est la suivante: afin de pouvoir reconnaître l'odeur

4 du gaz lacrymogène, vous auriez nécessairement dû ressentir cette même

5 odeur auparavant?

6 Réponse: Oui, dans l'ex-armée populaire yougoslave.

7 Question: Où avez-vous fait votre service militaire obligatoire au sein de

8 la JNA?

9 Réponse: C'était à Novi Sad et à Belgrade.

10 Question: Vous avez dit que vous avez fait votre service militaire dans

11 une unité de sapeurs-pompiers. Est-ce exact?

12 Réponse: Oui.

13 Question: Pouvez-vous nous décrire votre formation de base au sein de

14 cette unité?

15 Réponse: Pendant mon service militaire?

16 Question: Oui.

17 Réponse: Pendant mon service militaire à la JNA, tout d'abord on devait

18 suivre un entraînement réservé à l'infanterie de fantassins. C'est ce que

19 j'ai fait à Novi Sad pendant trois ou quatre mois.

20 Puisque j'étais sorti d'une école de pompiers, après cette formation, pour

21 ceux qui n'avaient pas de qualification, il y avait un cours de pompiers

22 qui durait à peu près 40 jours. Puis, par la suite, on nous envoyait dans

23 d'autres villes. On était assigné dans d'autres villes.

24 Question: Afin de corriger le compte rendu d'audience, vous avez dit que

25 votre formation de base a duré 40 jours -quatre, zéro- et non 7 jours

Page 1915

1 comme cela a été interprété. Est-ce exact?

2 Réponse: Jusqu'à 40 jours de formation de sapeurs-pompiers au sein de la

3 JNA.

4 Question: Merci. Autrement dit, après avoir été assigné ailleurs, vous

5 n'avez plus suivi de formation?

6 Réponse: Non, j'ai fait mon service militaire à Belgrade dans une unité de

7 sapeurs-pompiers.

8 Question: Où avez-vous eu l'occasion pour la première fois, dans l'armée,

9 de sentir l'odeur du gaz lacrymogène?

10 Réponse: C'était à Novi Sad, pendant que je suivais cet entraînement de

11 fantassin.

12 Question: Donc, c'était une formation de base qui était réservée à tous,

13 qui n'était pas une formation de sapeurs-pompiers?

14 Réponse: Comme je l'ai déjà dit, il y avait d'abord une formation réservée

15 aux fantassins pour les conscrits. Puis, après cette formation réservée

16 aux fantassins, on nous a répartis différemment.

17 Question: Monsieur le Témoin H, pourriez-vous, s'il vous plaît, vous

18 concentrer et répondre à mes questions?

19 Ma question était la suivante: pendant cette formation de base de

20 fantassin, avez-vous eu l'occasion de sentir l'odeur du gaz lacrymogène

21 pour la première fois?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Décrivez-moi les circonstances?

24 Réponse: C'était la formation tactique. Lorsqu'on nous emmenait sur les

25 polygones, on nous donnait des masques. Puis, habituellement, vous savez

Page 1916

1 comment sont les soldats, on sortait les bouchons, donc on pouvait

2 ressentir l'odeur du gaz lacrymogène. Par ailleurs, il faut savoir que

3 cette odeur est quelque chose qui persiste pendant longtemps. Elle vous

4 pique la gorge et le nez, donc elle persiste même après le moment où a été

5 déclaré cette alerte nucléaire.

6 Question: Vous rappelez-vous les noms de vos commandants, commandants de

7 peloton, pendant votre formation?

8 Réponse: Je pense que c'était un gars qui s'appelait Bosko, je n'en suis

9 pas sûr, et qui venait de Derventa. Il était à la tête de la section.

10 Quant au commandant du bataillon, c'était le capitaine Simic.

11 Question: Vous rappelez-vous le nom et le prénom, en fait le prénom de M.

12 Simic?

13 Réponse: Je ne me rappelle pas le prénom du capitaine Simic. Il portait un

14 uniforme bleu, donc ce n'était pas un uniforme vert olive. Il a été changé

15 de poste. Et l'uniforme bleu, c'était celui que portaient les soldats qui

16 travaillaient dans les unités d'aviation.

17 Question: Pouvez-vous donner le mois et l'année où vous avez suivi ces

18 exercices, où on vous a emmené sur le polygone, où vous avez pu sentir

19 l'odeur du gaz lacrymogène?

20 Réponse: C'est le 6 janvier 1982 que j'ai suivi mon service militaire et

21 donc c'était en hiver et au printemps que j'ai subi cet entraînement.

22 M. Vucicevic (interprétation): Donnez-nous, s'il vous plaît, le nom du

23 polygone où vous avez suivi cet entraînement?

24 Témoin H (interprétation): C'était une caserne.

25 M. May (interprétation): Maître Vucicevic, en quoi est-ce que cela

Page 1917

1 aidera la Chambre le fait de rentrer dans tous ces détails au sujet

2 d'événements qui se sont produits il y a vingt ans.

3 M. Vucicevic (interprétation): Je suis sûr que cela aidera la Chambre.

4 M. May (interprétation): Je n'en suis pas sûr du tout, je vous

5 prie de passer à un autre sujet.

6 M. Vucicevic (interprétation): Avec tous mes respects, le témoin B qui se

7 trouvait dans la pièce n4 a déposé à l'opposé.

8 M. May (interprétation): Le témoin vous a répondu amplement au

9 sujet de ses expériences, au sujet de ce qu'il a vécu. Vous êtes devant

10 des juges professionnels. Ce sont des juges professionnels qui constituent

11 cette Chambre. Il n'y a pas lieu de vous pencher sur les événements qui se

12 sont produits il y a si longtemps. Je pense que nous avons entendu les

13 points principaux au sujet de sa formation.

14 M. Vucicevic (interprétation): Je ne suis pas en train d'essayer de

15 contredire la Chambre, mais je voudrais vous préciser dans quel esprit je

16 poursuis avec ce genre de questions.

17 M. May (interprétation): Nous pouvons deviner quel est votre

18 objectif, mais je vous prie d'aborder les points, les événements qui sont

19 pertinents pour ce procès.

20 M. Vucicevic (interprétation): Si ce témoin s'est discrédité au sujet de

21 sa déposition au sujet du gaz lacrymogène, je suis tout à fait prêt à me

22 conformer à votre décision. Mais nous allons présenter ici, nous allons

23 citer ici des témoins qui vont déposer au sujet du fait qu'il n'y a jamais

24 eu ce genre d'entraînement suivi à ce site-là, donc là où le témoin dit

25 avoir suivi cette formation. Ce que j'essaye, c'est de présenter quel est

Page 1918

1 le fondement de cette déposition et de voir si le témoin va le corroborer

2 ou non.

3 M. May (interprétation): Vous allez citer des témoins qui vont

4 parler du gaz lacrymogène et de cette formation qui s'est produite il y a

5 vingt ans?

6 M. Vucicevic (interprétation): A l'endroit et au moment où ce témoin

7 déclare que cela s'est produit.

8 M. le Président (interprétation): Maître Vucicevic, j'ai entendu ce que

9 vous avez dit. Je pense que vous avez tout à fait présenté des fondements

10 nécessaires afin de pouvoir citer des témoins qui déposeront à l'opposé de

11 la déposition que nous avons entendue.

12 M. Vucicevic (interprétation): Je vous remercie, Monsieur le Président.

13 Monsieur le Témoin, vous avez été détenu dans la pièce n2 à Keraterm.

14 Est-ce exact?

15 Témoin H (interprétation): Oui.

16 Question: Vous rappelez-vous à quel moment le capitaine Cirkin a été amené

17 dans la pièce n2?

18 Réponse: Comme je l'ai déjà dit, je suis arrivé au camp le 9 juillet. Le

19 capitaine Cirkin Polje ne se trouvait pas sur place.

20 Question: D'autres détenus de la pièce n2 vous ont-ils dit pendant

21 combien de temps le capitaine Cirkin s'est trouvé là?

22 Réponse: J'ai entendu dire qu'il avait été là, mais pas dans la pièce n2.

23 Question: Mais vous ne savez pas dans laquelle des pièces il se trouvait:

24 1, 2, 3 ou 4, puisque vous même, personnellement, vous n'y étiez pas?

25 Réponse: Ce que je sais personnellement, c'est que, quand moi je me

Page 1919

1 trouvais dans la pièce n2, lui n'y était pas.

2 Question: Aux questions qui vous ont été posées pendant l'interrogatoire

3 principal, ou plutôt à la question suivante au sujet de Kole, on vous a

4 demandé: "Vous rappelez-vous à peu près combien de fois vous l'avez vu

5 avant votre arrivée au camp?" Et vous avez répondu: "Cela s'est produit à

6 plusieurs reprises en ville, mais je ne le fréquentais pas, je n'étais pas

7 proche avec lui. Je n'ai fait que le croiser. Je le connaissais de vue."

8 Fin de citation.

9 Réponse: Oui, c'est ce que j'ai déclaré.

10 Question: Dans la déclaration sous serment que vous avez donnée à

11 l'officier du ministère de l'Intérieur de la Republika Srpska de Bosnie-

12 Herzégovine, le 3 novembre 1994, vous avez déclaré -et je cite-:

13 "Kole a à peu près 35 ans. Il est grand, il a des cheveux marron foncé?

14 -Vous n'en êtes pas sûr?

15 -Si. Il a peut-être travaillé à "Kolska" de Prijedor, puisqu'il m'est

16 arrivé de le voir là-bas."

17 Réponse: Oui, c'est ce que j'ai dit puisque "Kolska" se trouvait près de

18 la gare ferroviaire. Et j'ai dit hier que je le voyais dans cette zone-là,

19 du côté de la gare ferroviaire et de la gare routière. C'est là que se

20 trouvaient ces cafés que je fréquentais.

21 Question: Au moment où vous avez déposé, dans le cadre de votre

22 interrogatoire principal, la question était la suivante: "Vous souvenez-

23 vous à quel moment vous l'avez rencontré en ville? Quels étaient les

24 endroits où vous l'avez rencontré?".

25 Votre réponse était la suivante: "Oui, j'avais l'occasion de le rencontrer

Page 1920

1 dans des cafés, à quelques reprises également à Prijedor, à la gare

2 ferroviaire et à la gare routière à Prijedor."

3 Ma question est la suivante: qu'est-ce que Kole a fait? Quel était son

4 travail? Où il a travaillé?

5 Réponse: J'ai déjà dit qu'il a travaillé à "Kolska", dans cette société

6 "Kolska". C'est ce que j'ai entendu dire. De toutes façons, je ne le

7 connaissais pas, je ne peux pas vous en dire plus.

8 Question: Monsieur le Témoin H, la question est tout à fait simple:

9 auriez-vous l'amabilité de m'y répondre? Qu'est-ce qu'il a fait, quelle

10 était son occupation? Si vous le savez; si vous ne savez pas, vous dites

11 non.

12 Réponse: Il buvait un verre, il était dans des cafés, sur des terrasses de

13 café.

14 M. Vucicevic (interprétation): Monsieur le Président, Messieurs les Juges,

15 je vais peut-être demander au Président d'insister pour que le témoin me

16 donne la réponse.

17 M. le Président (interprétation): Mais je pense qu'il a déjà essayé de

18 répondre à la question. Il vous a dit -c'est du moins ce que j'ai compris-

19 qu'il le voyait de temps à autre dans des cafés, à quelques endroits

20 également à Prijedor; il a parlé de la gare ferroviaire et de la gare

21 routière.

22 Monsieur le Témoin H, c'est maintenant moi qui vous pose la question: est-

23 ce que vous avez eu l'occasion de voir ce que M. Kole faisait? Est-ce que,

24 sur le plan professionnel, vous savez ce qu'il faisait à cette époque-là?

25 Si ce n'est pas le cas, vous nous dites que vous n'êtes pas au courant.

Page 1921

1 Témoin H (interprétation): Non, je ne savais pas, je ne savais pas où il

2 travaillait exactement.

3 M. le Président (interprétation): Maître Vucicevic, vous avez obtenu votre

4 réponse.

5 M. Vucicevic (interprétation): Vous avez prêté serment; c'est ce que vous

6 avez dit d'ailleurs. Vous dites que vous l'avez vu à "Kolska", dans cette

7 société. Vous n'avez pas dit que vous l'avez vu dans des cafés, que vous

8 l'avez rencontré dans la rue, que ce soit à la gare ferroviaire, à la gare

9 routière, mais vous avez bien précisé que vous l'avez vu dans cette

10 société "Kolska". Il s'agit d'une entreprise où il y avait beaucoup de

11 gens qui travaillaient. C'est là que vous avez dit que vous l'avez vu.

12 Par conséquent, la question que je me pose maintenant: c'est pourquoi vous

13 avez dit ça d'un côté? En novembre 1994, votre mémoire était beaucoup plus

14 fraîche, n'est-ce pas? Seulement deux ans après les événements dont il est

15 question actuellement, alors que maintenant neuf ans se sont écoulés.

16 Entre-temps, vous avez travaillé dans des localités différentes.

17 Je tiens à vous rappeler tout simplement qu'ici également, vous êtes

18 présent dans le prétoire pour dire la vérité, rien que la vérité. Par

19 conséquent, dites-nous ce que vous savez là-dessus.

20 Réponse: Oui, il est exact que je l'ai dit: il est possible qu'il ait

21 travaillé à "Kolska". Moi, je n'ai pas dit qu'il y a travaillé. Je pense

22 que c'est bien cela qui figure dans le compte rendu. Et dans ma

23 déclaration, je n'ai pas dit que je l'ai vu dans l'enceinte de cette

24 société. C'était très grand. J'ai dit: "Je pense qu'il a travaillé à

25 "Kolska"." C'est comme ça que je l'avais déclaré.

Page 1922

1 M. le Président (interprétation): Mais vous avez déjà l'explication. C'est

2 à nous, à la Chambre de prendre la décision en ce qui concerne

3 l'admissibilité ou non de cet argument, de cet élément.

4 Je vous en prie, poursuivez, Maître Vucicevic.

5 M. Vucicevic (interprétation): N'est-il pas vrai de dire qu'à Prijedor et

6 dans d'autres villes où vous étiez, quelqu'un qui répondait au nom de

7 Kosta pouvait être appelé de son surnom "Kole". Ou quelqu'un qui a le nom

8 de Kostic peut également répondre au surnom de "Kole"? Etes-vous bien

9 d'accord avec moi?

10 Témoin H (interprétation): Oui, tout à fait.

11 Question: Vous avez déposé en disant qu'il y avait beaucoup de gens qui

12 travaillaient à "Kolska". Par conséquent, il n'est pas impossible qu'il y

13 ait eu un autre Kole, un autre surnom "Kole"?

14 Réponse: Oui, mais j'ai dit que je l'ai vu à quelques reprises aux

15 environs de la gare ferroviaire et de la gare routière. Par conséquent, il

16 s'agit de cette personne-là, que j'ai vue également dans les cafés.

17 M. Vucicevic (interprétation): Monsieur le Témoin, n'est il pas vrai de

18 dire que les gens que l'on rencontre dans des cafés, dans les gares, à

19 Prijedor ou ailleurs, sont des gens qui sont quelque peu problématiques,

20 et notamment des alcooliques. En effet, en général, ces restaurants ou

21 cafés sont ouverts 24 heures sur 24.

22 M. le Président (interprétation): Je pense que M. Mundis voudrait dire

23 quelque chose.

24 M. Mundis (interprétation): Objection, s'il vous plaît. Ce n'est pas une

25 question pertinente: il ne faut pas poser de question de ce type.

Page 1923

1 M. Vucicevic (interprétation): Mais le témoin a dit qu'il avait l'occasion

2 de les rencontrer à ces endroits-là. On avait parlé également de Banovic

3 et on a dit que, la plupart du temps, Banovic se trouvait sur les mêmes

4 lieux. Par conséquent, je voulais tout simplement savoir si le témoin est

5 au courant ou non.

6 M. le Président (interprétation): Mais vous lui posez la question pour

7 savoir si ce sont des gens qui passent leur temps dans les cafés et vous

8 lui faites dire également que ce sont des gens qui sont problématiques,

9 que ce sont des gens également qui sont des alcooliques et que ce sont des

10 restaurants qui ne ferment pas du tout.

11 Par conséquent, Monsieur le Témoin H, c'est la question que je vous pose

12 maintenant: est-ce que vous avez pu voir quelque chose de ce type-là?

13 Témoin H (interprétation): Non, ce n'est pas vrai. Si c'est une gare

14 ferroviaire ou routière, il y avait des gens également qui voyageaient, il

15 y avait des cafés qui étaient très bien arrangés et il y avait des jeunes

16 également qui y venaient. Je ne peux pas dire que c'étaient tous des

17 alcooliques qui fréquentaient de tels types de cafés.

18 M. Vucicevic (interprétation): Est-ce que vous avez vu Cupo Banovic

19 également dans un de ces cafés, à "Kolska" par exemple, ou à la gare

20 ferroviaire?

21 Témoin H (interprétation): Comme je l'ai déjà précisé, moi, je n'avais

22 absolument pas accès à l'enceinte de "Kolska". En ce qui concerne Cupo

23 Banovic, j'ai eu l'occasion de le voir avant la guerre autour de l'express

24 et puis, probablement, également à la gare ferroviaire.

25 Question: Est-ce que vous avez vu Zigic dans ce café à la gare

Page 1924

1 ferroviaire?

2 Réponse: Zigic se trouvait un petit peu partout, dans tous les lieux.

3 Question: Je vous pose la question pour savoir si vous vous en souvenez ou

4 non. Je voulais savoir si vous l'avez vu sur ces lieux de manière très

5 concrète. Je vous pose la question.

6 Réponse: Non.

7 Question: Vous avez déposé hier et, lors de votre déposition, vous avez

8 dit que vous ne connaissiez pas ce monsieur que vous avez identifié dans

9 le prétoire. Vous avez dit que vous ne connaissiez pas ce nom avant

10 d'arriver à Keraterm. Vous avez également dit que vous l'avez croisé, en

11 passant?

12 Réponse: Oui, c'est exact.

13 Question: Vous avez déclaré hier également que vous l'avez vu pendant les

14 trois semaines pendant lesquelles vous étiez dans le camp. Vous avez dit

15 que vous avez pratiquement pu le rencontrer une fois sur deux jours, si

16 les portes étaient ouvertes. C'est ce que vous avez dit hier lors de votre

17 interrogatoire principal. Est-ce exact?

18 Réponse: Oui. S'il s'agissait de son équipe, bien évidemment, je pouvais

19 le voir. Moi, je ne voyais pas M. Kole venir régulièrement et surtout pas

20 quand il ne s'agissait pas de son équipe.

21 Question: Bien sûr, nous sommes d'accord là-dessus. Cependant, j'aimerais

22 vous poser une autre question: Kole n'était pas là tous les jours, au

23 cours des trois semaines, pendant votre séjour à Keraterm, n'est-ce pas?

24 Vous vous en souvenez?

25 Réponse: Non, mais j'ai été tout à fait clair: je ne sais pas comment les

Page 1925

1 équipes prenaient les relèves. Ce que j'ai dit, c'est que pratiquement, il

2 y avait tous les jours des équipes qui se relayaient. J'ai dit que je le

3 voyais au moment où il était de service pendant son équipe.

4 Question: Mais je tiens à mettre l'accent sur un autre point. Vous ne vous

5 souvenez pas si Kole a passé trois semaines tous les jours à Keraterm;

6 c'est de cela que je parle. Vous ne vous souvenez pas de ce détail?

7 Réponse: Le 9 juillet, je suis arrivé au camp et, jusqu'à la fermeture, le

8 démantèlement du camp, quand son équipe était de service, il y était. Par

9 conséquent, j'ai eu l'occasion de le voir.

10 Question: Après le 24 juillet, et jusqu'au moment où Keraterm a été

11 démantelé, vous l'avez vu à combien de reprises, s'il vous plaît?

12 Réponse: Je ne peux pas le dire exactement. J'ai dit, chaque fois que son

13 équipe était de service, je l'ai rencontré; si j'étais à l'extérieur bien

14 évidemment.

15 Question: Alors, puis-je dire qu'on pourrait conclure de ce que vous venez

16 de dire, qu'entre le 24 juillet jusqu'au 5 août, vous n'avez pas eu

17 l'occasion de le voir? Pas une seule fois?

18 Seriez-vous d'accord avec moi? Je parle donc de la période du 24 juillet

19 jusqu'au 5 août.

20 Réponse: Non, je ne suis pas d'accord avec vous.

21 Question: Nous parlons de dix jours qui se sont écoulés entre le 24

22 juillet et le 5 août. Vous avez dit précédemment qu'il y avait des

23 relèves, des équipes tous les deux jours. Donc, vous l'avez vu cinq fois

24 pendant la période de votre séjour à Keraterm; est-ce que bien ça?

25 Réponse: J'ai dit que j'avais l'occasion chaque fois que son équipe était

Page 1926

1 de service. Sinon je ne peux pas vous parler des relèves. Je ne m'en

2 souviens pas.

3 Question: Entendu. Revenons au moment où quelqu'un vous a dit pour la

4 première fois: "Tiens, c'est Kole". J'aimerais savoir le nom de la

5 personne qui vous l'a dit, si vous vous souvenez. Si vous ne vous souvenez

6 pas, ce n'est pas grave; vous dites que vous ne vous souvenez pas.

7 Réponse: Comment, devant cette Chambre, puis-je le dire parce que, jusqu'à

8 maintenant...

9 Question: Monsieur le Témoin H, on ne va pas avancer. Vous voyez que la

10 Chambre demande qu'on avance le plus possible. Par conséquent, je vous

11 demande de répondre à la question que je vous ai posée: est-ce que vous

12 vous souvenez qui vous a dit que c'était Kole? Si vous ne vous souvenez

13 pas, ce n'est pas grave. Je vais vous poser une deuxième question.

14 Réponse: Mais c'étaient les détenus qui étaient avec moi et moi-même, je

15 l'ai connu au niveau de l'accueil.

16 Question: Ce n'est pas la réponse à la question que je vous ai posée. Nous

17 pouvons poursuivre.

18 Ni à cette époque-là ni maintenant, vous ne pouvez pas nous dire le nom de

19 la personne qui vous a dit: "Tiens, c'est Kole"?

20 Réponse: Moi-même, j'ai eu l'occasion de faire sa connaissance devant la

21 réception, devant le poste de pesage.

22 M. Vucicevic (interprétation): Mais, Monsieur le Témoin H, ce n'est pas la

23 réponse à ma question.

24 Je n'ai plus de question, Monsieur le Président, Messieurs les Juges.

25 Merci.

Page 1927

1 M. le Président (interprétation): Merci, Maître Vucicevic.

2 Monsieur Mundis, auriez-vous d'autres questions à poser?

3 M. Mundis (interprétation): Non. Quand on parle de D3/2 jusqu'à la pièce

4 D7/2, ces pièces devraient être versées au dossier sous scellés.

5 M. le Président (interprétation): Oui, absolument, ce sera ainsi. Nous

6 allons bien évidemment également prendre en considération toutes les

7 observations qui viennent de votre part et notamment au sujet du document

8 D7/2.

9 Monsieur le Témoin, vous avez terminé votre déposition. Vous pouvez

10 disposer.

11 Témoin H (interprétation): Merci.

12 (Le témoin H est reconduit hors du prétoire.)

13 (Audience publique.)

14 (Questions relatives à la procédure.)

15 M. le Président (interprétation): Oui, Monsieur Ryneveld?

16 M. Ryneveld (interprétation): Monsieur le Président, avant d'introduire le

17 nouveau témoin, nous sommes parfaitement conscients que l'accusation se

18 doit d'examiner la question des mesures de protection.

19 En ce qui concerne le témoin suivant, c'est un témoin qui a déjà déposé

20 dans d'autres affaires. Il avait déposé dans les audiences publiques. Mais

21 depuis, malheureusement, les circonstances ont changé, depuis 1996, au

22 moment où il était venu la première fois pour témoigner. C'est la raison

23 pour laquelle on lui a accordé un pseudonyme. Maintenant, il nous demande

24 des mesures de protection.

25 Nous avons essayé de lui donner des explications, de lui dire également

Page 1928

1 quelles sont les difficultés que nous avons quand nous demandons les

2 mesures de protection. Nous avons attiré son attention également sur le

3 fait que la Chambre nous a demandé qu'on travaille en audience publique le

4 plus possible. Mais le témoin insiste.

5 Et je me réfère là à l'Article 75 (B): il est possible de demander le huis

6 clos partiel, justement pour donner des explications plus précises

7 concernant les mesures de nature à empêcher la divulgation d'un certain

8 nombre d'informations, etc.

9 Moi, j'en ai parlé avec des collègues hier. Ils m'ont dit qu'il n'y aurait

10 pas d'objection. Mais ce matin, un des collègues de la défense, une fois

11 de plus, avait dit qu'en 1996, ce témoin témoignait en audience publique

12 et c'est la raison pour laquelle il va soulever l'objection. Par

13 conséquent, je propose qu'on cite le témoin, que lui vous donne des

14 explications, que lui vous explique les raisons pour lesquelles il demande

15 que la Chambre accorde les mesures de protection, ce qui n'était pas le

16 cas au moment où il avait témoigné en 1996. Sinon, il ne va pas vouloir

17 témoigner.

18 M. le Président (interprétation): Mais, Monsieur Ryneveld, pourriez-vous

19 nous dire dans quel sens les circonstances ont changé?

20 M. Ryneveld (interprétation): Oui, Monsieur le Président, Messieurs les

21 Juges. Vous n'êtes pas sans savoir qu'en 1996, la situation politique

22 n'était pas la même en Bosnie qu'aujourd'hui; donc l'ambiance n'était pas

23 la même. Actuellement, il y a les rapatriements, les retours des gens. Ces

24 derniers temps, des tentatives également en vue de faire revenir les gens

25 dans des régions d'où ils sont partis.

Page 1929

1 Dans ce cas concret, le témoin en question, ainsi que son père, ont

2 l'intention de retourner dans le pays, dans un mois ou deux mois. Puis il

3 y a également sa famille, les cousins qui reviennent. C'est la raison pour

4 laquelle il est quelque peu préoccupé: il ne voudrait pas qu'on sache dans

5 l'opinion publique qu'il est revenu pour témoigner dans le Tribunal. Vous

6 n'êtes pas sans savoir qu'actuellement, avec toutes les possibilités des

7 mass media, cela se saurait.

8 C'est la raison pour laquelle il demande, étant donné qu'il a l'intention

9 de retourner dans ce secteur, qu'il ne voudrait ne pas avoir la sécurité,

10 il ne voudrait pas mettre en question la sécurité des membres de sa

11 famille et la sienne propre.

12 Il s'agit d'un témoin clé pour le Bureau du Procureur. C'est la raison

13 pour laquelle j'ai évoqué cet élément: changement de climat général. En

14 1996, le climat était totalement différent. Ces gens-là ne pensaient même

15 pas qu'ils allaient pouvoir retourner dans le pays. Non seulement ils

16 peuvent mais ils y reviennent. Il y a même leur famille, les membres de

17 leur famille qui retournent dans le pays.

18 M. le Président (interprétation): Maître Petrovic?

19 M. Petrovic (interprétation): La défense de Damir Dosen soulève une

20 objection pour des raisons que je vais essayer d'argumenter.

21 Première raison: il s'agit du témoin qui avait témoigné deux fois, en

22 juillet 1996 et en novembre 1996. Il a déposé sans aucune mesure de

23 protection en déclinant son identité complète. En 1996, la situation en

24 Bosnie, il est vrai, était totalement différente, parce que maintenant,

25 elle est nettement meilleure. Il y a des milliers, des milliers de gens

Page 1930

1 qui retournent dans cette région. A Kozarac, des maisons ont été

2 construites. Les gens vivent sans aucun problème; ils n'ont absolument pas

3 de difficulté.

4 La situation a été changée, mais dans le sens positif. Par conséquent, le

5 témoin qui a témoigné dans l'affaire Tadic n'a jamais eu de problème, même

6 s'il avait déposé en audience publique comme je l'ai dit et sans mesure de

7 protection. Par ailleurs, il va soulever, il va incriminer très gravement

8 notre client. Nous, on ne dispose pas de tous ces éléments. Etant donné

9 qu'il s'agit d'incriminations très graves, nous considérons qu'il veut

10 maintenant, en essayant de demander les mesures de protection, cacher ce

11 qu'il a l'intention de dire concernant notre client.

12 Huit ans après, il parle de Keraterm pour la première fois, d'une manière

13 extrêmement détaillée. Nous avons des doutes très, très grands et nous

14 pensons que ce témoin a des raisons particulières pour déposer avec des

15 mesures de protection comme le Bureau du Procureur le propose.

16 C'est la raison pour laquelle je vous demande une fois de plus -nous avons

17 également dit hier exactement la même chose-: qu'il faudrait que ce témoin

18 dise tout ce qu'il a à dire, comme il l'a fait également dans le cadre de

19 l'affaire Tadic. Et je vous dis que s'il y a des choses qui sont

20 dramatiques et qu'il veut évoquer, qu'il les dise en public. C'est son

21 droit et il faut qu'il le dise.

22 Merci, Monsieur le Président.

23 M. le Président (interprétation): Maître Vucicevic?

24 M. Vucicevic (interprétation): Moi, je ne peux que me joindre à ce qui a

25 été dit par mon confrère. D'un autre côté, également, de soulever

Page 1931

1 l'objection au sujet de ce que je viens d'entendre par mon confrère du

2 Bureau du Procureur.

3 Mais ce que je tiens également à vous rappeler, c'est que j'avais déjà

4 attiré l'attention sur le fait qu'il y a une peur rationnelle et une peur

5 irrationnelle. Cette Chambre essaie en quelque sorte de rechercher la

6 vérité et, en même temps, de soigner les blessures. Par conséquent, on ne

7 peut pas parler de menace en permanence, selon lesquelles, si jamais on

8 n'accorde pas les mesures de protection, le témoin ne voudra pas déposer,

9 etc.

10 Ce n'est pas de cette manière-là qu'il faudrait se comporter: il faut

11 absolument rendre possible à quelqu'un de parler en public et ne pas se

12 cacher derrière les mesures de protection. Parce qu'il se cache au fond.

13 Je vous rappelle également le Statut et les articles du Statut qui nous

14 obligent à un témoignage et des dépositions publics.

15 M. le Président (interprétation): Merci, Maître Vucicevic.

16 Maître Londrovic?

17 M. Londrovic (interprétation): Je me conforme complètement à ce qui a été

18 dit par Me Petrovic et Me Vucicevic: nous sommes absolument contre la

19 protection de ce témoin.

20 M. le Président (interprétation): Monsieur Ryneveld?

21 M. Ryneveld (interprétation): Je voudrais juste éclaircir un point, et

22 puis il y a un point que je n'ai pas soulevé.

23 Mon confrère me fait dire que, soi-disant, j'avais demandé aussi bien la

24 déformation des traits du visage que la déformation de la voix. On lui

25 avait déjà garanti le pseudonyme; c'est un point qui était déjà réglé.

Page 1932

1 Mais il y a un autre point dont je n'ai pas parlé: au moment où l'on

2 discute s'il s'agit d'une peur rationnelle ou pas, raisonnable ou pas,

3 parce qu'il n'a pas peur seulement pour lui-même mais il a peur aussi pour

4 les membres de sa famille, à mon avis, il faut quand même prendre en

5 considération le fait qu'il y a un certain nombre d'accusés encore en

6 liberté. Par conséquent, il a peur pour lui et sa famille.

7 M. le Président (interprétation): Mais, Monsieur Ryneveld, est-ce que le

8 témoin a été clair? Est-ce qu'il avait dit qu'il allait retourner dans le

9 pays?

10 M. Ryneveld (interprétation): Je n'ai pas parlé personnellement avec le

11 témoin, mais j'ai parlé avec les membres de l'équipe qui ont parlé avec ce

12 témoin. Ce qui m'a été dit, c'est que son père a l'intention ferme de

13 retourner d'ici quelques mois dans le pays. Et ce témoin également, dans

14 un proche avenir, a l'intention d'y retourner.

15 Je ne peux pas dire ce que ceci veut dire dans un proche avenir, je ne

16 peux pas spéculer ici devant vous. Ce que je peux bien évidemment, c'est

17 vous proposer de faire une pause et ensuite, c'est la Chambre qui peut lui

18 poser la question à laquelle il vous donnerait une réponse plus précise.

19 M. le Président (interprétation): Mais quand est-ce qu'il était pour la

20 dernière fois ici?

21 M. Ryneveld (interprétation): Comme M. Petrovic l'a dit, c'était en 1996

22 dans l'affaire Tadic. J'ai des dates précises.

23 M. le Président (interprétation): Cela nous suffit, on va se consulter.

24 (Les Juges se consultent sur le siège.)

25 Faites introduire le témoin et c'est la Chambre qui va lui poser des

Page 1933

1 questions.

2 M. Ryneveld (interprétation): Pourrions-nous travailler à huis clos

3 partiel?

4 M. le Président (interprétation): Oui. On va travailler à huis clos.

5 (Audience à huis clos.)

6 [expurgée]

7 [expurgée]

8 [expurgée]

9 [expurgée]

10 [expurgée]

11 [expurgée]

12 [expurgée]

13 [expurgée]

14 [expurgée]

15 [expurgée]

16 [expurgée]

17 [expurgée]

18 [expurgée]

19 [expurgée]

20 [expurgée]

21 [expurgée]

22 [expurgée]

23 [expurgée]

24 [expurgée]

25 [expurgée]

Page 1934

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page 1934 expurgée audience à huis clos partiel.

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 1935

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page 1935 expurgée audience à huis clos partiel.

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 1936

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page 1936 expurgée audience à huis clos partiel.

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 1937

1 [expurgée]

2 [expurgée]

3 [expurgée]

4 [expurgée]

5 [expurgée]

6 [expurgée]

7 [expurgée]

8 [expurgée]

9 (L'audience, suspendue à 12 heures 50, est reprise à 14 heures 20.)

10 (Audience publique.)

11 M. le Président (interprétation): Madame Baly, vous avez la parole. Avez-

12 vous le témoin?

13 Mme Baly (interprétation): Oui, nous avons le témoin, il est ici. Je vous

14 prie de faire entrer Anto Tomic.

15 (Le témoin, M. Anto Tomic, est introduit dans le prétoire.)

16 M. le Président (interprétation): Le témoin peut-il lire la déclaration

17 solennelle?

18 M. Tomic (interprétation): Je déclare solennellement que je dirai la

19 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

20 M. le Président (interprétation): Veuillez vous asseoir.

21 (Le témoin s'assoit.)

22 (Interrogatoire principal du témoin, M. Anto Tomic, par Mme Baly.)

23 Allez-y, Madame Baly.

24 Mme Baly (interprétation): Votre nom est-il Anto Tomic? Etes-vous Croate

25 d'appartenance ethnique?

Page 1938

1 (Le témoin acquiesce.)

2 M. le Président (interprétation): Monsieur Tomic, pourriez-vous vous

3 rapprocher du micro, s'il vous plaît? Avancez la chaise.

4 Mme Baly (interprétation): Etes-vous né le 1er janvier 1958? Avant la

5 guerre, viviez-vous dans la ville de Ljubija?

6 M. Tomic (interprétation): Oui.

7 Question: Est-il vrai que Ljubija avait à peu près 12.000 habitants?

8 Réponse: Oui.

9 Question: La ville de Ljubija se situe à l'extérieur de Ljubija même sur

10 la route allant à Prijedor, est-ce exact?

11 Réponse: Je n'ai pas compris votre question.

12 Question: Excusez-moi. Viviez-vous à Donja Ljubija?

13 Réponse: Non, à Gornja Ljubija.

14 Question: Est-il vrai qu'avant la guerre, il y avait à peu près 50% de

15 Croates, 30% de Musulmans et 20% de Serbes vivants à Ljubija?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Est-il vrai que les villages alentours étaient entièrement

18 croates?

19 Réponse: Oui.

20 Question: Monsieur Tomic, en 1996, après avoir été diplômé de l'école

21 secondaire de Ljubija, avez-vous fait votre service militaire dans la JNA

22 en 1981?

23 Réponse: Oui.

24 Question: Pendant un certain temps, avez-vous été stationné à Belgrade?

25 Réponse: Pendant toute la période, j'étais à Belgrade.

Page 1939

1 Question: Et c'était une période qui a duré à peu près un an?

2 Réponse: Oui.

3 Question: En 1983, êtes-vous retourné à Prijedor et avez-vous commencé à

4 travailler dans un atelier à Prijedor? Et l'année d'après, avez-vous

5 trouvé un emploi dans la société des Mines d'Omarska?

6 Réponse: Oui.

7 Question: Avez-vous travaillé là-bas jusqu'au début de la guerre, à savoir

8 jusqu'au mois de mai 1992?

9 Réponse: Oui.

10 Question: En 1991 et 1992, avez-vous reçu quatre appels de mobilisation?

11 Réponse: Oui.

12 Question: Monsieur Tomic, est-il vrai que vous n'avez pas répondu à ces

13 mobilisations?

14 Réponse: C'est exact.

15 Question: Pour quelle raison?

16 Réponse: Il fallait aller dans une sorte de guerre, alors que moi j'étais

17 hostile à cette guerre.

18 Question: Votre unité de réserve, vous a-t-on dit où elle allait être

19 déployée?

20 Réponse: Oui, il a été dit qu'elle était destinée à défendre la Bosnie, à

21 la frontière de la Bosnie, qu'elle allait être déployée le long de la

22 frontière.

23 Question: En fait, c'est cela qui s'est passé, pour autant que vous le

24 sachiez?

25 Réponse: Non, ce n'est pas tout à fait cela qui s'est passé. En fait, mon

Page 1940

1 unité a été envoyée sur le théâtre d'opérations, en Croatie, pour la

2 plupart à Lipik et à Pakrac.

3 Question: Monsieur Tomic, est-il vrai que vous étiez favorable au Parti

4 réformiste d'Ante Markovic?

5 Réponse: Oui, lors des élections uniques qui ont eu lieu en Bosnie-

6 Herzégovine, j'ai voté pour le Parti réformiste de Markovic.

7 Question: Pouvez-vous nous dire quel était le programme politique de ce

8 parti?

9 Réponse: Eh bien, tout était basé sur l'économie. C'était moins un

10 programme et un parti politique et c'était plus un parti économique.

11 Question: Est-il vrai que ce parti n'a pas eu beaucoup de voix lors des

12 élections, en 1991 et en 1992?

13 Réponse: Dans toute la Bosnie-Herzégovine, pour autant que je le sache,

14 ils ne l'ont emporté qu'à Tuzla. Par ailleurs, en fait, ils n'ont eu que

15 très peu de voix aux élections.

16 Question: Merci. A présent, peut-on passer au 30 avril 1992? Est-ce la

17 date où la municipalité de Prijedor, où dans cette municipalité le pouvoir

18 a été pris par les Serbes?

19 Réponse: Oui. Le 30 avril, le parti SDS a pris le pouvoir dans la

20 municipalité.

21 Question: Vous-même, étiez-vous à Ljubija ce jour-là? Et si oui, que

22 faisiez vous?

23 Réponse: Le soir en question, j'étais dans un café. Et vers 10 heures, des

24 policiers sont venus; ils ont dit qu'on allait fermer, qu'il fallait

25 quitter le café, que c'était le couvre-feu. C'étaient les premières choses

Page 1941

1 que j'ai apprises qui m'ont permis de savoir qu'il y avait un changement

2 de pouvoir dans la municipalité.

3 Question: Le couvre-feu était en place à partir de 10 heures du soir:

4 c'est cela?

5 Réponse: Oui.

6 Question: Avez-vous également pu remarqué qu'il y avait beaucoup d'unités

7 militaires dans cette zone?

8 Réponse: Pas plus que d'habitude.

9 Question: Avez-vous pu remarquer quoi que ce soit, à ce moment-là, au

10 sujet des armes? Quelle était la situation concernant les armes?

11 Réponse: Puisqu'il y avait des mobilisations sans arrêt, les gens

12 retournaient chez eux du théâtre des opérations, du front et ils

13 recevaient des armes; on donnait des armes, on donnait des armes à

14 différents groupes de personnes. Nombre de personnes étaient armées. Il y

15 avait des armes partout.

16 Question: Plus particulièrement, quel groupe recevait des armes?

17 Réponse: Les armes étaient données à des Serbes.

18 Question: Avez-vous pu remarquer des armes lourdes dans cette région?

19 Réponse: A Ljubija, très concrètement, non. Non.

20 Question: Et dans les villages alentour, dans les environs de Ljubija?

21 Réponse: Pendant cette période, on n'avait plus le droit d'aller où que ce

22 soit. Donc je ne sais pas ce qui passait dans les villages; je le sais

23 simplement d'après ce que j'ai entendu dire, d'après ce qu'on racontait.

24 Question: Vous avez dit que le couvre-feu a été déclaré et qu'il fallait

25 le respecter à partir de 10 heures du soir. Vous-même, l'avez vous

Page 1942

1 respecté?

2 Réponse: Non.

3 Question: Avez-vous pris part à des manifestations contre ce couvre-feu?

4 Réponse: Oui, tous les soirs. On s'organisait et on se promenait pendant

5 30 minutes, 35 minutes. Mais cela a duré jusqu'à ce qu'on nous disperse,

6 jusqu'à ce que la police nous disperse.

7 Question: Qui a organisé, qui a pris part à ces marches? Est-ce qu'il y

8 avait un lien entre ces manifestations et un parti politique, quel qu'il

9 soit?

10 Réponse: Non, il n'y avait pas de parti politique. Personne n'a organisé

11 ça, on l'a fait spontanément. Tous les soirs, c'était les mêmes personnes,

12 les jeunes filles de Ljubija qu'on fréquentait, avec qui on sortait. Et

13 pour l'essentiel, c'étaient les gens qui fréquentaient ce café où l'on se

14 voyait tous les soirs. Et tous les soirs, on allait faire une promenade à

15 Ljubija; on était une vingtaine, une trentaine; ça dépendait.

16 Question: Je souhaite attirer votre attention sur la structure de la

17 police à Ljubija. Avant la prise de pouvoir, en grandes lignes, pouvez-

18 vous nous donner la structure de la police quant à l'appartenance ethnique

19 des policiers?

20 Réponse: Eh bien, puisque je n'avais pas beaucoup de contacts avec la

21 police, ce que je peux dire, c'est que la police qui était là avant, avant

22 la prise de pouvoir, en fait, est restée la même. Après, il y avait des

23 Musulmans, des Croates, des Serbes. Le commandant, le chef de la police

24 était toujours un Croate, Bjekic Branko.

25 Question: Saviez-vous quelque chose de la Défense territoriale et savez-

Page 1943

1 vous ce qui passait avec la Défense territoriale à l'époque?

2 Réponse: Eh bien, je ne savais rien de particulier. Je sais qu'ils étaient

3 là, qu'ils étaient installés dans l'ancienne école secondaire de Ljubija,

4 dans ce bâtiment-là de l'école.

5 Question: Monsieur Tomic, le 24 mai 1992, êtes-vous allé travaillé dans

6 les mines d'Omarska? Et y êtes-vous allé en prenant le car habituel?

7 Réponse: Oui. Seulement, on n'a pas emprunté le chemin qu'on empruntait

8 tous les jours.

9 Question: Pour quelle raison?

10 Réponse: On est arrivé à Prijedor par le chemin habituel. Puis, au lieu de

11 poursuivre par le chemin habituel, on a pris une déviation parce qu'il y

12 avait la raison qui a été citée, à savoir qu'il y avait des manifestations

13 qui étaient en train de se dérouler à Kozarac.

14 Question: Le soir en question, quand vous êtes retourné chez vous, avez-

15 vous appris qu'il y avait des coups de feu dans le village de Hambarine?

16 Réponse: Au retour d'Omarska, tout d'abord on ne nous a pas laissés

17 passer, on n'a pas laissé passer notre bus. On ne nous a pas laissés

18 passer vers Ljubija parce que, paraît-il, il y a eu des coups de feu à

19 Hambarine entre Ljubija et Prijedor, mais notre chauffeur a réussi à les

20 tromper et il a pris un autre chemin pour aller à Ljubija. En chemin, on a

21 entendu dire qu'il y a eu des échanges de feu entre la Défense

22 territoriale qui se trouvait au barrage en contrebas de Hambarine et les

23 soldats serbes. C'est ce que j'ai appris au cours de la soirée ce jour-

24 là.

25 Question: Etes-vous arrivé en toute sécurité à Ljubija en fin de compte?

Page 1944

1 Réponse: Oui. On a été arrêtés mais on est arrivés en toute sécurité.

2 Question: Et il me semble que ce soir-là quelqu'un est venu vous voir? Un

3 homme qui vous a dit que l'armée semblait être prête à attaquer. Est-ce

4 vrai?

5 Réponse: Non, cet homme n'est pas venu me voir. Mais ce soir-là, j'étais

6 dans ce café, un homme est venu de Donja Ljubija et il a dit qu'une

7 attaque était en train de se préparer, que l'armée était en mouvement et

8 qu'une attaque était en préparation.

9 Question: Et comment avez-vous réagi en apprenant cela?

10 Réponse: Avec quelques-uns de mes amis, je me suis préparé, j'ai enfilé

11 mon uniforme militaire et nous sommes partis pour Donja Ljubija. A mi-

12 chemin, on a été arrêtés par des membres de la Défense territoriale. Ils

13 nous ont empêchés de poursuivre notre chemin. Nous étions là, ils nous ont

14 emmenés dans le bâtiment de l'école. C'est là qu'ils nous ont installés.

15 C'est après qu'on a entendu les sirènes d'alarme et donc on est restés à

16 l'école.

17 Question: Et ce bâtiment d'école, il se situe à Ljubija, c'est ça?

18 Réponse: Oui.

19 Question: Peut-on parler de la mi-juin à présent? A ce moment-là, étiez-

20 vous toujours à Ljubija? Vous est-il arrivé quelque chose et, si oui,

21 quoi?

22 Réponse: Eh bien, je ne sais plus précisément. En fait, rien de spécial ne

23 s'est passé. Simplement, on ne pouvait absolument pas sortir de Ljubija.

24 Les lignes téléphoniques étaient coupées, on ne pouvait donc pas

25 communiquer avec l'extérieur. On n'avait aucun contact, ni avec Prijedor,

Page 1945

1 on ne pouvait pas du tout sortir. Les cars ne sortaient pas, on était

2 complètement isolés.

3 Question: Vers la mi-juin, une nuit, vous est-il arrivé quelque chose de

4 particulier?

5 Réponse: Oui, dans la nuit du 13 au 14 juin, il y a eu des gens qui sont

6 venus. En fait, j'ai été arrêté par des soldats serbes et ils m'ont

7 emmené. Ils m'ont arrêté dans mon appartement, chez moi.

8 Question: Saviez-vous qui étaient ces soldats serbes? Et, si oui, qui

9 étaient-ils?

10 Réponse: C'étaient mes voisins les plus proches. Il y en a eu deux qui

11 sont venus dans mon appartement: Djuric Radenko et l'autre, je n'arrive

12 pas à retrouver son nom.

13 Question: Où vous a-t-on emmené?

14 Réponse: Ils m'ont fait sortir de mon appartement et c'est là qu'attendait

15 une camionnette. Il y avait dedans 12 autres personnes qui avaient été

16 interpellées et arrêtées cette nuit-là. Ils nous ont emmenés tout d'abord

17 au stade de foot, du club de foot "Rudar", signifiant "Mineurs" dans la

18 langue d'origine. C'est là qu'ils nous ont fait patienter pendant quelque

19 temps, pendant une heure à peu près. Après, ils nous ont fait monter dans

20 des bus et ils nous ont emmenés à Keraterm.

21 Question: Ces autres prisonniers, ils étaient de quelle appartenance

22 ethnique, Monsieur Tomic?

23 Réponse: Des Musulmans et des Croates.

24 Question: Et comment les avez-vous trouvés? Avaient-ils l'air d'être en

25 bonne condition physique, en bonne santé?

Page 1946

1 Réponse: Eh bien, oui, sauf un qui, lui, avait été passé à tabac. Et ils

2 n'avaient pas de chaussures. L'un d'entre eux était en pyjama. Mais, mis à

3 part un homme, ils avaient tous l'air d'être en bonne santé.

4 Question: Au moment où vous êtes arrivé au camp de Keraterm, est-il vrai

5 que vous êtes resté à Keraterm jusqu'au 4 juillet?

6 Réponse: Oui.

7 Question: Et c'est le jour où on vous a transféré au centre de détention

8 d'Omarska?

9 Réponse: Oui.

10 Question: Monsieur Tomic, savez-vous qui était impliqué dans

11 l'organisation de ces arrestations des non-Serbes de l'endroit où vous

12 viviez?

13 Réponse: Il y avait plusieurs personnes qui arrêtaient, qui interpellaient

14 les gens. Et puis il y en avait d'autres qui dressaient des listes avec

15 des noms des personnes qu'il fallait emmener dans les camps.

16 Question: Savez-vous s'il y avait quelqu'un qui était responsable de ce

17 processus? Et, si oui , pouvez-vous nous citer son nom?

18 M. Tomic (interprétation): Ce que je sais, ce sont les gens qui

19 étaient à la tête de cette cellule de Ljubija. Ce sont eux qui sont

20 vraisemblablement responsables de ces listes qui ont été dressées, des

21 interpellations et des arrestations. Ce sont des gens que je connais de

22 Ljubija.

23 M. Vucicevic (interprétation): Objection, Monsieur le Président, Messieurs

24 les Juges.

25 Il me semble que Mme Baly aurait pu poser les fondements au sujet de la

Page 1947

1 manière dont le témoin a connu ces personnes-là. Je pense que c'est la

2 manière dont les fondements sont posés qui nous montrent la crédibilité du

3 témoin ou le manque de crédibilité.

4 M. le Président (interprétation): Mais c'est au témoin de dire s'il

5 connaissait qui que ce soit qui était responsable de ce processus et, si

6 oui, de nous dire qui est cette personne.

7 Pouvez-vous nous le préciser? Savez vous qui était responsable de ce

8 processus?

9 M. Tomic (interprétation): Je sais qui était en charge au sein de la

10 cellule de crise de Ljubija: c'était Taranjac.

11 M. le Président (interprétation): Poursuivez, Madame Baly.

12 Mme Baly (interprétation): Merci.

13 Monsieur Tomic, étiez-vous présent au moment où d'autres prisonniers sont

14 venus à Keraterm? Avez-vous vu d'autres prisonniers arriver à Keraterm?

15 M. Tomic (interprétation): Oui, tous les jours, de nouveaux prisonniers

16 arrivaient.

17 Question: Y avait-il une personne en particulier qui amenait ces

18 prisonniers à Keraterm?

19 Réponse: Le plus souvent, de la façon la plus fréquente, c'était l'homme

20 qu'on appelait Milan Curguz. Mais il y a eu d'autres policiers de Ljubija

21 aussi qui ont amené des prisonniers.

22 Question: Est-il vrai que vous êtes arrivé à Keraterm à 5 heures 30 du

23 matin, très tôt un jour?

24 M. le Président (interprétation): Monsieur Petrovic?

25 M. Petrovic (interprétation): Objection! Il me semble qu'il n'y a plus

Page 1948

1 lieu de poser des questions suggestives à partir du moment où le témoin

2 commence à aborder le sujet qui constitue les points importants de cette

3 affaire, qui nous intéressent en particulier.

4 M. le Président (interprétation): Madame Baly, nous commençons à aborder,

5 semble-t-il, des points qui seront contestés. Ne posez plus de questions

6 suggestives.

7 Mme Baly (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

8 Monsieur Tomic, à quel moment êtes-vous arrivé à Keraterm?

9 M. Tomic (interprétation): A Keraterm? On y est arrivés très tôt le matin,

10 vers 5 heures ou 5 heures et demie du matin.

11 Question: Pouvez-vous expliquer, très brièvement, ce qui s'est produit à

12 votre arrivée à Keraterm?

13 Réponse: Nous sommes arrivés devant l'entrée du camp. C'est là que nous

14 sommes descendus de la camionnette. A l'accueil, on a pris nos noms et il

15 nous a laissés entrer dans le camp, devant le bâtiment, devant le hall de

16 l'usine de Keraterm.

17 Question: Vous a-t-on détenus dans une pièce en particulier pendant votre

18 séjour à Keraterm? Si oui, quelle était cette pièce?

19 Réponse: Personne ne nous a rien indiqué de manière précise où l'on devait

20 s'installer, mais on nous a laissés aller là-bas et nous nous sommes

21 trouvé des places dans une pièce, dans la pièce n2.

22 Question: Etes-vous resté dans la pièce n2 pendant toute la durée de

23 votre détention à Keraterm?

24 Réponse: Non. Le premier jour, on était dans la pièce n2; le soir, on

25 nous a transférés dans la pièce n4. Et ainsi de suite plusieurs fois,

Page 1949

1 j'ai été transféré de la pièce n2 à la pièce n4; et retour.

2 Question: Pourquoi est-ce que cela s'est passé? Et comment se fait-il que

3 vous avez pu faire cela?

4 Réponse: Eh bien, la première nuit, on a passé la nuit dans le n4 et, le

5 lendemain, on s'est mis d'accord de retourner dans la pièce n2 parce

6 qu'on était plus en sécurité quand il y avait plus de personnes que d'être

7 isolés; c'était plus risqué.

8 Question: Monsieur Tomic, y avait-il d'autres personnes de Ljubija qui

9 étaient détenues à Keraterm? Et si oui, pouvez-vous indiquer à la Chambre

10 combien il y en avait?

11 Réponse: Eh bien, ce premier groupe de treize personnes arrivées le 14

12 juin, on doit dire qu'on a trouvé encore deux personnes qui avaient été

13 arrêtées auparavant: les gens de Ljubija qui avait été arrêtés à Prijedor.

14 Par la suite, tous les jours, de nouvelles personnes arrivaient. Donc, au

15 bout de trois semaines, on était 115.

16 Question: Comment savez-vous qu'il y avait 115 personnes de Ljubija, là-

17 bas?

18 Réponse: Parce que, la veille de notre départ de Keraterm, une liste a été

19 dressée et il y avait 115 noms de personnes originaires de Ljubija sur

20 cette liste.

21 Question: Monsieur Tomic, avez-vous pris part à la rédaction d'une

22 quelconque liste pendant que vous étiez à Keraterm, une liste de détenus?

23 Réponse: Oui, une fois, quand j'étais dans la pièce n2. L'un des détenus,

24 Anusic Milan, qu'on appelait "Nono", a reçu un cahier. Il a reçu l'ordre

25 de reprendre les noms de toutes les personnes qui étaient dans cette

Page 1950

1 pièce. Alors, il a écrit les noms de 250 personnes, puis il m'a demandé de

2 terminer la liste des personnes présentes dans cette pièce. Donc, j'ai

3 terminé cette liste et le dernier numéro était 396.

4 Question: Cet ordre, il émanait de qui? Et où est-ce qu'il a obtenu ce

5 cahier?

6 Réponse: Ce cahier et cet ordre de rédiger la liste, il les a reçus de

7 Kajin.

8 Question: Et qu'est-il advenu de cette liste?

9 Réponse: La liste, elle est restée tout le temps chez Anusic. Et selon les

10 besoins, lorsque l'un ou l'autre parmi les chefs d'équipe en avait besoin,

11 il cherchait dans ces listes. Car les gens se déplaçaient d'une pièce à

12 l'autre, ils se cachaient. Donc, c'est d'après ces listes qu'on les

13 cherchait, qu'on cherchait à localiser les personnes et ils contrôlaient

14 ces listes.

15 Question: Savez-vous ce qui est advenu de cette liste à la fin?

16 Réponse: Au bout de trois semaines, nous sommes partis de Keraterm. La

17 liste est restée à Keraterm. Je ne sais pas qui l'a gardée.

18 Question: Vous avez parlé d'un homme appelé Kajin. Il occupait quelle

19 position dans le camp?

20 Réponse: Pour autant que je sache, Kajin était l'un des chefs d'équipe.

21 Question: Il y avait combien de chefs d'équipe en tout? Et pouvez-vous

22 donner les noms des autres, s'il vous plaît?

23 Réponse: A l'époque, pendant que j'étais là-bas je connaissais Kajin,

24 Tomo, Kole. Kole, pour Sikirica, je ne sais pas ce qu'il était. Mais ce

25 nom-là, on l'a entendu, lui aussi, mais je ne sais pas concrètement,

Page 1951

1 précisément, s'il l'était ou non.

2 Question: Revenons maintenant à Kajin. Connaissez-vous le nom et le prénom

3 de cette personne?

4 Réponse: A l'époque, je ne le connaissais pas. J'avais juste entendu

5 Kajin, c'est comme cela que tout le monde l'appelait.

6 Question: Connaissiez-vous Kajin avant votre détention au camp?

7 Réponse: Non.

8 Question: Aujourd'hui, êtes-vous en mesure de décrire à la Chambre cet

9 homme qu'on appelait Kajin? Pouvez-vous décrire son aspect physique, ainsi

10 que les vêtements qu'il portait au camp?

11 Réponse: Kajin, il avait vers 24-25 ans à peu près. Il était grand, 1,85

12 mètre peut-être, allons jusqu'à 1,90 mètre. Je ne sais pas ce je peux

13 ajouter de plus. Je n'ai pas eu beaucoup de contacts avec lui. Je le

14 voyais tous les jours, mais comme je dis, je ne le connaissais pas avant.

15 Les seuls contacts que j'ai eus avec lui, c'était au camp.

16 Question: Il portait quels vêtements quand vous le voyiez au camp?

17 Réponse: Je pense qu'il portait un uniforme bleu de policier.

18 Question: Comment savez-vous, Monsieur Tomic, qu'il était chef d'équipe?

19 Réponse: D'après son comportement! Et également les clefs des pièces, des

20 dortoirs où on était enfermé, il les avait, il les portait sur lui. Il

21 verrouillait, déverrouillait, fermait, ouvrait ces pièces. Il donnait des

22 ordres à d'autres gardes. Et également d'après les histoires, d'après ce

23 que disaient les autres détenus que j'avais trouvés sur place quand je

24 suis arrivé.

25 Question: Monsieur Tomic, si vous voyiez l'homme qu'on appelle Kajin, si

Page 1952

1 vous le voyiez aujourd'hui, seriez-vous en mesure de le reconnaître?

2 Réponse: Je n'en suis pas sûr, je ne suis pas sûr de pouvoir le

3 reconnaître.

4 Question: Puis-je vous demander de revenir à la première journée, la

5 journée de votre arrivée au camp? Pouvez-vous nous dire ce qui s'est

6 produit ce jour-là?

7 Réponse: Ce jour-là, après notre arrivée, quand on a été répartis, quand

8 on s'est installés, vers 9 heures, 10 heures peut-être 11 heures, on était

9 devant ce hall. Puis, d'un coup, il y a eu une alerte, tout le monde s'est

10 enfui dans les pièces et nous aussi, les nouveaux arrivés, donc nous qui

11 nous étions installés dans le n2. Et ils ont crié: "Duca arrive!".

12 Donc Duca est arrivé, en compagnie d'un autre soldat. Ils sont allés

13 directement dans la pièce n2. Ils ont cherché un homme dont ils avaient

14 la pièce d'identité sur eux. C'est, paraît-il, lui qu'il cherchait parce

15 que cet homme aurait violé une Serbe. C'est sur place, à cet endroit,

16 qu'ils avaient trouvé sa pièce d'identité et c'est là qu'ils l'ont battu.

17 Quand ils en ont terminé avec lui, ils se sont mis à battre un homme

18 qu'ils appelaient "tireur embusqué". Cela a duré quelques minutes. Puis

19 ils sont sortis dehors et ils ont fait sortir des détenus qui se

20 trouvaient dans la pièce n3. Ils se sont mis à les battre eux, dehors,

21 devant le bâtiment.

22 Question: Ce Duca dont vous nous parlez, qui est-ce?

23 Réponse: Eh bien, lui aussi, c'était un soldat serbe qui venait souvent au

24 camp. Et chaque fois qu'il venait, des gens se faisaient passer à tabac et

25 se faisaient tuer. Enfin, je ne le connaissais pas personnellement, avant.

Page 1953

1 C'est là que je l'ai rencontré pour la première fois ou du moins, c'est là

2 que je l'ai vu pour la première fois.

3 Question: Vous avez parlé d'un autre soldat qui l'accompagnait: est-ce que

4 vous connaissez le nom de cet homme, de cet autre soldat?

5 Réponse: Non.

6 Question: Est-ce qu'au camp, il y avait un détenu qu'on désignait sous le

7 nom de "Singaporac"?

8 Réponse: Oui. "Singaporac" ou "le tireur embusqué". Parfois, ils

9 l'appelaient d'une façon et parfois d'une autre façon. Lui aussi, il était

10 dans la pièce n2 avec moi.

11 Question: Et que lui est-il arrivé à lui?

12 Réponse: Eh bien, quand je suis arrivé au camp, il était étendu dans un

13 coin, sur des palettes de bois. Tous, on sentait une horrible puanteur qui

14 émanait de lui. Il n'avait pas bougé pendant plusieurs jours, il avait été

15 sauvagement passé à tabac mais il était toujours vivant. Le premier jour

16 où Duca est venu, celui-ci a demandé, a exigé qu'il se mette debout mais

17 il n'a pas pu se mettre debout, il ne pouvait pas bouger. Alors Duca lui a

18 donné des coups de pied à plusieurs reprises et, un jour ou deux plus

19 tard, cet homme, ce "Singaporac", il est mort.

20 Question: Et qu'a-t-on fait de son corps?

21 Réponse: Le corps, on l'a enlevé; il est resté étendu devant le bâtiment

22 toute la journée, dans la direction de la pièce n3, là où il y avait des

23 caisses de bouteilles.

24 Question: Monsieur Tomic, précédemment, vous avez parlé de prisonniers de

25 la pièce n3 qui ont été passés à tabac par ce Duca. Est-ce que certains

Page 1954

1 des membres du personnel du camp étaient présents lorsque cet incident a

2 eu lieu?

3 Réponse: Dans le cadre de cet incident, pendant que Duca passait à tabac

4 ces gens-là, nous, on était tous enfermés à clef dans la pièce 2. On ne

5 pouvait qu'entendre ce qui passait dehors. Et après le départ de Duca,

6 quand ça s'est un petit peu calmé, on est tous sortis; j'ai vu d'autres

7 gardes, y compris Kajin.

8 Question: Et où avez-vous vu Kajin et que faisait-il?

9 Réponse: Il marchait parmi les détenus. Il était là, quelques minutes

10 après le départ de Duca et des autres. Les gens de la pièce n3 hurlaient

11 encore suite aux blessures qu'ils avaient subies. Mais lui, il était à

12 l'extérieur en compagnie des autres gardes.

13 Question: Précédemment, vous avez dit qu'on n'avait pas donné pour

14 instruction aux gens de s'installer dans telle ou telle pièce. Mais comme

15 cela se passait-il dans les pièces où vous étiez détenus et d'où venaient

16 les gens qui logeaient dans ces pièces?

17 Réponse: Eh bien, dans la pièce n2, vous aviez surtout des gens de

18 Prijedor. La majorité était de Puharska. Dans la pièce où j'ai passé le

19 plus de temps, c'est-à-dire la pièce n2, il y avait des gens de Kamicani,

20 de Kozarac, de Brdo. Et dans la pièce n3, c'était la même chose. Et quand

21 ils ont mis en place la pièce n4, plus tard, la majorité des détenus

22 étaient de Puharska. Et puis, il y avait quelques personnes de Ljubija.

23 Les gens de Ljubija étaient essentiellement dans les pièces 4 et 2.

24 Question: Vous nous avez dit précédemment que les prisonniers qui avaient

25 été passés à tabac par Duca venaient de la pièce n3.

Page 1955

1 J'ai une autre question à ce sujet: avez vous vu Duca faire autre chose à

2 ces prisonniers, à part les frapper?

3 Réponse: Eh bien, chaque fois, il sélectionnait deux hommes et il les

4 forçait à se frapper mutuellement, c'est-à-dire que les détenus devaient

5 se taper dessus.

6 Question: Afin que les choses soient bien claires, où vous trouviez-vous

7 quand cela s'est produit?

8 Réponse: Moi, j'étais dans la pièce n2. Et tout ceci se passait à

9 l'extérieur, à l'extérieur de la pièce n2, entre la pièce 2 et la pièce

10 n3.

11 Question: Est-ce que vous l'avez vu de vos yeux? Vous pouviez le voir?

12 Réponse: Je ne pouvais pas le voir, on ne pouvait pas le voir, mais on

13 pouvait tout entendre parce qu'entre eux et nous, il n'y avait qu'un mur.

14 Donc on était éloignés à peine de quelques mètres d'eux. On entendait donc

15 tout ce qui passait à travers la porte.

16 Question: Est-ce qu'un certain Drago Tokmadzic est devenu prisonnier au

17 camp, pendant votre séjour au camp?

18 Réponse: Dans les premiers jours qui ont suivi mon arrivée au camp, Drago

19 Tokmadzic, qui était policier à Prijedor et qui travaillait à Ljubija, il

20 amenait des prisonniers au camp avec Esad Islamovic. Et tous les jours,

21 enfin pas tous les jours mais régulièrement, il amenait des prisonniers de

22 Ljubija et les amenait à Keraterm, en tant que policier. Et puis un jour,

23 ces deux hommes sont revenus tous les deux; on pensait qu'ils amenaient de

24 nouveaux prisonniers mais en fait, ce jour-là, ce sont eux que l'on

25 amenait en tant que prisonniers!

Page 1956

1 Question: Est-il arrivé quelque chose à Drago Tokmadzic et Esad Islamovic,

2 après qu'on les a eu emmenés au camp en tant que détenus?

3 Réponse: Je ne me souviens pas si tout ça s'est passé le premier ou le

4 deuxième jour après leur arrivée. En tout cas, on les a placés dans la

5 pièce n4 et puis, un soir, on les a fait sortir. Pendant la nuit, Drago

6 Tokmadzic a été tué et Esad Islamovic s'est trouvé dans un état très grave

7 lui aussi, mais il a survécu. Mais cette nuit-là, Drago a été tué. Il a

8 succombé.

9 Question: Est-ce que vous avez vu ce qui leur est arrivé?

10 Réponse: La même chose qu'avant! J'ai écouté tout le temps tout ce qui

11 leur arrivait, tout ce qui se passait, comment on les passait à tabac. Je

12 n'ai pas vu, je n'ai pas pu voir.

13 Question: Est-ce que vous savez qui les a passés à tabac?

14 Réponse: Je ne peux vous répondre que comme précédemment. Je pouvais

15 uniquement entendre les voix. Il n'y a pas seulement moi, mais les autres

16 aussi qui étaient à côté de moi et qui écoutaient. Nous avons reconnu

17 Duca, Zigic et Banovic. Moi, j'ai pensé qu'il y avait également un autre

18 qui a participé à tout cela, quelqu'un de Brdo, mais je ne peux pas

19 l'affirmer avec certitude et personne n'a été en mesure de le confirmer

20 non plus.

21 Question: Vous avez parlé à la Chambre déjà de Duca. Mais en ce qui

22 concerne ce Zigic, est-ce que vous savez qui c'est et, si c'est le cas,

23 comment le connaissez-vous?

24 Réponse: En fait, la bonne prononciation, c'est Zigic. Alors Zigic, lui,

25 il était chauffeur de taxi à Prijedor. Je le connais de vue. Enfin, je ne

Page 1957

1 le connaissais pas personnellement, je ne le fréquentais pas vraiment,

2 mais je le connaissais.

3 Question: Et le Banovic dont vous nous avez parlé?

4 Réponse: Les Banovic, ce sont deux frères jumeaux qui travaillaient comme

5 gardes au camp. Il y a un des frères sur lequel je ne peux vraiment pas

6 dire de mal, mais en ce qui concerne l'autre frère, moi j'ai une

7 expérience assez déplaisante en ce qui le concerne.

8 Question: Brièvement, pouvez-vous nous décrire cet homme dont vous venez

9 de dire qu'il était plutôt déplaisant?

10 Réponse: Il était petit; il avait des cheveux assez longs. On l'appelait

11 "Cupo" parce qu'il était toujours mal coiffé, échevelé. Il était toujours

12 en train de jouer avec un couteau. Il le jetait en l'air. Une fois, il l'a

13 lancé dans ma direction. Un jour, il m'a donné une gifle, uniquement parce

14 que je portais des lunettes dont les verres s'étaient assombris à la

15 lumière du soleil. Il a pensé que c'était là une provocation, alors qu'en

16 fait j'avais tout simplement des lunettes qui me protégeaient du soleil,

17 mais cela était suffisant pour qu'il me donne une claque.

18 Question: Vous nous dites que vous n'avez rien vu, mais que vous avez

19 entendu des voix. Est-ce que vous avez entendu ces voix prononcer les noms

20 de Duca, Zigic et Banovic?

21 Réponse: Oui. Je les ai entendues.

22 Question: Est-ce que, Monsieur Tomic, il est arrivé que les gardes fassent

23 sortir des détenus du camp dans un objectif bien précis?

24 Réponse: Je sais qu'une fois, ils ont fait sortir cinq à six détenus, des

25 volontaires. Ils sont allés dans des salles, dans des pièces qui se

Page 1958

1 trouvaient en face de Keraterm, c'était des espèces d'entrepôts. Pendant

2 toute la journée, ils ont transporté des choses qui se trouvaient dans ces

3 entrepôts. Donc, ils ont travaillé toute la journée dans cet entrepôt.

4 Je sais qu'il y a une autre fois où l'un des prisonniers est allé chez

5 lui. Et puis, il est revenu le même jour. Il est allé voir sa famille, il

6 a pris une douche. Ensuite, on l'a ramené le même jour.

7 Question: Je vais m'intéresser au premier incident dont vous nous avez

8 parlé. Comment savez-vous ce qui s'était passé, est-ce qu'on vous a dit ce

9 qui s'était passé là?

10 Réponse: Est-ce que vous pouvez répéter la question, s'il vous plaît?

11 Question: Vous nous avez dit qu'une fois on a fait sortir des volontaires

12 du camp et puis ils ont dû trier des marchandises dans un entrepôt.

13 Comment savez-vous ce qu'on leur a demandé de faire?

14 Réponse: Je le sais parce que, parmi ces hommes, il y avait des gens que

15 je connaissais dont notamment mon témoin de mariage, Mirsad Radic, et il

16 m'a raconté tout ce qu'il avait fait là. Il a ramené un bout de moquette

17 de cet entrepôt; il l'a ramené parce qu'il a utilisé ce tapis ou cette

18 moquette pour prier tous les jours pour toutes les personnes qui avaient

19 trouvé la mort au camp.

20 Question: Est-ce qu'il vous a dit de quelles marchandises il s'agissait?

21 Réponse: En fait, il s'agissait de biens qui avaient été volés dans des

22 villages qui avaient été incendiés. Il y avait des appareils

23 électroménagers, des meubles, des tracteurs, des télévisions. Donc, ils

24 ont trié ça pendant toute la journée.

25 Question: Est-ce que vous savez pourquoi ils se sont portés volontaires

Page 1959

1 pour faire cela?

2 Réponse: Quand quelqu'un choisissait de faire quelque chose, de

3 travailler, c'était essentiellement pour essayer d'obtenir quelque chose

4 de plus à manger.

5 Question: Monsieur Tomic, est-ce qu'il y avait des Albanais au camp

6 pendant votre détention?

7 Réponse: Oui.

8 Question: Est-ce qu'il est arrivé quoi que ce soit à l'un de ces hommes ou

9 à plusieurs de ces hommes et, si oui, quoi?

10 Réponse: Il y avait des Albanais; certains, je les connaissais

11 personnellement. Ou disons, dès le début, il y a un de ces Albanais qui

12 s'appelait Bedzeti; lui, on le faisait sortir tous les jours. Et cette

13 nuit-là, quand Drago Tokmadzic a été tué et qu'Esad passé à tabac, on a

14 fait sortir une fois de plus Bedzeti et un autre Albanais aussi qu'on a

15 fait sortir. Lui, c'était le propriétaire d'une pâtisserie; son surnom

16 était "Zvezdas", c'est-à-dire pâtissier. Puis, on a fait sortir deux

17 autres Albanais; on les a passés à tabac. Il y avait un jeune garçon, qui

18 était mineur et qui s'appelait Jusufi: il avait 17 ans. Puis aussi Fejzo

19 Fejzulahu. En ce qui concerne Jusufi, j'ai appris plus tard qu'il avait

20 survécu à cet incident mais, malheureusement, il n'a pas survécu à

21 l'incident suivant. Il est mort à Keraterm, alors que Fejzulahu, lui, a

22 survécu. Il est allé à Omarska; d'Omarska, il est allé à Manjaca. Et

23 maintenant, il habite en Allemagne.

24 En ce qui concerne Bedzeti, j'ai entendu plus tard qu'il avait été tué

25 plus tard à Keraterm.

Page 1960

1 Question: Monsieur Tomic, à votre connaissance, est-ce qu'il y avait

2 d'autres personnes qui étaient Serbes et qui ont été détenues à Keraterm

3 pendant que vous y étiez détenu vous-même?

4 Réponse: Je sais qu'il y en avait un qui s'appelait Jovan Radocaj et

5 l'autre, son nom importe peu. Mais en tout cas, il était à moitié serbe:

6 son père était serbe et sa mère croate. Lui, il nous a demandé de ne pas

7 le dire, mais il était serbe et il est resté avec nous tout le temps. Il

8 est parti de Keraterm, il est allé à Omarska et, ensuite, il est allé à

9 Manjaca.

10 Question: Et qu'est-il advenu de Jovan Radocaj?

11 Réponse: Radocaj, on l'a fait sortir une nuit et, apparemment, on l'avait

12 fait sortir par erreur. On l'avait capturé par erreur et ils ont dit:

13 "Mais quel est l'imbécile qui l'a arrêté?" Et quelqu'un lui a permis de

14 sortir; en partant, il a dit: "Tout est fini!" Et en fait, ils ont

15 commencé à le passer à tabac à l'extérieur du bâtiment. Cette nuit-là, il

16 a été tué.

17 Question: Est-ce que vous avez vu qui l'avait passé à tabac?

18 Réponse: Non.

19 Question: Est-ce que vous savez pourquoi il a été passé à tabac et tué?

20 Réponse: Apparemment, soi-disant, il aurait voté pour le SDA, pendant les

21 élections. Il y avait des posters du SDA chez lui; moi-même, je le savais

22 parce que je les ai vus en passant devant chez lui.

23 Question: Monsieur Tomic, pendant votre détention au camp de Keraterm,

24 est-ce qu'on vous Keraterm est-ce qu'on vous a interrogé?

25 Réponse: Non, aucun des détenus qui venaient de Ljubija n'a jamais été

Page 1961

1 interrogé.

2 Question: Vous nous avez dit précédemment que vous avez quitté le camp de

3 Keraterm le 4 juillet. Où êtes-vous allé à partir de Keraterm?

4 Réponse: A partir de Keraterm, on nous a transférés à Omarska.

5 Question: Vous dites "nous": à qui faites-vous référence?

6 Réponse: Je fais référence aux gens de Ljubija, à ce groupe de gens qui

7 n'ont pas été interrogés à Keraterm. Et c'est l'explication qu'on nous a

8 donnée. La veille, une autre liste a été établie, qui comportait 115 noms.

9 Le lendemain, donc, on devait normalement nous ramener à Ljubija pour y

10 être interrogés. Et comme on devait être ramenés à Ljubija pour y être

11 interrogés, deux hommes de Prijedor ont réussi à faire inclure leurs noms

12 sur cette liste et ils sont partis avec nous pour Omarska. Et puis, il y

13 en a trois autres; de Kozarac, je crois. Ils avaient été arrêtés sur le

14 mont Kozara; ils étaient dans la prison de Stara Gradiska et ils sont

15 partis avec nous pour Omarska.

16 Question: Qui vous a dit qu'on allait normalement vous ramener à Ljubija?

17 Réponse: Je crois que c'était un des chefs d'équipe, quelqu'un d'un niveau

18 hiérarchique assez élevé. Enfin, je n'étais pas présent quand ceci a été

19 annoncé. Quoi qu'il en soit, c'était le même "Nono" Anusic qui a fait la

20 liste; mais quant à savoir qui lui a donné pour instruction d'établir

21 cette liste, je ne sais pas.

22 Question: Combien de temps êtes vous resté au camp d'Omarska?

23 Réponse: Je suis resté à Omarska jusqu'au 6 août, jusqu'à la fermeture du

24 camp. A ce moment-là, on a divisé les détenus en deux groupes: il y en a

25 la moitié qui sont allés à Manjaca, les autres à Trnopolje. Et à peu près,

Page 1962

1 un peu moins de 200 personnes sont allées à Omarska. Et moi, je suis parti

2 le 6 août pour Trnopolje.

3 Question: Comment les détenus étaient-ils traités au camp d'Omarska?

4 Réponse: On était traités sauvagement, comme des animaux. Il n'y avait

5 absolument aucune règle qui s'appliquait. Tout sentiment de dignité

6 humaine avait disparu. Ils nous ont tués, ils ont fait tout ce qui leur

7 faisait plaisir.

8 Question: Est-ce qu'il vous est arrivé quelque chose de bien particulier

9 pendant votre détention à Omarska?

10 Réponse: Eh bien, il y avait des passages à tabac quotidiens. Si bien que

11 ce n'était plus vraiment quelque chose de particulier. Une fois, j'ai été

12 passé à tabac tellement brutalement que les quatre jours suivants, j'étais

13 dans le coma. On m'a jeté sur un tas de cadavres et là, un de mes

14 collègues, un de mes camarades m'a retrouvé et m'a ramené au monde des

15 vivants.

16 Question: Est-ce que vous pouvez continuer?

17 Réponse: Oui.

18 Question: Et qui vous a passé à tabac?

19 Réponse: Il y en avait beaucoup. Cette nuit-là, la nuit la plus horrible.

20 Pour moi, c'est le jeune Kvocka qui a commencé et il y en a d'autres qui

21 se sont joints à lui; au bout du compte, ils étaient huit à me frapper.

22 Question: Et cet homme, ce dénommé Kvocka que vous venez de mentionner,

23 quel poste occupait-il au camp?

24 Réponse: C'était un garde régulier, d'après ce que j'ai entendu dire.

25 D'après ce qu'on m'a dit, c'était le frère d'un des commandants des

Page 1963

1 gardes, qui s'appelait lui Miroslav Kvocka.

2 Question: Et pendant votre détention à Omarska, avez-vous remarqué qu'en

3 général, les gardes participaient aux passages à tabac?

4 Réponse: Cela se passait quotidiennement, à n'importe quel moment du jour

5 ou de la nuit.

6 Question: Et dans le camp d'Omarska, est-ce qu'il y avait des chefs

7 d'équipe? Est-ce que vous avez pu vous en rendre compte ?

8 Réponse: Oui.

9 Question: Est-ce que peut-être l'une de ces personnes-là, qui était chef

10 d'équipe, participait au passage à tabac des détenus?

11 Réponse: Pour autant que je sache, les chefs d'équipe étaient Radic,

12 Mladen "Krkan", "Cakalja" et Kvocka. Je sais seulement pour Kvocka que

13 c'est lui qui passait à tabac et qui était prêt à tuer. Pour les deux

14 autres, je ne suis pas sûr, je n'ai pas vu. Je n'ai pas vu, enfin, passer

15 à tabac quelqu'un devant nous.

16 Question: Cette personne nommée Kvocka, quelle était sa position dans le

17 camp?

18 Réponse: C'était l'un des chefs d'équipe, chef des gardes. On le voyait

19 souvent venir avec des listes de noms, faisant appel de noms, faisant

20 sortir des gens, d'ordinaire ces derniers qu'il faisait sortir ne

21 retournaient plus.

22 Question: Alors, Monsieur Tomic, à cette époque-là, saviez-vous qui était

23 le Président de l'Assemblée municipale de Banja Luka?

24 Réponse: J'ai pu l'apprendre sur un écran de télévision, d'après les

25 informations télévisuelles; je crois que c'était Radic. Oui, c'était lui.

Page 1964

1 Question: Avez-vous jamais vu cette personne dans le camp de Ormaska et,

2 si oui, dans quelles conditions, dans quelles circonstances?

3 Réponse: C'était vers la mi-juillet. A cette époque-là, je me trouvais sur

4 la pista et, un jour, on nous préparait pour nous faire chanter des

5 chansons parce qu'une délégation de Banja Luka devait venir en visite et

6 nous devions faire preuve de dignité, d'un accueil chaleureux. C'est ainsi

7 que nous avons dû, évidemment, bien nous accorder, nous exercer à chanter

8 des chansons. Lorsque cette délégation était venue à bord d'un

9 hélicoptère, nous étions sur la piste, les trois doigts en l'air,

10 affichant bien et en chantant des chansons nationalistes serbes.

11 Question: Cette espèce de salut avec les trois doigts, qu'est-ce que

12 c'était pour vous? Qu'est-ce que ceci devait symboliser, autant que vous

13 en avez pu en avoir connaissance?

14 Réponse: C'était cette façon de saluer à la manière des Serbes.

15 Question: Je vous remercie. Combien de membres de délégation avez-vous pu

16 voir venir?

17 Réponse: Plus de six ou sept personnes, jusqu'à une dizaine de personnes

18 qui ont fait le tour, d'abord de nous-mêmes et après des locaux du camp.

19 Ils se sont rendus dans certains pavillons. Après quoi, ils se sont

20 dirigés vers le bâtiment administratif pour y rester peut-être une demi-

21 heure encore. Je ne peux pas dire pendant combien de temps avec précision.

22 Question: Que voulez-vous dire: "Ils ont fait le tour de nous"? Qu'ils

23 vous ont en quelque sorte passés en revue?

24 Réponse: Ce n'est pas vraiment qu'ils s'occupaient de nous pour nous

25 passer en revue, ils ont plutôt voulu faire l'inspection des autres

Page 1965

1 locaux, c'est-à-dire des pavillons où les détenus était confinés.

2 Question: Monsieur Tomic, avant de voir ce camp fermé, y a-t-il eu

3 d'autres détenus de Keraterm qui seraient venus?

4 Réponse: Peut-être deux ou trois jours avant que je quitte Omarska, il

5 était arrivé de Keraterm deux groupes de gens, à bord de cars. J'ai pu

6 trouver un ancien collègue à moi, Ante Gavranovic, qui, lui, m'a dit que

7 c'étaient les tout derniers qui étaient venus à Keraterm et qu'ils n'ont

8 pas eu le temps de les interroger. C'est pour ça qu'ils les ont tous

9 envoyés à Omarska. Ils n'ont passé qu'une seule journée à Omarska, pour

10 être dispersés ensuite dans différents locaux.

11 Plus tard, au cours de la même soirée, ils se sont mis à les rassembler en

12 donnant lecture de différentes listes. Apparemment, soi-disant il

13 s'agissait d'un échange. C'est ainsi que cet ami à moi était parti.

14 Qu'était-il advenu de lui, je n'en ai aucune idée.

15 Donc, il s'agit de gens qui étaient venus au cours de cette journée-là

16 dont je parlais et qui ont quitté Omarska au cours de la même nuit qui a

17 suivi.

18 Question: Savez-vous ce qui était advenu de ces gens-là lorsqu'ils ont

19 quitté Omarska?

20 Réponse: Plus tard, j'ai pu rencontrer les frères de ce collègue à moi. Et

21 eux, ils voulaient savoir ce qu'il est advenu de lui. Plus tard, j'ai pu

22 lire dans différents journaux bosniens où ces gens-là étaient à la

23 recherche de leur frère. Il s'agit de parler de ces rubriques dans le

24 cadre desquelles des membres de famille étaient à la recherche de leurs

25 proches portés disparus. Mais, pour dire ce qu'il était advenu de lui, je

Page 1966

1 n'en sais rien. J'ai entendu dire que d'autres gens s'étaient mis

2 également à sa recherche, mais ils n'ont rien pu faire. Il y a peut-être

3 trois ans que j'ai eu un dernier contact avec les frères de mon collègue.

4 Depuis, je n'ai plus aucun contact, non plus que de nouvelles.

5 Question: Monsieur Tomic, est-ce qu'il y a eu des policiers qui seraient

6 de Ljubija et qui étaient dans le camp d'Ormaska pendant que vous y étiez

7 vous?

8 Réponse: Vous voulez dire en tant que détenu?

9 Question: Oui, en qualité de détenu, je vous remercie.

10 Réponse: Il y avait un policier. Lorsque le pouvoir a été pris par les

11 Serbes à Ljubija, cette personne-là avait continué évidemment de vaquer à

12 sa profession, à ses obligations. Mais un jour, il a fini dans le camp de

13 Keraterm, puis après pour, évidemment, nous rejoindre à Omarska. Il

14 s'appelait Ismet Taras.

15 Question: Qu'est-il advenu de lui, si jamais quelque chose s'est passé

16 avec lui, pendant qu'il était à Omarska?

17 Réponse: Un soir, il était avec nous autres sur la pista. Après quoi,

18 après avoir été au restaurant, nous avons dû regagner nos dortoirs. Milan

19 Anusic était venu à deux reprises pour faire l'appel; à deux reprises, il

20 a nommé cette personne, "Krkan"; l'autre ne répondait pas alors qu'il

21 était couché non loin de moi, parce qu'il s'est tout de suite dit: "C'en

22 est fait de moi!" Après ces deux tentatives d'Anusic de le faire sortir,

23 Krkan était venu. Et c'est à cette occasion-là que cet homme s'était levé

24 pour partir avec. Et c'est là que je l'ai vu une dernière fois.

25 Question: Préalablement, vous avez fait mention de meurtres qui se sont

Page 1967

1 produits à Omarska. Qu'est-il advenu des corps, des cadavres de ces gens-

2 là qui ont été tués à Omarska?

3 Réponse: Cela où ils ont été liquidées! Il se peut qu'ils aient été

4 liquidés devant un endroit où, d'ordinaire, des véhicules étaient lavés.

5 Mais les gens pouvaient être également liquidés au beau milieu de

6 différentes pièces dans lesquelles ils étaient pour être ensuite emportés

7 jusqu'à la "maison blanche", pour ensuite être chargés dans une

8 fourgonnette et être emportés. Quotidiennement, on peut dire qu'il y avait

9 une dizaine ou une quinzaine de cadavres charriés ainsi.

10 Question: Ce jour-là où une délégation s'était rendue en visite au camp

11 d'Ormaska, y a-t-il eu des corps dans les environs que ces membres de

12 délégation auraient pu apercevoir, si vous en avez eu connaissance?

13 Réponse: D'ordinaire, c'est le matin qu'on emportait ces corps. Le

14 chauffeur du véhicule, c'est un ancien ouvrier de la mine d'Omarska, nommé

15 Kovac. Je pense qu'au moment où ils étaient venus, les gens de cette

16 délégation, il ne devait certainement pas y avoir de cadavres autour de la

17 "maison blanche".

18 Mme Baly (interprétation): Merci. Une seconde, s'il vous plaît.

19 Monsieur le Président, j'en ai terminé avec les questions que j'ai eu à

20 poser à ce témoin.

21 M. le Président (interprétation): Merci. Maître Greaves, c'est à vous.

22 (Contre-interrogatoire du témoin, M. Tomic, par Me Greaves.)

23 M. Greaves (interprétation): Avec l'aide de l'huissier, j'aimerais bien

24 qu'on déplace un peu le rétroprojecteur de sorte que je puisse mieux voir

25 le témoin.

Page 1968

1 M. le Président (interprétation): Bien sûr.

2 (Intervention technique.)

3 M. Greaves (interprétation): Monsieur Tomic, s'il vous plaît, dites-moi si

4 jamais à aucun moment, vous avez envie qu'on arrête l'interrogatoire parce

5 qu'il me semble que vous avez été, à un moment donné, en proie à vos

6 émotions. Par conséquent, si vous voulez vous arrêter, vous n'avez qu'à me

7 le dire.

8 M. Tomic (interprétation): Je vous remercie.

9 Question: Monsieur Tomic, très brièvement, vous êtes passé par différents

10 camps. Est-ce qu'à un autre stade, plus tard, vous avez été au service du

11 HVO ou des forces croates?

12 Réponse: Oui.

13 M. Greaves (interprétation): On peut lire sur le transcript "oui", mais il

14 me semble que le témoin a dit non. Pouvez-vous le confirmer?

15 M. le Président (interprétation): Voulez-vous, s'il vous plaît, répondre à

16 cette question?

17 M. Tomic (interprétation): J'aimerais bien qu'on reprenne cette question.

18 M. Greaves (interprétation): Vous pouvez peut-être vous approcher plus

19 près des micros: déjà vous parlez à voix basse et les interprètes ont du

20 mal à capter votre voix.

21 Ma question est la suivante: après avoir été dans différents camps, avez-

22 vous été, à n'importe quel moment après votre séjour dans des camps, au

23 service du HVO ou des forces armées croates?

24 M. Tomic (interprétation): Non.

25 Question: Merci. Durant la période de la fin 1991, début 1992, vous nous

Page 1969

1 avez dit que les gens ont commencé à ne plus répondre à l'appel de

2 mobilisation. En conséquence, pourrait-on dire que la JNA était

3 pratiquement devenue une armée où il n'y avait plus de membres d'effectif

4 dont l'appartenance ethnique serait musulmane et croate?

5 Réponse: Non, ce n'était toujours pas le cas; il y avait toujours dans les

6 forces armées de la JNA des Musulmans et des Croates.

7 Question: Mais à mesure que le temps passait, ceux qui auraient répondu à

8 l'appel de mobilisation, se seraient-ils arrêtés quant à leur

9 participation dans les forces armées? Ou peut-on dire que la JNA restait

10 toujours une force armée mixte?

11 Réponse: Oui, il y avait toujours à la JNA des Musulmans et des Croates.

12 Question: Etait-ce également le cas de la police, laquelle police opérait

13 à Prijedor et plus particulièrement à Ljubija? Autrement dit, les forces

14 de la police étaient-elles toujours mixtes une fois que le pouvoir a été

15 pris?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Cette situation durait-elle encore jusqu'au moment où vous avez

18 été détenu?

19 Réponse: Oui.

20 Question: Si vous savez répondre à la question suivante, je vous prie de

21 le faire. Cette situation perdurait-elle pendant un certain temps où vous

22 avez été détenu? Je me réfère à cette situation où les effectifs de la

23 police étaient mixtes.

24 Réponse: Je peux vous répondre à cette question. J'ai déjà mentionné que,

25 pendant tout ce temps, à Ljubija, le chef du commissariat de police était

Page 1970

1 un Croate, Branko Bijekic. Jusqu'à fin juin, il était toujours à la tête

2 de la police de Ljubija. Et fin juin, lui aussi a été emmené à Omarska

3 pour y être détenu.

4 C'était pour ainsi dire la fin qui marquait cette composition mixte de la

5 police, ne serait-ce que pour en parler concernant Ljubija. Lorsqu'il a eu

6 fini sa besogne qui était de ramasser tous ces gens-là de Ljubija pour les

7 envoyer vers le camp, lui aussi, il a connu le même sort.

8 Question: Merci. Pour ce qui est de votre emploi personnel, est-ce vrai de

9 dire que vous avez continué de travailler jusqu'en mai 1992; après quoi,

10 il n'y avait plus de travail parce que, dans la mine de fer où vous avez

11 été employé, il y avait de moins en moins de commandes passées. Est-ce

12 exact?

13 Réponse: Nous entrons déjà dans une sphère économique: s'il y avait des

14 commandes passées ou pas, je n'en sais rien quant à moi. Mais une chose

15 est sûre, c'est que notre minerai n'était plus acheminé depuis la mine où

16 j'étais employé; par conséquent, il n'y avait guère besoin d'y rester pour

17 y travailler.

18 Question: Monsieur Tomic, voulez-vous nous dire, s'il vous plaît,

19 succinctement, s'il est vrai de dire qu'à un certain moment, la défense du

20 territoire, la TO, a pratiquement accaparé la fonction des gardes

21 réguliers de Ljubija?

22 Réponse: Je ne comprends pas très bien la signification de "gardes

23 réguliers".

24 Question: Excusez-moi, je n'ai peut-être pas bien formulé ma question.

25 Autrement dit, les membres de la Défense territoriale se sont-ils mis à

Page 1971

1 monter la garde à Ljubija, pendant une certaine période avant que vous ne

2 soyez arrêté vous-même?

3 Réponse: Cela est exact.

4 Question: Ceci se faisait donc la nuit. Et le jour, pouvait-on voir, la

5 nuit et le jour, les membres des forces de la défense du territoire en

6 patrouille?

7 Réponse: Oui.

8 Question: A cette époque-là, est-ce que les unités de la défense du

9 territoire étaient mixtes du point de vue de leur appartenance ethnique?

10 Ou bien s'étaient-elles plutôt constituées en fonction de leur

11 appartenance ethnique?

12 Réponse: Non, c'était toujours une composition ethnique mixte. Le seul

13 problème qu'ils observaient, c'était qu'ils étaient en pénurie d'armes.

14 Question: Lorsque vous dites qu'ils n'avaient pas d'armes, est-ce que vous

15 vous référez à toutes sortes d'armes ou pensez vous uniquement à des

16 pièces lourdes?

17 M. Tomic (interprétation): Ces gens-là n'avaient que des armes légères,

18 individuelles. Pour parler de pièces lourdes, il n'en était pas question.

19 M. le Président (interprétation): Oui. Si vous le permettez, ceci serait

20 un moment tout à fait opportun de suspendre l'audience pendant quelques

21 minutes, jusqu'à 4 heures 10.

22 Pendant ce temps-là, Monsieur Tomic, vous êtes prié de ne parler à qui que

23 ce soit de votre témoignage, non plus qu'aux conseils de la défense.

24 Monsieur le traducteur, Monsieur Pierre Rouve, vous êtes priés de nous

25 rejoindre dans les locaux de la Chambre de première instance.

Page 1972

1 (L'audience, suspendue à 15 heures 50, est reprise à 16 heures 20.)

2 M. le Président (interprétation): Maître Greaves, nous allons nous arrêter

3 à 5 heures moins 5 parce que nous avons quelques points à soulever avec

4 l'accusation.

5 M. Greaves (interprétation): Je vais faire en sorte que nous puissions

6 nous arrêter avant cette heure-là.

7 Monsieur Tomic, voulez-vous vous approcher du micro, s'il vous plaît?

8 Bien.

9 Si je peux brièvement vous poser une question ou deux concernant votre

10 arrestation. Pouvez-vous nous confirmer ce qui suit? Vous avez été au

11 total 13 personnes à être arrêtées pour être, au même moment, incarcérées

12 à Keraterm. Tous, vous étiez des hommes en âge de porter les armes, c'est-

13 à-dire à être mobilisés, de 16 à 60 ans? Est-ce vrai?

14 Réponse: Cela est exact.

15 Question: Vous êtes arrivé tôt le matin en date du 14 juin à Keraterm.

16 Pouvez-vous nous dire très exactement à quelle heure vous êtes arrivés,

17 s'il vous plaît?

18 Réponse: De 5 heures à 5 heures 30.

19 Question: Arrivés là-bas, vous avez tout de suite été transférés au

20 bâtiment administratif. Est-ce exact?

21 Réponse: Oui.

22 Question: Maintenant, s'il vous plaît, je voudrais vous poser une question

23 concernant une personne nommée Zivko Knezivic, surnommée "Ziza".

24 S'agissait-il d'un nom qui vous était familier?

25 Réponse: "Ziza"?

Page 1973

1 Question: Oui, je suis désolé. On vient de me reprendre de justesse, que

2 je devais améliorer ma prononciation. Est-ce que vous connaissez ce nom?

3 Réponse: Oui, ce nom, j'ai pu l'entendre prononcer à plusieurs reprises

4 dans le camp.

5 Question: Est-il exact aussi de dire que d'autres détenus vous auraient

6 dit que cette personne devait occuper un poste très haut gradé?

7 Réponse: Oui.

8 Question: Est-il exact également que d'autres détenus du camp vous ont dit

9 qu'il s'agissait d'un supérieur à tous les autres chefs d'équipe de garde?

10 Réponse: Pour être concret, rien ne m'a été dit pour ce qui est de ses

11 fonctions à lui. En tout cas, je crois qu'il était très haut placé, enfin

12 en général, c'est ce que je peux dire, pour parler du camp bien sûr.

13 Question: Si vous avez entendu parler de lui, est-ce que vous avez pu

14 savoir comment se présentait son aspect physique?

15 Réponse: Non, cela m'est inconnu.

16 Question: Merci.

17 Monsieur Tomic, les gens qui étaient employés à Keraterm en qualité de

18 gardes portaient-ils des uniformes différents? Est-ce que vous avez pu le

19 remarquer?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Certains de ces uniformes ressemblaient à des uniformes de

22 policiers, d'autres étaient plutôt des uniformes militaires. Est-ce exact?

23 Réponse: Oui.

24 Question: Je voudrais maintenant très brièvement vous poser quelques

25 questions concernant certains incidents respectifs. A savoir l'homme connu

Page 1974

1 sous son surnom "Singaporac", il a aussi été connu sous le surnom de

2 "tireur embusqué". D'où vient ce surnom?

3 Réponse: On prétend que ce surnom lui a été attribué par Duca. Mais dans

4 quelles circonstances, pour quelle raison, je n'en sais rien.

5 Question: Et pour ce qui est des incidents dans lesquels cet homme a été

6 en quelque sorte impliqué, s'agissait-il de l'incident qui s'était produit

7 un premier après-midi lorsque vous êtes venu à Keraterm?

8 Réponse: Je crois que c'était plutôt le matin même.

9 Question: En tout cas, tout cela s'est passé aussitôt après votre arrivée

10 à Keraterm?

11 Réponse: Oui, oui, oui. Cela s'est passé au cours de la même journée de

12 mon arrivée.

13 Question: Merci, Monsieur Tomic.

14 Et quant à Duca Knezevic, avez-vous pu observer qu'il n'était pas un garde

15 du camp, mais que c'était quelqu'un qui serait venu de l'extérieur?

16 Réponse: Oui, c'est quelqu'un qui était venu à bord d'une Mercedes. Il

17 était entré dans l'enceinte du camp avec sa Mercedes, en compagnie d'un

18 autre soldat. Ce n'est que de temps en temps qu'il se rendait au camp.

19 Question: Merci.

20 Est-ce que je peux vous demander quelque chose au sujet d'un monsieur

21 nommé Stipo Sosic, qui, je crois, était un curé, un prêtre catholique?

22 Est-ce que vous vous en souvenez? S'agissait-il de Sosic qui était détenu

23 à Keraterm?

24 Réponse: Sosic?

25 Question: Oui Sosic, bien sûr.

Page 1975

1 Réponse: Stipo Sosic était arrivé le même jour que moi, en date du 14

2 juin, et je sais qu'on avait acheté un paquet de cigarettes. On a passé la

3 nuit dans la même pièce n4. Le lendemain, il sera transféré à Omarska.

4 Question: Etait-il lui aussi d'appartenance croate?

5 Réponse: Oui, il était prêtre, un prêtre catholique, officiant à Ljubija.

6 Question: Savez-vous s'il a pu survivre au camp de Keraterm et son séjour

7 à Omarska?

8 Réponse: Je ne sais pas s'il a survécu. Il a survécu à Keraterm et

9 Omarska, mais je ne sais pas ce qui s'est passé à Manjaca aussi.

10 Question: Y a-t-il eu d'autres hommes à Keraterm qui auraient été prêtres,

11 imams ou hodzas, c'est-à-dire prêtres musulmans, que vous avez pu

12 connaître?

13 Réponse: Il y avait encore sept personnes qui étaient, enfin, prêtres

14 islamiques et musulmans. Je ne sais pas comment se présentent leurs noms,

15 je sais qu'ils étaient dans le même camp.

16 Question: Quant à deux policiers, M. Drago Tokmadzic et Esad Islamovic,

17 qui étaient de nationalité croate pour l'un et l'autre musulman, vous les

18 avez vus lorsqu'on les a emmenés à Keraterm ceux-là. Est-ce vrai?

19 Réponse: Oui.

20 Question: Vous avez vu actuellement que ces deux personnes emmenaient des

21 particuliers à Keraterm?

22 Réponse: Oui, c'est correct.

23 Question: Et cela s'est passé à plusieurs reprises?

24 Réponse: Oui.

25 M. Greaves (interprétation): Jusqu'au moment où, eux aussi, ils ont été

Page 1976

1 détenus, n'est-ce pas?

2 M. le Président (interprétation): Monsieur Tomic, les interprètes

3 souhaitent vous entendre parler un peu plus haut. Mettez-vous plus près du

4 micro, peut-être. Merci.

5 M. Greaves (interprétation): Il n'est pas chose aisée, Monsieur Tomic,

6 lorsque de nature votre voix est très basse.

7 Vous avez fait mention d'un policier musulman qui était à Omarska. Est-ce

8 que, lui aussi, vous l'avez vu emmener des détenus dans le camp?

9 M. Tomic (interprétation): Non, il n'a jamais emmené personne dans le

10 camp.

11 Question: Savez-vous si lui faisait fonction de policier jusqu'au moment

12 où il a été détenu, arrêté et détenu? Est-ce que vous avez pu le découvrir

13 vous-même?

14 Réponse: Je ne sais pas s'il a pu évidemment vaquer à ses fonctions

15 jusqu'au moment où il devait être arrêté. Mais, en tout cas, je l'avais vu

16 à Ljubija, au moment où le pouvoir était pris par les Serbes, travailler

17 toujours, porter le même uniforme. Et je sais qu'il en était ainsi: qu'il

18 avait toujours travaillé à ce moment-là.

19 Question: Monsieur Tomic, vous nous avez parlé aussi d'un Serbe qui se

20 trouvait à Keraterm, détenu lui aussi, qui se nommait Jovan Radocaj. Avez-

21 vous connu d'autres Serbes qui auraient été détenus à Keraterm?

22 Réponse: J'ai mentionné un autre Serbe qui n'était qu'un demi Serbe: son

23 père était serbe, sa mère croate. Lui aussi, il était avec nous dans le

24 camp.

25 Question: Pouvez-vous vous souvenir de son nom?

Page 1977

1 Réponse: Oui.

2 Question: Soyez aimable de nous le dire.

3 Réponse: Komasar Zelimir.

4 Question: Merci. Pendant votre détention à Keraterm, est-ce que vous avez

5 appris que l'un des détenus qui s'y trouvait, Bajazit Jakupovic, était en

6 fait un pilote de l'armée de l'air?

7 Réponse: Je ne connaissais pas son nom. Mais je savais qu'effectivement,

8 il était pilote et que lui aussi était dans la pièce n2.

9 Question: Et est-ce qu'il est arrivé un moment où cet homme a semblé

10 souffrir de troubles mentaux, toujours pendant votre détention à Keraterm?

11 Réponse: Oui, oui, oui.

12 Question: Est-ce que vous avez revu cet homme à Omarska?

13 Réponse: Non.

14 Question: Enfin, Monsieur Tomic, une dernière chose: vous, vous êtes

15 parti. Ou plutôt je me reprends. Certains prisonniers sont arrivés à

16 Omarska depuis Keraterm, le 6 août. A votre connaissance, est-ce qu'il y

17 sont arrivés en autocar?

18 Réponse: Pouvez-vous répéter votre question, s'il vous plaît?

19 Question: Certain détenus de Keraterm sont arrivés à Omarska, vers le 6

20 août. Sont-ils arrivés en autocar, à votre connaissance?

21 Réponse: Je crois que c'était le 5 août! Ils sont arrivés en autocar.

22 Question: Et avez-vous été en mesure d'estimer le nombre de détenus qui

23 sont arrivés de la sorte?

24 Réponse: J'ai parlé avec un homme qui m'a dit qu'ils étaient 180 à peu

25 près.

Page 1978

1 Question: Combien de temps sont-ils restés à Omarska avant d'être emmenés

2 à nouveau?

3 Réponse: Ils sont seulement restés ce jour-là. Pendant la nuit, on les a

4 fait sortir et on les a emmenés.

5 M. Greaves (interprétation): Je vous prie de m'accorder un instant.

6 (Consultation sur le siège.)

7 Je n'ai plus de question à poser au témoin.

8 M. le Président (interprétation): Merci, Maître Greaves.

9 Maître Rodic, c'est à vous.

10 (Contre-interrogatoire du témoin, M. Anto Tomic, par Me Rodic.)

11 M. Rodic (interprétation): Puis-je commencer, Monsieur le Président?

12 M. le Président (interprétation): Oui, oui. Allez-y, je vous en prie.

13 M. Rodic (interprétation): Merci. Bonjour, Monsieur Tomic. Je suis un

14 avocat, je m'appelle Goran Rodic. Je viens de Podgorica. Je souhaite vous

15 dire d'emblée que je regrette profondément tout ce qui vous est arrivé

16 mais j'espère que vous comprendrez que nous sommes obligés de faire notre

17 travail.

18 Vous avez dit, pendant l'interrogatoire principal, que dans les années 91-

19 92, au moment des élections, vous avez opté pour le Parti réformiste.

20 Si je ne me trompe pas, à la tête de ce parti, à l'époque, il y avait Ante

21 Markovic qui était le premier ministre à l'époque. Est-ce exact?

22 M. Tomic (interprétation): Oui.

23 Question: Comme chacun sait, la politique de ce parti était basée sur un

24 programme économique qui devait concerner l'ensemble de l'ex-Yougoslavie,

25 n'est-ce pas?

Page 1979

1 Réponse: Oui.

2 Question: A votre avis, ce parti politique était-il très différent des

3 partis nationaux qui, à l'époque, dominaient en Bosnie-Herzégovine?

4 Réponse: Il y avait une différence immense.

5 Question: A votre avis également, et compte tenu de tout ce qui s'est

6 passé, pouvez-vous préciser un petit peu ces différences? Pouvez-vous dire

7 si c'était une différence qui va à l'avantage ou au détriment des partis

8 nationaux?

9 Réponse: Eh bien, le parti réformiste était beaucoup plus positif parce

10 que l'ensemble de son programme politique était fondé en fait sur un

11 projet économique, et il n'y avait pas beaucoup d'éléments politiques ni

12 d'influence politique là-dedans. Tandis que les partis nationaux, ce sont

13 précisément eux qui nous ont amenés au point de nous retrouver ici

14 aujourd'hui.

15 Question: C'est précisément pour cette raison-là que je vous ai posé la

16 question!

17 Je sais qu'à l'époque, Ante Markovic, qui était le président de ce parti,

18 a reçu le soutien de nombreuses personnes. Il y a eu énormément de

19 personnes qui sont venues se rassembler au pied du mont Kozara à l'époque.

20 N'est-ce pas?

21 Réponse: Oui, c'est cela.

22 Question: Peut-on dire que la devise de ce rassemblement était d'assurer

23 la vie commune des peuples de l'ex-Yougoslavie?

24 Réponse: Je ne suis pas venu à ce rassemblement.

25 Question: Comme vous venez de le dire, la politique de certains partis

Page 1980

1 politiques a provoqué tout ce qui s'est passé. J'ai remarqué que vous avez

2 également fait part de votre avis au sujet de l'expulsion des gens et de

3 leur transfert à Keraterm et à Omarska. Pouvez-vous nous dire, à votre

4 avis, qui étaient les gens qui se sont livrés à ce genre d'activité?

5 Réponse: Ce que je peux vous dire très concrètement, dans la localité où

6 je vivais, à Ljubija, c'étaient ces gens-là qui décidaient des noms des

7 personnes qui seraient envoyées au camp. C'étaient les gens qui étaient

8 les dirigeants du parti SDS, c'étaient les gens qui étaient à la tête de

9 la cellule de crise. C'est comme ça que ça s'appelait à l'époque: la

10 cellule de crise de Ljubija. En fait, c'étaient les autorités, le pouvoir

11 de Ljubija, à l'époque.

12 Question: Est-ce que vous savez si c'étaient des gens semblables qui

13 prenaient des décisions dans d'autres domaines de la vie?

14 Réponse: C'est vraisemblable.

15 Question: Pour enchaîner, je souhaite connaître votre avis; et votre avis

16 seulement. Les gens qui sont assis derrière moi aujourd'hui et qui font

17 l'objet de cette affaire, à votre avis, avaient-ils pu exercer une

18 influence quelconque au moment de l'ouverture d'Omarska, de Keraterm, de

19 ces camps. Est-ce qu'ils avaient ce pouvoir-là?

20 Réponse: Ça, je ne le sais pas puisque je ne connaissais pas ces gens-là,

21 que ce soit avant ou En fait, je ne les connais que depuis le camp. Quant

22 à savoir s'ils avaient une influence quelconque, ça je ne le sais pas,

23 mais je sais qu'ils avaient de l'influence à l'intérieur du camp, sur les

24 événements à l'intérieur du camp.

25 Question: Oui, là, au niveau de la sécurité du camp. Mais nous parlions

Page 1981

1 avant de l'ouverture de ces camps et de la mise sur pied de ces camps, et

2 du fait d'emmener les gens et de les expulser?

3 Réponse: Oui, quant à cela, je ne peux pas savoir. Je ne sais pas s'ils

4 avaient une influence quelconque.

5 Question: Vous avez évoqué le couvre-feu qui a été instauré après la prise

6 de pouvoir à Prijedor. A ce sujet, vous avez également parlé de ces

7 rassemblements pacifiques qui ont eu lieu. Avez-vous subi des conséquences

8 pour le non-respect du couvre-feu, du fait que vous vous promeniez, que

9 vous circuliez en ville à ce moment-là?

10 Réponse: Non, je n'en ai pas eu.

11 Question: On peut en déduire qu'il n'y avait pas de risque non plus pour

12 votre sécurité physique?

13 Réponse: Non.

14 Question: Vous avez également dit que jusqu'au 24 mai, vous avez gardé

15 votre emploi dans les mines, dans les mines de fer. Et vous avez dit que

16 c'était le dernier jour de votre travail.

17 Réponse: Oui.

18 Question: Dites-nous, lorsque vous vous rendiez au travail, vous partiez

19 tous les jours en autocar?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Le chemin entre chez vous et votre travail était-il praticable,

22 enfin la circulation était-elle libre jusqu'à ce dernier jour de votre

23 travail?

24 M. Tomic (interprétation): (Hors micro.)

25 M. le Président (interprétation): Monsieur Tomic, nous n'avons pas entendu

Page 1982

1 votre réponse à cette question.

2 M. Tomic (interprétation): Oui.

3 M. le Président (interprétation): Merci.

4 M. Rodic (interprétation): Jusqu'à ce jour-là, il n'y a donc pas eu de

5 barrage sur cette route?

6 M. Tomic (interprétation): C'est cela.

7 Question: Quand vous avez parlé de la Défense territoriale, la TO, vous

8 faisiez référence à l'unité de Défense territoriale pour Ljubija?

9 Réponse: Oui, c'était la Défense territoriale pour la localité de Ljubija.

10 Question: Vous avez également dit que la Défense territoriale était

11 installée à l'école, si je ne me trompe, à l'école de Ljubija?

12 Réponse: Oui.

13 Question: A Ljubija, est-ce qu'on peut dire que tous les membres de cette

14 unité y étaient stationnés ou c'était uniquement le commandement de cette

15 unité?

16 Réponse: Eh bien, c'étaient tous les habitants de Ljubija. Ils résidaient

17 chez eux, ils venaient uniquement là-bas quand ils avaient une tâche

18 particulière. C'est ça pour ce qui concerne la TO.

19 Ce qu'ils avaient dans ce bâtiment? Ils avaient des armes aussi. En fait,

20 avant, ils avaient des armes; ces armes leur étaient données, distribuées,

21 je ne sais pas à qui, mais toujours est-il qu'ils se sont retrouvés sans

22 armes.

23 Question: Pouvez-vous me dire si ces membres de la Défense territoriale se

24 rendaient en uniforme à l'école, sans armes?

25 Réponse: Oui, en uniforme, sans armes.

Page 1983

1 Question: Pouvez-vous me décrire, s'il vous plaît, leurs activités? Quelle

2 était leur mission plus précisément?

3 Réponse: Je ne sais pas quelle était leur mission. Ils avaient des tâches;

4 en fait, ils avaient des assignations pour le temps de guerre: c'était

5 soit la Défense territoriale soit les unités de réserve de l'armée. Et

6 aussi les unités de réserve de la police. Donc ils étaient assignés dans

7 les différentes unités; c'est donc là qu'il fallait qu'ils se rendent.

8 Question: En fait, on peut considérer qu'il s'agissait de la mobilisation

9 des unités de réserve, de la Défense territoriale, etc.?

10 Réponse: C'est exact.

11 Question: Vous avez également dit que vous avez mis votre uniforme et que

12 vous vous y êtes rendu?

13 Réponse: Oui.

14 Question: Votre uniforme, lequel était-il?

15 Réponse: J'avais un uniforme des unités de réserve de l'armée.

16 Question: Vous avez dit qu'en 1991, vous avez fait votre service militaire

17 à Belgrade. Pouvez-vous me dire dans quelle arme vous étiez?

18 Réponse: J'ai suivi un entraînement dans l'infanterie.

19 Question: Et après avoir accompli votre service militaire, vous êtes

20 devenu membre d'une unité de réserve: de quelle unité? où?

21 Réponse: J'étais fantassin dans les unités de réserve.

22 Question: Il n'est pas très important de savoir précisément, si vous ne

23 vous le rappelez pas.

24 Réponse: Oui, je n'arrive pas à me rappeler l'endroit.

25 Question: La personne pour laquelle vous avez dit qu'elle se trouvait à la

Page 1984

1 tête de la cellule de crise à Ljubija

2 Réponse: Slobodan.

3 Question: Oui, Slobodan Taranjac, pouvez-vous me dire ce qu'il était, lui,

4 de profession? Quel était son emploi?

5 Réponse: Il travaillait dans les Mines Tomasica; il était contremaître.

6 Question: Etait-ce un homme qui avait un diplôme universitaire ou avait-il

7 plutôt fait des études secondaires?

8 Réponse: Oui, il a fait des études secondaires et puis, il a suivi des

9 stages.

10 Question: Vous l'aviez connu avant ces événements? Avant ces événements

11 qui se sont produits dans votre ville?

12 Réponse: Vous voulez dire si je le connaissais?

13 Question: Oui.

14 Réponse: C'était mon voisin.

15 Question: Lorsque ces événements se sont déclenchés dans la municipalité

16 de Prijedor, à votre avis, est-ce que cet homme est devenu bien plus

17 connu? Jouissait-il d'une position plus importante qu'avant?

18 Réponse: Qu'entendez-vous par là? Vous voulez dire qu'il était devenu plus

19 important?

20 Question: Oui.

21 Réponse: Oui. Parmi les Serbes, sans aucun doute.

22 Question: Alors, à son sujet, j'aimerais savoir s'il vous est arrivé que

23 quelqu'un vous dise à un moment quelconque pourquoi on vous a emmené à

24 Keraterm?

25 Réponse: Jamais personne ne me l'a dit. Il m'est même arrivé à Omarska,

Page 1985

1 pendant l'interrogatoire, qu'on me demande pourquoi j'étais venu au camp,

2 pourquoi j'étais au camp.

3 Question: Vous avez mentionné Milan Curguz, appelé "Krivi"?

4 Réponse: Oui.

5 Question: S'agissait-il d'un policier d'active à Ljubija?

6 Réponse: Non. Lui aussi, il faisait partie des unités de réserve de la

7 police avant la guerre.

8 Question: Donc, il s'agit d'un policier de réserve?

9 Réponse: C'est exact.

10 Question: Vous avez également dit qu'il vous est arrivé de voir Curguz à

11 plusieurs reprises à Keraterm, qu'il a amené des gens à Keraterm?

12 Réponse: Oui.

13 Question: De Ljubija?

14 Réponse: Oui.

15 Question: Il l'a fait de son propre chef? C'est lui qui a pris

16 l'initiative ou bien c'était parce qu'il avait reçu un ordre de le faire?

17 Pour autant que vous le sachiez.

18 Réponse: Je ne crois pas qu'il l'a fait de son propre chef, qu'il est

19 amené ces gens. Et je suppose qu'il a dû recevoir un ordre.

20 Question: Dites-moi, quand vous êtes arrivé à Keraterm, vous avez dit que

21 vous êtes allé d'abord dans la pièce n2?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Et pouvez-vous me dire à peu près combien il y avait de

24 personnes qui se trouvaient à ce moment-là dans la pièce n2?

25 Réponse: Près de 400 personnes.

Page 1986

1 Question: Pouvez-vous me dire où vous vous êtes installé vous-même, dans

2 la pièce n2?

3 Réponse: A l'entrée même de la pièce n 2.

4 Question: Vous avez mentionné Milan Anusic?

5 Réponse: Oui.

6 Question: Vous avez dit qu'il a dressé une liste des prisonniers qui se

7 trouvaient dans la pièce n2?

8 Réponse: Oui.

9 Question: Cette liste, c'est lui qui la gardait?

10 Réponse: Oui.

11 Question: A votre connaissance, est-ce que c'était à titre volontaire

12 qu'on a demandé qu'il y ait cette liste qui devait être dressée?

13 Réponse: Ça, je ne le sais pas.

14 Question: Y avait-il un délai pour dresser la liste?

15 M. Tomic (interprétation): Ce cahier a été donné à Anusic par Kajin. Et il

16 lui a été dit de prendre tous les noms des personnes qui se trouvaient

17 dans cette pièce, de dresser cette liste.

18 M. le Président (interprétation): Maître Rodic, comme je l'ai déjà

19 indiqué, il nous faut bien nous arrêter. Il est 5 heures moins 5.

20 Monsieur Tomic, nous allons suspendre jusqu'à 9 heures 30, demain matin.

21 Pendant cette suspension, je vous rappelle qu'il ne convient pas de

22 discuter de votre déposition avec qui que ce soit, que ce soit avec

23 l'accusation ou la défense.

24 Je vous prie de raccompagner le témoin.

25 (Le témoin M. Tomic, est raccompagné hors du prétoire.)

Page 1987

1 (Questions relatives à la procédure.)

2 M. le Président (interprétation): Monsieur Ryneveld, vous vous souvenez

3 qu'on avait parlé de la façon dont le traducteur, M. Pierre Rouve,

4 apporterait son assistance à la Chambre.

5 L'une de ces solutions, l'une de ces manières, ce serait qu'il traduise

6 les résumés des déclarations des témoins en français. Or, il apparaît

7 qu'il serait pratiquement impossible de le faire en temps utile pour que

8 ces traductions soient prêtes pour l'audience, parce que les résumés des

9 déclarations des témoins sont, par force, préparés assez tard.

10 Mais on m'a laissé comprendre qu'on avait trouvé une solution pratique, à

11 savoir que l'accusation lui communiquerait un projet de résumé, que le

12 Bureau du Procureur aurait à sa disposition, cest-à-dire un projet de

13 résumé, sachant bien que le résumé définitif pourrait éventuellement être

14 quelque peu modifié par rapport à ce projet de résumé.

15 Donc cette première version du résumé est extrêmement utile pour la

16 Chambre. Il serait très utile qu'on puisse la traduire. Comme j'ai compris

17 que c'est un document dont dispose déjà le Bureau du Procureur, on

18 pourrait remettre cela au traducteur qui, à l'avance, ainsi, avant les

19 audiences, pourra les traduire et ceci dans une période de temps

20 raisonnable pour réaliser la traduction en question.

21 M. Ryneveld (interprétation): Si vous me permettez de vous répondre, cette

22 demande de résumé est venue un petit peu tard. On avait déjà préparé notre

23 propre manière d'interroger les témoins avec déclarations, etc.. Mais les

24 résumés en tant que tels sont faits le soir, le week-end par notre équipe,

25 parce que nous essayons bien entendu de les fournir en temps utile et de

Page 1988

1 les préparer pour les séances de préparation des témoins.

2 Donc, il y a certains de ces résumés qui ont été préparés à l'avance, mais

3 pas tous. Je peux tout à fait vous fournir les résumés qui sont déjà

4 prêts. Je peux vous les donner pratiquement dans l'instant, mais je ne

5 peux pas vous promettre qu'on a les résumés des déclarations de tous les

6 témoins qui restent, parce que, nous, on fait ça le week-end et le soir.

7 Dans la mesure où cela est possible, nous allons vous communiquer les

8 résumés au fur et à mesure, dès qu'ils seront faits. Nous vous fournirons

9 un exemplaire, à votre demande, sachant bien qu'il est possible que ces

10 déclarations soient modifiées après les séances de préparation, de

11 rencontre des témoins. A ce moment-là, nous rajoutons parfois des

12 informations supplémentaires après avoir rencontré le témoin.

13 M. le Président (interprétation): C'est précisément ce que j'avais

14 compris. Si vous pouviez faire de la sorte, cela serait extrêmement utile

15 pour la Chambre. Est-ce que vous pouvez faire en sorte que cela se fasse?

16 M. Ryneveld (interprétation): Nous allons le faire immédiatement.

17 M. Vucicevic (interprétation): Permettez-moi de faire une suggestion,

18 Monsieur le Président.

19 Nous avons reçu, nous, pratiquement pour tous les témoins, un projet,

20 l'ensemble des informations que le témoin est susceptible de communiquer.

21 Nous avons reçu ça pour tous les témoins. Pour les témoins pour lesquels

22 vous ne disposez pas de résumé de leurs déclarations, peut-être pourrait-

23 on utiliser ce projet de déposition? Parce que nous, quant à nous, nous

24 avons reçu ce document, ce "proffer", pratiquement pour tous les témoins.

25 Donc, ça pourrait être utile. Parce que ceci d'ailleurs figure déjà dans

Page 1989

1 vos dossiers, dans les dossiers relatifs à cette affaire.

2 M. le Président (interprétation): Est-ce qu'on parle de la même chose,

3 Monsieur Ryneveld?

4 M. Ryneveld (interprétation): Non, absolument pas. Je dois dire, en

5 essayant de fournir autant d'informations que possible à la défense, et

6 d'ailleurs je ne pense pas que la défense puisse se plaindre à ce sujet,

7 nous avons fourni à la défense des documents qui ont été préparés il y a

8 très longtemps, avant même que nous n'ayons établi la dernière liste de

9 témoins, lorsqu'on a ajouté M. Sikirica et qu'il a fallu modifier l'Acte

10 d'accusation.

11 Bien entendu, nous avons communiqué à la défense le projet de déposition,

12 le "proffer". Ceci a été réalisé il y a très longtemps mais cela n'a rien

13 à voir avec les déclarations de témoins, c'est complètement différent.

14 C'est d'ailleurs une chose qui ne ressemble même pas parfois à une

15 déclaration. Il s'agit d'un document qui a été réalisé dans le cadre de

16 notre travail interne et, parfois il s'agit d'une synthèse réalisée par un

17 enquêteur de deux ou trois déclarations du même témoin, une espèce de

18 prévision sur ce que le témoin pourrait éventuellement dire dans le

19 prétoire.

20 M. le Président (interprétation): Merci beaucoup, Monsieur Ryneveld. Nous

21 allons nous en tenir à la procédure que nous avions définie avant

22 l'intervention de Me Vucicevic que je remercie. Nous allons maintenant

23 suspendre l'audience jusqu'à 9 heures 30.

24 M. Ryneveld (interprétation): Est-ce que vous dites 9 heures 30 ou 9

25 heures?

Page 1990

1 M. le Président (interprétation): 9 heures 30.

2 M. Ryneveld (interprétation): Merci.

3 (L'audience est levée à 17 heures.)

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25