Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 7316

1 (Mercredi 3 juillet 2002.)

2 (L'audience est ouverte à 9 heures 05.)

3 (Audience publique.)

4 (Questions relatives à la procédure.)

5 M. Milosevic (interprétation): Puis-je poser une question?

6 M. le Président (interprétation): Oui, pendant que nous attendons.

7 M. Milosevic (interprétation): J'aurais aimé que l'on me réponde à la

8 question que j'ai posée hier, quant au fait de savoir pourquoi j'ai reçu

9 la déclaration préalable du témoin dont l'audition était prévue le

10 lendemain, un jour avant.

11 Pour autant que je le sache, les déclarations préalables des témoins sont

12 censées être fournies un mois à l'avance et je suis le seul pour lequel

13 les décisions rendues par vous et les dispositions du Règlement sont

14 enfreintes.

15 La Greffière d'audience peut vous confirmer que c'est seulement hier que

16 j'ai reçu la déclaration du témoin Sandra Mitchell. Et c'est hier que j'ai

17 appris que le 17 avril, vous avez limité à une heure le temps de mon

18 contre-interrogatoire en ordonnant à la partie adverse de fournir

19 certaines informations au sujet de ce témoin pendant cinq minutes. Entre-

20 temps, tout cela a changé de sorte que la partie adverse dispose

21 pratiquement d'un temps illimité, alors que mon temps a été raccourci à 45

22 minutes.

23 Alors, comprenons-nous bien.

24 M. le Président (interprétation): Non, non, nous avons déjà parlé de tout

25 cela. Et je répondrai à votre premier commentaire au sujet de la

Page 7317

1 déclaration du témoin.

2 Apparemment, il y a un problème avec le compte rendu en anglais sur les

3 écrans. Peut-on obtenir le compte rendu sur les écrans?

4 Apparemment, le compte rendu d'audience en anglais est réapparu sur les

5 écrans.

6 L'accusé vient d'évoquer deux points et ce n'est pas la première fois

7 qu'il en parle.

8 Le premier point soulevé par l'accusé, ce matin, consiste à dire que son

9 temps de contre-interrogatoire est limité à 45 minutes alors que

10 l'accusation disposera d'un temps plus long que les cinq minutes qui lui

11 avaient été imparties. Ceci, nous y pensons, mais ces cinq minutes

12 accordées à l'accusation n'étaient pas un temps obligatoire.

13 Il arrive parfois qu'il soit nécessaire pour l'accusation de résumer la

14 déposition d'un témoin sous une forme plus longue que d'habitude. C'est la

15 seule possibilité pour ces témoins d'être entendus et ils traitent parfois

16 d'événements horrifiants.

17 La raison pour laquelle nous avons limité le temps qui vous est imparti,

18 Monsieur Milosevic -et je l'ai déjà dit à plusieurs reprises- réside dans

19 le fait que vous gaspillez ce temps et la Chambre doit se protéger contre

20 l'abus que constitue, à son égard, un gaspillage du temps.

21 J'en arrive à présent au deuxième point que vous venez d'évoquer. La

22 Chambre de première instance a le pouvoir de limiter le temps imparti à

23 l'audition des témoins. Et s'agissant du témoin dont vous venez de parler,

24 à savoir Sandra Mitchell, on nous a dit que sa déclaration préalable vous

25 avait été communiquée le 27 juin. Ceci constitue un délai très court.

Page 7318

1 Néanmoins, nous nous sommes assurés que ce témoin ne déposerait pas

2 jusqu'à demain, ce qui vous a laissé le temps de vous préparer.

3 Car le Règlement ne prévoit qu'une chose, à savoir qu'il faut que vous

4 ayez le temps de vous préparer avant l'audition d'un témoin. Et c'est un

5 point que nous ne perdons jamais de vue lors de la prise ou de la révision

6 de nos décisions.

7 J'aimerais que l'on fasse entrer le témoin suivant.

8 M. Milosevic (interprétation): Je vous en prie.

9 M. le Président (interprétation): Non, Monsieur Milosevic, nous devons

10 avancer. Le temps court et nous ne pouvons pas perdre du temps à entendre

11 de votre bouche des éléments sur lesquels des décisions ont été rendues.

12 M. Milosevic (interprétation): C'est inexact.

13 M. le Président (interprétation): Nous vous entendrons en temps utile

14 lorsque nous traiterons des questions administratives. Mais durant le

15 temps réservé à l'audition des témoins, il nous faut entendre les témoins.

16 Monsieur Ryneveld, vous avez la parole.

17 M. Ryneveld (interprétation): Merci, Monsieur le Président.

18 L'accusation cite à la barre Mustafa Draga. Pendant que l'on fait entrer

19 ce témoin dans le prétoire, j'aimerais vous référer à la page 5 de l'atlas

20 2 du Kosovo.

21 (Le témoin, M. Mustafa Draga, est introduit dans le prétoire.)

22 Sur cette page 5, entre le n°40 et le n°50, vous voyez un rectangle et le

23 nom d'un village Leçinë/Lecina. Donc nous parlerons de la région qui se

24 situe à gauche de cette espèce de rectangle ou de cadran, si nous pouvons

25 le dénommer ainsi, c'est-à-dire de la zone située entre le n°30 et le

Page 7319

1 n°40, 30 centimètres à peu près au nord d'Izbica.

2 M. le Président (interprétation): Je demande au témoin de prononcer la

3 déclaration solennelle.

4 M. Draga (interprétation): Je déclare solennellement que je dirai la

5 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

6 M. le Président (interprétation): Vous pouvez vous asseoir, Monsieur.

7 (Interrogatoire principal du témoin, M. Mustafa Draga, par M. Ryneveld.)

8 M. Ryneveld (interprétation): Monsieur Draga, je crois savoir que vous

9 avez 64 ans et que vous êtes Albanais du Kosovo, Musulman, originaire du

10 village de Leçinë, dans la municipalité de Srbica/Skenderaj. C'est bien

11 cela?

12 M. Draga (interprétation): Oui.

13 Question: Je crois savoir, Monsieur, que vous êtes marié et que vous avez

14 dix enfants, huit fils et deux filles?

15 Réponse: Oui.

16 Question: Est-il exact qu'en mars 1998, quatre de vos fils et l'une de vos

17 filles résidaient toujours avec vous-même et votre épouse dans la même

18 maison?

19 Réponse: Oui.

20 Question: Monsieur, avez-vous fait une déclaration devant des enquêteurs

21 du Tribunal pénal international les 11 et 13 novembre 1999?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Et il y a un mois à peu près, avez-vous eu la possibilité de

24 relire le contenu de cette déclaration, à moins que l'on ne vous en ait

25 donné lecture dans la langue qui est la vôtre?

Page 7320

1 Après quoi, vous avez comparu devant un officier instrumentaire de ce

2 Tribunal et avez déclaré solennellement que le contenu de ces déclarations

3 correspondait au mieux de vos souvenirs et de vos connaissances; et de vos

4 opinions. C'est bien cela, n'est-ce pas, le 10 juin? Excusez-moi, le 8

5 mars 2002?

6 Réponse: Oui.

7 M. Ryneveld (interprétation): Monsieur le Président, Messieurs les Juges,

8 j'aimerais demander le versement au dossier des déclarations 92bis de ce

9 témoin et qu'elles soient enregistrées en tant que pièces à conviction.

10 Pendant que ceci est en cours, je propose de consacrer le temps qui m'est

11 imparti à la lecture d'un bref résumé de ce qui est contenu dans ces

12 déclarations.

13 M. le Président (interprétation): Vous avez cinq minutes.

14 M. Ryneveld (interprétation): C'est un résumé de deux pages. Donc je

15 devrai lire assez vite ou sauter des passages.

16 Mme Ameerali (interprétation): Excusez-moi. Il s'agira de la pièce à

17 conviction de l'accusation 237 et 237A pour la version expurgée.

18 M. Ryneveld (interprétation): Merci beaucoup.

19 Monsieur le Président, vous avez entendu qu'en mars 1999, le témoin

20 résidait à Leçinë. Mais en juillet 1998, il parle dans sa déclaration de

21 l'arrivée de la police serbe dans la zone environnant son village et de la

22 création de barrages routiers. Il indique que les villages situés dans la

23 région où il habitait étaient de temps en temps pilonnés et que certaines

24 personnes ont été tuées.

25 Les villages de Padalishte et de Citak ont été partiellement incendiés en

Page 7321

1 1998. Le témoin et son épouse ont quitté Leçinë pour se rendre à Mitrovica

2 où ils sont restés trois mois, alors que leurs fils et leur fille sont

3 partis pour le Monténégro.

4 Vous découvrirez dans sa déclaration qu'ils sont tous revenus à Leçinë en

5 octobre 1998, lorsque l'OSCE y est arrivée.

6 Dans sa déclaration, le témoin dit que, le 25 mars 1999, Leçinë ainsi que

7 d'autres villages ont été pilonnés à partir de Bjelica et de Padalishte.

8 Ce pilonnage s'est poursuivi toute la journée du lendemain et il a pu voir

9 les forces serbes se rapprocher en mettant le feu à des maisons. Le

10 résultat de tout cela, c'est que lui-même et sa famille ont été l'une des

11 dernières familles à quitter le village pour se rendre à Izbica qui,

12 apparemment, était considérée comme un endroit plus sûr.

13 Ils sont partis le 26 mars. Ils sont ensuite restés dans un champ; vous

14 avez déjà entendu des témoins parler de ce champ situé à l'extérieur

15 d'Izbica. Donc c'est là qu'il a passé quelque temps avec sa famille et il

16 estime qu'il était accompagné de plusieurs milliers d'autres réfugiés dans

17 ce champ très vaste.

18 Le 27 mars, il a vu que les villages situés autour d'Izbica étaient en feu

19 et il parle des différents villages, tels que Broje, Vojnika, Bllozina,

20 Klina-le-Bas, Jashanica et Ozrim. Il dit que des jeunes gens parmi les

21 réfugiés sont partis se cacher dans les bois.

22 Le matin du 28 mars 1999, il a vu les forces serbes avancer en direction

23 d'Izbica et encercler le village. Il estime qu'il y avait à peu près 300

24 soldats présents ou même davantage. Il décrit leurs uniformes et dit que

25 le mot "Milicija" était inscrit sur la manche de leur uniforme. Il décrit

Page 7322

1 donc en détail les vêtements portés par ces hommes.

2 Lorsque ces forces sont arrivées, ils ont séparé les hommes des femmes en

3 laissant les jeunes gens qui avaient moins de 13 ans en compagnie de leur

4 mère. Les soldats ont exigé de l'argent de la foule qui était présente à

5 cet endroit. Et le témoin a vu plusieurs personnes remettre de l'argent

6 aux soldats. Parce que lui-même n'avait pas d'argent, il a été frappé avec

7 la crosse d'un fusil par l'un des soldats et également insulté

8 verbalement.

9 Il dit ensuite que les officiers de police les ont fait mettre les hommes

10 en rangs; ils les ont répartis en deux groupes et leur ont ordonné de

11 marcher vers l'est et l'ouest à travers les bois. Il dit qu'il y avait un

12 officier de police responsable et que 70 hommes composaient le groupe

13 auquel il appartenait, à peu près. Dans sa déclaration, il donne le nom de

14 16 hommes qu'il connaissait, qui provenaient de la région de Leçinë.

15 Après avoir marché à peu près 500 mètres; les hommes ont reçu l'ordre de

16 s'arrêter et de faire demi-tour. Il a vu 30 officiers de police les

17 encercler. Il vous dira ensuite que la police a commencé à tirer sur les

18 hommes qui étaient en train de faire demi-tour. Le témoin est tombé au sol

19 alors que les coups de feu ont commencé. Un autre homme dont il donne le

20 nom, qui porte également le prénom de Draga, est tombé par-dessus lui;

21 lui-même a été blessé et cet homme est tombé sur lui. Des balles étaient

22 tirées dans tous les sens. Le témoin a entendu des cris de douleur de ceux

23 qui étaient frappés par ces balles; il n'a pas été frappé par une balle.

24 Il est donc resté indemne, mais il est resté couché sous le corps de cet

25 autre homme qui était tombé sur lui lorsque les coups de feu ont commencé.

Page 7323

1 Il dit que le bruit qu'il a entendu ressemblait à celui d'armes

2 automatiques et que les tirs ont duré pendant une ou deux minutes. Il

3 poursuit en disant qu'il est resté tranquille pendant 20 à 30 minutes,

4 temps pendant lequel il a entendu des coups de feu provenant d'une

5 certaine distance. Puis, il a vu la police mettre le feu aux maisons

6 d'Izbica. Lorsqu'il a pensé être en sécurité, il a rampé jusqu'à la forêt

7 voisine où il a retrouvé certains survivants. Ils sont restés dans les

8 bois pendant les deux jours suivants.

9 Il nous dit ensuite dans sa déclaration ce qui s'en est suivi. Le mardi 30

10 mars, ils sont tous partis pour d'autres villages. Ils ont enterré les

11 morts. Ils ont trouvé les corps de quatre hommes tués sur des tracteurs,

12 dans le champ, et, parmi eux, un homme paralysé, Zoje Osmana, qui a brûlé

13 vif sur la remorque de son tracteur.

14 Vous vous rappellerez, il y a quelques mois, avoir entendu des femmes

15 parler de cet incident. Le commandant, un commandant de l'UCK qui était

16 présent les 30 et 31, a établi une liste détaillée des corps. Le témoin a

17 également entendu le bruit de ces corps en train de se faire brûler sur

18 place, mais il n'a pas vu les faits.

19 Il décrit ensuite comment il est resté les bois avec des centaines

20 d'autres personnes pendant six semaines, jusqu'à l'arrivé de l'OTAN au

21 Kosovo, et il finit par nous dire qu'il est rentré à Izbica pour trois ou

22 quatre jours avant de retourner à Leçinë, où il a trouvé une maison

23 détruite par le feu. Il a vu que ses vaches avaient disparu, que sa

24 voiture avait été incendiée, que son tracteur avait été endommagé.

25 Ceci est un bref résumé des événements. Inutile de dire que je ne rends

Page 7324

1 pas justice à la totalité de la déclaration en cinq minutes, mais c'est un

2 résumé.

3 Voilà ce que je voulais vous dire, Monsieur le Président. Les questions du

4 contre-interrogatoire peuvent commencer.

5 M. le Président (interprétation): Merci.

6 Monsieur Milosevic, vous avez la parole.

7 (Contre-interrogatoire du témoin, M. Mustafa Draga, par l'accusé M.

8 Milosevic.)

9 M. Milosevic (interprétation): Monsieur Draga, lorsque vous vous êtes

10 retrouvé dans ce groupe avec un certain nombre d'autres habitants de

11 plusieurs villages de la région d'Izbica, c'est ce que vous avez dit,

12 n'est-ce pas? J'ai bien compris votre déclaration?

13 M. Draga (interprétation): Oui, ils nous ont divisés et alignés en deux

14 groupes. Et ils nous ont maintenus là, sur place, en nous insultant; ils

15 nous ont demandé de l'argent, ensuite ils nous ont frappés, et puis, ils

16 nous ont répartis en deux groupes et emmenés, un groupe vers l'ouest et un

17 groupe vers l'est. J'étais dans le groupe qu'on a emmené à l'est.

18 Question: Combien d'habitants y avait-il dans ce champ, dans ce pré où

19 vous dites que vous avez été encerclés par les soldats, insultés par les

20 soldats, etc.? Combien étiez-vous?

21 Réponse: Le 27, il y avait 15.000 ou 16.000 personnes. Certains ensuite

22 sont partis vers Tusilje et nous nous sommes retrouvés à 5 ou 6.000.

23 Question: Donc, le jour où ont eu lieu les coups de feu dont vous avez

24 parlé, il y avait à cet endroit 15.000 ou 16.000 personnes. C'est bien

25 cela?

Page 7325

1 Réponse: Non, quand nous avons été exécutés, nous étions 5 ou 6.000. Le

2 27, nombreux ont été ceux qui sont partis, et la majorité d'entre eux sont

3 allés vers le village de Tusilje.

4 Question: Donc, quand ils ont tiré sur vous, vous étiez 5 à 6.000. Vous

5 dites qu'ils avaient séparé les hommes des femmes pour emmener les hommes

6 se faire tuer.

7 Vos propos signifient-ils que tout le reste était constitué de femmes et

8 d'enfants?

9 Réponse: Ceux qui restaient étaient des femmes, des enfants et on les a

10 envoyés dans la direction de Vojnik et Turiqevc.

11 Question: Donc, sur la totalité d'entre vous, 5 ou 6.000 personnes donc,

12 il n'y avait que 150 d'entre vous qui étiez des hommes. C'est bien ce que

13 vous affirmez, n'est-ce pas?

14 Réponse: Oui. Il y en avait plus, mais ceux qui ont été tués étaient au

15 nombre de 144.

16 Question: Bien. Mais quand ils ont tiré sur vous, vous étiez à quelle

17 distance de ce groupe de 5.000 personnes? Vous dites que vous avez marché

18 sur quelques centaines de mètres dans la direction des bois.

19 Réponse: Excusez-moi, mais d'abord, ils ont emmené les femmes et les

20 enfants et, ensuite, ils nous ont répartis en deux groupes. Ils ont envoyé

21 un groupe vers l'est et un groupe vers l'ouest. Les femmes ont été

22 emmenées à 5 ou 600 mètres de distance par rapport à nous lorsque nous

23 avons été exécutés. A pied.

24 M. Milosevic (interprétation): Cela veut dire qu'ils ont d'abord emmené

25 les femmes et les enfants, de sorte qu'il n'y avait personne dans le champ

Page 7326

1 quand ils ont tiré sur vous?

2 M. le Président (interprétation): Quel est le sens de cette question? Cela

3 paraît un commentaire tout à fait dépourvu de sens. Bien sûr, il y avait

4 des gens dans ce champ lorsque les exécutions ont commencé. Etes-vous en

5 train de remettre en cause l'existence de ces exécutions? Etes-vous en

6 train de contester la déposition du témoin sur ce fait, sur ce point?

7 M. Milosevic (interprétation): Bien sûr, bien sûr, Monsieur May. Avant ce

8 témoin, nous avons entendu M. Milazim Thaqi qui a aussi été la cible de

9 coups de feu, d'après ce qu'il a dit, et qui a également été sauvé par

10 l'aide de Dieu. Comme M. Draga qui a été exécuté par une mitrailleuse

11 lourde à huit mètres de distance. Et la pièce à conviction, la

12 photographie avec une chemise où on voit des trous sur cette chemise, est

13 une pièce à conviction que vous avez admise au dossier. Donc, bien sûr, je

14 conteste cela aussi d'ailleurs.

15 M. le Président (interprétation): Etes-vous en train de dire que le témoin

16 ne dit pas la vérité sur ce point? Est-ce ce que vous êtes en train de

17 dire?

18 M. Draga (interprétation): Je suis désolé, mais le Tribunal cherche à

19 découvrir la vérité et l'accusé devrait s'être trouvé parmi nous et avoir

20 vu comment les gens ont été tués et massacrés et comment les villages ont

21 été incendiés.

22 M. Milosevic (interprétation): Donc, bon, vous avez survécu parce que Dieu

23 vous a protégé, c'est bien ça? Ils vous ont raté, alors qu'ils se

24 trouvaient à quelques mètres de vous, d'après ce que vous dites dans votre

25 déclaration écrite, à quelques mètres à peine de vous et qu'ils tiraient

Page 7327

1 sur vous avec une mitrailleuse lourde. Et vous avez été sauvé par Dieu,

2 c'est bien cela?

3 M. Draga (interprétation): J'ai été sauvé par Dieu afin de venir ici pour

4 témoigner de la vérité, parce que seul Dieu m'a sauvé de la police serbe,

5 parce qu'ils ont tiré sur moi, ils ont massacré des gens, ils ont

6 incendié, ils ont égorgé des gens.

7 Question: Bien, Monsieur Draga. Dans votre déclaration écrite, vous dites

8 qu'ils vous ont séparé de ce groupe très important et qu'ils vous ont

9 emmené à quelques centaines de mètres en direction de la forêt.

10 Aujourd'hui, vous dites qu'après vous avoir séparé de ce groupe important,

11 ils vous ont placé dans un autre groupe plus particulier et emmené quelque

12 part en direction des bois. Alors, qu'est-ce qui est juste: la première ou

13 la deuxième version?

14 Réponse: Je suis désolé, parce que vous essayez de me provoquer. Ils ont

15 d'abord séparé les femmes qu'ils ont envoyées dans la direction de

16 Turqvic. Et ensuite, ils ont fait mettre les hommes en ligne sur la route,

17 ils leur ont infligé toutes sortes d'insultes et ils ont dit: "Quel

18 rapport avez-vous avec Thaqi?". Et puis, ils nous ont répartis en deux

19 groupes. Et ils ont envoyé un groupe vers l'est et un autre groupe vers

20 l'ouest. Et moi, j'appartenais au groupe qui a été envoyé dans la

21 direction de l'est.

22 Ce que vous dites, ce ne sont que des provocations. Milazim lui était dans

23 le groupe qui a été envoyé à l'ouest. Et voilà ce que j'ai dit dans ma

24 déclaration écrite, et tout cela est vrai.

25 Question: Eh bien, soyons très précis sur tout cela. Vous avez d'abord

Page 7328

1 dit, dans votre déclaration écrite, qu'ils ont emmené les gens, et puis,

2 aujourd'hui, vous prétendez qu'avant votre exécution, ils ont emmené les

3 autres à 500 ou 600 mètres. Ce qui signifie que les autres ont dû voir ce

4 qui s'est passé, ils ont dû voir le moment où vous vous êtes fait exécuter

5 ces 5 ou 6.000 personnes qui se trouvaient là.

6 Est-ce qu'ils n'ont rien vu ou bien l'ont-ils vu? Oui ou non?

7 M. Ryneveld (interprétation): Monsieur le Président?

8 M. le Président (interprétation): Oui?

9 M. Ryneveld (interprétation): Avant que le témoin…

10 M. le Président (interprétation): Oui, le témoin devrait avoir la

11 possibilité de répondre à cette question. Sait-il lire? Peut-il lire la

12 déclaration écrite?

13 Un instant, Monsieur Draga, nous allons régler le problème.

14 Est-ce que le témoin peut lire sa déclaration écrite?

15 M. Ryneveld (interprétation): Je crois. Je ne sais pas s'il a besoin de

16 lunettes ou pas, mais, en tout cas, je vous invite à vous rendre en page 4

17 de la déclaration écrite de ce témoin qui a été versée au dossier,

18 deuxième paragraphe entier, où il est dit précisément: "Les femmes et les

19 enfants ont été écartés de nous et, ensuite, on leur a dit de commencer à

20 marcher en direction de Turqvic".

21 Après, le témoin parle de la répartition de groupes envoyés l'un à l'est,

22 l'autre à l'ouest.

23 Donc ce que l'accusé est en train de dire au témoin n'est pas juste, parce

24 que ce qui est juste figure dans le résumé de la déclaration.

25 M. le Président (interprétation): Oui. Il dit: "Ce groupe va à l'est et

Page 7329

1 cet autre groupe va à l'ouest. Le groupe auquel j'appartenais…".

2 Enfin, essayons de voir ce qui est écrit. Je cite: "Le groupe auquel

3 j'appartenais se composait d'environ 60 hommes. On nous a dit de marcher

4 dans la direction indiquée". Puis il décrit les policiers et, ensuite, il

5 donne les noms des hommes qui faisaient partie de son groupe.

6 Et puis -je cite-: "Nous avons marché, selon mon estimation, sur 500

7 mètres environ, pas plus, en grimpant sur la colline dans la direction de

8 l'est par rapport à la vallée. Les policiers criaient dans notre

9 direction. Nous nous sommes retournés, etc.".

10 M. Ryneveld (interprétation): C'est exactement ce que je voulais dire,

11 Monsieur le Président; j'essayais de dire que le témoin a répondu en

12 disant qu'il n'a pas dit ce qu'a dit l'accusé, dans sa déclaration. Il

13 n'est pas juste de laisser entendre cela.

14 Peut-être pourrions-nous avoir un exemplaire de la déclaration du témoin

15 en albanais pour qu'elle lui soit soumise? Je vais essayer d'éviter tout

16 qualificatif inéquitable, s'agissant de sa déclaration, dans les questions

17 qui lui sont posées, mais je ne peux pas tout faire à moi tout seul.

18 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, il ne faut pas que

19 vous détourniez les témoins de ce qu'ils veulent dire ou de ce qu'ils ont

20 dit en leur soumettant des éléments qui sont inexacts. Ce n'est ni juste à

21 l'égard du témoin, ni juste de façon générale parce que vous essayez de

22 tromper la Chambre de cette façon.

23 Alors, qu'un exemplaire de sa déclaration soit remis au témoin.

24 M. Milosevic (interprétation): Je souhaitais simplement établir, Monsieur

25 May, à quelle distance se trouvaient tous les gens par rapport au groupe

Page 7330

1 dont faisait partie le témoin.

2 M. Draga (interprétation): Je vais lire la déclaration.

3 M. le Président (interprétation): Non, non, non, pas nécessaire de la

4 lire. Attendez une minute.

5 Monsieur Milosevic, vous pouvez poser cette question au témoin -elle est

6 parfaitement équitable, elle est parfaitement justifiée-, mais vous ne

7 devez pas déformer les propos du témoin dans sa déclaration.

8 Alors, la question qui vous est posée, Monsieur Draga, est la suivante: à

9 quelle distance se trouvait le lieu d'exécution par rapport au groupe

10 important de gens qui étaient dans le champ?

11 M. Draga (interprétation): Il se trouvait à environ 500 mètres de

12 distance. Ils étaient en train de marcher, donc ils étaient peut-être

13 encore un peu plus loin.

14 M. Milosevic (interprétation): Et si j'ai bien compris maintenant ce que

15 vous dites, après relecture de ce passage de votre déclaration, vous avez

16 grimpé sur les flancs de la colline par rapport aux gens qui se trouvaient

17 dans le champ?

18 M. Draga (interprétation): Nous montions sur la colline au moment où ils

19 nous exécutaient. Mais il me semble que ces questions sont provocatrices

20 parce que ces événements dont je parle sont authentiques. Mon témoignage

21 n'est pas un faux témoignage.

22 M. le Président (interprétation): Monsieur Draga, vous devez faire preuve

23 d'un peu de patience.

24 L'accusé a le droit de poser des questions destinées à établir la vérité

25 et à faire la clarté sur les événements; donc ayez un peu de patience et

Page 7331

1 répondez aux questions. Si les questions sont injustes, comme vous venez

2 de le voir, l'accusé sera interrompu.

3 M. Draga (interprétation): Excusez-moi, je regrette. Je regrette pour vous

4 parce que vous êtes très important.

5 M. Milosevic (interprétation): Très bien. Puisque vous grimpiez sur les

6 flancs de la colline, par rapport au groupe qui se trouvait à peu près à

7 500 mètres de distance par rapport à vous, cela signifie-t-il que ce

8 groupe de personnes ont été des témoins oculaires de l'exécution et que

9 vous avez été exécutés à une distance de 500 mètres à peu près, par

10 rapport à un endroit où ces gens se trouvaient et où ils ont pu voir ce

11 qui se passait, ces 5 ou 6.000 personnes?

12 M. Draga (interprétation): Ces personnes étaient en train de marcher dans

13 la direction de Turqvic et de Klina. Je ne sais pas s'ils ont pu voir ce

14 qui se passait ou pas. Ils étaient escortés alors qu'ils étaient en train

15 de marcher et ils marchaient en s'écartant de nous.

16 M. Milosevic (interprétation): Je comprends très bien, mais je suppose

17 qu'à la distance de 500 mètres, on entend très clairement les coups de

18 feu, à cette distance. Et donc, lorsqu'on tire, est-ce que vous supposez

19 que c'est quelque chose qui peut attirer l'attention et que, si vous êtes

20 debout sur une colline pendant qu'on tire sur vous, les gens au pied de la

21 colline peuvent le voir?

22 M. le Président (interprétation): Il a déjà répondu à cette question. Il

23 nous dit qu'il ne sait pas qu'ils auraient pu entendre ou voir.

24 M. Milosevic (interprétation): Très bien, très bien.

25 M. Draga (interprétation): Excusez-moi, mais ce n'était pas à plus de 500

Page 7332

1 mètres de nous. Ils étaient tous à la droite.

2 Question: Très bien, Monsieur Draga. Toutes ces choses sont claires pour

3 moi, maintenant.

4 Est-ce que vous pourriez me le dire, si vous le savez, dans votre région,

5 du 24 mars au 29 mars, des combats importants se sont déroulés entre

6 l'armée et la police, d'une part, et l'UCK, d'autre part?

7 Réponse: A ma connaissance, l'UCK ne s'est pas battue du tout parce

8 qu'elle n'était pas en mesure de le faire: elle n'avait pas d'armes.

9 Question: Donc vous dites que l'UCK n'avait pas d'armes et que c'est la

10 raison pour laquelle ils ne se sont pas battus?

11 Réponse: Eh bien, ils avaient des armes, ils avaient des fusils, des

12 canons à feu, ils n'avaient pas d'équipement lourd, genre canons, chars,

13 etc.

14 Question: Bien. Et savez-vous que, dans votre région, il y avait environ

15 2.500 membres de l'UCK et qu'ils étaient tous armés? Est-ce que vous savez

16 cela?

17 Réponse: Je ne sais pas s'il y en avait 2.500. Je n'en ai pas vu beaucoup,

18 je ne suis pas resté souvent chez moi.

19 Question: Et pourriez-vous, s'il vous plaît, me dire combien vous en avez

20 vu? Vous n'en avez pas vu 2.500, mais combien en avez-vous vu?

21 Réponse: J'en ai vu une dizaine, ça ne m'intéressait pas beaucoup en fait.

22 M. Milosevic (interprétation): Alors plus tard, si j'ai bien compris

23 également, et d'après les déclarations de Milazim Thaqi et d'autres, vous

24 avez dit que des funérailles avaient été organisées. Nous avons déjà

25 établi que ces funérailles avaient été organisées par l'UCK, est-ce exact

Page 7333

1 ou non?

2 M. Draga (interprétation): Il y avait davantage de civils. Il n'y avait

3 pas beaucoup de membres de l'UCK aux funérailles.

4 Sadik Xhemajli a été le premier à les avoir organisées et il a dressé une

5 liste de noms; il y avait très peu de membres de l'UCK présents ce jour-

6 là.

7 M. Milosevic (interprétation): Eh bien, ce Sadik Xhemajli, commandant de

8 l'UCK, est-ce qu'il était présent?

9 M. le Président (interprétation): Ceci suppose que le témoin savait qu'il

10 était commandant de l'UCK. Est-ce qu'il était commandant de l'UCK?

11 M. Draga (interprétation): Sadik Xhemajli n'était pas commandant de l'UCK,

12 mais c'est lui qui organisait les funérailles ce jour-là.

13 Et je ne sais pas s'il était commandant ou non.

14 M. Milosevic (interprétation): Donc, vous ne savez pas s'il était

15 commandant? Très bien.

16 Et est-il exact que certains jeunes gens de votre propre village étaient

17 également membres de l'UCK?

18 M. Draga (interprétation): Il y en avait certains, mais je ne sais pas

19 combien.

20 Question: Et pourrez-vous me dire s'il y avait des Serbes qui vivaient

21 dans votre village?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Quels étaient vos rapports avec les Serbes?

24 Réponse: Dans une certaine mesure, ils n'étaient pas trop mal, ils étaient

25 moyens, mais ensuite les relations se sont complètement gâtées.

Page 7334

1 Question: Vous avez dit dans votre déclaration qu'en été, en juillet 1998,

2 la police serbe est venue dans votre région, est-ce exact?

3 Réponse: En 1998, oui. La police serbe est venue en 1998 et m'a emmené au

4 poste de police et ils m'ont battu à plusieurs reprises.

5 Question: Et pourriez-vous me dire, s'il vous plaît, où cela se trouve

6 dans votre déclaration? Je n'ai pas pu le trouver. Peut-être, quelqu'un

7 pourrait-il m'aider, quand vous avez dit qu'en 1998, vous avez été emmené

8 au poste de police et battu?

9 Réponse: Oui, ils nous ont emmenés en 1998 parce qu'en 1999, nous avons

10 fui, si nous le pouvions.

11 Question: Au début de votre déclaration, vous dites au dernier paragraphe:

12 "L'été 1998, en juillet, la police serbe est venue dans la région établir

13 des points de contrôle. Les choses sont devenues tendues. Il y a eu des

14 pilonnages du village et beaucoup de gens ont quitté le village pour leur

15 propre sécurité. Certains se sont rendus au Monténégro, d'autres à

16 Mitrovica au Kosovo. Nous avons quitté nos maisons et nous sommes partis

17 pendant plusieurs mois." (Fin de citation.)

18 Vous dites que vous êtes allé à Kosovska-Mitrovica et que vous êtes resté

19 là pendant quelques temps avec vos fils et votre fille?

20 Vous n'avez pas dit que vous aviez été emmené au poste de police en 1998

21 et que vous avez été battu: pourquoi n'avez-vous pas dit cela?

22 Réponse: Je ne l'ai pas dit. En fait, c'est avant 1998, et pas en 1998

23 qu'ils m'ont emmené.

24 Question: Bien, quand, avant 1998?

25 Réponse: Je ne connais pas la date. Mais ils m'ont pris dans la cour et

Page 7335

1 ils ne m'ont même pas permis de m'habiller. Et pendant trois jours, ils

2 m'ont gardé.

3 Question: Est-ce que c'était en 1997? En 1996?

4 Réponse: En 1997.

5 Question: Quelle époque en 1997?

6 Réponse: C'était en hiver.

7 Question: Cela veut dire fin 1997 ou début 1997?

8 Réponse: Cela a dû être à la fin 1997.

9 Question: Et pourquoi vous a-t-on emmené au poste de police?

10 Réponse: Ils nous ont emmenés parce que, depuis 1991, nous n'avions plus

11 la paix: nous avions toujours des ennuis, on nous battait.

12 Question: Donc à partir de 1991, vous avez été battu?

13 Réponse: Vous savez très bien tout cela. Je ne sais pas pourquoi vous

14 posez ces questions.

15 Question: Très bien. Est-ce que vous savez, est-ce que vous pouvez me dire

16 à cette époque, en 1998, en juillet, lorsque vous dites que la police a

17 établi des points de contrôle, que s'est-il passé avant cela, pour que la

18 police vienne? Qu'est-ce qui s'était passé dans votre région pour que la

19 police vienne et établisse ces points de contrôle?

20 Réponse: Rien du tout. Ce qui s'est passé, c'était vos ordres. Et le monde

21 entier a pu le voir: une population innocente, des gens sans défense.

22 Question: Cela veut-il dire que vous ne savez absolument rien des choses

23 qui se sont passées dans votre région? Vous ne savez rien des massacres,

24 des kidnappings, des crimes qui étaient commis par l'UCK à l'époque où la

25 police a établi ces points de contrôle? Ou est-ce que vous savez quelque

Page 7336

1 chose, au moins?

2 Réponse: Je ne sais rien du tout. J'étais à Mitrovica, j'étais dans les

3 collines. Je ne sais pas ce qui s'est passé.

4 Question: Avant que la police n'établisse les points de contrôle, ça veut

5 dire avant juillet 1998, lorsque vous avez dit que les points de contrôle

6 ont été établis et qu'ensuite vous avez quitté le village, est-ce que vous

7 savez ce qu'il s'était passé avant ce moment, à l'époque où vous étiez

8 encore dans le village?

9 Réponse: Rien du tout, rien ne s'est passé. Nous n'osions pas nous rendre

10 aux points de contrôle. Depuis dix ans, nous avions eu des ennuis sans

11 arrêt. Je ne sais pas pourquoi vous posez ces questions parce que vous

12 savez très bien vous-même ce qui s'est passé.

13 Question: Bien.

14 Et savez-vous... Plutôt est-il vrai que c'est exactement au cours de cette

15 période, au mois de mars, que la 145e Brigade de l'UCK était dans votre

16 région? Est-ce que vous le savez?

17 Réponse: Je ne sais pas où ils étaient positionnés, je ne sais rien d'une

18 Brigade portant ce numéro.

19 Question: Bien. Est-ce que vous savez quelque chose d'une brigade sans

20 numéro ou avec un numéro différent?

21 Réponse: J'ai dit que cela ne m'intéressait pas de savoir qui ils étaient

22 ni où ils étaient. Tout ce qui m'intéressait, c'était de m'occuper de ma

23 propre famille, de rester avec ma famille.

24 Question: La raison de l'établissement de ces points de contrôle aurait-

25 elle pu être la présence de l'UCK dans votre région?

Page 7337

1 Réponse: Je ne sais pas. Je crois que vous devez savoir cela mieux que

2 moi.

3 Question: Bien. Dans votre déclaration, vous dites que le 25 mars, avant

4 les bombardements de l'OTAN de la Serbie, des Serbes sont venus dans le

5 village de Lecina. Est-ce exact?

6 Réponse: Lorsque l'OTAN a bombardé, ils sont entrés dans... je pense que

7 c'était dans Lecina. Je crois qu'ils ont commencé le 25 et, le 26, ils ont

8 tout brûlé.

9 M. Milosevic (interprétation): Bien.

10 Vous dites que le 25 mars -c'est à la page qui se termine par 36-, vous

11 dites que le jour où l'OTAN a commencé à bombarder les Serbes, est-ce que

12 vous savez que le bombardement a eu lieu le 24?

13 M. le Président (interprétation): Dans la traduction en anglais, c'est ce

14 qu'on dit. Le 25 mars, le jour après que l'OTAN a commencé le bombardement

15 contre les Serbes; donc, en anglais, on dirait bien qu'il s'agit de cette

16 date.

17 M. Milosevic (interprétation): Très bien, Monsieur May. En BCS, c'est

18 différent et c'est la raison pour laquelle je le cite. Et si vous croyez

19 que ce n'est pas correct, alors re-vérifiez la version BCS. Mais laissez-

20 moi poser une autre question.

21 Vous avez dit que l'OTAN a commencé à bombarder les Serbes. Est-ce que

22 l'OTAN a bombardé uniquement les Serbes du Kosovo ou est-ce qu'ils ont

23 bombardé l'ensemble du Kosovo et de la Yougoslavie?

24 M. le Président (interprétation): Ce n'est pas une question à laquelle le

25 témoin...

Page 7338

1 Y a-t-il eu des bombardements dans votre région par l'OTAN, des

2 bombardements par l'OTAN?

3 M. Draga (interprétation): Il n'y avait rien de la part de l'OTAN.

4 M. Milosevic (interprétation): Monsieur May, si le témoin dit que l'OTAN a

5 commencé à bombarder les Serbes… Et je lui ai posé une question à ce

6 sujet, à savoir si l'OTAN a bombardé uniquement les Serbes, ou alors s'ils

7 ont bombardé le Kosovo et l'ensemble de la Yougoslavie. Je suppose que

8 c'est une question légitime?

9 M. le Président (interprétation): Non, il a donné son témoignage, il peut

10 témoigner de ce qu'il a vu ou ce qu'il a entendu lui-même. Pour ce qui est

11 des questions plus générales, ce sont des questions sur lesquelles nous

12 devons décider.

13 M. Milosevic (interprétation): Cela veut dire que dans sa déclaration, il

14 parlait de choses qu'il n'a pas vues de ses propres yeux? Je m'en tiens à

15 sa déclaration et je dois faire une sélection de sa propre déclaration en

16 séparant ce qu'il a vu des ses propres yeux et ce qu'il n'a pas vu.

17 Où avez-vous obtenu l'information selon laquelle les forces serbes ont

18 bombardé Klina-le-Bas?

19 M. Draga (interprétation): Je n'ai pas dit que les forces serbes avaient

20 fait le bombardement. C'étaient des forces militaires serbes et non pas

21 l'OTAN qui ont fait ce bombardement.

22 Question: Les forces de l'OTAN n'ont bombardé ni les Albanais ni les

23 Serbes, mais uniquement les forces serbes. Très bien.

24 Est-ce que vous avez vu les bombardements du village de Lecina?

25 Réponse: Excusez-moi, de quel bombardement parlez-vous?

Page 7339

1 Question: Je veux dire: n'importe quel bombardement du village. Est-ce que

2 vous avez vu le bombardement du village de Lecina? C'est tout ce que je

3 vous demande.

4 Réponse: Il n'y a pas eu de bombardement. Je ne parle pas de Klina, je

5 parle de notre village. Il y avait des mortiers et il y avait des

6 pilonnages d'obus.

7 Question: Mais est-ce que vous avez vu vous-même ce dont vous parlez?

8 Réponse: Il n'y avait aucune façon de le voir. Nous l'avons vu parce qu'il

9 y avait des balles qui arrivaient à nos pieds.

10 Question: Quelles balles arrivaient à vos pieds?

11 Réponse: Quel genre de balles? Eh bien, les balles qu'ils tiraient;

12 c'étaient surtout des mortiers, mais il y avait d'autres armes également.

13 Question: Donc ce qui tombait autour de vos pieds était des obus de

14 mortier, c'est exact? C'est bien ça que vous voulez dire?

15 Réponse: C'étaient des mortiers qui étaient tirés dans les collines où

16 nous nous cachions. Mais je ne sais pas ce que vous voulez faire avec

17 toutes ces questions provocantes.

18 Question: J'essaie d'établir si vous aviez vu les pilonnages du village de

19 Lecina. Vous avez dit qu'il y avait des projectiles qui tombaient à vos

20 pieds et ensuite, tout de suite après, vous dites qu'il s'agissait d'obus

21 de mortiers. J'essaie d'établir si c'est vraiment vrai, si vous dites que

22 ce sont des obus de mortier qui tombaient à vos pieds.

23 Réponse: Toutes ces choses sont vraies, qu'il s'agissait de mortiers, de

24 lance-grenades ou de mitrailleuses. Nous essayions de partir et nous ne

25 pouvions pas le faire.

Page 7340

1 Question: Et où étiez-vous à ce moment-là? Etiez-vous dans le village ou

2 dans les collines?

3 Réponse: Ce jour-là, le 26, ils pilonnaient à 5 heures. Ils ont pilonné la

4 maison de mon frère et des obus sont tombés également dans ma cour; je

5 suis resté dans les collines d'Izbica. Tous les jours, ils tiraient des

6 obus à partir de Klina et Vojnika.

7 Question: Dites-moi si c'est dans votre village ou dans les montagnes que

8 vous vous cachiez lorsqu'ils bombardaient tous les jours?

9 Réponse: Les collines et les bois ont été bombardés pendant toute une

10 semaine, jusqu'à ce que nous puissions retirer les corps d'Izbica. Et ils

11 ont continué les pilonnages jusqu'à ce qu'ils nous permettent d'aller

12 chercher les corps.

13 Question: Très bien. Donc vous avez vu des corps près d'Izbica. Et ces

14 corps, étaient-ce les corps de gens qui avaient été exécutés par un

15 peloton d'exécution?

16 Réponse: C'étaient les corps d'hommes qui ont été exécutés. Ils étaient

17 brûlés; la plupart d'entre eux avaient perdu la moitié de leur tête.

18 C'était un tir de mitrailleuse ou je ne sais pas quel genre de tir avait

19 fait cela.

20 Question: Bien. Mais vous venez de nous dire que vous vous cachiez dans

21 les collines qui étaient sous les obus; plus tard, vous êtes venu, vous

22 avez vu des corps près d'Izbica et vous avez commencé à rassembler les

23 corps. Est-ce exact?

24 Réponse: Je vous parle du jour des funérailles, parce que je n'ai pas

25 beaucoup vu les corps. En fait, j'essayais de sauver ma propre vie.

Page 7341

1 Question: Attendez, Monsieur Draga.

2 Il y a quelques instants, vous avez expliqué et je suis l'ordre de vos

3 explications.

4 Est-ce que vous voudriez, s'il vous plaît, me dire si j'ai raison? Votre

5 village de Lecina a été bombardé et, après ce bombardement, alors que des

6 projectiles tombaient autour de vos pieds, vous vous êtes sauvé vers les

7 collines, vous vous êtes caché. On a pilonné les collines et, ensuite,

8 vous êtes arrivé à Izbica, vous avez vu les corps et vous avez commencé à

9 les ramasser. C'est ce que vous nous avez dit il y a quelques instants.

10 Est-ce bien cela qui s'est passé?

11 Réponse: Lorsque je suis sorti de Lecina, il y avait des pilonnages et les

12 exécutions se sont faites le 28 mars, le jour de Bajram. Et c'est votre

13 police… Et la police nous a dit: "C'est Bajram, vous pouvez tuer les

14 agneaux et nous, nous allons vous tuer".

15 Question: Et c'est ça qu'ils vous ont dit, qu'ils allaient vous tuer?

16 Réponse: C'est ça qu'ils ont dit.

17 Question: Pourquoi n'avez-vous pas mis cela dans votre déclaration? C'est

18 tellement important.

19 Réponse: Il est possible que j'aie oublié de le dire, mais, en tout cas,

20 c'est ce qui s'est passé.

21 Question: Donc, de ces collines où vous vous cachiez, après avoir fui de

22 votre village de Lecina, vous avez fui face au bombardement. Vous êtes

23 revenu de ces collines, vous avez ramassé les corps autour d'Izbica. C'est

24 exact?

25 Réponse: Nous sommes allés à Izbica, le 26. Nous sommes allés dans nos

Page 7342

1 maisons, mais les hommes ou les jeunes garçons et les femmes, ils sont

2 sortis plus tôt. Moi, je suis sorti dans la nuit. Le 26 ou le 27, nous

3 sommes restés là toute la journée. Le 28, ils sont venus vers 10 heures

4 -je n'avais pas d'heure mais, enfin, c'était à peu près vers cette heure-

5 là- et les policiers sont arrivés.

6 Ils nous ont entourés. Ils nous ont séparé des femmes. Ils nous ont

7 alignés. Ils nous ont insultés. Ils nous ont demandé de l'argent. Ils nous

8 ont frappés. Et, comme je l'ai dit précédemment, ils nous ont envoyés vers

9 l'est et vers l'ouest. Les corps sont restés là du dimanche au mercredi.

10 Et je n'ai pas dit que j'avais récupéré des corps dans les bois ou lorsque

11 je suis sorti de Leçinë, ce soir-là. Ces questions ne veulent rien dire.

12 M. Milosevic (interprétation): Eh bien, vous venez de répéter une fois de

13 plus l'histoire depuis le début, ce qui ne correspond pas à ce que vous

14 aviez dit précédemment au sujet de votre fuite du village de Lecina.

15 M. le Président (interprétation): Non, il a été très clair. C'est vous qui

16 compliquez les choses, Monsieur Milosevic, avec vos questions; puisque ce

17 qu'il nous dit est tout à fait clair. Il nous a expliqué très clairement

18 où il était, là.

19 Mais le temps passe. Je vous laisse encore deux ou trois questions.

20 M. Milosevic (interprétation): Bien.

21 Nous avons ici une photographie du Bureau du Procureur. Qui a réalisé

22 cette photographie des personnes qui ont été tués près d'Izbica? Est-ce

23 qu'on pourrait montrer cette photographie, s'il vous plaît?

24 (Intervention de l'huissier.)

25 M. Ryneveld (interprétation): Est-ce que je pourrais voir cette

Page 7343

1 photographie avant qu'elle ne soit montrée au témoin?

2 M. Milosevic (interprétation): Mais allez-y, allez-y, regardez. Est-ce que

3 c'est bien cette photographie, Monsieur Ryneveld?

4 (Intervention de l'huissier.)

5 M. Draga (interprétation): Je ne peux pas très bien voir, mais c'est Liri

6 Loshi qui a fait cela, ainsi que M. Thaqi.

7 Question: Donc, cette photographie a été faite, a été prise et les

8 personnes dont vous nous donnez le nom: ce sont les personnes qui ont été

9 exécutées, c'est cela?

10 Réponse: Oui.

11 M. Milosevic (interprétation): Est-ce que vous faisiez partie de ce groupe

12 de personnes, oui ou non?

13 M. le Président (interprétation): Quel groupe?

14 M. Draga (interprétation): Mais quel groupe?

15 M. Milosevic (interprétation): Vous nous dites qu'il y avait un groupe de

16 personnes qui ont été exécutées par la police serbe et que cette

17 photographie a été réalisée par une personne, dont je ne me souviens pas

18 du nom et que vous avez citée.

19 M. Draga (interprétation): Liri Loshi a pris cette photographie. Liri

20 Loshi.

21 Moi, j'ai dit qu'ils nous ont séparés en deux groupes: un groupe qui

22 allait vers l'est et un groupe qui allait vers l'ouest. Moi, j'étais dans

23 le groupe qui allait vers l'est. Et j'ai transporté des corps avec mes

24 fils et avec mon tracteur, des corps qui étaient restés gisants du

25 dimanche au mercredi.

Page 7344

1 M. le Président (interprétation): Est-ce que vous reconnaissez ce que l'on

2 voit sur cette photographie, l'endroit où cela a été fait?

3 M. Draga (interprétation): Oui, c'est sur la prairie où nous avons

4 transporté tous les corps.

5 M. le Président (interprétation): Les corps ont donc été transportés et

6 placés à cet endroit? C'est ce qui figure sur cette photographie, n'est-ce

7 pas?

8 M. Draga (interprétation): Non, nous les avons étendus pour ensuite les

9 enterrer, nous les avons numérotés, nous les avons transportés en tracteur

10 parce que c'était à une longue distance.

11 M. le Président (interprétation): Bien. Monsieur Milosevic, avez-vous

12 encore des questions au sujet de la photographie?

13 M. Milosevic (interprétation): Je vous en prie, il faut préciser quelque

14 chose au sujet de cette photographie, parce que cette photographie,

15 d'après ce que l'on voit sur cette photographie, on a l'impression que les

16 gens sont tombés à cet endroit et pas qu'on les a transportés à cet

17 endroit. On n'a pas l'impression que vous les avez transportés à cet

18 endroit et que vous les avez placés à cet endroit.

19 Est-ce qu'on pourrait montrer au témoin la photographie sur le moniteur?

20 Est-ce que c'est la photographie de personnes qui ont été exécutées à cet

21 endroit ou de personnes qui ont été amenées à cet endroit?

22 M. le Président (interprétation): Il a déjà répondu à ce sujet. Il a dit

23 que les corps avaient été amenés à cet endroit. Il a expliqué comment cela

24 s'était passé. Il a dit qu'on avait placé les corps dans ce pré.

25 Je crois, Monsieur Ryneveld, que nous avons déjà eu des éléments qui nous

Page 7345

1 ont été communiqués au sujet de cette photographie?

2 M. Ryneveld (interprétation): Liri Loshi, Monsieur le Président, figure

3 sur la liste des témoins. Il déposera plus tard au sujet de cette

4 photographie.

5 M. le Président (interprétation): Mais la photographie a déjà été versée

6 au dossier?

7 M. Ryneveld (interprétation): Oui, effectivement. Mais je souhaitais vous

8 indiquer que le témoin a déposé qu'il ne pouvait pas voir. En tout cas,

9 moi, c'est ce que j'ai compris.

10 Vous pouvez avoir l'impression, d'après ce qu'a dit le témoin, qu'il a

11 reconnu l'endroit où cette photographie avait été prise en disant que

12 c'était l'endroit où il avait récupéré les corps. Mais ce n'est pas ce que

13 j'ai compris. Moi, je pense que je pourrais évoquer la chose lors des

14 questions supplémentaires.

15 M. le Président (interprétation): Effectivement.

16 M. Ryneveld (interprétation): Bien.

17 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, vous en avez

18 terminé.

19 Maître Tapuskovic, avez-vous des questions?

20 M. Milosevic (interprétation): Oui, mais, Monsieur May, je n'en ai pas

21 terminé avec la photographie.

22 M. le Président (interprétation): Vous avez disposé de 45 minutes. C'est à

23 vous de décider de la manière de gérer votre temps. Vous avez perdu

24 suffisamment de temps avec tout cela.

25 Allez-y, Maître Tapuskovic.

Page 7346

1 (Questions de l'amicus curiae, M. Tapuskovic, au témoin, M. Mustafa

2 Draga.)

3 M. Tapuskovic (interprétation): Merci, Monsieur le Président, Messieurs

4 les Juges.

5 Je souhaiterais simplement préciser un point au sujet de ce témoin, page

6 5, paragraphe 4, dernière phrase de la version en anglais.

7 Monsieur Draga, il y a quelques instants, vous aviez dit que vous ne

8 saviez pas si Sadik Xhemajli était le commandant de l'UCK?

9 M. Draga (interprétation): Je ne sais pas s'il était commandant ou non. Ce

10 que j'ai voulu dire, c'est qu'il était présent lors des obsèques.

11 M. Tapuskovic (interprétation): Oui, mais dans votre déclaration qui nous

12 intéresse aujourd'hui, et que vous avez prise, que vous avez donnée le

13 11...

14 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, pouvez-vous nous

15 remettre cette photographie parce que nous allons essayer de faire la

16 lumière sur ce qui concerne cette photographie. Ensuite, est-ce que vous

17 pourriez la remettre?

18 M. Milosevic (interprétation): Oui, mais c'est leur photographie, Monsieur

19 May.

20 M. le Président (interprétation): Oui, mais c'est votre exemplaire de

21 cette photographie.

22 Allez-y, Maître Tapuskovic.

23 M. Tapuskovic (interprétation): Dans votre déclaration écrite, Monsieur

24 Draga, vous dites la chose suivante -je cite-: "Cette liste détaillée de

25 144 corps a été établie par Sadik Xhemajli, qui était le commandant local

Page 7347

1 de l'UCK"; c'est ce que vous avez dit lors de votre déclaration qui a été

2 ensuite été couchée sur le papier. Mais maintenant, vous êtes en train de

3 nous dire quelque chose de complètement différent.

4 Est-ce que pouvez nous expliquer cette discordance?

5 M. Draga (interprétation): C'est ce que j'ai dit avant et c'est ce que je

6 dis maintenant.

7 Question: Donc qu'il était le commandant local de l'UCK?

8 Réponse: J'ignore s'il était commandant. Non, tout ce que je sais et tout

9 ce que je dis, c'était que c'était lui qui a été un des principaux

10 organisateurs des obsèques, ce jour-là.

11 M. Tapuskovic (interprétation): Ici, on lit quelque chose de complètement

12 différent, mais enfin, si c'est ce que vous dites…

13 M. le Président (interprétation): On peut lire aussi.

14 Monsieur Ryneveld, allez-y.

15 (Interrogatoire principal supplémentaire du témoin, M. Mustafa Draga, par

16 M. Ryneveld.)

17 M. Ryneveld (interprétation): Très rapidement. Merci, Monsieur le

18 Président.

19 Monsieur le Témoin, est-ce que j'ai bien compris? Est-ce que, en ce

20 moment, vous ne voyez pas très, très bien?

21 M. Draga (interprétation): C'est vrai.

22 Question: Quand vous avez regardé la photographie… Peut-être pourriez-vous

23 la prendre en main? Voyez, il y a une photographie à votre gauche.

24 Réponse: Je peux prendre la photographie, mais je ne peux pas vraiment

25 bien voir. Mais je crois que c'est ce pré où il y avait les corps. Là, il

Page 7348

1 y avait le pré; les fosses, les tombes étaient creusées par là, alignées,

2 et les corps étaient à cet endroit.

3 Question: En regardant cette photographie, êtes-vous en mesure de dire si

4 c'est une photographie qui nous montre les corps, où ils étaient avant que

5 vous ne les récupériez, ou bien est-ce que c'est l'endroit où vous-même et

6 d'autres personnes avez amené les corps? Etes-vous en mesure, aujourd'hui,

7 de nous dire duquel de ces deux endroits il s'agit? Est-ce que vous voyez

8 suffisamment bien pour cela?

9 Réponse: Je n'arrive pas bien à distinguer. Ça ressemble plus à l'endroit

10 où nous avons transporté les corps, au pré où nous avons transporté les

11 corps.

12 M. Ryneveld (interprétation): Merci.

13 M. le Président (interprétation): Vous allez citer à la barre M. Liri

14 Loshi?

15 M. Ryneveld (interprétation): Oui, le Docteur Liri Loshi; il était sur

16 place.

17 Vous avez déjà vu la vidéo qu'il a réalisée. Pourquoi? Parce que, dans le

18 cadre de mes déclarations liminaires, j'ai montré un très bref extrait de

19 cette vidéo. Et je vais sélectionner un passage qui ne fera pas plus de

20 trois minutes, dans cette vidéo, et qui nous montre les trois, dont celui-

21 ci.

22 M. le Président (interprétation): Donc nous allons ensuite, à ce moment-

23 là, reparler de cette photographie et on pourra obtenir des explications

24 de la part de la personne qui l'a prise?

25 M. Ryneveld (interprétation): Oui, de la part de la personne qui l'a

Page 7349

1 prise; c'est exact.

2 (Les Juges se concertent sur le siège.).

3 M. le Président (interprétation): Merci, Monsieur Draga, d'être venu

4 déposer au Tribunal. Vous en avez maintenant terminé, vous pouvez partir.

5 M. Draga (interprétation): Merci. Et j'ai peut-être parlé un petit peu

6 vivement!

7 M. le Président (interprétation): Vous n'avez pas parlé plus vite que les

8 autres.

9 (Le témoin, M. Mustafa Draga, est reconduit hors du prétoire.)

10 M. le Président (interprétation): Oui, Monsieur Saxon?

11 M. Saxon (interprétation): Monsieur le Président, nous citons à la barre

12 Hani Hoxha. Et pendant que nous attendons le témoin, je vous signale que

13 l'endroit dont il va nous parler figure aux pages 24 et 10 de l'atlas du

14 Kosovo.

15 (Le témoin, M. Hani Hoxha, est introduit dans le prétoire.)

16 (Le témoin porte des lunettes de soleil.)

17 M. le Président (interprétation): Est-ce que, pour des raisons médicales,

18 le témoin doit porter des lunettes fumées?

19 M. Saxon (interprétation): Oui. Il s'agit de lunettes de vue, Monsieur le

20 Président, puisqu'il ne voit pas bien.

21 M. le Président (interprétation): Bien. Veuillez s'il vous plaît,

22 prononcer la déclaration solennelle.

23 L'huissier vous présente la déclaration solennelle. Veuillez en donner

24 lecture, s'il vous plaît.

25 M. Hoxha (interprétation): Je déclare solennellement que je dirai la

Page 7350

1 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

2 M. le Président (interprétation): Veuillez, s'il vous plaît, vous asseoir.

3 (Interrogatoire principal du témoin, M. Hani Hoxha, par M. Saxon.)

4 M. Saxon (interprétation): Monsieur, est-ce que vous vous appelez Hani

5 Hoxha?

6 M. Hoxha (interprétation): Oui.

7 Question: Monsieur Hoxha, êtes-vous né le 16 mai 1937?

8 Réponse: Oui.

9 Question: Etes-vous né dans la ville de Gjakovë au Kosovo?

10 Réponse: Oui.

11 Question: Monsieur Hoxha, le 22 avril 1999, avez-vous fait une déclaration

12 à des représentants du Bureau du Procureur au sujet des événements dont

13 vous avez été témoin, que vous avez vécus au Kosovo en 1999?

14 Réponse: Oui.

15 Question: Et le 14 mars 2002, à Gjakovë, au Kosovo, avez-vous eu la

16 possibilité de lire un exemplaire de la déclaration que vous aviez faite

17 en 1999, en présence d'un représentant du Bureau du Procureur et d'un

18 officier instrumentaire désigné par le Greffe du Tribunal pénal

19 international?

20 Réponse: Oui.

21 M. Saxon (interprétation): Monsieur Hoxha, ce jour-là, en mars 2002, avez-

22 vous confirmé l'exactitude de l'exemplaire de la déclaration qui vous a

23 été remise?

24 Avez-vous confirmé qu'il s'agissait effectivement d'un exemplaire conforme

25 ou d'une copie conforme à la déclaration que vous aviez fournie en 1999,

Page 7351

1 en avril?

2 M. Hoxha (interprétation): Oui.

3 M. Saxon (interprétation): Monsieur le Président, Messieurs les Juges, je

4 souhaiterais que nous puissions passer rapidement à huis clos partiel afin

5 de parler de questions ayant trait à un témoin protégé.

6 M. le Président (interprétation): Oui.

7 M. Saxon (interprétation): Est-ce que nous sommes maintenant à huis clos

8 partiel?

9 Bien.

10 (Audience à huis clos partiel à 10 heures 20.)

11 [expurgé]

12 [expurgé]

13 [expurgé]

14 [expurgé]

15 [expurgé]

16 [expurgé]

17 [expurgé]

18 [expurgé]

19 [expurgé]

20 [expurgé]

21 [expurgé]

22 [expurgé]

23 [expurgé]

24 [expurgé]

25 [expurgé]

Page 7352

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page 7352 – expurgé – audience à huis clos partiel.

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 7353

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13 Page 7353 – expurgé – audience à huis clos partiel.

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

Page 7354

1 [expurgé]

2 [expurgé]

3 [expurgé]

4 [expurgé]

5 [expurgé]

6 [expurgé]

7 [expurgé]

8 [expurgé]

9 [expurgé]

10 [expurgé]

11 [expurgé]

12 [expurgé]

13 [expurgé]

14 [expurgé]

15 [expurgé]

16 (Audience publique à 10 heures 25.)

17 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, Hani Hoxha est un Albanais du

18 Kosovo, un Musulman qui, pendant 40 ans, a enseigné le sport, l'éducation

19 physique au Kosovo.

20 En premier lieu, M. Hoxha relate les événements qui se sont produits dans

21 son quartier de Gjakovë, à la fin mars 1999, moment où les forces serbes

22 sont entrées dans les propriétés de ses voisins et ont tué M. Shefket

23 Pruthi et M. Avni Ferizi. Lorsque les membres de la famille de ces

24 victimes sont aller voir la police locale pour leur parler de ces

25 meurtres, on leur a répondu: "Allez vous plaindre à l'OTAN."

Page 7355

1 Suite à ces meurtres, M. Hoxha, son épouse et sa fille, Flaka, ont décidé

2 d'aller se réfugier dans la propriété de la fille la plus âgée de M.

3 Hoxha, Tringa, et de son époux, Lulezim Vejsa. Pendant plusieurs jours et

4 pendant plusieurs nuits, 24 personnes -des femmes, des enfants et des

5 hommes- sont restées chez les Vejsa. Pendant la nuit, les 21 femmes et

6 enfants restés dans la cave qui se trouvait en dessous d'une entreprise

7 qui appartenait à Lulezim Vejsa. Les trois hommes présents, Hani Hoxha,

8 Lulezim Vejsa et Behar Haxhiavdija, eux, montaient la garde dans la cour

9 devant la maison principale de cette propriété.

10 Pendant la cinquième nuit, vers minuit et quart, dans la nuit du 1er au 2

11 avril 1999, M. Hoxha a été réveillé, car un véhicule essayait d'entrer par

12 la force en cassant le portail pour entrer chez les Vejsa.

13 Et précédemment, les hommes et les femmes qui étaient présents dans cette

14 propriété s'étaient mis d'accord sur le fait que, si les forces serbes

15 s'efforçaient d'entrer par la force, d'entrer par effraction, les hommes

16 quitteraient, s'enfuiraient parce qu'on pensait que les forces serbes ne

17 s'attaqueraient qu'aux hommes albanais, mais ne feraient pas de mal aux

18 femmes et aux enfants.

19 M. Hoxha a vu apparaître huit à dix hommes en uniforme qui portaient des

20 cagoules. Ils sont entrés sur les lieux et M. Hoxha a fui en passant par-

21 dessus plusieurs murs. Il a quitté la propriété.

22 Cependant M. Hoxha est resté à proximité. Il a entendu des tirs, il a

23 entendu des maisons qui étaient en train de brûler, il a entendu des voix

24 qui imploraient: "Epargnez-moi! Ne me tuez pas!"

25 Après s'être caché pendant sept à huit heures, M. Hoxha est retourné dans

Page 7356

1 la maison des Vejsa. Là, il a constaté que la cave, où il avait vu pour la

2 dernière fois les membres de sa famille, avait été brûlée ainsi que les

3 maisons de son beau-fils, Lulezim Vejsa, qui s'était complètement

4 effondrée. Dans une autre maison qui se trouvait dans la même propriété,

5 M. Hoxha a trouvé le corps calciné de Hysen Gashi, l'oncle de Lulezim

6 Vejsa.

7 Monsieur Hoxha a perdu son épouse, deux filles et cinq petits-enfants

8 pendant cette nuit et, en tout, vingt personnes ont été tuées dans la

9 propriété de la famille Vejsa.

10 Monsieur Hoxha ensuite a appris par un survivant que toutes les victimes

11 avaient été abattues et avaient ensuite été brûlées dans la maison.

12 Monsieur Hoxha a ensuite décidé de se joindre à une colonne d'Albanais du

13 Kosovo quittant la ville Gjakovë pour se diriger vers la frontière avec

14 l'Albanie. Cette colonne faisait trois kilomètres de long environ. Cette

15 colonne est passée par la vieille ville de Gjakovë qui avait été

16 complètement incendiée. A la sortie de la ville, les policiers ont donné

17 l'ordre aux Albanais de jeter tous leurs papiers d'identité. A plusieurs

18 kilomètres de Gjakovë, la colonne a été interceptée par les membres de

19 l'armée yougoslave. Tout le monde a été contraint de s'asseoir pendant

20 plusieurs heures, puis la colonne a pu reprendre son chemin.

21 Alors que la colonne s'approchait de la frontière, M. Hoxha a vu des

22 soldats de l'armée yougoslave transporter des personnes âgées albanaises

23 sur des remorques de tracteurs et se dirigeant vers la frontière. A

24 proximité de la frontière, les policiers serbes une fois encore ont

25 demandé aux personnes qui constituaient la colonne de remettre leurs

Page 7357

1 papiers d'identité. Monsieur Hoxha a fini par traverser la frontière

2 séparant le Kosovo de l'Albanie et a ensuite pris la direction de Tirana.

3 M. le Président (interprétation): Monsieur Saxon, il s'agit ici de

4 l'incident que l'on connaît sous le terme de "l'incident de la rue Millos

5 Gilic"?

6 M. Saxon (interprétation): C'est exact.

7 M. le Président (interprétation): Et est-ce que cela figure dans l'Acte

8 d'accusation? Est-ce qu'il y a un tableau qui concerne, ou une liste qui

9 concerne cet événement dans l'Acte d'accusation?

10 M. Kwon (interprétation): Oui, je crois qu'il s'agit de la liste G, mais

11 je voudrais savoir si, pendant la pause, vous pourriez entreprendre de

12 répondre à ma question en me disant si Lulezim Vejsa était le beau-fils de

13 votre témoin?

14 M. Saxon (interprétation): C'est exact, Monsieur le Juge.

15 M. Kwon (interprétation): Parce que son nom n'apparaît pas sur la liste.

16 Ou bien alors peut-être y figure-t-il sous un nom différent?

17 M. Saxon (interprétation): C'est parce que son beau-fils a survécu,

18 Monsieur le Juge.

19 M. Kwon (interprétation): Bien, merci.

20 M. le Président (interprétation): Fort bien. Le moment est bien choisi

21 pour faire une pause.

22 Monsieur Hoxha, je vais vous demander pendant cette pause de bien faire

23 attention à ne parler à personne de votre déposition. Et ceci vaut jusqu'à

24 la fin de votre déposition.

25 Nous allons maintenant faire une pause de vingt minutes et je vous

Page 7358

1 demanderai de revenir dans ce même prétoire un peu après 11 heures moins

2 10.

3 (L'audience, suspendue à 10 heures 30, est reprise à 10 heures 55.)

4 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, vous avez la parole.

5 (Contre-interrogatoire du témoin, M. Hani Hoxha, par M. Milosevic.)

6 M. Milosevic (interprétation): Avant de poser les questions, j'aimerais

7 appeler votre attention sur le fait que deux témoins, Haxhiavdija Ismet et

8 Haxhiavdija Behar, vont être entendus par la suite; et leur témoignage a

9 des liens étroits avec celui du témoin qui est dans le prétoire

10 actuellement. Or il y a des différences dans ces témoignages.

11 Donc j'aimerais que les trois témoins soient entendus, si possible, l'un

12 après l'autre; ce qui permettrait à chacun de comprendre, de façon

13 beaucoup plus claire, ce qui s'est réellement passé. Car Ismet Haxhiavdija

14 dit que Djakovica a été bombardée toutes les nuits, et ce, pendant toute

15 la durée de la nuit à partir du 24 mars. Selon les informations dont je

16 dispose, dans cette rue Millos Gilic, une bombe de l'OTAN est tombée. Et

17 vous avez entendu tout à l'heure M. Saxon vous dire, lorsqu'il décrivait

18 les événements, qu'une maison a été rasée totalement.

19 Donc il ne fait aucun doute que l'on aurait une idée plus claire de la

20 situation globale si l'on entendait ces trois témoins l'un après l'autre.

21 J'espère que, maintenant, je peux passer aux questions.

22 M. le Président (interprétation): Bien. Monsieur Milosevic, nous ne

23 pouvons rien à faire à ce sujet. En effet, il appartient à l'accusation

24 d'organiser l'audition des témoins. Ces témoins, si je me souviens bien,

25 avaient leur nom sur la liste et ont sans doute été renvoyés chez eux

Page 7359

1 pendant la pause.

2 Monsieur Saxon, vous avez la parole.

3 M. Saxon (interprétation): C'est exact, Monsieur le Président. Ces témoins

4 qui vont traiter des scènes des lieux de crime, il était précédemment

5 prévu de les entendre l'un après l'autre. Mais l'accusé est tombé malade,

6 donc il a été absolument impossible de garder ces témoins ici pendant si

7 longtemps, nous avons dû les renvoyer chez eux.

8 M. le Président (interprétation): Oui.

9 M. Milosevic (interprétation): Je suppose que, y compris pour ce témoin

10 dont la famille a été tuée, ce témoin a sans doute un désir très intense

11 de savoir pourquoi sa famille est morte.

12 Monsieur le Témoin, pour quelle raison vous-même, votre famille et la

13 famille de vos voisins avez cherché abri dans la cave de votre maison?

14 M. Hoxha (interprétation): La raison, c'est que le 25 mai, dans mon

15 quartier -comme cela figure dans ma déclaration écrite-, des meurtres se

16 sont produits, des maisons ont été incendiées. Et, cette nuit-là, mon

17 voisin le plus proche a été tué. Un autre témoin a déjà parlé des

18 conditions dans lesquelles il est mort. Ensuite, son voisin à lui, qui

19 était un voisin plus éloigné s'agissant de moi, qui étudiait à Belgrade, a

20 été tué; il a été exécuté dans la cour de sa maison. Le lendemain, les

21 pompes funèbres de Gjakova sont arrivées et ont emporté les deux cadavres.

22 A ce moment-là, la panique s'est répandue dans le quartier. Je ne savais

23 pas vraiment ce qui était en train de se passer à ce moment-là. C'est

24 seulement plus tard que je me suis rendu compte que, la nuit précédente,

25 le grand marché de Gjakova avait été incendié et des gens y avaient été

Page 7360

1 exécutés. Mais c'est quelque chose que je n'ai découvert que plus tard. Le

2 lendemain, ma fille, Flaka, a insisté pour que nous allions chez sa sœur.

3 Question: Je vous prierai, Monsieur, de bien vouloir répondre à mes

4 questions. Les forces serbes ont-elles, à quelque moment que ce soit,

5 bombardé Djakovica?

6 Réponse: Vous le savez sans doute mieux que moi. Ce que je sais, c'est que

7 vos forces ont exécuté une épouse, des enfants, des petites filles. Après

8 quoi, ils ont incendié ma maison que j'ai eu tant de mal à faire

9 construire sur plusieurs années.

10 Question: Dites-moi pourquoi, à partir de quel moment et combien de temps,

11 il y a eu des coupures d'électricité à Djakovica?

12 Réponse: Jusqu'à 18 heures ou 19 heures, il n'y avait pas d'électricité.

13 Elle était tout le temps coupée.

14 Question: Vous dites que c'est aux alentours de minuit que vous avez vu

15 des flammes. Comment avez-vous réussi à voir ces flammes puisque vous

16 étiez dans la cave?

17 Réponse: Je n'étais pas dans la cave à ce moment-là. Vous faites erreur

18 sur ce point.

19 Question: A la page 2, au troisième paragraphe de votre déclaration, vous

20 dites vous être appuyé sur un mur après être sorti, vous parlez de votre

21 émotion eu égard aux incidents. Quelle était la hauteur de ce mur?

22 Réponse: A peu près 1 mètre 50, 1 mètre 70. Mais il était difficile de

23 sortir.

24 Question: A quelle distance de votre maison se trouvaient les maisons qui

25 ont été incendiées?

Page 7361

1 Réponse: De quelle date parlez-vous?

2 M. Milosevic (interprétation): Nous parlons de la description que vous

3 avez faite. Vous avez dit que les maisons étaient en flammes. Du moment où

4 vous étiez appuyé sur ce mur et que vous avez vu ce que vous avez vu…

5 Le micro semble poser problème.

6 M. Saxon (interprétation): Monsieur le Président?

7 M. le Président (interprétation): Oui.

8 M. Saxon (interprétation): Le témoin a demandé, à très juste titre à

9 l'accusé au sujet de quelle date il posait sa question, car, dans sa

10 déclaration, le témoin parle de deux moments différents où il s'est appuyé

11 à un mur alors que les maisons environnantes étaient en feu. Donc pour

12 faire la clarté sur ce point…

13 M. le Président (interprétation): Je crois que c'est clair. Je me permets

14 de vous interrompre, Monsieur Saxon.

15 Paragraphe 3. Peut-être serait-il bon que le témoin dispose de sa

16 déclaration?

17 (Intervention de l'huissier.)

18 Monsieur Hoxha, on vous interroge au sujet d'un moment particulier. Et si

19 vous voyez ce qui est écrit dans le troisième paragraphe de votre

20 déclaration, nous y lisons -je cite-: "Je me suis appuyé à un mur et j'ai

21 regardé les maisons de mes voisins en train de brûler". Vous dites que

22 tout cela se déroulait très près de vous.

23 Pouvez-vous donc nous aider en nous disant à quelle distance vous étiez?

24 C'est l'objet de la question.

25 M. Hoxha (interprétation): A droite de ma maison, il y avait une autre

Page 7362

1 maison qui se trouvait à dix mètres environ et, vers le nord, il y avait

2 une autre maison qui était à 15 ou à 20 mètres. De l'autre côté, il y

3 avait une troisième maison qui était à trois ou quatre mètres de la

4 mienne, donc tout près.

5 M. Milosevic (interprétation): Toutes ces maisons étaient-elles en train

6 de brûler?

7 M. Hoxha (interprétation): Toutes les trois. Et deux voitures étaient en

8 feu.

9 M. Milosevic (interprétation): Dans votre déclaration, vous dites qu'alors

10 que vous étiez appuyé contre ce mur et que vous étiez en train de voir les

11 maisons brûler, un véhicule a essayé d'enfoncer le portail de la cour,

12 mais qu'il n'a pas réussi car le portail était solide.

13 Combien de temps a duré cette tentative d'enfoncement du portail? Cela

14 figure en page 3 de votre déclaration.

15 M. Hoxha (interprétation): Un certain moment, ils ont essayé d'enfoncer le

16 portail, mais c'est très difficile parce que j'avais un portail

17 métallique. Ils ont donc essayé. Moi, je me trouvais dans la cour, à ce

18 moment-là, et tous les autres étaient dans la cave; je veux parler de mon

19 épouse, de ma fille Flaka et des voisins dont les maisons étaient en feu à

20 ce moment-là.

21 Suite à cette tentative, ils sont partis et se sont rendus à la maison

22 voisine de Shefqet Pruthi. Ils ont pénétré dans la cour de sa maison,

23 après un certain temps. Et Shefqet Pruthi, qui avait une chandelle à la

24 main, est retourné dans la maison. Ils l'ont poursuivi et l'ont exécuté.

25 Ils ont emmené sa fille ou, en tout cas, une fillette qu'ils ont fait

Page 7363

1 sortir, insultée. Et l'un d'entre eux a dit: '"Nous allons nous amuser

2 avec toi ce soir, fillette". Elle a répondu: "Ne me touchez pas, je suis

3 très jeune, je n'ai que 15 ans". A ce moment-là, l'un des soldats l'a

4 giflée.

5 M. le Président (interprétation): Monsieur Hoxha, veuillez attendre la

6 question suivante, je vous prie.

7 M. Milosevic (interprétation): Vous avez dit qu'après avoir échoué dans la

8 tentative d'enfoncer le portail de votre maison, ils ont enfoncé le

9 portail de la maison voisine. Cela veut-il dire qu'ils ont enfoncé le

10 portail d'une maison qui était déjà en flammes ou pas?

11 M. Hoxha (interprétation): Non. Il y avait deux maisons, une maison

12 moderne et une maison ancienne. L'une était la propriété de Shefqet

13 Pruthi, de son épouse et de ses enfants; l'autre maison était celle où

14 habitait le grand-père.

15 Question: Vous avez répondu non, donc je passe à la question suivante.

16 Qu'avez-vous fait pendant qu'ils s'efforçaient d'enfoncer le portail? Vous

17 avez dit que vous étiez dans la cour, à ce moment-là; qu'avez-vous fait?

18 Est-ce que vous vous êtes caché quelque part? Qu'avez-vous fait?

19 Réponse: Comme je l'ai dit, il y avait une vieille maison qui se trouvait

20 derrière la maison moderne et c'est là que je me suis abrité. Un moment

21 est arrivé où j'ai pensé que ma maison allait être incendiée également,

22 donc je suis sorti pour voir ce qui se passait et tenter d'intervenir afin

23 de sauver ma famille qui était toujours à l'intérieur de la maison.

24 La maison voisine a été incendiée après l'exécution de Shefqet. Après

25 quoi, ils sont passés à la maison suivante, en agissant toujours de la

Page 7364

1 même façon. Ils ont continué à exécuter d'autres personnes.

2 Question: Vous dites donc qu'ils ont enfoncé le portail du voisin. Avez-

3 vous vu le véhicule qu'ils ont utilisé pour enfoncer le portail et avez-

4 vous vu les personnes qui se trouvaient à l'intérieur de ce véhicule?

5 Réponse: Je n'ai rien vu du tout, car il y a un mur assez haut qui sépare

6 les deux maisons, mais j'ai entendu beaucoup de bruit et, le lendemain,

7 j'ai vu que le portail avait été enfoncé. Et j'ai entendu des bruits, des

8 jurons. Selon ce qu'Arta m'a dit, il y avait pas mal de monde à cet

9 endroit, une trentaine de personnes au moins; donc j'ai entendu de

10 nombreuses voix. Et, à ce moment-là, je ne savais pas ce qui se passait

11 parce qu'il faisait nuit. Au moment où le marché a brûlé, aucune

12 information n'a filtré.

13 Question: Pendant combien de temps avez-vous été loin, entre ce moment-là

14 et le moment où vous avez découvert ce que vous dites avoir appris plus

15 tard?

16 Réponse: De quel moment parlez-vous?

17 Question: Si j'ai bien compris, vous venez d'expliquer que, depuis votre

18 cour, vous n'avez pas pu voir la cour de votre voisin en raison de

19 l'existence de ce mur assez haut dont vous avez parlé. Vous avez donc dit

20 qu'à ce moment-là, vous ne saviez pas ce qui se passait dans la cour du

21 voisin. Mais, si j'ai bien compris, le matin, vous l'avez appris.

22 Donc où vous êtes-vous trouvé entre ce moment où vous étiez appuyé contre

23 le mur et le lendemain matin où, selon ce que vous venez de dire, vous

24 avez appris ce qui s'était passé dans la maison du voisin? Dans

25 l'intervalle, où vous êtes-vous trouvé?

Page 7365

1 Réponse: Après l'exécution de Shefqet Pruthi, je suis sorti de la cave

2 pour aller dans la cour afin de vérifier si ma maison avait également été

3 incendiée et afin, si possible, d'évacuer les membres de ma famille.

4 Au moment où Shefqet, Avni Ferizi et une vieille femme ont été exécutés,

5 j'ai quitté ma maison. Et tous les membres de la famille voisine avaient

6 quitté leur maison pour me rejoindre. Donc nous avons discuté ensemble de

7 ce qui était en train de se passer et il est arrivé un moment où je leur

8 ai dit à tous d'entrer à l'intérieur de ma maison, ce qu'ils ont fait.

9 Moi, je suis resté dans la cour. Et à ce moment-là, je me suis demandé ce

10 que nous pouvions faire dans l'intervalle, parce que le téléphone

11 fonctionnait toujours.

12 Arta Pruthi, dont le père avait été exécuté, a appelé ma fille pour lui

13 dire que son père avait été tué. Et ma fille a quitté la maison pour

14 partir à la recherche de son père. Moi, j'étais dans la cour et, quand le

15 jour s'est levé, ma fille est sortie et m'a dit que l'oncle Sefqet avait

16 été tué.

17 M. Milosevic (interprétation): Bien, bien.

18 M. Hoxha (interprétation): Un moment, ne m'interrompez pas. A ce moment-

19 là, je suis rentré. J'ai réveillé mon épouse. Nous sommes aller voir la

20 femme de Sefqet et, à ce moment-là, je pensais que celui qui avait été

21 tué, était toujours dans la pièce, alors qu'en fait, son corps était dans

22 la cour. Alors, j'ai dit l'épouse de Sefqet: "Peut-être devrions-nous

23 appeler la police." Et à ce moment-là, Sefqet Pruthi dont l'oncle, Hasan

24 Pruthi, a été témoin ici. L'oncle était là. Je suis allé dire à Hasan…

25 M. le Président (interprétation): Monsieur Hoxha, je crains devoir vous

Page 7366

1 interrompre. Le temps est limité et l'accusé ne dispose donc que d'un

2 temps limité. Il doit pouvoir vous poser les questions qu'il souhaite vous

3 poser. Bien sûr, vous pouvez apporter toutes les explications que vous

4 souhaitez, mais nous désirons maintenant entendre la question suivante.

5 M. Milosevic (interprétation): J'ai donc compris que vous avez vu votre

6 voisin, Sefqet, alors qu'il sortait dans sa cour, dans la cour de sa

7 maison portant une bougie à la main.

8 Je vais vous lire ce qui figure en page 2. Vous dites: "Dès qu'ils ont

9 enfoncé le portail et qu'ils ont pénétré dans la cour, ils ont mis le feu

10 à la maison. Mon voisin Sefqet est sorti dans la cour portant une bougie à

11 la main."

12 Pourquoi est-ce que Sefqet portait une bougie à la main alors qu'il y

13 avait tellement de flammes dans la cour? Toutes ces flammes et lui porte

14 une bougie?

15 M. le Président (interprétation): Ça, c'est une question qu'il aurait

16 fallu poser à M. Sefqet, si cela avait été possible. Ce n'est pas une

17 question qu'il convient de poser à ce témoin.

18 M. Milosevic (interprétation): Moi, j'aimerais comprendre comment les

19 choses se sont déroulées, Monsieur May.

20 Donc cet homme sort portant une bougie à la main. Il saute par-dessus le

21 mur, il s'enfuit pendant que les attaquants partent à sa poursuite. Est-ce

22 que j'ai bien compris cela? Est-ce que c'est bien comme cela que les

23 choses ont eu lieu?

24 M. le Président (interprétation): Monsieur Hoxha, pouvez-vous nous aider

25 sur ce point? Est-ce quelque chose que vous avez vu de vos yeux ou quelque

Page 7367

1 chose qu'on vous a raconté, le fait que Sefqet a été poursuivi par ses

2 assaillants?

3 M. Hoxha (interprétation): Je n'ai pas dit avoir vu Sefqet portant une

4 bougie à la main. C'est ce que sa fille, Arta, m'a dit. Peut-être que cela

5 n'a-t-il pas été bien traduit dans ma déclaration écrite, mais lorsque

6 j'ai fait cette déclaration, j'ai dit ne pas l'avoir vu moi-même. Et j'ai

7 ajouté que c'était Arta qui l'avait vu.

8 M. Milosevic (interprétation): Bien, donc nous avons éclairci ce point.

9 Combien de personnes se trouvaient dans la cour? Ça non plus, vous ne

10 l'avez pas vu, mais quelqu'un vous l'a dit, c'est bien cela?

11 M. Hoxha (interprétation): Je n'ai pas vu combien de personnes il y avait.

12 J'ai entendu des bruits, des cris et la fille de Sefqet, Arta, m'a dit

13 qu'il y avait vingt ou trente personnes dans la cour.

14 Question: Bien, bien, je comprends maintenant, car, à la lecture de votre

15 déclaration, je n'avais pas compris cela. Cela veut dire donc que sa fille

16 et son épouse sont montées au deuxième étage. Vous le dites dans votre

17 déclaration écrite. Ça aussi, on vous l'a raconté? Vous ne l'avez pas vu,

18 vous ne pouviez pas le voir, n'est-ce pas?

19 Réponse: Tout cela, c'est ce que m'a dit Arta Pruthi et, pour ma part, je

20 n'ai rien à dire de première main sur ces sujets. Elle est en vie,

21 l'épouse de Sefqet est en vie. Vous pouvez les interroger vous-même.

22 Question: Bien. Vous avez dit que la fille de Sefqet avait appelé votre

23 fille par téléphone aux environs de 3 heures. C'est ce que j'ai cru

24 comprendre tout à l'heure.

25 Qu'avez-vous fait entre minuit et 3 heures du matin?

Page 7368

1 Réponse: Je suis resté dans la cour de ma maison parce que je ne pouvais

2 pas dormir et j'avais peur de les voir revenir.

3 Question: La fille de Sefqet vous a-t-elle dit être sortie de la maison ou

4 bien l'avez-vous vue sortir de la maison ou pas?

5 Réponse: J'ai dit qu'ils l'ont prise par la main et l'ont fait sortir de

6 force de la maison.

7 Question: Mais vous, savez-vous comment ils ont appris que les assaillants

8 avaient tué son père? Elle, a-t-elle vu cela de ses yeux?

9 Réponse: Elle l'a vu et son épouse l'a vu aussi. L'exécution a eu lieu à

10 deux ou trois mètres d'elle. Sans commentaire.

11 Question: Etes-vous parvenu à voir si les assaillants portaient un

12 uniforme et, si oui, quel était l'uniforme qu'ils portaient? Mais surtout

13 portaient-ils un uniforme? Avez-vous pu de façon générale identifier, ne

14 serait-ce que dans les plus grandes lignes, les assaillants?

15 Réponse: Vous dites que vous n'avez pas beaucoup de temps à votre

16 disposition, mais j'ai dit que je n'avais pas vu ces hommes moi-même, que

17 tout cela ressort de ce que m'a dit Arta Pruthi.

18 Question: Bien. Et s'agissant de cette Avni Ferizi, avez-vous vu ce que

19 vous avez raconté à son sujet? Tout ce que vous racontez au sujet de

20 Sefqet Pruthi, vous ne l'avez pas vu, cela ressort de ce que vous a dit la

21 fille de Shefqet. Mais s'agissant de Avni Ferizi et du véhicule qui a

22 enfoncé la porte de chez lui, est-ce que c'est quelque chose que vous avez

23 vu de vos yeux? Cela figure en page 5 paragraphe 2 de votre déclaration.

24 Réponse: J'ai vu le corps de mon meilleur ami. Quant à la façon dont les

25 choses se sont passées, c'est son épouse Vjollca qui m'a dit comment les

Page 7369

1 choses s'étaient passées. Pour ma part, je n'ai pas vu l'exécution.

2 Question: Donc, s'agissant d'Avni, ce que vous racontez à ce sujet n'est

3 pas non plus quelque chose que vous avez vu de vos yeux? A quel moment

4 vous a-t-elle décrit cela?

5 Réponse: Le lendemain. Je suis resté dans la cour d'Avni Ferizi; j'ai été

6 également dans la cour de Shefqet Pruthi. Je passais d'une cour à l'autre,

7 je n'arrêtais pas de circuler. Et la police est arrivée. Je suis resté là

8 jusqu'à l'arrivée du corbillard. Le corbillard a emporté les corps de Avni

9 et Shefqet, escortés uniquement par la sœur de Shefqet, parce que aller en

10 cimetière représentait un grand danger. Donc voilà comment les choses se

11 sont passées.

12 Question: Très bien. Puisque vous n'avez rien vu de tout cela, je vous

13 pose la question suivante: pouviez-vous les entendre, parce que vous dites

14 que vous étiez dans la cour et qu'ils étaient à quelques mètres de vous?

15 Réponse: J'ai entendu le bruit dans la cour de mon voisin. J'ai entendu

16 des jurons proférés en serbo-croate.

17 Question: Mais vous avez bien dû entendre tous ces coups de feu?

18 Réponse: Oui, je les ai entendus, j'ai entendu les coups de feu. J'ai

19 entendu des cris et, bien sûr, j'ai après entendu encore mieux les coups

20 de feu.

21 Question: Très bien. Si tout ce que vous dites dans votre déclaration

22 s'est passé comme vous le dites, comment est-il possible que vous n'ayez

23 pas, à ce moment-là, pris la décision de partir?

24 Réponse: Le lendemain, je suis parti.

25 Question: Et combien de temps êtes-vous resté au lieu de destination que

Page 7370

1 vous avez atteint à ce moment-là?

2 Réponse: Jusqu'au 1er ou 2 avril, au moment où a eu lieu le deuxième

3 massacre dans cette même rue.

4 Question: Très bien. Mais avant de parler du deuxième massacre, après ce

5 premier événement, que vous ont dit les membres de ces familles sur

6 lesquelles vous avez cherché à obtenir des renseignements? Vous dites que

7 les épouses de ces hommes ont échappé à la mort, qu'elles sont allées voir

8 la police, qu'elles ont fermement demandé une enquête après avoir discuté

9 avec un avocat, etc. Pouvez-vous expliquer pourquoi ces familles ne sont

10 pas parties?

11 Réponse: Quand nous sommes allés à la police, les policiers nous ont dit:

12 "Allez vous plaindre à l'OTAN", comme si c'était l'OTAN qui les avait

13 tués.

14 Réponse: Mais n'y avait-il peut-être pas quelque vérité dans le fait que

15 ceci était une conséquence du bombardement?

16 Réponse: C'est absolument ridicule.

17 Question: Mais dites-moi alors pourquoi ce n'est pas la famille qui a

18 enterré les corps et pourquoi c'est seulement le lendemain que le

19 corbillard de la municipalité est venu chercher les corps? Cela figure

20 dans votre déclaration écrite à la page suivante.

21 Réponse: Vous devriez poser la question aux deux veuves.

22 Question: Vous dites que l'enterrement a eu lieu en l'absence de la

23 famille. Quelqu'un a-t-il interdit à la famille d'assister à cet

24 enterrement? Ou -pour être plus clair- la police a-t-elle interdit à la

25 famille d'assister à l'enterrement?

Page 7371

1 Réponse: Dans la cour où les corps ont été placés dans des cercueils, les

2 représentants des pompes funèbres et le chauffeur, ainsi que la sœur de

3 Shefqet Pruthi, ont pris place à bord de la voiture parce qu'il n'y avait

4 plus de place dans la voiture pour emmener le reste de la famille au

5 cimetière. Mais les autres membres de la famille étaient présents dans la

6 cour. Pour le reste, je ne sais pas.

7 Question: Ils ne sont pas allés au cimetière parce qu'il n'y avait pas de

8 place dans la voiture ou parce qu'il avaient peur de quelque chose, comme

9 vous l'avez dit il y a quelques instants? Que vous ont-ils dit à ce sujet?

10 Réponse: La raison est la deuxième que vous avez donnée.

11 Question: Très bien. J'ai cru comprendre ce qui suit: vous avez décidé de

12 fuir, mais où? A la maison de Lulezim qui est à 500 mètres? Pourquoi là?

13 Réponse: Ce jour-là, lorsque Shefqet et Avni ont été enterrés, mon

14 quartier était complètement vide; tout le monde était parti. Je suis resté

15 avec mon épouse, avec ma fille Flaka et la fille du défunt jusqu'à 5 ou 6

16 heures du soir et, à l'instance de ma fille, nous nous sommes rendus chez

17 mon autre fille Tringa parce que nous avions très peur.

18 J'ai vu mon meilleur ami, dont la fille m'appelait "oncle"; je l'ai vu

19 tué, j'ai vu sa maison brûler. Vous pouvez imaginer l'état de cette fille

20 de 15 ou 16 ans, comment elle se sentait, sur cette scène épouvantable. Et

21 donc, sur son insistance, nous avons décidé de nous rendre chez ma

22 deuxième fille Tringa et, à ce moment-là, elle était très soulagée que

23 nous soyons allés chez elle parce qu'elle a pu voir sa sœur et son père.

24 Question: Très bien. Vous avez dit dans votre déclaration qu'au cours de

25 la journée où ces atrocités ont été commises, la nuit… Ensuite, vous avez

Page 7372

1 dit dans votre déclaration qu'au cours de la journée, la vie à Djakovica

2 était normale.

3 Et –je me réfère à la page 3, paragraphe 3-vous avez dit: "Nous avons

4 décidé de nous rendre à la maison de Lulezim, mon beau-fils, et chez ma

5 fille Tringa. Mais on n'a vu personne dans la rue, sauf l'armée des

6 véhicules qui ne nous ont pas parlé, ne nous ont rien fait. Luli avait un

7 bar avec quatre tables de billard et, dessous, il y avait une cave; 24 ou

8 25 personnes ont passé la nuit là-bas. Le jour suivant, tous les gens sont

9 retournés à la maison de Luli qui fait partie du même complexe. La vie

10 était pratiquement normale pendant la journée, bien qu'il y ait eu quand

11 même une certaine peur."

12 Que voulez-vous dire par là: "la vie était pratiquement normale, au cours

13 de la journée, à Djakovica, après ces événements"?

14 Réponse: Je ne suis pas sorti dans la ville et je n'ai pas vu ce qui s'y

15 passait. Mais le jour où je suis allé chez ma fille Tringa, je suis resté

16 jusqu'au 2 avril et je n'ai pas quitté la maison, à aucun moment. Je ne

17 savais pas du tout ce qui se passait en ville.

18 Peut-être y a-t-il une erreur de traduction parce qu'il n'est pas question

19 que la vie était normale, alors qu'on n'avait pas l'occasion de sortir

20 pour acheter de la nourriture ou quoi que ce soit d'autre. Donc la vie

21 n'était absolument pas normale à Gjakova, à cette époque.

22 Question: Ce n'est pas ce que vous avez dit. Vous avez dit: "La vie était

23 presque normale au cours de la journée, bien qu'il y ait eu de la peur".

24 C'est la phrase: "La vie était presque normale au cours de la journée,

25 bien qu'il y ait eu de la peur". C'est votre phrase.

Page 7373

1 Mais continuons. Est-ce que l'OTAN a bombardé Djakovica?

2 Réponse: A ma connaissance, non.

3 Question: Je n'ai pas entendu l'interprétation; je vais regarder au

4 transcript. Bon, vous avez dit non.

5 Et aviez-vous peur que Djakovica ne soit bombardée?

6 Réponse: Par qui?

7 Question: Aviez-vous peur de bombardements? Tout le Kosovo, la Yougoslavie

8 ont été bombardés. Et surtout le Kosovo.

9 Réponse: Vous voulez dire les bombardements par l'OTAN?

10 Question: Oui, oui, des bombardements par l'OTAN.

11 Réponse: Jamais. Nous avons fait la fête quand l'OTAN est intervenue parce

12 que nous croyions qu'ils allaient nous aider, nous sauver.

13 Question: Donc vous n'aviez pas peur que quelqu'un ne soit blessé ou tué

14 dans les bombardements?

15 Réponse: Nous n'avions pas peur parce que nous étions certains que l'OTAN

16 n'allait pas tuer les gens, mais allait les sauver.

17 Question: Bien. Si vous dites vous-même que les gens ont cherché abri dans

18 des caves, est-ce que chercher un abri dans des caves est une bonne façon

19 de chercher refuge de l'armée, de la police et de gens qui sont à pied?

20 Quelle est la différence entre chercher refuge dans une cave et chercher

21 refuge dans d'autres parties de la maison, si une personne n'essaie pas de

22 se protéger de bombes?

23 Réponse: C'était un réflexe. Dans la maison ordinaire de mon frère, il n'y

24 avait pas de place pour tous ces gens et donc, inévitablement, nous

25 devions nous rendre dans la cave.

Page 7374

1 Question: J'ai compris votre déclaration comme suit: vers minuit, certains

2 assaillants sont venus dans la cour de la maison dans laquelle vous vous

3 trouviez et ils ont ouvert le feu avec leurs fusils automatiques.

4 Sur qui tiraient-ils? Il s'agit de la page 4, paragraphe 1.

5 Réponse: Ces gens, alors qu'ils sont entrés dans la cour, la première

6 chose qu'ils ont faite, c'est de tirer sur la porte principale de la

7 maison où je me trouvais où j'avais trouvé refuge pendant cette nuit. Et

8 ils m'ont réveillé. Je m'étais assoupi, bien que j'aie été habillé avec

9 une veste et des chaussures de sport. Mon épouse et toutes les femmes ont

10 dit que si quelque chose se passait, nous devrions partir nous, les

11 hommes. C'était la procédure parce que nous pensions qu'il ne ferait

12 jamais rien aux femmes. Je ne comprends toujours pas comment quelqu'un

13 peut tuer un enfant de 2 ans ou une vieille femme. Et la seule chose qu'on

14 pouvait faire, c'est ce serait de demander des excuses publiques.

15 Question: Personne ne peut imaginer ceci et c'est comme ça quand on est

16 des victimes de la guerre.

17 Mais est-ce que vous avez vu les assaillants à ce moment-là? Sur qui

18 tiraient-ils? Combien étaient-ils?

19 Réponse: Quand ils sont entrés dans la cour, j'ai pu voir qu'il y avait

20 huit ou dix ou peut-être d'autres personnes. Il y en d'autres qui sont

21 entrés, mais à ce moment, je fuyais et j'avais honte de m'enfuir parce

22 qu'à dix mètres seulement se trouvaient ma femme et ma fille, et d'autres

23 membres de ma famille. Et encore aujourd'hui, j'ai honte d'avoir survécu

24 alors que ma femme et ma fille, non.

25 Question: Vous avez dit que les assaillants -c'est ce que vous avez dit-,

Page 7375

1 donc les assaillants ont pu être membres de la police locale qui avait

2 harassé la population albanaise.

3 Est-ce que ça veut dire que vous n'étiez pas certain de qui étaient ces

4 assaillants?

5 Réponse: Je n'ai pas vu les assaillants. Mais il y a d'autres documents

6 qui… un autre document qui m'a été remis par un militant des Droits de

7 l'homme. Il a fait une déclaration selon laquelle il a vu ces gens et il a

8 identifié tous ceux qui avaient commis ces massacres.

9 Si cela vous intéresse, on peut probablement le proposer comme preuve.

10 Donc il existe quelqu'un qui a vu ces gens, qui les a tous identifiés.

11 M. Milosevic (interprétation): Qui étaient les assaillants à ce moment-là?

12 Si cette personne les a identifiés, je suppose que vous saviez qui étaient

13 ces gens. Est-ce que c'étaient des membres de la police locale? Vous avez

14 dit que ça pourrait être le cas, c'est ce que vous dites dans votre

15 déclaration.

16 M. Hoxha (interprétation): J'ai fait cette déclaration. Si le Tribunal

17 considère que c'est convenable, vous pouvez le remettre.

18 M. le Président (interprétation): Comment étaient habillés les

19 assaillants?

20 M. Hoxha (interprétation): Ma vue n'est pas très bonne et il faisait

21 sombre. Je n'ai vraiment pas pu les voir. Donc je ne peux pas vous dire

22 exactement le genre d'uniforme qu'ils portaient, mais j'ai vu que certains

23 avaient des uniformes de la police régulière.

24 M. Milosevic (interprétation): Dites-moi, qu'est-ce que c'est qu'un

25 uniforme de la police régulière? C'est l'uniforme bleu que la police porte

Page 7376

1 dans la rue, est-ce exact?

2 M. Hoxha (interprétation): Oui, l'uniforme normal, vous savez à quoi il

3 ressemble. Ce n'est pas un problème important pour moi. Ce qui est

4 important, c'est que 20 personnes ont été exécutées et brûlées.

5 M. Milosevic (interprétation): Mais c'est important de savoir qui l'a fait

6 également. Donc ils n'avaient pas d'uniforme de camouflage, ils avaient

7 des uniformes réguliers. En tout cas, certains d'entre eux, d'après ce que

8 vous dites.

9 M. Hoxha (interprétation): Vous savez très bien qui a fait cela.

10 M. le Président (interprétation): Monsieur Hoxha, nous comprenons très

11 bien comment vous ressentez les choses. Ces événements étaient terribles.

12 Mais vous vous rendez compte que ce Tribunal doit essayer de déterminer ce

13 qui s'était passé et qui était en responsable. Donc toute l'aide que vous

14 pouvez apporter devait l'être, si vous le pouvez.

15 Dans la mesure où vous avez pu le voir -si vous ne l'avez pas vu, dites-

16 le-, mais si vous avez pu le voir, est-ce que l'un des assaillants portait

17 un uniforme de camouflage ou non?

18 M. Hoxha (interprétation): Oui. Il y en avait, mais il y a des

19 déclarations à ce sujet qui ont été faites par quelqu'un qui les a vus de

20 ses propres yeux, donc cela devrait suffire pour l'appeler à témoigner,

21 entendre son témoignage.

22 M. le Président (interprétation): Je ne sais pas si on va l'entendre ou

23 non. Pour le moment, c'est vous qui témoignez. Est-ce que vous pouvez

24 faire de votre mieux, s'il vous plaît?

25 M. Milosevic (interprétation): Très bien. Vous dites que votre vue est

Page 7377

1 très mauvaise.

2 Avec cette mauvaise vue, qu'est-ce que vous avez réussi à voir parmi tout

3 ce que vous avez décrit?

4 M. le Président (interprétation): Cette question est trop générale pour

5 qu'il puisse y répondre. Si vous avez une question précise, il faudrait la

6 poser.

7 M. Milosevic (interprétation): Bien. Après que ces assaillants ont pénétré

8 de force, vous avez commencé à fuir par-delà le mur, si j'ai bien compris

9 votre déclaration. Vous avez dit que certaines balles sont tombées près de

10 vous et vous avez pris abri quelque part. C'est à la page 4, paragraphe 2.

11 Je me rends compte que vous n'avez pas continué à courir. Vous dites que

12 vous êtes resté là pendant huit heures.

13 Comment est-ce que tout cela a pu tomber sur vous et comment avez-vous pu

14 réussir à rester là pendant huit heures et que quelqu'un est venu vous

15 chercher?

16 M. Hoxha (interprétation): Non. Des planches étaient tombées sur moi, mais

17 là où j'avais pris abri, il y avait deux murs; j'étais entre deux murs et

18 je ne savais pas comment sortir. Mais au bout du mur, il y avait un autre

19 mur et je suis resté là, parce que je ne pouvais pas retourner en arrière;

20 autrement, quelque chose de mauvais me serait arrivé. C'était très étroit

21 là-bas, il y avait quelques planches. Plus tard, j'ai découvert qu'un

22 charpentier avait travaillé dans ce coin. Donc je suis resté là aussi

23 longtemps que je l'ai dit, je ne me souviens pas. Ensuite, je suis rentré

24 à la maison où j'avais passé la nuit précédente, où j'étais la nuit

25 précédente.

Page 7378

1 Question: Très bien. Je comprends. Donc ce sont les paragraphes 3 et 4 à

2 la page 4.

3 J'ai compris que vous êtes rentré, donc vous avez passé huit heures là et,

4 ensuite, vous êtes retourné.

5 Dites-moi, quel était le nom du voisin qui est venu près de vous dans la

6 cour? Vous en parlez à la page 5, paragraphe 4.

7 M. Hoxha (interprétation): "Babalija" était son surnom; il est au Canada

8 pour le moment.

9 Quand il m'a vu dans la cour, il a été surpris parce que, en fait, je

10 venais d'un autre quartier. Il m'a demandé: "Pourquoi es-tu là? Qu'est-ce

11 que tu fais ici?" Et j'ai répondu que j'avais trouvé refuge. Et à partir

12 de cette position, j'ai vu que la maison avait été détruite, qu'elle était

13 rasée. Ensuite, j'ai été chercher les membres de ma famille. J'ai vu de la

14 fumée, mais de la maison d'à côté, j'ai vu Hysen Gashi dont le corps était

15 complètement noir et brûlé. Et j'ai pensé à ce moment-là que le pire était

16 arrivé.

17 Ce voisin qui s'est joint à moi, lorsque nous sommes entrés dans la maison

18 ordinaire où nous avions été la nuit précédente, cette maison avait été

19 complètement rasée et ce voisin m'a dit qu'il avait vu un fragment de

20 chair humaine. A ce moment-là, j'ai compris que le pire était arrivé parce

21 que c'est comme ça qu'on apprend les mauvaises nouvelles. Je ne me suis

22 pas permis de faire des recherches parce que je voulais avoir un bon

23 souvenir de ma fille. Je ne voulais pas voir ma famille brûlée. A ce

24 moment-là, ils m'ont pris et ils m'ont conduit à un autre endroit, trois

25 maisons de là.

Page 7379

1 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, normalement votre

2 temps est écoulé mais, à cette occasion, vous pouvez disposer de dix

3 minutes supplémentaires pour poser des questions au témoin.

4 D'après ce que vous avez dit plus tôt, il semblerait que vous allez

5 prétendre que ces morts sont dues à des bombardements. Si c'est exact, si

6 c'est cela que vous allez essayer de dire, il faut poser la question au

7 témoin pour avoir l'occasion d'en discuter.

8 M. Milosevic (interprétation): Eh bien, exactement, Monsieur May. J'ai

9 l'intention de poser cette question au témoin sur la base de ce que lui-

10 même nous a dit il y a un moment.

11 Il a mentionné deux éléments: la maison était rasée et il y avait des

12 morceaux de chair humaine. Donc des morceaux de chair humaine et une

13 maison rasée jusqu'au sol. Est-ce que ce n'est pas une indication claire

14 que c'était le résultat d'une bombe, oui ou non? Des corps carbonisés, une

15 maison rasée?

16 M. le Président (interprétation): Laissez-le répondre.

17 M. Hoxha (interprétation): Non, pas du tout. Les exécutions se sont faites

18 à une distance d'un mètre. La fille de ma fille, Sihane, se déplaçait très

19 rapidement et souvent et donc, au moment de l'exécution de sa mère et de

20 sa sœur, elle a réussi à s'échapper et un des exécuteurs l'a poursuivie et

21 l'a tuée là où elle se trouvait. Il y a un témoin vivant qui a vu toutes

22 ces choses.

23 J'attendais l'interprétation. Un des exécuteurs a dit: "Ça suffit." Et

24 c'était peut-être une personne meilleure que les autres. Il a dit: " Ça

25 suffit. Arrêtez!" Et les autres ont dit: "Non, nous allons tous les

Page 7380

1 exécuter parce que ce sont eux qui ont demandé l'intervention de l'OTAN."

2 M. le Président (interprétation): Monsieur Hoxha, vous étiez là vous-même

3 à ce moment-là, dans le voisinage. Y a-t-il eu des bombardements de l'OTAN

4 dans votre quartier cette nuit-là? Une bombe qui a pu atteindre votre

5 maison ou la maison dans laquelle se trouvait votre famille?

6 M. Hoxha (interprétation): Non, aucune bombe n'a pu détruire la maison de

7 Luli parce que ma maison est à côté et elle est toujours intacte. Une

8 bombe n'aurait jamais pu détruire une maison de cette façon.

9 M. Milosevic (interprétation): Eh bien, ça, c'est une question qui

10 appartient aux experts de décider, mais pour le procès-verbal, vous

11 prétendez qu'il n'y a pas eu de bombardement cette nuit-là dans cette

12 localité où se situe votre maison. De quelle date parlons-nous exactement?

13 M. Hoxha (interprétation): Nous parlons de la nuit du 1er au 2 avril.

14 Question: Donc la nuit du 1er au 2 avril. Merci.

15 Où se trouvaient les forces de police? Et, en général, où se trouvait la

16 police pendant que vous cherchiez dans la maison brûlée et où vous vous

17 rendiez ailleurs ce jour-là? Où se trouvait la police?

18 Réponse: Quelle police? Il n'y avait personne à la maison à ce moment-là

19 et mon voisin m'a trouvé, mais je n'ai vu personne d'autre. Parce qu'il y

20 avait 44 autres personnes qui ont été tuées dans ce quartier, cette nuit-

21 là, en plus des vingt dont je vous ai parlé. Il y a plus de 60 personnes

22 qui ont été tuées dans le quartier cette nuit-là.

23 Question: Bien. Comment savez-vous qu'autant de personnes ont été tuées

24 cette nuit-là?

25 Réponse: Il y a des donnés en possession du citoyen de Djakovica.

Page 7381

1 J'aimerais que ceci soit un mensonge, Monsieur le Président, et aller en

2 prison moi-même, mais ce n'est pas un mensonge.

3 Je ne crois pas que quiconque pourrait dire que ma femme a été tuée, que

4 tous les membres de ma famille ont été tués. Il y a des tombes. Il y a des

5 documents. Je ne pense pas que… Je n'ai jamais cru que je pourrais être

6 ici pour en parler. Et peut-être certaines de ces personnes qui avaient

7 trouvé refuge en Serbie, peut-être se vantent-ils du nombre de gens qu'ils

8 ont tués. J'ai enseigné à des Serbes pendant très longtemps et,

9 malheureusement, je crois qu'il y a même d'anciens élèves à moi qui sont

10 sur la liste de ceux qui ont commis ces crimes.

11 M. Robinson (interprétation): Monsieur Hoxha, y avait-il des bombardements

12 de l'OTAN dans la localité dans les jours qui ont précédé le 1er et le 2

13 avril?

14 M. Hoxha (interprétation): Pour ce qui est du bombardement de Gjakova, je

15 ne l'ai pas vu.

16 D'après ce que j'ai entendu dire, tout ce que je sais, c'est que les

17 baraquements militaires ont été bombardés à l'écart de la ville, ainsi que

18 les bâtiments du secrétariat des Affaires intérieures dans la partie est

19 de la ville. Je sais que ces deux bâtiments ont été bombardés, mais je

20 n'ai pas entendu parler d'autres bombes tombant sur Gjakova. Et je crois

21 que les conséquences du bombardement sont tout à fait différentes des

22 conséquences de ce dont je vous ai parlé.

23 M. Robinson (interprétation): Oui, Monsieur Milosevic?

24 M. Milosevic (interprétation): Après cela, vous avez décidé de quitter la

25 ville. Comment expliquez-vous que l'armée de Yougoslavie était tellement…,

Page 7382

1 ait eu l'amabilité de donner des transports pour les personnes âgées pour

2 se rendre à la frontière, pour les gens qui avaient décidé de quitter leur

3 maison?

4 M. Hoxha (interprétation): Nous sommes allés… Nous sommes partis de

5 Gjakova à pied; c'était une colonne de deux ou trois kilomètres de long.

6 Nous avons traversé une ville brûlée et carbonisée.

7 A la sortie de Gjakova, à la sortie de la ville, la police régulière et

8 l'armée ont pris nos cartes d'identité, nos papiers; j'ai dû les remettre.

9 Ensuite, nous sommes allés dans une prairie à deux, trois kilomètres de

10 Gjakova. Là, ils nous ont rassemblés et on ne nous a même pas permis de

11 nous mettre debout; nous étions accroupis, là-bas.

12 M. le Président (interprétation): Monsieur Hoxha , il faut arrêter ce

13 contre-interrogatoire.

14 On vous permet deux autres questions, Monsieur Milosevic.

15 M. Milosevic (interprétation): Très bien.

16 Vous avez dit que d'après les événements…, à partir des événements que

17 vous avez décrits jusqu'au moment où vous avez quitté la ville, l'armée

18 yougoslave, la police et d'autres autorités ne vous ont jamais apporté

19 d'assistance véritable –c'est ce que vous avez dit-, ne vous ont pas

20 apporté d'aide réelle.

21 Quel genre d'aide est-ce qu'ils vous ont apportée?

22 M. Hoxha (interprétation): Quel genre d'aide? Je n'ai reçu d'aide de

23 personne et tous ces gens qui étaient avec moi n'ont reçu d'aide de

24 personne. J'ai reçu de l'aide d'une paysanne qui m'a donné deux

25 tranquillisants parce que tous les gens qui étaient autour de moi, à ce

Page 7383

1 moment-là, croyaient que j'allais mourir, moi-même. Vous pouvez imaginer

2 l'état dans lequel je me trouvais, l'état d'esprit dans lequel je me

3 trouvais, parce que ma femme et mes deux filles avaient été exécutées.

4 M. Milosevic (interprétation): Y a-t-il eu de l'aide apportée à des gens

5 qui étaient affligés, qui se trouvaient dans une situation très difficile?

6 Est-ce que de l'aide a été offerte par l'armée yougoslave ou la police ou

7 les autorités yougoslaves, et que vous avez pu observer?

8 M. Hoxha (interprétation): Si nous pouvons appeler cela de l'aide, j'ai vu

9 deux ou trois tracteurs qui transportaient des gens, mais je ne crois pas

10 qu'on puisse appeler cela de l'aide parce que vous saviez à quoi cela

11 allait servir. Il s'agissait de transport. En fait, il aurait fallu qu'on

12 soit transportés comme des humains et pas comme des bêtes.

13 M. le Président (interprétation): Monsieur Tapuskovic, voulez-vous poser

14 des questions?

15 (Questions au témoin, M. Hani Hoxha, par l'amicus curiae, M. Tapuskovic.)

16 M. Tapuskovic (interprétation): Monsieur le Président, étant donné ce qu'a

17 subi M. Hoxha, je pensais a priori ne pas avoir de questions à lui poser,

18 mais, cependant, je voudrais parler de ce qui figure au paragraphe 3 de la

19 page 2.

20 Il dit que les bombes de l'OTAN ne sont tombées que sur la caserne qui

21 avait été déjà évacuée à ce moment-là. Or, maintenant, vous nous dites

22 qu'il n'y avait qu'une caserne. Alors, y avait-il une caserne ou plusieurs

23 casernes dans les environs de Djakovica?

24 M. Hoxha (interprétation): Dans les environs de Gjakova, il y a une

25 caserne qui comporte deux ou trois bâtiments. Il y a également une autre

Page 7384

1 caserne qui se trouve au centre-ville, mais il ne s'y trouvait aucun

2 soldat. Actuellement, on y trouve des soldats de la KFOR.

3 Question: Oui, mais justement, au sujet de cette caserne qui se trouvait

4 au centre-ville, est-ce qu'elle a été bombardée?

5 Réponse: Non. C'étaient des bâtiments qui avaient été érigés par les

6 Italiens, avant 1936, et ils sont toujours dans le même état; ce sont

7 toujours les mêmes bâtiments. Et actuellement, ce sont de nouveau des

8 soldats italiens qui y sont logés. Donc ces bâtiments n'ont pas du tout

9 été endommagés, ils n'ont pas été bombardés.

10 Question: Mais le poste de police qui a été visé par les bombardements de

11 l'OTAN, est-ce qu'il se situe au milieu d'autres bâtiments, au milieu de

12 maisons qui sont occupées?

13 Réponse: Non. C'est le premier bâtiment qui se trouve à la sortie de

14 Gjakova, lorsqu'on vient de Prizren, et il n'y a pas véritablement de

15 maisons de ce côté. D'un côté, vous avez le secrétariat pour les Affaires

16 intérieures; j'ai entendu dire que ce bâtiment avait été bombardé, mais

17 c'est juste qu'on me l'a relaté parce qu'à l'époque, j'étais en Albanie.

18 (Interrogatoire principal supplémentaire du témoin, M. Hani Hoxha, par M.

19 Saxon.)

20 M. Saxon (interprétation): Monsieur Hoxha, j'ai une seule question à vous

21 poser.

22 Vous dites que plus de 60 personnes ont été tuées dans ce quartier de

23 Djakovë/Djakovica pendant la nuit du 1er au 2 avril. Vous souvenez-vous du

24 nom de ce quartier, s'il vous plaît, de cette partie de la ville?

25 M. Hoxha (interprétation): Moi, je n'étais pas de ce quartier. C'était le

Page 7385

1 quartier où habitait ma fille. Mais il s'appelait Millos Gilic. Gilic,

2 c'est sûr, mais je pense bien que c'était Millos avant, Millos Gilic.

3 M. Saxon (interprétation): Merci, Monsieur le Témoin.

4 M. le Président (interprétation): Monsieur Hoxha, merci d'être venu au

5 Tribunal afin de déposer. Vous en avez maintenant terminé et vous pouvez

6 quitter le prétoire.

7 (Le témoin, M. Hoxha, est reconduit hors du prétoire.)

8 (Questions relatives à la procédure.)

9 M. Robinson (interprétation): Monsieur Saxon, je souhaiterais intervenir

10 au sujet de la déclaration que nous venons d'accepter au dossier. Et c'est

11 une question qui se pose pour beaucoup des déclarations que l'on nous

12 remet ici. Ces déclarations sont présentées d'une manière qui semble

13 indiquer que ce qui figure dans ces documents, constitue des éléments

14 directs, alors qu'il s'agit d'éléments de preuve indirects, par ouï-dire.

15 Certes, au Tribunal, nous acceptons les éléments de preuve par ouï-dire

16 lorsqu'ils s'avèrent pertinents. Mais la question est d'importance pour

17 deux raisons.

18 En premier lieu, si effectivement il s'agit d'éléments de preuve par ouï-

19 dire et non pas d'éléments de preuve directs, il se peut que nous y

20 attachions plus d'importance qu'ils ne le méritent. Ceci vaut pour Arta

21 Pruthi et Avni Ferizi.

22 La deuxième raison pour laquelle ceci est important, c'est qu'il est

23 possible que nous acceptions l'admission de la déclaration, au terme de

24 l'Article 92bis, sans contre-interrogatoire. Cela, c'est toujours possible

25 et cela peut avoir un impact, cela peut induire en erreur.

Page 7386

1 Une autre manière dont cela peut poser problème. Cela peut induire en

2 erreur la personne qui mène le contre-interrogatoire.

3 Quand on lit la page 1 en anglais au sujet d'Arta Pruthi et Avni Ferizi,

4 on a l'impression que le témoin nous parle de choses qu'il a effectivement

5 vues; or ce n'est pas le cas.

6 Et si la personne qui mène le contre-interrogatoire ne fait pas preuve

7 d'assez de prudence pour obtenir du témoin la précision, selon laquelle le

8 témoin n'a pas effectivement vu cela de ces yeux, cela peut être négligé.

9 A ce moment-là, la personne qui mène le contre-interrogatoire peut avoir

10 l'impression qu'il s'agit là d'éléments de preuve directs.

11 Ceci, à mon avis, n'est pas la faute du témoin, mais c'est la faute de la

12 personne qui recueille la déposition, c'est la faute de l'enquêteur. Et je

13 pense qu'il faudrait que vous y réfléchissiez parce que nous finissons

14 toujours par accepter le versement au dossier. L'exactitude des

15 déclarations qui sont versées au dossier est extrêmement importante.

16 M. Saxon (interprétation): Permettez-moi de répondre.

17 Je note bien votre remarque. Les membres du Bureau du Procureur font tout

18 pour préciser les déclarations qui sont rédigées au nom des témoins, pour

19 préciser donc les moments où le témoin parle de choses qu'il a vues

20 personnellement. Et, dans les autres cas de figure, nous allons

21 indéniablement à l'avenir faire preuve de la plus grande prudence

22 imaginable à ce sujet.

23 S'agissant de la déclaration du dernier témoin, M. Hoxha, je me

24 permettrais, avec tout le respect que je lui dois, de signaler à la

25 Chambre que, si on lit le texte que vous venez d'évoquer avec beaucoup de

Page 7387

1 soin, on se rend compte à cette lecture, on se rend compte que le témoin

2 parle d'informations qui lui ont été communiquées par des tiers.

3 Dans le paragraphe que vous venez d'évoquer, le témoin dit: "J'ai appris

4 que mon voisin Shefqet Pruthi avait été tué lorsque sa fille Arta a

5 téléphoné à ma fille vers 3 heures du matin." (Fin de citation.)

6 Donc, il y a au moins une indication ici. Il s'agit d'éléments de preuve

7 qui ont été communiqués au témoin par l'intermédiaire d'un tiers.

8 S'agissant du meurtre de M. Pruthi qui se trouve au bas de la page 2 et

9 qui continue à la page 3, on peut lire la chose suivante: "J'ai entendu

10 des tirs à ce moment-là, mais je ne l'ai pas vu se faire tuer." (Fin de

11 citation.)

12 Si bien que lorsqu'on lit cela, on se rend compte qu'il s'agit

13 d'événements auxquels le témoin n'a pas assisté lui-même. Mais quoi qu'il

14 en soit, nous allons prendre en compte très sérieusement les observations

15 que vous venez de faire, Monsieur le Juge.

16 M. Robinson (interprétation): Merci beaucoup, Monsieur Saxon.

17 M. le Président (interprétation): Monsieur Saxon, avant la pause, une

18 autre question.

19 Il y a un témoin qui va être entendu à l'avenir et qui s'appelle le Témoin

20 K30. Et j'ignore s'il est prévu de le citer à la barre en vertu de

21 l'Article 92bis. Quoi qu'il en soit, nous avons étudié la question et nous

22 pensons que ce témoin doit être entendu de la manière traditionnelle.

23 M. Saxon (interprétation): C'est également notre opinion. C'est pourquoi

24 nous n'avons pas l'intention de demander qu'il soit entendu en vertu

25 l'Article 92bis.

Page 7388

1 M. le Président (interprétation): Fort bien. Nous allons maintenant faire

2 une pause de 20 minutes.

3 (L'audience, suspendue à 12 heures 10, est reprise à 12 heures 31.)

4 M. le Président (interprétation): Je demande au témoin de prononcer la

5 déclaration solennelle.

6 M. Gjogaj (interprétation): Je déclare solennellement que je dirai la

7 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

8 M. le Président (interprétation): Vous pouvez vous asseoir, Monsieur.

9 (Le témoin s'assoit.)

10 (Interrogatoire principal du témoin, M. Ali Gjogaj, par Mme Romano.)

11 Mme Romano (interprétation): Monsieur le Président, le témoin parlera d'un

12 certain nombre d'endroits dont on trouve les emplacements dans les pages

13 10 et 11 de l'atlas du Kosovo.

14 M. le Président (interprétation): Merci.

15 Mme Romano (interprétation): Monsieur Gjogaj, pouvez-vous décliner votre

16 nom complet pour la Chambre?

17 M. Gjogaj (interprétation): Ali Gjogaj.

18 Question: Vous êtes né à quelle date, Monsieur Gjogaj?

19 Réponse: Je suis né le 25 novembre 1963.

20 Question: Etes-vous d'origine gitane?

21 Réponse: Non.

22 Question: Quelle est votre origine?

23 Réponse: Je suis un Ashkalli albanophone.

24 Question: Quelle est votre profession?

25 Réponse: Je suis fossoyeur, je travaille pour la ville de Prizren.

Page 7389

1 Question: Monsieur Gjogaj, vous avez fourni au Bureau du Procureur deux

2 déclarations, l'une en date du 27 février 2000 et la deuxième en date du

3 24 juin 2000. Est-ce exact?

4 Réponse: Oui.

5 Question: Lors d'une rencontre avec un officier instrumentaire désigné par

6 ce Tribunal, vous avez eu la possibilité de revoir les deux déclarations

7 faites précédemment par vous et vous avez confirmé que leur contenu

8 correspondait à la réalité, n'est-ce pas?

9 Réponse: Oui.

10 Question: Monsieur le Président, l'accusation demande le versement au

11 dossier de la déclaration préalable de ce témoin.

12 Monsieur Gjogaj, lors de cet entretien, vous avez ajouté quelques lignes à

13 votre déclaration, n'est-ce pas?

14 Réponse: Je ne sais pas de quel ajout vous parlez.

15 Question: Vous avez complété votre déclaration avec un paragraphe

16 supplémentaire contenant quelques informations. Je demanderai à M.

17 l'huissier de bien vouloir montrer ce passage au témoin.

18 (Intervention de l'huissier.)

19 Vous rappelez-vous avoir signé ceci, Monsieur Gjogaj?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Merci.

22 Le témoignage de ce témoin est le suivant.

23 Ce témoin est âgé de 38 ans. Et en 1999, il travaillait pour la société de

24 nettoyage "Hygijena" en tant que fossoyeur. Au printemps, en avril ou en

25 mai 1999, la police a escorté le témoin en même temps que 15 autres

Page 7390

1 fossoyeurs de la société "Hygijena" vers le village de Pusto Selo dans la

2 municipalité d'Orahovac. Les fossoyeurs d'autres régions les ont rejoints

3 en route, escortés uniquement par la police. On leur a donné pour

4 instruction d'aider à l'exhumation de corps, de certaines victimes de

5 Pusto Selo pour ensuite les réinhumer en différents lieux, dont Zrze et

6 Dusanovo, c'est-à-dire Prizren.

7 Arrivés dans le village de Pusto Selo, le témoin a remarqué la présence de

8 militaires serbes. La police a donné au témoin et aux autres

9 l'instruction, l'ordre d'exhumer les corps. Le témoin estime qu'ils ont

10 exhumé environ 90 corps. Le témoin ne peut pas décrire les corps, car ils

11 étaient enveloppés dans des couvertures ou des draps.

12 Le témoin avec d'autres ont emporté les corps à bord de camions jusqu'à

13 Pristina où ils ont été laissés à la garde de la police. Le lendemain, ils

14 sont revenus pour décharger les corps dans deux garages en face de la

15 morgue de l'hôpital de Pristina. La police a ordonné au témoin d'aider à

16 la réinhumation des cadavres. Il a enterré les cadavres dans le cimetière

17 de Zrze, d'autres ont été emmenés avec d'autres fossoyeurs dans la

18 direction d'Orahovac. Quelques jours plus tard, le témoin a ramassé dix

19 cadavres dans les garages et les a emportés jusqu'au cimetière de

20 Dusanovo, Prizren pour les inhumer. Le témoin a également aidé à

21 l'inhumation de trois autres cadavres trouvés dans les garages et qui ont

22 été inhumés dans une tombe à Prizren.

23 Toutes les victimes mentionnées ci-dessus étaient originaires de Pusto

24 Selo.

25 Le 24 mai 2000, le témoin a identifié un site à l'extérieur de Prizren,

Page 7391

1 connu sous le nom de "champ de tir" par les enquêteurs du Tribunal pénal

2 international. Aux environs de 20 heures, un soir en avril 2000, le témoin

3 et d'autres employés de la société Hygijena sont allés jusqu'au "champ de

4 tir" qui servait à des exercices de tirs.

5 A son arrivée, il a vu deux excavatrices et trois camions. La police était

6 très présente. Il faisait sombre. Des photographies de ce site se trouvent

7 dans le classeur de Suva Reka. Je crois qu'il s'agit de la pièce à

8 conviction 166, intercalaire 4; il y a plusieurs photographies de ce site.

9 Le témoin a vu des hommes habillés en uniformes verts creuser deux trous.

10 Il décrit un carré de 4 mètres environ sur 2 mètres où les corps ont été

11 placés. Le témoin a aidé à ramasser ces corps dans les camions. Il décrit

12 les victimes comme étant des hommes, des femmes et 7 ou 8 enfants.

13 Il estime entre 80 et 90 les corps qui ont été sortis d'un trou qu'il

14 décrit comme ayant 4 mètres de profondeur. Le témoin décrit le véhicule à

15 bord duquel les corps ont été placés, une Mercedes réfrigérée de couleur

16 rouge et blanche. Il décrit avoir vu la police, dans des uniformes de

17 camouflage, creuser un autre trou et avoir vu les corps de ce trou être

18 chargés dans un véhicule similaire.

19 Le même soir, le témoin travaillait sur le "champ de tir" et il a reçu

20 l'ordre de se rendre sur une décharge qui se trouvait sur la route de Suva

21 Reka. Là, se trouvait un autre véhicule réfrigéré. Il y est allé avec

22 d'autres fossoyeurs. Et il dit qu'il y avait une excavatrice utilisée sur

23 le "champ de tir".

24 Le trou avait environ 2 mètres sur 2; c'était un carré, 3 mètres de

25 profondeur. A 1,5 mètre à peu près, il a vu d'autres corps, des corps

Page 7392

1 d'hommes et de femmes.

2 Le témoin a aidé à exhumer environ 20 corps. Ceux-ci ont été placés à bord

3 du camion réfrigéré. C'est tout.

4 M. le Président (interprétation): Merci.

5 Monsieur Milosevic, vous avez la parole, mais je voudrais d'abord une

6 cote.

7 Mme Ameerali (interprétation): Pièce à conviction 239 pour l'original et

8 239A pour la version expurgée.

9 (Contre-interrogatoire du témoin, M. Ali Gjogaj, par M. Milosevic.)

10 M. Milosevic (interprétation): Vous avez travaillé en tant que fossoyeur à

11 la société "Hygijena" de Prizren. En quelle année avez-vous obtenu votre

12 emploi dans cette société?

13 M. Gjogaj (interprétation): Après la guerre.

14 Question: Quel était votre travail avant?

15 Réponse: Je travaillais pour la même compagnie. Je travaillais pour

16 l'entreprise "Vocar" de Prizren.

17 Question: Quel était votre travail?

18 Réponse: Balayeur de rue.

19 Question: Vous avez eu différentes professions dont balayeur de rue et

20 fossoyeur et vous êtes devenu fossoyeur après la guerre. Je vous ai bien

21 compris?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Avez-vous terminé des études quelconques?

24 Réponse: Non, je n'ai aucune éducation, je n'ai suivi les cours que

25 pendant cinq années de ma vie.

Page 7393

1 M. Milosevic (interprétation): Très bien. Passons d'abord rapidement en

2 revue votre déclaration et ensuite, je vous poserai des questions.

3 En page 1 de votre déclaration, vous dites qu'avec des chefs de cette

4 entreprise, avec un certain Buda, vous êtes allés dans un village ramasser

5 des cadavres au printemps de 1999 et que le fils du directeur de

6 l'entreprise, Mirko, était l'un des policiers qui vous escortaient; vous

7 ne connaissez pas son nom de famille. Vous connaissez le fils, son prénom,

8 Mirko. Vous ne connaissez pas le nom de famille de votre directeur ou bien

9 vous connaissez le nom de famille du directeur de votre entreprise?

10 M. Gjogaj (interprétation): Il s'appelle Mirko. Quant au directeur de

11 l'entreprise, il s'appelle Jova.

12 M. le Président (interprétation): Un instant. Au compte rendu d'audience

13 anglais, il faudrait que figurent les mots "au printemps 1999" et pas

14 "1990", comme nous le lisons en ce moment.

15 Monsieur Milosevic, vous avez la parole.

16 M. Milosevic (interprétation): Monsieur le Témoin, en page 3 de votre

17 déclaration, parlant de l'endroit où vous avez creusé le sol, vous dites

18 ne pas savoir si vous vous trouviez dans un cimetière; vous ne savez pas

19 s'il y avait une mosquée, vous n'avez vu ni mosquée ni minaret, etc.

20 Pourquoi insistez-vous sur ce point? L'enquêteur vous a-t-il demandé si

21 vous étiez dans un cimetière, s'il y avait une mosquée, s'il y avait un

22 minaret, etc.? Est-ce pour cela que vous parlez de cela ou bien est-ce de

23 vous-même que vous dites ne pas savoir si vous étiez dans un cimetière,

24 s'il y avait une mosquée, etc.?

25 Pourquoi dites-vous également qu'il n'y avait pas de mosquée dans le

Page 7394

1 voisinage?

2 M. Gjogaj (interprétation): Dans le village de Pusto Selo où nous sommes

3 allés, je dirai d'abord que nous y sommes allés pour rechercher des corps.

4 Il y avait aussi une excavatrice, mais elle est tombée en panne en route.

5 Donc, quelques jours plus tard, les mêmes policiers sont venus parler à

6 notre directeur dans son bureau et ils ont ordonné à notre directeur de

7 faire ce travail. Ils nous ont donné un véhicule et nous sommes allés dans

8 le village de Pusto Selo.

9 Une fois arrivés à Orahovac, nous avons été reçus par les policiers et les

10 soldats serbes et des ouvriers de la municipalité d'Orahovac sont

11 également revenus nous rejoindre.

12 A notre arrivée, nous avons reçu l'ordre de ramasser ces corps aussi

13 rapidement que possible. Nous les avons emportés le plus rapidement

14 possible jusqu'à la morgue de Prizren. Quelques jours plus tard...

15 Question: Je vais vous poser une question un peu différente. Je vais vous

16 demander pourquoi vous expliquez que vous ne saviez pas si vous étiez dans

17 un cimetière et que vous ne savez pas s'il y avait une mosquée?

18 Réponse: Je n'ai pas vu de mosquée. Et la police serbe nous a donné

19 l'ordre d'emporter les corps le plus rapidement possible.

20 Question: Bien. Donc c'est à cause de la rapidité des choses que vous

21 n'avez pas vu la mosquée.

22 Ensuite, vous dites que vous avez vu des panneaux en bois sur lesquels des

23 numéros étaient inscrits à côté de chacun des cadavres.

24 Vous ne vous rappelez pas le numéro le plus important, le plus grand, le

25 plus élevé, mais vous rappelez-vous d'autres numéros?

Page 7395

1 Réponse: Oui, je m'en souviens.

2 Question: Quels sont les numéros que vous avez retenus?

3 Réponse: Il y avait des numéros qui allaient jusqu'à 90.

4 Question: Donc vous vous rappelez tout de même le numéro le plus élevé?

5 Réponse: J'ai vu ce numéro à la fin.

6 Question: Bien. Ce Mirko dont vous parlez était policier? Vous dites:

7 "Mirko et d'autres policiers étaient là-bas. Je ne sais pas ce qu'ils y

8 faisaient. Mirko prenait des photographies de tous les cadavres exhumés".

9 C'est bien cela? C'est ce que vous avez dit?

10 Vous dites qu'il avait pris des photographies de tous les corps. Et

11 ensuite, des réfugiés ont placé des étiquettes comportant des numéros sur

12 tous les sacs dans lesquels se trouvaient les cadavres. C'est bien cela?

13 Réponse: Les réfugiés ont fixé des numéros sur les cadavres; ils ont collé

14 ces numéros et ils ont pris des photographies. Mais l'homme le plus

15 important était Buda; il y avait aussi Jova, Mirko, mais je ne connais pas

16 ce policier.

17 Question: Très bien. Vous dites que vous avez emmené ces cadavres à la

18 morgue de Pristina. Et en page 4, vous dites: "Le gardien de la morgue de

19 Pristina nous a dit que c'est le Tribunal qui avait demandé à la police de

20 Prizren d'examiner les corps. A Prizren, il n'y avait personne pour

21 procéder à une autopsie. Pour autant que je le sache, le docteur Hidajet

22 n'a fait qu'examiner les blessures que portaient les cadavres; il n'a

23 jamais pratiqué une autopsie, il n'a jamais examiné à fond les cadavres de

24 Pusto Selo".

25 Ceci signifie que ces cadavres ont été emmenés à la morgue, qu'ils ont été

Page 7396

1 photographiés par la police et qu'ils auraient dû subir une autopsie,

2 n'est-ce pas?

3 Réponse: Ils n'ont pas pratiqué ces autopsies à la morgue de Prizren. Moi,

4 je ne connais pas très bien les autopsies, mais les cadavres ont été

5 emmenés directement à Pristina où les autopsies ont eu lieu. Et il ne fait

6 aucun doute que c'est le docteur Hidajet qui a pratiqué ces autopsies,

7 même si je n'étais pas là.

8 Question: Très bien, très bien.

9 Vous avez parlé des photographies, du transport à la morgue de ces

10 cadavres, du fait que le tribunal de Prizren avait demandé des autopsies,

11 etc.

12 En page 5, un peu plus loin, vous dites que trois cadavres enterrés dans

13 le cimetière municipal de Prizren ont été exhumés également et qu'ils

14 étaient calcinés. S'agissait-il de victimes de bombardements? Je parle de

15 ces cadavres calcinés. Est-ce que vous avez une idée quant à la façon dont

16 ces personnes ont trouvé la mort?

17 Réponse: Nous n'avions aucune idée. Ces cadavres provenaient de Pusto

18 Selo, les tombes de Pusto Selo étaient remplies de civils, de personnes

19 âgées, de gens qui... -comment est-ce que je pourrais m'exprimer- ...de

20 gens qui n'avaient jamais eu le moindre problème avec la police, mais ils

21 ont été embarqués, malmenés, maltraités. Et Dieu sait quoi encore.

22 Question: Attendez un instant, je vous prie. Je vous interroge au sujet de

23 ce dont vous avez parlé dans votre déclaration écrite. Vous avez parlé de

24 ces trois cadavres calcinés dans votre déclaration. Avez-vous jamais

25 appris quelle avait été la cause de la mort de ces personnes?

Page 7397

1 Réponse: Je ne sais pas qui les a tués. On nous a simplement envoyés là-

2 bas pour ramasser les cadavres. Je n'ai pas vu qui les a tués. Même si

3 chacun sait très bien qui les a tués.

4 Question: Très bien. Ne nous appesantissons pas sur ce point.

5 Je vous demanderai si vous pouvez préciser davantage le jour et le mois?

6 Vous parlez du printemps 1999, en disant que c'est à ce moment-là que vous

7 êtes allé à Pristina, à la morgue. C'est à ce moment-là que vous situez

8 les exhumations, les prises de photographies, les autopsies, etc. Mais

9 pouvez-vous préciser la date?

10 Réponse: Je ne me souviens pas de la date exacte, car je ne suis pas un

11 homme éduqué. J'ai simplement constaté que parfois nous travaillions et

12 parfois nous ne travaillions pas. Nous étions des gens obligés à faire le

13 travail que nous faisions. Donc je ne me rappelle pas le jour ou la date

14 exacte.

15 Question: Ce qui veut dire, en fait, qu'à ce moment-là, vous n'étiez pas

16 fossoyeur, n'est-ce pas?

17 Au printemps 1999? Vous étiez balayeur de rue dépendant de l'autre

18 entreprise que vous avez mentionnée tout à l'heure?

19 Réponse: C'est exact, j'étais balayeur de rue. Mais à l'époque, même les

20 balayeurs de rue étaient forcés de faire ce genre de travail. C'est la

21 police et l'armée qui nous forçaient à faire ce travail; on était un peu

22 comme des outils pour eux. Parce que les cadavres étaient en voie de

23 décomposition, l'odeur était affreuse et il nous fallait des semaines pour

24 nous en remettre.

25 Question: Bien. Mais dites-moi, à quel endroit ou aux abords de quel

Page 7398

1 endroit se trouvait ce cimetière d'où vous avez exhumé 90 cadavres avant

2 de les transporter à la morgue de Pristina, ces cadavres qui ont été pris

3 en photo et ensuite autopsiés? Où se trouvait ce cimetière?

4 Réponse: Le cimetière était celui de Pusto Selo.

5 Question: Oui. Donc il était à Pusto Selo. Vous dites qu'il y avait une

6 école à 300 mètres à peu près du cimetière. C'est exact?

7 Réponse: Oui.

8 Question: Donc l'endroit où vous avez exhumé les corps est tout près du

9 centre du village?

10 Réponse: C'était au centre du village puisque l'école était tout près. Et

11 il y avait un endroit indiqué, une espèce de prairie non loin de là où ces

12 corps ont été ré-inhumés un par un.

13 Question: Très bien. Puisque c'était un village, je vous demande s'il y

14 avait d'autres villageois qui ont assisté à ces exhumations?

15 Réponse: Non, nous étions les seuls présents, nous qui travaillions; et

16 puis, il y avait aussi les policiers et les soldats.

17 Question: Combien avez-vous fait d'exhumations vous-même, personnellement?

18 Réponse: J'ai dit que, personnellement, je n'ai pas exhumé ces corps. Il y

19 avait des ouvriers qui procédaient aux exhumations et nous, nous assurions

20 le transport par camion. Il y avait des ouvriers un peu partout et il y en

21 avait dont le travail spécial consistait à exhumer les cadavres et à les

22 amener jusqu'au camion.

23 Question: Mais alors quel était votre travail? Vous ne conduisiez pas les

24 camions, n'est-ce pas?

25 Réponse: Non.

Page 7399

1 Question: Mais alors quel était votre travail? Si vous ne conduisiez pas

2 le camion, qu'est-ce que vous faisiez? Vous transportiez les cadavres

3 jusqu'au camion, vous les sortiez? Qu'est-ce que vous faisiez?

4 Réponse: Une fois que les ouvriers avaient sorti les cadavres des tombes,

5 ils les laissaient dans la prairie, et mes collègues et moi-même nous les

6 prenions pour les emporter jusqu'au camion.

7 Question: Bien. Donc vous dites qu'au cours de cette opération à laquelle

8 vous avez participé, vous vous ne rappelez pas les numéros. Mais alors sur

9 quoi vous fondez-vous pour dire avoir exhumé 90 cadavres?

10 Réponse: Quand j'y suis allé après la guerre avec les enquêteurs du TPIY,

11 j'ai vu 90 trous qui avaient été creusés. Donc c'est le chiffre dont on

12 parle maintenant.

13 Question: Oui, donc quand vous parlez de 90, ce n'est pas dans le cadre de

14 votre témoignage au sujet du moment où vous transportiez les cadavres,

15 mais de votre témoignage au sujet du moment où vous vous êtes rendu à ce

16 même endroit avec les enquêteurs du Tribunal international? Et cela après

17 la guerre, n'est-ce pas?

18 Réponse: Qu'avez-vous dit? Je n'ai pas compris.

19 Question: Ce chiffre, ce chiffre était un chiffre que vous avez établi

20 après la guerre, c'est-à-dire lorsque vous vous êtes rendu sur place avec

21 les enquêteurs du TPIY?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Pouvez-vous nous expliquer quelle était la procédure suivie

24 lorsqu'il s'agissait de placer les corps à l'intérieur des housses

25 mortuaires?

Page 7400

1 Vous nous avez dit que les policiers prenaient des photographies de chaque

2 corps avec un appareil photo et qu'ensuite, ils étaient placés dans les

3 housses. Comment cela se produisait-il exactement?

4 Réponse: Les ouvriers sortaient les corps. Ils préparaient les visages.

5 Ensuite, certains des policiers photographiaient ces visages inconnus non

6 identifiés. Et d'autres personnes étaient chargées de les placer dans les

7 housses. Et nous, nous les placions à notre tour dans les camions.

8 Question: Et c'est à ce moment-là qu'on apposait des étiquettes sur

9 lesquelles figuraient des numéros; j'imagine qu'il s'agissait du numéro

10 des photographies qui étaient prises. Que pouvait-on lire sur ces

11 étiquettes?

12 Réponse: Il n'y avait pas de numéro sur les photographies, mais sur les

13 corps, au moment où ils étaient exhumés, on leur affectait un numéro. Je

14 ne sais pas si vous me comprenez bien.

15 Question: Non, pas tout à fait, mais bon, poursuivons.

16 Et quel était l'état des corps que l'on plaçait dans ces sacs, dans ces

17 housses?

18 Réponse: Ils étaient en très mauvais état, ils dégageaient une forte

19 odeur. On peut imaginer ce que c'est de s'approcher d'un corps en état de

20 décomposition.

21 Question: Est-ce que tous les corps étaient dans le même état?

22 Réponse: Je n'ai pas été en mesure de le voir. Certains n'avaient plus

23 certains de leurs membres. Et les gens, on les plaçait dans les sacs, dans

24 les housses, aussi rapidement que possible pour ensuite les charger dans

25 le camion.

Page 7401

1 Question: Et parallèlement à ces photographies, est-ce que l'on collectait

2 d'autres types d'informations avant que les corps ne soient placés dans

3 les housses mortuaires? Est-ce qu'on a établi une liste? Est-ce qu'on a

4 tenu un registre détaillé sur les corps avant qu'ils ne soient placés dans

5 les sacs?

6 Réponse: Non.

7 Question: Vous dites également que vous les avez chargés dans deux camions

8 et ensuite, amenés jusqu'à l'hôpital de Prizren; est-ce bien exact?

9 Réponse: Oui.

10 Question: Après l'hôpital de Prizren, vous les avez amenés à l'hôpital de

11 Pristina; c'est bien exact? Ou bien est-ce que ces cadavres sont restés à

12 l'hôpital de Prizren?

13 Réponse: J'ai déjà dit comment cela s'est passé. D'abord, on a amené les

14 corps jusqu'à la morgue de Prizren depuis le village de Pusto Selo; ils y

15 sont restés quelques jours. Et ensuite, nous les avons amenés, sur

16 plusieurs jours, à Pristina où on a procédé à des autopsies. Et nous les

17 avons emmenés dans divers village pour les y enterrer. Je l'ai déjà

18 expliqué.

19 Question: Est-ce que cela signifie que, lorsque vous les avez transportés

20 dans les villages, à ce moment-là déjà, lors de l'autopsie, les corps

21 avaient été identifiés? On avait déterminé de qui il s'agissait?

22 Réponse: Ça, je ne sais pas; il y en a d'autres qui le savent très bien.

23 Nous, nous étions des employés. On était là uniquement pour exhumer les

24 corps et ensuite, les ramener de la morgue.

25 Question: Oui, oui. Vous dites que vous les avez transportés dans

Page 7402

1 différents villages. Lorsque vous les avez amenés dans ces différents

2 villages, est-ce que vous les avez remis aux membres de leur famille ou à

3 qui les avez-vous remis, ces corps?

4 Réponse: Non, il n'y avait pas de membres de la famille de ces personnes.

5 Mais certains corps de Pusto Selo ont été envoyés à Orahovac; d'autres

6 sont restés à Zrze et d'autres sont restés à Dushanovo. Et trois corps ont

7 été laissés au cimetière municipal de Prizren.

8 Question: S'agit-il là des trois cadavres qui, ultérieurement, ont été

9 enterrés au cimetière, ceux dont vous nous dites qu'ils étaient

10 carbonisés?

11 Réponse: Oui.

12 Question: A la page 4, vous dites que vous avez ramené certains corps à

13 Prizren et qu'on vous a dit de les amener ailleurs pour qu'on ne les

14 confonde pas avec les autres corps, qu'on ne les mélange pas avec les

15 autres corps; c'est cela?

16 Réponse: Excusez-moi, je n'ai pas compris ce que vous avez dit.

17 Question: A la page 4, vous dites que vous avez ramené certains de ces

18 mêmes corps à Prizren et qu'on vous a dit de les placer à un autre

19 endroit, afin qu'on ne les mélange pas, qu'on ne les confonde pas avec

20 d'autres corps. Est-ce que c'est exact?

21 Réponse: Non.

22 Question: Est-ce que vous avez ramené des corps sur lesquels une autopsie

23 avait été réalisée? Est-ce que vous les avez ramenés à l'hôpital de

24 Pristina ou bien est-ce que vous les avez emmenés dans divers villages?

25 Réponse: J'ai déjà dit qu'une fois que les autopsies avaient été réalisées

Page 7403

1 à Pristina, on amenait les corps à la morgue de Prizren et, à ce moment-

2 là, on les a répartis dans différents villages; on les a envoyés dans les

3 villages.

4 Question: Bien. Vous dites que ce que je viens de vous citer n'est pas

5 exact, mais ici, à la page 4, paragraphes 1, 2, 3, 4, 5, 6, il y a deux

6 phrases. Deuxième phrase: "On nous a dit de les mettre à un endroit

7 différent pour éviter de mélanger les corps".

8 Est-ce que cela signifie que ces corps-là avaient déjà été autopsiés, de

9 sorte qu'ils ne voulaient pas qu'on les confonde avec les autres corps.

10 Est-ce que c'est cela ou pas?

11 Réponse: Les corps étaient complètement décomposés et les trois cadavres

12 enterrés dans le cimetière de Prizren ont été laissés dans l'état où le

13 camion les a amenés.

14 Question: Bien. Dans votre déclaration, vous dites que tous les corps

15 étaient dans des housses, que vous n'avez été en mesure de voir aucun

16 vêtement, aucun objet appartenant à ces corps. Est-ce exact?

17 Réponse: Non.

18 Question: Deux paragraphes plus bas, vous dites: "Tous les corps étaient

19 dans des housses. Toutes les housses mortuaires étaient fermées. Je n'ai

20 jamais vu de vêtements ou objets appartenant aux personnes décédées". (Fin

21 de citation.)

22 Je vous demande simplement si cela est exact. Et c'est ce qui figure dans

23 votre déclaration. Si bien que je ne vois pas très bien ce que vous nous

24 dites.

25 Réponse: Qu'est-ce que vous avez dit? Vous pouvez répéter? Je n'ai pas

Page 7404

1 compris.

2 Question: Je vous ai demandé si ce qui figure dans votre déclaration est

3 exact, si ce que vous avez écrit est exact. Est-ce que vous avez écrit

4 cette déclaration?

5 Réponse: Oui.

6 Question: Eh bien, vous avez écrit dans cette déclaration que: "Toutes les

7 housses mortuaires étaient fermées. Je n'ai jamais vu d'objet ou de

8 vêtement appartenant aux personnes décédées. Et c'est exact". Est-ce que

9 ce n'est pas ce que vous avez écrit?

10 Réponse: Si.

11 Question: Est-ce que cela signifie que vous ignoriez les corps qui se

12 trouvaient dans ces sacs fermés?

13 Réponse: Non, je les ai vus.

14 Question: Bien. Est-ce que vous avez ouvert les housses? Ou est-ce que

15 vous avez regardé à l'intérieur? Ou est-ce que vous êtes en train de nous

16 dire que les housses étaient fermées et que vous n'avez absolument rien

17 vu?

18 Réponse: A la morgue de Prishtina, lorsqu'ils étaient en train de préparer

19 les corps, il y a certains sacs, certaines housses qui étaient déchirées,

20 de sorte que j'ai pu voir les corps.

21 Question: Bien, bien. D'accord. Vous venez de me donner une explication.

22 Mais à la même page, vous parlez du Dr Hidajet et vous dites –je cite-: "A

23 ma connaissance, le Dr Hidajet a seulement examiné les blessures". (Fin de

24 citation.)

25 Est-ce que vous connaissez personnellement le Dr Hidajet?

Page 7405

1 Réponse: Je connais le Dr Hidajet parce que c'est un médecin; sinon je

2 n'ai pas de relations particulières avec lui.

3 Question: Bien. Est-ce que vous étiez présent lors de cet examen, lors de

4 l'examen auquel il a procédé?

5 Réponse: Le Dr Hidajet n'a pas procédé à l'autopsie des corps qui venaient

6 de Pusto Selo.

7 Question: Si vous n'étiez pas présent pendant cet examen, comment pouvez-

8 vous dire qu'une autopsie n'a pas été réalisée quand vous n'étiez pas

9 présent? Parce qu'à la page 4, vous dites: "Lorsque nous sommes arrivés à

10 la morgue de l'hôpital de Pristina, nous avons déchargé les corps. On nous

11 a dit de partir et on nous a dit de revenir au bout de quelques heures"?

12 Réponse: On a déchargé les corps et puis on les a rechargés. Parce qu'il y

13 avait des Serbes à l'hôpital de Prishtina qui ne voulaient pas se salir

14 les mains en touchant des corps en décomposition, si bien que c'est nous

15 qui l'avons fait.

16 M. Milosevic (interprétation): Bien. Donc vous étiez une sorte de groupe,

17 un groupe qui avait été convoqué, mobilisé pour faire ce travail, si j'ai

18 bien compris. Veuillez, s'il vous plaît, m'expliquer la chose suivante.

19 A la page 5 au paragraphe 1, vous dites: "Les corps étaient déjà en état

20 de décomposition. Je n'ai vu aucun visage. Et même si je les avais vus, je

21 n'aurais pas été en mesure de les reconnaître à cause de ce que je viens

22 de vous dire". (Fin de citation.)

23 Ma question est la suivante: comment savez-vous que ces corps étaient en

24 état de décomposition puisque vous nous dites qu'ils étaient dans des

25 housses mortuaires et que ces housses étaient fermées?

Page 7406

1 M. le Président (interprétation): Il a déjà expliqué qu'il a vu déjà

2 certains des corps, car certaines des housses étaient ouvertes à la

3 morgue. Il a donc répondu à votre question.

4 M. Milosevic (interprétation): Bien.

5 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, je me permets de

6 vous rappeler qu'il y a un autre volet à la déposition du témoin et qui a

7 trait aux exhumations qui ont eu lieu au "champ de tir". Vous avez déjà

8 utilisé 35 minutes à peu près. Si ce n'est plus.

9 M. Milosevic (interprétation): Eh bien, j'espère que j'arriverai à en

10 parler également, parce que j'ai aussi des questions à ce sujet pour le

11 témoin. Dans ces conditions, il va falloir que je saute certaines des

12 questions que je souhaitais poser.

13 Mais veuillez, s'il vous plaît, répondre brièvement à la chose suivante.

14 Vous dites, au paragraphe 2 à la page 5, lorsque vous parlez de corps

15 carbonisés, que vous parlez de trois corps calcinés, vous dites qu'il

16 s'agissait de personnes âgées et qu'il s'agissait de civils.

17 Est-ce que vous pouvez m'expliquer sur la base de quoi vous êtes parvenu à

18 tirer une conclusion aussi précise, à savoir qu'il s'agissait de personnes

19 âgées et qu'il s'agissait de civils, alors que vous aviez devant vous des

20 corps carbonisés?

21 M. Gjogaj (interprétation): Eh bien, on pouvait voir certains des

22 vêtements, la moustache, une partie de l'ossature, tout ça n'avait pas

23 encore été calciné. On pouvait voir une partie de la moustache, une partie

24 des vêtements, ça on pouvait encore le voir.

25 Et d'après le visage de quelqu'un, on peut déterminer s'il s'agit d'une

Page 7407

1 personne âgée ou non.

2 Question: Donc vous en êtes arrivé à cette conclusion sur la base de

3 l'ossature de ces personnes, pour déterminer s'il s'agissait de personnes

4 âgées ou de personnes jeunes? Avez-vous une qualification quelconque dans

5 ce sens, puisque vous nous expliquez que vous n'êtes arrivé qu'au milieu…,

6 que vous n'avez suivi que la moitié des cours à l'école élémentaire?

7 Question: Je n'ai pas compris ce que vous avez dit.

8 Question: Bien. Dans ces conditions, je vais passer à la question suivante

9 parce qu'il est inutile de vous poser ce genre de question; c'est

10 manifeste.

11 A la page 5, donc, au paragraphe 6, vous dites qu'environ deux ou trois

12 jours plus tard, vous avez chargé 45 à 65 corps dans les camions.

13 Est-ce que ces chiffres ne vous paraissent pas un petit peu trop élevés?

14 Est-ce que ce n'est pas un peu trop, pour vous? Alors combien vous en avez

15 chargé? Est-ce que vous en avez chargé 45 ou 65? Parce que, en fait, cela

16 fait une très grande différence, une différence de 20; c'est important.

17 Réponse: Je me souviens que, lorsque j'ai fait cette déclaration, j'ai dit

18 au début que je ne suis pas très instruit, si bien que je n'étais pas en

19 mesure de dire combien de corps avaient été chargés dans les camions.

20 Les policiers, les soldats serbes nous ont dit de nous débarrasser des

21 corps aussi rapidement que possible et de les amener à la morgue de

22 Prizren.

23 Question: Très bien. A la page 5, l'avant-dernier paragraphe, vous dites

24 que l'équipe des légistes a examiné ces corps et que seules 15 tombes

25 avaient été creusées. Qu'est-ce qui est arrivé aux autres corps et aux

Page 7408

1 autres tombes?

2 Réponse: Qu'est-ce que voulez dire?

3 Question: Qu'est-ce que vous avez dit?

4 Réponse: Je n'ai pas compris. Je n'ai pas compris ce que vous dites.

5 Qu'est-ce que vous voulez dire?

6 M. Milosevic (interprétation): Je dis qu'à la page 5, à l'avant-dernier

7 paragraphe, on vous a montré les tombes -tous les corps étaient dans des

8 housses, avaient été enterrées dans des housses-, vous avez vu 15 tombes

9 qui avaient été ouvertes et -vous vous référez probablement aux

10 enquêteurs- vous avez parlé de 15 tombes.

11 Où est cette différence entre 45 et 65, si seulement 15 tombes avaient été

12 ouvertes?

13 M. le Président (interprétation): Vous n'avez pas suivi la question. Ceci

14 suppose qu'il y avait une tombe par corps. Moi, si j'ai bien compris, il

15 s'agissait de tombes de masse, si j'ai bien compris, à moins que je ne me

16 trompe?

17 M. Milosevic (interprétation): Est-ce que vous parlez de tombes

18 individuelles ou s'agissait-il de fosses communes où plusieurs personnes

19 étaient enterrées en même temps? Est-ce que tout le monde était enterré

20 individuellement?

21 M. Gjogaj (interprétation): Il y avait une tombe par corps; les corps

22 étaient enterrés individuellement.

23 Question: Cela veut dire un corps par tombe, Monsieur May, et non pas des

24 fosses communes, bien que ce soit un terme qu'on ait l'air de préférer

25 ici.

Page 7409

1 Plus tard, à la même page, vous dites que vous n'avez pas transféré les

2 corps du garage à Suva Reka -ça, c'est la page 6, paragraphe 8- et vous

3 dites que vous les avez transférés à Suva Reka. Qu'est-ce qui est vrai:

4 que vous l'avez fait ou que vous ne l'avez pas fait? Est-ce que vous les

5 avez conduits à Suva Reka?

6 Réponse: Nous n'avons envoyé personne à Suva Reka, nous les avons envoyés

7 à Rahovec, à Zrze, Dusanovo et à Prizren. Nous n'avons envoyé personne à

8 Suva Reka.

9 Question: Je lis le paragraphe 3, en commençant par le bas de la page 6:

10 "Vous m'avez demandé si j'avais transporté des corps du garage Suva Reka;

11 je ne l'ai pas fait et je ne crois pas que quiconque a transporté des

12 corps du garage à Suva Reka".

13 Paragraphe suivant: "Néanmoins, moi, Shefki et Xhevdet avons transporté

14 six ou sept corps à un endroit proche de la station d'autobus à Suva

15 Reka".

16 Et donc, est-ce que vous pourriez répondre? Avez-vous, oui ou non,

17 transféré des corps à Suva Reka? Vous dites les deux, dans votre

18 déclaration.

19 Réponse: Non. Je ne travaillais pas, ce jour-là.

20 Question: Ce que vous écrivez dans votre déclaration a été écrit par

21 quelqu'un d'autre, non?

22 Réponse: J'ai fait cette déclaration et j'ai dit ce que j'avais fait.

23 Question: A la page 7, paragraphe 1, vous parlez d'un massacre à Pusto

24 Selo. De quel genre de massacre s'agit-il? Est-ce que vous savez qu'il y a

25 eu un massacre à Pusto Selo?

Page 7410

1 Réponse: Il n'y a pas eu de massacre, mais il y avait 90 tombes tout près

2 d'un endroit où avait eu lieu un massacre.

3 Question: De quel massacre parlez-vous et qu'en savez-vous?

4 Réponse: J'ai vu des gens qui avaient été assassinés.

5 Question: A quelle ethnie appartenaient les gens à qui appartenaient les

6 restes que vous avez exhumés et qui ont été plus tard envoyés pour

7 autopsie, sur lesquels on a mis des étiquettes, etc.? Quelle était leur

8 appartenance ethnique?

9 Réponse: Je ne sais pas.

10 Question: Vous ne savez pas.

11 Et la période que vous décrivez dans votre déclaration correspond à

12 l'agression de l'OTAN, est-ce exact?

13 Réponse: Qu'avez-vous dit?

14 M. Milosevic (interprétation): J'ai dit: la période que vous décrivez dans

15 votre déclaration est le moment où l'agression de l'OTAN, l'époque où

16 l'OTAN a bombardé la Yougoslavie et le Kosovo, évidemment en Yougoslavie?

17 Est-ce que c'est la même époque?

18 M. Gjogaj (interprétation): C'est quand le bombardement de la Yougoslavie

19 a eu lieu.

20 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, je vous dis qu'il

21 vous reste moins de cinq minutes, si vous voulez poser d'autres questions.

22 M. Milosevic (interprétation): Je le ferai. Je veux seulement poser une

23 question supplémentaire.

24 Parmi les morts que vous avez décrits, y avait-il des victimes du

25 bombardement?

Page 7411

1 M. Gjogaj (interprétation): Je n'ai pas vu de victimes du bombardement. Je

2 sais qu'il y a eu des bombardements par l'OTAN, mais je n'ai vu aucune des

3 victimes. Tout particulièrement lorsque je me trouvais au cimetière, il y

4 avait eu des attaques serbes, en fait; c'est de cela qu'il s'agissait.

5 M. Milosevic (interprétation): Et est-il vrai que vous avez transporté des

6 victimes des bombardements de l'OTAN à l'hôpital pour identification et

7 autopsie, afin d'établir leur identité et la cause de leur décès?

8 M. le Président (interprétation): Quand dites-vous que cela s'est passé?

9 M. Milosevic (interprétation): C'est à moi que vous posez la question?

10 C'est lui qui prétend que cela s'est produit au printemps 1999 et, comme

11 vous le savez, le printemps commence fin mars et se termine fin juin.

12 Donc les bombardements de l'OTAN ont duré pendant tout le printemps. Il a

13 parlé du printemps, c'est pourquoi j'ai demandé…

14 M. le Président (interprétation): Je vais vous interrompre pour voir ce

15 que vous essayez d'éclaircir.

16 Ce que vous dites, c'est que les corps qu'il a aidé à exhumer à Pusto

17 Selo, qu'il a emmenés à Prizren, étaient des victimes ou avaient été

18 victimes des bombardements de l'OTAN. C'est ce que vous suggérez?

19 M. Milosevic (interprétation): Je lui demande s'il avait enterré et

20 transporté les corps de victimes qui avaient été tuées par les

21 bombardements. C'était ma question.

22 Vous avez entendu, Monsieur May?

23 M. le Président (interprétation): Ce n'était pas clair du tout.

24 Monsieur Kwon?

25 M. Kwon (interprétation): Monsieur Gjogaj, vous dites que vous ne

Page 7412

1 connaissez pas la date exacte où vous avez aidé à l'exhumation; est-ce

2 exact? C'était seulement le printemps 1999?

3 M. Gjogaj (interprétation): C'est exact.

4 M. Kwon (interprétation): Mais dans l'addendum, il dit: "Cette déclaration

5 se réfère à un événement d'avril ou de mai 1999, lorsque la police m'a dit

6 d'aider à l'exhumation de corps."

7 Comment vous souvenez-vous que c'était en avril ou mai? Est-ce exact: est-

8 ce que c'était effectivement en avril ou mai 1999?

9 M. Gjogaj (interprétation): Je me souviens: peut-être la fin avril. Je me

10 rappelle très bien le mois, mais je ne sais pas exactement la date.

11 M. Kwon (interprétation): Merci.

12 M. Milosevic (interprétation): Bon, nous avons eu deux de vos

13 déclarations, une du 27 février et une autre du 1er mars 2000.

14 Ensuite, vous avez fait une deuxième déclaration en juin, c'est-à-dire

15 trois mois après la première.

16 Dans la première déclaration, vous parlez d'une estimation de l'exhumation

17 sur le "champ de tir" et le fait que ceux-ci ont été mis dans un camion

18 réfrigéré.

19 Si c'est un événement important, comment se fait-il que vous n'ayez pas

20 parlé de votre participation à cela dans votre première déclaration? Quand

21 cela s'est-il passé? J'ai entendu l'autre côté expliquer que c'était en

22 avril 2000: est-ce que c'était vraiment en avril 2000, comme le dit

23 l'autre côté, ou était-ce à une autre période?

24 M. Gjogaj (interprétation): Oui, c'est exact.

25 Il y a peut-être une erreur. J'ai dit la même chose à cette époque. Mais

Page 7413

1 il a pu y avoir une erreur, le "champ de tir", c'était plus tard. Mais

2 cela aurait pu être un peu plus tôt que ce que j'ai dit.

3 Question: Bien. Je vais maintenant vous poser une question concernant

4 cette deuxième déclaration.

5 Toutes ces choses dont vous avez parlé dans cette deuxième déclaration et

6 qui sont tout à fait nouvelles par rapport à votre première déclaration du

7 27 février et du 1er mars 2000, donnée à Prizren, pourquoi n'avez-vous pas

8 mentionné ces choses dans votre première déclaration?

9 Comment se fait-il que vous ne vous rappelez que vous mentionnez ces

10 choses que dans votre déclaration du 24 juin 2000? Donc, le camion

11 réfrigéré et le "champ de tir", quand ces événements ont-ils eu lieu?

12 Réponse: Je crois vous avoir dit dès le départ que je ne me rappelle pas

13 exactement les dates. Ils nous ont envoyé travailler là au milieu de la

14 nuit.

15 Question: Bien, pourriez-vous me dire si vous travailliez en tant que

16 fossoyeur déjà lorsque vous avez fait ce travail dont vous parlez dans

17 votre deuxième déclaration? Est-ce qu'à ce moment-là, vous étiez déjà

18 employé comme fossoyeur?

19 Réponse: Non. Je travaillais pour la Ville, mais ils ont dit à quatre

20 travailleurs employés par la Ville de faire ce travail.

21 M. Milosevic (interprétation): Bien. Très bien. Dites-moi maintenant quand

22 cela s'est-il passé?

23 Je ne vous demande pas si c'était pendant la journée ou la nuit, mais quel

24 mois cela s'est-il passé?

25 M. Gjogaj (interprétation): Cela aurait pu être en avril, le milieu avril.

Page 7414

1 M. Milosevic (interprétation): Donc, lorsque vous vous êtes allé à Pusto

2 Selo, Prizren, Pristina, toutes ces choses que vous mentionnez dans votre

3 première déclaration, vous vous en souvenez bien? Et vous avez omis

4 uniquement ce fait dont vous vous êtes rappelé plus tard et que vous

5 décrivez dans votre deuxième déclaration!

6 M. le Président (interprétation): Je dois comprendre: la déclaration que

7 j'ai est peut-être…

8 Madame Romano, pouvez-vous nous aider, si la déclaration que j'ai du

9 témoin est datée de février ou mars 2000?

10 M. le Président (interprétation): (Hors micro.) Le premier que j'ai...

11 Mme Romano (interprétation): Le premier, c'est le 27 février et le

12 deuxième est le 24 juin.

13 M. le Président (interprétation): Alors, je ne comprends pas ce que veut

14 dire l'accusé, ce qu'il essaie de dire.

15 Mme Romano (interprétation): L'accusation ne comprend pas.

16 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, est-ce que vous

17 posez deux questions?

18 Vous venez de passer une heure à interroger ce témoin, au-delà du temps

19 normal.

20 M. Milosevic (interprétation): Eclaircissons une chose.

21 Madame Romano, dans son introduction, concernant ces événements, a décrit

22 la deuxième déclaration. Il a dit que cela s'est produit en avril 2000;

23 c'est ce qu'elle a dit, vous pouvez vérifier.

24 Dans le transcript, c'est peut-être une erreur.

25 M. le Président (interprétation): Il décrit des événements dans sa

Page 7415

1 déclaration de juin 2000, des événements qui se sont produits en mai 2000.

2 C'est pour cela que je ne comprends pas ce que vous voulez dire.

3 M. Milosevic (interprétation): C'est bien exactement pour cela que je dis

4 en avril 2000, Monsieur May, il n'y avait pas d'autorité serbe ou de

5 police serbe au Kosovo. A partir de juin 1999, il n'y a pas d'autorité

6 serbe et de police serbe se trouvant au Kosovo; et c'est cela que je veux

7 dire, Monsieur May.

8 M. le Président (interprétation): Très bien.

9 Donc, ce qu'on dit ici, c'est qu'il n'y avait pas de policiers serbes au

10 Kosovo à cette époque.

11 Monsieur Gjogaj, est-ce que vous pourriez nous aider à ce sujet?

12 M. Gjogaj (interprétation): La police et l'armée serbe étaient là.

13 Mme Romano (interprétation): Monsieur le Président, je crains de ne pas

14 très bien comprendre non plus. Les événements se sont produits en 1999, en

15 avril 1999, et le témoin témoigne d'événements qui se sont produits en

16 avril et mai 1999.

17 M. le Président (interprétation): Donc sur le "champ de tir"? Donc les

18 événements, c'est en 2000, si j'ai bien compris.

19 Mme Romano (interprétation): Le "champ de tir": en avril et mai 1999.

20 M. le Président (interprétation): Il s'agit de deux événements: un de

21 Pusto Selo, en avril 1999 et au printemps, l'autre un an plus tard, sur le

22 "champ de tir". Si je me trompe, on peut me corriger.

23 Mme Romano (interprétation): Vous avez raison mais, en fait, c'est

24 lorsqu'il mentionnait la police. Je ne sais pas de quel événement il

25 s'agissait. C'est pour ça que je posais la question.

Page 7416

1 M. le Président (interprétation): Je suppose que c'était en 2000.

2 Maintenant, Monsieur Milosevic, vous pouvez encore poser deux questions.

3 M. Milosevic (interprétation): Je dois éclaircir la question de savoir

4 quand ces événements se sont produits: en 2000 ou 1999?

5 M. le Président (interprétation): Il vous a dit: "en 2000". Poursuivons,

6 s'il vous plaît.

7 M. Gjogaj (interprétation): C'était dans ma déclaration.

8 M. Milosevic (interprétation): S'il vous plaît, si ce qu'il prétend s'être

9 produit en avril 2000, alors ça ne m'intéresse pas du tout, parce qu'en

10 2000, il n'y avait pas d'autorité serbe sur place.

11 M. le Président (interprétation): Nous avons entendu et nous avons entendu

12 sa déclaration. Désolé.

13 Monsieur Tapuskovic, si vous avez des questions, dites-les très rapidement

14 parce qu'il ne nous reste que quelques minutes.

15 (Questions de l'amicus curiae, M. Tapuskovic, au témoin, M. Ali Gjogaj.)

16 M. Tapuskovic (interprétation): Monsieur le Président, j'essaie vraiment

17 mais en fait il y a trois différences très importantes entre les deux

18 déclarations.

19 Page 3, deuxième paragraphe, en commençant par la première déclaration.

20 Monsieur Gjogaj, vous avez dit ce qui vous a déjà été lu: à savoir que

21 vous ne pouviez pas voir à quoi les corps ressemblaient lorsqu'ils ont été

22 exhumés. Ça, c'est à la page 3, paragraphe 2, en commençant par le haut

23 dans la version anglaise.

24 Et à la page 4 dans la version anglaise, vous dites: "Lorsque les corps

25 ont été remis dans les housses, les housses étaient fermées, et je n'ai

Page 7417

1 jamais vu de vêtement sur les corps".

2 C'est ce que vous avez dit dans votre première déclaration, vous souvenez-

3 vous?

4 M. le Président (interprétation): Monsieur Tapuskovic, cette question a

5 été déjà posée par l'accusé. Ça ne va pas servir à grand-chose que vous

6 reposiez la question.

7 M. Tapuskovic (interprétation): Oui, Monsieur le Président, mais ce sera

8 bien le cas. Est-ce que vous voulez comparer cette déclaration avec la

9 deuxième déclaration à la page 3, paragraphe 6: "Tous les corps étaient

10 vêtus de vêtements civils".

11 Comment le témoin peut-il expliquer cela?

12 M. le Président (interprétation): Est-ce qu'il s'agit du même incident?

13 Donc il y a deux déclarations; et peut-être s'agit-il de deux événements

14 différents?

15 Mme Romano (interprétation): J'aimerais faire remarquer qu'il y a une

16 erreur dans le résumé qui a été donné. C'est cela qui crée probablement

17 cette confusion.

18 En mai 2000, il a visité le site avec les enquêteurs du Bureau du

19 Procureur, mais les événements se sont produits en avril 1999; c'est de

20 cela que je parlais: tous les événements se sont déroulés en 1999, le

21 premier et le deuxième.

22 M. le Président (interprétation): Oui, Monsieur Tapuskovic?

23 M. Tapuskovic (interprétation): Dans ce cas…

24 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, avez-vous une

25 objection?

Page 7418

1 M. Tapuskovic (interprétation): A la page 5, paragraphe 4, on nous dit que

2 vous avez demandé "si j'avais vu un village brûler ou des jeunes parmi les

3 décédés". Et il a répondu: "Ceux que j'ai vus étaient des personnes

4 âgées". Cela, c'est dans sa première déclaration.

5 Et dans l'autre déclaration, il dit qu'il avait vu sept ou huit enfants.

6 Comment explique-t-il cela?

7 M. le Président (interprétation): Oui, comment expliquez-vous cela?

8 M. Gjogaj (interprétation): Oui. Les enfants étaient au "champ de tir", là

9 où nous avons exhumé les corps. Mais à Pusto Selo, il n'y avait pas

10 d'enfant. Les enfants se trouvaient sur le "champ de tir" à Prizren.

11 M. Tapuskovic (interprétation): Troisième remarque, Monsieur le Président,

12 Messieurs les Juges.

13 Dans mes déclarations, il dit que les corps qui avaient été exhumés

14 avaient été remis et ré-enterrés. Et maintenant, dans sa nouvelle

15 déclaration, il parle de camions réfrigérés.

16 Est-ce qu'il pourrait nous expliquer où tous ces corps qui ont été exhumés

17 et ré-enterrés, s'il s'agit des mêmes corps dont il parle dans sa deuxième

18 déclaration? Parce que dans sa première déclaration, il dit que tous les

19 corps qui avaient été exhumés avaient été remis dans les mêmes tombes.

20 M. le Président (interprétation): Est-ce que vous pouvez nous aider,

21 Monsieur Gjogaj?

22 Mme Romano (interprétation): Excusez-moi. Pas dans la même tombe.

23 M. le Président (interprétation): Un moment, s'il vous plaît. Laissez

24 répondre le témoin.

25 (Hors micro.)

Page 7419

1 M. Gjogaj (interprétation): Le corps de chaque personne a été mis dans des

2 housses. Ils étaient dans des housses mortuaires.

3 M. Tapuskovic (interprétation): Ont-ils été ré-enterrés, remis dans les

4 tombes?

5 M. le Président (interprétation): Je crois qu'il va falloir traiter cette

6 question demain.

7 M. Gjogaj (interprétation): Non.

8 M. le Président (interprétation): Il y a vraiment beaucoup de confusion

9 concernant cette déclaration.

10 Monsieur Gjogaj, est-ce que vous pouvez revenir demain? Nous allons

11 essayer de comprendre tout cela.

12 Nous reprendrons à 9 heures.

13 Est-ce que vous pouvez, Monsieur le Témoin, ne pas parler de ceci à

14 quiconque? Demain.

15 M. Milosevic (interprétation): Oui, mais j'ai une remarque à faire qui ne

16 peut pas attendre. Juste une remarque. Une question que j'aimerais

17 éclaircir.

18 S'il vous plaît, Monsieur Gjogaj, l'événement d'exhumation sur le "champ

19 de tir" qui s'est produit en l'an 2000, est-ce exact?

20 M. le Président (interprétation): Quel événement?

21 M. Milosevic (interprétation): L'événement qu'il décrit dans sa deuxième

22 déclaration, l'exhumation sur le "champ de tir" et le fait de les mettre à

23 bord dans des camions réfrigérés, ça s'est produit en 2000.

24 M. le Président (interprétation): Je vais vous dire ce qu'on va faire. On

25 va lever la séance.

Page 7420

1 Monsieur Gjogaj ne va pas répondre maintenant. Nous ne pouvons pas

2 poursuivre comme ça. Il doit y avoir un éclaircissement. Demain matin, il

3 faut que la Cour sache ce qui s'est passé. On se réfère en permanence à la

4 première et à la deuxième déclaration…

5 Ne m'interrompez pas!

6 Nous allons poursuivre demain.

7 Madame Romano, il s'agit maintenant d'un problème: ses déclarations ne

8 sont pas claires et cela conduit à de la confusion.

9 Mme Romano (interprétation): Je suis d'accord avec vous, Monsieur le

10 Président.

11 La seule chose que l'accusation peut dire, c'est qu'en essayant de

12 clarifier les choses, nous avons créé cette deuxième déclaration et nous

13 avons essayé également d'éclaircir cette question dans toute la mesure du

14 possible.

15 M. Milosevic (interprétation): C'est exactement pourquoi c'est clair.

16 M. le Président (interprétation): On me demande de vous rappeler -je le

17 fais-, Monsieur Milosevic, que vous aurez l'occasion de faire un contre-

18 interrogatoire assez bref, étant donné toutes ces confusions.

19 Nous reprendrons demain à 9 heures.

20 (L'audience est levée à 13 heures 46.)

21

22

23

24

25