Tribunal Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia

Page 8403

1 (Mardi 23 juillet 2002.)

2 (L'audience est ouverte à 9 heures 06.)

3 (Audience publique.)

4 (Questions relatives à la procédure.)

5 M. le Président (interprétation): Monsieur Nice, je vous en prie.

6 M. Nice (interprétation): Je vais être tout à fait bref. Il s'agit tout

7 simplement du calendrier. Après ce témoin, c'est M. Radojkovic; après lui,

8 c'est K33 et K34. Et, pour des raisons que nous avons examinées en

9 quelques parties, K33 va être reporté jusqu'au moment où les questions de

10 procédure seront résolues.

11 Si j'ai bien compris, c'est demain que les avocats de la République

12 fédérale vont arriver; on va pouvoir en parler probablement jeudi

13 prochain. K34 ne peut commencer aujourd'hui et ceci, pour des raisons

14 différentes. Et c'est la raison pour laquelle ainsi nous finissons avec

15 les deux témoins. A ce moment-là, il va falloir demander quelqu'un qui

16 vient après K33 et K34.

17 Nous avons les deux témoins qui témoignent sur les crimes commis. Nous

18 avons M. Jemini. Même si nous avons déjà parlé de l'Article 92, nous

19 n'avons pas encore soumis la requête officielle mais, de toute façon, il

20 s'agit d'un témoin qui est le témoin oculaire, car il s'agit également des

21 conversations qu'il a interceptées. C'est une partie de sa déposition en

22 vertu de 92.

23 Ensuite, il y a Krasniqi, mais, une fois de plus, il nous faut la décision

24 que ce témoin dépose en vertu de 92. Je pense… Est-ce que… De toute façon,

25 je pense que nous allons pouvoir citer ce témoin.

Page 8404

1 M. le Président (interprétation): L'accusé va avoir une heure trois quarts

2 d'heure pour le contre-interrogatoire.

3 Pour ce qui concerne Musa Krasniqi, il va probablement toucher un nouveau

4 sujet et c'est la raison pour laquelle il doit déposer de vive voix.

5 Pour ce qui concerne le programme, nous souhaiterions pouvoir entendre les

6 arguments concernant le témoignage de M. Lilic; ce sera jeudi prochain.

7 Nous pensons également qu'il serait utile que d'organiser la conférence

8 préalable au procès un petit peu en avant pour ne pas être…, pour ne pas

9 avoir à nous presser. Ceci pourrait également avoir lieu jeudi.

10 Je ne sais pas si vous avez vu le rapport médical de l'accusé?

11 M. Nice (interprétation): Oui, je l'ai eu, mais j'étais quelque peu

12 perturbé que de voir que la Chambre ne l'avait pas vu hier matin.

13 M. le Président (interprétation): Mais c'est également de cela que nous

14 allons être obligés de parler et nous allons probablement avoir besoin de

15 discuter cette question-là au cours d'une heure, une heure et demie.

16 M. Nice (interprétation): Certainement, mais il y a de bonnes nouvelles

17 également.

18 Nous allons probablement économiser du temps avec le témoin K34 car nous

19 n'allons pas rester trop longtemps, beaucoup moins que nous l'avons prévu.

20 Par conséquent, si nous commençons demain avec ce témoin, je pense que

21 nous allons pouvoir éventuellement le mettre avant les questions

22 d'intendance et conclure jeudi et vendredi.

23 M. le Président (interprétation): Mais, de toute façon, c'est un témoin

24 qui doit terminer son témoignage vendredi. Ceci dit, tous les autres

25 témoignages doivent se terminer vendredi.

Page 8405

1 M. Nice (interprétation): Oui, mais si jamais nous avons du temps

2 complémentaire vendredi, nous avons pensé qu'il aurait été utile de

3 revenir à cette idée à laquelle j'ai pensé et dont j'ai déjà parlé, à

4 savoir que nous procédons à l'interrogatoire principal de Philip Coo. Nous

5 allons passer en revue les rapports pour lesquels on a besoin des

6 argumentations juridiques au cours de l'interrogatoire principal, étant

7 donné qu'il s'agit d'un expert et que nous allons verser ce rapport sans

8 véritablement procéder à un très long interrogatoire principal.

9 M. le Président (interprétation): Entendu. Je vais vous demander de faire

10 entrer le témoin.

11 M. Nice (interprétation): Merci.

12 (Le témoin, M. Dragan Karleusa, est introduit dans le prétoire.)

13 M. le Président (interprétation): Monsieur Karleusa, excusez-moi, vous

14 nous avez attendus. Il a été indispensable de résoudre un certain nombre

15 de problèmes de caractère administratif et maintenant, vous allez être

16 contre-interrogé par M. Milosevic. Pendant que vous n'étiez pas ici, nous

17 avons pris la décision qu'il aura à sa disposition une heure 45 minutes.

18 Certes, nous allons faire une pause, comme c'est prévu, régulièrement.

19 Je vais vous demander, à vous-même ainsi qu'à M. Milosevic, d'avoir à

20 l'esprit le fait que vous parlez la même langue et qu'il y a danger que

21 les interprètes ne prennent pas tout ce que vous dites. C'est la raison

22 pour laquelle je vais vous demander de bien vouloir ménager les pauses

23 entre les questions et les réponses.

24 Je vous en prie.

25 (Contre-interrogatoire du témoin, M. Dragan Karleusa par l'accusé M.

Page 8406

1 Milosevic.)

2 M. Milosevic (interprétation): Dans votre déclaration écrite, vous avez

3 annoncé un certain nombre de témoignages. Et vous témoignez par le biais

4 non seulement de votre expérience, mais par le biais de ce que vous avez

5 entendu des gens au sujet d'un événement qui, soi-disant, a eu lieu en

6 1999.

7 M. Karleusa (interprétation): En gros, oui.

8 Question: Est-ce que, pour la première fois, vous avez appris que ce

9 camion réfrigérant, même si vous êtes policier, inspecteur de police, est-

10 ce que votre première connaissance date du texte qui a été publié à

11 "Timocka Krimi Revija"?

12 Réponse: Oui.

13 Question: Est-ce que vous avez eu l'occasion également d'étudier d'autres

14 textes comme ceux qui y ont été publiés dans la région de Timok dans le

15 journal "Timocka Krimi Revija" sur le même événement, avec les mêmes

16 interlocuteurs, mais avec d'autres conclusions et d'autres suggestions?

17 Réponse: Non.

18 Question: Est-ce que vous avez eu l'occasion également de traiter les

19 informations d'un certain nombre d'informations selon lesquelles Zika

20 Djordjevic, le plongeur, a donné un certain nombre d'autres hypothèses et

21 conclusions, et contraires à ce que vous avez cité? Il s'agit d'un article

22 qui a été publié en juin 2001.

23 Réponse: Oui, je suis au courant, mais je ne sais pas si les conclusions

24 étaient contraires.

25 Question: Et lui, il dit -je cite-: "Je peux dire également que nous avons

Page 8407

1 ouvert ce camion réfrigérant, qu'il s'agissait de cadavres. Combien, je ne

2 sais pas". Il dit, par conséquent, qu'il ne sait pas combien ils étaient.

3 Réponse: C'est possible que lui n'était pas au courant.

4 Question: Donc c'est possible.

5 Est-ce que vous êtes au courant qu'à cette époque-là, pour ce qui concerne

6 également Petrovo Selo, vous en avez parlé lors de votre déposition, qu'il

7 ait dit que ces fosses datent de 1955, quelques-unes de 1945 et, au moment

8 où il y avait eu une exécution après la Deuxième Guerre mondiale, je ne

9 sais pas à quoi cela se rapportait. Est-ce que vous êtes au courant?

10 Réponse: Non, je ne suis pas au courant, mais pour ce qui concerne nos

11 informations, elles ne se fondent pas sur sa déclaration.

12 Question: Mais est-ce qu'il a été déterminé depuis quand ces fosses à

13 Petrovo Selo existent?

14 Réponse: Je ne sais pas si ceci a été déterminé. Si c'était le cas, dans

15 ce cas-là, cela être porté dans le rapport de l'équipe qui a procédé à

16 l'exhumation et à l'autopsie.

17 Question: Est-ce que vous avez traité également tout ce qui a été publié

18 par "Timocka Krimi Revija" par le même auteur, Vitomir Rovic, où il cite

19 un témoin oculaire? Il a dit qu'il a vu un camion d'immatriculation suisse

20 qui s'est renversé, et qu'il transportait des cadavres de l'Est, qu'il

21 avait même également, soi-disant, reçu une consigne de re-transporter ces

22 cadavres étant donné que c'était dans ses activités.

23 Réponse: Je ne sais pas, mais il y avait des rumeurs. Il s'agissait soi-

24 disant d'un accident de circulation et c'est de cette manière-là que les

25 personnes qui étaient des victimes se sont retrouvées dans le Danube.

Page 8408

1 Question: Et "Politika", le 20 mai, avant votre rapport, avait publié une

2 interview avec Branislav Petrovic qui a vu le camion tomber dans le

3 fleuve. Est-ce que vous-même vous vous êtes entretenu avec Branislav

4 Petrovic? Il a dit dans "Politika", le 20 mai, qu'il avait vu tomber le

5 camion dans le fleuve.

6 Réponse: Moi, je ne connais pas cette personne-là, mais nous nous sommes

7 entretenus avec une personne qui avait dit, soi-disant, le moment où le

8 camion réfrigérant était tombé dans le fleuve. Mais, en examinant le

9 contexte général et les conditions qui prévalaient, d'après notre

10 conclusion, ce n'était pas possible que de, cette façon-là, le camion

11 réfrigérant se retrouve dans le Danube; du point de vue technique, c'était

12 impossible.

13 Question: Mais est-ce que vous savez, étant donné que vous avez parlé avec

14 ces personnes, que "Politika" avait publié cette déclaration le 20 mai? Je

15 cite: "Le 20 mars 1999, dans un bateau à une trentaine de mètres par

16 rapport à la rive, j'ai entendu également des voix d'hommes. Au cours de

17 la nuit, on peut très bien entendre les voix. C'est une langue que je ne

18 comprenais pas, ce n'était ni la langue serbe ni le roumain. Vous savez

19 que de l'autre côté du Danube on communique également en roumain." (Fin de

20 citation.)

21 C'étaient des trafiquants d'essence. Et, ultérieurement, il poursuit

22 également qu'il était au courant du trafic qui se faisait par le Danube,

23 etc.

24 Est-ce que vous étiez au courant de ces choses là? Est-ce que vous avez

25 procédé à une enquête?

Page 8409

1 Réponse: Moi, je suis au courant de ce que cet homme avait déclaré sur

2 place. Nous avons essayé de voir si c'était possible ou pas d'éclaircir

3 ses dires. Mais en examinant justement tout ce qu'il avait avancé comme

4 éléments et la manière dont il a présenté ces choses-là… Il nous a

5 expliqué: on était sur les lieux. Il nous a dit où, éventuellement, il

6 aurait dû se trouver, mais sans vouloir conclure, nous avons tout

7 simplement considéré que ce n'était pas possible; mais moi, je sais ce

8 qu'il avait dit. Il est vrai que ceci a été déclaré par cette personne.

9 Question: Mais en votre qualité de policier qui était chargé de ce

10 problème de camion réfrigérant, est-ce que vous êtes au courant qu'il y a

11 des cas, quand notre police avait, par exemple, découvert le trafic de

12 transport d'étrangers qui étaient cachés dans des camions réfrigérants et

13 qui, de manière illégale, traversent la frontière ou quittent la

14 frontière? Est-ce que vous êtes au courant de cela?

15 Réponse: Oui, tout à fait.

16 M. Milosevic (interprétation): Je vais donner lecture d'une information

17 d'un service de sécurité d'Etat -je cite-: "Je vois Sipokovo, c'est le

18 poste frontalier à côté de Zajecar. Il y a le transport, c'est Slobodan

19 Vitomirovic qui participe dans cette affaire, à savoir le frère de

20 l'auteur de l'article dans "Krimi Revija" et il s'agit de Marinovic et de

21 Dejan Zabar.

22 Il profite du fait que cette frontière de Sipokovo n'est pas suffisamment

23 assurée; c'est la raison pour laquelle on transporte l'argent, les armes.

24 Le prix demandé par personne est de 500 DM." (Fin de citation.)

25 Ensuite, ils disent qu'il y a des indicateurs de Sipokovo qui informent

Page 8410

1 Goran Tomanovic, le chef de police chargé des enquêtes criminelles

2 régulièrement mais que, pour le moment, il n'y a pas eu de réaction au

3 sujet de tels événements. Est-ce que vous êtes au courant?

4 M. Karleusa (interprétation): Non, ceci je ne le sais pas. Je sais qu'il y

5 avait des contrebandes et qu'on avait fait passer des hommes également,

6 mais ce cas-là que vous citez, je ne le connais pas.

7 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, quand vous donnez

8 lecture de quelque chose, les interprètes m'ont demandé de lire un peu

9 plus lentement.

10 M. Milosevic (interprétation): Merci, Monsieur May.

11 Avez-vous également entendu que l'auteur de l'article qui avait préparé ce

12 texte, que son frère trafiquait avec des marchandises, des hommes et

13 qu'ensemble avec un certain nombre de policiers de Zajecar également ils

14 étaient impliqués dans la contrebande des hommes, de l'héroïne, des

15 cigarettes, de véhicules, etc. Etes-vous au courant?

16 M. Karleusa (interprétation): Je ne suis pas au courant, mais je sais que

17 la police de Zajecar a obtenu de très bons résultats sur le plan de

18 capturation (sic) de tels types d'hommes.

19 Question: Je vais vous donner lecture d'une information -je cite-: "Dragan

20 et Slobodan Vitomirovic possèdent des pistolets et des revolvers: Beretta

21 75, Lüger Browning PP, Scorpion, Heckler Korch, Colt Cobra, revolvers

22 diamond-back, fusils petits calibres, grenades.

23 Au SUP de Zajecar, il y a des informations que de telles armes existent

24 depuis 1995 jusqu'à nos jours et toutes ces informations ont été stoppées

25 par Tomic avec les inspecteurs Dragan Mihajlovic et Zikic. Et c'est de

Page 8411

1 Goran Tomic et Mihajlovic". (Fin de citation.)

2 Ensuite, on dit qu'à Vrska Cuka, il y a un camion a été arrêté. On a

3 montré sa marque d'immatriculation. C'est un chauffeur bulgare Silansto

4 (phon.), né 1958, qui conduisait le camion. Il avait déclaré qu'il avait

5 transporté les marchandises à Trnje le convoi qui trafique de la platine

6 et ce sont des protecteurs de Tomic. Le transporteur était "Diltrans".

7 Une fois, quand ils ont été interpellés, c'est Goran Tomic qui s'est rendu

8 au poste frontalier et Slobodan Vitomirovic. Ils sont intervenus et le

9 camion a eu l'autorisation de passer la frontière. Slobodan Aleksic, le

10 chef de la DB de Zajecar dispose de ces informations. Est-ce que vous êtes

11 au courant qu'un tel groupe de criminels existe? Est-ce que vous avez

12 procédé à une enquête et ceci en relation avec l'enquête que vous avez

13 menée?

14 Réponse: Pour ce qui concerne l'enquête, notre groupe de travail n'a pas

15 vérifié de tels actes dont vous parlez. On n'était pas au courant.

16 Question: Vous n'étiez pas au courant?

17 Réponse: Non.

18 M. Milosevic (interprétation): Est-ce qu'on vous a remis une note

19 officielle du Bureau du Procureur municipal de Zajecar que nous avons ici?

20 Et dans laquelle on stipule -je cite-: "Le Procureur de Zajecar sait que

21 Slobodan Vitomirovic a récidivé à plusieurs reprises. Par conséquent, il a

22 commis des actes criminels à plusieurs reprises. Par la suite, le

23 Procureur municipal de Zajecar dispose de l'information que Slobodan

24 Vitomirovic est à la tête d'un groupe avec Dejan Jevremovic, Ninoslav

25 Marinovic qui, par le village de Sipik, importent des cigarettes en grande

Page 8412

1 quantité." (Fin de citation.)

2 Il donne l'ordre, également, de vérifier de tels actes. Il s'agit d'une

3 note officielle du Bureau du Procureur à Zajecar de 2001.

4 Je vais soumettre cette note officielle pour le versement au dossier si

5 l'on accepte ces papiers parce que, en général, on accepte rarement les

6 papiers que je propose. Mais, de toute façon, ça les concerne et ça ne me

7 concerne pas.

8 Est-ce que vous êtes au courant de cette note officielle?

9 M. Karleusa (interprétation): Je ne connais pas cette note officielle.

10 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, vous ne pouvez pas

11 le dire ainsi: ce n'est pas vrai, vous le savez. Vous savez que beaucoup

12 de pièces à conviction que vous avez proposées sont acceptées s'il s'agit

13 des pièces à conviction qui sont admissibles. Si vous souhaitez verser au

14 dossier des pièces à conviction, si elles sont pertinentes, à ce moment-

15 là, elles vont être versées au dossier. Donc je vais demander à l'huissier

16 de prendre le document en question.

17 M. Milosevic (interprétation): Il s'agit du fait qu'il y a un groupe de

18 criminels qui détient toutes les ficelles du crime international

19 également, et tient sous le contrôle les contrebandes, le trafic et le

20 passage clandestin des hommes. Ils n'ont même pas vérifié s'il s'agissait

21 de leur camion réfrigérant avec les personnes qui s'adonnaient à cette

22 action de contrebande à des distances plus éloignées et qui par la suite,

23 grâce à la police, à quelques cadres de la police, grâce aux médias

24 également, ont donné une forme particulière à l'événement en question.

25 Mais nous pouvons poursuivre.

Page 8413

1 Vous nous avez dit que le général Djordjevic vous a dit ce qui s'était

2 passé.

3 M. le Président (interprétation): Mais attendez! Laissez d'abord le témoin

4 vous répondre à la question. Il s'agit d'affirmations très sérieuses.

5 Monsieur le Témoin, on vient d'avancer cette information selon laquelle ce

6 camion ne contenait pas les cadavres des personnes originaires du Kosovo

7 mais qu'en effet, il s'agissait d'une opération de trafics d'hommes, des

8 clandestins, des passages d'hommes. Par conséquent, l'identification avec

9 les personnes du Kosovo est incorrecte.

10 Monsieur Karleusa, c'est vous qui avez été à la tête des enquêtes. Est-ce

11 que vous voulez faire un commentaire de ces suggestions? Vous auriez pu

12 éventuellement commettre une erreur et dire tout simplement qu'il

13 s'agissait d'un passage clandestin des hommes à travers la frontière.

14 M. Karleusa (interprétation): Dans les documents dont nous disposons, le

15 groupe de travail contient les notes officielles dans lesquelles nous

16 avons transmis ce que nos interlocuteurs, enfin les témoins éventuels, ont

17 pu nous transmettre. Et c'est sur la base de ces documents que nous avons

18 rédigé une information, à savoir deux informations que nous avons

19 présentées à l'opinion publique.

20 Nous ne nous sommes pas préoccupés, à ce moment-là, des conclusions. Et on

21 n'a pas essayé de tirer des conclusions pour savoir s'il s'agissait de

22 cadavres qui, éventuellement, étaient des cadavres de personnalités

23 albanaises, s'ils venaient du Kosovo ou non.

24 Nous avons tout simplement tiré des conclusions sur ce que nous avons vu.

25 Tout premièrement, sur la porte de camion, c'était marqué "Progres".

Page 8414

1 C'était un abattoir à Prizren. Et pour nous, c'était un indice que ce

2 camion venait éventuellement du Kosovo. Nous n'avons jamais affirmé que

3 les personnes étaient originaires du Kosovo.

4 Je souligne également qu'il y a d'autres déclarations qui auraient pu

5 éventuellement corroborer cet indice selon lequel les personnes étaient

6 d'origine du Kosovo.

7 Mais une fois l'identification des cadavres… Il faut d'abord procéder à

8 une identification des cadavres, et ceci dans des sites où on nous a dit

9 qu'ils ont été enterrés. Ce n'est qu'à ce moment-là que nous pourrions

10 véritablement, avec exactitude, dire d'où sont ces gens-là, de quelle

11 origine. Nous n'affirmons pas qu'il s'agit des cadavres des victimes du

12 Kosovo. C'était un indice.

13 Actuellement, nous procédons plus loin et nous voulons effectivement

14 trouver de nouveaux faits pour corroborer ce qui a été déjà conclu et

15 savoir d'où ils sont originaires.

16 M. Milosevic (interprétation): Est-ce que je peux continuer?

17 M. le Président (interprétation): A partir de ce moment-là, avez-vous reçu

18 une information au sujet de l'origine des corps, après l'exhumation?

19 M. Karleusa (interprétation): Je tiens à souligner que, d'après les

20 résultats de l'exhumation menée par l'équipe d'expert dans la zone de

21 Batajnica, et compte tenu du fait de ce que nous avons appris de la part

22 des gens qui ont transporté ces corps pour Batajnica, donc compte tenu du

23 fait que nous savons qu'ils ont été inhumés sur place, eh bien, d'après le

24 rapport établi par les experts, nous n'avons pas pu déterminer qu'il

25 s'agit des gens qui ont été amenés de Tekija ou plutôt qu'il s'agit de

Page 8415

1 corps provenant du camion réfrigérant.

2 Ce sont les conclusions qui peuvent être tirées sur la base des

3 caractéristiques qui nous ont été citées par les témoins oculaires ou

4 plutôt le technicien qui a travaillé à l'époque et qui travaille encore

5 aujourd'hui et qui se trouve sur le site.

6 Et il nous a donné la description des corps. Il nous a cité le nombre

7 d'hommes, de femmes et d'enfants qui étaient dans ce groupe, les objets

8 qui ont été retrouvés; ils ont tous été inhumés ensemble, mais nous ne

9 savons pas quelle en est l'origine.

10 M. Shin (interprétation): Pour nous pencher un instant sur le document qui

11 a été fourni par M. Milosevic, le Procureur ne peut pas l'étudier sur-le-

12 champ puisque ce document est rédigé en serbe, et nous n'avons pas de

13 traduction.

14 Une petite remarque seulement: nous voyons la date, le 16 août 1999, mais

15 il semblerait que ce document date du 21 août, plutôt de l'an 2001. Je

16 n'arrive pas à expliquer cette divergence.

17 M. le Président (interprétation): Nous allons lui attribuer une cote pour

18 identification et il faudra traduire le document.

19 Monsieur le Juge Kwon a raison de demander que l'on présente ce document

20 au témoin.

21 (Intervention de l'huissier.)

22 S'il vous plaît, Monsieur le Témoin, pourriez-vous examiner le document?

23 Avez-vous des remarques à faire au sujet de ce document?

24 (Le témoin lit le document.)

25 M. Karleusa (interprétation): Oui.

Page 8416

1 Monsieur Milosevic a lu un certain nombre de portions de ce document qui

2 émane du Procureur public de Zajecar. Comme je l'ai déjà dit, je n'ai pas

3 vu ce document auparavant, je n'en ai même pas entendu parler. La date est

4 le 22 août de l'an 2001. Je ne vois pas ce que je pourrais apporter comme

5 complément à ce que je viens de dire.

6 M. le Président (interprétation): Est-ce le genre de document que vous

7 aviez l'habitude de voir?

8 M. Karleusa (interprétation): Il m'est arrivé de voir ce genre de document

9 auparavant. C'est une manière de présenter les documents officiels, que ce

10 soit des notes officielles ou des documents émanant du Bureau du

11 Procureur. Cependant, je n'ai pas vu ce document et je n'ai pas eu

12 l'occasion de prendre connaissance de sa substance auparavant.

13 M. le Président (interprétation): Très bien. Un instant, je voudrais avoir

14 une cote.

15 Mme Anoya (interprétation): Pièce de la défense D27. Cette cote est

16 attribuée pour identification.

17 M. le Président (interprétation): Oui, Monsieur Milosevic.

18 M. Milosevic (interprétation): Monsieur Karleusa, j'espère que vous avez

19 remarqué que ce document porte la signature ainsi que le sceau du

20 Procureur de la République?

21 M. Karleusa (interprétation): Oui.

22 Question: A tous les points de vue, cette note officielle correspond à ce

23 genre de document; elle porte un numéro, elle porte un sceau et une

24 signature. Avez-vous pu vous en assurer?

25 Réponse: Il s'agit d'une télécopie. Les éléments que vous citez sont

Page 8417

1 visibles. Il est donc possible qu'il en soit ainsi.

2 Question: Très bien. Vous avez dit que le général Djordjevic vous a dit:

3 "Ce qui s'est passé s'est passé". Si cela est vrai, pour quelle raison,

4 dans votre entretien du 1er novembre accordé au journal "Vreme", "Le

5 Temps", vous dites que Djordjevic ne vous a rien dit?

6 J'ai ici une citation de cet entretien. On vous pose une question au sujet

7 de Djordjevic et vous répondez: "Oui, nous avons essayé de prendre contact

8 avec lui. Il était retraité. Une fois, sans savoir de quoi il s'agissait,

9 je l'ai même invité."

10 Puis, vous vous citez vous-même: "Rojo, viens, j'ai un camion. On dit que

11 ça a à voir avec la police."

12 Puis quand il est arrivé de nouveau, vous vous citez vous-même: "Je lui ai

13 demandé: Sais-tu quoi que ce soit au sujet du camion réfrigérant? Il a

14 murmuré quelque chose. Il n'a rien vraiment dit."

15 Cela s'est passé ainsi?

16 Réponse: C'est le journaliste qui s'est entretenu avec moi qui l'a dit,

17 qui l'a rapporté de cette manière.

18 Cependant, ce qui est vrai, c'est ce que j'ai dit dans ma déclaration et

19 lors de ma déposition ici. Il est possible que je l'ai dit aux

20 journalistes, il est possible aussi que je ne l'ai pas dit. Je ne sais pas

21 s'ils ont rapporté de manière exacte mes propos. Je peux parfois leur en

22 dire plus ou moins selon les circonstances.

23 Question: Dans votre note -et là je ne me réfère pas à vous

24 personnellement, je me réfère à votre groupe de travail- du 15 mai, il

25 s'agit d'une note officielle qui porte sur l'entretien avec Milan

Page 8418

1 Stevanovic et que vous avez annexée ici en tant que pièce à conviction,

2 pourquoi dit-on qu'il y avait sur le terrain des hommes de Frenki et

3 d'autres? Qu'est-ce que cela veut dire? Vous établissez un lien entre eux?

4 Est-ce ce que vous êtes en train d'affirmer ici?

5 Réponse: Ma réponse contient deux volets. Premièrement, je n'ai jamais

6 fourni aucun document, ce document a été présenté ici par le Tribunal.

7 Quant à savoir quelle est sa provenance, ceci a déjà été expliqué.

8 Question: Excusez-moi de vous interrompre. Donc aucun des documents, qui

9 figurent ici en annexe de votre déclaration, n'a été fourni par vous? Ces

10 documents proviennent du Bureau du Procureur, c'est cela?

11 Réponse: J'ai dit que pour ce qui est de tous ces documents, toutes les

12 notes officielles accompagnées d'un document, comme il se doit, du

13 ministère de l'Intérieur ainsi que de l'administration chargée des

14 enquêtes criminelles où j'étais à la tête du service, tous ces documents

15 ont été fournis par nous au Bureau du Procureur municipal. C'est une

16 première chose.

17 Ensuite, ce qui figure dans la note officielle ne représente pas nos

18 conclusions ou nos constatations. C'est une manière de consigner les

19 propos de la personne avec qui nous nous sommes entretenus. Quant à savoir

20 si ces propos sont véridiques, c'est cela la question, mais nous avons

21 vérifié ceci par la suite aussi.

22 Question: Vous avez recueilli un certain nombre de propos des personnes

23 pendant des entretiens. Pourquoi n'avez-vous pas demandé des déclarations

24 écrites? Pour quelles raisons?

25 Réponse: Parce qu'il nous a semblé que la meilleure manière de procéder

Page 8419

1 était celle que nous avions adoptée. Il a toujours été possible de

2 recueillir des déclarations écrites conformément à l'article 151 du code

3 pénal ou plutôt de la procédure pénale. Donc nous avons décidé de procéder

4 en établissant des notes officielles; c'étaient des documents de travail

5 officiel.

6 Question: Donc c'est uniquement sur la base des documents de travail de la

7 police que vous avez tiré vos conclusions?

8 Réponse: Oui, sur la base de ce que nous avons fait, de ce que nous avons

9 entendu dire et de ce que nous avons pu conclure ou confirmer sur la base

10 des vérifications auxquelles nous avons procédé par la suite.

11 Question: Savez-vous qu'il s'agit d'un travail qui relève des compétences

12 du juge d'instruction?

13 Réponse: A l'époque, le juge d'instruction n'avait pas encore formulé de

14 demande, puisqu'il n'avait pas encore pris connaissance de l'affaire.

15 C'est à partir du moment où nous avons recueilli un certain nombre

16 d'indices, à partir du moment où nous avions déjà des documents très

17 importants, donc les notes officielles, etc., un volume important de

18 documents, c'est à partir de ce moment-là que nous avons informé le juge

19 d'instruction.

20 Question: Comme vous le dites vous-même, vous avez recueilli un certain

21 nombre de déclarations qui ne portent pas de signature. Vous les avez

22 fournies au procureur municipal de Belgrade et c'est lui qui a procédé à

23 leur examen.

24 Réponse: Il s'agit de notes officielles de la police établies par la

25 police, c'est cela que je dis. Il ne s'agit pas de déclarations. Il s'agit

Page 8420

1 de notes officielles qui consignent les propos des personnes avec qui nous

2 nous sommes entretenus. C'est cela que nous avons communiqué au Procureur.

3 Question: Très bien. Page 5 de votre déclaration, vous dites que quelques

4 jours seulement après la publication de l'article, vous avez été convoqué

5 à une réunion où l'on vous a informé du fait qu'on allait créer ce groupe

6 de travail afin d'établir les faits pertinents concernant le camion

7 réfrigérant. Cependant, dès le 25 mai, donc le même mois, vous avez émis

8 un communiqué de presse où vous communiquez déjà les informations que vous

9 auriez établies.

10 Réponse: Eh bien, écoutez, je n'ai pas été informé de la création du

11 groupe de travail. C'est plutôt à travers le général Sreten Lukic que j'ai

12 reçu l'instruction, et l'instruction du ministre de constituer ce groupe

13 de travail. Il n'est pas vrai que seules deux semaines se sont passées

14 entre les deux choses, mais plus de temps. Je tiens à souligner que le

15 groupe de travail s'est mis au travail sur-le-champ. Et il s'agit là à peu

16 près d'une vingtaine de jours de délai et pas de deux semaines comme vous

17 le dites.

18 Question: Bien, je vous le concède, trois semaines, Monsieur Karleusa,

19 mais il n'est pas contestable que le groupe de travail a été mis sur pied

20 début mai. Or, votre communiqué au sujet des soi-disant informations ou

21 éléments de preuve date du 25 mai, c'est ce qui figure dans ce document.

22 Donc si le groupe de travail a été constitué uniquement en mai, si vous

23 n'aviez que des notes officielles à votre disposition que vous avez

24 communiquées au Procureur, alors je veux savoir pourquoi vous vous êtes

25 précipité pour faire un communiqué? Est-ce votre manière habituelle de

Page 8421

1 procéder?

2 Réponse: Si l'on examine les dates, les dates des entretiens, les dates

3 qui figurent sur les notes officielles j'entends, on voit que cela s'est

4 passé bien avant la date du communiqué de presse. L'ensemble des documents

5 qui concernent cela n'a pas été communiqué au Procureur en mai, mais

6 considérablement plus tard. A l'époque, nous avons recueilli ce que nous

7 avons appelé des "informations" et nous avons procédé aux vérifications

8 des documents déjà établis.

9 Nous en avons informé l'opinion, car il y avait une pression très

10 importante de l'opinion qui souhaitait savoir ce qui s'était réellement

11 produit là-bas.

12 Question: Je suppose qu'il n'est pas contestable que c'est le 25 mai que

13 vous avez fait cette déclaration, c'est votre communiqué de presse, n'est-

14 ce pas?

15 Réponse: Oui.

16 M. Milosevic (interprétation): Et vous avez commencé votre travail au

17 début du mois de mai, donc c'est le 25 mai que vous avez donné ce

18 communiqué. Alors, je veux savoir s'il y avait une raison de marketing

19 politique qui vous a incité à faire cette déclaration de presse? Etait-ce

20 une préparation médiatique pour pouvoir procéder à mon transfert à La

21 Haye? Etait-ce à cela qu'a servi votre déclaration?

22 M. le Président (interprétation): Procédons dans l'ordre. La première

23 chose est de savoir s'il s'agit de marketing politique comme cela a été

24 formulé. Donc s'agissait-il d'exercer une pression politique?

25 M. Karleusa (interprétation): Il n'y avait aucune raison politique. Par

Page 8422

1 ailleurs, en tant que membre de la police et en tant que membre de mon

2 groupe de travail -dont je suis fier-, eh bien, nous ne sous sommes pas

3 occupés de la politique. Nous n'avons fait que présenter les résultats de

4 notre travail. C'est ce que nous avons fait.

5 Pourquoi était-ce nécessaire à ce moment-là?

6 Il faut savoir que déjà, durant le mois de mai, tout de suite après la

7 publication de l'article dans le journal de Zajecar, "Timocka Krimi

8 Revija", le procureur a également établi un communiqué de presse. Il

9 s'agit du procureur de Negotin. Il faut savoir que cela a provoqué une

10 certaine émotion dans l'opinion et nous avons cherché à montrer que cela

11 n'allait pas être passé sous silence, que nous allions faire le nécessaire

12 pour mener une enquête et pour établir la vérité. Personnellement, je n'y

13 vois rien qui concerne la politique et je ne souhaite pas être mis en

14 relation avec la politique.

15 M. Milosevic (interprétation): Bien. Vous dites que vous avez fait cela au

16 mois de mai. Vous avez dit que vous avez mené trente entretiens afin de

17 recueillir des informations, que tout cela s'est passé en mai. Eh bien,

18 disons que ce n'était pas en deux semaines mais un petit peu plus. Mais à

19 partir de ce moment-là, d'après ce que je vois dans ces données que vous

20 avez recueillies, eh bien, à partir de ce moment-là jusqu'à aujourd'hui,

21 vous n'avez pas fait un petit pas en avant, aucun pas en avant, rien de

22 plus par rapport à ce que vous avez rendu public à l'époque.

23 M. Karleusa (interprétation): Eh bien, je ne suis pas d'accord avec vous.

24 Il y a un certain nombre de données et de faits sur lesquels nous

25 travaillons encore, et l'on pourrait parler "d'un pas en avant" pour

Page 8423

1 employer vos termes. Je ne souhaite pas en parler ici, j'en parlerai le

2 moment venu si l'on m'invite à le faire. Donc à partir du moment où

3 j'aurais suffisamment de données pour pouvoir en parler.

4 Question: Au moment où vous avez fait votre déclaration, vous n'aviez pas

5 suffisamment d'arguments, donc vous n'avez présenté que le résultat de 14

6 jours de travail. Or, depuis ce jour-là, 14 mois supplémentaires se sont

7 écoulés et vous n'avez fait aucune déclaration au sujet de ce que vous

8 avez fait durant ces 14 mois. J'en conclus alors que depuis que j'ai été

9 remis au Tribunal de La Haye, il n'y avait plus aucune nécessité de le

10 faire.

11 Réponse: Eh bien, il faut que je vous dise une chose, à savoir à partir du

12 moment où nous avons informé le Bureau du Procureur de l'affaire, le

13 tribunal de district de Belgrade est devenu compétent de tout ce qui

14 concernait les relations extérieures avec l'opinion et nous, pour notre

15 part, nous nous sommes chargés de l'enquête uniquement. Donc, nous ne

16 sommes pas compétents pour communiquer à l'opinion ou pour rendre

17 publique, d'aucune manière, les résultats de notre travail. Seul le Bureau

18 du Procureur de Belgrade est compétent pour le faire.

19 Question: Eh bien, je vous poserai une question qui concerne votre

20 carrière dans la police. D'après ce que j'ai vu hier, vous avez passé 27

21 ans dans les rangs de la police. Ne serait-il pas naturel de chercher à

22 établir d'abord l'identité des personnes, de savoir où et comment ces gens

23 ont été tués, qui les a tués et, par la suite, de tirer ces conclusions?

24 Je suppose qu'à partir du moment où on retrouve un corps, lorsqu'une

25 enquête est menée par la police, c'est ce genre de questions qu'on se

Page 8424

1 pose, n'est-ce pas?

2 Réponse: Oui. Nous avons encore ce problème effectivement car les corps du

3 camion réfrigérant n'ont pas été retrouvés. Et nous avons le problème

4 d'identification, pas seulement pour ce qui est du camion réfrigérant,

5 mais d'un certain nombre d'autres corps. Et il y en a beaucoup ici. Or,

6 l'identification est très lente lorsqu'il y en a autant.

7 En tant que la police, on s'attend à recevoir des éléments

8 d'identification qui nous permettraient d'établir quelle est l'origine de

9 ces corps et, par la suite, on pourrait chercher à savoir s'il s'agit de

10 personnes portées disparues, qui sont les gens qui sont portés disparus

11 dans la région concernée et puis, éventuellement, de chercher à savoir qui

12 est l'auteur du crime. Donc, il faudrait savoir d'abord précisément qui

13 sont les victimes pour pouvoir, par la suite, chercher à identifier les

14 auteurs du crime.

15 Question: Donc il s'agit de savoir qui sont les personnes qui ont été

16 tuées, où elles ont été tuées, qui les a tuées, et ce n'est que comme cela

17 que l'enquête peut avancer? Eh bien, je suis heureux de savoir que vous

18 êtes d'accord avec moi.

19 En page 3, vous citez votre communiqué et vous dites Vlatko Stojiljkovic,

20 le ministre de l'Intérieur de l'époque, ainsi que M. Vlastimir Djordjevic

21 qui était chef du service de sécurité…; eh bien, vous dites qu'ils ont dit

22 que l'ensemble de cette affaire devait être considéré comme secret d'Etat,

23 qu'ils ont commencé à appeler cette opération "Profondeur 2" ("Dubina 2")

24 et j'aimerais savoir si vous avez quoi que ce soit à ce sujet.

25 Réponse: Eh bien, s'agissant du secret d'Etat, nous avons appris qu'à

Page 8425

1 l'époque, on a donné l'instruction de considérer cette affaire comme étant

2 confidentielle et donc de ne diffuser aucune information vers le public.

3 Le chef du SUP de Bor ainsi que le chef du Bureau du Procureur de Negotin,

4 eh bien, ce sont des gens qui ont cité ces instructions-là.

5 Il y a un document qui porte la mention "secret d'Etat" où on parle des

6 versements des rémunérations aux personnes qui ont sorti les corps du

7 camion réfrigérant, qui ont déchargé le camion.

8 Question: Il s'agit donc d'une opération secrète et l'on engage des

9 ouvriers, des manuels, des institutions d'Etat, etc., ou plutôt des

10 services publics; mais peut-on parler d'organisation secrète, dans ce cas-

11 là?

12 Réponse: Eh bien, d'après ce que nous avons appris, cela s'est bien passé

13 comme ça. Nous n'avons pu avoir aucune influence là-dedans. Quant à savoir

14 pourquoi cela s'est passé, comme ça s'est passé, je n'en sais rien.

15 Question: Bien. En page 4 de votre déclaration, vous dites, entre autres,

16 que ce que vous avez appris sur le plan opérationnel laisse entendre qu'en

17 mars 1999 un entretien s'est tenu dans mon bureau. Etaient présents, en

18 plus de moi, Vlajko Stojiljkovic, Vlastimir Djordjevic et Rade Markovic.

19 Djordjevic a posé le problème de l'assainissement du terrain; quant à moi,

20 j'aurais donné l'instruction à Vlajko Stojiljkovic de prendre les mesures

21 qui s'imposaient afin d'effacer toutes les traces qui auraient pu laisser

22 entendre qu'un crime s'était passé.

23 Voilà, ce sont les pages ou plutôt la page 4 de votre déclaration. Et vous

24 dites: "A cette occasion, le général Djordjevic a posé le problème de

25 l'assainissement du terrain dans la région de Kosovo-Metohija. Il a donc

Page 8426

1 posé le problème de l'assainissement du territoire. A ce sujet, Slobodan

2 Milosevic a ordonné à Stojiljkovic de prendre les mesures qui s'imposaient

3 afin d'effacer les traces, toutes les traces qui pourraient permettre de

4 conclure qu'il s'agit d'un crime." Donc lui, il dit ce que je ne dis pas.

5 Et puis, vous dites: "Il y a eu une réunion au MUP où on a cherché à

6 discuter de l'assainissement du terrain." Alors, ce que j'aimerais savoir,

7 c'est si vous avez été présent lors de cette réunion.

8 Réponse: Quelle réunion?

9 Question: Mais la réunion dont je parle, la réunion où j'aurais ordonné

10 que l'on efface toute trace du crime.

11 Réponse: Vous parlez de la réunion au sujet de laquelle on dit ici qu'elle

12 s'est tenue chez vous?

13 Question: Oui.

14 Réponse: Mais je n'étais pas présent à cette réunion.

15 Question: Faites-vous une différence entre l'assainissement du terrain et

16 le fait d'effacer toutes traces du crime?

17 Réponse: Oui.

18 M. Milosevic (interprétation): Est-ce que vous pouvez supposer qu'un chef

19 d'Etat serait susceptible de donner ce genre d'ordres lorsqu'il s'agit

20 d'un problème d'assainissement? Vous êtes un officier de police, mais vous

21 savez combien de fois on a demandé le contraire précisément, on a demandé

22 que l'on arrête les auteurs de crimes, que l'on empêche qu'il y ait des

23 crimes, que l'on tienne pour responsable tout un chacun qui aurait commis

24 un crime? Etes-vous au courant de cela?

25 M. Karleusa (interprétation): Vous m'avez posé plusieurs questions.

Page 8427

1 J'essaierai de vous répondre dans l'ordre.

2 Lorsqu'on dit qu'une réunion, ou plutôt cette réunion-ci s'est tenue chez

3 vous au mois de mars, eh bien, cette information ne vient pas de chez nous

4 et nous ne l'avons pas inventée non plus. Il s'agit d'une information qui

5 vient de M. Rade Markovic. C'est lui qui l'a déclaré, c'est de lui que

6 nous l'avons appris. C'est lui, la source de ces propos.

7 Ensuite, vous avez parlé de l'assainissement…

8 (M. Milosevic interrompt le témoin.)

9 M. le Président (interprétation): Laissez le témoin terminer ce qu'il a

10 commencé.

11 M. Karleusa (interprétation): Pour moi, la signification du terme

12 "assainissement" ou "ratissage du terrain" est tout à fait claire. C'est

13 un terme qui a été utilisé à tort ou à propos, y compris par les médias,

14 mais je ne suis pas ici pour tirer des conclusions. Je suis pour rapporter

15 ce que nous avons entendu, et c'est exactement ce que nous avons rapporté.

16 Dans ma déclaration devant les enquêteurs de ce Tribunal, je n'ai fait que

17 répéter ce que nous avions fait savoir au public, à l'opinion; autrement

18 dit les informations que nous avons reçues et que nous avons transmises.

19 Car, à l'époque où nous parlions de ces choses-là, ce qui était important,

20 c'était de disposer d'informations opérationnelles. C'est la seule chose

21 que nous avons rendue publique, à l'époque. Aujourd'hui, nous pouvons même

22 dire qui est la source de cette information.

23 M. Milosevic (interprétation): Vous affirmez que la source de cette

24 information est Radomir Markovic. Moi, je ne crois pas qu'il aurait pu

25 dire une chose pareille, pas plus que qui que ce soit d'autre d'ailleurs,

Page 8428

1 car c'est une contre-vérité totale. Mais veuillez répondre à la question

2 que je pose au sujet de ce que vous-même avez déclaré.

3 Vous avez fait écrire dans votre déclaration à ce Tribunal -je cite-: "Je

4 ne suis pas sûr de la source de cette information, bien que j'aie appris

5 cela au MUP. Pour autant que j'aie pu le comprendre, cette information

6 vient sans doute des participants à la réunion avec Milosevic".

7 Et ensuite, vers la fin d'une page de votre déclaration, vous dites ce qui

8 suit –je cite-: "Nous avons également discuté avec Obrad Stevanovic mais

9 il a, pour l'essentiel, nié toute participation aux événements. Nous avons

10 également parlé aux généraux Dragan Ilic, Stojan Misic et Petar Zekovic.

11 Ils ont tous nié toute participation. Nous avons parlé à de nombreux

12 autres chefs comme le ministre adjoint, le chef de cabinet. Ils ont tous

13 nié avoir la moindre connaissance à ce sujet. Aucun d'entre eux n'a

14 proposé au groupe de travail la moindre information liée à cette opération

15 de ratissage dans les zones opérationnelles. Ils ont tous nié avoir

16 connaissance de l'affaire du camion réfrigérant". (Fin de citation.)

17 Dans cette déclaration faite devant le Tribunal donc, vous dites n'avoir

18 aucune idée quant à la source de l'information et vous dites que cette

19 information vous a simplement été communiquée, à l'époque. Et ici, vous

20 nous dites que la source de l'information est Markovic.

21 M. le Président (interprétation): Vous devez poser une question au témoin

22 de façon à ce qu'il puisse répondre en toute équité.

23 Monsieur Karleusa, avez-vous entendu ce qui vient de vous être lu?

24 M. Karleusa (interprétation): Oui, mais je demande qu'il me pose une

25 question.

Page 8429

1 M. Milosevic (interprétation): Autrement dit, dans votre déclaration

2 écrite, vous dites ne pas connaître l'origine de cette information dont

3 vous affirmez par ailleurs ici, dans ce prétoire, que vous l'avez obtenue

4 de Rade Markovic; c'est bien cela?

5 M. Karleusa (interprétation): Oui.

6 Question: Avez-vous parlé avec Rade Markovic?

7 Réponse: Non.

8 Question: Est-ce que le groupe de travail a discuté avec Rade Markovic?

9 Réponse: Non.

10 Question: Mais alors, en tant que groupe de travail, vous vous êtes fondé

11 sur quoi pour conclure que c'était Rade Markovic qui vous avait dit que,

12 lors d'une réunion tenue chez moi, un ordre de ce genre a été donné; ordre

13 de ratissage d'abord, mais également -d'après ce que vous dites- ordre

14 d'effacement des traces d'un crime, n'est-ce pas? Alors, sur quoi vous

15 êtes-vous fondé pour dire cela?

16 Réponse: Sur la réunion.

17 Question: Comment?

18 Réponse: Sur la réunion dont j'ai parlé dans ma déclaration et ici

19 également. J'ai vu personnellement la déclaration signée par M. Rade

20 Markovic, dans laquelle il est dit exactement ce que nous avons dit ici.

21 Lorsque, à Belgrade, devant l'enquêteur du tribunal yougoslave, à la

22 demande de ce Tribunal, j'ai répondu à des questions, je n'ai pas donné

23 les noms en question, mais ici, je le fais et ces noms correspondent à la

24 vérité.

25 Question: Très bien. Mais alors, puisque le groupe de travail n'a pas

Page 8430

1 discuté, n'a pas rencontré et parlé avec M. Markovic, comment avez-vous

2 établi qu'il avait fait cette déclaration?

3 Réponse: J'ai vu une déclaration signée par M. Rade Markovic, je l'ai vue

4 de mes yeux et j'ai eu la possibilité de la lire. C'était une déclaration

5 officielle, enregistrée en bonne et due forme par un secrétaire et qui

6 portait une date et une signature, etc.

7 M. Milosevic (interprétation): Vous avez donc vu cette déclaration. Le 28

8 mai 2002; il existe un texte portant cette date qui, d'après vous, serait

9 une déclaration concernant Rade Markovic et faite devant le tribunal de

10 district de Belgrade. Ce texte explique, par exemple, qu'un témoin, Goran

11 Petrovic, responsable du bureau de la sécurité de l'Etat, a déclaré qu'une

12 réunion s'était tenue le 31 mai au quartier général de la sécurité d'Etat

13 et que des notes ont été prises.

14 Il est dit ensuite que Markovic a été amené à la réunion par Mijatovic et

15 Galic, employés des services de sécurité de l'état. Et un peu plus loin,

16 on lit qu'aucun enregistrement n'a été fait, aucune note officielle n'a

17 été rédigée au cours de cet entretien parce que l'accusé Markovic n'avait

18 rien dit d'important qui eût mérité que des notes de ce genre, et

19 notamment une note officielle, aient été rédigées.

20 A la demande de l'accusé Markovic, on demande au témoin s'il se souvient

21 de ce qu'il lui a dit à la fin de la réunion dans le couloir; et le témoin

22 répond que l'ironie du sort veut que lui-même et Mijatovic se sont

23 efforcés de faire sortir l'accusé Markovic de prison, etc. Un peu plus

24 loin, il est fait remarquer que l'accusé Markovic déclare qu'il peut jurer

25 su la tête de ses enfants de la véracité de ce qu'il dit quant au contenu

Page 8431

1 de cette conversation. Je lis là le compte rendu d'une audience devant le

2 tribunal.

3 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, quel est l'objet de

4 tout cela? Pouvez-vous nous dire pour quelle raison vous lisez tout ce

5 texte?

6 M. Milosevic (interprétation): Eh bien, Monsieur May, la raison, c'est

7 qu'un témoin, lors d'une audience devant un Tribunal dit qu'il n'y a pas

8 eu d'enregistrement officiel de la teneur de cet entretien et que Markovic

9 a été sorti de prison illégalement, sans aucune raison, pour venir faire

10 des déclarations.

11 Aucun enregistrement, aucune note officielle n'a été rédigée. Par

12 conséquent, il s'agit d'un montage de toute pièce, d'une orchestration,

13 d'une fabrication dans laquelle on affirme que Markovic, qui se trouve en

14 prison depuis plus d'un an, sous des pressions énormes...

15 M. le Président (interprétation): Etes-vous en train de dire qu'il ne peut

16 pas exister une déclaration de témoin affirmant avoir vu ce qu'il dit

17 avoir vu parce que Markovic était en prison à l'époque et qu'il n'y a

18 aucun enregistrement de ce qui s'est dit? C'est bien cela?

19 M. Milosevic (interprétation): Je dis que si le témoin a vu quoi que ce

20 soit, à quelque moment que ce soit, cela ne peut être qu'une invention de

21 toute pièce. Cela ne peut pas correspondre à la vérité. Je vais vous lire

22 ce que le ministre de l'Intérieur a déclaré à l'époque.

23 M. le Président (interprétation): Non, non, non. Laissez le témoin

24 répondre à tout cela.

25 Monsieur Karleusa, vous avez entendu ce que l'accusé a dit, pouvez-vous

Page 8432

1 répondre à ces commentaires?

2 M. Karleusa (interprétation): La vérité, c'est que j'ai vu la déclaration

3 de M. Rade Markovic qui portait la signature de M. Rade Markovic, avec les

4 éléments d'identité des autres généraux et c'était une déclaration qui

5 correspondait au format habituel d'une déclaration officielle.

6 Il est exact, comme cela est écrit, que dans la déclaration préalable

7 faite devant ce Tribunal, tout ce que j'ai dit dans cette déclaration est

8 vrai. Je ne vais pas faire de commentaire au sujet de vos allégations ici.

9 Ce que j'ai vu à l'époque, en tant que représentant du groupe de travail,

10 a été la base de mon information. C'est de cette manière que nous avons

11 obtenu cette information. Je n'avais pas besoin d'être présent. Nous

12 avions l'habitude de travailler de cette façon. Je vous ai dit comment

13 j'ai obtenu cette information. Je vous ai dit que nous l'avons reçue en

14 mai 2001 et c'est la vérité. Nous l'avons donc reçue avant de la

15 transmettre au public.

16 M. Milosevic (interprétation): Dusan Mihajlovic, selon ce document,

17 affirme que le témoin a accepté d'avoir un entretien avec Markovic, dont

18 le contenu a été publié le mai 2001 et cet entretien s'est déroulé dans

19 les locaux des services de sécurité de l'Etat. Y participaient Mijatovic

20 et Petrovic.

21 Il déclare -je cite-: "Je ne suis pas au courant du fait qu'un compte

22 rendu ait été rédigé et, suite à cet entretien, aucune note officielle ait

23 été rédigée parce qu'aucune information n'a filtré, aucune information n'a

24 été révélée. Aucune promesse n'a été faite à Markovic s'agissant d'une

25 remise en liberté ou d'une aide financière". (Fin de citation.)

Page 8433

1 Par conséquent, ce que je dis c'est qu'aucun enregistrement n'a été fait

2 et il déclare que c'est précisément Mijatovic qui lui a dit quel avait été

3 le sujet de la conversation avec Slobodan Milosevic.

4 Savez-vous selon quelle décision d'un comité parlementaire…, savez-vous

5 selon ce qu'on fait savoir les comités parlementaires, quelles pressions

6 ont été exercées sur Rade Markovic pour qu'il m'accuse de quelque chose

7 dans des circonstances aussi extrêmes que dans celles dans lesquelles il

8 vit depuis plus d'un an, notamment sous la torture?

9 M. Karleusa (interprétation): Ça, je l'ai appris des médias.

10 M. Milosevic (interprétation): J'espère, Monsieur May, que vous admettrez

11 au dossier ce compte rendu d'audience d'un procès dans le Tribunal de

12 district de Belgrade.

13 M. le Président (interprétation): Nous allons traiter ce document comme

14 les autres. Nous allons en prendre possession. Le Procureur va le voir et

15 il sera enregistré pour identification.

16 (Intervention de l'huissier.)

17 M. Kwon (interprétation): Monsieur Karleusa, savez-vous où se trouve

18 actuellement cette prétendue déclaration de Rade Markovic?

19 M. Karleusa (interprétation): Non, je ne sais pas où se trouve aujourd'hui

20 cette déclaration.

21 M. Kwon (interprétation): Qui vous a montré la déclaration en question, à

22 l'époque?

23 M. Karleusa (interprétation): J'ai vu cette déclaration de mes yeux lors

24 d'une rencontre, d'une réunion au MUP. Nous en sommes arrivés à parler de

25 l'enquête relative au camion réfrigérant et cette déclaration m'a été

Page 8434

1 montrée car elle était en rapport avec les raisons qui m'avaient amené à

2 participer à la réunion. Mais je n'ai pas ce document en ma possession,

3 pas plus que le groupe de travail.

4 M. Milosevic (interprétation): Très bien. Eh bien, veuillez répondre à

5 cette question: puisque j'ai cité cette partie de votre déclaration dans

6 laquelle vous soulignez ignorer la source de cette information s'agissant

7 de la réunion tenue dans mon bureau, et puis vous dites avoir parlé à tous

8 les participants, c'est-à-dire à Stojiljkovic, à Djordjevic, à Obrad

9 Stevanovic, à Dragan Minic, à Stojan Misic…

10 M. le Président (interprétation): Non, non, non. Monsieur Milosevic, vous

11 avez déjà lu tous ces noms, ce n'est pas la peine de les répéter.

12 M. Milosevic (interprétation): Et d'aucun d'entre eux vous n'avez reçu le

13 moindre renseignement qui pourrait étayer ce que vous avez dit dans votre

14 déclaration? Vous n'avez reçu d'eux aucune information qui permette

15 d'appuyer les propos que vous tenez dans votre déclaration. Pourquoi avez-

16 vous inventé ce mensonge?

17 M. Karleusa (interprétation): Nous avons dit cela afin d'informer

18 l'opinion, pendant la durée de l'enquête, de l'affaire en cause. Nous

19 n'avons pas dit que c'était la vérité. Nous avons transmis les

20 informations que nous avions obtenues. Et s'agissant de confirmer

21 l'ensemble des faits, l'enquête est toujours en cours, ça c'est vrai.

22 M. Milosevic (interprétation): Bien. Vous avez déclaré qu'il existait des

23 informations relatives à une quelconque réunion chez moi aux alentours du

24 25 mai; c'est bien cela?

25 M. Karleusa (interprétation): Nous avons appris cela avant le 25 mai. Et

Page 8435

1 j'ai personnellement participé à travail.

2 M. Kwon (interprétation): Monsieur Milosevic, M. Shin souhaite la parole.

3 M. Shin (interprétation): Monsieur le Président, Messieurs les Juges, ce

4 dernier document, comme d'autres, est en serbe uniquement, donc

5 l'accusation ne peut pas en prendre connaissance pour le moment.

6 M. le Président (interprétation): Il sera enregistré aux fins

7 d'identification.

8 Mme Anoya (interprétation): Monsieur le Président, il s'agira de la pièce

9 D28 enregistrée aux fins d'identification.

10 M. Milosevic (interprétation): Donc c'est sur la base de la déclaration de

11 M. Rade Markovic, selon ce que vous dites, que vous appris cela avant le

12 25 et vous avez discuté avec lui, comme on peut le lire dans votre

13 déclaration, à une date ultérieure. Comment avez-vous donc pu apprendre

14 cela avant d'avoir parlé avec lui?

15 M. Karleusa (interprétation): Je vous dis –et c'est ce que je soumets à ce

16 Tribunal-, je vous dis ce que j'ai vu et ce que je dis ici correspond

17 entièrement à la vérité. J'ai vu la déclaration de M. Rade Markovic, une

18 déclaration en bonne et due forme qui a le format que doit avoir toute

19 déclaration officielle. Je ne sais rien de ce que vous dites, à savoir

20 qu'il existerait une déclaration à une date ultérieure. Peut-être y a-t-il

21 eu avec lui plusieurs entretiens traitant du même sujet.

22 M. Milosevic (interprétation): Bon. Avez-vous l'impression que cela s'est

23 fait également pour préparer mon arrivée à La Haye qui, comme vous le

24 savez, s'est faite de façon illégale, anticonstitutionnelle et criminelle?

25 M. le Président (interprétation): Ce n'est pas au témoin qu'il appartient

Page 8436

1 de répondre.

2 Monsieur Karleusa, ce sera la dernière question sur ce sujet. On vient de

3 laisser entendre que les commentaires de M. Markovic et le rapport au

4 sujet de cette réunion font partie des préparatifs destinés à permettre

5 l'arrivée de M. Milosevic ici. Y a-t-il la moindre vérité dans tout cela?

6 M. Karleusa (interprétation): Je ne m'occupe pas de cela, je ne peux pas

7 me prononcer sur cela. Ce n'est pas mon avis.

8 M. Milosevic (interprétation): Dans votre déclaration, en page 5, vous

9 dites que les informations reçues de Bosko Radojkovic, etc., et puis qu'il

10 a acquis la certitude que tous les cadavres avaient des blessures dues à

11 des objets contondants, etc.

12 La question que je vous pose est la suivante: pourquoi vous fondez-vous

13 presque exclusivement sur la déclaration de Bosko Radojkovic, puisqu'il

14 n'est pas expert en médecine légale, pour déterminer la nature des

15 blessures?

16 M. Karleusa (interprétation): Monsieur Bosko Radojkovic est un technicien

17 exceptionnellement compétent. Pour autant que je le sache, car j'ai

18 participé aux entretiens suite auxquels une note officielle a été rédigée,

19 entretiens avec M. Bosko Radojkovic, je sais, j'ai conclu qu'il avait une

20 très grande expérience et que tout ce qu'il disait reposait sur un grand

21 nombre d'arguments. J'ai acquis le sentiment que ce qu'il disait était

22 véridique et, suite aux questions que je lui ai posées, il m'a dit comment

23 il était arrivé à cette conclusion. Il a dit que durant toute sa carrière,

24 il avait procédé à des centaines de constats suite à des blessures

25 mortelles et notamment, puisque c'était le cas en l'espèce, lors de

Page 8437

1 constats établis face à des personnes tuées ou blessées en raison d'un

2 séjour dans l'eau.

3 Mais ce n'est pas ma déclaration dont je parle; c'est la sienne.

4 Question: Est-ce que ça signifie que toutes ces personnes se sont noyées?

5 Réponse: Non. J'ai dit qu'il était expérimenté, qu'il avait une grande

6 expérience en matière de constats face à des personnes blessées ou tuées

7 après un séjour dans l'eau. Il a donné ces constatations préliminaires au

8 niveau de la police. Il est tout à fait clair que, par la suite, des

9 experts en médecine légale ont établi les causes du décès lorsque les

10 cadavres ont été retrouvés.

11 M. Milosevic (interprétation): Pourriez-vous, je vous prie, me dire quels

12 sont les critères que vous utiliseriez pour établir qu'une information est

13 valable ou qu'elle ne l'est pas? Par exemple, hier, vous avez dit que

14 quelqu'un avait déclaré que ces cadavres étaient revêtus d'uniformes de

15 l'UCK; par la suite, vous avez dit que ce n'étaient pas des uniformes de

16 l'UCK. Comment vous êtes-vous prononcé pour déterminer que les uniformes

17 étaient ou n'étaient pas ceux de l'UCK? Ou bien, encore un deuxième

18 exemple: vous dites que Radojkovic…

19 M. le Président (interprétation): Ne posez qu'une question à la fois.

20 M. Milosevic (interprétation): Monsieur May, ma question porte sur les

21 critères...

22 M. le Président (interprétation): Vous lui avez soumis un exemple;

23 permettez-lui de répondre.

24 M. Karleusa (interprétation): Quelle est votre question?

25 M. Milosevic (interprétation): Vous vous servez de déclarations, n'est-ce

Page 8438

1 pas. Les déclarations sont votre seule source d'information; vous ne vous

2 appuyez pas sur des faits matériels, mais sur des déclarations? Vous avez

3 une déclaration selon laquelle les témoins portaient un uniforme de l'UCK

4 et puis, vous avez une déclaration selon laquelle les personnes en

5 question ne portaient pas un uniforme de l'UCK. Alors, vous avez ces deux

6 déclarations; sur quoi vous fondez-vous pour vous prononcer en disant que

7 l'une des deux informations est pertinente?

8 Moi, je n'insiste pas pour dire que ces personnes portaient l'uniforme de

9 l'UCK; je n'insiste même pas pour dire qu'elles étaient du Kosovo. Je

10 n'insiste même pas pour dire que cela s'est passé une année particulière.

11 Je n'insiste sur rien de particulier. Je vous demande simplement: quels

12 sont les critères que vous utilisiez?

13 M. Karleusa (interprétation): Les mêmes critères que ceux qui nous ont

14 permis d'obtenir l'information selon laquelle, parmi les cadavres, il y en

15 avait quelques-uns qui portaient l'uniforme de l'UCK. Avec les mêmes

16 critères, nous avons dû corriger cette information en disant que des

17 cadavres portant l'uniforme de l'UCK n'avaient pas été découverts, car la

18 seule source de tout cela, c'était M. Radojkovic. Donc c'était une erreur.

19 Ou bien alors, il l'a dit à l'époque, cela a été mis par écrit et nous

20 l'avons reproduit. Mais nous n'avions aucune raison de l'inventer; nous ne

21 l'avons pas inventé car nous n'avions aucun motif pour le faire.

22 Question: Je ne vous demande pas si vous avez inventé quoi que ce soit, je

23 vous demande simplement sur quels critères vous vous êtes fondé pour cette

24 information et pour les autres. C'était simplement un exemple, mais j'en

25 ai un autre.

Page 8439

1 Radojkovic, dans sa déclaration que vous avez recueillie, déclare que,

2 selon lui, ces personnes ont été tuées deux jours auparavant. Et puis,

3 selon la déclaration que vous avez recueillie de Nenad Popovic -un agent

4 opérationnel du MUP de Kladovo-, en dernière page de sa déclaration, il

5 est stipulé que les cadavres étaient en état de décomposition avancée.

6 Alors, expliquez-moi: pourquoi vos conclusions s'appuient-elles sur une

7 déclaration plutôt que sur l'autre puisque, manifestement, ces deux hommes

8 -selon leur affirmation, en tout cas-, ont vu les cadavres?

9 Réponse: Dans ce cas d'espèce, il ne s'agit pas de constatation ou de

10 constat; il s'agit de connaissances scientifiques. Monsieur Bosko

11 Radojkovic a dit d'une façon très ferme qu'il s'agissait de cadavres qui

12 n'étaient pas, à l'śil nu, en état de décomposition. D'après ce qu'il a

13 dit, des notes ont été consignées noir sur blanc et nous avons transmis

14 l'information qui figurait dans ces notes écrites.

15 Compte tenu que les autres personnes n'avaient pas été au contact direct

16 et, qu'en tout cas, elles n'avaient pas la possibilité d'avancer les mêmes

17 arguments que M. Radojkovic, c'est sur ce dernier que nous nous sommes

18 appuyés.

19 Question: Très bien. Mais ce Nenad Popovic, qui est agent opérationnel du

20 MUP, a vu également les cadavres. Alors, pourquoi donnez-vous la priorité

21 à l'un et pas à l'autre? Les deux hommes sont à peu près à compétence

22 égale pour tirer des conclusions sur ce genre de sujet. Ou d'ailleurs,

23 pour être plus précis, je dirais qu'ils sont tous les deux à degré égal

24 d'incompétence pour se prononcer, car ils ne sont experts ni l'un ni

25 l'autre.

Page 8440

1 Réponse: J'ai déjà dit que M. Radojkovic était, par métier, un technicien

2 des enquêtes criminelles avec une très longue expérience. Quant à cet

3 autre homme, cet agent opérationnel n'a probablement pas la même

4 expérience mais il a dit, lui, ce qu'il a vu; M. Radojkovic a dit ce qu'il

5 a vu. Et tout cela figure dans des déclarations qui, pour autant que je le

6 sache, sont toutes à la disposition de ce Tribunal aujourd'hui.

7 Question: Il y en a d'autres, d'ailleurs. Dans votre déclaration du 25

8 mai, vous dites "plus de 50 cadavres" et puis, plus tard, vous dites que

9 "Radojkovic dit qu'il y en avait 86"; celui qui a ouvert le camion dit

10 qu'il y en avait 30.

11 Qui a déterminé le nombre exact de cadavres qui se trouvaient là-bas?

12 Comment avez-vous déterminé ce nombre? En vous appuyant encore une fois

13 uniquement sur les affirmations de Radojkovic ou en tenant compte

14 également des dires des autres?

15 Réponse: Les informations obtenues par nous selon lesquelles il y en avait

16 50 et puis, ensuite, selon lesquelles il y en aurait eu 30, n'étaient que

17 ce que les gens nous disaient, d'après ce qu'ils avaient vu au premier

18 coup d'śil. Quant au dénombrement exact, il a été fait au moment où l'on a

19 déterminé…, quand les corps ont été placés dans le camion. Dans un premier

20 temps, 30 et puis, ensuite, 58.

21 Et, en dehors de Bosko Radojkovic, un décompte a été fait également

22 ailleurs. Je me souviens que, dans sa déclaration, Bosko Radojkovic a dit

23 sans équivoque qu'il y avait 58 corps et nous avons consigné tout cela

24 dans sa déclaration.

25 Question: Très bien. Essayons de ne pas perdre de temps.

Page 8441

1 Vous n'avez pas assisté à l'exhumation des cadavres, n'est-ce pas?

2 Réponse: J'ai assisté à l'exhumation.

3 Question: Très bien. Moi, je croyais savoir que la police ne pouvait

4 qu'assurer la sécurité lors d'exhumation de tombes et qu'elle n'était pas

5 autorisée à assister à l'exhumation en tant que telle parce que c'était un

6 travail d'experts qui devait être accompli par les personnes spécialisées

7 dans ce genre de travail. Ce n'est pas ce qui est prévu par votre

8 règlement?

9 Réponse: Non.

10 Question: Très bien. Connaissez-vous les résultats de l'analyse faite

11 après l'exhumation des corps trouvés à Batajnica?

12 Réponse: Je n'ai pas lu le rapport de l'équipe d'experts qui a procédé à

13 l'exhumation. Ce rapport a été transmis au procureur de district qui était

14 responsable de toute l'affaire.

15 Question: Est-il exact qu'au jour d'aujourd'hui, la cause de la mort n'a

16 pas été établie?

17 Réponse: C'est possible, je n'ai pas lu le rapport, les cadavres n'ont pas

18 été identifiés. J'ai déjà souligné que c'était d'ailleurs un problème

19 considérable. Des identifications préliminaires ont été faites, qui sont

20 incomplètes. Et à notre avis, c'est simplement un indice qui montre qui

21 étaient ces personnes, car nous n'avons pas pu le déterminer de façon

22 sérieuse et certaine, puisque aucun document d'identité n'a été trouvé sur

23 les cadavres.

24 Question: Est-il exact qu'aujourd'hui, l'identité de ces cadavres n'est

25 pas confirmée, pas plus que le lieu du décès, donc le lieu d'origine de

Page 8442

1 ces cadavres?

2 Réponse: J'ai quelques informations en rapport avec cela mais, selon mes

3 informations, certains sont déjà complètement identifiés. Je ne sais pas

4 exactement.

5 Question: Mais tout ce que vous avez dit au sujet de Batajnica n'a aucun

6 rapport avec les cadavres du camion réfrigérant puisque, à ce moment-là,

7 vous ne les aviez pas encore trouvés, n'est-ce pas?

8 Réponse: D'après ce que je sais, d'après ce que M. Radojkovic a décrit

9 devant moi s'agissant du nombre des caractéristiques de la structure,

10 etc., j'ai l'impression que nous n'avons pas découvert ces cadavres, ils

11 n'ont pas été découverts au moment de l'exhumation.

12 Question: Bon.

13 Réponse: Encore un détail, je vous prie. Je me fonde, pour dire cela, sur

14 l'exhumation de Batajnica-1. Mais s'agissant de l'exhumation de Batajnica-

15 2, j'ignore si des cadavres en rapport avec cela ont été découverts car,

16 dans cette deuxième fosse, un très grand nombre de cadavres ont été

17 découverts.

18 Question: Mais, comme vous le dites dans votre déclaration en page 9,

19 lorsque vous parlez de ce qui a été découvert à Batajnica, vous dites

20 avoir l'impression que ces cadavres, que ces personnes étaient originaires

21 du Kosovo. Sur quoi vous fondez-vous pour dire cela?

22 Réponse: Je ne dirais pas que c'est moi qui avais cette impression. Je me

23 suis simplement efforcé de tirer des conclusions en me fondant sur ce qui

24 a été découvert sur place et qui a été utilisé officiellement. Il s'agit

25 de quelques cartes d'identité et autres documents découverts.

Page 8443

1 Si cela se confirme -et cela figure dans les documents-, ces papiers sont

2 ceux de personnes qui seraient de nationalité albanaise. Pour l'essentiel,

3 ces papiers d'identité ont été émis à Suva Reka au Kosovo.

4 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, l'heure de la

5 suspension est arrivée.

6 Monsieur Karleusa, nous allons suspendre 20 minutes. Je vous demande de

7 revenir dans ce prétoire à 11 heures moins 10.

8 (L'audience, suspendue à 10 heures 30, est reprise à 10 heures 55.)

9 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, je vous en prie,

10 vous pouvez poursuivre.

11 M. Milosevic (interprétation): Monsieur Karleusa, je voudrais mettre au

12 clair quelque chose dont on a parlé tout à l'heure.

13 Vous avez parlé des cartes d'identité de Suva Reka. Cependant, vous

14 affirmez que, sur la base de ces cartes d'identité, vous voulez dire que

15 les corps seraient originaires du Kosovo. Mais comment pouvez-vous

16 également affirmer que les cadavres sont du camion réfrigérant du Kosovo

17 alors que vous n'avez toujours pas trouvé de corps?

18 M. Karleusa (interprétation): Je n'affirme ni l'un ni l'autre. Nous

19 n'affirmons pas que les corps du camion réfrigérant sont du Kosovo. Il y a

20 des informations, il y a des déclarations sur la base desquelles il y a un

21 certain nombre d'indices sur lesquels nous basons notre conclusion.

22 En ce qui concerne les cartes d'identité, nous, en notre qualité de

23 police, nous savons que les documents qui sont trouvés sur place ne

24 doivent pas obligatoirement vouloir dire appartenir aux corps qui ont été

25 trouvés sur les lieux.

Page 8444

1 C'est la raison pour laquelle j'ai véritablement souligné l'importance

2 d'identifier les corps pour savoir d'où proviennent les corps et pour que

3 l'enquête puisse être menée à bien, donc que tous les éléments puissent

4 être éclaircis.

5 Question: Est-ce que l'affirmation que vous avancez selon laquelle les

6 corps du camion n'ont pas été encore trouvés, est-ce que c'est clair?

7 Réponse: Je pense que les documents n'ont pas encore été trouvés qui

8 pourraient être acceptables et que, de cette façon-là, on pourrait dire

9 qu'il s'agissait des corps.

10 J'ai souligné également que je ne sais pas et je ne connais pas le rapport

11 en ce qui concerne l'exhumation Batajnica 2. Là-bas, on a trouvé 270 corps

12 et il n'est pas impossible que ceux-ci se trouvent parmi eux, mais je ne

13 le sais pas.

14 Question: Par conséquent, vous ne savez pas si on avait trouvé des corps

15 dans le cas concret pour lequel vous vous en êtes occupé. Vous êtes à la

16 tête de cette enquête?

17 Réponse: Non.

18 Question: Etant donné que vous dites que les documents ou la carte

19 d'identité peuvent être un indice selon lequel on pourrait conclure que

20 les corps proviennent du Kosovo, comment, d'après vous, pourriez-vous

21 interpréter, par exemple, un autre indice? Et je vois ici, dans un

22 document, en ce qui concerne les vêtements qui ont été rassemblés, c'est

23 sous le n°415, une partie de la carte d'identité sur laquelle on peut lire

24 que c'était le député de l'Assemblée de Serbie?

25 Réponse: Je ne me souviens pas véritablement pas que l'on avait trouvé une

Page 8445

1 carte d'identité.

2 Question: Eh bien, il y a un document qui est en annexe, un grand document

3 avec la liste des objets qui ont été trouvés à Batajnica. Tout à l'heure,

4 vous avez dit que vous avez assisté à l'exhumation. J'ai ici un procès-

5 verbal du Tribunal de district en ce qui concerne l'exhumation, les

6 autopsies -localité n°2, 13 mai, Batajnica, 10 juillet 2001- et, dans ce

7 procès-verbal, on cite l'équipe des experts; on cite également d'autres

8 personnes qui étaient présentes, mais personne ne cite votre nom.

9 Si vous vous étiez présent à l'exhumation, est-ce que vous pensez que l'on

10 aurait dû également marquer votre nom parmi les présents, dans le procès-

11 verbal que j'ai sous les yeux?

12 Réponse: Je n'étais pas membre de l'équipe d'experts et je n'avais pas

13 assisté officiellement. De temps à autres, j'étais présent en tant que

14 policier pour pouvoir me rendre compte de quoi il s'agissait. Et j'ai été

15 informé de manière continue de tout ce qui se passait sur les lieux et de

16 la manière dont l'exhumation s'était déroulée et ceci, par le fait même

17 qu'il y avait notre technicien chargé des enquêtes de criminologie de

18 notre centre qui assistait et qui avait vu les photographies, qui a donc

19 rassemblé toutes ces photographies et qui les a sélectionnées. Et tout ce

20 qui a été organisé par l'équipe d'experts, il l'avait repris.

21 Question: A la page 9 de la déclaration, vous dites que les données qui

22 ont été rédigées par le groupe de travail démontrent que les corps qui

23 étaient dans le camion réfrigérant n'ont pas encore été exhumés. Comment

24 l'avez-vous affirmé?

25 Réponse: Je vous ai déjà dit que nous n'avons pas l'affirmation selon

Page 8446

1 laquelle on pourrait dire que ces corps ont été trouvés.

2 Question: Page 9, troisième paragraphe, vous dites qu'à Petrovo Selo, 77

3 corps ont été exhumés, qu'ils ont été examinés et qu'on avait l'impression

4 que ces corps étaient d'origine du Kosovo. Comment ceci peut se dire,

5 alors que vous n'étiez pas présent au moment de l'exhumation?

6 Réponse: C'est sur la base du rapport de l'équipe d'experts, sur la base

7 également de ce que nous avons appris, à savoir qu'il y avait sur place un

8 certain nombre de documents d'identification qui ont été trouvés sur les

9 lieux, des cartes d'identité, d'autres documents également, avec des noms

10 de personnes de nationalité albanaise.

11 En deuxième lieu, d'après les déclarations des témoins qui avaient dit

12 qu'ils avaient emmené du Kosovo le camion avec des corps humains.

13 Question: Quoi?

14 Réponse: Avec des corps humains.

15 Question: Mais est-ce que, jusqu'à maintenant, on n'a pas encore la cause

16 de la mort de ces cadavres, même jusqu'à aujourd'hui?

17 Réponse: Je n'ai pas lu le rapport détaillé des résultats de l'autopsie

18 qui a été pratiquée sur ces cadavres; c'est la raison pour laquelle je ne

19 peux pas vous en dire plus. Mais ce que je sais, c'est que, outre les

20 trois corps, d'autres n'ont pas été identifiés et que la procédure

21 d'identification de ces corps est en cours, par le système ADN.

22 Question: Les trois corps qui ont été identifiés sont de quelle origine,

23 s'il vous plait?

24 Réponse: Il s'agit de trois personnes; il s'agit des frères Bytyqi.

25 Question: Les autres corps n'ont pas été identifiés, n'est-ce pas ?

Page 8447

1 Réponse: Non. A ma connaissance, uniquement les trois personnes ont été

2 identifiées et ce sont des experts étrangers également qui ont participé à

3 l'identification de ces trois corps.

4 Question: A l'avant-dernier paragraphe, page 9, vous dites que sur le site

5 Bajina Basta, il y avait une exhumation à laquelle on a procédé. Vous

6 avancez un certain nombre d'hypothèses. Je ne vois pas sur quoi ces

7 hypothèses se fondent et vous pensez que ce sont les corps qui sont

8 d'origine du Kosovo. Est-ce que c'est exact?

9 Réponse: Oui. Il est vrai que sur la rive du lac de Perucac, on a

10 identifié…

11 Question: Ce n'est pas contestable. Mais pourquoi et comment vous affirmez

12 qu'ils sont d'origine du Kosovo. D'où vous tirez cette donnée?

13 Réponse: Mais moi, je n'affirme rien. Moi, je vous transmets un certain

14 nombre de connaissances, quelques indices qui pourraient nous mener à de

15 telles conclusions. Nous allons pouvoir le confirmer probablement au cours

16 de l'enquête, au moment où nous allons pouvoir définitivement constater

17 l'identité des corps.

18 Question: Mais vous voulez dire que jusqu'à maintenant, on n'a pas

19 constaté l'identité…, on ne sait pas non plus le lieu où la mort est

20 survenue, et vous ne disposez pas d'autres données indispensables: comment

21 ils ont été des victimes, qui les a tués, etc.?

22 Réponse: Jusqu'à nos jours, les corps n'ont pas été identifiés.

23 Question: Mais vous-même, vous ne participez pas au sujet des enquêtes qui

24 concernent les charniers ou les fosses communes de masse?

25 Réponse: Je ne comprends pas la question.

Page 8448

1 Question: Mais vous n'avez pas…, vous ne participez pas aux enquêtes qui

2 concernent les crimes de guerre ni les fosses communes, ce que je vois

3 page 8?

4 Réponse: Au moment où on avait mis en place ce groupe et ce département,

5 donc, pour lutter contre le crime; quand nous avons également, dans le

6 cadre de ces départements, commencé à nous occuper des personnes portées

7 disparues ou des personnes qui ont été l'objet de crimes de guerre, moi,

8 je n'ai plus le rôle que j'ai eu et je n'occupe plus ce poste. Ce sont les

9 officiers, les inspecteurs et la police qui sont engagés dans ces

10 enquêtes.

11 Question: Est-il exact de dire qu'en 1999, quand le constat a été adressé,

12 outre le MUP, il y avait l'adjoint du procureur public, il y avait

13 également les représentants des organes judiciaires qui ont été dit n'être

14 pas compétents; ils ne pouvaient pas donner des informations tout à fait

15 compétentes?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Mais est-il vrai également que les juges et le procureur

18 officiels, à cette époque-là, ont dit que ce n'était pas de leur

19 juridiction?

20 Réponse: Oui.

21 Question: On dit également que le général Djordjevic a été informé par le

22 chef du SUP; il a dit qu'il n'était pas possible de procéder à l'autopsie

23 ni d'enterrer les corps dans la région de Kladovo. Est-ce que c'est exact?

24 Réponse: C'est exact. C'est ce que nous avons appris et cela figure dans

25 la déclaration.

Page 8449

1 Question: Est-il vrai que Djordjevic avait donc donné un ordre et demandé

2 que le camion soit sorti?

3 Réponse: D'après la déclaration du chef de police à cette époque-là, c'est

4 vrai.

5 Question: Est-il vrai également que Djordjevic avait demandé également que

6 de sortir des cadavres, de les préparer pour le transport? Il avait dit

7 également que l'enterrement et l'autopsie devraient être pratiqués:

8 d'abord l'autopsie, ensuite, l'enterrement?

9 Réponse: D'après la déclaration du chef de police de l'époque, ceci figure

10 dans les documents.

11 Question: Dans votre communiqué, vous dites qu'il y avait un peu plus de

12 50 corps et qu'il s'agit également des corps que vous supposez d'origine

13 kosovare.

14 La question que je voudrais poser, étant donné qu'il y a note officielle

15 que votre groupe a fait et concernant également l'entretien avec le

16 plongeur Zika Djordjevic, il en ressort que, dans ce camion qu'il avait

17 ouvert, il y avait une trentaine de corps. Comment avez-vous pu dire qu'il

18 y en avait un peu plus de 50, alors que celui qui a ouvert le camion a dit

19 qu'il y en avait 30?

20 Réponse: C'est ce qu'il avait cité dans sa déclaration; c'était son

21 estimation globale. Par la suite, nous avons appris qu'il y en avait

22 beaucoup plus. Et ce chiffre de 50 a été accepté, généralement accepté, y

23 compris par M. Bosko Radojkovic jusqu'au moment où il n'avait pas procédé

24 aux calculs. Enfin, il a compté…

25 Question: Et pourquoi, dans votre rapport, n'y a-t-il pas de données qui

Page 8450

1 ressortent de votre interview avec le chef de police? Vous avez constaté,

2 page 2, que Djordjevic, le général Djordjevic, à cette époque-là, avait

3 dit qu'il était indispensable à l'autopsie des corps.

4 Réponse: Si mes souvenirs sont bons, nous avons marqué qu'il y avait un

5 ordre de sortir le camion, de sortir les corps, qu'on allait organiser le

6 transport et qu'à Belgrade, on allait procéder à l'autopsie et à

7 l'enterrement des corps. Ou bien, à un autre endroit, pour être plus

8 précis.

9 Question: Vous avez ici un certain nombre de déclarations. Zivadin

10 Djordjevic dit que, sur la porte, il y avait "Export/Import", donc la

11 désignation de l'entreprise. D'autres disaient qu'ils ne se souvenaient

12 plus des inscriptions "Skerlic" ou "Vukasin". Page 2, il est que c'était

13 marqué "Pec" ou "Prizren", etc.

14 Comment le groupe de travail a opté pour les versions, alors qu'il y en

15 avait plusieurs? Comment vous optez pour une version alors que vous avez

16 plusieurs versions? Comment vous avez procédé pour opter pour une version?

17 Réponse: Dans la déclaration de M. Radojkovic, technicien OUP Kladovo, est

18 marqué ce qu'il a vu sur la porte du camion.

19 Monsieur Radojkovic nous a expliqué, au cours de l'entretien que j'ai mené

20 moi aussi… Il nous a également fait les dix pièces à conviction. Et toutes

21 ces photographies, tous les autres documents ont été remis au Tribunal de

22 district de Belgrade, à l'époque. Ce qu'on peut voir sur les

23 photographies, c'est marqué "Progres Export, Prizren". Il y a quelques

24 téléphones et quelques télécopies. Par la suite, on avait procédé à

25 quelques vérifications à ce sujet-là.

Page 8451

1 M. Milosevic (interprétation): Bien. Mais dites-moi, Monsieur Karleusa,

2 tout à l'heure, vous avez avancé beaucoup de compliments au sujet de ce

3 technicien chargé des enquêtes en criminologie; vous avez parlé du fait

4 qu'il était expérimenté, appliqué au travail. Moi, je n'ai aucune

5 intention de le contester. Mais moi, j'ai des photographies en annexe de

6 votre déclaration, on me les a remises.

7 Il s'agit de dix photographies. Et toutes ces photographies montrent… On

8 voit d'abord le camion et le toit qui flotte; ensuite, il y a… Sur la

9 quatrième photographie, on voit des chaînes. Ensuite, cinquième

10 photographie: on voit le camion de profil. Ensuite, sixième photographie:

11 en gros plan, on voit donc la cabine du chauffeur.

12 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, un petit moment.

13 Mais il serait plus utile que de soumettre les photographies à M.

14 Radojkovic, c'est lui qui en parle. Ce serait beaucoup plus raisonnable,

15 peut-être, donc, de lui soumettre ces photographies. Il ne s'agit pas de

16 ce que vous voulez.

17 M. Milosevic (interprétation): Mais M. Karleusa était à la tête du groupe

18 de travail, par conséquent ce n'est pas contestable pour lui comment un

19 technicien chevronné, un technicien expérimenté qui a fait des

20 photographies, les a mises sous scellés, les a remises à la police… Il

21 s'agit des cadavres qui sont sortis du camion; et sur la photographie, il

22 n'y a absolument aucun cadavre. On voit le camion réfrigérant, mais ce qui

23 est essentiel, ce sont les cadavres. Et est-il possible que quelqu'un qui

24 rassemble les pièces à conviction de ce qui, éventuellement, aurait eu

25 lieu à cet endroit-là comporte les photographies des camions, des pneus,

Page 8452

1 de la cabine…? Et il n'y a pas de photographies de cadavres: comment vous

2 l'expliquez?

3 M. Karleusa (interprétation): C'est exactement la question que j'ai posée

4 à M. Radojkovic. Et lui, il m'avait dit qu'il avait commencé le constat au

5 cours de la procédure régulière; il a photographié ce qu'il a

6 photographié. Ensuite, on lui a demandé de s'arrêter, on lui a dit qu'on

7 n'allait pas procéder au constat. C'est pour cela qu'il s'est arrêté, il

8 n'a plus poursuivi ce qu'il a commencé. C'est la raison pour laquelle je

9 vous invite à poser cette question-là à M. Radojkovic; c'est lui qui doit

10 dire quelles sont les raisons pour lesquelles il n'a pas poursuivi.

11 Question: Est-ce que les personnes qui ont été tuées et qui ont été

12 exhumées, d'après les experts légistes, il y a beaucoup de cadavres qui

13 datent d'une période qui a précédé la guerre et bien avant?

14 Réponse: Nous n'avons pas de tels constats. Ce sont les membres de

15 l'équipe d'experts et, si je me souviens bien, d'après les entretiens que

16 j'ai eus avec eux, les cadavres ne sont pas d'une origine très lointaine,

17 mais datent d'une époque qui a précédé la guerre. Par conséquent, ce n'est

18 pas véritablement…, il ne s'agit pas de cadavres dont la date de la mort a

19 été très éloignée par rapport à la période dont on parle.

20 Question: Mais malgré les contradictions, malgré bien des inconnues, vous

21 avez, en quelques jours, pu aboutir à un certain nombre de conclusions;

22 vous avez organisé la conférence de presse, vous avez créé l'impression

23 qu'il s'agissait de cadavres d'origine du Kosovo. C'est la raison pour

24 laquelle je vous pose la question suivante: ne pensez-vous pas que c'était

25 quand même une campagne motivée, du point de vue politique, qui aurait dû

Page 8453

1 préparer ma remise au Tribunal et mon arrivée à La Haye de manière

2 illégale?

3 Réponse: Nous avons donné ce communiqué au moment où nous l'avons donné

4 personnellement, mon groupe de travail, et personne de mon groupe, d'après

5 mes connaissances, n'a été motivé par des raisons politiques que vous

6 évoquez maintenant. Ça, c'est mon point de vue.

7 Question: Compte tenu du fait qu'hier, lors de votre déposition, vous avez

8 parlé de la composition du groupe de travail -et vous n'avez pas cité les

9 noms, mais on peut conclure, d'après ce que vous avez dit, qu'il y avait

10 les deux lieutenants-colonels et puis, un commandant qui faisait partie du

11 groupe de travail, n'est-ce pas?

12 Réponse: Oui.

13 Question: Est-ce que c'est exact? Je ne vous ai pas bien entendu.

14 Réponse: Oui.

15 Question: Il y avait deux lieutenants-colonels et puis, il y avait un

16 commandant?

17 Réponse: Oui.

18 Question: Est-ce que, pour vous, il est logique que vous, en votre qualité

19 de capitaine qui est le plus bas, sur le plan du grade, vous soyez élu,

20 désigné comme chef au lieu de deux colonels et un commandant?

21 Réponse: Moi, j'ai été chef du groupe de travail, pas parce que j'ai ce

22 grade de capitaine, mais tout simplement parce que je suis adjoint du chef

23 de police qui était chargé des enquêtes en criminologie. Et ce n'était pas

24 véritablement le plus important, qui était à la tête de ce groupe. Je ne

25 vois pas le problème.

Page 8454

1 Question: Et est-ce que ceci a quelque chose à voir avec le fait que vous-

2 même, sur le plan professionnel, d'une autre façon, vous êtes en liaison

3 directe avec votre ministre Dusan Mihajlovic, en dehors de vos relations

4 professionnelles?

5 Réponse: Ce n'est pas exact.

6 Question: Monsieur Karleusa, pourriez-vous nous dire maintenant si

7 l'entreprise dont le copropriétaire est votre épouse est engagée pour

8 s'occuper des entreprises de Dusan Mihajlovic et de sa propriété privée?

9 Réponse: Ce n'est pas exact.

10 M. Milosevic (interprétation): Est-ce que vous affirmez que votre épouse

11 n'a pas cette entreprise, n'en est pas propriétaire et qu'elle n'a rien à

12 voir avec…

13 M. le Président (interprétation): Nous nous sommes déjà occupés de cette

14 question-là. Cela n'a rien à voir avec le procès. Nous avons entendu ce

15 que le témoin a dit.

16 M. Milosevic (interprétation): Il y a la pièce à conviction que je vais

17 vous soumettre. C'est un document qui a été enregistré auprès du Tribunal

18 commercial à Belgrade. Et l'on peut constater que l'entreprise dont je

19 parle s'appelle "Fito Centar" -et il s'agit de Svetlana Jan Karleusa-, de

20 Nouveau Belgrade, Pariske komune 61.

21 C'est votre épouse, n'est-ce pas?

22 M. Karleusa (interprétation): Oui.

23 M. Milosevic (interprétation): On peut lire ici également -il s'agit de

24 formulaires qui sont officiels- que c'est une société autonome. Svetlana

25 Jan Karleusa était directrice de l'entreprise et le reste, vous pouvez le

Page 8455

1 voir.

2 M. le Président (interprétation): Mais le témoin vous a répondu: il a dit

3 que ceci n'a strictement rien à voir avec sa déclaration. Le fait qu'il a

4 été désigné à la tête du groupe de travail n'a strictement rien à voir. Il

5 est un fait que son épouse a éventuellement une relation avec quelqu'un

6 d'autre, mais cela n'a rien à voir et ce n'est pas pertinent pour notre

7 affaire.

8 M. Milosevic (interprétation): Mais, Monsieur May, c'est très important de

9 savoir dans quelles relations il est actuellement avec le membre du

10 Gouvernement, avec son ministre, outre le fait qu'il travaille au MUP. Et

11 ses relations parallèles comptent, car c'est ce Gouvernement qui s'engage

12 sur une auto-humiliation...

13 M. le Président (interprétation): Non, vous savez que des discours

14 politiques ne sont pas permis ici.

15 Un petit moment, je vais délibérer.

16 (Les Juges se concertent sur le siège.)

17 Monsieur Karleusa, on avait avancé l'affirmation suivante -vous pourrez,

18 bien évidemment, la formuler de façon bien différente-: tout premièrement,

19 est-ce que votre épouse est directrice de cette société?

20 M. Karleusa (interprétation): Elle est copropriétaire et directrice de

21 l'entreprise en question.

22 M. le Président (interprétation): Concernant le ministre des Affaires

23 intérieures, quelles relations a-t-il avec cette société, pour comprendre

24 la situation?

25 M. Karleusa (interprétation): Cette société à la tête de laquelle se

Page 8456

1 trouve mon épouse ne s'occupe pas d'autres sociétés. Ce n'est pas elle qui

2 loue des locaux à Dusan Mihajlovic ou qui que ce soit en relation avec

3 Dusan Mihajlovic.

4 M. le Président (interprétation): Est-ce qu'il y a des relations

5 professionnelles entre Dusan Mihajlovic et l'entreprise de votre épouse?

6 M. Karleusa (interprétation): A ma connaissance, non. Non.

7 M. le Président (interprétation): Je pense que l'on avait également

8 affirmé que votre déclaration, dans cette affaire, a, en quelque sorte,

9 été influencée par un certain type de relation professionnelle qui

10 existait à ce niveau-là. C'est la raison pour laquelle nous voulions tout

11 simplement savoir ce que vous en pensiez.

12 M. Karleusa (interprétation): Mais ce n'est pas vrai du tout, cela n'a

13 rien à voir avec le président.

14 M. le Président (interprétation): Monsieur Milosevic, je vous en prie,

15 vous pouvez poursuivre. Vous avez encore le temps pour les deux questions

16 et, ensuite, votre temps est limité.

17 M. Milosevic (interprétation): Bon, Monsieur May, c'est une partie que

18 déjà…

19 Est-ce que vous voulez, maintenant, répondre à la question qui concerne

20 votre déclaration?

21 Je vais vous donner lecture du dernier paragraphe -je cite-: "On m'a dit

22 que les autres organes du ministère de l'Intérieur ou du ministère de la

23 Justice peuvent également nous demander de leur soumettre ces déclarations

24 pour les poursuites".

25 Ensuite: "Je ne donne pas -c'est souligné-, je n'autorise pas qu'une

Page 8457

1 partie de ma déclaration soit soumise aux organes selon les consignes du

2 Tribunal international pénal pour l'ex-Yougoslavie".

3 Pourquoi est-ce que, Monsieur Karleusa, ceci doit être la fonction du

4 témoignage dans un procès illégal à mon encontre, ou bien avez-vous une

5 autre raison?

6 Quelle est la raison pour laquelle vous soulignez que vous ne voulez pas

7 donner cette autorisation?

8 M. Karleusa (interprétation): Au moment où j'ai donné cette déclaration,

9 j'ai utilisé mes propres mots; ce sont les mots qui sont contenus dans ces

10 déclarations.

11 A la fin de ces déclarations, comme je peux le constater, c'est marqué

12 effectivement que je ne donne pas une telle autorisation. Mais, moi, je

13 n'ai jamais entendu parler d'une telle situation, qu'une telle situation

14 éventuellement aurait existé.

15 Ceci ne concernait pas les autorités de jurisprudence en Yougoslavie car

16 le Tribunal, le Bureau du Procureur en Yougoslavie peuvent, bien

17 évidemment, disposer de ma déclaration à tout moment, étant donné que ma

18 déclaration est à la disposition de l'équipe nationale qui coopère avec le

19 Tribunal international, du ministère fédéral des Affaires intérieures et

20 de l'équipe qui s'en occupe également au niveau du ministère.

21 Et puis, j'ai pensé, à cette époque-là, que ceci n'aurait pas dû être

22 diffusé dans le public, étant donné que je ne savais pas comment toutes

23 les affaires allaient se dérouler. Mais il est vrai que c'est à cela que

24 je pensais, et c'est comme ça.

25 M. Milosevic (interprétation): Monsieur Karleusa, étant donné une telle

Page 8458

1 opération d'écartement des cadavres que l'on veut faire dire que l'Etat

2 avait organisée, est-ce que, d'après vous, quelqu'un d'intelligent aurait

3 pu arrêter une telle décision?

4 M. le Président (interprétation): Mais ça, c'est un commentaire.

5 Monsieur Karleusa, vous pouvez ne pas répondre à la question.

6 Monsieur Milosevic, c'est à nous d'examiner; c'est la raison pour laquelle

7 vous devez avancer votre affirmation à ce sujet.

8 Monsieur Kay, je vous en prie.

9 M. Kay (interprétation): Le paragraphe 8 du résumé; je parle de la

10 dernière phrase au paragraphe 8.

11 Monsieur Karleusa, vous avez déposé aujourd'hui en disant que vous avez vu

12 une déclaration faite par M. Rade Markovic. Vous avez dit que cette

13 déclaration contenait une information consistant à dire que M. Milosevic a

14 ordonné que l'on efface les traces des crimes dans la région du Kosovo.

15 Vous vous rappelez avoir dit cela?

16 M. Karleusa (interprétation): Oui.

17 M. Kay (interprétation): Je suis à présent en train de regarder la

18 déclaration que vous avez faite le 27 mai de l'an 2002, donc cette année,

19 ainsi que le 3 juin dernier. Dans cette déclaration, vous affirmez la même

20 chose au sujet de l'ordre donné par M. Milosevic. Mais vous dites, ici:

21 "Je ne suis pas certain de la source de cette information, bien que j'en

22 ai été informé lors d'une réunion au MUP. Pour autant que je l'ai compris

23 cette information émanait vraisemblablement de l'un des participants à la

24 réunion chez Milosevic.

25 Pouvez-vous expliquer la différence qui existe entre ces propos que je

Page 8459

1 viens de citer et la déposition que vous avez faite aujourd'hui?

2 Réponse: Au moment où j'ai donné ma déclaration à M. John Zrelic,

3 l'enquêteur, je ne souhaitais pas affirmer quoi que ce soit au sujet de la

4 source de l'information. Je savais que la mention qui figurait sur le

5 document était qu'il s'agissait d'un document confidentiel. Je savais que

6 je ne pouvais donc pas en parler. Plus tard, j'ai vu que cela était

7 possible et c'est pour cela que je l'ai fait.

8 M. Milosevic (interprétation): Je n'ai pas d'autres questions.

9 (Interrogatoire principal supplémentaire du témoin, M. Dragan Karleusa,

10 par M. Shin.)

11 M. Shin (interprétation): Monsieur Karleusa, vous rappelez-vous à peu près

12 à quel moment l'accusé est arrivé à La Haye, et à quel moment a eu lieu

13 son transfert au Tribunal?

14 M. Karleusa (interprétation): C'était le jour de la Saint-Guy.

15 Question: Et c'est à quelle date?

16 Réponse: C'était en 2001.

17 Question: Les enquêtes qui ont été menées au sujet du camion réfrigérant

18 par le groupe de travail, ces enquêtes ont continué après cette date?

19 Réponse: Oui.

20 Question: Elles continuent toujours?

21 Réponse: Oui. Elles sont toujours en cours sur instruction du Bureau du

22 Procureur compétent en la matière.

23 Question: Quel est l'organe qui se charge de ces enquêtes, mis à part le

24 Bureau du Procureur que vous venez de mentionner?

25 Réponse: Sur requête du Procureur public compétent qu'il s'agisse de

Page 8460

1 Belgrade, de Negotin ou d'Uzice, le fait de recueillir les renseignements

2 ainsi que les faits pertinents relève de l'activité d'un département qui

3 fonctionne dans le cadre de l'administration chargée de la lutte contre la

4 criminalité organisée. Il s'agit du département qui s'appelle "Département

5 chargé des enquêtes portant sur les crimes de guerre et sur les enquêtes

6 concernant les personnes portées disparues".

7 Question: Etes-vous toujours responsable de cette enquête, vous-même?

8 Etes-vous toujours responsable de cela?

9 Réponse: Non. Personnellement, je n'exerce plus ces fonctions, mais je

10 suis chef-adjoint de l'administration qui comporte en son sein ce

11 département. Autrement dit, de manière indirecte, j'y participe. Mais de

12 manière directe, je ne mène aucune enquête et je n'entreprends aucune

13 action relative à cela. Cependant, je suis régulièrement informé de cette

14 affaire.

15 Question: Le groupe de travail existe-il encore?

16 Réponse: Le groupe de travail n'existe plus dans sa composition

17 antérieure. L'ensemble des tâches qui appartenaient à ce groupe de travail

18 a été transféré au département que je viens de vous citer.

19 Question: Dans votre déposition, vous avez dit que les exhumations sont

20 encore en cours cet été, du moins pour ce qui est d'un site à Batajnica;

21 est-ce exact?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Savez-vous s'il y aura d'autres exhumations à l'avenir,

24 seulement si vous le savez? Je parle des exhumations concernant Batajnica,

25 Petrovo Selo, le lac de Perucac, donc les trois sites que vous avez

Page 8461

1 mentionnés.

2 Réponse: Pour autant que je le sache, que ce soit personnellement ou dans

3 le cadre de mon groupe de travail, d'autres exhumations sont possibles sur

4 le site de Batajnica, c'est ce que nous avons dit. Et ces exhumations

5 dureront vraisemblablement le temps qu'il faudra pour les mener à leur

6 terme.

7 Question: Merci.

8 Monsieur Karleusa, pour ce qui est de la réunion qui s'est tenue en mars

9 de l'année 1999, je voudrais vous soumettre un document. J'aurais besoin

10 de l'aide de l'huissier.

11 (Intervention de l'huissier.)

12 S'il vous plaît, examinez attentivement ce document. J'ai des questions à

13 vous poser à son sujet.

14 (Le témoin s'exécute.)

15 M. Shin (interprétation): Monsieur le Président, Messieurs les Juges,

16 peut-on attribuer une cote pour identification à ce document? L'accusation

17 souhaite demander son versement au dossier par le truchement d'un autre

18 témoin et nous souhaitons uniquement le numéroter pour identification

19 aujourd'hui.

20 M. le Président (interprétation): Il s'agit de quel genre de document?

21 M. Shin (interprétation): Il s'agit d'une déclaration, de la déclaration

22 qui a été communiquée par Radomir Markovic à la police en Serbie.

23 M. le Président (interprétation): Le témoin peut-il tout d'abord

24 identifier ce document?

25 M. Shin (interprétation): J'ai des questions à lui poser à ce sujet.

Page 8462

1 M. le Président (interprétation): Oui.

2 M. Shin (interprétation): Monsieur Karleusa, vous vous rappelez avoir déjà

3 vu ce document?

4 M. Karleusa (interprétation): Non. Dans la forme, dans sa forme actuelle,

5 je n'ai jamais vu ce document. J'ai vu une déclaration semblable, mais qui

6 se présentait autrement; je l'ai vu lors de la réunion dont j'ai parlé.

7 Question: Monsieur Karleusa, quelle est la date qui figure sur le document

8 que vous avez sous les yeux?

9 Réponse: Le 2 juillet de l'an 2001 ou 2002, je n'en suis pas sûr. Or, ici,

10 dans le texte, on voit 2001, tandis que ce qui est écrit à la main est

11 difficilement lisible.

12 M. Shin (interprétation): Monsieur Karleusa, pouvez-vous expliquer de quel

13 genre de document il s'agit?

14 M. Kay (interprétation): Monsieur le Président, je dois soulever une

15 objection. Ce n'est pas un document qui a été fourni par le témoin. Je ne

16 comprends pas très bien quel est l'objet de ces questions.

17 M. le Président (interprétation): Monsieur Shin, vous pensez vraiment que

18 vous pouvez continuer dans le même sens?

19 M. Shin (interprétation): Nous aimerions savoir si le témoin a déjà vu ce

20 document et si ce document correspond au document au sujet duquel il a

21 déposé en disant qu'il l'a vu avant d'avoir délivré son communiqué au mois

22 de mai; il me semble que c'était en 2001.

23 M. le Président (interprétation): Il a dit que ce document ressemblait…

24 Vous voudriez peut-être lui demander si la tenue du document est

25 comparable?

Page 8463

1 M. Karleusa (interprétation): Oui, le contenu de ce document, pour la

2 plupart, est le même, ou semblable à ce que j'ai vu et sur quoi nous nous

3 sommes appuyés pour délivrer notre communiqué, sur quoi nous avons basé

4 nos conclusions. Mais le format n'est pas le même. Il me semble que

5 l'autre compte rendu était différent et il comportait plusieurs notes au

6 sujet d'un autre sujet, un autre point. Moi, je n'ai vu que ce qui

7 concernait mon domaine de compétence. Enfin, cela correspond à peu près,

8 il y a peut-être un peu plus de choses ici, ou bien je ne me souviens pas

9 très bien de l'autre.

10 M. le Président (interprétation): Je pense que l'on ne peut pas

11 poursuivre.

12 M. Shin (interprétation): Peut-on avoir une cote pour identification?

13 M. le Président (interprétation): Non, je pense que cela n'est pas

14 possible.

15 M. Kay (interprétation): Je voulais soulever la question de la date.

16 L'accusation devrait peut-être se reporter à la deuxième page et la

17 troisième page du document pour l'année, parce qu'on voit l'année 2002.

18 M. le Président (interprétation): Oui, le témoin ne peut pas identifier ce

19 document. Je demande que le document soit retourné à l'accusation.

20 (Intervention de l'huissier.)

21 M. Shin (interprétation): Monsieur le Président, Messieurs les Juges, le

22 Bureau du Procureur a reçu très récemment des rapports de la part de

23 l'Institut national espagnol de toxicologie. Il s'agit d'un rapport que

24 nous avons reçu, où sont expliqués des rapports portant sur les

25 échantillons de l'ADN. Le témoin Williams Fulton a déposé à ce sujet et il

Page 8464

1 nous indiquera que les corps du site de Batajnica laissent entendre de

2 manière hautement probable qu'il s'agit de personnes du Kosovo. Je ne sais

3 pas si vous souhaitez que je pose des questions à ce sujet. Nous pouvons

4 citer à la barre un autre enquêteur.

5 M. le Président (interprétation): Ce serait peut-être la manière la plus

6 efficace d'aborder ce point.

7 M. Shin (interprétation): Merci.

8 M. le Président (interprétation): Je vous remercie, Monsieur Karleusa,

9 d'être venu déposer devant le Tribunal pénal international. Vous pouvez

10 disposer.

11 (Le témoin, M. Dragan Karleusa, est reconduit hors du prétoire.)

12 M. Ryneveld (interprétation): L'accusation cite à la barre Bosko

13 Radojkovic.

14 M. Robinson (interprétation): Il me semble que c'est d'un jalon que nous

15 pouvons parler en citant ce témoin dans l'ordre de comparution.

16 M. Ryneveld (interprétation): Excusez-moi, j'écoutais un autre canal.

17 M. Robinson (interprétation): Mais j'essayais de vous dire que c'est le

18 centième témoin de l'accusation.

19 M. Ryneveld (interprétation): Je vous remercie, je suis un petit peu perdu

20 dans les nombres.

21 En attendant que le témoin n'arrive, Monsieur le Président, Messieurs les

22 Juges, durant la déposition de ce témoin, j'ai l'intention de lui montrer

23 une série de dix photographies que la Chambre a probablement déjà reçues,

24 ainsi que le résumé de sa déclaration que j'ai préparé. Le Greffe a-t-il

25 reçu les copies?

Page 8465

1 Tout simplement, j'essaie de gagner du temps.

2 (Intervention du Greffe.)

3 (Le témoin, M. Bosko Radojkovic, est introduit dans le prétoire.)

4 M. le Président (interprétation): Le témoin peut-il prononcer la

5 déclaration solennelle?

6 M. Radojkovic (interprétation): Je déclare solennellement que je dirai la

7 vérité, toute la vérité et rien que la vérité.

8 M. le Président (interprétation): Veuillez vous asseoir.

9 M. Radojkovic (interprétation): Je vous remercie.

10 (Interrogatoire principal du témoin, M. Bosko Radojkovic, par M.

11 Ryneveld.)

12 M. Ryneveld (interprétation): Monsieur Radojkovic, pouvez-vous décliner

13 votre identité à l'intention de la Chambre, s'il vous plaît?

14 M. Radojkovic (interprétation): Bosko Radojkovic.

15 Question: Monsieur, vous avez 46 ans, si ne me trompe pas. Vous êtes

16 policier, vous travaillez comme technicien supérieur chargé des enquêtes

17 criminelles auprès du ministère de l'Intérieur serbe de Kladovo; est-ce

18 exact?

19 Réponse: Oui.

20 Question: En tant que technicien des enquêtes criminelles ou

21 d'identification des lieux du crime, est-ce que cela comprend les actions

22 telles que le fait de prendre des photographies, de recueillir des

23 empreintes digitales, de vous rendre sur les lieux du crime ou sur les

24 lieux où l'on suppose que des crimes se sont produits, ont été perpétrés?

25 Réponse: Oui.

Page 8466

1 Question: Et depuis combien de temps faites-vous cela au sein de la police

2 de Serbie?

3 Réponse: Cela fait 25 ans.

4 Question: En tant que technicien chargé de l'examen des scènes du crime,

5 avez-vous eu l'occasion de vous occuper des corps qui ont séjourné dans

6 l'eau?

7 Réponse: Oui.

8 Question: Pouvez-vous citer un domaine particulier d'expérience, pour ce

9 qui est des corps ayant séjourné dans l'eau?

10 Réponse: Compte tenu de l'endroit où je travaille, c'étaient, pour

11 l'essentiel, des corps retrouvés dans le fleuve Danube.

12 Question: Durant votre travail, je suppose que vous avez retrouvé des

13 corps dont le moment du décès était plus ou moins récent?

14 Réponse: Oui.

15 Question: Avez-vous jamais eu l'occasion de devoir déterminer la durée du

16 séjour dans l'eau des corps?

17 Réponse: Oui. Avec le médecin et l'équipe chargée de dresser le constat.

18 Question: Oui. D'un point de vue général, j'aimerais maintenant que l'on

19 se reporte au 5 avril de l'année 1999. Vous a-t-on demandé de vous rendre

20 sur les lieux au bord du fleuve Danube près du village de Tekija, dans la

21 municipalité de Kladovo?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Dites-nous, Monsieur, comment cela s'est fait. Comment êtes-vous

24 allé sur le site près du Danube et qu'avez-vous vu lorsque vous y êtes

25 arrivé, le 5 avril 1999?

Page 8467

1 Réponse: C'est le policier de garde qui nous a informés du fait qu'un

2 pêcheur avait repéré un objet échoué ou flottant et que cela ressemblait à

3 un camion. Comme il arrive très fréquemment qu'il y ait des véhicules qui

4 se retrouvent dans le Danube en quittant la route, eh bien, j'ai appelé un

5 technicien qui avait l'habitude de se rendre avec nous sur les lieux, donc

6 quelqu'un qui était de la police de Kladovo, et nous y sommes allés

7 ensemble.

8 Question: Vous rappelez-vous à quel moment de la journée c'était: le

9 matin, le midi, l'après-midi? Vous rappelez-vous?

10 Réponse: Je me souviens de l'appel reçu par le policier de garde. C'était

11 vers 13 heures qu'il m'a appelé par téléphone ou peut-être un peu plus

12 tôt, midi ou 13 heures, quelque chose comme cela.

13 Question: Et vous vous êtes rendu sur les lieux dans l'après-midi, c'est

14 cela?

15 Réponse: Oui, oui. Dès que j'en ai été informé, je m'y suis rendu sur-le-

16 champ.

17 Question: Et qu'avez-vous vu sur place, lorsque vous y êtes arrivé?

18 Réponse: A une vingtaine ou à une trentaine de mètres de l'eau ou de la

19 rive, j'ai vu quelque chose qui ressemblait à un caisson blanc; cela

20 pouvait être donc un caisson qui appartenait à un camion. Il était fermé.

21 En fait, ce n'était que le haut, la partie supérieure de ce caisson.

22 Question: Lorsque vous dites que ce n'était que la pointe, est-ce que vous

23 voulez dire qu'on n'en voyait que très peu? Etiez-vous en mesure de

24 déterminer, depuis la route, de quoi il s'agissait? Pouviez-vous en être

25 sûr?

Page 8468

1 Réponse: On pouvait considérer qu'il s'agissait d'un camion qui avait ce

2 caisson de chargement fermé, mais le camion était dans l'eau.

3 Question: Lorsque vous l'avez vu, avez-vous donné des instructions à qui

4 que ce soit de faire quelque chose? Avez-vous lancé une enquête pour

5 savoir s'il s'agissait bien d'un camion?

6 Réponse: Oui. Le plongeur a enfilé sa combinaison et il a plongé. Ensuite,

7 il est sorti de l'eau et il m'a dit qu'il s'agissait d'un camion, qu'il

8 n'y avait personne dans la cabine, que le pare-brise était tombé, qu'il

9 s'agissait vraisemblablement d'un camion de marque Mercedes et qu'il

10 s'agissait d'une remorque qui ressemblait à celle d'un camion réfrigérant.

11 Question: C'était à peu près à quel moment de la journée?

12 Réponse: Peut-être vers 16 heures, 16 heures de l'après-midi, car le

13 plongeur a eu besoin d'un petit peu de temps pour enfiler la combinaison,

14 prendre le matériel, descendre. Et il a passé pas mal de temps dans l'eau

15 en inspectant cette chose dans l'eau.

16 Question: Quel était le niveau du Danube, à ce moment-là? C'était la marée

17 haute ou la marée basse? Pouvez-vous le dire?

18 Réponse: Je ne me souviens pas très bien quel était le niveau de l'eau; je

19 pense que c'était plutôt plus que la moyenne.

20 Question: Avez-vous pris des photographies au cours de cet après-midi ou

21 dans la soirée du 5 avril 1999?

22 Réponse: Non, je crois que non. Je pense que je n'ai pas pris de

23 photographies, puisque c'était déjà à la tombée de la nuit.

24 Question: Puisque c'était au crépuscule et puisque vous n'avez pas trouvé

25 de personnes dans la cabine, qu'avez-vous entrepris, par la suite?

Page 8469

1 Réponse: Le plongeur a refait une deuxième plongée, une descente. Et il a

2 utilisé un seau en plastique ainsi qu'une corde en plastique pour

3 identifier le site, pour pouvoir retrouver l'objet qui était dans l'eau,

4 le lendemain matin, grâce à ces marques, si donc l'eau devait l'emporter,

5 le faire dériver. Je ne me souviens plus si on l'a attaché ou non.

6 Question: Donc après avoir marqué l'endroit où se trouvait le véhicule,

7 vous êtes parti, vous n'êtes plus revenu dans la soirée?

8 Réponse: Oui, nous sommes allés au commissariat de police.

9 Question: Vous avez dit que vous aviez l'intention d'y retourner le

10 lendemain; l'avez-vous fait? Et si vous l'avez fait, qu'avez-vous

11 entrepris, une fois revenu sur le site?

12 Réponse: Il y avait une centrale électrique à côté qui s'appelle "Djerdap"

13 et nous avons tout organisé pour que, dans la matinée du 6 avril, donc le

14 lendemain, on nous fournisse une grue pour tirer cet objet du fond de

15 l'eau. Le plongeur, moi-même et un collègue de la police, eh bien, nous

16 sommes allés sur les lieux. Et je pense qu'il y avait déjà, sur le site,

17 une dizaine, une quinzaine d'ouvriers avec la grue; ces ouvriers venaient

18 de la centrale électrique.

19 Question: Qu'avez-vous fait avec la grue? Vous avez réussi à tirer, à

20 extraire le véhicule de l'eau?

21 Réponse: Oui. Lentement, nous l'avons fait. Le plongeur est resté tout le

22 temps immergé et il a essayé de redresser les roues en tournant le volant,

23 parce que c'était à une profondeur considérable. Il y avait pas mal de

24 boue au fond du lit du fleuve et donc, le plongeur a aidé. Et il nous a

25 fallu beaucoup de temps et beaucoup d'efforts pour tirer le véhicule.

Page 8470

1 Question: Et enfin, vous avez réussi à l'installer au bord du fleuve,

2 n'est-ce pas?

3 Réponse: Oui.

4 Question: Après l'avoir fait, vous êtes-vous mis à prendre des

5 photographies de ce véhicule?

6 Réponse: Oui. Le 6 avril, quand je suis arrivé sur les lieux, j'ai pris

7 quelques photographies dans la position où on a trouvé cet objet et puis,

8 également, quelques photographies montrant le camion émergeant de l'eau, à

9 la surface.

10 M. Ryneveld (interprétation): Et parmi les photographies que vous avez

11 faites ce jour-là et le lendemain, j'ai ici une série de dix photographies

12 que vous nous avez remises. J'aimerais que l'on montre ces photographies

13 au témoin.

14 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, ce que je propose, c'est de

15 les faire enregistrer en bloc, en tant que pièce à conviction unique.

16 Chacune des photographies est numérotée de 1 à 10, et on trouve notre

17 numéro d'enregistrement; les numéros internes de ces photographies vont de

18 K0226128 à K0226137. Si cela vous convient, on pourrait procéder de la

19 sorte.

20 M. le Président (interprétation): Oui, nous allons affecter une cote à ces

21 photographies.

22 Mme Anoya (interprétation): Pièce à conviction de l'accusation 275.

23 M. Ryneveld (interprétation): Merci. Monsieur le Témoin, vous avez donc

24 sous les yeux ces photographies. Vous les avez prises les 6 et 7 avril,

25 n'est-ce pas?

Page 8471

1 M. Radojkovic (interprétation): Oui.

2 Question: Très bien. Regardons les premières photographies; on les voit

3 sur le rétroprojecteur.

4 Cette première photographie est-elle donc la toute première que vous avez

5 prise après que le véhicule ait été sorti de l'eau avec l'aide d'une grue?

6 Réponse: Oui, je crois que c'est la toute première.

7 Question: La deuxième photographie, est-ce que la deuxième est un gros

8 plan de la première?

9 Réponse: Oui, elle est prise à une distance moins importante.

10 Question: Pour que tout soit clair, Monsieur, lorsque vous y étiez, la

11 veille, c'est-à-dire le 5 avril, avant que le camion ne soit complètement

12 sorti de l'eau, pouvez-vous nous dire quelle était la partie du camion qui

13 était visible?

14 Réponse: Eh bien, je peux vous le montrer. Vous voyez la ligne sombre, ici

15 dans le coin supérieur droit du camion? C'est la saleté qui se trouvait

16 dans l'eau qui a fait cette marque sur le camion.

17 Question: Donc, si nous regardons la caisse du camion, si on peut

18 l'appeler ainsi, donc le triangle qui reste à partir de cette marque

19 noire, on se rend compte que seul le haut de ce petit triangle était

20 visible à vos yeux, n'est-ce pas? Le reste du véhicule était sous l'eau?

21 Réponse: Exact.

22 Question: Je vois. Passons maintenant à la troisième photographie, c'est

23 un gros plan du camion alors qu'il est un peu plus sorti de l'eau?

24 Réponse: On voit déjà les roues arrière.

25 Question: J'aimerais que nous passions quelque temps sur cette

Page 8472

1 photographie. Lorsque vous avez procédé à l'enlèvement de ce camion hors

2 de l'eau, qu'est-ce que vous avez remarqué à l'arrière du camion?

3 Réponse: J'ai remarqué que la moitié de la porte, celle de droite avait

4 été enfoncée et que, à travers ce petit espace, on voyait poindre un bras,

5 une main et deux pieds.

6 Question: C'est un peu difficile à voir sur l'écran, mais je vous

7 demanderai de bien vouloir utiliser le pointeur. Ou plutôt, je vous

8 demande d'abord si l'une quelconque des parties de corps humains que vous

9 venez de décrire comme étant visible, si on les voit sur cette

10 photographie?

11 Réponse: Oui. On voit un pied, ici.

12 Question: Vous venez de placer votre pointeur un tout petit peu à gauche

13 du marchepied que l'on voit dans le coin inférieur droit de la caisse du

14 camion à l'arrière, c'est bien cela? On voit quelque chose qui ressemble à

15 un pied, juste à cet endroit-là. Vous pouvez remettre le pointeur sur ce

16 pied?

17 Réponse: Oui, c'est ici, vous voyez; c'est cette partie du corps que l'on

18 voit ici.

19 Question: Qu'avez-vous fait, par rapport à cette partie de corps humain ou

20 de tout autre partie de corps humain, d'ailleurs?

21 Réponse: Je dois ajouter que le plongeur m'avait informé, avant même que

22 la partie arrière du camion ne soit sortie de l'eau, qu'à travers cette

23 ouverture, cet enfoncement de la porte à l'arrière, on voyait poindre

24 quelque chose qui ressemblait à un pied et à des bras. Et le plongeur

25 m'avait demandé ce qu'il convenait de faire.

Page 8473

1 Mais nous étions sur la rive, le camion n'était pas très loin de la rive,

2 donc je lui ai dit: "Ecoute, ne fais rien pour le moment. Sortons le

3 camion de l'eau et nous verrons, ensuite".

4 Et lorsque l'arrière du camion est sorti de l'eau et a été ramené sur le

5 sol, j'ai vu ce pied que l'on voit encore ici sur la photographie. Et il y

6 avait d'autres pieds et deux mains qui sortaient du camion également, mais

7 moins que celui-ci que j'ai enfoncé à l'intérieur du camion de mes mains;

8 après quoi, j'ai fermé l'ouverture avec des planches.

9 Question: Donc vous avez poussé les parties de corps humains que l'on

10 voyait émerger hors du camion à l'intérieur et ensuite, vous avez scellé

11 l'ouverture; c'est bien cela?

12 Réponse: Oui.

13 Question: Une fois que vous avez fini ce travail, Monsieur, quelle heure

14 était-il, le 6 avril? Est-ce que quelque temps s'était écoulé?

15 Réponse: Oui, je crois qu'il était déjà aux alentours de midi, 13 heures,

16 peut-être même davantage.

17 Question: Etiez-vous sur les lieux accompagné uniquement du plongeur ou y

18 avait-il également d'autres responsables de la police ou d'ailleurs,

19 présents également au moment où vous avez découvert le camion?

20 Réponse: Un de mes collègues qui travaille à la police judiciaire était

21 également avec moi et il y avait deux policiers qui faisaient la

22 circulation sur la route. Et, par ailleurs, il y avait une quinzaine

23 d'ouvriers de la centrale hydroélectrique qui manipulaient les grues, les

24 leviers et autres instruments.

25 J'ajouterai, si vous me le permettez, que lorsque le camion est sorti de

Page 8474

1 l'eau, très peu de temps après la sortie du camion, nous avons informé le

2 Procureur adjoint de Kladovo et le Juge d'instruction de Kladovo en leur

3 demandant de venir sur place, parce que nous étions presque à la fin de

4 notre travail consistant à sortir le camion de l'eau, et ils sont arrivés.

5 Question: Donc vous les avez appelés lorsque vous vous êtes rendu compte

6 que ce véhicule contenait des corps humains, n'est-ce pas?

7 Réponse: Oui.

8 Question: Avez-vous attendu leur arrivée ou avez-vous fait quelque chose

9 entre-temps déjà? Et je ne parle plus de l'enlèvement du camion ou de ce

10 moment où vous avez rentré les parties de corps humains à l'intérieur du

11 camion et bouché le trou. Après cela, avez-vous fait quelque chose

12 d'autre?

13 Réponse: Non, nous n'avons plus rien fait. Nous avons attendu l'arrivée du

14 Procureur et du juge d'instruction.

15 Question: Etaient-ils loin? Est-ce qu'il leur a fallu longtemps pour

16 arriver?

17 Réponse: Non, nous n'avons pas attendu longtemps. Vous savez, il a été

18 très, très difficile de sortir ce camion de l'eau; cela a été très

19 difficile. Et je crois qu'ils sont arrivés même un peu avant que le camion

20 ne soit complètement sorti.

21 Question: Bien. Passons maintenant, Monsieur, si vous le voulez bien, à la

22 photographie suivante.

23 Cela apparaît comme une photographie de l'arrière du même camion avant que

24 vous n'ayez bouché le trou. Et on voit des chaînes, une chaîne. Lorsque

25 vous avez vu le camion, était-il identique à cela?

Page 8475

1 Réponse: Oui. A peu près au milieu de la porte, il y avait un système de

2 fermeture sécurisée, c'est-à-dire une chaîne et un cadenas.

3 Question: Qu'avez-vous fait vis-à-vis de cette chaîne, si vous avez fait

4 quelque chose? Et pourquoi?

5 Réponse: Lorsque le juge d'instruction et le procureur sont arrivés pour

6 ouvrir la porte, j'ai essayé de briser cette chaîne, mais je n'y suis pas

7 arrivé. Donc j'ai décidé d'enfoncer le cadenas, de forcer le cadenas.

8 Question: Une fois que vous avez fait cela, avez-vous pu ouvrir la porte

9 du véhicule?

10 Réponse: Oui, j'ai ouvert la porte.

11 Question: Dites-nous ce que vous avez vu à l'ouverture de la porte?

12 Réponse: J'ai vu un tas de cadavres.

13 Question: Lorsque vous avez vu cela, qu'avez-vous fait, si vous avez fait

14 quelque chose?

15 Réponse: Dès que j'ai vu cela, j'ai refermé la porte et j'en ai informé le

16 juge d'instruction qui était tout près; je lui ai dit ce qu'il y avait

17 dans le camion.

18 Question: Avez-vous reçu des instructions ou un signe d'intérêt ou de

19 manque d'intérêt de sa part?

20 Réponse: Le juge m'a demandé quel était le nombre des cadavres contenus

21 dans le camion. J'ai répondu que ce nombre était important et, à ce

22 moment-là, le juge a dit que ce n'était plus de la compétence du Tribunal

23 de Kladovo et qu'il convenait d'en informer le Tribunal de district à

24 Negotin. J'ai proposé d'ouvrir une nouvelle fois la porte pour lui montrer

25 les cadavres, mais il m'a dit que ce n'était pas nécessaire.

Page 8476

1 Question: Qu'avez-vous fait, ensuite?

2 Réponse: A ce moment-là, il avait été dit aux policiers qu'il fallait

3 créer un périmètre de sécurité et n'autoriser l'entrée du site à personne.

4 Et après cela, je suis retourné au poste de police de Kladovo avec mes

5 collègues.

6 Question: Avant de refermer la porte du camion, aviez-vous montré

7 l'intérieur du camion à l'un quelconque de vos collègues?

8 Réponse: Oui. Il y a deux de mes collègues qui l'ont vu et puis peut-être,

9 aussi, d'autres personnes qui se trouvaient un peu plus loin qui auraient

10 vu tout cela de loin. Mais mes deux collègues, oui, ils l'ont certainement

11 vu.

12 Question: Mais en tout état de cause, ce que je comprends, c'est que vous

13 avez refermé la porte; vous avez bouché ou couvert le trou, mais avez-vous

14 fermé le camion de façon sécurisée?

15 Réponse: Oui. Les ouvriers de la centrale hydroélectrique ont pris une

16 grosse branche d'un tilleul qui se trouvait non loin et ils en ont fait un

17 système de fermeture sécurisée.

18 M. Ryneveld (interprétation): Eh bien, avant de poursuivre...

19 M. le Président (interprétation): Nous allons suspendre; l'heure de la

20 pause est arrivée.

21 Monsieur Radojkovic, nous allons suspendre l'audience pendant vingt

22 minutes. Je vous demanderai de ne pas…, pendant cette pause et toutes les

23 autres, que vous n'êtes pas autorisé à parler du contenu de votre

24 déposition à personne. Et cette remarque concerne également les

25 représentants du Bureau du Procureur.

Page 8477

1 Veuillez vous retrouver dans cette salle dans vingt minutes.

2 (L'audience, suspendue à 12 heures 15, est reprise à 12 heures 42.)

3 M. le Président (interprétation): Monsieur Ryneveld, vous pouvez y aller.

4 M. Ryneveld (interprétation): Monsieur le Témoin, juste avant la pause

5 vous nous avez dit qu'après avoir appelé les responsables locaux pour

6 qu'ils viennent sur place et qu'ils aient refusé, vous avez montré à votre

7 collègue ce qu'il y avait dans le camion et vous avez fermé la porte du

8 camion. Et je crois comprendre qu'après cela, vous êtes allé au poste de

9 police.

10 Mais juste avant de faire cela, avez-vous pris d'autres photographies de

11 la porte du camion? Et, si oui, je vous demanderai de regarder les

12 photographies 5 et 6.

13 M. Radojkovic (interprétation): Oui, j'ai pris encore quelques autres

14 photographies. Ce sont des photographies qui ont été prises encore qu'on

15 essayait de faire sortir le camion de l'eau.

16 Question: Du côté passager -si je puis l'appeler ainsi- de la porte, on

17 voit une inscription. Et sur la photographie n°6, on voit mieux cette

18 inscription. Est-ce bien dans cet état qu'était la porte du camion le 6

19 avril, lorsqu'il a été sorti du Danube?

20 Réponse: Oui, il était dans cet état précis. Et vous voyez que les roues

21 avant sont encore dans l'eau.

22 Question: Que peut-on lire sur cette porte? Pourriez-vous le lire à haute

23 voix?

24 Réponse: Il est écrit: "Pic Progress, abattoir d'exportation, numéro de

25 téléphone, numéro de fax et Prizren".

Page 8478

1 Question: Avez-vous remarqué une plaque d'immatriculation à l'avant ou à

2 l'arrière du véhicule?

3 Réponse: Non, il n'y avait pas de plaque.

4 Question: En tout cas, Monsieur, une fois que vous avez sécurisé la scène,

5 suis-je en droit de comprendre que ce jour-là, le 6 avril 1999, vous êtes

6 retourné au poste de police?

7 Réponse: Oui, en fin d'après-midi, début de soirée.

8 Question: Lorsque vous êtes arrivé au poste de police, avez-vous informé

9 les responsables du poste de ce que vous aviez vu et de ce que vous aviez

10 fait?

11 Réponse: Oui, j'en ai informé le chef de la police locale, chef du service

12 d'enquête judiciaire de la police de Kladovo. J'ai donc informé ces deux

13 hommes et je ne sais plus si j'ai peut-être aussi informé leurs

14 assistants.

15 Question: Vous rappelez-vous leurs noms?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Pourriez-vous les dire?

18 Réponse: Le chef du SUP de Kladovo est Vukasin Skerlic et le chef du

19 groupe chargé des enquêtes criminelles est Milan Stevanovic. Et mon

20 collègue était sûrement là, Nenad Popovic, ainsi que Momcilo Sujranovic;

21 c'est à peu près cela.

22 Question: Lorsque vous avez fait votre rapport, avez-vous reçu des

23 instructions quant aux mesures ultérieures que vous étiez tenu de prendre,

24 s'il y avait de telles mesures?

25 Réponse: Oui, selon la procédure normale, nous avons remis un rapport au

Page 8479

1 SUP régional de Bor où nous disions ce que nous avions trouvé dans ce

2 camion, une fois sorti du Danube. Et comme tout cela se passait pendant

3 les bombardements de la Yougoslavie par l'OTAN, que l'événement s'est

4 déroulé à la frontière de la République avec la Roumanie et que la

5 Roumanie avait autorisé l'OTAN à utiliser son espace aérien pour ses

6 bombardements, du côté roumain du Danube; c'est-à-dire tout près du lieu

7 de l'événement, c'est-à-dire à peine 1.000 mètres -ce qui, sur l'eau, est

8 une distance très faible-, se trouvaient les bateaux patrouilleurs, les

9 vedettes roumaines. Donc nous avons pensé qu'ils avaient peut-être vu ce

10 qui se passait avec ce camion.

11 Et comme l'inscription qui figure sur la porte du camion est peut-être

12 associée à quelque chose qui se serait passé au Kosovo, lors de la réunion

13 que nous avons organisée le soir, nous avons décidé de recouvrir

14 l'inscription de la porte, de façon à ce que cette inscription n'attire

15 pas des conséquences négatives du point de vue des bombardements.

16 Question: Vous a-t-on dit de faire quelque chose ou avez-vous pris

17 personnellement la décision de faire quelque chose, dans ces conditions?

18 Réponse: On m'a dit de recouvrir, d'une façon ou d'une autre, cette

19 inscription, de façon à ce qu'on ne puisse pas la lire de loin et à ce que

20 le public ne puisse pas y avoir accès.

21 Question: Qui vous a dit de faire cela?

22 Réponse: Précisément, je ne sais pas. Mais, en tout cas, cela m'a été dit

23 par un représentant de la police locale, soit le chef de la police, soit

24 le chef du groupe; enfin, nous nous sommes entendus sur la façon de

25 procéder pour le faire.

Page 8480

1 Question: En conséquence de cela, qu'avez-vous fait un peu plus tard dans

2 la soirée, ce jour-là, si vous avez fait quelque chose?

3 Réponse: En effet, le soir, je me suis procuré une bombe de peinture pour

4 voiture d'une couleur similaire à celle du camion et je me suis rendu sur

5 les lieux. Il faisait nuit et très rapidement, à la hâte, j'ai couvert les

6 inscriptions qui étaient présentes sur la porte du passager et sur la

7 porte du chauffeur du camion.

8 Question: Sur les photographies 5 et 6 de la pièce à conviction 275, nous

9 ne voyons que l'inscription qui figurait sur la porte du passager. Mais y

10 avait-il la même inscription sur la porte du conducteur?

11 Réponse: Oui, identique.

12 Question: Donc vous êtes retourné sur les lieux, la nuit, avec cette bombe

13 de peinture. Et qu'avez-vous fait, à ce moment-là, si vous avez fait

14 quelque chose, en rapport avec la porte de ce camion?

15 Réponse: Eh bien, j'ai bombé la porte du camion à la hâte avec cette

16 peinture pour masquer, cacher l'inscription.

17 Question: Vous nous avez dit un peu plus tôt qu'il n'y avait pas de

18 plaques d'immatriculation sur ce véhicule. Avez-vous fait quelque chose en

19 rapport avec les plaques d'immatriculation?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Qu'avez-vous fait?

22 Réponse: Au poste de police de Kladovo, je me suis procuré de vieilles

23 plaques d'immatriculation de Bor et je les ai un petit peu abîmées pour

24 qu'elles n'aient pas l'air trop neuf. Et la même nuit, cette nuit où j'ai

25 peint l'inscription avec un aérosol de peinture, j'ai placé une plaque

Page 8481

1 d'immatriculation à l'arrière et à l'avant du véhicule.

2 Question: Et ensuite, vous êtes retourné chez vous?

3 Réponse: Oui, je suis rentré à la maison.

4 Question: Etes-vous revenu le lendemain pour prendre d'autres

5 photographies?

6 Réponse: Oui. Le lendemain matin, je suis retourné sur les lieux, toujours

7 accompagné de mes collègues de la police de Kladovo et j'y ai retrouvé un

8 groupe important d'ouvriers de la centrale électrique ainsi qu'une grue,

9 qui était plus grande que la grue utilisée la veille.

10 Question: Que pouvez-vous nous dire... Enfin, je reformule. Vous avez pris

11 des photographies; j'aimerais vous demander de regarder les photographies

12 7 et 8.

13 (Intervention de l'huissier.)

14 La n°7 d'abord, celle qui est actuellement sur le rétroprojecteur. C'est

15 une photographie que vous avez prise vous-même. Est-ce bien le même camion

16 que celui que vous aviez déjà vu les 5 et 6 avril 1999?

17 Réponse: Oui.

18 Question: A présent, on ne voit plus aucune inscription sur la porte,

19 n'est-ce pas?

20 Réponse: En effet.

21 Question: Ce sont des photographies en noir et blanc. Vous rappelez-vous

22 quelle était la couleur du camion?

23 Réponse: Verte.

24 Question: Avez-vous utilisé un aérosol de peinture, une bombe de peinture

25 de la même couleur pour recouvrir l'inscription?

Page 8482

1 Réponse: Oui, mais je n'ai pas trouvé exactement le même ton.

2 Question: Bien. Mais, enfin, vous avez réussi à recouvrir l'inscription,

3 n'est-ce pas?

4 Réponse: Oui.

5 Question: Regardons la photographie n°8. Dites-vous avoir placé la plaque

6 d'immatriculation à l'avant, à l'arrière ou aux deux extrémités? Je ne me

7 rappelle plus très bien ce que vous avez dit. Est-ce qu'on voit ici une

8 plaque d'immatriculation à l'arrière?

9 Réponse: A l'avant, la plaque était attachée avec un fil de fer et à

10 l'arrière, je l'ai fixée un peu mieux avec des boulons. Mais on ne la voit

11 pas très bien, d'emblée. Il faut s'approcher pour la voir. J'ai utilisé un

12 marteau et d'autres instruments pour la rayer un petit peu.

13 Question: L'avez-vous recouverte de poussière, de boue ou de quelque

14 chose?

15 Réponse: Oui. J'ai pris de la vase du Danube et je l'ai badigeonnée avec

16 cela, une fois que j'avais placé la plaque sur le camion.

17 Question: Est-ce que la plaque d'immatriculation est visible à l'arrière

18 du véhicule et, si oui, pourriez-vous placer le pointeur sur la plaque,

19 parce que moi je la discerne mal? Pourriez-vous nous la montrer?

20 Réponse: Je crois qu'on ne la voit pas sur la photographie, mais elle

21 était en bas, à gauche. La photographie a été prise sans flash, donc il

22 est possible qu'on ne la voie pas, mais elle se trouvait en bas à gauche.

23 Question: Peut-être pourriez-vous nous la montrer sur les photographies 9

24 et 10, car vous avez pris encore deux autres photographies ce même jour,

25 n'est-ce pas?

Page 8483

1 (Le témoin s'exécute.)

2 Réponse: Je crois que la plaque se trouve ici. Vous voyez la petite ligne

3 blanche un peu... plus large qu'une ligne? Je crois que c'est cela.

4 Question: Très bien. Les photographies 9 et 10 montrent aussi, à

5 l'évidence, que vous avez fait quelque chose à l'arrière pour cacher ce

6 qu'il en était.

7 Avez-vous fixé une pièce de quelque nature que ce soit sur le trou qui se

8 trouvait à l'arrière, au milieu de la porte de droite du camion?

9 Réponse: Oui, c'est moi qui ai placé cela à cet endroit.

10 Question: Très bien, Monsieur.

11 Donc, vous voyez les responsables de la police. Et je vous demande si la

12 police était présente sur la scène de l'incident le 7, donc après que vous

13 ayez pris ces photographies et après que la grue de taille plus grande ait

14 sorti le camion encore davantage de l'eau?

15 Réponse: Je n'ai pas bien compris votre question.

16 Question: Oui, je n'ai pas été très clair, c'est ma faute. Je crois

17 comprendre que le 7, d'après ce que vous nous avez dit, vous avez pris

18 d'autres photographies. Vous nous avez également parlé d'une grue qui

19 était plus grande que celle de la veille. Avez-vous utilisé cette grande

20 grue pour tirer complètement le véhicule hors de l'eau?

21 Réponse: Non.

22 Question: Cette grande grue qui était là le 7 a-t-elle été utilisée, a-t-

23 elle servi?

24 Vous comprenez ma question ou l'ai-je mal formulée?

25 Réponse: Sur les lieux, il y avait d'abord une grue moins grande. Enfin,

Page 8484

1 c'était une grande grue, mais pas suffisamment grande pour pouvoir tirer

2 ce véhicule. Et c'est le lendemain qu'une grosse grue a été utilisée.

3 Question: Bien. Eh bien, si quelque chose a été fait à l'aide de cette

4 grue, qu'est-ce qui a été fait?

5 Réponse: Avec cette grosse grue, nous avons tiré encore un peu plus le

6 camion de l'eau pour que la situation soit plus claire. Et vous savez, le

7 niveau d'eau varie d'un mètre ou deux, étant donné la proximité de la

8 centrale hydroélectrique qui se trouve à peine à 10 kilomètres. Donc,

9 pendant la journée, nous n'avons pas cessé de reculer le camion par

10 rapport à l'eau pour éviter qu'il soit de nouveau submergé. C'est pour

11 cela que nous avons eu besoin de cette grosse grue, pour finalement

12 emmener le camion jusqu'à un endroit complètement au sec, sur le rivage.

13 Question: La question que je vous ai posée, Monsieur, consistait à vous

14 demander si à un moment ou à un autre au cours de cette journée, grâce à

15 cette nouvelle grue plus grosse, vous avez accompli votre objectif. C'est-

16 à-dire, est-ce que vous avez complètement sorti le camion de l'eau?

17 Réponse: Oui.

18 Question: Merci. Est-ce que vous pouvez nous dire si, ce soir-là, il y

19 avait quelque chose qui est arrivé? Est-ce que la police de district,

20 éventuellement, a envoyé des représentants pour s'y rendre?

21 Réponse: Oui.

22 Question: Pourquoi?

23 Réponse: Ils ont été informés de ce qui s'était passé à Kladovo, ce qui a

24 été trouvé dans le fleuve Danube. Et c'est le chef de la police de

25 district, avec ses collaborateurs, qui s'est rendu à Kladovo. Ensuite,

Page 8485

1 quand ils l'ont appris, ils nous ont ordonné d'arrêter toutes les

2 activités au sujet du camion réfrigérant.

3 Question: D'accord. Ensuite, qu'est-ce qui s'est passé, s'il vous plaît?

4 Réponse: Il y avait le chef de la police de district qui a eu une réunion

5 avec les représentants de la police locale à Kladovo, avec leurs

6 collaborateurs. Ensuite, on nous a informé que moi-même, ainsi que

7 quelques collègues, nous devions être prêts pour nous rendre au poste de

8 police pour aller s'occuper de ce camion réfrigérant.

9 Question: Et vous avez attendu jusqu'à la tombée de la nuit?

10 Réponse: Oui. La réunion a eu lieu autour de 20 heures du soir.

11 Question: Et de quoi on a parlé, au cours de cette réunion, et quelles ont

12 été les décisions?

13 Réponse: Moi, je n'ai pas participé à la réunion, je n'étais pas présent.

14 Il n'est pas impossible que j'aie été éventuellement cinq minutes au

15 milieu de la réunion, dans le bureau où la réunion avait lieu. Mais on

16 m'avait dit d'assurer un certain nombre d'autres collègues qui étaient

17 libres et que nous devions aller pour sortir des cadavres de ce camion, au

18 cours de la nuit.

19 Question: Qui vous a dit que vous alliez devoir le faire?

20 Réponse: C'était le chef de la police de district et puis l'équipe qui

21 était sur place. Le chef, c'était quelqu'un qui était le plus haut gradé.

22 Question: Est-ce que vous connaissez son nom?

23 Réponse: Oui.

24 Question: Est-ce que vous voulez dire à la Chambre comment il s'appelait?

25 Réponse: C'est le colonel Caslav Golubovic.

Page 8486

1 Question: Entendu. Est-ce que vous avez agi en vertu de ces ordres? Est-ce

2 que vous avez déplacé les cadavres du camion?

3 Réponse: Mais je n'étais pas seul, nous étions une quinzaine.

4 Question: Entendu. C'était après 8 heures du soir, est-ce que je vous ai

5 bien compris? Est-ce qu'il faisait jour ou la nuit était-elle déjà tombée?

6 Réponse: Il faisait noir, c'était à 23 heures.

7 Question: Est-ce qu'il y avait une raison particulière pouls laquelle vous

8 avez attendu que la nuit tombe avant de retourner au travail?

9 Réponse: Une des raisons, c'était parce qu'on avait bombardé à cette

10 époque-là la Yougoslavie. C'est une des raisons. Et deuxièmement, il a

11 fallu également entreprendre un certain nombre de démarches avant de se

12 rendre sur les lieux.

13 Question: Bon, vous êtes retourné jusqu'au camion. Je suppose que vous

14 avez ouvert la porte et que c'est là où vous avez commencé à sortir des

15 cadavres du camion. Est-ce que je suppose bien?

16 Réponse: Oui.

17 Question: Pourriez-vous dire à la Chambre maintenant ce que vous avez vu

18 et ce que vous avez fait?

19 Réponse: Tout premièrement, on a procédé à une affectation, c'est-à-dire

20 qu'on avait désigné les personnes pour les taches différentes sur les

21 lieux. Moi, j'étais avec un collègue à bord du camion et moi je sortais

22 les cadavres. Il y avait un autre collègue qui était juste à côté,

23 derrière nous, et qui prenait des cadavres et les enveloppait. D'autres

24 encore ont transporté les cadavres. D'autres encore ont éclairé le

25 terrain. Enfin, d'autres attendaient ces cadavres pour les faire monter

Page 8487

1 sur le camion. Voilà, on a organisé le travail de cette façon-là.

2 Question: Pour ce qui vous concerne vous, personnellement, si j'ai bien

3 compris, vous êtes monté à bord du camion réfrigérant où se trouvaient les

4 cadavres. Par conséquent, c'est vous qui avez pu voir comment ces corps

5 ont été entassés les uns sur les autres?

6 Réponse: Oui, moi-même ainsi qu'un autre collègue et un troisième qui

7 était derrière le camion réfrigérant.

8 Question: Et combien de cadavres avez-vous sortis au cours de la nuit?

9 Réponse: Trente.

10 Question: Et où est-ce que vous avez transportez ces cadavres et de quelle

11 façon? Vous nous avez relaté comment vous aviez enveloppé les cadavres,

12 comment le processus a été en cours, mais où avez-vous transporté ces

13 cadavres, une fois que vous les aviez sortis du camion réfrigérant?

14 Réponse: Moi, je ne sais pas, mais le camion à bord duquel nous avons

15 chargé les cadavres, c'est un camion qui est parti en direction de

16 Milanovac, c'est en amont du fleuve Danube.

17 Question: Ai-je raison de dire… Sur la base de votre réponse, est-ce que

18 je peux conclure que des cadavres sont sortis du camion qui a été trouvé

19 dans le fleuve et ils ont été montés à bord d'un autre camion?

20 Réponse: Oui.

21 Question: Et ce camion, par la suite, s'est acheminé dans la direction que

22 vous nous avez dit?

23 Réponse: Oui, c'est exact.

24 Question: Et pourriez-vous nous dire, Monsieur, quelque chose de plus au

25 sujet de ces 30 cadavres, comment ils se présentaient? Comment ils étaient

Page 8488

1 vêtus et, très approximativement également, est-ce que vous pouvez nous

2 dire quel était l'âge à peu près des cadavres et quel était le sexe?

3 Réponse: Pour ce qui était des cadavres, ils étaient des deux sexes. Pour

4 ce qui concerne l'âge, je ne sais pas. Mais je suis sûr qu'il y avait deux

5 enfants: un garçon entre 5 et 6 ans et une jeune fille entre 8 et 9 ans.

6 Il n'y avait pas d'autres enfants. Et pour ce qui concerne les autres

7 cadavres, ils étaient entre 20 et 70 ans, à peu près, peut-être un peu

8 plus; ce que moi j'ai pu conclure sur la manière dont ces cadavres se

9 présentaient de l'extérieur, comme j'ai pu le constater.

10 Question: Est-ce que les cadavres étaient vêtus? Et s'ils l'étaient, quel

11 était le type de vêtements qu'ils portaient?

12 Réponse: Oui, ils étaient, en général, vêtus. Les hommes d'un pantalon,

13 d'un jeans, enfin quelque chose de tout à fait naturel et classique et pas

14 quelque chose d'étrange. Pour ce qui concerne les cadavres de sexe

15 féminin, ils étaient en robe-pantalon "Dimije", c'est un pantalon

16 traditionnel.

17 Question: Quand vous dites "Dimije", est-ce que ce sont des vêtements qui

18 sont des vêtements particuliers?

19 Réponse: Ce n'est pas quelque chose de particulier mais c'est

20 caractéristique pour une catégorie de femmes.

21 Question: Et à quoi pensez-vous quand vous dites "des groupes de femmes"

22 qui portaient de tel type de vêtements?

23 Réponse: "D-I-M-I-J-E" n'est pas véritablement un vêtement pour un groupe

24 de femmes qui sont de telle ou telle nationalité, mais il est vrai

25 également qu'il y a des femmes qui appartiennent à une nationalité précise

Page 8489

1 qui portent ce vêtement.

2 Question: Mais la question que je vous ai posée était de savoir si vous

3 êtes capable de nous dire à quel groupe ethnique appartiennent ces femmes

4 qui portent le plus fréquemment de tel type de vêtements?

5 Réponse: A ma connaissance, ce sont des Roms, des Turcs, des Albanaises,

6 des Musulmanes. Moi, je ne suis pas sûr si, dans le costume traditionnel,

7 il y a d'autres femmes qui auraient porté de tel type de vêtements.

8 Question: Entendu. Vous nous avez dit que vous aviez trouvé deux enfants

9 et que les autres étaient des adultes. Vous nous avez dit à peu près de

10 quelle catégorie d'âge il s'agissait.

11 Maintenant, est-ce que vous pouvez nous dire si, à cette époque-là, vous

12 avez pu estimer dans quel état étaient les cadavres. Sur la base de votre

13 expérience de 25 ans, pourriez-vous dire à la Chambre d'après vous, depuis

14 quand ces gens-là étaient décédés?

15 Réponse: D'après mon estimation… moi je ne suis pas expert ni médecin-

16 légiste mais, sur la base de mon expérience, je pourrais dire que ces

17 cadavres n'étaient pas très anciens, disons que je suppose que la mort est

18 survenue deux ou trois jours avant qu'on ne les trouve. Je tiens compte du

19 fait que l'eau était froide, qu'il faisait également assez froid; par

20 conséquent, cela a un impact assez considérable sur les altérations que

21 l'on peut remarquer sur les cadavres.

22 Question: Encore une question en ce qui concerne les vêtements: pourriez-

23 vous nous dire si, sur un cadavre ou un autre que vous avez eu l'occasion

24 de voir en personne, il y avait des uniformes sur les cadavres?

25 Réponse: Non.

Page 8490

1 Question: Est-ce que vous avez examiné des cadavres pour constater la

2 cause de la mort? Est-ce que vous avez vu des lésions ou des blessures?

3 Est-ce que vous avez vu quelque chose qui soit visible sur les corps?

4 Réponse: Sur les 30, les 30 premiers, j'ai examiné la plupart pour des

5 questions de curiosité ou pour des raisons professionnelles, mais

6 uniquement là où j'avais du temps. Parce que ceux qui portaient les

7 cadavres, j'ai eu l'occasion de les examiner un petit peu pour aider mon

8 collègue, pour les envelopper dans un drap ou dans une couverture. Donc en

9 attendant que l'autre arrive, moi je les ai examinés un petit peu.

10 Question: Et qu'est-ce que vous avez vu sur les corps?

11 Réponse: Il y avait des lésions sur les corps. On pouvait très facilement

12 les voir. Elles étaient dues à des objets, des instruments contendants,

13 mécaniques, tranchants. Il y avait donc des objets qui étaient ou bien

14 contendants ou tranchants.

15 Question: Merci. Est-ce que vous avez remarqué également des traces de

16 balles sur quelques cadavres que vous avez vus, sur les 30 cadavres que

17 vous avez vus au cours de cette nuit?

18 Réponse: Je ne peux vous donner de réponse pour d'autres, juste pour un

19 jeune homme entre 17 et 20 ans. Il avait un jeans. En haut, il n'avait pas

20 de vêtements et on voyait une blessure de balle au niveau du thorax.

21 Question: Est-ce que vous avez remarqué quelque chose avec ses mains, dans

22 quelle position étaient ces mains?

23 Réponse: Oui.

24 Question: Et c'était quoi, s'il vous plaît?

25 Réponse: Ses mains ont été ligotées avec un fil de fer.

Page 8491

1 Question: En d'autres termes, ses mains étaient ligotées derrière le dos

2 avec un fil de fer. Est-ce que c'est cela ce que vous avez dit?

3 Réponse: Oui.

4 Question: Et vous nous avez dit, par la suite, que ceci a eu lieu au cours

5 de la nuit, après 23 heures. Quel éclairage aviez-vous pour voir ce que

6 vous avez vu? Qu'est-ce que vous avez utilisé comme éclairage?

7 Réponse: Dans le camion réfrigérant, on avait une lumière, on avait une

8 batterie et on avait également un réflecteur, une lampe-torche, et puis il

9 y avait également un projecteur. De toutes façons, ce n'était pas une

10 lumière qui était très intense pour que les gens de Roumanie ne puissent

11 pas voir ce qui se passait, et puis il y avait le clair de lune et c'est

12 comme ça qu'on n'avait pas de problème pour voir. C'était d'ailleurs

13 depuis très peu de temps qu'on utilisait la lumière des torches et des

14 projecteurs.

15 Question: Merci, Monsieur. Mais est-ce que vous avez rédigé un rapport

16 détaillé sur ce que vous avez vu un peu plus en détails par rapport à ce

17 que vous avez dit aujourd'hui? Et là, je pense à un groupe de travail de

18 MUP en 2001.

19 Réponse: Oui, effectivement, j'ai donné un rapport détaillé. Mais au fond

20 c'est à peu près ce que je viens de dire maintenant. Il y a eu quelques

21 précisions de plus, éventuellement.

22 Question: Entendu.

23 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, si ce rapport ne porte pas

24 encore la cote d'une pièce à conviction, mais je pense qu'il y a la cote,

25 mais je vais poser d'autres questions une fois que la cote me sera

Page 8492

1 accordée.

2 Mais là maintenant, je vais poser une autre question: est-ce que vous avez

3 fait autre chose une fois que vous avez chargé les trois corps sur l'autre

4 camion?

5 Réponse: Non, pas au cours de cette nuit.

6 Question: Et pourquoi vous êtes-vous arrêtés? Est-ce que dans le camion

7 qui a été trouvé dans le Danube, il y avait d'autres corps également que

8 vous avez trouvés?

9 Réponse: Mais, à trois heures du matin, nous nous sommes arrêtés avec

10 cette activité parce que personne n'avait plus de force pour sortir les

11 cadavres. Les conditions étaient très difficiles. On était très fatigué,

12 on ne pouvait plus travailler. Il fallait que l'on s'arrête.

13 Question: Est-ce que vous êtes retournés le lendemain matin sur les lieux?

14 Réponse: Oui, c'est le lendemain matin que nous sommes retournés sur les

15 lieux.

16 Question: Et que s'est-il passé?

17 Réponse: …

18 Question: Je voudrais accélérer quelque peu.

19 Si je vous ai bien compris, Monsieur, vous avez réussi à utiliser la grue,

20 à remonter le camion et à le placer sur un autre camion avec la remorque?

21 Réponse: Oui, c'était une remorque...

22 Question: Est-ce que vous avez fait quelque chose au cours de la journée?

23 Il y avait quand même des cadavres qui sont restés?

24 Réponse: Non, on n'a rien fait, mais nous avons essayé de monter le camion

25 dans l'ensemble avec cette grande grue parce qu'il y avait un train à

Page 8493

1 remorque.

2 Question: Est-ce que vous avez, ultérieurement, au cours de la journée,

3 fait quelque chose avec les cadavres qui sont restés dans le camion?

4 Qu'est-ce que vous avez fait le soir quand la nuit est tombée?

5 Réponse: Nous avons transporté tous les cadavres du camion réfrigérant

6 dans l'autre camion.

7 Question: Et pourquoi avez-vous attendu que la nuit tombe?

8 Réponse: Le camion et le train-remorque circulaient entre Belgrade et

9 Kladovo. C'est un axe routier de chemin de fer où il y a beaucoup de

10 trains et beaucoup de circulation et je vous ai dit qu'on n'était pas très

11 loin par rapport à la frontière en Roumanie. On n'était pas très loin par

12 rapport aux bateaux non plus.

13 Question: Et pouvons-nous dire que vous n'avez pas tout simplement voulu

14 que qui que ce soit vous voit et remarque ce que vous faisiez?

15 Réponse: Peut-être.

16 Question: Et est-ce que vous avez vidé ce camion réfrigérant, est-ce que

17 vous avez sorti tous les cadavres?

18 Réponse: Oui, on a sorti tous les cadavres.

19 Question: Il y en avait combien au total?

20 Réponse: La deuxième nuit, nous avons sorti 53 cadavres qui n'étaient pas

21 en décomposition, c'était des cadavres entiers. Et on a sorti encore trois

22 autres cadavres. On ne peut pas parler véritablement de cadavres parce

23 qu'ils étaient en pièces; il y avait les trois têtes et je ne sais pas si

24 les autres parties du corps, véritablement, se trouvaient à bord du camion

25 réfrigérant. Par conséquent, au total, c'étaient 56 cadavres.

Page 8494

1 Question: Et pourrions-nous dire, Monsieur, qu'il y avait 56 têtes sur

2 lesquels 53 -on peut dire- cadavres au total, alors que les trois autres

3 têtes n'avaient pas toutes les parties du corps? On a trouvé des parties

4 de corps, mais on ne sait pas si c'était véritablement au complet?

5 Réponse: Oui, tout à fait.

6 Question: Est-ce que vous pouvez, une fois de plus, dire à la Chambre

7 comment étaient vêtus ces cadavres et quelle était la tranche d'âge et le

8 sexe de ces cadavres?

9 Réponse: Pour ce qui concerne les 53 cadavres qui ont été sortis au cours

10 de la deuxième nuit, c'étaient des cadavres des deux sexes. Pour ce qui

11 concerne les vêtements, comme je l'ai dit tout à l'heure, à peu près le

12 même vêtement.

13 Il n'y avait pas d'enfant. Je pense qu'il n'y avait pas de cadavre en

14 dessous de 20 ans, c'étaient des cadavres de personnes qui étaient plus

15 âgées, qui avaient plus de 20 ans.

16 Question: Vous dites que tous étaient des adultes, mais est-ce que vous

17 pouvez nous dire à peu près l'âge qu'ils avaient? Est-ce qu'il y avait des

18 vieillards parmi ces cadavres, d'après vous?

19 Réponse: Oui, il y avait des personnes qui avaient entre 60 et 70 ans. Par

20 le visage, j'ai pu constater que c'étaient des personnes qui étaient dans

21 cette tranche d'âge.

22 Question: Je vais vous poser encore quelques questions concernant les

23 cadavres. Vous nous avez dit qu'ils étaient vêtus à peu près de la même

24 manière. Est-ce qu'il y avait des uniformes parmi les 53 ou plutôt 56

25 cadavres dans vous venez de nous parler?

Page 8495

1 Réponse: Non.

2 Question: Est-ce que vous avez pris des photographies de ces corps? Ou

3 bien le 6 ou bien le 7, au cours de la nuit, au moment où vous les avez

4 sortis du camion?

5 Réponse: Est-ce que vous pouvez, s'il vous plaît, répéter votre question?

6 Question: Vous nous avez dit que vous avez sorti les cadavres au cours de

7 la nuit du 6 et 7, respectivement. Est-ce que vous avez fait des

8 photographies des cadavres que vous avez sortis du camion, au cours de la

9 première ou deuxième nuit?

10 Réponse: Non.

11 Question: Pourquoi?

12 Réponse: Quand le chef de la police de districts est venu sur les lieux,

13 quand il a organisé la réunion à Kladovo, il a dit qu'il ne fallait pas

14 prendre de photographies.

15 Question: Il l'a dit à qui, s'il vous plaît?

16 Réponse: A moi.

17 Question: Et dans des circonstances normales, au moment où vous aviez à

18 exercer votre fonction, il aurait été normal, n'est-ce pas, de faire une

19 photographie?

20 Réponse: Oui, certainement.

21 Question: Et au moment où vous avez terminé de sortir ces corps, que

22 s'est-il passé au cours de la nuit? Est-ce que vous êtes retourné chez

23 vous? Etes-vous allé au poste de police? Qu'avez-vous fait une fois que

24 vous avez terminé ce travail?

25 Réponse: Le camion avec les cadavres s'est acheminé en amont, en direction

Page 8496

1 de Milanovac et, moi, je suis rentré chez moi. Il s'agit de Donji

2 Milanovac.

3 Question: Et que s'est-il passé, s'il y a quelque chose qui s'est passé

4 avec le camion qui a été trouvé dans le Danube, qu'on a chargé sur le

5 train? Le remorqueur a-t-il été emmené quelque part, dans une direction

6 quelconque?

7 Réponse: Au moment où je suis parti chez moi, le camion était resté sur

8 place. Mais le lendemain matin, quand je me suis rendu au poste de police

9 à Kladovo, on m'a dit que le camion avait été monté sur un train à

10 remorque et qu'il était parti en direction de Petrovo Selo accompagné de

11 deux policiers. Petrovo Selo qui est à côté de Kladovo.

12 Question: Merci. Est-ce que qui que ce soit vous a donné des consignes en

13 ce qui concerne le camion réfrigérant?

14 Réponse: Oui, le lendemain matin, le chef de police de Bor, ou quelqu'un

15 de ses collaborateurs, nous a appelés et ils nous ont demandé de détruire

16 le camion en question. Ensuite, on avait proposé d'incendier le camion.

17 Question: Entendu. C'était donc une suggestion, mais est-ce que vous avez

18 reçu des consignes plus précises, comment détruire? Et que s'est-il passé

19 par la suite?

20 Réponse: Mais j'ai reçu ces consignes qu'il fallait détruire le camion et

21 je me suis rendu avec un collègue à Petrovo Selo. Nous avons mis du

22 carburant sur le camion et puis nous l'avons brûlé.

23 Question: Et où il se trouvait le camion?

24 Réponse: Le camion se trouvait à Petrovo Selo, c'est un village ou plutôt

25 une montagne à côté de Kladovo.

Page 8497

1 Question: Et comment saviez-vous où aller?

2 Réponse: Mais ce collègue, qui est venu m'accompagner pour mettre le feu,

3 il avait escorté le camion entre Kladovo et Petrovo Selo. Donc, il savait

4 où cela se trouvait.

5 Question: Quand vous avez versé du carburant sur le camion réfrigérant,

6 vous avez mis du feu. Est-ce que ceci a véritablement détruit le camion?

7 Réponse: Non, mais il y a la carcasse qui est restée.

8 Question: Et qu'est-ce que vous avez fait par la suite?

9 Réponse: J'ai appelé le chef du service à Bor et il m'a dit que ce n'était

10 pas bon, qu'il fallait utiliser de l'explosif.

11 Question: Est-ce que vous l'avez fait?

12 Réponse: Oui.

13 Question: Quand et comment?

14 Réponse: Je pense que c'était le 8 avril, quand nous l'avons mis à feu. Et

15 le lendemain matin, je pense que c'était le 9 avril, nous avons posé

16 l'explosif que l'on utilise normalement dans l'industrie.

17 Question: Est-ce que vous avez pris cet explosif avec vous pour "envoyer

18 en l'air" ce camion?

19 Réponse: Oui, on a ramené avec nous cet explosif.

20 Question: Est-ce que cela a fonctionné? Est-ce que l'explosif a réussi à

21 détruire complètement le camion?

22 Réponse: Oui.

23 Question: Ceci a eu lieu le 9 avril, n'est-ce pas? Si j'ai bien suivi ce

24 que vous avez dit, c'était le 9 avril 1999.

25 Réponse: Oui, chaque événement se suit, donc les dates également.

Page 8498

1 Effectivement, cela aurait dû être le 9, c'était un samedi ou un dimanche,

2 quelque chose comme ça.

3 Question: Quelques années plus tard, le 1er mai de l'an 2001, avez-vous

4 appris qu'un article avait été publié dans le magazine "Timocka Krimi

5 Revija", un article où il était question de ce véhicule que vous avez

6 découvert et dont vous vous êtes occupé?

7 Réponse: Oui.

8 Question: Et pour traiter cela brièvement, j'aimerais savoir si à ce

9 moment-là vous avez été interrogé par le MUP? Vous nous avez déjà dit que

10 vous leur aviez remis un rapport, c'est cela?

11 Réponse: Oui, nous avons eu un entretien, mais je ne leur ai remis aucun

12 rapport. Il y a eu un entretien et, durant cet entretien, ils ont établi

13 des notes, une note officielle en émane.

14 Question: Avez-vous eu l'occasion de lire cette note officielle?

15 Réponse: Oui, mais plus tard.

16 Question: Je vois.

17 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, j'ai promis que j'allais citer

18 la cote. Il s'agit de la cote 274, c'est le dernier classeur,

19 l'intercalaire 8 du dernier témoin, du témoin Karleusa.

20 Donc, vous avez eu l'occasion de lire cette note officielle. Rendait-elle

21 compte, de manière fidèle, de l'entretien que vous aviez eu avec les

22 personnes? Etait-ce une manière fidèle de rapporter vos souvenirs du

23 travail, de votre groupe de travail?

24 Réponse: Oui.

25 Question: Avez-vous apporté des changements à votre déclaration s'agissant

Page 8499

1 du communiqué de presse qui a été donné par le groupe de travail, au sujet

2 de ce que vous avez vu? Souhaitez-vous apporter des changements à cela?

3 Réponse: Pour ce qui est de la note officielle établie par le groupe de

4 travail, sur la base de l'entretien qu'ils ont eu avec moi, je maintiens

5 entièrement ce que j'y ai dit. D'ailleurs, je dois dire que c'est par

6 l'intermédiaire du MUP que les enquêteurs ont pu prendre connaissance de

7 cette note officielle. Seule la deuxième partie de cette note officielle

8 ne correspond pas à ce que je souhaite maintenir.

9 Question: Très bien. Dans le document que vous avez lu, avez-vous remarqué

10 quoi que ce soit au sujet d'une phrase parlant d'uniformes de l'UCK

11 trouvés sur les corps?

12 Réponse: Cela ne figure pas dans la note officielle qui a été établie

13 conformément à ce j'ai affirmé, moi. Mais plus tard, une erreur s'est

14 glissée dans l'un des documents et je l'ai corrigé, j'ai demandé qu'on le

15 corrige.

16 Question: C'est le communiqué qui a été diffusé, c'est cela? De quel

17 document s'agit-il? Le savez-vous?

18 Réponse: Non.

19 Question: Toujours est-il que vous dites qu'aucun de ces corps, que ce

20 soit 83 ou 86 corps, n'étaient revêtus d'un uniforme, d'après ce que vous

21 avez vu. C'est cela?

22 Réponse: C'est exact.

23 Question: J'ai deux questions supplémentaires à vous poser. Vous avez pris

24 des photographies. Il y a dix photographies qui ont été utilisées ici.

25 J'aimerais savoir si c'est vous-même qui avez développé ces photographies?

Page 8500

1 Réponse: Oui, la pellicule que j'ai utilisée pour prendre ces

2 photographies, c'est moi-même qui l'ai développée. Et en 2001, j'ai pris

3 ce négatif pour le remettre au groupe de travail, plus particulièrement au

4 capitaine Karleusa.

5 D'ailleurs, il doit toujours l'avoir en sa possession.

6 Question: Ma dernière question: si l'on remonte dans le temps et qu'on se

7 rappelle les événements du mois d'avril 1999, que pensez-vous aujourd'hui

8 de la manière dont on vous a demandé de mener cette enquête? Etait-ce une

9 manière habituelle d'agir, pour un enquêteur responsable des lieux du

10 crime?

11 L'avez-vous considéré ou le considérez-vous comme une manière habituelle?

12 Réponse: Monsieur le Président, Messieurs les Juges, je suis en train de

13 déposer au sujet de ce que j'ai fait, au sujet de ce que j'ai fait

14 directement, de ce que j'ai fait de mes propres mains et de ce que j'ai vu

15 de mes propres yeux. Pour ce qui est des émotions, il n'y en avait pas, à

16 l'époque, c'était la guerre. Il a fallu agir comme ça.

17 M. Ryneveld (interprétation): Je vous remercie, Monsieur le Témoin.

18 (Le Juges se concertent sur le siège.)

19 M. le Président (interprétation): Nous allons suspendre l'audience. Le

20 contre-interrogatoire commencera demain matin.

21 Monsieur Radojkovic, je vous prie de revenir dans ce prétoire demain matin

22 à 9 heures pour mener à son terme votre déposition.

23 M. Radojkovic (interprétation): J'ai compris, Monsieur le Président,

24 Messieurs les Juges.

25 (L'audience est levée à 13 heures 39 minutes.)